dites NON à la prolongation de 10 ans du réacteur nucléaire Bugey 3 qui fonctionne depuis 37 ans et 9 mois

Pour Bugey 3

Non à la prolongation jusqu’en 2024 de ce réacteur vieux de déjà 37 ans et 9 mois.


Le réacteur n° 3 de la centrale nucléaire du Bugey a eu sa première divergence en août 1978 et il a été raccordé au réseau électrique en septembre 1978. A ce jour, ce réacteur fonctionne donc depuis 37 années et 9 mois et l’ASN veut le prolonger jusqu’en avril 2024, c’est à dire jusqu’à 44 années et 7 mois. Il y a là de l’inconscience et l’ASN fait prendre le risque à notre région de subir un accident grave avec des conséquences comme à Tchernobyl ou Fukushima. Cette décision est criminelle et j’exige l’arrêt définitif de ce réacteur ainsi que ceux de Bugey 2, Bugey 4 et Bugey 5.


Cette décision de prolongation de ce réacteur jusqu’à 44 ans et 7 mois est insensée car elle fait courir un grave risque d’accident. L’ASN veut-elle faire disparaitre des milliers d’emploi (déjà plus de 6000 emplois à moins de 10 km du site nucléaire), faire évacuer des millions de personnes (Lyon à 30 km), tuer l’économie française (plus d’axe nord-sud par routes, autoroutes, voies ferrées, plus d’aéroport Lyon Saint Exupéry, …). Soyons raisonnable, il faut fermer de suite ce réacteur et les trois autres, d’autant que la loi de transition énergétique diminue la part du nucléaire dans la production électrique française et que pour cela il faut fermer une dizaine de réacteurs d’ici 2025. Actuellement trois réacteurs sont à l’arrêt et notre région n’a pas encore manqué d’électricité, donc on peut arrêter de suite cette centrale.


Selon l’article L593-19 du Code l’Environnement, le réexamen de sûreté effectué au-delà de la 35e année de fonctionnement d’un réacteur électronucléaire entraîne la proposition de dispositions par l’exploitant. Celles-ci ne doivent être soumises à la procédure d’autorisation par l’ASN qu’après enquête publique. Il se trouve que le réacteur Bugey 3 a eu son troisième réexamen de sûreté après 35 années de fonctionnement, puisqu’il a été raccordé au réseau électrique en septembre 1978 et que le rapport de bilan de l’examen de sûreté date du 6 février 2014, soit à 35 ans et 5 mois de fonctionnement. Il est donc nécessaire que les dispositions proposées par l’exploitant soient préalablement soumises à enquête publique avant toute décision de l’ASN.


Il faut arrêter la mascarade de la sûreté nucléaire. L’ASN est sur le point de prendre une décision sur la prolongation du réacteur n° 3 du site nucléaire du Bugey. C’est l’objet de la présente consultation publique. Dans la décision qui nous est soumise, l’ASN ne dit rien des problèmes de pièces non conformes et aux certificats falsifiés par l’usine du Creusot d’AREVA. On peut avoir des doutes sur la fiabilité des contrôles faits par l’ASN. Il est urgent de ne pas prolonger le fonctionnement de ce réacteurs et d’arrêter aussi les trois autres.
Hors ce grave problème, on peut être étonné des décisions qui sont imposées à EDF pour ce réacteur avant le 31 décembre 2016 :
– un dispositif de confinement est installé afin d’éviter une dispersion directe du ciel de cuve du réservoir de traitement et de refroidissement d’eau des piscines (PTR) dans l’environnement en cas d’accident : pourquoi le 31 décembre 2016, alors que pour Bugey 2 c’était avant le 31 décembre 2014 et pour Bugey 4 le 31 décembre 2015 ?
– un dispositif est mis en place afin d’éviter une rupture de confinement en cas de rupture de la barrière thermique d’un groupe motopompe primaire : pourquoi le 31 décembre 2016, alors que pour Bugey 2 c’était avant le 31 décembre 2014 ?
– la mise en place de matériels antidéflagrants dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN) est achevée : pourquoi avant le 31 décembre 2016 alors que pour Bugey 2 c’était le 30 septembre 2014 et pour Bugey 3 le 30 juin 2015 et que l’avis IRSN n° 2011-394 pointait déjà les insuffisances de ce local BAN en matière de résistance au feu et demandait une mise en conformité pour Bugey 2 avant fin 2011 ?
– l’exploitant met en place le déport de la commande de fermeture de la vanne du tube de transfert dans un local protégé des rayonnements en situation accidentelle : pourquoi avant le 31 décembre 2016 alors que pour Bugey 2 c’était le 31 décembre 2013 et pour Bugey 4 le 31 octobre 2014 ?
Lorsque des problèmes de sûreté sont identifiés, les travaux de mise en conformité sont extensibles sur plusieurs années. On a l’impression que l’ASN est plus à la disposition de l’exploitant qu’à assurer la sécurité des citoyen(ne)s.
Il faut arrêter cette mascarade de sûreté nucléaire et fermer définitivement ce réacteur n° 3 ainsi que les trois autres.


Parallèlement à cette consultation, il y a une consultation pour modifier la décision de poursuite du réacteur Bugey 2. Cette modification porte sur le risque de colmatage lié au calorifuge de type Microtherm. Or il est dit que ce type de calorifuge équipe les réacteurs du site de Bugey. Pourquoi n’y a t’il pas de prescription similaire pour le réacteur Bugey 3 ?

Pour Bugey 2

Non à la prolongation de ce réacteur vieux de déjà 38 ans et 1 mois.

Cordialement,
Elisabeth BRENIERE
pour la coordination STOP BUGEY (www.stop-bugey.org)
Partagez cet article !

41 réflexions au sujet de « dites NON à la prolongation de 10 ans du réacteur nucléaire Bugey 3 qui fonctionne depuis 37 ans et 9 mois »

  1. Je ne suis pas d’accord avec la prolongation de ces bombes à retardement. Lors de la campagne électorale il était questions de fermer les centrales nucléaires les plus anciennes et de sortit, petit à petit de l’énergie nucléaire. Comme d’habitude: les promesses n’engagent que ceux qui y croient! Comment voulez-vous qu’on fasse encore confiance aux politiacards?

  2. Rien à dire de plus que “sortons (progressivement) du nucléaire”, dont les réacteurs anciens nous coûtent maintenant très très cher en entretien. Investissons dans les énergies renouvelables, et fermons sans tarder les vieilles centrales qui ont dépassées la durée pour lesquelles elles étaient prévues !!! Oui à la fermeture de celle du Bugey !

  3. Stop au nucléaire !
    A ma connaissance une seule utilisation est indispensable et non remplaçable : l’imagerie médicale.
    Sinon arrêtons de piller et détruire les conditions de vie de tous les êtres vivants.

  4. Non à la prolongation des centrales nucléaires.

    Message à tous les militants anti-nucléaires : la technologie nucléaire n’est pas la seule à émettre des radiations mortifères. Il y a aussi toutes les technologies sans fil : téléphone portable, wifi, DECT, fours à micro-ondes. Il faut AUSSI refuser toutes ces technologies !

  5. Non au nucléaire, d’autant plus dangereux qu’il est vieillissant. L’être humain n’est pas infaillible. Pourquoi jouer avec le feu ? Jouer avec la vie des êtres vivant actuellement et ceux qui vivront peut-être dans des centaines de milliers d’années.
    Le nucléaire n’est pas défendable, pas d’un point de vue écologique, ni économique, ni sanitaire, ni philosophique ni politiquement correct.
    Il faut arrêter cette centrale ainsi que les autres !!

  6. Il faut arrêter les élites sataniques qui dirigent le monde et qui veulent instaurer leur NOUVEL ORDRE MONDIAL et qui préconisent, pour se faire, une éradication d’environ 95% de la population mondiale. Comment le savons nous ? Ces élites ont poussé le vice jusqu’à faire ériger un monument de granit dans un endroit perdu de Géorgie aux USA sur lequel ils ont fait graver leurs 10 commandements. Vérifiez cette info grâce au lien suivant intitulé :
    Le secret des Georgia Guidestones
    https://youtu.be/3g1_-IpcrFY?t=53

    C’est pourquoi nous voyons tant de décisions politiques qui nous semblent irrationnelles. En prolongeant la durée de vie des centrales nucléaires à bout de souffle nous courrons tout droit à une catastrophes voulue par ces élites mondiaux qui pilotent TOUS les gouvernements de ce monde.
    Cela doit être connu du plus grand nombre en diffusant massivement ces informations. Documentez vous et gardez l’esprit critique.

    • Le nouvel ordre mondial et non moral interdit effectivement d’honorer les promesses électorales, cela fait partie de leurs stratégies : mentir pour tromper les peuples et mieux les dominer.

  7. La prolongation de la durée de vie de ce réacteur (celui-là ou un autre d’ailleurs) est une décision irresponsable à l’heure où il n’y a plus assez d’argent pour assurer convenablement la maintenance des installations. Quoi qu’on vous dise, des économies sont faites dans tous les domaines, et en particulier la sécurité. La probabilité d’une catastrophe augmente avec l’âge des réacteurs.

  8. Aucune prolongation de la centrale de Bugey n’est indispensable aujourd’hui comme n’importe qu’elle autre centrale d’ailleurs.
    Merci pour l’environnement et la vie en général.

  9. Une catastrophe nucléaire liée au maintien de centrales anciennes et obsolètes serait sur le plan économique, seulement, très coûteuse.
    On s’aperçoit qu’au delà de la dangerosité, les budgets d’entretien des anciennes centrales, de la gestion des déchets, de la réparation des malfaçons, sont beaucoup plus élevées que prévu initialement. Les accidents de pollution nucléaire sur notre pays sont déjà considérables et les budgets de décontamination non chiffrés.
    Ces inconvénients n’existent pas pour l’énergie solaire, pour le vent, pour l’énergie marée motrice, pour les turbines alimentées par les conduites d’eau. (forcées ou non) La décentralisation de la production d’énergie (pompes à chaleur eau /eau) permet des économies sans danger. Que diable sommes-nous allés faire dans cette galère?

  10. On va se détruire à coup sûr avec ces chaudières du diable, alors, pas la peine de rajouter des risques inacceptables avec des installations obsolètes.

  11. Le choix d’une énergie produite de façon centralisée est un choix politique. Le politique à fait le choix du Génie électrique pour rendre dépendante les populations; (je pourrais vouloir développer ces deux phrases ou idées).
    L’heure n’est plus aux concepts. J’ai eu l’occasion de me rendre en Bièlorussie sur les territoires contaminés de Braguine à 40 km de l’Ukraine (entr’autres lieux).
    J’en ai conçu quelques peurs collectives. J’ai relu Laborit qui citait Rostand : “tous les espoirs sont permis à l’Homme, même celui de disparaître” (certes ils faisaient tous les deux références à l’usage de la bombe atomique). A Braguine et dans ces environs, le territoire ne semble pas dévasté, mais c’est son usage qui est interdit : hameaux rasés, maisons ensevelies, terres retournées, zones interdites, surveillance des incendies, absence probable de micro faune…. fonctionnaires communistes obligés du et par le pouvoir…
    je ne suis que technicien, je ne pouvais pas prétendre au grade d’ingénieur dans lequel il y a les traces du génie…

  12. Oui à l’arrêt immédiat de cette centrale nucléaire dangereuse car vétuste. Utilisons autant d’argent que ne coûteraient d’éventuelles réparations à créer des énergies renouvelables

  13. Non à la prolongation du réacteur 3 du Bugey et NON à la prolongation des vieilles centrales.
    La technologie de production de l’énergie nucléaire n’a jamais été maîtrisée mais nous avons eu de la chance de ne pas avoir d’accident grave. L’âge des centres de production d’énergie nucléaire (nos “centrales nucléaires”) aggrave considérablement les risques d’accidents graves et les investissements énormes n’y changeront rien.
    En France, l’ASN permet de connaître à peu près la situation des centrales et elle est alarmante !
    Pour Tchernobyl, on a essayé de nous faire croire que le personnel était alcoolique et incompétent, pour Fukushima, il a été plus difficile de critiquer les techniciens (même si le facteur humain était loin d’avoir été négligeable dans la gestion de la catastrophe).
    Je rentre d’un voyage au Japon où j’ai rencontré des militants anti-nucléaire, exposés plus que quiconque aux risques et aux conséquences de l’énergie nucléaire (pourtant produite par du personnel qualifié). Pour qui connaît la mentalité japonaise, cette contestation publique est un signe très fort de leur combat contre le nucléaire et les dispositions irraisonnées voire mortifères de leurs dirigeants. Mon engagement contre le nucléaire a pris une autre résonance !

  14. Mais, jusqu’où veut-on aller? Jusqu’au jour où le monstre sortira de sa tanière? Alors l’EXODE ne sera pas celui des vacances…

  15. Non à la prolongation des centrales nucléaires, n’attendons pas une autre catastrophe. J’en appelle, pour une fois à la sagesse de nos politiciens et à leurs sens des responsabilités. Une fois n’est pas coutumes arrêtez les dégâts.

  16. Le coût réel du nucléaire est la plupart du temps sous évalué. Cependant ce ne sont pas les alertes qui manquent (accidents, gestion des déchets, menaces pour l’environnement et la santé).
    Alors non à la prolongation du réacteur de Bugey et non à l’énergie nucléaire prétendue propre.

  17. Prolonger utilisation de ces vieux réacteurs ,ferait prendre des risques inutile a la population et couterait bien trop cher
    Il faut se tourner vers les énergies propres plus sur et plus économes

  18. Tchernobyl, Fukushima, la France est dans le peloton de tête dans la course
    à l’ accident nucléaire.
    Les prochains réfugiés sur les routes seront-ils Français ?
    Nos arrières petits-enfants lutteront-ils sans espoir contre le cancer de la thyroïde, seront-ils porteurs de malformations ?
    Quel pays accueillera des populations déplacées irradiées et susceptibles
    d’ irradier leur entourage ?
    Est-il encore temps d’ ouvrir les yeux des politiques ?
    Avons-nous des politiques courageux susceptibles de s’opposer aux intérêt de la grande finance ?
    Suis-je extrêmement chanceuse de ne pas avoir d’ enfants ?

  19. Nihilisme de notre civilisation, notre seule trace visible dans 100 000 ans ne sera pas L’Odyssée d’Homère, mais des déchets nucléaires enfouis sous terre, bombes à retardement laissés à nos descendants.

  20. On a de quoi rester perplexe face à cette consultation publique. Je m’explique : les commentaires font apparaître toutes sortes d’avis, tous intéressants même si divergents, ou peut-être à cause de cela. C’est le jeu démocratique. Si l’on pense que toute fermeture de réacteur va déjà prendre plusieurs mois, voire plusieurs années, même si la fermeture du réacteur 3 passait maintenant, on est certain que ce sera effectif en … 2017 ? 2018 ? Il est évident également que plus on attend, plus les risques augmentent surtout si l’on pense à l’opacité des infos chez EDF, AREVA, ASN & Cie, ce qui jette un discrédit certain sur les “assurances sécurité” qu’ils nous dispensent. Alors au-delà des multiples preuves de mises en danger possibles par des réacteurs vieillissants, la plus élémentaire prudence est de penser la fermeture des réacteurs 2 et 3 du Bugey, (je n’envisage même pas le démantèlement qui est à un prix monstrueux !) pour investir massivement dans les énergies renouvelables, les moyens de stocker ces énergies (gros pb) et mettre en place la transition énergétique qui va prendre au minimum 10 ans ! On est pas sortis de l’auberge….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *