NDDL Quel sens des responsabilités pour le Syndicat Mixte Aéroportuaire ?

Communiqué de presse du CéDpa – 30 novembre 2017

Quel sens des responsabilités pour le Syndicat Mixte Aéroportuaire ?

A quelques jours de la remise du rapport des médiateurs au gouvernement et de la décision de ce dernier, le syndicat mixte aéroportuaire (SMA) publie le résultat d’un sondage indiquant qu’une majorité des sondés estime que le président Macron doit « tenir son engagement de faciliter le début des travaux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes à l’issue de la médiation d’apaisement qui se terminera le 1er décembre ».

La formulation même de la question avec l’expression « tenir son engagement » ne peut que favoriser la réponse positive.

Il n’a pas été demandé dans ce sondage, si le gouvernement devait tenir son engagement « d’identifier la mesure la mieux apte à satisfaire les besoins de transport à long terme et de préservation de l’environnement…», tel qu’il est écrit dans la lettre de mission des médiateurs.

Nous ne répéterons pas tout ce que nous avons exprimé sur les pièges de la consultation de juin 2016 que nous avons dénoncés dès le début ; aucune des parties ne s’était d’ailleurs engagée à respecter le résultat de cet avis, un parmi d’autres sur ce dossier.

Après avoir fait pression sur la commission de médiation, la manœuvre du SMA est de faire pression sur le gouvernement. Pourtant, le SMA, auditionné comme nous par les médiateurs, les a entendus présenter leur façon de faire : travailler sur des données les plus objectives possible, pas sur des opinions. Le SMA est-il en désaccord avec cette méthode de travail qui permet pourtant d’apaiser les tensions ?  On peut le craindre quand on constate qu’il consacre depuis des années ses moyens importants à la propagande en faveur du projet plutôt qu’au fond du dossier. Ce faisant, le SMA attise les tensions. Quel est son sens des responsabilités ?

Le travail de fond mené par la médiation est susceptible de mettre à jour les mensonges qui ont fondé ce projet. Est -ce cela qui effraie le SMA au point de le pousser à une ultime manipulation de l’opinion ? Nous attendons, nous, de la vérité qu’elle montre la voie de l’intérêt général.

Le CéDpa


Collectif d’élus  Doutant de la pertinence de l’Aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Mairie
44130 Notre-Dame-des-Landes

 

Partagez cet article !

Une réflexion au sujet de « NDDL Quel sens des responsabilités pour le Syndicat Mixte Aéroportuaire ? »

  1. Mesdames, Messieurs de Cyber acteurs, Bravo pour la chanson créée/ NDDL avec les oiseaux de fer !

    Etant donné la rapidité de la décision souhaitée par certains responsables, je me permet quelques remarques par rapport “aux arguments des pros NDdL” que je ne connaissais pas .

    (Oui j’espérai, une démocratie plus participative car il y manque un dialogue constructif dans l’intérêt général avec des experts compétents et indépendants ).

    Le dialogue a toujours été refusé (il a été demandé maintes et maintes fois sans résultat) en dehors du cadre institué (débat public, enquête publique…) par les tenants politiques du projet depuis le re-lancement de celui-ci en 2000. Ce cadre a seulement permis de fournir un couvert démocratique au projet…qui devait de toute façon se faire . Les citoyens, notamment, s’étaient très majoritairement exprimés contre l’aéroport de NDDL lors de l’enquête publique en 2003 (75%) , mais rien n’y fait au plan politique quand il est décidé qu’un projet doit se faire.

    L’aéroport de Nantes-Atlantique est saturé dites vous. .

    C’est inexact ! l’aérogare de N.A.(qui est réaménageable) peut être saturée (notamment la période estivale), mais pas la piste qui peut accueillir bien plus de trafic comme le font d’autres aéroports qui n’ont pourtant qu’une piste .

    Sa croissance est un cas unique en Europe si bien que l’aéroport sera en déficit de capacité dès 2020 selon la DGAC, le trafic de 4 millions de passagers en 2014 ayant été atteint avec 3 ans d’avance sur les prévisions les plus optimistes de l’enquête publique. N.A. est réaménageable (même la DGAC a fini par le dire) et qu’il est temps d’agir en ce sens . Le syndrome du transfert à NDDL a laissé le réaménagement de N.A. en “jachère” depuis des années .

    Cette croissance s’explique en parti par la progression de l’augmentation très importante du “Low-cost” : multiplié par 4 entre 2011 et 2016 ! et avec des tarifs proposés avec : – 70 à 75 % de réduction

    Et d’autre part grâce à l’association “de VINCI” en 2011 avec Aéroport du Grand Ouest,la CCI de Nantes et st Nazaire, et ETPO ?

    N’y a-t-il pas là des risques sérieux de conflits d’intérêts ?

    D’autre part, un réaménagement serait inacceptable pour les 42.000 personnes soumises au Plan d’Exposition au Bruit Encore inexact ! Ce sont 5000 personnes impactées par le bruit à NA ! 42000 correspond à bien plus de mouvements que 50.000 à l’année !
    (Le bruit est-il plus élevé ? par rapport aux aéroports de Paris, Toulouse etc ..! ?).

    Pourquoi les appareils anti-bruit n’ont-ils par été mis en service ?

    Vous dites :(80.000 personnes à terme si l’aéroport n’est pas transféré )

    (c’est pour 2065 !) et pourquoi pas 120.000 en l”an 2090″ !

    contre 900 actuellement à Notre Dame des Landes, (qui ne serait même pas connu des étrangers !)

    Vous dites que les défenseurs de l’environnement ont à cœur de préserver le lac de Grand-Lieu.

    Informez-vous encore ! Le lac GRANDLIEU n’est pas du tout mis en danger par les avions ! Cela a fini par être découvert par une note de la DREAL qui était restée secrète … tiens, tiens !

    (Le transfert de N.A. ne serait-il pas plus gênant pour les oiseaux habitués aux bruits de l’aéroport actuel; avec des nouvelles zônes commerciales prévues, les oiseaux risquent de partir !).

    Vous dites que la Direction Générale de l’Aviation Civile a mené une étude, sur le coût d’un réaménagement, qui concluait à un coût de 825M€ TTC pour 9 millions de passagers !

    Ca ne vous surprend pas ce coût aussi cher que NDDL ? … alors que là il n’y a pas de nature à détruire, l’espace existe tout comme les réseaux de liaison -tram, ligne SNCF –

    (à NDDL c’est tout un colossal chantier d’arasement du bocage, poses de drains, soutènement du sol …), un chenil à 600.000 e.; “l’oubli” de comptabiliser en coût la ligne Tram-train qui amènerait les voyageurs de Nantes à NDDL … ( et avec toujours autant de low- cost ? ; celà continuera -t-il ?)

    et dites vous encore, à la nécessité de refaire entièrement la piste, donc à la fermer de 3 à 6 mois. Faux ! Entièrement faux ! Pour le resurfaçage de la piste, il n’y a pas nécessité de fermer l’aéroport !

    ( c’est possible à faire la nuit comme celà se fait ailleurs !).
    Enfin dites vous, le futur aéroport prend en compte les normes environnementales et sera le premier aéroport haute qualité environnementale (HQE) avec des installations et des équipements à haute performance énergétique, aux normes BBC (N.A. rénové peut aussi bien l’être ! Ce n’est pas un argument !), et, permettant une consommation énergétique par passager réellement divisée par 3 par rapport à l’aéroport actuel.

    (Tous les avions évoluent aussi vers cet objectif de moindre consommation et de moins de bruit !).
    Sur les 1.239 hectares de la zone d’aménagement de l’aéroport, 147 ha, soit moins de 10 %, seront construits et plus du tiers de la surface sera à vocation agroenvironnementale et composée de marais rairies,forêts.

    Tout sera repensé à NDDL et le maillage écologique existant actuellement ne sera plus ce qu’il est, car il est formidable (le connaissez-vous ?) ! Des bocages comme celui-ci n’existent quasiment plus, surtout en zône de plateau / car le zônage de NDDL est un plateau avec une dizaine de cours d’eaux qui y prennent leur source. Il s’agit là d’une zône humide (98%) sur laquelle on veut faire cet aéroport Il faut préservé ce qui existe qui a mis tant de temps à se façonner !

    et, (les zones humides qu’il fallait défendre lors de la coop 21 ! ! ! et bien avant ! …).
    Voir :
    Les arguments d’un ancien responsable d’A.F. qui sont très intéressants car expérimentés professionnellement par lui même): https://acipa-ndl.fr/sites-et-blogs/sites-de-la-lutte/naturalistes-en-lutte/itemlist/tag/Jacques%20Bankir

    une alternative réaliste (qui est très peu connue et pour cause ; elle pourrait contrarier les sondages ! ! !

    et, pour un montant complet et global 3 à 5 fois moins cher ! (pour un service quasi équivalent )
    Les avions étant de plus en plus grands et mieux remplis ; Pourquoi avance-t-on alors toujours le nombre de passagers pour essayer de justifier la saturation de N.A. ; Et, non pas le nombre réels de mouvements ?
    L’argument des emplois locaux créés est illusoire car Vinci vient généralement avec ses propres équipes.
    Le coût annoncé en 2008 n’était ni complet ni GLOBAL comme l’exige pourtant l’Europe !
    P.S. Le sondage de l’Ifop d’hier 30 nov .dit dans l’article de O.F. qu’un français sur deux souhaite que le président tienne son engagement …..!
    Comment un tel sondage peut-il avoir une réelle valeur alors que sans doute, moins d’un quart des français savent qu’il existe une alternative crédible et surtout pour plus de 3 fois moins coûteuse ! N’est-ce pas là encore pour influencer l’opinion publique ?
    Si l’alternative d’optimisation était adoptée, tous les problèmes de respect de l’environnment, de la biodiversité et du maintien de l’exploitation des terrains agricoles ne se poseraient plus.
    Ni les problèmes de compensations environnementales (irréalisables concrètement et rarement réalisés ailleurs !)
    Merci de prêter attention à ces remarques qui pour moi n’ont pour seul but que
    .
    Je vous prie d’agréer mes salutations respectueuses.
    Alfred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *