L’énergie nucléaire est-elle une bonne solution pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Accéder au sondage du POINT

Sondage aberrant et même peut-être bidon. Sabine

*******************

Sondage ambigu, digne de l’hebdo qui le publie. Bien évidemment que le nucléaire n’émet que très peu de gaz à effets de serre… mais il est hautement radioactif et produit des déchets que personne ne sait recycler et ne sait s’ils pourront être recyclés un jour. Si dans le texte qui accompagne le sondage, s’il y a un texte, ils indiquent uniquement le peu de production de gaz, nombre de gens tomberont dans le piège s’ils n’ont aucune info supplémentaire sur les questions de contamination des zones irradiées après un accident, sur les victimes que l’atome provoque sur le long terme, sur la gestion des tonnes de déchets produits chaque année, sur le gouffre financier que sont ces centrales… et j’en oublie certainement. Jean Michel

*******************

Bonjour Alain , et amis écologistes dans le cœur, l’esprit et la main…
J’ai appelé le point. Je vous livre partie de ce que je leur dis, et que vous savez peut-être déjà…  : Je verrai s’il faut aller sur leur compte fbk… j’espère avoir le temps.

Ce sondage n’a aucune valeur scientifique, ne peut que donner une idée de la prise, dans l’opinion publique, de la doxa scientiste, ou, si elle est erronée, de l’importance de l’effort pédagogique à fournir pour en sortir.

Puisque le nucléaire prétend sauver le climat, en focalisant l’attention sur le rôle des émissions carbonées dans l’effet de serre, voyons qui participe à l’effet de serre ?

L’eau dans l’air, est responsable de 70% de l’effet de serre, 55% pour la part radiative, #15% pour la part thermodynamique, ce qui ne laisse plus que 30% pour les émissions carbonées.
Tout rejet thermiquedans la troposphère provoque une augmentation de sa température, qui provoque une augmentation de la quantité d’eaudans l’air, qui s’ajoute aux émissions carbonées, et c’est l’ensemble ( GES + Eau) qui, étant en augmentation, augmente l’effet de serre.

La durée de vie moyenne de l’eau dans l’air n’est peut être que de 2 semaines, mais la persistancedu niveau plus élevé de la température globale, validée par les COP, obéit à des lois physiques élémentaires, ( couple thermo hygrométrique de l’air ), qui font que la quantité moyenne globale d’ eau dans l’atmosphère aura toutes les chances d’être plus élevée, et cette eau interagit à la fois sur le rayonnement solaire incident et sur l’irradiation naturelle émise par la Terre.

Partant d’une moyenne globale terrestre évaluée à 5 g d’eau par kg d’air à 15°C, température globale moyenne de la troposphère, si l’on suit le couple thermo hygrométrique de l’air, une augmentation de 1°Cde cette température globale peut provoquer une augmentation globale de 0.8 g d’eau par kg d’air, soit une augmentation de 16 % de la quantité globale d’eaudissoute dans la troposphère terrestre, donc une augmentation de 16% de l’effet de serre.
A titre de comparaison, on est passé de 350 à 400 ppm de CO2, ce qui fait une augmentation de 14% du CO2.
Cette évaluation justifie la nécessité de la prise en compte de l’eau d’origine anthropiquedans les gaz à effet de serre.

Comme toute centrale qui convertit la chaleur en électricité, si l’on prend les données élogieuses de l’ EPR, pour 1.6 GW de puissance électrique produite, il rejette 6 GW d’énergie thermique, ( et accessoirement produit 2GW d’énergie nucléaire dont il faut se protéger jusqu’à décroissance sur des durées qui posent un problème de sécurité et d’éthique graves).
Le rapport Energie thermique sur énergie injectée sur le réseau est donc dans le meilleur des cas, de 6 / 1.6 = 3.75.
Le nucléaire qui se prévaut de produire 74% de l’énergie électrique nationale, ne représente que 24 % de l’énergie livrée aux utilisateurs finaux.
En fait cette filière énergétique consomme près de 68% de sa propre énergie, sans compter le retraitement des déchets et les démantèlements. Le ratio Energie thermique rejetée sur énergie livrée aux utilisateurs finaux est donc au moins de # 12, soit 4 fois moins bon que les centrales thermiques classiques…

La lutte contre le réchauffement global de la biosphère, nécessite donc de :
CESSER  d’ IMPORTER de l’ ENERGIE dans la BIOSPHERE, donc :
=>  de sortir du carbone fossile,
=>  de sortir du nucléaire, pour plein d’autres bonnes raisons,
=>  de ne pas avoir recours à l’énergie géothermique,
=>  si l’on a recours au solaire, il faut qu’il soit :
+ albédo compensé, et plutôt thermique, car 2 à 3 fois plus puissant, plus simple, plus rustique, plus facilement stockable que l’électricité du photovoltaïque.
+ avec des panneaux relevable, pour servir lorsqu’on en a le pluS besoin, c’est-à-dire en hiver, et pour faciliter leur entretien, les protéger de la grêle par exemple…

