LA POLLU-TAXE (contribution climat)  : UN FINANCEMENT JUSTE ET ECOLOGIQUE DES MOBILITES DU QUOTIDIEN

Le rapport Spinetta sur l’avenir du rail, qui préconise notamment la suppression de nombre de dessertes, a été dénoncé par des ONG environnementales, qui soulignent que le train est “essentiel” pour combattre le réchauffement climatique.

Ne pas construire de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes est un signal positif dans la lutte contre le changement climatique, mais ça ne suffit pas, insistent des ONG qui réclament des mesures pour freiner l’expansion du trafic aérien.

Pour participer au débat actuel dans le cadre de la préparation de la loi d’orientation des mobilités nous vous proposons de reprendre la campagne menée en 2014 sur la pollu-taxe pour interpeller les députés en nous appuyant sur l’excellent rapport du Réseau Action Climat

LE TRAIN, UN ALLIÉ ESSENTIEL POUR LE CLIMAT

https://reseauactionclimat.org/train-allie-climat/

M. Spinetta a remis au gouvernement des préconisations sur la pertinence et l’avenir du train. Alors qu’il recommande de recentrer le ferroviaire sur les grandes villes, nous rappelons le rôle majeur que peut jouer un maillage dense du transport ferroviaire dans la lutte contre les changements climatiques et les fractures territoriales.

Délaissé par l’Etat ces dernières années et à nouveau menacé, ce mode de transport d’avenir mérite une politique d’amélioration et de modernisation volontariste pour se passer des modes de transports les plus polluants.

LE TRAIN, NOTRE ALLIÉ POUR LE CLIMAT

En moyenne, un déplacement en train émet au moins 10 fois moins de CO2 que le même trajet en voiture et jusqu’à 50 fois moins de CO2 que l’avion.

Un constat appuyé par l’étude SNCF/Carbone 4 : selon cette étude, un voyage en train Intercités génère environ 15 fois moins d’émissions de CO2 par passager que le même trajet en covoiturage, 5 à 15 fois moins que le même voyage en autocar et 50 fois moins que l’avion.
http://www.carbone4.com/wp-content/uploads/2017/06/Plaquette-SNCF-Intercite
́s.pdf


LE TRAIN EST MAL AU POINT EN FRANCE

Malgré le formidable potentiel du train pour la préservation de l’environnement, le train continue à perdre du terrain par rapport aux autres modes de déplacement. C’est au coeur du bilan publié par l’Arafer fin 2017 

http://www.arafer.fr/wp-content/uploads/2017/11/CP-Arafer-Bilan-ferroviaire-voyageurs.pdf

: la baisse de fréquentation affecte surtout les Intercités et dans une moindre mesure les TER. En résulte, logiquement, la suppression de certaines lignes et la dégradation de l’offre pour les voyageurs : retards, annulation…etc. Les grandes orientations du gouvernement en faveur de ce transport du quotidien et de sa régénération sont donc louables mais supposent de répondre à des besoins urgents dans un cadre budgétaire contraint. La priorité doit être de rendre opérationnelles et attractives les lignes Intercités et TER qui transportent 90% des voyageurs en France.

Alors que les Français boudent le train, le défi du gouvernement devrait consister à rendre celui-ci à nouveau attractif !

Or le  manque d’investissement dans la régénération du réseau menace de fermeture environ 9 000 km de petites lignes, comme le révélait Reporterre dans cette carte.

https://reporterre.net/Les-trains-du-quotidien-en-France-la-grande-enquete-de-Reporterre

UN FUTUR PLAN D’ENCLAVEMENT FERROVIAIRE ?

Un gâchis car la France dispose du deuxième réseau ferroviaire européen après l’Allemagne, selon SNCF Réseau. Et l’intensité d’utilisation est médiocre : selon l’ARAFER, seuls 48 trains par kilomètre passent chaque jour en France, contre 140 trains par kilomètre aux Pays-Bas, 119 en Suisse, 96 au Royaume-Uni et 75 en Allemagne.

Il est aujourd’hui donc essentiel de revitaliser et préserver le patrimoine du réseau ferroviaire français : c’est là la clef pour obtenir un train accessible et abordable, permettant dans le même temps de lutter contre la fracture territoriale.

L‘amélioration ou la renaissance des petites lignes ferroviaires en zone périurbaine et rurale et des trains Intercités de nuit en fait partie.

LE TRAIN : UN ALLIÉ POUR RÉDUIRE LES FRACTURES TERRITORIALES

Alors que le gouvernement prévoit un plan routier sur dix ans pour achever le désenclavement de la France dans la future loi sur les mobilités, il faut veiller à ce que ces travaux ne facilitent pas les déplacements en voiture dans des territoires où son utilisation est d’ores et déjà prédominante.

C’est tout particulièrement le cas dans les peu territoires peu denses, où la voiture est déjà utilisée pour les déplacements quotidiens à plus de 90%, contre 15% à Paris, 50 à 70% dans les grandes agglomérations, 75 à 85% dans les villes petites et moyennes.

Résultat, les déplacements quotidiens de ces ménages périurbains et ruraux génèrent deux fois plus de CO2 que ceux des pôles urbains qui ont plus tendance à utiliser la marche, le vélo et les transports en commun (études de l’INSEE et du SOeS).

Il est donc essentiel de préserver les rares alternatives à la voiture dans ces territoires au lieu de les supprimer.

LE GÂCHIS DES TRAINS DE NUIT
Avec une portée jusqu’à 1500 km, le train de nuit est aussi un mode de transports pertinent pour les liaisons européennes et métropolitaines de longue distance. Malheureusement la plupart des lignes ont été supprimées ces 3 dernières années en raison de leur manque de rentabilité (qui a depuis été contesté).

Alors que la France a démantelé la plupart de ses lignes, l’Autriche, à travers son entreprise public ÖBB, déploie un réseau en Europe Centrale, de Hambourg jusqu’à Rome. Cette nouvelle offre a obtenu une augmentation subite de la fréquentation et a dégagé des bénéfices dès la première année.

https://blogs.mediapart.fr/ouiautraindenuit/blog/151217/relance-des-trains-de-nuit-quelle-est-la-strategie-de-lautriche

Là où l’offre ferroviaire se modernise pour devenir attractive, elle résulte en une augmentation du nombre de voyageurs.

La menace qui pèse actuellement sur les trains risque donc très probablement de laisser la France sur le quai de la transition énergétique.

LES PRÉCONISATIONS DU RÉSEAU ACTION CLIMAT ET DE SES ASSOCIATIONS MEMBRES POUR LA FUTURE LOI SUR LES MOBILITÉS

L’offre de transport qui se décide aujourd’hui structure fortement les mobilités de demain. Elle détermine donc la capacité de la France à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris de limiter la hausse des températures.

L’effort de planification attendu des ONG devrait se traduire dans la future loi sur les transports au moyen d’un schéma national de transports sobre en carbone et en énergie qui garantit la desserte ferroviaire de toutes les grandes et moyennes villes françaises.

Un milliard d’euros supplémentaire est nécessaire au financement de la modernisation du réseau ferré pour assurer le transport de voyageurs de manière sûre et fiable, la sécurité des voyageurs, l’augmentation des capacités de circulation avec également le doublement des voies uniques.

En matière de transports de marchandises, l’utilisation, l’exploitation et l’optimisation du réseau existant pour le transport des marchandises est indispensable avec le développement du transport combiné et les autoroutes ferroviaires.

Le volontarisme de l’Etat et des collectivités territoriales est crucial pour étoffer l’offre et les services de trains de manière qualitative et quantitative (lignes capillaires, lignes d’équilibre du territoire, lignes régionales).

Les caractéristiques d’un meilleur niveau de service concernent à la fois le prix avec les tarifications solidaires, le cadencement et l’optimisation des correspondances pour favoriser l’intermodalité mais aussi les services à bord dont le transport de vélo doit faire l’office de priorité.

DES PISTES DE FINANCEMENT JUSTES ET ÉCOLOGIQUES

Introduire une pollutaxe kilométrique sur les poids lourds pour mettre sur un pied d’égalité les différentes modes de transports et encourager le report modal.
Introduire une pollutaxe sur le kérosène sur les vols domestiques pour réduire de manière immédiate les émissions de gaz à effet de serre tout en dégageant de nouvelles ressources pour financer la modernisation du train.

SNCF: des ONG dénoncent le rapport Spinetta, au nom du climat

https://www.romandie.com/news/SNCF-des-ONG-denoncent-le-rapport-Spinetta-au-nom-du-climat/890911.rom

Voir en archives la cyberaction de 2014 : Les Français payeront l’addition pour les camions : Défendons la pollu-taxe

https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=739

Des régions se disent prêtes à expérimenter une nouvelle écotaxe

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ecotaxe-regions-se-disent-pretes-experimenter-nouvelle-1367535.html

Interpellons Barbara Pompili présidente de la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire

Madame la députée, Monsieur le député,

Réfléchir aux transports de demain compatibles avec nos engagements internationaux pour le climat nécessite de revoir nos moyens de transports.
Ne pas construire de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes ou limiter la vitesse à 80 km/h sont des signaux positifs mais insuffisants.

Développer des transports du quotidien sobres en carbone et en énergie nécessite d’introduire une pollu-taxe climatique (contribution climat ) affectée au financement des régions

– sur les poids lourds pour mettre sur un pied d’égalité les différentes modes de transports et encourager le report modal.
– sur le kérosène sur les vols domestiques pour réduire de manière immédiate les émissions de gaz à effet de serre tout en dégageant de nouvelles ressources pour financer la modernisation du train.

Partagez cet article !

28 réflexions au sujet de « LA POLLU-TAXE (contribution climat)  : UN FINANCEMENT JUSTE ET ECOLOGIQUE DES MOBILITES DU QUOTIDIEN »

  1. Bonjour,
    Je réagis tout de suite car l’initiative nous interesse mais pose aussi quelques questions.
    OK à fond pour une action défendant la place du train comme meilleure solution de deplacement longue distance.
    Pollu Taxe est un terme tres négatif (meme si pertinent). Je pense qu’il a été, et sera, dur de mobiliser autour de ce terme.
    Financer des investissements de train de passager par des taxes de camion de marchandise n’est pas non plus tres lisible.
    Par contre, l’autre proposition, utiliser la taxe kerozene pour financer le train est tres logique (ce sont 2 modes de transport en compétition et pour le bien commun il faut favoriser le train contre l’avion).

    Comme il ne me vient pas d’idée concrete pour défendre le reseau ferroviaire français, TaCa soutiendra toute initiative proposée dans le sens de ton message.

    Enfin sur un sujet assez voisin, voici la contribution que nous avons écrite pour la Région Nouvelle Aquitaine. Tu y verras qu’on cible le transport aerien, en soulevant des préoccupations proches de ton message. Nous sommes demandeurs de soutien pour cette contribution dans cette région et aussi ailleurs en France.

    A bientôt.

    Jean Sireyjol
    taca taca.asso.fr

  2. Ne croyez pas que seule la France soit touchée par ce délabrement et cet abandon voulus des réseaux ferroviaires : en Allemagne, le train est excessivement cher et de nombreuses liaisons ont été suprimées (tout comme les cars dans les régions rurales éloignées), histoire d’allécher les utilisateurs. On fait tout, partout, pour la bagnole.

  3. Ok pour la taxe sur le kérozène, et surtout pour une amélioration du trafic ferroviaire quel qu’il soit, passagers en région et sur le plan national.
    Les trains de lignes régionales ou départementales sont sous équipés, trop petits et souvent en retard, ce qui ne donne aucune envie de les utiliser comme moyen de transport.
    On ne peut pas compter sur leur fiabilité en tant que transport quotidien.
    Le confort peut être amélioré sur les lignes nationales et les transports de nuit renforcés tant pour les passagers que pour les marchandises.

  4. Tout à fait d’accord avec le texte notamment la taxe sur le kérosène des avions . Il est impensable que ce moyen de transport très polluant soit non taxé!

  5. Les problèmes de fonds sont rarement abordés dans ce pays et les justes décisions encore plus rarement prises. On nous sert un discours de façade mais les actes, eux, sont dictés par la seule logique économique. Et pour cause! Derrière cette organisation se cachent des financeurs privés qui n’ont aucun intérêt à agir en faveur de la préservation du climat, de l’emploi ou encore de la nature! Le train nécessiterait qu’il y ait un engagement financier et politique de la part de l’Etat, sauf que ceux qui détiennent la bourse, eux, veulent de la rentabilité, point à la ligne. De nouvelles routes rapportent beaucoup d’argent à ceux qui les construisent, mais aussi aux constructeurs automobiles et enfin aux compagnies pétrolières. La boucle est bouclée… Et le consommateur dans tout ça? Que veut-il? Quel est son conditionnement? Il veut du pas cher et du rapide. Or l’avion ne coûte rien, 50 € un vol Nice/Paris si on s’y prend dans les temps, une aberration!! De mon côté, j’ai bien tenté de sensibiliser certaines personnes afin qu’ils privilégient le train plutôt que l’avion, peine perdue, dénués de toute conscience écologique et de tout bon sens, l’avion leur apparaît toujours comme la meilleure et unique solution, et ce quelles qu’en soient les conséquences pour l’avenir! Affligeant!!
    Pour autant, je remercie ceux et celles qui se mobilisent pour que cette logique destructrice ne l’emporte pas totalement…

  6. Je suis d’accord pour le développement du transport par train et l’amélioration des services ferroviaires aussi bien pour les voyageurs que pour le frêt. Taxer le kérosène pour que le coût du trafic aérien soit évalué à sa juste valeur ce qui permettrait de réduire ce mode de transport excessivement polluant.

  7. Je suis bien d’accord, mais il faut affronter courageusement les lobbies de constructeurs automobiles, d’autoroutes et du transport routier !! Sans compter que les automobilistes, sauf co-voiturants, pourrraient aussi participer, sauf s’ils n’ont pas d’autre solution viable. Qui et comment sera définie cette dernière notion ? Excellent chantier, enthousiasmant par l’importance des défis.

    • Pour und ecotaxe!

      Essentiellement sur les plus Gros pollueurs: Industrie, Aviation, et pour les camions aussi dans und moindre mesure.
      Et pour un développement proritaire de tout le transport ferroviaire et fluvial!

  8. Puisque malheureusement seul le flouze peut entraîner des modifications profondes ET de masse sur tous ces sujets, on en revient au débat précédant (sur le droit de veto à l’ONU).
    La pollution est un sujet mondial. Il faut une instance mondiale qui ait les pouvoirs pour imposer aux Etats ces décisions qui seront toujours freinées par les lobbies, la corruption, le capital, les intérêts personnels, …
    Les Etats sont pour la plupart vent debout pour ses seuls intérêts. S’ils correspondent à ceux du peuple, tant mieux pour le peuple. Sinon, tant pis pour lui … Il faut soit plus aucun Etat, et une instance mondiale. Soit Des petits Etats, à parité totale, qui soient décisionnaires.

  9. Je suis pour l’établissement d’une pollu-taxe pour les poids lourds sur nos routes et autoroutes. Je trouve aussi anomal que nos routes secondaires soient de plus en plus envahies par des poids lourds de plus en plus gros. Il faut dire également que la plupart de ces poids lourds ne sont pas français, traversent la France sans aucun apport commercial.
    Je suis d’accord aussi pour qu’il y ait une taxe sur le kérosène des avions.

  10. le train moins pollueur que la voiture ?
    Je pense que il faut voir plus finement car il faudrait savoir si c’est avec le plein de voyageurs ou pas certains trains circulent avec 5 ou 6 passagers……(pas partout heureusement) ne me faites pas croire qu’ils consomment moins qu’un bus de 20 ou 25 places (la aussi sur certaines liaisons pas besoin de bus de 55 places…)
    donc tout est une question d’adaptation sachant que si le train passe à 15 km de chez moi je prendrai la quand même la voiture si je dois faire 40 km …..en essayant le covoiturage.
    Pour l’avion évidement si moins de 1000 km il faut favoriser le train (qui arrive le plus souvent près du centre ville (et évite les trajets aéroport centre ville ( longs et eux polluants (embouteillage etc…) de plus vu le prix aberrant de certains trajets taxer le kérosène semble judicieux.
    Enfin soyons politiquement incorrects en l’état et à ce jour on nous vante la voiture électrique au delà de son autonomie et du temps de recharge non compatibles avec les trajets de plus de 300 km A/R combie de centrales électriques pour les recharger si il y en a 10 millions (et que dire si 80% du parc) centrales électriques à quoi? au charbon comme en Allemagne ?
    pour l’auto à moyen terme la solution Gaz me semble la plus cohérente
    mais si quelqu’un arrive à stocker durablement sous volume correct l’électricité il deviendra l’homme (ou la femme pardon!) le plus riche du monde

  11. Un des problèmes que pose cette taxe, c’est que les gens qui ont des vieilles guimbardes sont, à part quelques snobs qui de toutes façons se fichent de payer des taxes en plus, des fauchés. Alors pour faire payer les pauvres, nos gouvernements successifs s’y entendent assez pour que je ne les aide pas à trouver des idées en plus. Par contre, si vous avez une idée pour que les voitures peu chères et récentes destinées aux petits bourgeois des pays pauvres soient au même prix ici et permettent aux pauvres de se déplacer à prix modique, ce serait ça qui résoudrait le problème. Le train, c’est bien pour tous ceux qui ont un horaire régulier, mais bien des gens n’entrent pas dans ce cas de figure, il faut aussi des solutions pour ceux-ci, et qu’elles ne soient pas ruineuses, car leur irrégularité de vie ne leur garantit pas des revenus plus substantiels qu’aux autres! Il faut donc des solutions collectives, le train, le tram etc, et puis des individuelles, pour ceux qui bossent de nuit, ou changent d’horaire tout le temps, ou trimballent du matos lourd, enfin un certain nombre, non négligeable, de gens fauchés mais coupables de pollution atmosphérique.

  12. Bien sûr le mot “taxe” n’est pas un mot très positif, j’en conviens volontiers.
    Il est un constat quotidien, nonobstant la simple injonction n’est plus suffisante pour faire évoluer les choses dans le sens commun. Je ne prendrai qu’un seul exemple, l’état de nos trottoirs “recouverts de mégots, chewing-gums, crottes de chiens” !Ces exemples regroupent toutes les tranches de populations (âges, sociales,etc…)
    La loi “pollueur, payeur” est devenue indispensable et malheureusement quasiment incontournable, et là pour le bien d’abord santé) de TOUS.
    Si vous avez de meilleures idées réalistes, je suis preneur.

  13. Bonjour, je viens de lire les posts. Je partage complètement. Je suis sénior , et dans ma jeunesse je n’ai connu que les transports ferroviaires (parents sans voiture) qui nous amenaient à destination au plus prêt. Je ne veux pas retourner en ‘arrière’ 9h pour ‘descendre’ dans le midi !!!! …. mais la disparition des ‘petites lignes’ à tué une économie locale au profit des mégapoles où nous y vivons très mal. Nous sommes dans l’époque ou nous n’achetons plus ce que l’on a besoin, mais ce que les marchands veulent bien nous vendre. Et même le tout, tout de suite (je clic, cela arrive). Dans ce débat, comme dans d’autres c’est aussi de notre faute et pas que les décideurs !!!!

  14. Je vois plutôt dans l’argumentation proposée un plaidoyer pour le train, et là je suis à 100% pour défendre tout ce qui est avancé dans l’argumentaire. Mais le relier à la pollu-taxe ne me parait pas une bonne idée…. C’est se mettre à dos tous les acteurs du transport par route comme si on agitait un chiffon rouge…
    Par contre mettre en avant les trains de nuit à remettre en route, le maillage du territoire, le transport du fret et la modernisation des infrastructures de réseau en plus cibler les prix fantaisistes trop variables et souvent imprévisibles proposés par la SNCF me parait tout à fait intéressant pour faire une cyber-action dans le contexte actuel, et pour défendre une vision de service public complètement abandonnée par les gouvernements depuis deux décennies….

  15. je suis d’accord avec tout ce qui vient d’être dit : Remettre des trains de nuit. rehausser le prix du Kérosène, réhabiliter les petites lignes qui c’est vrai, sont souvent peu fréquentées, (parce que trop chères.) Et n’oublions pas les territoires désertifiés sans voies ferrées ni routes ! Il faut développer le fret. Les camions sont souvent préférés au train, pour leur souplesse et leur rapidité. Les industries qui travaillent à flux tendu refusent de se voir obligées d’attendre parfois 2 ou 3 jours des livraisons de matière première comme ça arrive souvent avec le train. Avec les camions ils sont livrés plus rapidement, plus fidèlement.

  16. bonjour à toutes et tous,
    je crois aussi que le train est tout simplement devenu inaccessible à beaucoup de personnes, en tout cas les grandes lignes, celles qui justement peuvent faire concurrence à l’avion. Or les trains de nuit sont une partie de la réponse, mais qui aujourd’hui est partant pour passer la nuit dans le train pour aller à Paris ?
    Je suis convaincu qu’il est nécessaire d’avoir une volonté politique forte pour remettre le train en avant, et à des tarifs acceptables. C’est évidemment un service public, probablement non rentable au début. Or le train a la capacité de tailler des croupières dans le secteur du transport (voiture et avion), s’il est bien géré, car il offre de nombreux avantages aux voyageurs (sécurité, confort, liaisons centre-ville, etc.). Or je ne suis pas sûr que la gestion par l’état ait été vraiment optimale jusqu’à présent. Donc oui, mais avec une vrai volonté politique.

  17. Bonjour,
    J’aimerais bien participer à la “votation”, mais comment faire ?
    Quand je clique sur le lien “Votez”, j’obtiens les résultats du sondage, avec en petits caractères “Vous avez déjà voté”… Ben non ici, personne n’a encore participé au sondage !
    Quand je clique sur la question : cela me renvoie un message d’erreur “File not found”. Sur “pour” ou “contre” cela débouche sur “Créez votre propre sondage”.
    A moins qu’EM ou les ex-RG s’amusent à voter à notre place :-)), je ne vois pas… (Je plaisante bien sûr !)
    Help !!!

    • Apparemment, personne n’est en mesure de m’aider.
      C’est dommage car ce bug nous empêche de participer à tous les votes quels qu’ils soient. C’est un bug anti-démocratique 🙂
      Dans ce cas précis si j’avais pu voter, j’aurais coché ” pour “.
      Quant au train, notre allié pour le climat, il serait encore plus vertueux si RFF trouvait une alternative aux 34 tonnes de glyphosate déversées chaque année le long des voies ferrées…

  18. Oui. Pour toute action allant dans le sens du développement du train. Pour une éco-taxe (plutôt que pollu-taxe…) concernant le kérosène et les énergies fossiles.

  19. Pas construire l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes est un signe positif contre le changement climatique, mais ça ne suffit pas ! faudrait aussi limiter le trafic aérien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *