Johnny et les paradis…fiscaux

Bonjour ,

Si je me permets de vous faire un courriel c’est que je ne sais plus à qui faire appel pour faire entendre des voix qui ne sont pas des pigeons .

Car, si toutes les couleurs et les goûts sont dans la nature, je suis scandalisée par tous les hommages qui sont faits à une personne (peu importe les qualités artistiques que pouvait avoir ce personnage) mais qui a tout fait pour ne pas payer d’ impôts en France (résident suisse, tenté par  la nationalité  monégasque voir de la belge) . Il suffit de voyager dans des pays étrangers de langue non francophone pour se rendre compte qu’il ne vendait ses disques que dans notre bon pays et il aurait dû rendre une partie à la nation (hôpitaux / écoles / musées) en étant un contribuable mais aujourd’hui nous prendre “notre” argent pour payer à ce genre de citoyen qui prend (un max) et ne veux / voulait rien redonner ni participer à la collectivité de la Nation sauf  à venir se faire soigner dans nos hôpitaux financés par NOS impôts et pas les siens  …. NON NON NON et re-NON d’autan qu’il devrait ? se faire enterrer à Saint Barth paradis fiscal s’il en est !!!!!

Il serait bien que des milliers de voix s’élèvent pour rappeler ces petits détails et demandent que les frais soient pris en charge par la famille ou les fans peu m’importe mais pas par moi /nous contribuable(s) ; et pourquoi pas une statue pour Madame BETTANCOURT (grosse fortune qui elle aussi savait apprécier les paradis de son vivant)
R-P B

car samedi prochain (le 30) pour la manifestation de St Lô

Bonjour,

Le chantier de l’EPR avec ses malfaçons et ses falsifications cache un scandale d’Etat sans précédent sur fond de rétrocommission à l’affairiste Bolloré. L’industrie nucléaire est en faillite mais est prête à tout pour sa survie comme  démarrer un réacteur avec une cuve défectueuse qui peut rompre au premier choc thermique et entraîner une catastrophe. Aussi la mobilisation des citoyens est nécessaire pour peser sur la décision que s’apprête à prendre le gouvernement concernant l’acceptation de la cuve. Rien n’est encore joué car la bataille juridique est commencée.

L’ASN est convoquée devant la justice le 10 octobre devant le tribunal de grande instance à Paris suite au référé de l’Observatoire du nucléaire sur sa capacité à donner un av is pour la cuve.

Un car partira de Quimper (Penvillers, parking Croix des Gardiens) dès 7h50 samedi 30 septembre 2017. Un arrêt est prévu à Quimper, Quimperlé, Lorient, Auray, Vannes, Ploermel, Rennes. Il reste encore des places. Dépêchons-nous de le remplir.  Inscrivez-vous sur http://www.stop-nucleaire56.org/ ou en appelant le 07 50 67 30 16 . Le car repartira après la manifestation dès 17h30.

D’autres cars sont prévus dans tout l’Ouest de la France, il faut les remplir.  Voir sur http://www.can-ouest.org/transports-en-car/. Pour celui qui part du Trégor, il est complet. Faîtes circuler l’info dans vos connaissances.

Pour la manif

– Apportez une vieille passoire ou une vieille casserole avec mention cuve EPR (à défaut une boîte de conserve étiquetée STOP EPR ) pour accrocher aux grilles de la préfecture.

– Imprimez et répétez les chansons (feuille jointe) sur les airs connus “Auprès de ma blonde” “Il était un petit navire” “Cadet Rousselle”  (fichier joint) notamment dans les cars !!

A bientôt

Chantal

—————————–

Bonjour

Un car partira de Lannion samedi prochain (le 30) pour la manifestation de St Lô. Plusieurs personnes de Lannion sont sur liste d’attente. Une petite dizaine de personnes de Morlaix seraient partantes. Nous avons donc la possibilité de monter un car au départ de Morlaix ou Lannion. Mais il y a URGENCE. Merci de Faire circuler cette information autour de vous et de me communiquer les inscriptions.
La place dans le car de Lannion coûte 22€. On essaiera de faire à peu près la même chose.
Départ vers 9h30, retour prévu vers 21h30.
Christine

Objectif : Nous opposer à l’installation de la CUVE DEFECTUEUSE de l’EPR de Flamanville, tant qu’il en est encore temps ; c’est en Octobre que le gouvernement doit prendre sa décision…

L’enjeu est de taille car il s’agit entre autres d’exprimer notre refus de la fameuse CUVE DEFECTUEUSE de l’EPR qui, à ce jour, n’est pas encore validée par l’Autorité de Sûreté Nucléaire….

Installer cette cuve défectueuse correspondrait à une prise de risques énorme.

Mais la pression d’AREVA et d’EDF est énorme elle aussi…

I FEED GOOD, le tour des initiatives engagées en alimentation durable !

4 jeunes diplômées ont fondé le projet I FEED GOOD, qui a pour thématique centrale l’alimentation durable.

A partir d’octobre 2017 et pour un an, elles vont partir à la rencontre d’initiatives engagées et inspirantes dans des pays émergents et en voie de développement.

> Mission : contribuer au développement de pratiques alimentaires plus durables ! <<

 

Comment on s’y prend chez I FEED GOOD ?
✓ Nous réalisons des missions solidaires pour des initiatives engagées dans l’alimentation durable.
✓ Notre but : accompagner, promouvoir et donner la parole aux porteurs de projets d’avenir.
✓ Concrètement, nous travaillons bénévolement à leurs côtés pour soutenir leurs actions et…
✓ …Nous produisons des contenus multimédias afin de les partager avec vous et sur nos réseaux.

Et pas question de disparaître dans la nature au retour de notre exploration !

Nous organiserons des événements de rencontre : workshops, conférences et projections du film documentaire qui sera réalisé.

Pour en savoir plus et participer :
*Page HelloAsso* https://www.helloasso.com/associations/i-feed-good/collectes/i-feed-good
*Article de présentation sur notre site* https://www.ifeedgood.org/single-post/2017/08/22/I-FEED-GOOD-en-une-bouchée

Quel logiciel de gestion pour des circuits courts ?

Notre assoc. comporte une centaine d’adhérents consom’acteurs, et une douzaine de producteurs. Nous avons besoin d’un logiciel permettant de gérer les adhérents, consom comme prod; les listes de produits par producteur avec désignation photo et prix unitaire, de telle sorte que le consom’acteur lambda puisse se servir de la liste Maraîcher et cocher les produits qu’il souhaite commander, préciser la quantité, que la commande ainsi faite soit transmise en temps réel au producteur, que celui ci puisse renseigner la commande et la transformer en bon de livraison effective identifiant d’éventuels manquants, puis la facture adressée au consom’acteur en final… Tous les participants disposent d’un mail…

Quel logiciel sait faire celà ??? Merci de vos aides…Nous faisons cela depuis 5 ans par mail individuellement, un peu d’ergonomie serait un plus évident…

Mme Isler-Béguin nommée Au grade de chevalier de la Légion d’honneur

Marie_Anne_Isler_Beguin_1

Par décret du Président de la République en date du 30 décembre 2016, pris sur le rapport du Premier ministre et des ministres et visé pour son exécution par le grand chancelier de la Légion d’honneur, vu les déclarations du conseil de l’ordre portant que les présentes promotions et nominations sont faites en conformité des lois, décrets et règlements, sont promus ou nommés pour prendre rang à compter de la date de réception dans leur grade :

Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, en charge des relations internationales sur le climat
Au grade de chevalier
Mme Isler-Béguin, née Isler (Marie-Anne), présidente d’une association pour la protection de l’environnement et l’amélioration de la qualité de vie ; 37 ans de services.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033760367

Toutes nos félicitations à notre Présidente et nos remerciements pour son action : les ors de la République retombent ainsi un peu sur nos souris.

Financement participatif court métrage sur les sans papiers

Appel à financement participatif pour un court-métrage musical sur le thème des sans papiers :

https://fr.ulule.com/shens-papers/

Quotidien d’une famille de sans papiers, tolérance, ouverture à l’autre, sous les paroles justes, en occitan et en kabyle, musique entêtante, ponctués par les pas des danseurs de rondeau gascon et une danseuse contemporaine, voilà en quelques mots ce qu’est Shens papèrs.
Merci
Philippe Espinasse auteur, compositeur et co-réalisateur.

Consultation Brennilis

Centrale de Brennilis : consultation sur la prolongation du chantier de démantèlement

Nous vous proposons de vous inspirer du communiqué de la Fédération Anti-nucléaire Bretagne ci-dessous.

Alain Uguen

Démantèlement partiel de Brennilis : EDF réclame encore une prolongation.

Il est plus urgent d’arrêter les centrales que de les démanteler.

La centrale de Brennilis est arrêtée depuis plus de 30 ans et son démantèlement « tellement dément » n’en finit pas. Ce devait être la vitrine, elle en illustre le fiasco démontrant que le nucléaire est dans l’impasse. Le décret de démantèlement partiel de 2011 autorisait jusqu’en juillet 2016 des travaux qui n’avaient pu être achevés lors du premier décret de 1996, notamment la station de traitement des effluents (STE). Cela fera donc 20 ans qu’EDF tente de la démanteler, passant sous silence ses déboires successifs. Le délai expirant, elle redemande à nouveau un délai supplémentaire de 2 ans ; le projet de modification du décret est en consultation jusqu’au 25 juillet. (1)

Mais le pire est à venir avec le projet de démantèlement du bloc réacteur, avec une cuve dont le niveau irradiant pourrait causer le décès d’un travailleur en quelques minutes. La Fédération anti-nucléaire Bretagne s’opposera à sa mise en chantier au vu de l’amateurisme pratiqué, comme cela a pu être constaté lors de l’incendie dans le bâtiment réacteur en septembre 2015.

La priorité est d’arrêter immédiatement toutes les installations nucléaires, puis de réfléchir comment le démantèlement de ces installations peut être mené, le moins mal possible d’un point de vue environnemental et sanitaire. Ce débat ne peut être mené sereinement que lorsqu’il sera déconnecté de l’enjeu de prolonger cette industrie mortifère et d’imposer de façon autoritaire le projet dangereux d’enfouissement des déchets nucléaires appelé CIGEO.

Aussi la Fédération anti-nucléaire Bretagne se joint au Collectif anti-nucléaire Ouest qui appelle à se rassembler à Flamanville les 1er et 2 octobre 2016 pour dire non à l’EPR, non au rafistolage des réacteurs et exiger l’arrêt du nucléaire, énergie de destruction massive (2)

(1) http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-de-decret-modifiant-le-decret-no-2011-886-a1419.html

(2) www.can-ouest.org

Contacts presse : Chantal Cuisnier 06 84 14 58 87/ Marie Nicolas 06 72 50 89 14/ Alain Rivat : 06 65 72 31 66 /

Ours & fêtes médiévales – STOP

Bonjour,

J’ai pris connaissance par hasard qu’un spectacle d’ours allait se dérouler dans un village voisin courant la prochaine fête médiévale locale d’octobre. Faute de financement à l’évidence, la concrétisation de ce spectacle a été possible par un financement participatif!!

J’ai lancé une pétition début mai, et vu l’ampleur des signataires un article dans le Dauphiné Libéré a été publié. Après lecture, il semble que ni l’association à l’origine de ce “projet”, ni le maire de la commune se sentent concernés, et l’animation est toujours d’actualité. Il y a plus de 44 000 signataires à ce jour.

Je poursuis l’action et j’ai écris une lettre ouverte plus générale à ce sujet. Je vous joins le lien de cette pétition pour prendre connaissance notamment du contexte et de la “mise à jour de la pétition”.

A diffuser, à signer, à faire du bruit, SVP pour qu’enfin ce genre de “spectacle” s’efface de notre paysage au lieu de se développer et de s’y ancrer !

Merci de votre attention et pour votre participation.

 

 

SONDAGE Corrida

Traduction
Le maire de Saint-Sébastien, Eneko Goia, a indiqué que la plate-forme antitaurine qui promeut la réalisation d’une consultation sur les corridas dans les arènes municipales d’Illunbe a réuni les signatures nécessaires pour mener à bien ce vote, qui pourrait avoir lieu en septembre.

Cette date dépend de deux décisions. La première des tribunaux de Justice, parce que le règlement de consultations a été contesté par l’Administration de l’État, bien que le maire ait indiqué l qu’on attend un verdict avant deux mois.

La deuxième est que la consultation ne peut coïncider avec aucun processus électoral et en Euskadi les élections autonomes pourraient avoir lieu en automne.

Doit-il y avoir des corridas à San Sébastien ? Votez

http://www.diariovasco.com/san-sebastian/201604/18/consulta-sobre-toros-donostia-20160418115953.html

Le lien fonctionne on est passé à 53/47

Il faut donc continuer à mobiliser.

ATTENTION : Dans Firefox, avec Adblock qui supprime les pubs le bouton Votar disparait. Il faut retirer temporairement Adblock !
ou changer de logiciel d’accès à internet.

Un peuple civilisé doit trouver des solutions pour arriver pacifiquement à un résultat acceptable par tous.

Monsieur le président de la république, Monsieur le premier ministre, Madame la ministre de l’environnement,
Les projets d’aménagement du territoire divisent très souvent la population. Le processus de décision n’est pas exempt de reproches et l’opposition, pour se faire entendre, doit souvent braver la loi. Cette situation est source de tensions qui peuvent dégénérer en violences. Un peuple civilisé doit trouver des solutions pour arriver pacifiquement à un résultat acceptable par tous.

Dans le cas du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, pour désamorcer les tensions, vous avez décidé d’organiser un referendum dont le résultat s’imposerait aux parties de façon définitive. C’est une intention louable. Recueillir l’agrément de la population concernée est en effet une condition nécessaire. Mais elle n’est pas suffisante et ne justifiera pas l’abandon de la contestation. Les opposants pensent que l’homme a des devoirs vis-à-vis de la nature, de l’environnement, de la biodiversité et que les projets ne doivent pas aller à l’encontre de ces devoirs. Une loi votée à l’assemblée ne pourra être appliquée que si elle est reconnue compatible avec la constitution. De la même façon, un projet d’aménagement, voulu par les élus, approuvé par la majorité, doit aussi respecter des principes supérieurs pour être réalisé. Pour gagner en efficacité, il serait préférable de vérifier l’adéquation aux principes avant de demander l’accord de la population.

Mais quels sont ces principes ? Comment les définir pour qu’ils ne donnent pas lieu à des divergences d’appréciation ? Nous allons en proposer deux, l’un lié à la notion de développement durable, l’autre à des exigences de bonne gestion financière. S’ils sont tous les deux respectés et si le résultat du referendum est favorable, alors on pourra envisager de mener à bien le projet. Remarquons que ces critères ne font que formaliser les engagements officiels de notre pays vis-à-vis de l’environnement et de la réduction des déficits publics. Le but de cette pétition est de vous demander de mettre en œuvre cette démarche pour le cas de l’aéroport Notre Dame des Landes et pour les projets à venir.
Abordons maintenant le premier principe. Le respect de la nature est difficile à définir. A défaut de mieux actuellement, contentons-nous des objectifs de développement durable que personne n’ose remettre en cause. Deux indicateurs qui font l’objet d’études continues depuis plus de 20 ans, nous permettent de savoir où nous en sommes et, par leur évolution au fil des années, dans quelle direction nous allons. Il s’agit de l’empreinte écologique et de la biocapacité. L’empreinte écologique calcule, par pays et par habitant, la surface en ha nécessaire pour remplir tous les besoins : alimentation, habitat, déplacements, services, recyclage. La valeur pour la France est de 5,1 ha. La biocapacité évalue, par pays et par habitant, la surface disponible selon les mêmes critères. La valeur pour la France est de 3,1 ha. Ces chiffres proviennent du site www.footprintnetwork.org et ont été calculés pour l’année 2012. Si la biocapacité est inférieure à l’empreinte écologique, cela signifie que le pays ne peut satisfaire tous les besoins de sa population, qu’il est obligé d’importer des ressources ou qu’il épuise ses stocks. Dans une optique de développement durable, c’est une situation qu’il faut absolument chercher à rééquilibrer en diminuant l’empreinte ou en augmentant la biocapacité. Tout projet devrait être évalué vis-à-vis de son incidence sur ces deux indicateurs. Si le projet dégrade le rapport entre les deux, il doit être abandonné. Si malgré tout des raisons impérieuses obligent à le réaliser, il faut alors mener en parallèle un projet qui contrebalancera la dégradation attendue.

Venons-en au principe de bonne gestion financière.

Si le projet a une vocation économique, il faut en laisser le financement à des intérêts privés, sans aucun engagement ni caution des collectivités publiques. Le risque doit être assumé en totalité par l’investisseur. Si l’argent public est nécessaire, le financement doit se faire sans emprunt et résulter de provisions constituées au cours des années précédentes dans ce but. Emprunter oblige à payer un intérêt en plus du capital et augmente ainsi le coût. De plus, le remboursement d’un emprunt obère les finances, prive de moyens d’action et impose, pour de longues années, des choix antérieurs qui n’ont plus toujours leur justification. Quand on constitue des provisions, on peut espérer un léger revenu durant la période d’épargne. Quand les fonds sont réunis, il est encore temps de réévaluer l’intérêt du projet. Quand l’investissement est lancé, il ne pèse pas sur les années à venir et laisse la liberté de moyens à ceux qui gèrent. On objectera peut-être que le projet est différé le temps de l’épargne. A un niveau collectif, quelques années ont peu d’importance. Dans le cas de l’aéroport Notre Dame des Landes, le projet remonte à plus de 50 ans. Que ce soit pour un particulier ou une collectivité, vivre avec des économies plutôt que des dettes, c’est conserver de la liberté et une bonne capacité d’adaptation. Mais les dettes d’un particulier s’éteignent quand il décède, alors que les dettes de la collectivité sont léguées aux générations suivantes. Il est donc tout à fait immoral de contracter des emprunts qui devront être remboursés par d’autres. Honte à nous qui accumulons des dettes sans impérieuse nécessité et dégradons ainsi les conditions que connaîtront nos enfants.

Pour le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, l’Europe impose avant le début d’exécution des travaux, une étude d’impact environnemental. L’évaluation de l’incidence sur l’empreinte écologique et la biocapacité y aurait naturellement toute sa place. Ce devrait être la première étape de faisabilité du projet. Si elle est vérifiée, les modalités de financement seront à examiner. Si cette deuxième condition est aussi vérifiée, alors il pourra y avoir tenue d’un referendum. Il conviendra de bien en définir les règles, mais c’est un autre sujet qui ne sera pas développé ici.

Voilà la démarche que nous vous proposons pour mener à bien les projets d’aménagement du territoire et que nous vous demandons d’appliquer dès maintenant pour le cas de l’aéroport Notre Dame des Landes.

Dominique R