REDUIRE nos EMISSIONS de GESde manière significative, particulièrement le METHANE issu de l’ ELEVAGE.
Si l’on part des bilans carbones, et qu’on y applique les PRG à t réel des GES, le méthane est plus climaticide que le CO2.
Dans le 4ème rapport du GIEC, l’élevage était plus climaticide que le transport, hors :
– on consomme autant d’énergie pour les transports,
– on consomme presque toujours autant de viande ( hélas ),
– les PRG du méthane ont été revus à la hausse, et on ne parle plus de ce problème…
Conclusion sur ce problème d’élevage :
Les conservatismes culturels, socioéconomiques et les politiques ne font pas preuve ni de Sagesse, ni d’ éthique.
Quand on sait que ne plus manger de viande nous affranchit des rendements biologiques des espèces intermédiaires de la chaine alimentaire, a pour conséquence de décupler les rendements surfaciques alimentaires, libérer de l’espace à la biodiversité, aux ressources biomasse, mais aussi aux forêts, donc aux puits de carbone, amorçant le cercle vertueux de lutte contre la réchauffement…
Cela permet en plus d’avoir un autre rapport au vivant, plus respectueux, plus humble. C’est un défit gastronomique sympa, c’est meilleur pour la santé, et c’est bon pour notre Conscience… L’espèce humaine doit évoluer, ou disparaître. Alors qu’attend on pour évoluer ?

– nous tourner vers des ENERGIES PRIMAIRES NON CLIMATICIDES, c’est à dire :
=> Eolien et Hydraulique.La solution des stations de pompage – turbinage permet de stocker l’énergie, de l’utiliser de manière très souple, de constituer des stocks d’eau vivrière, qui permettront de faire face aux périodes de sécheresse à venir.
Cette solution est applicable du niveau territorial au niveau domestique.
Pour développer cette solution à l’ échelle humaine, en limitant les bouleversements écologiques et les risques, il faut maintenir le parc des barrages dans le bien commun, et conserver la trace de l’existence des petits cours d’eau. La politique en place a fait l’inverse…

=> Biomassedans la mesure de ce que la Nature POURRA régénérer dans un contexte qui va inéluctablement se dégrader.

La sobriété énergétique est une nécessité vitale.
Tableau tiré de données wiki

Plus tôt nous commencerons, moins dramatique seront les conséquences, pour le Vivant, pour notre espèce, pour notre CONSCIENCE.
Daniel

**********************

64 % ont répondu oui !!! Les gens n’ont-ils plus de cervelle ???? Je suis vraiment écoeurée…. Ghyslaine

**********************

On a du retard pour remonter la pente et donc merci d’avoir fait cette diffusion que j’avais vue passer quand Bernard Laponche s’en est préoccupé.J’ai diffusé aussi avec ce message :

Utiliser un critère tiré par les cheveux via la “faible” production du CO2 pour dire que le nucléaire est une aide pour le climat est questionné ici. Au fur et à mesure de l’épuisement des mines la baisse de la qualité des minerais d’uranium fait que l’on anticipe un nucléaire source de CO2 comparable à celle du gaz en 2040. Associé avec tous les dangers et les déchets ingérables qu’il produit, avec un prix qui dépasse de très loin celui des autres sources, il est temps de prononcer la fin de l’expérience électro-nucléaire de l’humanité.
J’ai dit NON à ce sondage du Point.etc…… Amitiés   Hubert

**********************

Je suis ahurie par le ombre de personnes qui ont répondu oui …..Amicalement  Marie

**********************

Merci de nous avoir indiqué la bonne réponse, on aurait pu se tromper 😀
C’est fait sans blague: merci pour ton travail.
Gerlind
**********************

pour être aberrant, c’est aberrant… et le taux de oui l’est encore plus !!!

cela doit faire partie de la campagne de green washing :
Bonne soirée Laurence
**********************
Bonjour Alain
Je reste stupéfaite de ce sondage et de son résultat !! Comment peut-il y avoir autant de gens pour dire oui à cette question ?
On voit bien toute l’efficacité des mensonges de EDF et Engie and C°. Quel désastre !!!!
Bien amicalement. FAbienne
**********************
Il faut dénoncer ce sondage, avec une question aussi mal posée !!%£
Cordialement Lionel
**********************

Bonjour à tous Oui il faut voter mais c’est déjà une tricherie : C’est typiquement le genre de sondage où aucun contrôle n’est possible sur le résultat affiché au nom du bon vouloir du détenteur du site. La seule validation possible serait la publication intégrale de la liste des emails votants avec leur vote en face. Mais comme la loi impose de cacher cette liste au nom du respect de la vie privée, cela est impossible. Trazibule

**********************
35 000 “oui”
18 000 “non” dont le mien
no comment !

**********************
Ce sondage est une honte absolue. Pas d’argument et de problème posé, juste une question brute, idiote. Pas d’indication méthodologique, pas de garantie de chasse aux doublons. A dénoncer haut et fort comme une manipulation de l’opinion. Il est vrai que c’est à la mode en ce moment…
Françoise
**********************
C’est fait ( directement , alertée par B.Laponche ) et transféré ;  encore plus aberrant , ce sont les commentaires des lecteurs ! s’ils sont authentiques , on est mal barrés …amitiés Anne

**********************

’ai voté bien sûr mais vérifier si le compteur votes s’incrémente, ça s’est déjà vu des sondages bidon…

Merci de cette alerte alors qu’un « débat » sur la gestion des déchets nucléaires se prépare pour ces six prochains mois.
https://www.debatpublic.fr/plan-national-gestion-matieres-dechets-radioactifs-pngmdr

Un document de synthèse déjà orienté
Etonnamment de bonnes question en séance comité du 6 février et apparemment réponses suffisantes pour que le comité du 3 avril acte le top départ.
Idée : transmettre a tous les cyberacteurs les attentes du 6 février :
Bien activement et amicalement
Michel

**********************

Le commentaire  expose bien  l’aberration Michel

Par Ioan Bengel le 08/04/2019 à 20:23

La question est-elle bien posée ?

Le nucléaire en France est et restera toujours source de travail, avec 58 réacteurs en activité, la France est le pays le plus équipé au monde. Beaucoup d’employés vont s’atteler au démantèlement de la première vingtaine de réacteurs qui arrivent en fin de vie.

La filière a besoin d’uranium pour fonctionner. Connaissez-vous les mines d’uranium françaises ? Avec le nucléaire nous resterons malheureusement dépendants des pays partenaires. Areva qui gère la filière nucléaire en France a acquis la mine d’UraMin au Niger pour 3 milliards d’Euros en 2007, avant de se rendre compte qu’elle est inexploitable. Le prochain scandale guette avec la mine d’Imouraren… Sauverons-nous Areva ?

La consommation d’uranium sert à produire de la chaleur que l’on transforme en électricité. Si une centrale a de grandes tours de refroidissement c’est qu’il est nécessaire de refroidir le coeur du réacteur en permanence pour éviter la surchauffe et l’accident. La température des rivière est impactée aux abords des centrales.

Le nucléaire est dangereux.Depuis le début de son utilisation, 5 réacteurs nucléaires ont connu un accident majeur. L’accident au Japon était-il prévisible ? Dans un pays aussi avancé que le Japon, il s’est pourtant produit. Aujourd’hui un douzième du Japon est contaminé, c’est autant que les Hauts de France ou que la Région PACA (30 000km²). Imaginez l’agriculture, le tourisme. En Europe Tchernobyl a causé 1 million de morts et l’espérance de vie en Ukraine a mis 22 ans à revenir à sa valeur d’avant l’accident.

Commençons par des économies d’énergie pour réussir notre transition écologique. L’isolation des bâtiments, la chasse au gaspillage et le développement d’équipements moins énergivores. Parmi les énergies renouvelables on compte non seulement les panneaux solaires, les barrages et les éoliennes, mais il y a plein d’exemples : le chauffage au bois, la combustion de biomasse, la méthanisation de nos déchets alimentaires et des surplus de productions agricoles.

**********************
Bonjour  Alain , certes la question est très  ambiguë, car rèpondre oui peut être  interprété  comme un accord pour le développement  de l’énergie  nucléaire. Néanmoins, bien qu’étant contre le développement  de l’énergie nucléaire  force est de constater que ,dans le cadre d”un parc existant cela participe moins au réchauffement  climatique  que bien d’autres sources d’énergie. Aussi je m’abstiens de répondre à cette question qui est stupide  sauf à servir les intérêts  de l’industrie  nucléaire . Philippe

**********************

Partagez cet article !

37 réflexions au sujet de « L’énergie nucléaire est-elle une bonne solution pour lutter contre le réchauffement climatique ? »

  1. non ce n’est pas une bonne solution,on est incapable de savoir quoi faire des déchets nucléaire,c’est dangereux ,on est incapable de savoir maitriser cette énérgie ,non,stop

    • Les centrales à sels fondus (recherches faites dans les années 60 et reprises depuis quelques temps par divers pays) permettent de construire des centrales peu chères, non dangereuses (le principe étant que le combustible est dans un liquide, il et vidé dans une cuve sous le réacteur en cas de problème). Elles sont en mesure de brûler les déchets des centrales actuelles et ceux qu’elles produisent. A long terme, le peu de déchets qu’elles laisseraient ne seraient radioactifs quelques centaines d’années seulement, et peuvent être confinés dans des lieux de petite taille.

  2. Bonjour !
    Le site du point semble inaccessible pour un certain nombre :
    Quand j’essaie d’aller sur la page, voici ce que je trouve :
    (Citation) La connexion n’est pas sécurisée
    Le site web a essayé d’accéder à un niveau de sécurité inapproprié.
    http://www.lepoint.fr fait appel à des technologies de sécurisation obsolètes et vulnérables aux attaques. Un attaquant pourrait facilement révéler des informations que vous pensiez être sécurisées. L’administrateur du site web devra d’abord corriger le serveur avant que vous puissiez visiter le site.
    Code d’erreur : NS_ERROR_NET_INADEQUATE_SECURITY
    (fin de citation)
    Venant du Point, une connexion non sécurisée, ça semble étonnant, non ? 😀

  3. Bonjour,
    La population ne connait vraiment pas les danger de la solution atomique, même les militaires sont touchés par uranium appauvri de leurs munitions.
    Nous allons vivre une très mauvaise période avec les fours à brulage des boues radio-actives du site Areva dans l’Occitanie.
    Nous devons apprendre à stocker les énergies solaires ,hydrauliques et éoliennes.
    Surtout il faut économiser!!!!!!

  4. Bonjour,
    La population ne connait vraiment pas les danger de la solution atomique, même les militaires sont touchés par uranium appauvri de leurs munitions.
    Nous allons vivre une très mauvaise période avec les fours à brulage des boues radio-actives du site Areva dans l’Occitanie.
    Nous devons apprendre à stocker les énergies solaires ,hydrauliques et éoliennes.
    Surtout il faut économiser!!!!!!

  5. En tant que membre du Comité Economique et Social Européen (Section Transports, Energy & Networks) j’ai fait partie de la délégation qui s’est rendue à Olkiluoto qui a visité le site de l’EPR en construction et le site de stockage souterrain dans les grès. Les suintements d’eau dans les galeries ont confirmé ce que je pensais : un stockage souterrain est un solution risquée !
    Toujours en tant que membre du CESE j’ai demandé officiellement qu’un voyage d’étude soit réalisé sur un ou plusieurs sites miniers qui permettent l’extraction de minerais qui serviront à produire les barres de combustibles nucléaires. Cette demande n’a pas été satisfaite. Ceci m’a conduit à penser que les partisans du nucléaires ne veulent pas que les citoyens sachent ce qui se passe dans ces sites.
    J’ai fait un stage dans une centrale nucléaire (Thornbury en Angleterre) et je pense, le risque d’accident n’étant pas nul, qu’il vaut mieux arrêter de penser que le nucléaire est une solution intelligente.
    J’aurais aimé participer à l’enquête ud Point, mais je n’ai pas pu accéder au site. J’aimerais que le Point nous explique pourquoi certains citoyens n’ont pas eu accès à ce sondage ; j’aimerais donc que le Point renonce à exploiter ce sondage.

  6. Insoluble question des déchets radioactifs pour des centaines de milliers ďannées, coûts cachés : faillite ďAreva le fleuron de ľindustrie nucléaire française, qui entraîne EDF dans sa chute, qui entraîne ľÉtat français, pour nous laisser finallement cet héritage mortel. Opacité antidémocratique, mensonge etc.
    Rien ne peut justifier de prendre le risque ďun accident nucléaire.

  7. Nous constatons tous les jours que beaucoup trop d’industriels, de politiques, d’experts et de scientifiques, que nos laboratoires, nos grands médias et même nos institutions sanitaires, académiques et autres dissimulent les bonnes, les vraies informations selon leurs intérêts.
    Cela est en train de changer grâce comme ici à quelques bonnes consciences du public. Merci.

  8. Évidemment que non, l’énergie nucléaire n’est pas la solution de remplacement. C’est une source de pollution aussi dangereuse, voir plus, que les énergies fossiles. Au risque d’en faire sourire certains, il existe une énergie non polluante, illimitée, et quasiment gratuite ! On l’appelle l’énergie libre, du point zéro… Découverte, entre autre, par Nicola Tesla. J’invite les sceptiques, les rabat-joies de tout poil, à s’informer urgemment sur ce scientifique d’exception ! Cette énergie serait déjà utilisée par certaines élites (l’industrie militaire, spatiale; l’aéronautique…) La question est : pourquoi pas nous ? C’est simple et révoltant à la fois. Les intérêts financiers des lobbies énergétiques ! Puis, imaginez l’utilisation que nous, simple citoyen, pourrions en faire! Inimaginable pour les élites dominantes. Ainsi va le monde, à sa perte (pour l’instant…)

  9. on peut aussi limiter les naissances, car tout être vivant produit du CO2 et dégage de la vapeur d’eau.
    d’autre part plus on est nombreux sur terre, plus il y a besoin d’énergie donc plus on dégage du CO2 et des GES
    il faudra peut-être arriver à cette situation : limiter les naissances !

  10. NON. Si les pro-nucléaire mettent en avant le peu de rejet de gaz à effet de serre, on parle moins des problèmes posés par les déchets : leur stockage et leur recyclage, le coût du démantèlement des centrales nucléaires qui sera énorme et auquel il faudra faire face.
    De plus, je ne veux plus vivre avec l’épée de Damoclès parce que les accidents des centrales n’existent pas qu’à l’étranger d’autant qu’un certain nombre d’entre elles ont dépassées leur délai de fonctionnement.

  11. Je relève que certaines de vos affirmations peuvent être contrées.
    Les centrales à réacteurs à sels fondus permettent de recycler en grande partie les déchets des centrales actuelles, et consommer ensuite les leurs. Le peu de déchets qu’elles laissent à long terme ne sont pas énormes et ont une durée de vie de quelques centaines d’années. Il est nécessaire de faire de la recherche pour mettre au point ce type de centale. Autre point ; elles sont peu chères à construire, et non dangereuses, puisque le combustible se trouve dans un fluide qui est vidée dans une cuve en dessous du réacteur en cas de problème. Il est impossible d’avoir un incident de type Chernobyl ou Fukushima.
    Revoyez votre copie sur la biodiversité. L’élevage est au contraire un vesteur de biodiversité, du fait des prairies (rapport INRA à lire entre autre). Si vous utilisez ces prairies pour faire de la culture (en abandonnant la production de viande), vous tuer la biodiversité. Une très grande partie des surfaces qui servent à paître sont impropores à la culture, et ne peuvent être valorisées que par les bêtes.
    Les surfaces nécessaires pour mettre en place une production d’énergie à grande échelle par les productions “alternatives” sont énormes, donc perte de biodiversité.

  12. L’énergie nucléaire est une des sources d’énergie qui produit probablement le moins de gaz à effet de serre, mais comme toutes les énergies thermiques (centrales à charbon, raffineries de pétrole, …) elle contribue au réchauffement climatique car si l’on considère les millions de m3 d’eau utilisés pour le refroidissement, elle réchauffe les cours d’eau et, par-là, les océans.
    Les centrales sont souvent en dépassement de température de l’eau reversée dans le milieu naturel et, par-là, elles contribuent à la modification de la faune et de la flore.

  13. bonsoir

    J’ ai lu à plusieurs reprises , dans un passé pas top ancien , que des centrales nucléaires au thorium seraient moins polluantes , produisant moins de déchets et plus aisément recyclables, à période plus courte , et aussi plus facilement contrôlables et moins dangereuses .

    Or Areva n’ a jamais exploré cette filière , restant ” scotchée ” à la filière à uranium enrichi .

    Bien sur , les centrales au thorium ne produiraient pas de plutonium pour faire des bombes , qui , nous l’espérons tous, ne serviront pas de nouveau un jour ou l’ autre

    Quelqu’un a t’ il des infos à ce sujet ? en attendant de trouver suffisamment d’ énergie vraiment ” propre ” pour se passer du nucléaire et des énergies fossiles .

  14. L’un ne va pas sans l’autre !
    climat-co2 et nucléaire sont les deux faces d’un même système
    Les 2400 essais nucléaires sous-terrains, sous marins et atmosphériques en 70 ans ont très certainement contribué au réchauffement de notre planète, mais ils s’en tapent les Jancovicci et Jean Jouzel-CEA-GIEC qui viennent faire les pleureuses, pour sauver LEUR système, bien au contraire, ils le veulent durable!!!
    à cause de ces pompiers pyromanes , l’humanité périra par le nucléaire bien avant le “réchauffement climatique” .
    site du point inaccessible……mais finalement on s’en tape aussi!

  15. Le nucléaire n’est pas bon pour l’avenir de nos enfants et de nos petits enfants , c’est vrai , mais le fuel le gazole l’essence le charbon sont encore pire pour le présent …. Que choisir ? le solaire , les éoliennes les barrages hydraulique sont bons mais insuffisants alors en attendant il faut bien de l’électricité . le nucléaire est une solution d’attente qui est meilleur que le charbon et les énergies fossiles .
    je fais du vélo à 70 ans , mais j’ai une voiture pour aller plus loin !

    • Le jour de dépassement pour un niveau de vie à la française, était le 2 mai. Nous sommes coupables de l’ effondrement de la biodiversité, et du réchauffement global de la biosphère. Le modèle socioéconomique actuel est assurément écocidaire, suicidaire. Plus nous tarderons à sortir de cette fuite en avant, plus le changement sera subit, et difficile à surmonter.

  16. Nous pouvons tous nous libérer des GAFAM, il suffit de le vouloir et de faire un petit effort.
    Les GAFAM proposent de nous simplifier la vie au prix de laisser de côté notre liberté, notre intimité, au prix de les laisser s’immiscer dans notre vie privée. L’abandon de notre vie privée vaut-il ce sacrifice ?
    Ma réponse est NON, et depuis 2006, je ne fonctionne qu’avec des logiciels open source (libres).

    D’ailleurs, les GAFAM ne se vantent pas d’utiliser des logiciels libres et de les habiller à leur sauce pour vous en vanter leurs mérites et parfois vous les vendre.
    Ainsi APPLE utilise un noyau GNU Linux depuis OSX.
    Microsoft a annoncé en avril 2018 que son prochain Windows aurait un noyau GNU Linux.
    Combien d’applications utilisent-elles des données open sources rhabillées pour vous être vendues ? (Oh, c’est vrai, ils ont bricolé le code et ont déposé leur bidouille pour vous les vendre.)
    C’est la mise en commun de nos sensibilités, de nos expériences, de nos connaissances qui font notre force. Devons-nous succomber aux sirènes de la publicité et perdre notre intimité ?

    Framasoft a développé une trentaine de services qui garantissent notre vie privée pour remplacer les services qui veulent tout savoir pour nous vendre ce que l’on pourrait obtenir par nous-mêmes.
    https://degooglisons-internet.org/fr/alternatives/
    https://degooglisons-internet.org/fr/list/

    D’autre part, il y a deux moteurs de recherche performants qui garantissent notre vie privée :
    https://duckduckgo.com/
    https://www.qwant.com/

    De plus, depuis fin 2017 Gaël Duval, le créateur de Mandrake Linux, travaille à réaliser un système EELO libre et respectueux de la vie privée destiné à remplacer Android. Les premiers appareils sont prévus pour ces jours-ci en avril 2019. Voici un moyen de moins consommer de bande passante et de batteries en éliminant publicités et sollicitations non désirées.
    https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-eelo-l-os-mobile-open-source-de-gael-duval-sort-en-beta-72898.html

    Pour suivre les développement, voici le site qui malheureusement attend des traducteurs car tout n’est pas traduit :
    https://e.foundation/?lang=fr

    Payons des impôts qui seront utiles à l’intelligence collective et refusons de dépenser notre argent pour des marchands qui nous vendent ce que nous pouvons trouver nous-mêmes.

  17. Sondage réalisé auprès de qui (les lecteurs du Point?!), dans quelles conditions ? On peut, de toute façon, trouver 60% de Français moyens, représentatifs ou non, pour répondre oui, vu tout ce qui est mis en œuvre pour qu’ils ne soient pas informés, ou – encore mieux – refusent de l’être, sur ce sujet, et que la politique du tout-nucléaire continue de plus belle. Quand on aura un nouveau Fukushima dans l’une de nos centrales, soyez tranquilles : on gèrera ! comme on gère à Fukushima ou à Tchernobyl… La lutte contre le réchauffement a bon dos comme prétexte à la poursuite CRIMINELLE de cette industrie de mort.

  18. Je suis perplexe aussi et même si militant anti nucléaire depuis 1986
    je dois avouer qu’en cas d’effondrement très prochain, l’avis de JM JANCOVICI qui explique que le nucléaire servirait d’amortisseur non négligeable et nous permettre… de signer ou commenter des pétitions un peu plus longtemps qu’ailleurs!
    regarder ses conférences très percutantes!

  19. Aucun argument ne peut justifier de prendre le risque de ľaccident nucléaire.

    Devant ľaccident nucléaire toutes ces théories fumeuses ne sont que du blabla, émanant soit de malveillants intéressés de faire perdurer le nuke, soit ďidiots utiles.

  20. C’ESR TARD , MACRON A VENDU NOTRR ENERGIE NUCLÉAIRE AU PRIVÉ DE LA
    MULTINATIONALE ….N’IMAGINEZ PAS QU’UN CAPITALISTE QUI VOL ET EXPLOITE SANS SCRUPULE VA RENONCER À SON BUTIN… EN PLUS COMME GESTIONNAIRE DE CETTE DANGEREUSE ÉNERGIE UN MILLIARDAIRE PRIVÉ EST ENCORE MOINS CONCERNER PAR LES FUITES ET NUISNUISANCES QUE L’ ETAT QUE NUCLÉAIRE AURA SUR UNE POPULATION OU LA PLANÈTE ( VU QUE LUI, IL N’HABITE MÊME PAS EN FRANCE )

  21. Le Nucléaire n’est pas la solution , mais la cause !!!!
    Jancovici est peut-être percutant, mais très efficace pour faire culpabiliser le
    crétin de base, et surtout disculper la clique des criminels nucléaristes pour finalement nous les présenter comme des sauveurs !!!!!
    Ainsi, la prochaine cata qui aura lieu chez nous , se fera avec votre complicité et dans la parfaite continuité du totalitarisme technologique,
    les “cobayes” japonais testent l’oubli , le déni, et le radio-négationnisme appliqué,
    voir ici:
    Fukushima ,(en attendant la prochaine catastrophe nucléaire), tout doit disparaître!
    http://japosphere.blogs.liberation.fr/2019/04/08/fukushima-en-attendant-la-prochaine-catastrophe-nucleaire-tout-doit-disparaitre-voyage-dans-une-zone-interdite-qui-ne-lest-plus/?fbclid=IwAR1ZVTYR9RqPM4fGdWC9buCj6MH6eAWtBiTEkKMOiy7hRCsbt79UDIpQBnM
    extrait:
    “Huit ans après le désastre, alors que l’AIEA ordonne au gouvernement japonais de déverser les bidons d’eau contaminée stockés autour de la centrale dans l’océan, le gouvernement japonais annonce la réouverture de la quasi totalité de la zone d’évacuation” [. https://mainichi.jp/english/articles/20181114/p2g/
    il en pense quoi le “Janco” le laquais de l’atome?
    il en pense quoi “Janco” ?

  22. Je suis contre l’énergie nucléaire étant donné les risques qu’elle fait courir à la population, voir l’accident au Japon. De plus personne ne sait où stocker les déchets venus de cette source d’énergie. Il y a donc deux risques radioactifs : l’un venant de la centrale elle-même et l’autre venant des déchets dont on ne sait que faire et qui seront radioactifs durant des centaines, voir des milliers d’années.

  23. C’est non pour nous aussi. Les arguments des pro nucléaires sont toujours aussi discutables, la surface occupée par une éolienne stériliserai 100 M2 de sol ? une centrale de 4 réacteurs occupe 415 hectares de terrain et en production équivaut à 870 éoliennes qui au sol occupe 8.7 hectares, reste donc 406.3 hectares de cultivable , l’argument est donc aussi faux que fallacieux, les panneaux solaires aurait une durée de vie de 20 ans, c’est faux, les panneaux de ma première installation qui avaient 20 ans viennent d’être changés par EDF, dont le contrat le prévoyait certainement, mais ils fonctionnaient encore parfaitement avec une perte de rendement très faible, cette installation a fonctionné pendant 20 ans sans aucune panne et a permis à une habitation d’être autonome à 90 % avec un entretien minime (2 heures par an) hors mis le parc de batterie changé 2 fois, Connaissez-vous un système qui fonctionne pendant 20 ans sans aucune panne ni entretien ? depuis, le rendement, le prix et la qualité des produits se sont considérablement améliorés ce qui met l’autonomie énergétique, hors mis le chauffage et le transport, à la portée de tous. Aujourd’hui notre installation de 6,kw assure 98 % d’ autonomie (sans le chauffage) dont 50 KM par jour de transport et est excédentaire du fait du décalage entre la production et la consommation. Les énergies renouvelables, plus qu’une réelle alternative devrait être une évidence pour tout le monde, ne pas considérer cela et considérer le nucléaire incontournable est nier la réalité et surtout nier le risque peut probable mais existant d’un accident dont tout le monde connait les conséquences.
    Marc et Catherine Aubaret.

  24. Le seul problème avec ces conneries de renouvelables c’est qu’elles servent le modèle nucléaire et surtout ne vont pas l’arrêter (voir le mix), concernant les éoliennes de 100 à 265m branchées sur le réseau et financé par les mêmes, elles sont là pour les crédits carbone des grands pollueurs, pas pour remplacer le nucléaire au contraire, elles occupent un hectare chaque( survol des pâles raccordements) , dézingue les oiseaux, produisent des courants souterrains nuisibles au vivant comme les THT auxquelles elles sont reliées….
    à vos calculettes:
    les réacteurs nucléaires ont un facteur de charge de 75%
    les éoliennes ont un facteur de charge de 25%,
    et vu qu’on à 58 réacteurs en France :
    34 de 900 MW , 20 de 1300 MW, 4 de 1450 MW
    c’est surement pas avec les éoliennes qu’on va y arriver ,
    alors oui à l’autonomie , mais débranché d’edf et ses enr !!!!
    Si on équipait (en France) toutes les maisons de chauffe eau solaire ,on arrête combien de réacteurs?
    si vraiment c’est le co2 notre souci , alors on arrête de faire voler des avions (5nouveaux par jour!!!) et faire tourner les portes-containers autour de la terre , il va falloir choisir!
    Les économies des uns servant au gaspillage des autres ,la gabegie continue!
    on a pas fini de les entendre les nucléaristes du Giec (si, si, vous avez bien lu)

  25. Je suis contre l’énergie nucléaire vu les risques qu’elle fait courir à la population,. .
    et que fait on des déchets nucléaires? ou les stocker ?
    Pourquoi les gens de Bure n’en veulent-ils pas ?
    Celles et ceux qui ont dit oui, seraient d’accord de les stocker dans leur commune.

  26. Ce sondage ne peut que donner une idée de la prise, dans l’opinion publique, de la doxa scientiste, et, si elle est erronée, de l’importance de l’effort pédagogique à fournir pour la corriger.

    L’EFFET DE SERRE est au CLIMAT, ce que l’EFFET LARSEN est au SON.

    Tout rejet thermique dans l’atmosphère provoque une augmentation de l’eau dans l’air, qui est déjà naturellement responsable de 70% de l’effet de serre, 55% pour la part radiative, #15% pour la part thermodynamique, ce qui ne laisse plus que 30% pour les émissions carbonées.
    Tout rejet thermique dans la troposphère provoque une augmentation de sa température, qui provoque une augmentation de la quantité d’eau dans l’air, qui s’ajoute aux émissions carbonées, et c’est l’ensemble (GES + eau) qui interagit avec l’irradiation solaire et les émissions terrestres.
    Toute importation d’énergie dans la biosphère provoque une augmentation de sa température, et si les flux d’énergie importés par l’homme sont maintenus, l’augmentation de température moyenne globale sera de cause anthropique, et l’augmentation de la quantité d’eau dissoute dans l’atmosphère peut alors être appelée la part anthropique de l’eau contribuant à l’augmentation de l’effet de serre.

    L’EFFET de SERRE est au CLIMAT, ce que l’EFFET LARSEN est au SON, c’est à dire une boucle de rétroaction positive ou boucle d’amplification, dont on ne peut sortir qu’en arrêtant d’importer de l’énergie dans la biosphère.

    Le couple thermo-hygrométrique de l’air permet d’évaluer cette augmentation d’eau à 16%, et sa contribution à l’augmentation de l’effet de serre de 0. 7*0. 16 = 11%
    A titre de comparaison, l’augmentation du CO2 est de (400-350) /350 = 14%, et sa contribution relative étant de 55%, sur les 30% d’effet de serre dus aux GES, l’augmentation de l’effet de serre due à l’ augmentation du CO2 est de 0. 14*0. 3 *0. 55 = 2.3%.
    On croyait cuire à feu doux, en fait on sera ébouillantés.

    D’autre part, le nucléaire, qui se targue de produire 74% de l’énergie électrique, n’en livre que 24% aux utilisateurs finaux, car il autoconsomme 68% de sa propre énergie. Vu que le nucléaire rejette 6GW thermiques pour 1. 6GW électrique produits, le rapport énergie thermique rejetée sur énergie livrée est au moins de 12, sans compter les démantèlements, le problème déchets, et les risques d’accidents. Il faut donc SORTIR DU CARBONE FOSSILE et du NUCLEAIRE, NE PAS RECOURIR à la GEOTHERMIE. Si l’on fait du SOLAIRE, il faut qu’il soit ALBEDO COMPENSE, et plutôt THERMIQUE, plus puissant, plus simple, plus facilement stockable…

    La question a été posée à travers le prisme climatique, partie apparente du réchauffement global de la biosphère, qui révèle l’altération de notre rapport philosophique et biologique à l’ENVIRONNEMENT. Les drames du Titanic et de l’Estonia, de Tchernobyl, de Fukushima… Devraient nous rappeler notre faillibilité, notre devoir de prudence et d’humilité, et réveiller notre sens éthique de la Vie, car nous n’empruntons pas la Terre aux générations à venir, nous manquons seulement au devoir de leur transmettre des conditions de vie biologiques et morales meilleures. La lutte contre le réchauffement global nécessite donc de nous satisfaire des ressources d’énergies primaires non climaticides que la biosphère POURRA régénérer dans un contexte qui va inéluctablement se dégrader, et qui sont : L’ENERGIE EOLIENNE, SOLAIRE albédo compensée, BIOMASSE et HYDRAULIQUE. La mise en place de Stations de Pompage Turbinage permet d’accroître la production hydro-électrique (facteur 7), de stocker l’énergie, d’en disposer de manière très souple et facilement mesurable, mais aussi de constituer des réserves d’eau vivrière. La lutte contre le réchauffement par effet de serre nécessite de réduire nos émissions de GES, particulièrement le METHANE, dont la part anthropique est due à l’élevage, estimé plus climaticide que le transport, dans le 4ème rapport du GIEC, avec un PRG de 25 à 100 ans, alors que ce PRG a été revu à la hausse, et qu’il est de 120 à to, 104 à 10 ans, et estimé à 35 à 100 ans. Autrement dit, l’alimentation carnée est beaucoup plus CLIMATICIDE que le transport, et que le méthane à to concurrence dangereusement la CO2. En sortant de l’alimentation carnée, on s’affranchit des rendements biologiques des espèces intermédiaires de la chaîne alimentaire, ce qui décuple les rendements alimentaires surfaciques, libère de l’espace à la biodiversité, à la biomasse, aux forêts, ce qui permet de restaurer le puits de carbone terrestre, amorçant un cercle vertueux et sain.

    Il faut 250 ans à partir de l’arrêt du dernier réacteur, pour mettre en relative sécurité l’ensemble des déchets issus du nucléaire, et le risque zéro n’existe pas… Au regard des délais de décroissance nécessaires pour que la radio-toxicité des éléments nucléaires, soit inférieure à leur toxicité chimique, il faut un sens éthique visionnaire exceptionnel, qui réclame une grande humilité et prudence. Les constats relatifs au réchauffement climatique, qu’ils soient météorologiques, cyclones, tempêtes, sécheresses, ou qu’il s’agisse de leurs conséquences, incendies, récoltes, habitats dévastés, de fonte des glaces qui occasionnent une augmentation des réactions isostatiques, (tremblements de terre), ainsi que les derniers relevés ARGOS, montrent qu’en bon père famille, il faut retenir les scénarios les plus catastrophiques.

    Une centrale nucléaire convertit la chaleur en électricité et son fonctionnement est lié aux conditions météorologiques, qu’il s’agisse de canicule, de sécheresse, de grands froids par blocage anticyclonique, d’évènement qui empêche la distribution d’électricité ou l’accès aux centrales (inondations), ou qui affectent les ressources humaines… La décentralisation de la production semble donc être stratégiquement plus sûre, et sortira la population de son immaturité, par un engagement citoyen local, mutualisé et concret. La sobriété étant le passage obligé, la politique doit s’orienter vers une relocalisation des activités, pour limiter les transports et les déplacements (T&D), et choisir des modes de T&D les plus sobres. Les formules inspirées du vélo (2, 5 kWh/pers. Km), vélopous, vélobus, vélorail, doivent être socioéconomiquement et structurellement promues, avec un réseau routier ombragé dédié, des parcs à vélos – consignes – douches – vestiaires chez les employeurs… Le rail régional (20 kWh/t. Km) inter-cités doit être restauré. Puisque diminuer la vitesse par 2, divise la dépense d’énergie par son carré, càd par 4, il faut avoir une perspective générationnelle de retour aux trains basse vitesse, avec espace bureautique, restauration ou repos pour faire face aux aléas provoquant des arrêts en rase campagne… Cette sobriété, et réduction des rejets de GES, nécessite de réserver les transports aériens, très énergivores (300 kWh. T. Km) au strict nécessaire indispensable. Tous les accords commerciaux non respectueux des accords de Paris sont caduques, particulièrement les accords de Chicago sur la taxation des carburants pour les transports internationaux. La planète étant un espace fini, il faut jouer sur tous les arguments de l’équation de Kaya, jusqu’à modifier notre politique de natalité, et certains aspects de notre culture libertaire.
    Interdépendance => Responsabilité + Solidarité.

    Merci d’avoir lu.

    Pour le problème d’albédo compensation du solaire, j’ai fait aussi quelques calculs… mais ce n’était pas le sujet.

    Rdv à 11:28 de cette vidéo :
    https://youtu.be/eyqPs8n8w8I?t=11m28s

    PS : Les calculs sur l’albédo compensation de la ressource ” Solaire ” sont à la portée de n’importe qui, et ne sont pas dans ce développement qui traitait du lien entre le nucléaire.et le climat.

    Daniel L

    • Peut-être as-tu déjà voté ? ce qui explique que tu vois directement le résultat du vote sans passer par la page de vote.
      car le chiffre des votants pour le non continue de monter : actuellement 28042
      Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *