Une primaire de la gauche et des écologistes pour Quimper

Pour des raisons de fond
1 Conception de la démocratie
Pour associer un maximum de citoyens à la démarche et ne plus en faire l’apanage des partis
Nous avons défendu depuis 10 ans l’idée de primaire pour contribuer à réduire le fossé de plus en plus grand entre le peuple et ses représentants et créer des dynamiques électorales positives. Nous avons gagné au moins sur cet aspect à la présidentielle même si la primaire n’a pas été celle que nous souhaitions.
Les partis nous proposent de constituer des listes entre eux, débattre ensuite entre eux et de faire voter les citoyens à la fin. Nous proposons de débattre d’abord en présentant les différentes options, de faire voter les citoyens et de constituer ensuite la liste et le programme en fonction du rapport de forces définis par les citoyens qui ont participé à la primaire.
Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a indiqué le 22 janvier qu’il souhaitait organiser des primaires “ouvertes à tous les citoyens” dans “toutes les villes où cela nous permettra de créer une dynamique”.
Le Conseil national du Parti socialiste, le «parlement» du PS, se prononcera le 13 avril, en vue des municipales, sur l’organisation à Marseille, à Aix-en-Provence et au Havre de primaires, qui pourraient avoir lieu les 13 et 20 octobre, a indiqué mardi le secrétaire national du PS aux fédérations, Alain Fontanel. ..«Une primaire réussie, c’est l’une des conditions de la victoire (…) et le chemin le plus sûr vers une victoire possible», a insisté Christophe Borgel, secrétaire national du PS aux élections.
2 Conception de l’écologie
Parce que contrairement aux militants qui veulent annexer l’écologie à la gauche, nous pensons que l’écologie c’est l’affaire de tous et que nous refusons par principe le sectarisme qui reviendrait à réserver à certains le droit de se revendiquer écologistes.
Parce que l’écologie est un paradigme novateur qui n’a rien à voir avec la conception de la politique héritée du dernier millénaire. L’écologie est à la politique ce que Galilée a été à la géographie ou la 3D par rapport au Noir et Blanc.
Parce que notre conception c’est de convaincre plutôt que de contraindre : la majorité sortante n’a pas créé les conditions pour minorer les oppositions à son projet en associant plus largement.
3 Conception de la ville

La ville doit pouvoir accueillir toutes les activités économiques, sociales, sportives, culturelles.
Vouloir à la fois un haut service de transports en commun avec des parkings en périphérie et des parkings au centre ville est totalement contradictoire.
La ville doit rester accessible à tous mais comme les surfaces sont limitées, il faut inciter ceux qui travaillent au centre ville de laisser leur voiture à la périphérie pour laisser les places du centre-ville en zone bleue ou payantes pour ceux qui ont besoin de leur véhicule pour leur activité.

Pour des raisons stratégiques : permettre un débat sans risque entre les différentes sensibiités susceptibles de gérer ensemble
entre une majorité sortante (ou ses composantes) et une opposition écologiste à la gestion sortante
Parce que cantonner l’écologie dans la gauche c’est se condamner à ne pas peser dans le débat puisque la gauche assurée d’obtenir ces voix au second tour n’a aucun effort à faire pour essayer de les récupérer en prenant en compte les aspirations exprimées.
Parce que concrètement sur Quimper enfermer l’écologie dans le clivage gauche-droite revient à se priver du droit de contester le bilan des sortants sous peine de passer pour un dangereux droitier.
Le chef de file de l’écologie à gauche termine sa réponse au chef de file de l’économie à droite
Que Ludovic Jolivet se rassure, cette différence d’appréciation, sur l’opportunité du calendrier ne remet aucunement en cause notre accord sur la politique globale des déplacements et du stationnement proposées par la municipalité de Quimper.
Comme la politique des déplacement et des transports sera au cœur de la campagne, il serait logique que la majorité sortante qui partage la même vision défende son projet et que ceux qui ne partagent ni la vision conservatrice de la droite ni la vision contradictoire de la majorité sortante puissent permettre une expression des quimpérois et donc une révision d’un projet nécessaire mais inopérant et couteux dans sa version actuelle.
N’avoir comme seul bilan que la place Terre au Duc et le parking de la Providence ne nous paraît pas suffisant pour contrebalancer les fautes politiques en terme de démocratie locale qu’ont pu constituer l’affaire de la fermeture des écoles, la gestion désastreuse du dossier stationnement qui a cristalisé les oppositions au plan transport ou l’absence de communication en amont sur les travaux rive gauche (Jean Jaurès)

Pour des raisons tactiques : éviter le jamais 2 sans 3
La politique n’est pas un métier or cela fera 40 ans en 2017 que l’on retrouve les mêmes Poignant, Guenegan, Rainero, : il est temps qu’une autre génération émerge pour faire entrer Quimper dans le 3è millénaire.
Cela fait deux fois qu’une confrontation Andro-Le Bigot a pour résultat de faire gagner la droite : aux municipales de 2001 et aux législatives de 2002 : nous ne voulons pas connaître une troisième expérience.
La primaire est l’occasion de permettre aux citoyens intéressés de trancher le débat à la fois sur le bilan et sur la politique pour les prochaines 6 années sans prendre le risque d’un entre-deux tours qui se passe mal et fasse gagner la droite à cause des séquelles de la campagne électorale ou d’une fusion de listes qui se passerait d’autant plus mal qu’il y aurait de listes à prétendre à une fusion éventuelle.

Pour des raisons pratiques :
lutter contre la fracture générationnelle
Nous souhaitons des trenta et des quadra puissent s’impliquer. Pour cela, l’ordre (débat-vote-constitution de la liste) nous paraît préférable pour laisser à des jeunes de s’impliquer en allant y compris jusqu’à accepter de figurer sur la liste plutôt que la formule traditionnelle qui oblige à choisir sa liste préalablement.
Eviter les coucous
Le fait que le débat se fasse entre des porteurs de positions et s’adresse à l’ensemble des citoyens souhaitant le changement dans la continuité plutôt qu’entre des listes préalablement constituées évite qu’une sensibilité ne vienne parasiter les votes dans une sensibilité concurrente.

Mener campagne à la fois sur le fond et sur la forme
Comme notre but est citoyen et non politicien et que nous voulons débattre à la fois du fond et de la stratégie, nous proposons de cibler notre campagne pour la primaire au travers d’un collectif sur la problématique de l’énergie (CITES = Collectif Initiatives pour une Transition Energétique Solidaire) avec plusieurs axes possibles
– Débat Transition Energétique actuel
– programme économies d’énergie dans l’habitat
– plan transport et déplacements Pays de Quimper – Promotion de la marche et des transports en commun
– vie quotidienne et économies : énergie, déchets, eau, déplacements, consommation locale, alimentation….
+ relais de mobilisations
– centrale à gaz GASPARE
– Gaz de schiste
– Notre Dame des Landes
– Démantellement de Brennilis

Nous proposons que Quimper ( voir même Quimper Communauté puisque de plus en plus de compétences sont communautaires ) soit rajoutée à la liste des villes où il y aura une primaire de la gauche et des écologistes et nous invitons tous les quimpérois (et le habitants de Quimper Communauté) qui partagent notre souhait du renouvellement du débat politique local dans le sens d’une participation accrue des citoyens et d’une prise en compte de la transition énergétique à nous retrouver jeudi 4 avril à Confluences 7 rue Aristide Briand à 18 h 30

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *