fin de semaine de mobilisations cornouaillaises

Quimper Coquelicots. Le mouvement s’enracine

Une soixantaine de personnes étaient rassemblées, vendredi soir, devant la mairie, à l’appel du mouvement « Nous voulons des coquelicots » avec la volonté de réaffirmer leur détermination pour exiger l’interdiction des pesticides de synthèse et donner un prolongement à ce troisième rendez-vous. L’idée est en effet d’organiser des rencontres, des conférences et des débats pour sensibiliser les citoyens aux dangers des pesticides.

à Concarneau Près de 400 personnes à la marche pour le climat

Plovan Marche contre l’extension  de la porcherie

Une centaine de personnes a participé à la marche proposé par l’Association CAFUB qui s’est terminée par une plantation de barons et de plants de sureaux.

Plovan décembre 2018 planter de bâtons

Plovan décembre 2018 planter de bâtons

plantation de sureau

plantation de sureau

Gilets jaunes : donnons un coup de pompe dans les vieilles règles du dialogue

Je suis un petit gilet jaune d’une petite ville rurale (34 gilets jaunes le 17 novembre) … C’est un tout petit ruisseau mais il alimente le grand fleuve du ras le bol fiscal.

J’apprends que 8 personnes doivent nous représenter.

Qui les a désignés ?

Que savent-ils de tous les groupes qui ont participé à l’opération « gilets jaunes »

Accepter ce choix arbitraire c’est faire le jeu du gouvernement,

Négocier avec des représentants : c’est leur méthode favorite .

Nous avons vu ce que cela donne avec les syndicats pour la loi travail, pour la réforme de la SNCF, Bla bla bla et encore Bla bla bla et le gouvernement vote son choix.

C’est la définition de la démocratie de Coluche : « Cause toujours »

Je ne suis pas « gilet jaune » pour être floué encore une fois.

Bousculons les règles du dialogue :

Avant d’envoyer des gilets jaunes porter des revendications, je souhaite  que nous dressions  la liste des problèmes et des solutions que nous voulons apporter.

C’est la qualité des contenus de ces appelons-les « programmes » pour faire simple qui déterminera le choix de nos émissaires.

Mettez-vous en groupe, faites seul dans votre coin mais proposez ce que vous pensez juste pour desserrer l’étau de nos dirigeants « hors sol »

Mon idée, je la soumets mais surtout, surtout toutes les idées sont les bienvenues :

Que toutes les bonnes volontés mettent en ligne, sous forme de pétition identique à ce texte, leur programme de propositions et solutions en précisant leur département

Nous sommes capables de faire mieux et plus juste que nos gouvernants…

Alors, allons-y, faisons-le.

  • Une pétition = Un programme

Par exemple, les 200  programmes  qui récoltent le plus grand nombre d’adhésions se réunissent par région,  rassemblent leurs idées et désignent leur émissaire non pas comme porte-paroles mais comme défendeurs, défenderesses de leur programme.

13 régions + les régions outre-mer soit 13 défendeurs pour la métropole.

Cette idée me tient à cœur car je n’ai pas besoin de connaître la tête de mon représentant(e), peu importe qu’il soit jeune ou ancien, qu’il soit actif, chômeur ou retraité, qu’il soit beau ou laid, il doit juste être pugnace et défendre le programme, rien que le programme et toujours le programme.

Informer et ne rien signer sans un accord massif de tous.

Si vous considérez ma vision juste merci de voter pour qu’elle fasse son chemin.

Pierre Gruel

Un espace de débat pour les Gilets jaunes

c’est vraiment paradoxal pour un mouvement qui conteste le fonctionnement de la société française d’aller mettre des pétitions sur le site d’une multinationale nord américaine qui vit de la vente des adresses de ses abonnés ou de créer des groupes sur une autre multinationale nord américaine qui vit de la vente des données de ses abonnés (données accusées d’avoir permis l’élection de Trump et le Brexit.

Nous leur proposons plutôt de mettre leurs textes sur le blog de notre petite association sud armoricaine et de proposer aux gilets jaunes d’y dialoguer pour se mettre d’accord sur des propositions qui puissent ensuite donner lieu à des pétitions proposées à tout le monde.

Alain Uguen

ANNONCES D’EMMANUEL MACRON SUR LE CLIMAT RÉACTIONS DES ONG

ANNONCES D’EMMANUEL MACRON SUR LE CLIMAT

RÉACTIONS DES ONG

Pour Morgane Créach, Directrice du Réseau Action Climat :

Le Président de la République a acté le retard pris par la France dans la transition écologique et beaucoup parlé de méthode, sans faire d’annonces concrètes. Pire, le report à 2035 des objectifs de réduction de la part du nucléaire va freiner la transition écologique. Plutôt que d’entériner de fausses solutions, le Gouvernement devrait mettre en œuvre des mesures supplémentaires pour réduire les émissions des principaux secteurs émetteurs de gaz à effet de serre. Sans ces mesures, ce quinquennat se soldera par un nouvel échec. Qu’il s’agisse de la rénovation performante des logements, de la demande alimentaire ou du projet de loi mobilités, on ne perçoit que des ajustements à la marge, alors que des mesures profondes sont indispensables.

Pour Florent Compain, Président des Amis de la Terre France :

Ce qui est prévu par le gouvernement dans la PPE ne va pas assez vite ni assez loin, et inclut même le risque de fausses solutions comme le recours massif à la biomasse. L’Histoire a montré que les États étaient capables de transformer en profondeur leur économie en temps de guerre. Ce sont ce même type d’efforts qui sont attendus pour construire une société plus juste socialement et plus soutenable écologiquement. Les citoyens sont saturés des effets d’annonces, des fausses solutions, des incohérences et des mesurettes : c’est cela qui nourrit aujourd’hui la colère qui monte.

Pour Jean-Baptiste Lebrun, Directeur du CLER Réseau pour la Transition Énergétique :

Comme ses prédécesseurs, Emmanuel Macron recule devant la nécessité d’engager les mesures structurantes de transition énergétique pour lesquelles les solutions existent pourtant déjà et de nombreux acteurs de terrain sont mobilisés. En exprimant seulement de grandes intentions, il espère sans doute calmer les symptômes des difficultés sociales liées aux prix de l’énergie mais ne s’attaque pas aux causes réelles du problème et des factures des Français, comme les consommations trop élevées des 27 millions de logements en France dont 7,5 millions de passoires énergétiques. Une transition énergétique et solidaire est pourtant possible, en accompagnant les citoyens vers les solutions pertinentes pour eux et pour la planète !

Pour Audrey Pulvar, Présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme :

Ce discours c’est le statu quo sur l’ère du nucléaire et l’art du vide en matière de transition écologique et solidaire. Nous ressortons avec plus d’interrogations que de réponses. Sur les fermetures de réacteurs nucléaires, par rapport à ce que Nicolas Hulot avait négocié, le Président acte un recul et ouvre la porte à de nouveaux EPR. Sur l’accompagnement, il reste flou concernant l’utilisation des recettes de la taxe carbone. Aucune annonce concrète sur la rénovation énergétique des logements, à part le changement de chaudière. Et ses propos sur l’industrie automobile, partout pour tous, laisse entendre un soutien au tout-routier.

Pour Jean-David Abel, Vice-président de France Nature Environnement :

La PPE annoncée aujourd’hui est inquiétante au regard de l’urgence des enjeux. Elle ne permet pas d’engager la France dans une transition énergétique et écologique digne de ce nom. La fermeture de quelques centrales nucléaires en plus de Fessenheim est insuffisante pour tenir le cap et les engagements de la Loi de Transition Énergétique : la France doit s’engager sur un rythme de fermeture de 2 réacteurs par an minimum pour respecter l’objectif de réduction de la part de nucléaire à 50 %. C’est extrêmement décevant car ce faisant, le Président nie la volonté des Français de réduire la part du nucléaire, les difficultés économiques d’EDF et le risque croissant lié à la prolongation des centrales au-delà des 40 ans. Il est pourtant possible de fermer plus de réacteurs sans mettre le réseau électrique en difficulté, comme démontré par RTE. Avec cette PPE, le gouvernement se montre incapable de se débarrasser du boulet que le nucléaire représente pour la transition énergétique de la France. Enfin, nous appelons le Gouvernement à mettre ses actes en cohérence avec ses mots. Cela veut dire notamment mettre fin aux projets climaticides dans les territoires, comme le Grand Contournement Ouest de Strasbourg ou le forage offshore de Total en Guyane. Et cela veut dire également rendre la fiscalité plus juste, en taxant les plus gros pollueurs que sont les camions, les avions et les navires.

Pour Jean-François Julliard, Directeur de Greenpeace France :

Emmanuel Macron est en train de réussir un tour de force : alors que l’urgence climatique s’aggrave, il s’apprête à faire moins pour la transition énergétique et le climat que son prédécesseur, François Hollande. Les effets d’annonces ne doivent pas masquer la réalité : les mesures annoncées par le président de la République ne permettent pas de réduire rapidement les émissions de gaz à effet dans les secteurs fortement émetteurs, la consommation d’énergie et d’électricité. Au contraire, le gouvernement continue d’accorder un soutien aveugle au nucléaire, au mépris des objectifs fixés en matière d’énergies renouvelables. Le gouvernement semble privilégier les lois dictées par les industriels et les lobbys à celles votées à l’Assemblée Nationale. À quelques jours seulement de l’ouverture de la COP, les beaux discours d’Emmanuel Macron n’y changeront rien, la France se décrédibilise sur la scène internationale.

Contact presse :

bandeau logos

Offre de dialogue aux gilets jaunes

Offre de dialogue

Je n’ai pas de mandat, je n’ai pas de recette magique, je suis juste un citoyen engagé comme écologiste depuis 40 ans qui aspire à une transition écologique solidaire.

Je comprends que si vous êtes ici c’est que les fins de mois sont difficiles pour vous et je me sens solidaire de votre détresse.

Pour autant je ne pense pas que revendiquer un avenir pour vos enfants et réclamer la suppression des taxes sur les carburants soient la bonne solution.

Vous savez que la planète n’en peux plus de nos gaz à effet de serre et le manifeste par des catastophes climatiques de plus en plus violentes qui menacent la vie même à moyen terme.

Il me semblerait plus judicieux de réclamer avec nous que les taxes sur l’énergie soient affectées à des aides pour permettre aux plus modestes de réduire leur dépendance aux énergies fossiles.

Limiter ses déplacements en voiture individuelle ou être logé dans une habitation décente ne doit pas être un luxe réservé aux personnes aisées. Bien au contraire : la transition énergétique apportera des solutions de long terme à tous les Français, y compris les plus modestes, pour leur permettre de réduire leur dépendance aux énergies « carbonées » comme le pétrole ou le charbon, et à la volatilité de leur prix, et pour vivre mieux, en bonne santé, dans des logements confortables et bien isolés.

Je n’ai pas de solution toute faite mais je vous propose de profiter de votre rassemblement pour étudier ensemble comment dans votre vie quotidienne chacune et chacun peut faire des économies et comment tous ensemble nous pouvons imposer aux pouvoirs publics de mettre en œuvre un vaste plan Marschall d’investissement pour permettre aux plus modestes de réduire leurs dépenses à défaut de pouvoir augmenter leurs recettes.

Les images de casse dans les medias, l’absence d’organisation structurée permettant des négociations sur des propositions précises risquent de réduire rapidement la sympathie de l’opinion publique à l’égard de votre mouvement et de réduire à néant votre mobilisation.

Il me semble que ce serait une manière plus originale d’interpeller l’opinion publique et d’intéresser les médias d’organiser vendredi ou samedi au milieu du rond point avec toutes les bonnes volontés un forum qui permettrait d’envisager ensemble des propositions concrètes que chacun puisse mettre en œuvre dans sa vie quotidienne et des revendications pratiques vis à vis des pouvoirs publics.

Je me tiens à votre disposition si cette idée vous intéresse.

Alain Uguen

NB : Texte diffusé aux gilets jaunes présents sous la pluie sur le rond-point deTroyalac’h à Quimper

Le communiqué « dépêchez-vous, ça presse !» des Pisseurs et Pisseuses Involontaires de Glyphosate

Poursuivis pour avoir rendus impropres à la vente des bidons de Round up, 23 Faucheurs et faucheuses volontaires d’OGM et Pisseurs Involontaires de Glyphosate ont effectué en 2017 des prélèvements d’urine en vue de détecter ce poison dans leur organisme. Alors que la toxicité tolérée sous le vocable de « norme » est de o,1 ng/ml par pesticide dans l’eau de boisson, les taux relevés allaient de 0,19 à 3,4 ng/ml d’urine.

Aujourd’hui, ce sont ces citoyens accusés d’actes de vandalisme qui portent plainte contre les responsables politiques et contre les producteurs et les diffuseurs de poisons agricoles pour : tromperie aggravée, mise en danger d’autrui et atteinte à l’environnement. Ils font des émules.

Une campagne nationale relayée en Bretagne par les Pisseurs Involontaires de Glyphosate invite les citoyens à refuser la passivité et la résignation et à reprendre leur pouvoir. Pour ne parler que de la Bretagne, 550 personnes se sont déjà inscrites pour effectuer une analyse en vue de se tourner vers la justice. Il ne fait pas de doute que cette campagne comptera plusieurs milliers de plaintes en France. C’est la prise de leur responsabilité par les citoyens face à l’irresponsabilité et l’inconscience de certains de nos élus.

Les inscriptions sur un tableur sont communiquées à des référents locaux qui pilotent des groupes de 25 personnes. Nous avons partiellement une décentralisation départementale de l‘organisation. Les premiers groupes locaux seront opérationnels dans les semaines à venir. Il s’agit de prélever la première urine du matin en présence d’un huissier qui garantit le suivi d’un protocole rigoureux afin qu’il n’y ait aucune contestation ultérieure. Ces échantillons sont envoyés à un laboratoire allemand. Les résultats seront remis au tribunal pour y porter plainte et ils seront exploités avec un questionnaire par le CRIIGEN à des fins de recherches scientifiques. Les plaintes sont regroupées au niveau national à Paris dans un pôle santé publique. Des avocats défendront les plaignants.

Le coût d’une analyse est de 85 euros. L’ensemble analyse + frais d’huissier + frais d’avocat représente environ 135 euros. C’est une démarche citoyenne exigeante qui traduit notre refus de continuer à être empoisonnés dans notre environnement et par notre alimentation. Nous remettons en cause les systèmes de production et de consommation dénoncés par ailleurs pour leur implication dans les dérèglements climatiques. Les frais importants assumés par les Pisseurs Involontaire de Glyphosate traduisent leur détermination : « assez de paroles, des actes ! ».

En prenant l’exemple du Glyphosate (cet herbicide le plus utilisé dans le monde en association avec les pires poisons comme l’arsenic), les PIG mettent en accusation tous les pesticides. Au-delà de la dénonciation de ces intoxications criminelles, ils entendent aussi éclairer cette pollution des esprits dont parle JC Pierre : la propagande publicitaire et politique, les mensonges et la désinformation. Les PIG s’interrogent bien entendu à propos de la bienveillance de certains élus et responsables à l’égard des multinationales de la chimie et de l’agro-bizness. Mais Le changement devient urgent également au niveau de nos propres habitudes de consommation : pas de demande, moins d’offres.

Nous invitons tous les Pisseurs-euses Involontaires de Glyphosate, les victimes de pesticides, les Faucheurs et autres Coquelicots à accompagner ce premier dépôt de plaintes collectif en Bretagne qui prendra la forme d’une caravane de la plainte itinérante : Mardi 20 nov.2018, RV à Quimper 9h 30, Lorient 11h 30, Saint Brieuc 15 h, devant les tribunaux (horaires à confirmer)

Ce même jour, et c’est une des raisons pour laquelle les faucheurs ont choisi cette date, la cour de justice européenne doit examiner les conditions de mise sur le marché des pesticides en Europe.

Campagne glyphosate BZH. (Les Pisseurs et Pisseuses Involontaires de Glyphosate)

Consultez le Blog et inscrivez-vous : https://pig.log.bzh/

De protestataire à pro-test-acteur en Cornouaille : les 10 jours verts de Transacteurs

Un mouvement lancé en réaction aux mouvements commerciaux du Black Friday et du Cyber Monday : les 10 jours verts à l’occasion des journées européennes de réduction des déchets du 16 au 25 novembre 2018

Durant 5 années un collectif «confluences pour la planète » a organisé sur Quimper une écofoire dans le cadre d’un troc-puces qui permettait aux acteurs engagés dans la transition de se regouper pour toucher le plus grand nombre.

Aujourd’hui nous souhaitons passer à la dimension supérieure pour un événement à la fois festif (avec un concert regroupant des artistes locaux) militant (pour faire connaître toutes les associations qui oeuvrent sur la Cornouaille dans ce domaine) et commercial (pour faire connaître tous les acteurs économiques qui s’engagent dans ce domaine).

Nous évaluons le budget nécessaire (un poste d’animation à l’année + les frais d’organisation de l’événement) à 50 000 euros.

Les contours

1  une appellation commune : celle que nous proposons au débat c’est Transacteurs le réseau des réseaux d’acteurs de la transition écologique solidaire, le versant économique des coquelicots

2 une méthode collaborative qui consiste à proposer à chacun de convaincre ses réseaux, ses fournisseurs, ses associations de participer à faire connaître cette initiative.

3 une économie circulaire basée sur le principe gagnant-gagnant-gagnant entre des consom@cteurs, des associations et des acteurs économiques : je mise 10 euros qui serviront à organiser des campagnes de communication grand public (financement d’un poste d’animateur du territoire qui aura pour rôle de démultiplier l’information sur les initiatives des différentes associations impliquées dans le réseau) Cette mise sera récupérée sous forme de remise auprès des acteurs économiques adhérents du réseau.

L’enjeu

c’est de convaincre

  • toutes les associations qu’ensemble on va plus loin
  • les acteurs économiques engagés dans la transition écologique solidaire qu’ils gagneraient à ce que leurs actions dans ce domaine soient connues et reconnues par le plus grand nombre
  • 5000 cornouaillais d’arborer le coquelicot et de miser 10 euros dans l’aventure. Parmi nos partenaires Brin d’Avoine c’est près de 15 000 adhérents : l’enjeu c’est d’en convaincre  1/3.

c’est de démontrer la viabilité économique sur la Cornouaille pour proposer à des partenaires associatifs de faire la même chose sur leur propre territoire et couvrir tout le territoire national

Nous avons besoin de vous pour y arriver.

Cette démarche étant participative, nous complèterons la liste des partenaires au fur et à mesure. Cette année étant une année de lancement et de test, nous profiterons des enseignements pour peaufiner le site avec le maximum de réseaux : transacteurs.fr

Les associations

    • Cyberacteurs
    • les mouvements coquelicots de Quimper,

Les acteurs économiques partenaires

  • BaraBio les porteurs de la carte des Transacteurs auront un sac à pain offert pour achat de produits à notre échoppe des Halles ou à la boutique de Kerfeunteun ou sur le marché de kerfeunteun le vendredi après midi (dans la limite de nos stocks disponibles)
  • Brin d’Avoine fera une remise supplémentaire de 8% aux porteurs du bon délivré avec la carte
  • Eric SCHACHNER ( Pain-Poulet marché bio de Kerfeunteun le vendredi, Halles de Quimper samedi matin ) fait une remise de 10% aux porteurs de la carte
  • SCOP ENERGIE REFLECHIE Ker Maez 29520 LAZ

Aux arbres citoyens

Mode d’emploi pour planter un arbre le 25 novembre (et après…)

Aux arbres citoyens·Vendredi 12 octobre 2018

Pour planter un arbre…une pelle, un joli plan…un peu d’eau, et le tour et joué!

Où planter ?

Sur les espaces communs : Il est mieux de demander à votre mairie, elle n’a aucune raison de refuser, car encourager cet acte citoyen correspond à ses missions:

  • Planter un arbre correspond à plusieurs cibles des Objectifs de Développement Durable qui sont des accords mondiaux.
  • Planter des arbres est inscrit dans le Plan de Protection de l’Atmosphère.
  • Votre Mairie ou votre communauté de commune doit s’engager dans un Plan Climat Air Energie Territorial et planter des arbres est noté dans les priorités.
  • Planter un arbre répond à l’objectif “4 pour mille” qui a pour but d’emprisonner le CO2 de l’atmosphère.

Il est fort probable, comme cela se voit dans beaucoup de communes, que l’on vous fournisse des plans. L’avantage de planter ainsi est que la municipalité prendra soin de votre acte citoyen.

Si vous n’avez pas envie d’un accord avec vos élus ou que ces derniers ont eu l’audace de refuser, protégez votre arbre avec des tuteurs et signalez par un affichage “je plante ici, cet arbre pour agir en faveur du climat”, et pensez à venir vérifier son arrosage. Si moralement, la municipalité ne peut se permettre de l’arracher, elle pourrait le négliger et réduire vos efforts à néant.

Sur un bord de parcelle agricole : Entrez en contact avec le propriétaire.

Comme sur tout terrain privé, vous n’aurez aucune possibilité d’assurer l’avenir de votre plantation si ce n’est avec l’accord du propriétaire terrien.

Beaucoup vont être ravis et saisiront l’opportunité de planter des haies vives qui sont bénéfiques aux cultures: ils financeront les plans.

Dans votre jardin ou sur le terrain d’un ami: vous passerez un bon moment avec vos proches!

N’importe où: Vous pouvez vous inspirer, comme Salgado et bien d’autres, du chef d’œuvre de Giono “L’homme qui plantait des arbres”…

Quelle essence choisir?

Des fruitiers: Si de grandes décisions à l’échelle mondiale ne sont pas prises pour éviter d’aller vers l’effondrement climatique, il est fort probable que nous traversions une famine…Vous serez heureux de pouvoir récolter les fruits de vos efforts! Et si par chance, nous ne vivrons pas cela, quel plaisir de déguster des fruits qui poussent sur votre trottoir!

Des espèces locales: anticiper qu’il puisse s’adapter au réchauffement.

Des espèces exotiques: attention qu’elles ne soient pas invasives!

Pourquoi?

Vous entendez tous les jours des informations inquiétantes, il faut changer ses habitudes, c’est vrai, et vous faites des efforts en ce sens, mais agir en faveur du climat est tellement plus agréable et enrichissant!

Vous aurez tous les jours le plaisir de voir grandir les arbres que vous avez plantés, il va emprisonner le CO2 de l’atmosphère pour vous restituer de l’Oxygène, il apportera de la fraîcheur dans votre quartier, il contribua à la pureté de vos eaux souterraines, le bruit de son feuillage dans le vent s’ajoutera aux chants d’oiseux qu’il abritera….

Côte-d’Or – Justice Dijon : une série d’actions prévue pour le procès des faucheurs volontaires

Côte-d’Or – Justice Dijon : une série d’actions prévue pour le procès des faucheurs volontaires

À l’occasion du procès des faucheurs volontaires qui s’en étaient pris, en novembre 2016, à des parcelles d’essais de colza appartenant à Dijon Céréales, une série d’actions est prévue du 14 au 16 novembre, avec une grande déambulation le 15..

Initialement prévu les 5 et 6 avril derniers au tribunal correctionnel de Dijon, le procès des faucheurs volontaires (FV) qui s’en étaient pris, le 28 novembre 2016, à des parcelles d’essais de colza sur deux plateformes situées à Darois et Marsannay-le-Bois (appartenant à Dijon Céréales), aura lieu le jeudi 15 et le vendredi 16 novembre. Le 5 avril, jusqu’à 170 personnes avaient soutenu les faucheurs dans les rues de Dijon et devant le tribunal. Si seuls trente-huit faucheurs sur soixante-sept étaient convoqués, par solidarité, d’autres avaient fait le déplacement en tant que comparants volontaires.

Grande déambulation
Pour le 15 novembre, les FV d’OGM donnent rendez-vous à 7 heures place Wilson à Dijon, sachant que les personnes devront répondre de leur convocation à 8 h 30 au tribunal, boulevard Clémenceau. Comme en avril, une déambulation sera prévue de la Place Wilson à la place de la République, puis jusqu’au tribunal, en musique avec une charrette tirée par des chevaux. « Une quarantaine » de personnes est convoquée au TGI de Dijon pour avoir « neutralisé les essais de colza », selon les termes utilisés ce lundi dans un communiqué de l’association VigilanceOgm21, et aussi « pour le refus de prise d’ADN et/ou empreintes ».

Par ailleurs, une série d’autres événements est prévue du mercredi 14 novembre au soir jusqu’après la fin prévue du procès, à savoir le vendredi 16 novembre dans la soirée.  

En détails

MERCREDI 14 NOVEMBRE à 20H00 MAISON PHARE de Fontaine d’Ouche, 2 avenue de Grenoble, Dijon
Repas partagé avec les Faucheurs Volontaires – Entrée libre
20h00 : Projection/débat sur les OGM cachés, échange avec des Faucheurs Volontaires d’OGM convoqués au procès de Dijon.
21h00 : Présentation de la campagne « du Glyphosate dans mes urines » avec les initiateurs de la démarche venus de l’Ariège. Lancement d’un collectif local pour préparer l’opération d’analyse du taux de glyphosate pour ceux qui le souhaitent avec ou sans dépôt de plainte.


JEUDI 15 NOVEMBRE à 21H00 BAL FOLK à la MAISON PHARE
Venez danser avec les musiciens d’Akrofolk
Musique à danser du coin, d’Europe et des Balkans
Entrée : prix libre.
Dès 20h00 : Buvette et restauration
Lunch box préparée par l’atelier du Café de la maison-phare
Beaujolais nouveau à la buvette


VENDREDI 16 NOVEMBRE à 21h00 CONCERT de soutien à l’espace autogéré des TANNERIES – 37, rue des Ateliers, 21000 Dijon
LES BURE HALEURS chansons engagées
BIBEO chansons rock festif
SHATTERED BLOOMS rock post grunge
Retour sur le procès des FV
Entrée 6 euros + adhésion aux Tanneries à prix Libre

A lire :

Europe – Des citoyens obtiennent un arrêt historique

Date de publication : 2 novembre 2018 :  (tout de suite dans le n°152 du journal Inf’OGM, et dans 2 mois sur le site www.infogm.org)