soutien de Morgan Large

J’ai manifesté mon soutien à l’ action de Morgan devant la mairie de Quimper ce midi.

La pétition : Soutien à Morgan Large, journaliste mise en danger, en ligne depuis le 2 a déjà recueilli plus de 2500 signatures.

Mais par-delà le cas de Morgan, celui d’Inès ou le mien, ce qui est en jeu me semble-t-il c’est notre capacité collective à permettre aux citoyennes et aux citoyens de choisir leurs candidats et les priorités programmatiques : et parmi ces dernières, en Bretagne, à dire que le modéle agro-productiviste nous mène dans le mur.

L’an prochain je fêterai les 30 ans de notre arrivée au Conseil Régional où nous avons combattu en vain les différents “programmes au purin”.

Ce qui m’intéresse ce ne sont pas les promesses programmatiques qui n’engagent que ceux qui y croient mais

1 de créer le rapport de forces (que ne permet pas la dispersion des voix) pour changer l’orientation de l’agriculture en Bretagne.

2 Et par delà le cas breton d’éviter de faire élire l’an prochain une représentante de la dynastie Le Pen pour n’avoir pas su convaincre que le premier tour de la présidentielle se joue lors du premier tour des régionales.
https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/unis-terre-jupiter-4671.html

A vous lire

Alain

devant la mairie de Quimper

Sondages régionales et règles du scrutin

Ce ne sont que des sondages (donc comportant une marge d’erreur) : la politique c’est de la dynamique (généralement prime au sortant) pas de l’arithmétique (plus le nombre de listes au premier tour est grand et plus difficile est la fusion entre les deux tours).

RN Droite LREM+MODEM Eco+ Gauche
Auvergne-Rhône-Alpes 24 25 16 10+10+7
Grand Est 23 31 10 10+16
Hauts-de-France 29 33 9 6+4+9+8
Bretagne* 21 23 16 13+12+7
Île-de-France 16 31 15 9+12+11
Normandie 24 31 9 14+8+9
Nouvelle-Aquitaine 23 15 19 25+15
Occitanie 26 13 10 28+9+7
Pays de la Loire 16 24 24 15+13+6
PACA 29 23 16 8+7+9

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_sondages_sur_les_élections_régionales_françaises_de_2021

*https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/elections-regionales-2021-les-resultats-du-sondage-regiotrack-1285368

Pour se présenter au second tour, une liste doit avoir obtenu, au premier tour, un nombre de voix au moins égal à 10% du nombre des suffrages exprimés au niveau de la région. Néanmoins, si aucune liste n’obtient au moins 10% des suffrages exprimés ou si une seule liste l’obtient, les deux listes arrivées en tête peuvent se présenter au second tour.

Entre les deux tours, les listes peuvent être modifiées en intégrant des candidats des listes qui ont obtenu au moins 5% des suffrages exprimés au premier tour. Néanmoins, des candidats d’une même liste au premier tour ne peuvent pas figurer sur deux listes différentes au second tour.

Au second tour, la répartition des sièges se fait selon les mêmes règles qu’au premier tour. La liste arrivée en tête bénéficie d’une prime majoritaire et reçoit un quart des sièges à pourvoir, arrondi à l’entier supérieur.

https://www.vie-publique.fr/eclairage/38404-regionales-2021-quel-mode-de-scrutin

J-2 avant les Marches pour une Vraie Loi Climat !

⏳ Ça y est, nous y sommes presque : dans 3 jours nous serons des dizaines de milliers à descendre dans la rue pour exiger une Vraie Loi Climat, et ce partout en France.

🔥 Bonne nouvelle, la mobilisation ne fait que grandir ! Près de 600 organisations ont appelé à se mobiliser (associations, syndicats, entreprises et partis politiques).

Et nous comptabilisons 163 évènements dans toute la France !
Voici les dernières actions que votre organisation peut encore faire pour garantir un succès historique à cette mobilisation (les informations spécifiques pour Paris se trouvent en bas du mail) :

  •  Nous allons former des super-reporters qui agiront dimanche, depuis la rue ou depuis chez eux, pour inonder les réseaux sociaux toute la journée. L’objectif ? Qu’on ne parle QUE DE ÇA dimanche et qu’on soit le plus longtemps possible en Top Tweet ! Pour ça, nous vous proposons d’inviter votre communauté à rejoindre le briefing qui aura lieu vendredi de 19H à 19H45.

  • Il vous reste encore 3 jours pour envoyer un mailing à votre base si vous ne l’avez pas encore fait avec : le lien du site pour repérer sur la carto l’évènement le plus proche de chez eux + l’évènement Facebook.

  • Il est important de rassurer votre communauté vis-à-vis du contexte sanitaire et de la possibilité de manifester. Pour cela, vous trouverez ICI une attestation que vous pouvez remplir avec la date et heure de votre Marche. Vous pourrez ensuite l’envoyer à votre communauté pour que tout le monde ait cette attestation.

En terme de communication :

  • Le message principal qui doit ressortir ce dimanche est bien sûr : nous exigeons une Vraie Loi Climat, à la hauteur de l’urgence. Il est important également de souligner que cette mobilisation marque le retour du mouvement climat dans la rue, un mouvement inter-générationnel et engagé qui ne lâchera rien jusqu’à ce que des mesures vraiment ambitieuses soient prises pour le climat.

  • Concernant la communication du Jour-J sur les réseaux : le hashtag à utiliser sera #MarcheClimat. Les comptes à taguer figurent dans le kit de communication (liste non exhaustive).

  • Pour celles et ceux qui ne l’auraient pas encore reçu, voici le kit de communication pour vous aider à communiquer sur l’évènement.

  • Enfin, vous trouverez dans ce document, un kit complet de stratégie de communication avec les différents narratifs à employer, des exemples d’email à envoyer et une analyse des tendances sur les réseaux concernant la loi climat.

Communication sur le contexte sanitaire

  • – Les mesures sanitaires n’empêchent pas les rassemblements en extérieur, ils ne seront pas illégaux. Les rassemblements sont bien évidemment déclarés en préfecture. Si  les préfets estiment qu’il y a un danger pour la santé publique, ils n’ont qu’à les interdire en conséquence.

  • – La Marche parisienne a été autorisée par la préfecture, tout comme d’autres marches ailleurs dans des régions confinées.

  • – S’il y a besoin d’adapter le format de la Marche, nous devons rester mobilisés (si possible en physique), même avec toute sorte d’action qui permette de faire monter la pression et exiger une vraie loi climat.

  • – Enfin, pour celles et ceux qui ne voudraient pas aller marcher, ils.elles peuvent s’investir en ligne, en devenant super-reporters.

Protocole Covid-19

La crise sanitaire causée par le coronavirus nécessite le suivi rigoureux de plusieurs mesures afin d’éviter la propagation de l’épidémie.

1. Si vous avez des symptômes ou que vous avez été en contact avec une personne testée positive dans les jours précédents ou le jour de l’événement, et n’avez pas encore eu l’occasion de vous faire tester, restez chez vous. Pour rappel, vous êtes cas contact quand vous avez eu un contact à moins d’un mètre, sans masque et pendant plus de 15 minutes avec une personne testée positive. 

2. Tout au long de la mobilisation, les distances physiques doivent être respectées avec les autres participant·es (minimum 1 mètre de distance) et chacun et chacune doit appliquer les gestes barrières. 

3. Le port du masque est obligatoire pendant toute la durée de la mobilisation. 

4. Toutes et tous les participant·es doivent avoir sur eux du gel hydroalcoolique pour pouvoir s’en appliquer régulièrement. 

A Paris, comment ça se passe ? 

  • Ce jeudi 25 mars a lieu la plénière à 19h, pour avoir toutes les infos. N’hésitez pas à partager cet évènement!  https://fb.me/e/1cvs3j7jh

  • Le 27 mars a lieu un village d’associations à la Cité Fertile, à Pantin, qui permettra d’échanger autour de l’enjeu de la loi climat et de la marche du 28, et pour finir les dernières pancartes pour celles et ceux qui le souhaitent : https://www.facebook.com/events/527312988660710/?active_tab=about

  • N’hésitez pas à partager le formulaire pour “recruter” des bénévoles, notamment pour l’encadrement : https://airtable.com/shrGVVMfKnqZRbdoT

  • Départ à Opéra à 14h, arrivée à République vers 16h30, prises de parole, dispersion vers 17h30. 

  • Retrouvez par ici un mémento explicatif de la marche parisienne.


Pour rappel, vos interlocuteurs sont les suivants :

Partenariats : Anne-Sophie (anne-sophie.lahaye@protonmail.com, 0672696618), Hugo (viel.hugo.langree@hotmail.fr, 0788197192)
Mobilisations locales : Benjamin (benjamin@raiz.fr, 0649985753)
Marche parisienne : Gaïa (muglergaia@gmail.com, 06 18 82 54 58), Kim (kim.vodinh@gmail.com)
Communication : Sandy (sandy.olivarcalvo@gmail.com, 0762738023), Paloma (paloma.moritz@hotmail.fr, 0603579208)
Excellente fin de journée à toutes et tous et à dimanche !
Gaïa Mugler
pour Alternatiba

Création d’ombrières agricoles et photovoltaïques à Pinia (Ghisunaccia)

Création d’ombrières agricoles et photovoltaïques à Pinia (Ghisunaccia)

Enquête publique du 19 février au 22 mars 2021

Ne cherchez pas, vous ne trouverez pas dans le dossier soumis à enquête publique le photomontage du projet d’ombrières agricoles et photovoltaïques reproduit ci-dessus. Et pour cause, il figure uniquement dans celui présenté au Conseil des Sites des 5 et 11 mars 2021 dont les comptes rendus ne sont pas encore disponibles.

Cela n’a pas empêché l’enquête publique de démarrer le 19 février et de s’achever le 22 mars prochain :

Comme vous pourrez le lire dans la lettre adressée à M le Préfet de Haute-Corse dès le 22 février 2021 (pièce jointe), U Levante constatant l’absence des avis :

  • de la Commission Territoriale de Préservation des Espaces Naturels, Agricoles et Forestiers (CTPENAF)
  • du Conseil des Sites

a demandé le report de l’enquête publique et ce jusqu’à publication de ces avis.

Au jour de parution de cet article, aucune réponse ou report, ce qui équivaut à un refus implicite de la part du Préfet de la Haute-Corse !

Au-delà de cet aspect formel, qui a toute son importance, nous tenons à vous faire part de nos « réticences » quant à ce projet.

Gigantisme du projet

Au préalable, nous attirons votre attention sur le gigantisme de ce projet : il s’agit de la création de 130 ombrières agricoles et photovoltaïques :

  • de 1000 m2 chacune,
  • couvrant une surface de 13 hectares permettant la production d’énergie,
  • mais impactant une surface totale de 50 hectares,
  • d’une puissance installée de 13 mégawatts-crête,
  • combinée à l’exploitation d’une plantation d’agrumes.

À titre de comparaison, le quotidien « Les Échos » titrait, en octobre 2019 : « Près de Lyon, le plus grand parc d’ombrières photovoltaïques de France » construit sur 8,2 hectares pouvant produire jusqu’à 16 mégawatts d’électricité.

S’il peut paraître légitime d’étudier, avec la caution de l’INRAE, l’opportunité d’une plantation d’agrumes sous ombrières (évaluation des diminutions de perte dues à l’excès d’ensoleillement…), la mobilisation d’une surface de 13 hectares est excessive : la rentabilité globale de ce projet est clairement à chercher ailleurs, du côté photovoltaïque.

Risque d’incendie

Le plan de masse met en exergue la proximité immédiate des ombrières, voire leur imbrication, avec les Espaces Boisé Classés.

On semble loin des 50 mètres de débroussaillage préconisés dans un avis de la Mission Régionale d’Autorité environnementale de Corse (MRAe) concernant un projet de champ photovoltaïque sur la commune de Pieve

Proximité d’espaces de grandes qualités environnementales

Franchement, l’artificialisation de 13 hectares, quoi qu’on en dise, est-elle visuellement opportune à 1,2 km de l’étang d’Urbino et à 700 mètres de la Zone naturelle d’intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF de type 1) « Boisement et brousses littorales de Casabianda à Pinia ».

Il est important de noter que le caractère argileux des sols va nécessiter, pour les quelques 5 000 agrumes, l’apport important « d’intrants »… on craint le pire !

En définitive, quitte à opter pour du photovoltaïque, vertueux dans son principe, il eut été plus judicieux de couvrir, par exemple, les 11 hectares de parking des centres commerciaux de la périphérie ajaccienne que la France entière nous envie !

Pour toutes ces raisons de forme et de fond, nous vous incitons à intervenir nombreux sur le registre dématérialisé de l’enquête publique jusqu’au lundi 22 mars inclus :

https://www.registre-dematerialise.fr/2316

28 mars marche pour une vraie loi climat

Marche pour une vraie loi climat

DIMANCHE 28 MARS 2021 DE 14:00 UTC+02 À 17:30 UTC+02

Marche pour une Vraie Loi Climat

Gratuit  Place de l’Opéra, 75002 Paris
Le projet de Loi Climat déposé par le gouvernement est loin d’être à la hauteur de l’urgence écologique. Pourtant, c’est le dernier texte législatif du quinquennat consacré à l’environnement.
Le 28 mars, à la veille de l’entrée du texte de loi à l’Assemblée Nationale, nous nous mobilisons pour exiger une loi ambitieuse et défendre les mesures proposées par les 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat.
Rejoindre une marche ou organiser une action 👉bit.ly/VraieLoiClimat
primaire verte ouverte
Listes des mobilisations locales :
– Argeles Sur Mer : https://fb.me/e/irg2XLICs
– Auray  https://www.facebook.com/events/2210127132452850/
– Avignon https://fb.me/e/4SPXeAxv3
– Bordeaux https://fb.me/e/1XpztlYiz
– Brest : facebook.com/events/186942779605145
– Briec : https://www.facebook.com/events/453475259330326
– Cahors< https://fb.me/e/3o5kYQvzl
– Carcasonne https://fb.me/e/crFmsP8OZ
– Charleville Mézières https://fb.me/e/23toqqEZI
– Clermont-Ferrand https://fb.me/e/8u38pDWzG
– Evry-Courcouronne https://fb.me/e/4R6EZryKt
– Grenoble https://fb.me/e/1kYhJZ4Kw
– Lannion https://m.facebook.com/photo.php?fbid=10221541200430734&id=1573807130&set=p.10221541200430734&source=47&refid=52&__tn__=R-R
– Lille : https://fb.me/e/7bbqQTykA
– Limoges : https://www.facebook.com/events/777110499595618
– Metz https://fb.me/e/3ITop1ezy
– Montbéliard : https://fb.me/e/2wtOxbUgg
– Montélimar https://fb.me/e/BigVHURt
– Montpellier https://fb.me/e/Usl2ogan
– Nice https://fb.me/e/QUbqnvsO
– Nîmes https://fb.me/e/12OBY9wSR
– Orléans https://www.facebook.com/events/273318677606900- Paris https://fb.me/e/PD8UbMrz
– Périgueux https://fb.me/e/23c1Tdt2U
– Perpignan https://fb.me/e/3sJZ0jsh1
– Rosult https://fb.me/e/1rjk7E7DG
– Saint Malo https://fb.me/e/3ITop1ezy
– Saintes https://www.facebook.com/events/2592862767681124
– Sète https://fb.me/e/4dYWZ7fad
– Strasbourg https://fb.me/e/cUi1uT3Re
– Tahiti ; https://fb.me/e/1Z1z1lgwR
– Toulon : https://fb.me/e/1deqVygQr
– Toulouse : https://www.facebook.com/events/438093907523379
– Tours https://fb.me/e/3STeg6W0R
– Vierzon https://fb.me/e/OsbtwyNF
330 organisations appellent à se mobiliser le 28 mars !
• A.G.I.R
• ACHEDFR Association Citoyenne pour une Heure Equitable et Durable depuis 1983
• ACIRAD centre
• Action Non-Violente COP21
• Action Non-Violente COP21 – 63
• Action Non-Violente COP21 – Nevers
• ActionAid France
• Adéquations
• Adieu Glacier 05
• Adovcnar
• Agenda Collaboratif de la Vallée de la Bièvre
• Agir pour l’Environnement
• Agir Pour Le Climat
• Agissons pour le Climat Granville Terre et Mer
• Alofa Tuvalu
• Alsace Nature
• Alternatiba
• Alternatiba – Auch
• Alternatiba – Evreux
• Alternatiba – Marseille
• Alternatiba – Martigues Ouest Étang de Berre
• Alternatiba – Nevers
• Alternatiba – Orléans
• Alternatiba – Ouest Etang de Berre
• Alternatiba – Rosny
• Alternatiba – Rouen
• Alternatiba – Saint Etienne
• Alternatiba – Sénart
• Alternatiba – Valence and co
• Alternatiba 06
• Alternatiba 63
• Alternatiba/ANV-COP21 Vallée de l’Arve
• AMAP de Provence
• AMAP des Marais
• AMAP Solidaires Avec Les Paysans
• AMELIOR, Fédération de Recycleurs biffins
• Amis de la Terre
• Amis de la Terre de la Drôme
• Amis de la Terre Savoie
• AnimaTerra
• AOC (Association Ouverte et Citoyenne)
• APF France Handicap
• Arbres & Patrimoine
• Argelès Nature Environnement
• Assemblée Ciné Toyenne
• Asso Via Chasserades
• Association CAPS 68 Collectif Agir pour le Pays de Sierentz
• Association Centrez Vous
• Association de Défense de l’Environnement et de la Nature de l’Yonne (ADENY)
• Association de Défense de la Vallée du Gambon27
• Association Eglise verte pour la Meuse
• Association Les Anges Verts
• Association Nationale des Etudiant.e.s sages-femmes
• Association Végétarienne de France
• ATD Quart Monde
• ATTAC – Montreuil
• ATTAC France
• Avenir Climatique
• Babellium
• Bandes d’Abeilles
• Bio consom’acteurs
• Biocoop SA Coop
• Bizi!
• BLOOM
• Boycott Citoyen
• Ça commence par moi
• CAC41 – Collectif Action Climat 41
• Canopée
• Canopée 12
• CARE France
• CCFD-Terre Solidaire
• Centre d’Education Nature du Houtland
• CFDT
• Chrétiens Unis pour la Terre
• Citoyennes et Citoyens du Calaisis pour le Climat (Les 4C)
• Citoyens du Monde
• Citoyens engagés
• Citoyens Pour Le Climat
• Citoyens Pour Le Climat – Ardennes
• Citoyens pour le Climat – Besançon
• Citoyens Pour Le Climat – Cholet
• Citoyens Pour Le Climat – Corsica
• Citoyens Pour le Climat – Grenoble
• Citoyens pour le climat – Laval
• Citoyens Pour Le Climat – Montélimar
• Citoyens pour le Climat – Montpellier
• Citoyens pour le Climat – Nice
• Citoyens Pour Le Climat – Nîmes
• Citoyens pour le Climat – Oise
• Citoyens pour le Climat – Paris
• Citoyens Pour Le Climat – Périgueux
• Citoyens pour le Climat – Perpignan
• Citoyens Pour Le Climat – Saintes
• Citoyens Pour Le Climat – Tahiti
• Citoyens Pour le Climat en Roannais
• CIWF France
• Climat’hic!
• CliMates
• CNNR (Conseil National de la Nouvelle Résistance)
• Coexister
• Collectif 12 Ensemble pour le climat
• Collectif Asphalte
• Collectif Citoyen pour le Climat et la Justice Sociale du Pays de Caux
• Collectif d’initiative locale pour l’environnement et la qualité de l’air dans l’Etampois
• Collectif des Grévistes de la Faim pour un Avenir Possible
• Collectif des Jeunes Drouais pour le Climat
• Collectif du 5 novembre – Noailles en colère
• Collectif Marche pour le Climat 87
• Collectif Pour une Convention Citoyenne pour le Climat Auvergne Rhône-Alpes
• Collectif Riec en Transition
• Collectif Stop Amazon Briec
• Collectif Stop Amazon et son monde – Val d’Oise
• Collectif Stop Camions
• Collectif Touraine Climat
• Collectif Vietnam-Dioxine
• Combat Monsanto
• Comité Boisséen du Mouvement de la Paix
• Comité Sud 54 du Mouvement de la Paix
• Commown
• Compagnie de Jésus
• Compagnie des Papillons Bleus
• Comptoir de Campagne
• Confédération paysanne
• Convention Pour une République Écologique
• CoopCircuits
• CRID
• Croqua vie ô Jardin
• Cueillir
• Cyber Acteurs
• CycloTransEurope
• Declic
• Droit Au Logement
• Eau Secours Orléanais 45
• Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France
• Ecobranding
• Econovia
• EcoRaison
• Emancip’action
• Enercoop
• Enseignant.e.s Pour la Planète
• Ensemble Pour Le Climat – Hauts-de-France
• Entrepreneurs du Monde
• Essaim d’avenir
• Extinction Rébellion – Yvelines Est Sud
• Extinction Rébellion – Angers
• Extinction Rébellion – Ardèche
• Extinction Rébellion – Avesnois
• Extinction Rébellion – Bordeaux
• Extinction Rébellion – Cambrésis
• Extinction Rébellion – Poitiers
• Extinction Rébellion – Valenciennes
• Extinction Rebellion 05
• Extinction Rébellion France
• FAIRIUS
• Fashion Revolution France
• Faucheurs volontaires IDF
• Fédération Artisans du Monde
• Fédération SUD PTT
• Fédération Syndicale Unitaire
• Fédération Syndicale Unitaire – 58
• Feyzin-Europe
• Fondation GoodPlanet
• Fondation pour la Nature et l’Homme
• Forum & Projets pour le développement durable
• Foyer Protestant de la Duchère
• France Nature Environnement
• France Nature Environnement – Alpes de Haute Provence (FNE04)
• France Nature Environnement – Ile-de-France
• France Nature Environnement – Midi-Pyrénées
• France Nature Environnement – Paris
• France Nature Environnement – Provence Alpes Côte d’Azur
• France Nature Environnement – Puy de Dome
• France Nature Environnement – Tarn-et-Garonne
• Fridays For Future Australia
• GERES
• Gilets Verts
• Graines de Roseaux
• Grands Parents Pour Le Climat
• GRAPE Normandie
• Greenlobby
• Greenpeace France
• Grévistes de la faim pour un avenir possible
• Groupe d’Action Populaire du Chaunois
• Groupe de soutien des Grands-parents pour le Climat
• Harkis Occitanie Mémoires
• I.R.É.N.I.S (Institut de Recherches & d’Études Nature, Individus, Sociétés)
• Il Est Encore Temps
• Il Est Encore Temps – Châteauroux
• Il Est Encore Temps – La Roche sur Yon
• Il Est Encore Temps – Montbéliard
• Il Est Encore Temps – Suresnes
• Incroyables Comestibles Périgueux
• Ingré Ormes 2030
• Insistance Belgique
• Jard’un Pour Tous Blois
• Karethic
• L’Abeille Cubzaguaise
• L’atelier de Kaya
• L’Ecolo Buissonnière
• L’Hermitage
• La Charente se bouge pour la planète
• La Dordogne par Nature
• La Koncepterie
• La Nef
• La Rencontre Des Justices
• La Renverse
• La Route Du Cru
• La Voie Est Libre
• La Voûte Nubienne
• Label Emmaus
• Lanester En Commun
• Le Chaudron des alternatives – Centre Alsace
• LE GARDE – Groupement d’Ajaccio et de la Région Corse pour la Défense de l’Environnement
• Le Gret
• Le Monde D’Après
• Le Mouvement
• Le Mouvement de la Paix
• Le Mouvement de la Paix 04
• Le Mouvement de la Paix – Angers 49
• Le Mouvement de la Paix – Comité de Nantes
• Le Mouvement de la Paix – Comité des Alpes Maritimes
• Le Ruban pour la Terre
• Les 150 — L’association des 150 est apartisane et ne soutient que les mobilisations en lien avec son objet.
• Les ami-e-s de la Confédération Paysanne
• Les Colibris
• Les ColocaTerre
• Les Ecobleus Marseille
• Les Engraineuses
• Les Lucioles – Ria d’Etel en Transition
• Les Nouveaux Jours Heureux
• Les Petits Debrouillards
• Les souris vertes 88
• Ligue des droits de l’Homme (LDH)
• Limousin Ecologie
Lobby-citoyen.org
• Loire vivante nièvre allier cher
• Lou Mouvemen Prouvencau neo-Regiounaliste
• Low Carbon France
• Ma Ville ma Planète
• Maison régionale de l’environnement et des Solidarités Hauts de France
• makesense
• Marigny Je T’Aime (MJT)
• Max Havelaar France
• Metz Marche pour le Climat
• MIRAMAP
• Mission Populaire Évangélique de France
• Mobicoop
• Mon Cher Vélo
• Mouvement du Christianisme Social
• Mouvement Impact France
• Mouvement pour une Alternative Non-violente
• Mouvement pour une alternative non-violente de Saône-et-Loire MAN 71
• Natur’Jalles
• Nature Environnement Livradois Forez
• Naturevolution
• No Plastic In My Sea
• Notre Affaire à Tous
• Notre Choix
• Nous Voulons des Coquelicots – Alès
• Nous Voulons des Coquelicots – Caen
• Nous Voulons des Coquelicots – Chateaurenard
• Nous Voulons des Coquelicots – Cher
• Nous Voulons des Coquelicots – Cherbourg
• Nous Voulons des Coquelicots – Gravelines
• Nous Voulons des Coquelicots – Mouans Sartoux
• Nous Voulons des Coquelicots – Saint-Junien
• Nous Voulons des Coquelicots – Toulon
• Nous Voulons des Coquelicots – Toulouse
• Nucléaire en Questions
• O’ Watt Citoyen
• On Est Prêt
• One Voice
• Oxfam France
• OzACTES
• Pacte pour la Transition – Paris
• Parallèle
• Parents Pour Le Climat
• Paris Bascule
• Paysages de France
• Paysages de France Languedoc
• Penser L’apres
• Pour Une Terre Plus Humaine
• Printemps écologique – Fonction Publique d’Etat
• Ras le Rallye 05
• RECIDEV
• REFEDD
• Renaissance Écologique
• Réseau Action Climat
• Réseau Féministe “Rupture”
• Réseau Foi & Justice Afrique Europe
• Résilience France
• Résistance Climatique
• Respire
• Restons Les Pieds Sur Terre
• Rise for Climate Belgium
• RSB for Change
• Saint-Junien Environnement
• Salariés Pour le Futur
• Sciences Citoyennes
• Sparknews
• Stop Pollution Lumineuse La Roche sur Yon Agglo
• Street Art Rebellion
• Syndicat National de l’Environnement
• TeleCoop
• Terre de Liens
• The Green Global Project
• The Greener Good
• Thur Ecologie & Transports
• Together For Earth
• Tous des Artistes
• Tous Unis avec Nicolas Hulot
• Transilience
• Transition Collective du Valentinois
• Un Climat de Changement
• Un Jour La Paix
• Une génération pour la Terre
• Union Syndicale Solidaires
• Unis pour la Planète
• Unis Pour Le Climat
• Université du Nous
• Vitré-Tuvalu
• Wesign.it
• Wild English Classes
• Wild Legal
• YMMEDIAT
• Youth For Climate
• Zéro Fossile Toulon
• Zero Waste – Pays de Gex
• Zero Waste France

chasse aux blaireaux dans le Calvados

blaireau juvénile

La préfecture du Calvados a mis à la consultation du public son projet d’arrêté ordonnant des prélèvements de blaireaux dans les zones définies à risque de tuberculose bovine pour la faune sauvage dans le département du Calvados.

La préfecture a publié sa note de présentation dans la présentation de l’arrêté

et l’arrêté spécifiant les zones concernéeshttp://www.calvados.gouv.fr/IMG/pdf/2021_02_18_ap_infection_faune_sauvage_tuberculose_bovine-1.pdf

AVES France vous invite à vous opposer à ce projet d’arrêté  avant le 23 mars 2021.
en vous inspirant des propositions de rédactions ci-dessous

Votre projet d’arrêté prévoit l’éradication de tous les blaireaux présents dans une zone dite infectée, suite à la découverte d’un seul animal contaminé en 2020. Je m’oppose à l’éradication des blaireaux dans les 17 communes de la zone à risque.
Il est incompréhensible d’éradiquer l’ensemble des blaireaux de cette zone par piégeage ou tir alors que seuls 44 blaireaux seront prélevés à des fins de dépistage.
La prévalence d’infection dans la faune sauvage ne préjuge pas de la propagation intraspécifique ou interspécifique.
La « régulation » des populations de blaireaux par piégeage ou tir, en périphérie des élevages bovins infectés (zones de prospection), ne se justifie pas ; l’épizootie est interne à la filière bovine et l’espèce blaireau n’est pas, à ce jour, un réservoir sauvage de l’infection.
La réduction des densités des populations de blaireaux entreprise autour des élevages infectés relève d’une méthode très contestée scientifiquement depuis longtemps et peut entraîner la disparition locale de l’espèce.
La France était indemne de tuberculose bovine jusqu’à 2000, c’est-à-dire que le taux de troupeaux contaminés était inférieur à 0,1 %.
La difficulté prophylactique de mise en place de la vaccination, alliée à un relâchement certain du monde agricole, a permis à cette pathologie de se réinstaller dans différentes régions de France à partir de 2002 (Cerfs et sangliers en Seine-maritime et Eure, Blaireau en Bourgogne etc). Par ailleurs, les pratiques de la régulation de la faune sauvage par le biais de nourrissage des sangliers de façon quasi industrielle et à ciel ouvert ainsi que le laisser sur place des viscères éventuellement infectées (estimation de 5000 tonnes par an en France sur les bases des prélèvement statistiques de l’ONCFS) ont implicitement porté Mycobactérium bovis au sein de la faune sauvage…
Les milieux scientifiques ont démontré clairement qu’il n’existe pas de foyer bactérien tuberculinique sauvage. Le problème demeure donc un problème éminemment intra-agricole !
L’éradication massive préconisée comme solution efficace a trouvé ses faiblesses comme l’atteste la longue campagne d’élimination (1973 à 1998) au Royaume-uni et la recrudescence importante qui s’en est suivie… 2 études successives d’un groupe d’experts mandatés par la DEFRA (Département pour l’environnement, l’alimentation et les affaires rurales), puis d’une équipe de l’université d’Oxford, ont également étayé cette thèse.
L’élimination massive du blaireau d’Europe n’est donc qu’une solution à très court terme. La solution est à trouver du côté du monde agricole et à la remise en question de ses pratiques….
Le blaireau fait donc les frais d’une mauvaise gestion humaine et n’est pas responsable de la réapparition de la tuberculose bovine (Hubert BASLE).

 Donnez votre avis (en cliquant sur ce lien ) sur le projet d’arrêté de capture de blaireaux 

Les commentaires de ce message sur le blog peuvent recevoir votre proposition qui peut en inspirer d’autres mais c’est bien sur le site de la préfecture qu’il est utile de le poster.

Décryptage de l’engouement pour la voiture électrique

par Pierre Péguin, physicien, et Ivo Rens, historien et juriste, 3 mars 2021,

Depuis quelques années, de par le monde, la voiture électrique qualifiée de “voiture propre”, est présentée comme la solution aux problèmes de pollution et de climat par les politiques et les médias. Elle répondrait aux exigences d’une société écologique de progrès. S’il est vrai que les véhicules restent indispensables, particulièrement dans la vie rurale, il est nécessaire de pouvoir en disposer qui soient sobres en consommation, fabriqués et recyclés en faisant le moins de dégâts écologiques et sociaux possibles.

L’achat des voitures fonctionnant à l’électricité, bien que généreusement subventionné en France et dans d’autres pays, reste onéreux et s’adresse d’abord à un public aisé s’équipant d’une voiture secondaire pour la ville. Mais est-on sûr que leur bilan complet soit réellement écologique ? Tentons d’élucider cette question qui vaudra aussi pour les voitures hybrides, mutatis mutandis.

En outre, face aux mesures mises en œuvre en France comme ailleurs dans le monde, mais aussi face à l’effet de mode et à l’engouement du public, tentons de voir ce que peut signifier cette promotion volontariste pour l’évolution de la société.

Le scandale écologique de la prime à la casse de véhicules en état de marche (1).

Alors qu’une société sobre se doit de renoncer à l’obsolescence programmée des objets fabriqués industriellement, voilà que des primes sont proposées pour mettre à la casse des voitures en état de marche. Il s’agit de les remplacer par des véhicules neufs plus lourds, fabriqués avec encore plus de matériaux, ceux des batteries électriques, et avec tous les gadgets modernes dont la fabrication énergivore est source de pollutions supplémentaires !
Le prétexte environnemental est que les voitures neuves, consomment moins que celles qu’elles remplacent. Certes les vielles bagnoles consomment et polluent davantage, mais en continuant à rouler longtemps, entretenues ou rafistolées (comme en Afrique…), elles évitent la fabrication polluante et gourmande en matériaux à extraire, en énergie et en eau, de voitures neuves électriques.

Un autre gaspillage d’argent public réside dans l’installation, à grands frais, de bornes de recharge, avec places de stationnement, et dans le dégrèvement fiscal accordé à l’énergie électrique de recharge, aux bornes ou au domicile. Ces avantages bénéficient bien sûr aux tranches sociales assez aisées pour s’offrir ces véhicules électriques déjà généreusement subventionnés…

La voiture électrique est-elle écologique ? (2),(3), (4)

Le plus souvent, les acheteurs de voitures électriques estiment avoir fait un choix écologique, et il est bien vrai que l’utilisation de ce type de véhicules réduit la pollution de l’air dans les agglomérations. Mais leur production se révèle nettement plus énergivore, et polluante que celle des voitures thermiques. En effet la fabrication de leur batterie compte pour près de la moitié dans leur coût énergétique et requiert l’extraction de métaux rares.

Aujourd’hui, le point crucial d’une voiture électrique est sa batterie, le plus souvent produite en Chine. C’est elle qui en détermine un certain nombre de caractéristiques, dont l’autonomie et la puissance. Elle est responsable de l’accroissement important du poids du véhicule, elle en constitue aussi l’élément le plus coûteux. Mais surtout, elle est à l’origine de pollutions, de dégâts environnementaux et sanitaires provoqués par l’extraction, principalement dans le Tiers monde de tous les matériaux nécessaires à sa fabrication. Quant aux mineurs qui sont parfois des enfants et aux autres acteurs impliqués dans cette extraction, , ils sont le plus souvent embauchés pour un salaire de misère et avec des conditions de travail épouvantables. (4)

Paradoxalement, la production de voitures électriques est étroitement dépendante de l’industrie minière. En effet pour fabriquer leurs batteries on a besoin de lithium (provenant du Chili), en fonction des technologies elles contiennent du cobalt (dont plus de la moitié provient du Congo-Kinshasa), du nickel (de Nouvelle Calédonie), du manganèse (du Gabon). Ajoutons que leur fabrication requiert quatre fois plus de cuivre qu’il n’en faut aux voitures thermiques, et que pour alléger le surpoids de la voiture il faut aussi remplacer l’acier par 3 à 4 fois plus d’aluminium dont l’élaboration est très gourmande en énergie. Est-il besoin de préciser que l’industrie minière est totalement dépendante des combustibles fossiles dont elle n’est pas précisément une petite consommatrice. Finalement, la fabrication de ces batteries, et donc des voitures électriques, est au moins deux fois plus polluante à produire que la voiture thermique. Et si au moins les batteries étaient recyclées comme annoncé. Malheureusement, tel n’est pas le cas pour l’instant du moins, seuls les éléments les plus faciles à récupérer le sont.

Qu’en est-il de son bilan énergétique ?

Certes, au conducteur, la consommation énergétique du véhicule électrique paraît exemplaire : la quantité et le coût de l’électricité nécessaire pour le faire rouler sont minimes. Mais qu’en est-il alors du rendement thermodynamique de la voiture électrique comparée à celui de la voiture thermique ? D’après Philippe Lebreton (5), la voiture électrique utilise moins de 20 % de l’énergie fournie par l’uranium ou les hydrocarbures en centrale thermique du fait des rendements successifs, en cascade, de la centrale, de la batterie, et du moteur électrique. Ce faible rendement est à comparer à celui de la voiture thermique qui oscille autour de 30%. Voici ce qu’en disait Philippe Lebreton il y a un quart de siècle (5):

Pour comparer les rendements respectifs des véhicules électriques, et thermiques il faut partir des énergies primaires, d’une part pour la production d’électricité essentiellement en centrales thermiques (nucléaire et fossiles), et d’autre part du carburant tiré à la pompe,

Pour la voiture électrique, sachant que le rendement de conversion de chaleur en centrale thermique est à peu près de 30 % pour le nucléaire, meilleur pour le fuel, le charbon et surtout le gaz pour lequel on approche les 50 %. Sachant aussi que le rendement du stockage de l’électricité en batterie est de l’ordre de 65 %, à condition que la recharge ne soit pas accélérée, puis que le moteur électrique de la voiture aura un rendement de l’ordre de 85 %. On s’aperçoit finalement que seuls 15 à 16 % de l’énergie fournie par la désintégration de l’uranium ou 20 à 21 % de la combustion de fossiles est utilisée par la voiture électrique. Tout le reste est perdu en chaleur, et de plus le rendement baisse s’il faut réchauffer l’habitacle ou au contraire le climatiser.

Pour simplifier, il n’est pas pris en compte tout ce qu’implique l’extraction et la transformation de l’uranium ou du pétrole, dont les dégâts sont considérables, plus graves encore pour l’uranium que pour les hydrocarbures.

Quant à la voiture à essence ou diesel, son rendement moyen est actuellement de 30 % meilleur (ou moins mauvais!) que celui de la voiture électrique Il est susceptible de progrès dans l’avenir, sa limite théorique du fait du 2nd principe de la thermodynamique étant d’environ 60% (6) (7).

Voitures electriques et nucléaire.

En France l’électricité fournie aux bornes de recharge est alimentée à 70 % par la filière nucléaire qui crée d’énormes quantités de déchets radioactifs pour des milliers d’années. Cette filière a connu en un quart de siècle les accidents de Tchernobyl (1986) et de Fukushima (2011), avec des conséquences séculaires. Aussi peut-on dire des propriétaires de véhicules électriques qu’ils roulent au nucléaire, qu’ils se rendent co-responsables de risques majeurs menaçant leur pays, leur continent, voire le vivant et aussi de la formation de déchets radioactifs on ne peut plus durables dont nous confions la gestion éminemment problématique aux générations futures pour des dizaines d’années de milliers d’années.

Le développement de ces voitures accroît inexorablement la demande en électricité, et permet aux gouvernants de prétendre à la nécessite de poursuivre sa production par le nucléaire. C’est d’ailleurs pour cette raison même que le chauffage électrique des immeubles continue à être promu malgré son bilan énergétique désastreux.

Il reste qu’en fonctionnement, un véhicule électrique n’émet pas de CO2 et que, au fil du temps, il pourrait compenser le surcroît de pollution engendrée par sa fabrication et celle de sa batterie. Dans beaucoup de pays, en termes de CO2, un véhicule électrique doit parcourir près de 200’000 kms pour rattraper le bilan carbone de la voiture thermique, et ce à condition que la batterie soit toujours fonctionnelle.

En revanche si, comme en Norvège, la production de l’électricité utilisée en recharge est renouvelable, il suffirait de 40’000 km pour compenser le surcroît de CO2 émis lors de sa fabrication. De même un particulier ou une collectivité produisant toute son électricité par voie photovoltaïque obtiendrait un meilleur rendement écologique, mais ce n’est bien sûr pas le cas de l’immense majorité des utilisateurs.

Quant à la pollution aux particules fines, d’après les nouvelles normes de pollution européenne, les gaz d’échappement n’en sont plus la principale source, même si ceux du diesel restent les plus toxiques. L’abrasion des pneus et des plaquettes de frein compte en effet pour 90 % de ces émissions.

Dans le cas des hybrides rechargeables, le bilan énergétique est également défavorable car le poids mort de la batterie entraîne une surconsommation énergétique permanente.

En guise de conclusion provisoire

Promu à l’échelle mondiale, sans la moindre réserve par nos dirigeants, pour des raisons écologiques mais surtout climatiques, le remplacement des voitures thermiques par des voitures électriques devait permettre de ne plus polluer l’air des villes et de limiter le réchauffement climatique. C’est pourquoi, dans différents pays, les autorités favorisent fiscalement et parfois même subventionnent directement les acquéreurs de voitures électriques. Dans certains pays, l’électrification du parc automobile est en bonne voie. L’air des grandes villes deviendra plus respirable et d’aucuns croiront avoir œuvré pour l’écologie. En réalité, la diffusion des voitures électriques n’aura fait que déplacer la pollution notamment vers les pays producteurs des minerais nécessaires à la production des batteries électriques et vers ceux exportant l’uranium destinés aux centrales nucléaires. Car, pour être scientifiquement pertinente, l’analyse de tout processus économique doit aller du berceau à la tombe et ne pas s’arrêter à mi-chemin.

En adoptant des normes restreignant drastiquement les émissions de CO2, l’Union européenne a emprunté cette voie favorisant l’essor des voitures électriques adapté à une clientèle aisée, délaissant ainsi la conception de petits véhicules thermiques sobres, rustiques au coût écologique moindre, ne consommant guère plus de 3 litres aux cent kilomètres.

Dans cet ordre d’idées, on peut s’étonner que les autorités politiques non seulement européennes mais mondiales n’ont jamais même tenté de taxer le kérosène qui a permis de doper une aviation devenue pléthorique ni d’interdire l’utilisation de fuels lourds utilisés à satiété par le trafic maritime qui a puissamment contribué à polluer les mers et les océans. Et que dire de la frilosité de la plupart des Etats peu enclins à favoriser le transport ferroviaire des personnes et des marchandises ?

Mais tentons d’aller plus loin. N’y a-t-il pas lieu de s’interroger sur les conséquences sociétales du développement imposé de la voiture électrique ? Se pourrait-il que cette dernière ne constitue qu’un aspect d’une transformation en cours de la société ? Avec l’imposition en France des compteurs électriques connectés Linky, le déploiement mondial de la G5, la diffusion des objets connectés, le rêve de la voiture autonome et le mythe d’une électrification intégrale, n’assistons-nous pas à la mise en place de l’infrastructure d’une société complètement normée et surveillée évoquant le célèbre 1984 de George Orwell ? (8)

Il y a d’ores et déjà sur la planète 1,4 milliards de véhicules automobiles à quatre roues. (9) Et il semble bien que le véhicule autonome soit tout sauf exemplaire en sobriété. Pour passer d’un véhicule actuel à un véhicule capable de se conduire et de se garer tout seul, pour remplacer la perception et la conduite humaine par des algorithmes, il faut quantité d’équipements supplémentaires : caméras, radars et d’innombrables capteurs gérés par des ordinateurs. Tout cela comporte des conséquences écologiques avec encore plus d’extraction de métaux rares, plus de centrales nucléaires et aussi plus de centres de données (data centers) dont le refroidissement est gourmand en énergie électrique… et il n’est pas dit qu’ils puissent tous être déplacés ailleurs !

L’engouement actuel pour la voiture électrique n’a de justification ni thermodynamique ni écologique. Il amorce une mutation sociétale qui n’a rien de spontané. Cette mutation a vraisemblablement été conçue déjà vers la fin du siècle dernier dans les arcanes de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en marge de réflexions sur la courbe de Keeling (10) qui mit en relation la hausse continue du CO2 dans l’atmosphère avec la consommation des énergies fossiles par les sociétés humaines. Mais son histoire reste à écrire…

(1) « La voiture électrique et le compteur Linky : deux béquilles absurdes et vaines pour une société techniciste aux abois… » Communication de Stéphane Lhomme, décembre 2020.

(2) « Non la voiture électrique n’est pas écologique », Reporterre, Célia Izoard, 1 septembre 2020 ,
https://reporterre.net/Non-la-voiture-electrique-n-est-pas-ecologique,

(3) Challenges du 21/03/2018 « Et si la voiture électrique était un désastre écologique ? » par Nicolas Meunier. https://www.challenges.fr/automobile/dossiers/et-si-la-voiture-electrique-etait-un-desastre-ecologique_575450,

(4)« La voiture électrique cause une importante pollution minière » Reporterre, Célia Izoard, 2 septembre 2020 ,
https://reporterre.net/La-voiture-electrique-cause-une-enorme-pollution-miniere,

(5) Philippe Lebreton – « le véhicule électrique autonome : alternative écologique crédible ou gadget electropublicitaire », 1995, Stratégies Energétiques, Biosphère et Société (SEBES).

(6) Courriel de Philippe Lebreton à Ivo Rens, 26 septembre 2020.

(7) « Le moteur thermique n’a pas dit son dernier mot » Sciences et Avenir https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/automobile-le-moteur-thermique-n-a-pas-dit-son-dernier-mot_106708,

(8)« Derrière la voiture électrique, l’empire des Gafam » Reporterre, Célia Izoard, 3 septembre 2020
https://reporterre.net/Derriere-la-voiture-electrique-l-empire-des-Gafam,

(9) Transitions & Energies, https://www.transitionsenergies.com/combien-voitures-monde/

(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Courbe_de_Keeling

APPEL DU 26 AVRIL 2021 AUX FEMMES DU MONDE ENTIER

Cet APPEL fait suite à l’ APPEL du 26/4/2016 qui avait suscité 400 initiatives à travers le monde

Contexte Le 26 avril 1986 commençait la catastrophe de Tchernobyl. Analysé, commenté, filmé depuis 35 ans, cet évènement majeur de notre histoire contemporaine reste une « énigme à résoudre pour le XXIème siècle » nous avait annoncé Svetlana Alexievitch (prix Nobel de littérature en 2015). C’est justement son texte La supplication paru en 1997 dans la revue russe Amitié entre les peuples et traduit depuis dans de très nombreuses langues qui a permis aux lecteurs du monde entier de prendre conscience des effets délétères de cette catastrophe technologique et humaine sans retour. Récit tragique régulièrement adapté au théâtre, à la radio et au cinéma, il inspire de nombreux colloques, articles, romans, interviews … et controverses. D’une histoire d’amour banale, Le prologue de La supplication nous transporte au coeur d’un désastre technologique sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Le simple témoignage d’une toute jeune femme parlant de son mari sapeur-pompier va prendre les accents d’une épopée. De garde cette nuit-là, son mari intervient avec quatorze collègues pour éteindre en vain ce qu’on leur avait annoncé comme « un incendie ordinaire » sur le réacteur N°4 de la Centrale Lénine. Irradié dès les premières minutes, son agonie durera quatorze jours au coeur de l’irrationnel, de l’épouvante … et de l’amour fou. Quatorze journées hallucinées, ravageuses pour lui et pour sa femme, pour leurs familles, leurs amis, mais aussi pour La Médecine, La Science, Le Pouvoir politique et Le Pouvoir militaire. En Union Soviétique comme dans le reste du monde. 

 

Cet « Hymne à l’amour » vaut d’être chanté partout sur la Terre par un gigantesque choeur de femmes. Vous aimez lire ou dire à haute voix ? Vous êtes comédienne ou pas ? Alors, où que vous soyez dans le monde les 25 et 26 avril 2021 et à l’heure que vous déciderez ( à partir de 18h le 25 et jusqu’à minuit le 26 ) lisez ou jouez le Prologue de La supplication de Svetlana Alexievitch. Liste des éditions et traductions du monde entier sur: https://april26appeal.noblogs.org

Cet acte artistique éphémère est adressé à un public convié gratuitement dans une librairie, une bibliothèque, une ruine, un appartement, un théâtre, un jardin public, une salle de classe, une usine désaffectée, au coeur d’une forêt, en haut d’une montagne, dans une cour, un bar, un parking, un cinéma, une prison, un hôpital… 

du 25 à 18h au 26 avril 2021 à minuit lecture ou représentation du Prologue uniquement simplicité d’interprétation gratuité de l’évènement aucune captation si ce n’est une photo 

Aux strictes conditions ci-dessus, Svetlana Alexievitch autorise et soutient l’initiative. Dès maintenant, vous pouvez signaler votre participation sur le groupe Facebook https://www.facebook.com/groups/977646358962204/ Inscrivez votre nom, le lieu (adresse et pays) et l’heure de l’évènement. Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter une photo-portrait de vous ou/et du lieu, une adresse mail, un site internet, un N° de téléphone. Vous êtes responsable de l’évènement. Sa mise en oeuvre doit être simple et non onéreuse. Vous en assurez la publicité en précisant simplement que vous répondez à « l’appel du 26 avril 2021 ». Le groupe Facebook et le Blog de L’APPEL DU 26 AVRIL 2021 répertorient la totalité des propositions au fur et à mesure qu’elles sont reçues. Ils sont des espaces d’information et de communication pour les journalistes du monde entier et pour quiconque veut se renseigner. Correspondance possible avec l’équipe de l’ APPEL DU 26 AVRIL 2021: – en français avec Bruno Boussagol cokoller@bluewin.ch – en anglais avec André Larivière andre.lariviere@laposte.net – en japonais avec Yumi Célia yumi.celia@gmail.com – en russe et ukrainien avec Nika Le Dantec artnouv@gmail.com 

Lancement de la campagne de vote des franciliens pour le projet de sonde de mesure indépendante de la radioactivité de l’air dans le cadre du Budget participatif Régional Île-de-France

Bonjour
Nous avons besoin de vos votes, citoyen-ne-s d’Île-de-France.
Plus de 3000 cyberacteurs-trices d’entre-vous aviez signé notre pétition en ce sens en 2019.
En créant Nucléaire Je Balise en 2019, nous avions l’ambition de promouvoir l’installation de sondes de mesure indépendante de la radioactivité de l’air en France, en Île-de-France, plus particulièrement dans notre intercommunalité GPS&O, en premier lieu, notre association étant déclarée à Verneuil sur Seine. D’autres projets sont en cours en Île-de-France pour couvrir le territoire représentant pratiquement 20% de la population française.
2021 sera l’année d’une première installation grâce à la commune d’Andrésy (78) et à son maire EELV, Monsieur Lionel Wastl, qui accepte le principe de voir une sonde sur sa commune.
Ainsi nous avons pu concourir au Budget participatif régional.
La campagne de vote des Franciliens  pour les projets retenus dans le cadre de ce Budget est ouverte jusqu’au 8 mars.
Pour voter pour notre projet, il suffit de créer un compte sur
Vous allez ensuite sur le thème Santé environnementale et nous trouvez en 8ème position.
Nous vous sollicitons afin que vous puissiez nous aider :
en contactant vos réseaux sociaux, votre famille, vos ami-e-s, connaissances*, en leur joignant les pièces ci-dessous et en leur demandant de voter sur le site du lien ci-dessus pour le projet Nucléaire Je Balise.
..* à condition qu’ils habitent en Île-de-France
– en demandant à ceux-ci de faire pareil (s’ils ont des connaissances qui habitent en IDF), ainsi de suite, comme une chaîne.
– si cela est possible, en adhérant pour 10€ ou + à NJB. Afin d’avoir plus de poids dans nos démarches pour obtenir d’autres subventions, d’autres soutiens, il nous semble important de vous compter parmi nous en tant qu’adhérent.
Un grand merci
VIREMENT IBAN FR 76 1027806118000203767013 en indiquant vos coordonnées complètes pour le reçu fiscal