Appel à l’aide : Protégeons Giquel car Rueil veut 56 appartements à 20m, au-dessus!

Protégeons Giquel car Rueil veut 56 appartements à 20m, au-dessus!

Merci à tous les amis de Cyberacteurs et aux 1 252 signataires de la pétition “Protégeons la Guinguette Giquel…”
Grâce à vous et à d’autres actions, la mairie de Rueil-Malmaison  a finalement inscrit fin 2016,  la façade de la Guinguette Giquel dans la liste des immeubles à protéger . C’est un premier succès !

Mais le promoteur et la mairie veulent toujours réaliser une affaire immobilière en construisant cet immeuble de 8 niveaux , 56 appartement contre cette Guinguette! Non seulement cet immeuble défigurerait définitivement ce magnifique berceau des peintres impressionnistes, mais ce permis de construire est contestable pour deux raisons principales  :

  1. Ce terrain était inondé en juin 2016 et selon le PPRI  (Plan de Protection contre les risques d’inondation ),  il n’est pas permis de construire ici de nouvelles habitations .

  2. Il se situe est une zone protégée car incluse dans un rayon de 500 mètres autour de deux Monuments Historiques : l’Église de Chatou et la Maison Fournaise, inscrite depuis 1982 à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques!

N’obtenant pas satisfaction en Recours Amiable, nous avons engagé un Recours Contentieux contre ce permis de construire signé par M. Patrick OLLIER , maire de Rueil-Malmaison, et nous espérons obtenir satisfaction auprès du Tribunal Administratif.
Cependant,  les frais de justice sont importants et nous avons vraiment besoin de votre aide pour nous permettre d’honorer la dernière  facture s’élevant à 3 000€ avant le 31-12-2017.
Comment nous aider ? En adhérant à l’association ABRM ,association loi de 1901,(15€ minimum = cotisation pour 2018) :

—>en adressant un chèque à l’Association Bellerive Malmaison (ABRM)  41 avenue de Seine – 92500 Rueil-Malmaison.
—>ou par un don en ligne sur la cagnotte sécurisée : https://www.lepotcommun.fr/pot/h1u4iije

Merci d’avance. Cordialement. Michel Durand président. _______________________________________________________

Éric Piolle : “La réussite de Nicolas Hulot est notre responsabilité collective”

Alors que le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot est l’objet de très nombreuses critiques depuis plusieurs semaines (en résumé : à quoi sert-il dans ce gouvernement ?), le maire de Grenoble Éric Piolle a publié vendredi, sur les réseaux sociaux, un texte dont voici des extraits : “En devenant ministre d’État, Nicolas Hulot savait qu’il devrait faire face à des puissants vents contraires. Que les victoires ne seraient pas quotidiennes ; qu’elles seraient collectives et les défaites toujours personnelles. Nous le savions tous. Nous étions alors nombreux à lui souhaiter du courage, à l’enjoindre de tenir bon, à lui dire qu’il pouvait compter sur nous quand la tâche serait rude. Pendant les premiers mois de la mandature, il a gagné des arbitrages, en a perdu d’autres. Tout était prévisible […] En à peine quelques mois, il a réussi à engager le Parlement (et le gouvernement) sur des rails irréversibles. Son plan climat prévoit la neutralité carbone de la France à horizon 2040, tout comme la fin des ventes de voitures à essence et diesel. C’est la promesse d’une révolution […] La réussite du mandat de Nicolas Hulot est nécessaire à tous et donc notre responsabilité collective […] Le discréditer lorsqu’il perd un rapport de force c’est fragiliser la capacité à gagner les futures batailles qui l’attendent. Et elles seront nombreuses […] Ne détruisons pas le seul qui, à l’échelle nationale, et en terrain hostile, conserve des marges d’actions”.

Publié par le Dauphiné

Votez – Nicolas Hulot doit-il quitter le gouvernement ?  

Sondage nucléaire du Figaro

Bonjour,
Un sondage du Figaro à ne pas manquer :

Merci à Yannick pour l’info
Alain

Question mal posée aucune argumentation, ça ne ressemble pas à ce que nous offre cyberacteurs d’habitude. Renoncez à ce simplisme. TH.

Il est absurde de répondre à ce sondage et de figurer parmi les ” NON ! ” qui le désapprouvent aprce qu’ils sont pro nuke !!!
Anne

 

78% de OUI, les français sont vraiment inconséquents !!!

Cordialement,

Jacques

 

Pour faire remonter d’un millième de point le NON ….
Christian

sondage ambigü si on répond non est-ce parce qu’on en veut plus de 50 % ou moins ?le plus simple c’est encore de sortir d’EDF quand ils auront perdu 20 à 30 % de clients  ils seront bien obligés de  fermer des centrales à défaut de fermer la boutique amicalement jp

Bonsoir Alain,

C’est un sondage du Figaro, donc porte sur le lectorat le plus attaché au tout nucléaire pour toujours…Donc nos votes de quelques Cyberacteurs même motivés ne pèsent pas lourd dans ce sondage! De plus, ils choisissent 2035 et non  une date plus précoce. Les lecteurs du Figaro sont donc pires que je ne pensais! Cordialement

Alain

77% oui 23% non… on n’est pas sortis de la m…!
solidairement
Véronique

sondage à pleurer ! bravo les lecteurs du Figaro, fidèles à eux-même !
Béatrice

le résultat du vote n’est guère étonnant venant des lecteurs du Figaro…d’autant plus qu’on peut voter plusieurs fois ( j’ai voté avec 2 adresses mail différentes ) !amitiés
Christine

Salut

c’est quoi ce que vous cherchez à faire avec ce mail relatif à un sondage publié par le figaro dans sa page “verte?” sponsorisée par EDF ?

êtes-vous allé lire les commentaires émis à propos de ce sondage ? Venant des lecteurs du figaro, difficile d’être surpris mais de la à donner une pub à ce type de manipulation. Le bourrage de crâne depuis les débuts du nucléaire français est tel qu’il est inutile d’ajouter à la désinformation

Je vous ai financé l’an dernier et je dois sélectionner les organismes que je veux soutenir cette année. J’aimerais ne pas avoir à regretter mon choix !

Maïté

Avant que les uns et les autres vous répondiez à ce sondage ( par la négative je parie ) , laissez moi vous dire que l’objectif n’a jamais été atteignable , pour la bonne raison qu’il aurait fallu s’y mettre bien plus tôt ! Libres à nos dirigeants de feindre la surprise , libres à nous de ne pas , une fois de plus , nous laisser mener en bateau !
Amicalement . Geneviève

Le problème est le retard sur les énergies renouvelables. C’est sur cela qu’il faut travailler… Car autrement cela donnera ce qui se passe en Allemagne avec le charbon…

Marie-Claude

 

J'ai voté non mais les résultats sont désastreux : 76% oui - 24% non
pour 45401 votants.
Amicalement
Jacqueline

Je doute de leur impartialité …
Cordialement,

Sylvie

C’est affreux ! Ce soir le oui pour le report  l’emporte largement: quelle honte !
On ne pourrait pas prévoir des visites guidées intenses à Tcherno ou Fushi ? Qu’ils voient de près ce qui se passe là bas et bientôt chez nous ?  …

Bonne soirée quand même, michel

bonjour, fallait-il s’attendre à des miracles sur un sondage du Figaro?
Denis

Tout à fait d’accord
François

ECVC appelle les autorités espagnoles et européennes à garantir les droits collectifs des agriculteurs sur les semences

COMMUNIQUE DE PRESSE : ECVC appelle les autorités espagnoles et
européennes à garantir les droits collectifs des agriculteurs sur les
semences

_Bruxelles__, le 19 octobre 2017_ –  A quelques jours de la réunion de
l’Union internationale pour la protection des variétés végétales
(UPOV) à Genève – la condamnation récente à des peines
d’emprisonnement et à de lourdes amendes  d’agriculteurs espagnols
dont le seul “crime” est l’utilisation de graines de leurs propres
récoltes génère beaucoup d’indignation. Nous rappelons que la
Convention actuelle de l’UPOV «criminalise et pénalise les
producteurs qui sèment ou échangent leurs propres semences. Elle prive
aussi les agriculteurs de toute offre de graines librement
reproductibles»,  minant ainsi la sécurité alimentaire non seulement
de l’Europe mais du monde.

L’UTILISATION DURABLE DES RESSOURCES GÉNÉTIQUES VÉGÉTALES ET LES
DROITS DES AGRICULTEURS DEVRAIT ÊTRE PRIORITAIRE SUR LES DROITS DE
PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE. LES AGRICULTEURS NE PEUVENT PAS ÊTRE
CRIMINALISÉS POUR LE RÉEMPLOI DE LEURS GRAINES.

Les systèmes semenciers paysans dits «informels» ne fonctionnent pas
de la même manière que le système de semences industriel «formel»
et les lois régissant le système industriel formel sont contraires aux
droits collectifs des agriculteurs organisés par les systèmes paysans
«informels»,

“En Espagne, dit JOSÉ MANUEL BENITEZ CASTAÑO, AGRICULTEUR ET MEMBRE DE
COAG (_Coordinadora de Organizaciones de Agricultores y Ganaderos)_, la
tradition de réemploi des semences par l’agriculteur dans les cultures
de céréales et légumineuses est répandue dans les petites
exploitations à faible productivité pluviale. En raison du climat, nos
conditions de production sont très limitées pour l’expression du
potentiel productif des variétés industrielles améliorées “.

GUY KASTLER, MEMBRE DE LA CONFÉDÉRATION PAYSANNE, SYNDICAT FRANÇAIS
MEMBRE D’ECVC, dénonce pour sa part l’obligation faite aux petits
agriculteurs d’utiliser des variétés enregistrées au catalogue
officiel qui sont presque toutes protégées par un droit d’obtention
végétale (DOV) découlant de l’Accord UPOV et rajoute : « Nous
considérons que lorsque nous achetons des semences certifiées, la
redevance est déjà versée. Il n’y a aucune raison de  payer à
nouveau pour chaque nouvelle multiplication  de nos propres semences à
la ferme et  pour les échanges réalisés dans le cadre de l’entraide
entre agriculteurs. »

LA PRÉSERVATION, LE RENOUVELLEMENT ET L’UTILISATION DURABLE DES
RESSOURCES PHYTOGÉNÉTIQUES REPOSENT PRINCIPALEMENT SUR LES DROITS DES
AGRICULTEURS DE CONSERVER, D’UTILISER, D’ÉCHANGER ET DE VENDRE
LEURS PROPRES SEMENCES. TOUTE RESTRICTION DE CES DROITS EST CONTRAIRE À
LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET AUX OBJECTIFS DU TRAITÉ INTERNATIONAL SUR
LES RESSOURCES PHYTOGÉNÉTIQUES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE
(ITPGRFA).

LES ÉTATS QUI ONT SIGNÉ LE TRAITÉ DEVRAIENT INCLURE DANS LEUR
LÉGISLATION NATIONALE L’INTERDICTION DE PORTER ATTEINTE À CES DROITS
DES PAYSANS.

Dans toutes les parties de l’Europe, l’agression de la grande industrie
des semences contre les droits des petits agriculteurs de conserver,
d’utiliser, d’échanger et de vendre leurs propres semences se
multiplient. Si l’industrie veut ainsi tester la capacité de
résistance des paysans, elle ne fera que la renforcer ! ECVC appelle
les paysans en Europe à s’unir pour résister à cette agression et à
défendre leurs droits.

Contacts:

* ANTONIO ONORATI – Comité de Coordination ECVC : +39 3408 2194 56
– FR, ES, IT, EN

* GUY KASTLER – Confédération Paysanne – ECVC : +33 6 03 94 57 21
– FR

* CRISTINA SANCHO ESTEBAN – Comité de Coordination ECVC : +34 645
310 397 – ES



[1]
European Coordination Via Campesina
Rue de la Sablonnière 18, 1000 Brussels, Belgium
www.eurovia.org [2]
info@eurovia.orgT: +32 (0)2 21 73 112Links:
——
[1] https://peasantsrights.eu/
[2] http://www.eurovia.org/

Devenez bénévole pour protéger la biodiversité – Week-end du 21 / 22 octobre – Belz (Ria d’Etel, Morbihan)


Deux jours d’immersion en pleine nature en Ria d’Etel ! Vous serez dans un cadre magnifique au milieu des prés salés, dans une ambiance paisible, accompagné par les chevaux qui nous aideront en débardage. L’objectif sera de protéger les prés salés d’une plante exotique envahissante (le Baccharis halimifolia). L’occasion aussi de découvrir l’ambiance de la Ria avec des interventions de spécialistes et de partager une expérience de vie collective respectueuse des équilibres écologiques et humains.

Chantier organisé par le Syndicat Mixte de la Ria d’Etel (gestionnaire de l’Espace Naturel) et l’association Al’Terre Breizh.
alterre-breizh


En savoir plus : Association Al’Terre Breizh, 09 72 37 18 24 ou contact@alterrebreizh.org

Merci de relayer ce message dans vos réseaux pour que l’information aille jusqu’aux personnes intéressées.

lancement de la prévente du livre disque “Tous éco-écoliers”

Bonjour à toutes et à tous,

Certains d’entre vous ont déjà entendu parler de notre projet de construction d’école en économie circulaire à impact positif http://ecolec2c.bzh , des ateliers participatifs, de l’étude biodiversité menée sur le site de notre future école, etc.

Les enseignants, très investis dans le projet, font par ailleurs un travail pédagogique exemplaire en matière environnementale, ce qui a valu à l’école d’obtenir le label d’éco-école.

A l’occasion d’une semaine dite banalisée, les enfants de maternelle et de primaire  ont composé onze chansons et les ont illustrées. Les comptines créées par les enfants de  maternelle reprennent des musiques bien connues des petits. Les écoliers de  primaire ont composé des musiques originales pour leurs chansons avec l’aide de Fabienne Marsaudon , bien connue en Bretagne notamment pour sa chanson Autour de la Ria et de Nicolas Kervazo.

Tous les textes ont une résonnance environnementale. L’une des chansons s’inspire du projet de construction de la future école : Plus Belle l’école. Les autres ont des titres évocateurs comme Recyclage magique, Zéro déchet, Petite mère la terre, etc.

Lors de cette semaine, de nombreux autres ateliers se sont déroulés, sur le zéro gaspillage alimentaire, sur la conception architecturale et le biomimétisme, etc.

Tout ce travail a permis la création d’un beau  livre CD dont la mise en page a été réalisée par David Yven, graphiste et directeur artistique de la revue Bretons.

Ce livre est destiné aux écoles,  à tous les enfants et à tous ceux  qui ont envie de rêver et d’agir pour un monde meilleur.

Dès aujourd’hui, profitez de la prévente pour le réserver (voir bulletin en pièce jointe)

Sortie du livre-disque Tous éco-écoliers en décembre

Nous comptons sur vous pour en faire un succès !

Participez au changement !

N’hésitez pas à en parler autour de vous.

Bien cordialement

Hélène Danel
Adjointe au maire au Développement durable  de Sainte-Hélène (Morbihan)
Vice Présidente ce Cyberacteurs

spécial copinage : votez pour une innovation bretonne

 
Dans le cadre  d’une “innovation action » co-financée par  la Commission  Européenne, nous avons le plaisir d’avoir été sélectionné pour le prix “radar de l’innovation » dans la catégorie  Early Stage Innovation. Nous sommes déjà parmi les 50 projets les plus innovants de 2017 à l’échelle Européenne.
 
Nous avons besoin de récolter le plus de voix possibles pour être au minimum en 4eme position.
Etre dans les 4 premiers nous permettrait de présenter nos actions lors d’un événement à Budapest (ICT proposers day) et nous donnerait une grande visibilité. 


Nous avons besoin d’une forte mobilisation !


Cette technologie que nous avons co-développé va permettre de rendre accessible à de nombreux hôpitaux une technologie révolutionnaire d’imagerie médicale qui permet d’analyser le fonctionnement du cerveau.
Notre solution réduit le coût de l’équipement d’un facteur 5. Cette innovation contribuera à un meilleur diagnostic et à de nouveaux traitements pour les maladies neurologiques.
Le concours de la Commission Européenne donnera plus de visibilité à cette innovation et permettra de récolter des financements complémentaires pour sa commercialisation.
 
Vos voix comptent !! si vous pouvez mobiliser également vos réseaux (famille, amis et équipe), on aura une chance de passer de la 5eme mauvaise place actuelle à la 4eme position souhaitée !
La date limite des votes est le 15 octobre minuit… et il semblerait qu’on puisse voter une fois par jour…mais je viens de m’en rendre compte;(( 
Des votes multiples sont possibles à partir de mobile, ordi et tablettes !
Merci d’avance de voter pour BLUMORPHO et de relayer si cela vous amuse

Samedi 21 octobre – RDV fourche en main à 10h sur la ZAD

Le 21 octobre, nous vous invitons à une mobilisation pour continuer à poser les bases d’un avenir sans aéroport, à travers une nouvelle étape dans la mise en partage de terres sur la ZAD.

A l’initiative de COPAIN 44, de Sème Ta ZAD, d’habitant.e.s et d’opposant.e.s au projet.

Depuis la victoire face à l’opération César en 2013, le mouvement a mis en culture plus de 200ha de terres sur la ZAD. Il s’agissait à chaque fois de terres reprises à celles gérées par AGO-VINCI et destinées par cette multinationale à être englouties sous le béton. S’y sont développées une grande diversité d’activités paysannes (céréales, légumineuses, maraîchages, plantes médicinales, verger, jardins, apiculture, élevage de moutons, vaches, poules), avec leurs espaces de transformation (boulangeries, meunerie, conserverie…) et de redistribution (marché à prix libre pour les habitant.e.s de la ZAD et des voisin.e.s des alentours, soutien à des projets de cantines, migrant.e.s, piquets de grève et autres luttes).

Sur la ZAD, ces expériences paysannes sont étroitement entremêlées avec les pratiques d’autonomie sur des questions de construction, d’habitat, de soin, de fête… Elles sont prises dans la résistance contre le projet d’aéroport et plus généralement dans les solidarités qui se tissent ici face à la marchandisation de nos vies et à la destruction du vivant. Elles se pensent en lien avec le soin du bocage – de sa faune et de sa flore – que nous avons réussi à défendre victorieusement jusqu’ici.

A l’occasion du 21 octobre, nous vous appelons à soutenir l’installation de plusieurs nouveaux projets sur les terres de la ZAD – officiels ou hors-cadre : vergers pour des groupements d’achat nantais et pour la ZAD, pâturages à moutons, champs de patate, céréales, jardins vivriers… Ce sera aussi l’occasion de marquer la prise en charge par le mouvement des espaces boisés – forêts et haies de la ZAD.

Dans le contexte de la médiation qui finira en décembre et à l’issue de laquelle le nouveau gouvernement est censé trancher sur la question de l’aéroport, cette journée de mobilisation est là pour rappeler notre détermination intacte à empêcher ce projet. Nous y redirons notre aspiration commune, après l’abandon, à poursuivre le processus de prise en charge à long terme des terres de la ZAD, pensées comme un bien commun de la lutte. Celles-ci doivent être gérées par une entité issue du mouvement pour de nouvelles installations et non aller à l’agrandissement d’exploitations existantes. Il s’agit de réaffirmer ensemble le 21 octobre que les formes de vie, de lutte, d’agriculture et d’activités qui se sont construites sur ce bocage au fil des années doivent pouvoir s’y maintenir et se poursuivre.

Dimanche 22 : discutons de la suite de la lutte !
Invitation aux comités, organisations, collectifs, individus qui luttent de près ou de loin contre l’aéroport et son monde. A la Wardine dimanche 22 octobre, de 10h à 17h. Voir invitation détaillée ici.

En pratique
La journée du 21 octobre commencera par une manifestation, outils agricoles en main, jusqu’à certaines des terres nouvellement investies.

Après un pique-nique, tout le monde sera convié à participer à des chantiers agricoles, de construction et autres sur les terres nouvellement investies, ainsi qu’à des balades aux alentours.

Des discussions auront aussi lieu pour échanger sur les enjeux actuels et les suites du mouvement. La soirée se poursuivra avec des cantines, un bar et des concerts.

Pour plus d’infos sur le déroulé précis de la journée : zad.nadir.org

A l’initiative de COPAIN 44, de Sème Ta ZAD, d’habitant.e.s et d’opposant.e.s au projet.”

L’ACIPA apporte son soutien à la journée du 21 octobre.

EGA : Plate-Forme pour le Commerce Equitable

A l’occasion des Etats Généraux de l’Alimentation, les acteurs du commerce équitable (labels, entreprises, associations, distributeurs…), réunis au sein de la Plate-Forme pour le Commerce Equitable, proposent 10 solutions pour rémunérer équitablement les producteurs, assurer la transition écologique et solidaire de notre agriculture et promouvoir des choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable.

UNE RÉFLEXION COLLECTIVE

Dès le début des Etats Généraux de l’alimentation lancés en juillet dernier, 50 organisations se sont rassemblées au sein d’une « plate-forme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire »

http://www.commercequitable.org/images/2017/cp_ega_plateforme_citoyenne.pdf

pour porter collectivement des propositions concrètes à la table des concertations. Ainsi, 63 propositions

http://www.commercequitable.org/images/2017/gp_priorits%20ega%20def_bd.pdf

ont été formulées autour de 7 thématiques (à lire ici).

La Plate-forme pour le commerce équitable a choisi d’en retenir 10 en priorité, qui reprennent les objectifs et les principes du commerce équitable. Il est maintenant décisif de se mobiliser pour faire entendre la voix du commerce équitable : voter sur le site en ligne dédié, ouvert jusqu’au 20 octobre.

LES 10 PROPOSITIONS

=> Cliquer sur chaque proposition pour être dirigé vers le site de vote en ligne.

Donner les moyens à la restauration collective d’atteindre 50 % de produits durables (labellisés/sous signe de qualité, locaux, de saison) à l’horizon 2022 dont 30 % de produits bio, locaux et équitables en productions animales comme végétales.

Accompagner financièrement et techniquement les agriculteurs-ices dans la transition agro-écologique pour s’adapter aux changements climatiques en modifiant leurs pratiques tout en préservant les ressources naturelles et la biodiversité (éviter la “mal-adaptation”). Privilégier la résilience et l’autonomie des exploitations et les stratégies territoriales plutôt que les investissements lourds qui dégradent le climat et les écosystèmes.

Lancer un large programme national d’éducation à la consommation citoyenne et durable pour favoriser des produits locaux, issus de l’agriculture biologique et du commerce équitable et accompagner les changements de modes de consommation.

Créer des conseils citoyens de l’agriculture et de l’alimentation dans les territoires pour recréer du lien entre les consommateurs et les producteurs-ices agricoles.

Rendre transparent le partage de la valeur, en renforçant les moyens et capacités d’action de l’Observatoire des prix et des marges.

Faire évoluer le droit de la concurrence pour permettre aux organisations de producteurs-ices et aux interprofessions de discuter des prix afin de renforcer leur pouvoir de négociation et garantir des prix équitables, rémunérateurs et stables.

Soutenir, en s’appuyant sur la loi ESS de 2014, le développement de filières françaises et internationales de Commerce Équitable qui tendent vers des systèmes de production durables et favorisent l’agro-écologie.

Réorienter les subventions de la Politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne en faveur de l’agriculture biologique et de la rémunération des services sanitaires et environnementaux que les pratiques agro-écologiques procurent à l’ensemble de la société.

S’assurer que les accords de libre-échange entre l’Union européenne et d’autres parties n’impactent pas négativement les filières agricoles françaises ni les paysans-nes du sud, ne mettent pas en péril les ressources de la planète et ne menacent pas les normes sociales, sanitaires et environnementales décidées démocratiquement dans l’UE (y compris celles basées sur le principe de précaution). Renégocier les accords qui ne répondent pas à ces critères. En particulier, refuser l’entrée en vigueur provisoire du CETA (accord UE-Canada) et obtenir sa renégociation.

Accorder au moins 50 % de l’Aide Publique au Développement “sécurité alimentaire” au développement de l’agro-écologie et de l’agriculture familiale et paysanne au sud.

Débat : Pommeau de douche éclairé

Revue de presse du 05 octobre

Le pommeau de douche lumineux pour consommer moins d’eau (une bonne idée cadeau écolo) ! 

 

Le pommeau de douche lumineux pour consommer moins d’eau : une fausse bonne idée de cadeau en rien écolo !

Ohé, les gars, cela va la tête !

La conso de douche est référencée pour 30 l d’eau en moyenne. Et les leds, ils s’allument comment – sans pile -. Je me suis fait avoir avec un robinet du même type “Météore”. En plus, à 90 € le pommeau, vous économiseriez de l’eau en jetant l’argent par la fenêtre : 90 : 3 = 30 m3, le chiffre 3 est celui de 3 euros prix de mon eau locale à Taulignan.

JP D