22 V’là les acteurs des transitions : les vidéos

En avril et mai de cette année 2022 à Quimper (29), et à l’occasion des 22 ans de notre association Cyberacteurs, s’est tenu l’événement “22 V’Là les acteurs des transitions”.

Merci à tous nos partenaires qui ont fait le succès de cette manifestation que vous prolongerez en visionnant les différentes vidéos dont la mise en forme a pris un peu de temps mais qui devraient vous permettre de vivre en partie cet événement pour lequel nous avions tenu à mettre les petits plats dans les grands. Si vous n’avez pas le temps de tout regarder, nous vous conseillons le teaser pour une présentation rapide, la vidéo de l’inauguration pour saisir le pourquoi de l’événement et les restitutions visuelles et humoristiques des deux journées.

affiche 22 V'la les acteurs des Transitions

22 V’la les Acteurs des Transitions – Teaser

https://www.youtube.com/watch?v=cXdw_TX_TKQ&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=4

22 V’la les Acteurs des Transitions – Inauguration à Quimper (29)

https://www.youtube.com/watch?v=yIJ81lkyRaE&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=4

Restitution visuelle et humoristique par Agnès PAYRAUDEAU & Marlène de Ty catch impro

https://www.youtube.com/watch?v=mf7RN6S5D0M&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=13

Restitution visuelle et humoristique par Agnès PAYRAUDEAU & Rudy GARCIA de Ty catch impro

https://www.youtube.com/watch?v=MOmvv_ysUXE&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=14

La permaculture humaine dans nos organisations, par Anne BLANDEL de Transitions fertiles

https://www.youtube.com/watch?v=-5uYn4sZCkM&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=5

conférence “L’aventure Tro Breizh des solutions zéro déchet”, par Claire Cariou / Côte Waste

https://www.youtube.com/watch?v=xHHoj_To4QM&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=6

conférence “Guidance Cartomancie Holistique” par Francis Boulmier

https://www.youtube.com/watch?v=LTe4hhl1SCA&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=7

Conférence Et si nous réfléchissions ensemble ? par Isabelle Tanguy

https://www.youtube.com/watch?v=Pwmhhil9h3k&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=8

conférence « La vie en écolieu, un pas vers une vision écocentrée du monde » par Léandre Baconnais

https://www.youtube.com/watch?v=eGL8i434DAY&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=9

conférence “Histoire et découverte de mes œuvres” par Marc Morvan

https://www.youtube.com/watch?v=OeVS_2Lk0w8&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=10

conférence “B.A.ba de la permaculture, les bases de la permaculture au jardin” par Marie Carpentier

https://www.youtube.com/watch?v=KliWzVZkBCI&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=11

présentation Eco Bretons, le web média associatif – avec Marie-Emmanuelle GRIGNON, Journaliste

https://www.youtube.com/watch?v=L5c3zTqDQSQ&list=PL_7NQtu7niwQAXhD5DUVpnnuyCo0vz_l3&index=12

Le Souffle d’Or a besoin de votre soutien !

Nos éditions sont confrontées à une explosion des coûts du papier (+ 50 % en 1 an ) et une forte hausse des frais d’imprimerie (énergie + transport) ; or nous publions cet automne un programme riche, découvrez-le ! Nous avons besoin d’aide pour le financer.

Depuis ce début 2022, de  nombreuses maisons d’édition souffrent du manque de fréquentation en librairie et de la baisse des ventes sur internet ; nous ne faisons malheureusement pas exception.

Notre maison d’édition, avec ses deux marques Le Souffle d’Or et Yves MICHEL, est durement impactée et je viens faire appel à vous.

Achetez nos livres : regardez notre site internet, les rubriques qui vous concernent le plus et faites vos emplettes dans les librairies de quartier ou sur notre site ; c’est le moyen privilégié pour nous soutenir !
Offrez vos livres préférés à votre entourage : ce sont des cadeaux précieux !
Ou bien faites un don direct : cela nous permettra de poursuivre notre œuvre d’édition.

Un premier objectif de collecte est fixé à court terme d’un montant de 15 000 € pour verser les salaires et payer nos imprimeurs.

La survie de notre maison d’édition, dont les livres ont changé tant de vies,
peut-elle mériter votre attention et un geste pécuniaire tout de suite ?
Ce choix, cet engagement, vous appartient.

INDÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE DE LA FRANCE ET NUCLÉAIRE

On entend souvent dire, par des dirigeants politiques favorables au nucléaire, que cette énergie est garantede notre indépendance énergétique. Cette affirmation serait justifiée par le fait que les approvisionnements en uranium sont diversifiés et que la France a la maîtrise technologique de l’ensemble de la chaîne de transformation de l’uranium en « combustible » et de son « retraitement »1.

Pourtant, aucune personne sensée n’oserait affirmer aujourd’hui que le pétrole brut assure notre indépendance énergétique grâce à des approvisionnements diversifiés et à notre maîtrise technologique, du transport, du raffinage et de la transformation des produits raffinés, en chaleur dans des chaudières, en force motrice dans des moteurs, en électricité dans des centrales thermiques, etc. Le pétrole importé n’assure pas notre indépendance énergétique, c’est une évidence.
Pour ce qui concerne l’énergie nucléaire et l’indépendance énergétique de la France, la réalité est bien 
différente de ce que certains prétendent. Quelle est cette réalité et quelles en sont les conséquences ?

Qu’appelle
ton indépendance énergétique, comment la mesureton, quelle est sa valeur actuelle ?

Selon l’INSEE, le taux d’indépendance énergétique d’un pays est le rapport entre sa production d’énergie 
primaire (chaleur générée par la fission nucléaire dans les réacteurs, charbon, pétrole, gaz naturel, hydraulique, énergies renouvelables) et sa consommation en énergie primaire. Ce taux est généralement indiqué pour une année et l’INSEE en fait le calcul en utilisant une convention datant de l’époque où l’uranium des réacteurs nucléaires provenait de mines françaises. Selon cette convention, la chaleur produite par la fission de l’uranium est une production nationale. C’est ainsi que l’INSEE indique un taux d’indépendance énergétique de la France de 55,5 % pour l’année 2020 2.
Pourtant, l’uraniu
m est entièrement importé, soit sous une forme (« yellow cake »3, hexafluorure d’uranium4uranium enrichi) qui nécessite des traitements complémentaires pour être utilisable dans les réacteurs, soit sous la forme d’assemblages de « combustibles » prêts à l’emploi 5.

En réalité, les seules sources d’énergie non importée qui contribuent à l’indépendance 
énergétique française sont les renouvelables et le peu de pétrole et de gaz extraits du soussol. En 2020, le taux d’indépendance énergétique réel, calculé avec les données Eurostat6, était de l’ordre de 13,5 %. On est bien loin de la valeur annoncée par l’INSEE.
La France est donc un pays très dépendant des importations d’énergies fossiles et d’uranium
. Tout comme l’industrie pétrolière, l’industrie nucléaire mondialisée et sous influence de pays guerriers comme la Russie, est une source de dépendance énergétique et géopolitique.

D’où vient l’uranium importé sous
forme de « yellow cake » ou sous d’autres formes ?

Selon un article du journ
al Le Monde7, l’uranium nécessaire au fonctionnement des centrales nucléaires françaises est importé en totalité depuis 2003. L’exploitation de la dernière mine d’uranium en France a cessé en 2001. En 2020, l’uranium a été importé pour près de 10 % d’Australie, 26 % d’Ouzbékistan, 35 % du Niger et près de 29 % du Kazakhstan. C’est donc 90 % de l’uranium importé en 2020 qui provenait de pays sous
infl
uence russe ou chinoise, depuis que la Chine est installée au Niger8 et que la milice proPoutine Wagner opère au Mali 9. Et 55 % de l’uranium importé en 2020 provenait du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan. Or, dans ces deux pays, selon Le Monde, « Moscou est en position de force 10 » et, selon Le Point, « la Russie et l’Ouzbékistan scellent leurs liens dans tous les domaines 11 ».

Selon un article du quotidien de l’écologie
Reporterre12, qui cite une note de l’ONG Greenpeace, « la France a importé 19 245 tonnes d’uranium naturel et 8 213 tonnes d’uranium enrichi de Russie entre 2000 et 2020 ».

Toujours selon
Reporterre (référence 3), l’usine ANF (Advanced Nuclear Fuels, filiale de Framatome) de Linden en Allemagne, alimentée en hexafluorure d’uranium par la Russie, livre des «assemblages combustibles » pour les réacteurs nucléaires français.

Quelle est notre dépendance énergétique au nucléaire ?
En 2020, l’électricité issue des centrales nucléaires et consommée en France a fourni 16
% de toutes les consommations finales d’énergie (celle que les consommateurs achètent sous forme de combustibles, de chaleur et d’électricité). Notre dépendance énergétique au nucléaire est donc de cet ordre et bien moindre que notre dépendance aux énergies fossiles, de l’ordre de 60 %. S’affranchir très rapidement de cette dépendance énergétique au nucléaire ne devrait donc pas constituer un obstacle insurmontable pour un pays technologiquement développé comme la France. L’Italie et l’Allemagne, qui ont choisi d’arrêter le nucléaire, ont une indépendance énergétique, avec ou sans énergies fossiles extraites de leur soussol, significativement plus élevée que celle de la France (voir annexe). Et ils ne dépendent plus d’importations d’uranium provenant de pays sous influence russe. L’Allemagne dispose en outre de mines et de centrales à charbon qu’elle peut utiliser de manière plus intense qu’actuellement en cas de nécessité.

La France peutelle résister longtemps aux aléas de fonctionnement des centrales nucléaires et aux mauvais choix de politique énergétique ?

Au cours de l’hiver 2021
2022, la puissance électrique maximale consommée,enregistrée le 14 janvier 2022 à 9 h 30, a été de 87 039 MW. Si les 56 réacteurs des centrales nucléaires françaises avaient été en état de fonctionner, ils auraient pu fournir 61 370 MW. Mais ce jourlà, 10 d’entre eux étaient complètement arrêtés et 6 autres à puissance réduite. Ceux qui étaient encore en état de marche ont alors fourni 48 585 MW. C’était
insuffisant pour l’équilibre du réseau. Heureusement, la France dispose encore de moyens de production 
« pilotables » et moins aléatoires que le nucléaire (centrales hydroélectriques de barrage, centrales à gaz, à charbon et à fioul) et de moyens de production au fil de l’eau, du soleil et du vent. Ils ont alors fourni 31 391 MW. Et d’autres moyens de production, dans les pays riverains de la France, ont fourni le solde (7 063 MW) indispensable pour passer la pointe de consommation.

L’approvisionnement électrique de la France est donc sous triple dépendance :

à de l’uranium entièrement importé de pays pour la plupart alliés à la Russie,
à des installations nucléaires de forte puissance vieillissantes, dont les indisponibilités sont de plus en plus fréquentes13, dont le fonctionnement est très aléatoire dans un monde incertain soumis aux « crises » (sanitaires, géopolitiques, guerres, attentats) et aux aléas climatiques,
aux importations d’électricité (essentiellement en provenance d’Allemagne) en période de pointes de consommation mais aussi hors de ces périodes lorsque plusieurs réacteurs nucléaires sont indisponibles.
Le recours important au chauffage électrique, générateur d’appels de puissance élevés en période froide 
(selon RTE, un degré de baisse de température extérieure augmente la puissance appelée sur le réseau de 2 400 MW), est un facteur aggravant de dépendance.
La guerre de Poutine en Ukraine devrait pousser le gouvernement français à revoir de toute urgence sa 
politique énergétique. Et il ne s’agit pas de faire la même erreur que celle commise dans les années 1970 au moment des « chocs pétroliers ». Il s’agit de s’affranchir du nucléaire, c’estàdire de technologies militaro– civiles qui provoquent des catastrophes d’ampleur mondiale, d’installations défaillantes, énergétiquement
inefficaces
, importatrices d’uranium, productrices d’effluents et déchets radioactifs ingérables et potentielles cibles militaires.

François Vallet
septembre 2022

Annexe : taux d’indépendance énergétique et autres indicateurs pour quelques pays d’Europe en 2020
Pays ou groupe de pays
                                        EU27 Allemagne Espagne France Italie
Efficacité énergétique (consommation finale
d’énergie/consommation d’énergies primaires).       64,2 % 67,6 % 61,2 % 57,1 % 71,5 %
Part des renouvelables dans la consommation
finale 
d’énergie.                                                       26,4 % 24,0 % 27,2 % 21,8 % 26,5 %
Indépendance énergétique (rapportée à la
consommation 
d’énergies primaires).                      28,9 % 28,4 % 17,1 % 13,5 % 26,2 %
Indépendance énergétique (rapportée à la
consommation 
finale d’énergie).                              45,0 % 42,0 % 28,0 % 23,7 % 36,6 %

Les indicateurs suivants ont été calculés à partir des statistiques énergétiques publiées par Eurostat.
Parmi les 4 pays examinés, et par rapport à la moyenne européenne (EU 27), c’est la France qui a le système 
énergétique le moins efficace, la plus faible part d’énergies renouvelables et le plus faible taux d’indépendance énergétique. De ce point de vue, c’est un des maillons faibles de l’Europe dans la situation de guerre aux frontières de l’Union européenne.

Pour assurer son approvisionnement énergétique, la France dépend non seulement de pays hors UE, de pays sous influence de la Russie pour l’uranium, mais aussi de ses voisins de l’UE pour assurer l’équilibre de son réseau électrique.

Pour illustrer la dépendance énergétique de la France, il suffit de comp
arer notre consommation d’énergies fossiles avec celle de l’Italie, pays qui n’a plus aucun réacteur nucléaire en fonctionnement et dont le nombre d’habitants est très proche (en 2020, 59,6 millions en Italie, 67,4 millions en France). En 2020 l’Italie a consommé 111,9 Mtep sous forme de charbon, de pétrole et de gaz, et la France 107,7. L’Italie par ailleurs augmente régulièrement la part des énergies renouvelables dans sa production d’électricité : de moins de 16 % en 1990, elle est passée à 39 % en 2019, alors que cette même année la France arrivait à peine à 20 %.

1 Réponse de la ministre de la transition énergétique, aux questions du député LFI Matthias Tavel, lors de son audition à l’Assemblée Nationale le 13 septembre 2022
https://videos.assemblee-nationale.fr/video.12149243_63207c68b962b.commission-des-affaires-economiques–mme-agnes-pannier-runacher-ministre-de-la-transition-energeti-13-septembre-2022?timecode=3524020
2 Bilan énergétique de la France – Données annuelles de 2011 à 2020 – Chiffres-clés – Paru le : 24/12/2021


3 Concentré d’uranium sous forme de d’octaoxyde de triuranium U₃O₈.

4
https://reporterre.net/L-encombrante-livraison-d-uranium-russe-a-l-Europe
5
https://fr.wikipedia.org/wiki/Usine_Framatome_de_Lingen
6
https://ec.europa.eu/eurostat/fr/web/energy/data/energy-balances
7 L’indépendance énergétique de la France grâce au nucléaire : un tour de passe-passe statistique

8 Uranium : une société chinoise va lancer de nouvelles prospections au Niger Reporterre 10 octobre 2018


Niger : la ville d’Arlit perd une mine d’uranium et plus de 600 emplois France Info Afrique 18 mars 2021


9 Avancées russes sur le continent africain : l’UE doitelle s’en inquiéter ? – RTBF 20 février 2022

https://www.rtbf.be/article/avancees-russes-sur-le-continent-africain-lue-doit-elle-sen-inquieter-10935681

10 Moscou en position de force au Kazakhstan

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/01/08/entre-le-kazakhstan-et-la-russie-une-relation-ambivalente_6108655_3210.html

11
https://www.lepoint.fr/monde/la-russie-et-l-ouzbekistan-scellent-leurs-liens-dans-tous-les-domaines-19-10-2018-2264208_24.php
12
https://reporterre.net/En-pleine-guerre-la-France-recoit-de-l-uranium-russe
13 EN 2020, selon le World Nuclear Industry Status Report de 2021 (pages 87 à 89), l’indisponibilité totale des réacteurs nucléaires a été de l’ordre de 32 %, avec 10 réacteurs complètement arrêtés toute l’année

https://www.worldnuclearreport.org/IMG/pdf/wnisr2021-lr.pd

Envoi du 09/09/2022

// Agenda

Rassemblement public devant le site stocamine ce samedi 10 septembre à 10 H

Rassemblement devant l’Assemblée de Corse, samedi 10 septembre 2022 à 10h.

//Bonnes Nouvelles

Taxe sur les superprofits : l’idée fait son chemin dans la majorité

Le président de l’AMF répond pour vérifier que vous n’êtes pas un robot

Les éléphants agissent contre le dérèglement climatique

Foot et jets privés : « Mbappé fait bouger les choses malgré lui »

Au Mont Vanille : récit d’une victoire citoyenne de plus !

Air France va cesser de transporter des primates pour des fins de vivisection

//Cyberaction N° 1521 : Algues vertes la censure contre productive

Au nom du Comité de soutien à la famille Morfoisse et à toutes les victimes des marées vertes, dépôt d’une lettre dénonçant  le refus le tournage de la scène de la mort de Thierry Morfoisse dans le centre en 2009
https://is.gd/DAZHoU

//Suivis d’actions

Le scandale des MÉGA BASSINES, suite mais pas fin

Projet Cigéo à Bure : recours contre la Déclaration d’Utilité Publique et l’OIN

Découvrez Écowatt, une « météo de l’électricité » pour savoir quand réduire sa consommation et éviter les coupures

Cotisation-don :A la Saint Alain Partage ton (U) gain 
Association Cyberacteurs C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 QUIMPER  

Concours de visuels pour le climat

Comment frapper l’imaginaire de nos contemporains pour susciter des changements de comportements allant dans le sens de la sobriété et de l’éloge de la lenteur à une époque où tout s’accélère ?

Nous faisons appel à votre imagination et à vos talents sous forme d’images ou de videos pour proposer des visuels susceptibles de créer l’électro-choc nécessaire au sursaut écologique.

Merci de me les faire parvenir : je les rajouterai dans cet article pour les soumettre ensuite à votre sagacité. Mais vous pouvez déjà commenter la proposition.

Alain Uguen

sois-cool
Be cool

Changer le droit européen afin d’interdire la publicité et le sponsoring pour les énergies fossiles!

L’exploitation du pétrole, du gaz et du charbon alimente les conflits et la crise climatique. Alors comment se fait-il que ces industries continuent d’avoir autant d’influence dans nos vies et sur les politiques publiques?

Grâce à de vastes campagnes publicitaires et à des opérations de parrainages culturels, sportifs ou dans l’éducation, les entreprises de biens et services fossiles font en sorte d’accroître l’acceptabilité sociale et politique dont elles ont besoin pour bloquer l’action climatique et perpétuer leurs activités climaticides.

REJOIGNEZ DÈS MAINTENANT L’INITIATIVE CITOYENNE EUROPÉENNE POUR UN NOUVEL ACTE LÉGISLATIF EUROPÉEN

Interdire la publicité et les parrainages en faveur des combustibles fossiles

Nous invitons la Commission européenne à proposer un acte législatif de l’UE:

  • interdisant la publicité pour les combustibles fossiles, ainsi que pour les transports aériens, routiers et par voie d’eau (autres que les services de transport d’intérêt économique général) alimentés par des combustibles fossiles;
  • interdisant à toute entreprise active sur le marché des combustibles fossiles, notamment dans l’extraction, le raffinage, la fourniture, la distribution ou la vente de combustibles fossiles, de faire de la publicité;
  • interdisant le parrainage par des entreprises définies au point 2 ci-dessus ou l’utilisation des marques ou dénominations commerciales utilisées pour les combustibles fossiles.

Cet acte législatif relève de la compétence de l’UE, car il consiste à réglementer le marché intérieur pour renforcer la protection des consommateurs, de la santé publique et de l’environnement.

En effet, cette législation permettrait de sensibiliser le public aux produits et technologies responsables du changement climatique et d’autres dommages environnementaux et sanitaires. À ce titre, elle poursuivrait des objectifs qui sont envisagés par les politiques de l’UE en matière d’environnement et de protection des consommateurs, par l’harmonisation des règles relatives à la publicité et au parrainage des combustibles fossiles. Ce domaine relève de compétences partagées, notamment (voir article 4 du TFUE) du marché intérieur, de l’environnement et de la protection des consommateurs.

Pourquoi cette interdiction est-elle importante?

Nous sommes confronté·es à une crise climatique qui nous entraîne vers une crise mondiale des droits humains d’une ampleur sans précédent. Plusieurs communautés, particulièrement en Afrique, en Asie et en Amérique latine, sont déjà confrontées aux conséquences dévastatrices de sécheresses, d’inondations et de cyclones plus fréquents et intenses, et de l’élévation du niveau des mers; qui ont également atteint l’Europe. Pour la première fois, le dernier rapport du GIEC pointe du doigt les industries qui ont obstrué l’action climatique par un lobbying acharné. Ces mêmes industries ont mis en place une stratégie du doute et déployé des campagnes de communication massives pour faire porter la responsabilité du changement climatique sur les citoyen·nes. Ce rapport de climatologues impute également une responsabilité à la publicité qui est faite pour ces entreprises. Selon le Climate Accountability Institute, des entreprises comme TotalEnergies et Royal Dutch Shell, qui figurent parmi les 20 entreprises fossiles les plus polluantes  au monde, continuent de promouvoir leurs activités dangereuses à travers la publicité et le sponsoring.

Les publicités pour les énergies fossiles peuvent encourager une augmentation des émissions

Les publicités pour les produits fossiles, telles que pour les transports utilisant des combustibles fossiles, stimulent intentionnellement les ventes pour ces produits, ce qui augmente les émissions de gaz à effet de serre. Une étude de cas sur une seule campagne publicitaire AUDI a démontré une augmentation des ventes dues à la publicité de 132 700 voitures. Si l’on multiplie ce chiffre par l’empreinte carbone par article vendu, on constate une augmentation globale des émissions de gaz à effet de serre de 5 175 300 tonnes d’équivalent dioxyde de carbone (CO2) due à cette seule campagne publicitaire. On ne peut pas continuer comme ça.

Les combustibles fossiles ont un impact sur la pollution de l’air, qui entraîne des morts

On estime que la pollution de l’air causée par la combustion des énergies fossiles a été responsable de  8,7 millions de décès à travers le monde en 2018, soit plus que  les décès liés au tabac. Si les combustibles fossiles sont responsables de décès via la pollution de l’air et d’autres moyens, pourquoi est-il encore acceptable que ces entreprises disposent d’autant de visibilité ? L’UE a interdit la publicité et le parrainage en faveur du tabac, alors interdire les publicités et le sponsoring en faveur des énergies fossiles apparaît comme une évidence.

Les entreprises fossiles utilisent la publicité et le sponsoring pour promouvoir de fausses solutions

Les entreprises fossiles utilisent la publicité et le sponsoring pour promouvoir de fausses solutions à la crise climatique telles que le gaz et l’hydrogène fossiles, la bioénergie et le captage et stockage du carbone (CSC). Une enquête d’Influence Map a révélé que les entreprises fossiles ont versé plus de 9,5 millions de dollars à Facebook pour des publicités présentant le gaz comme une énergie « verte », et affirmant que le gaz fossile présente des avantages pour le climat. Ces fausses solutions détournent dangereusement notre attention des vraies solutions dont nous avons besoin, comme les énergies renouvelables, et nous devons empêcher ces entreprises de tromper et distraire le public et les politiciens en les promouvant.

Influence politique

Les entreprises fossiles peuvent utiliser le sponsoring pour faire valoir leurs intérêts politiques et asseoir une légitimité sociale. Avec les constructeurs automobiles, elles ont été les sponsors officiels de la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne, où se réunissent les ministres nationaux. Porsche et Audi, toutes deux détenues par Volkswagen, ont sponsorisé la  présidence de l’Autriche en 2018 et BMW a sponsorisé  celle de la Finlande en 2019. La même année, la présidence de la Roumanie a été sponsorisée par les constructeurs automobiles Renault et Mercedes, et par les producteurs d’énergies fossiles OMV Petrom et Enel. La  présidence de la Croatie en 2020 a été sponsorisée par Citroën et Peugeot, ainsi que par la compagnie pétrolière INA.

Au Royaume-Uni, une  enquête d’Unearthed a révélé que BP a utilisé son accord de parrainage avec le British Museum et une exposition sur le « Jour des Morts » pour faire avancer ses projets pétroliers au Mexique et en Australie. Cela va à l’encontre de l’affirmation du précédent PDG de BP, Bob Dudley, selon laquelle la compagnie soutient l’art « sans conditions ».

Les entreprises fossiles, les constructeurs automobiles, les compagnies aériennes et maritimes induisent le public en erreur en se présentant comme respectueuses du climat

De nombreuses entreprises fossiles mettent en avant des produits « respectueux du climat » dans leurs publicités, ce qui donne une idée faussée de leur réel niveau d’investissement dans les technologies vertes ou renouvelables. L’année dernière, ClientEarth a contesté avec succès une publicité de BP sur les énergies renouvelables, en faisant valoir que  96 % des dépenses de la société étaient consacrées au pétrole et au gaz. Ces publicités manipulent le public en lui faisant croire que des entreprises à forte empreinte carbone sont « vertes », alors que nombre d’entre elles dépendent majoritairement des combustibles fossiles ou, par exemple, continuent de solliciter des autorisations pour forer  en Arctique. Ces entreprises climaticides ne devraient pas bénéficier d’autant de visibilité et de pouvoir d’ influence alors qu’elles nous entraînent sciemment vers une catastrophe.

Les allégations de compensation des entreprises fossiles dissimulent l’inaction climatique et causeront des dommages importants

De nombreuses entreprises fossiles ont annoncé des objectifs climatiques vagues et lointains de type « zéro émission nette d’ici à 2050 », qui peuvent sembler ambitieux mais n’impliquent en réalité que  peu de changements. Au lieu de mettre fin à l’extraction et la combustion des énergies fossiles, ces entreprises se reposent sur des plans d’achats d’immenses quantités de « crédits carbone » pour « compenser » leurs émissions. À cette échelle, la compensation carbone transformerait de vastes zones de terres en plantations d’arbres  dans le Sud, ce qui menacerait la production alimentaire et les forêts naturelles. Cette situation est particulièrement préjudiciable pour les communautés agricoles et indigènes qui n’ont guère contribué au dérèglement climatique, mais en subissent pourtant déjà ses conséquences.

La crise climatique affecte les droits de l’homme, et certaines entreprises fossiles sont accusées de crimes contre les communautés locales

La crise climatique  affecte les droits de l’homme, notamment les droits à la vie, à l’alimentation, à un logement adéquat, à l’eau, à l’assainissement et à la santé. À mesure que l’urgence climatique s’aggrave, nous pouvons nous attendre à une augmentation des décès, de la faim et des déplacements, et nous savons que les entreprises fossiles aggravent cette crise. Plusieurs d’entre elles font également l’objet d’une surveillance étroite en raison de leur violation présumée des droits humains. Amnesty International a  demandé aux gouvernements d’enquêter sur Shell dans le cadre de  trois actions en justice en cours , mettant en cause la complicité de Shell dans des arrestations, des détentions et des exécutions illégales, et réclamant une indemnisation pour les déversements et les pollutions continues aux hydrocarbures. Shell nie toutes les allégations. TotalEnergies a été accusée de  déplacer des communautés et de financer des dictatures militaires , ce qu’elle a contesté. Compte tenu de ces allégations inquiétantes et des preuves que la crise climatique affecte les droits de l’homme, est-il prudent de laisser libre cours aux stratégies manipulatoires des entreprises qui en sont pour partie responsables?

AIDEZ-NOUS À INTERDIRE LA PUBLICITÉ ET LE SPONSORING POUR LES ÉNERGIES FOSSILES!

https://banfossilfuelads.org/fr/#eci-form

9ème Rando Plogoff à … Tréguennec le dimanche 28 août 2022

Plogoff Mémoire d'une lutte

Plogoff Mémoire d’une lutte

Le rendezvous annuel des adhérents et amis de Plogoff mémoire d’une
Lutte se délocalise cette année dans le pays bigouden à l’occasion de
l’exposition de photographies « Plogoff, regards croisés sur une lutte »
qui se déroule en ce moment à la Maison de la baie d’Audierne à
Tréguennec.

Cette rando sera aussi l’occasion de rappeler que Tréguennec a fait partie,
dans les années 1970, des cinq sites proposés par EDF pour construire une
centrale nucléaire en Bretagne. Tréguennec où, aujourd’hui, on parle
beaucoup du lithium que renferme son soussol.

Aspects matériels :
parcours sans difficulté.
fléchage à partir de la mairie de Tréguennec vers le lieu de départ de la
rando, l’ancien concasseur à galets.
prévoir un piquenique à sortir du sac et, si possible, une paire de
jumelles pour observer les oiseaux

Evocations pendant la rando
Divers intervenants évoqueront la lutte antinucléaire des années 70 en
pays bigouden, l’histoire du concasseur à galets pendant la guerre, la
fontaine et la chapelle de St Vio, la Maison de la baie d’Audierne, sans
oublier la faune et la flore de la zone Natura 2000 de la baie d’Audierne.

Point fort :
L’exposition de photos « Plogoff, regards croisés sur une lutte » à la Maison
de la baie d’Audierne Le timing de la journée :
à partir de 10 heures, rendezvous au concasseur à galets.
10h30 : départ de la randonnée
parcours le long du bunker construit pendant la Seconde Guerre mondiale
en direction de la plage puis de la dune.
pause près de la fontaine de St Vio et visite de la chapelle.
vers 12h, arrivée Maison de la baie d’Audierne et visite de l’expo
« Plogoff, regards croisés sur une lutte ».
à partir de 13h, piquenique près de l’observatoire, temps d’échange
convivial et vente de livres, DVD et autocollants, cotisationsadhésions.
vers 14h, retour vers le concasseur en longeant l’étang de St Vio
fin de la rando vers 16 h

Possibilité ensuite de participer aux évènements de fin de journée organisés par les amis de  la Maison de la baie d’Audierne. 

Marche citoyenne à Landunvez sous forme de cérémonie d’adieu et d’hommage au territoire

Marche citoyenne à Landunvez sous forme de cérémonie d’adieu et d’hommage au territoire

Avel Porc

Vous avez sûrement eu connaissance de l’extension litigieuse de la méga-porcherie Avel Vor à Landunvez. Nous y avons consacré 2 actions :

2016 Non à l’agrandissement de la porcherie industrielle AVEL VOR de Landunvez

2022 Porcherie industrielle Avel Vor de landunvez : l’État bafoue la justice administrative

C’est un projet combattu par  3 associations environnementales (Avenir et Environnement en Pays d’Iroise, Eau et Rivières de Bretagne et Association Pour la Protection de la Côte des Légendes) depuis plusieurs années et qui a fait l’objet récemment d’une enquête réalisée par Splann et relayée par de nombreux médias nationaux (Cyberacteurs, Médiapart, Reporterre….).

Nous sommes un collectif de citoyens, composés des 3 associations et de citoyens,  en colère après le déni d’enquête publique  ; enquête publique réalisée en avril/mai 2022 pour laquelle le commissaire-enquêteur a donné un avis favorable à la régularisation de l’extension d’Avel Vor.  Ceci malgré deux décisions de justice défavorables à cette extension et de multiples avis défavorables émanant de citoyens locaux, lors de l’enquête publique. Avel Vor c’est : 26 000 porcs produits à l’année, 60 tonnes de lisier par jour ! 

Nous sommes ces citoyens, exposés aux multiples pollutions dues à l’extension : pollution de l’air, des eaux de baignade et de l’eau potable, raréfaction de la ressource en eau. Nous réclamons le droit à un environnement qui respecte notre santé, celle de nos enfants et des générations futures.

Nous organisons une grande marche citoyenne à Landunvez, le samedi 27 août 2022 à 14h30, sous forme d’adieu ou d’hommage funeste au territoire.

Le cortège effectuera une boucle de 1km environ au sein du bourg. Cette boucle  sera ponctuée d’hommages funèbres à l’eau, à la santé, à l’agriculture paysanne, à la justice et à la démocratie, avec une procession en musique.

Notre objectif ? Faire du bruit pour stopper la régularisation de l’extension d’Avel Vor ! Demander que l’avis des citoyens soit pris en compte dans les projets de ce type.
Nous avons besoin de vous pour relayer l’information et, si le coeur vous en dit, nous rejoindre !
Un dossier presse vous sera remis sur place avec l’historique du dossier et des éléments concernant la manifestation.

Vous pouvez contacter Armelle Jaouen (06 50 43 93 78) ou Laurent Le Berre (06 22 18 78 56), nos contacts presse.

Télécharger l’affiche (PDF)

Participez à la consultation publique européenne sur les pesticides

La Commission européenne a présenté une proposition visant à réduire l’utilisation des pesticides. Ce nouveau règlement est un pas en avant, mais les objectifs proposés sont trop faibles. Le lobby agrochimique et certains pays tentent de l’affaiblir encore. Il est important que les citoyens et les organisations fassent entendre leur voix à tous les niveaux. Veuillez montrer que vous soutenez une réglementation pesticides plus forte et beaucoup plus ambitieuse. Nous vous fournissons la proposition de l’initiative Save Bees and Farmers Citizens à titre d’exemple.

 

Objectifs

Obtenir une réglementation européenne stricte sur les pesticides avec des objectifs de réduction exécutoires pour chaque pays de l’UE.

Contrer le lobby de l’industrie chimique et de l’agriculture industrielle.

La Commission européenne propose une réduction de 50 % des pesticides en 2030. Mais la même chose avait déjà été promise en 2009 et cela n’a pas fonctionné. Depuis lors, l’utilisation de pesticides a augmenté, et non diminué.

L’UE et les Etats membres ont également promis en 2011 d’éliminer progressivement les pesticides les plus toxiques, mais presque tous sont encore sur le marché.

La réduction de 50 % proposée pour ces produits chimiques est totalement inacceptable. Ils doivent aller plus vite.

Consultation publique

PÉRIODE DE CONTRIBUTION: OUVERTE

Période de contribution 24 Juin 2022 – 19 Septembre 2022 (minuit, heure de Bruxelles)

La Commission aimerait connaître votre point de vue

Cet acte adopté est ouvert aux avis pendant au moins 8 semaines. Toutes les contributions reçues seront résumées par la Commission européenne et présentées au Parlement européen et au Conseil en vue d’alimenter le débat législatif. Les avis reçus seront publiés sur ce site et doivent donc respecter les règles de publication.

Pour donner votre avis, vous devez vous inscrire ou vous connecter à l’aide de votre compte de réseau social.

D’accord avec l’initiative citoyenne européenne Save Bees and Farmers je salue la proposition de la Commission européenne de réduire l’utilisation des pesticides dans l’UE. Cependant, la proposition est trop faible pour atteindre le changement nécessaire dans l’agriculture : il n’y a plus le temps pour des demi-mesures !

Je demande

1. Une réduction de 80 % des pesticides de synthèse d’ici 2030, avec un système qui récompense les agriculteurs qui travaillent avec la nature (financement PAC).

2. Une interdiction complète des pesticides les plus toxiques (c’est-à-dire les « Candidats à la Substitution ») d’ici 2030 : des alternatives existent, il faut les bannir tout de suite !

3. Une élimination complète des pesticides de synthèse d’ici 2035.

4. Les principes de base de l’IPM obligatoires.

5. Le règlement SUR devrait également indiquer ce que l’IPM n’est pas : la pulvérisation aérienne, l’enrobage des semences avec des pesticides, les nouvelles techniques génomiques ainsi que l’application de pesticides avec la soi-disant « technologie de précision » ne doivent pas être considérés comme IPM car ils ne visent pas à réduire la dépendance des agriculteurs aux pesticides.

6. L’utilisation de pesticides ne devrait être autorisée qu’en dernier recours documenté par les agriculteurs et contrôlé par les autorités publiques.

7. Un minimum de 10% de terres en jachère pour la nature

8. Des zones tampons conduisant à des résidus 0 en dehors du champ doivent être définies.

9. Les eaux souterraines devraient être mieux protégées.

10. Les indicateurs harmonisés sur les pesticides devraient être revus, en intégrant mieux leur toxicité, y compris celle pour l’environnement.

Pour participer, il vous suffit de copier la proposition ci-dessus en la modifiant,

puis d’ouvrir le site de consultation de la Commission « ouvrir le site de la consultation« ),

https://ec.europa.eu/info/law/better-regulation/have-your-say/initiatives/12413-Pesticides-utilisation-durable-regles-de-lUE-actualisees-/addFeedback_fr?p_id=31234550

de créer votre compte (si vous n’en avez pas déjà un) – une fois votre compte connecté vous allez devoir descendre un peu dans la page puis cliquez sur le bouton jaune « Donnez votre avis » du site de la Commission.

Ensuite vous n’avez plus qu’à coller le texte dans l’espace réservé à cet effet (Vous allez avoir d’autres champs à remplir- pensez à bien le faire pour ceux qui sont obligatoires).

ATTENTION : La Commission ne comptera que les propositions uniques ! Veuillez donc personnaliser votre réponse en disant « Je soutiens pleinement la contribution de l’ICE sauvez les abeilles et les agriculteurs », puis modifiez le texte de l’ICE ou, mieux encore, écrivez vos propres attentes !

Il n’y a pas de fatalité à une gestion de droite du second mandat d’E.Macron

Il n’y a pas de fatalité à une gestion de droite du second mandat d’E.Macron

L’été 2022 aura-t-il fait évoluer les mentalités sur le caractère inéluctable des changements nécessaires pour permettre une planète habitable au-delà de notre génération ?

Le clivage gauche-droite datant d’une vision politique du dernier millénaire n’a plus lieu d’être à une époque où fin du monde, fin du mois et faim de démocratie sont les 3 faces d’une même aspiration à un avenir écologiquement soutenable pour tous les êtres vivants qui habitent cette planète.

La majorité actuelle pouvant compter sur 249 députés, il ne lui manque que 50 votes pour disposer de la majorité absolue. Les groupes socialiste et écologiste comportant 54 membres, rien n’interdit de penser qu’une majorité à l’allemande puisse gouverner la France : sociaux-libéros, sociaux-démocrates et écologistes.

Il n’y a donc pas de fatalité à une gestion de droite du second mandat d’Emmanuel Macron. Il faut et il suffit que ces deux groupes proposent à la majorité relative une alternative à la négociation avec la seule droite républicaine en proposant à Emmanuel Macron de mettre en œuvre sa promesse : « mon mandat sera écologique ou ne sera pas. »

Les élections européennes de 2024 pourraient être la primaire populaire de répartition des sièges au sein de la coalition appelée à proposer pour la prochaine présidentielle une alternative écologique et sociale à l’arrivée inéluctable de l’extrême-droite au pouvoir. La personne chargée de représenter cette coalition au premier tour de la présidentielle sera celle qui aura su préalablement en construire les bases.

Dans tous les cas c’est maintenant que cela doit se jouer.

Alain Uguen

Emmanuel Macron promet à Marseille un second mandat qui « sera écologique ou ne sera pas »