NDDL La manifestation de Nantes a connu une mobilisation inégalée.

Cyber @cteurs à Nantes le 22/02/14

Marie Gueneau et Christian Hameau porteurs de pancartes


520 tracteurs, venus de tous les départements limitrophes ont été comptés, deux fois plus que le 24 mars 2012 à Nantes. Cela marque une implication massive du monde paysan. Les tracteurs vigilants sont prêts à intervenir sur la zad.
Le car de Quimper double les tracteurs se rendant à la Manif à Nantes

Il y avait 63 bus venus de toutes les régions de France, deux fois plus encore que lors de la chaîne humaine. C’est le signe d’une mobilisation nationale et de la connection entre Notre Dame des Landes et d’autres luttes contre les grands projets inutiles et imposés.

Cyber @cteurs à Nantes

Jean René Porteur de pancarte


Il y avait entre 50 et 60 000 personnes, plus encore que lors de la manifestation de réoccupation du 17 novembre 2012. Il s’agit de la plus grosse mobilisation du mouvement.

Sur le pont de Nantes

Le défilé a été festif, créatif et déterminé, avec des batukadas, salamandres, tritons géants, masques d’animaux marquant le refus de la destruction des espèces protégées et des mesures dites de compensation.
Des prises de paroles et animations ont eu lieu jusqu’à 18h square Daviais.

La préfecture avait choisit de mettre Nantes en état de siège et de nous empêcher d’être visible dans le centre ville. C’est la première fois qu’on interdit à une manifestation d’emprunter le Cours des 50 Otages. Une partie du cortège est passée par l’île Beaulieu. Une autre a essayé de passer par le trajet initialement prévu et a fait face à une répression policière violente avec tir de flashball, gaz lacrymogènes et grenades assourdissantes. Cela n’a pas empêché les manifestants de rester en masse dans les rues de Nantes jusqu’à la fin.

Il existe différentes manières de s’exprimer dans ce mouvement. Le gouvernement est sourd à la contestation anti-aéroport, il n’est pas étonnant qu’une certaine colère s’exprime. Que pourrait-il se passer en cas de nouvelle intervention sur la zad ?

Cette journée est un succès et les différentes composantes de la lutte restent unies sur le terrain. L’opposition ne fait que croître depuis 30 ans.
Le gouvernement n’a pas d’autre choix que d’abandonner le projet d’aéroport !

Contacts presse :
COPAIN : Jean-François Guitton : 06 78 90 46 04
Coordination : Julien Durand : 06 33 51 01 35
ZAD : Camille : 06 32 98 78 36

Tract Alliance Police

Partagez cet article !

24 réflexions au sujet de « NDDL La manifestation de Nantes a connu une mobilisation inégalée. »

  1. Bien entendu, les médias n’ont parlé que de la casse !
    Minables, et bien au service du pouvoir en place, du “progrès” et des gros navions . Lamentable, et prévisible, hélas…

  2. Bravo
    Il ne faut rien lâcher, la violence elle est du côté du gouvernement,
    une violence faites à nos enfants et petits enfants…
    Il y a eu Plogoff, le Larzac et maintenant NDDL….
    Le combat continue!!!

  3. Heureusement que ces nouvelles positives existent sur ce site : un grand merci à cyber@cteurs. OUF ! Car cet aspect mobilisé est à la télé comme à la radio (je crois) totalement occulté par les “débordements” et la casse…. Y a-t-il eu des Blockbusters ? En tous cas ils jouent un rôle important qui privent les manifestants des effets de leur rassemblement. Pour qui naviguent ces gens là ?

  4. J’étais là le 17 novembre 2012, c’était une belle manif responsable et festive avec tous les âges représentés (moi , j’ai 72 ans ).Je n’ai pas pu participer à celle du 22 février à mon grand regret !
    Je ne comprend pas qu’à Nantes le parcours demandé ai été refusé.. si ce n’est pour provoquer avec tous ces policiers et ces barrières d’enfermement. Honte à ce dispositif bien calculé, incitatif à la révolte. .

  5. Je suis de tout cœur avec les manifestants, et je suis ravie de la mobilisation, mais je suis étonnée que vous ne disiez pas un mot sur les violences de fin de manif, alors que c’est de cela que tout le monde parle!
    Qui est à l’origine de cela? Vous condamnez ou vous … comprenez??
    Il fait être clair.
    Nicole Peudepièce

  6. je me contenterai de faire une citation : “Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens
    réfléchis et engagés puisse changer le monde…en fait c’est toujours comme ça que ça s’est passé”……. Margaret MEAD Anthropologue (1901-1978)

  7. Merci à tous ceux qui ont participé à Nantes. A Lyon la manifestation n’était pas ridicule et les grands projets inutiles condamnés. Maintenons la pression car les inondations et dégâts écologiques ne seront pas arrêtés en continuant à bétonner.
    Salutations militantes.

  8. je suis très heureuse de voir l’ampleur du mouvement même si je ne peux pas y participer physiquement. j’espère de tout coeur que la victoire est au bout, pour nous, pour la vie tout simplement. Un grand merci à tous ceux qui se mobilisent sur le terrain !

  9. Je n’y étais pas, mais j’ai pensé à vous tous. Les commentaires des médias sont lamentables. Je ne sais pas si Manuel Valls a fait le bon choix pour décourager les gens.
    De tout coeur avec vous. Jeanne-Marie

  10. Quand l’information est partielle elle est évidemment partiale. Relater la manifestation de Nantes comme les médias l’ont présentée samedi et dimanche dans les canaux de l’information pose question. Pourquoi parler d’une minorité de casseurs, leur donner de l’importance alors qu’il ne méritent qu’une condamnation ferme et unanime. Pourquoi, mépriser des dizaines de milliers de manifestants pacifiques et joyeux en les ignorant, alors qu’ils s’expriment par des chants, des slogans humoristiques ou des réalisations artistiques, (tracteurs décorés, camionnette imitant le son des avions, manège bucolique, etc…) Toutes les manifestations contre l’aéroport, en l’absence des forces de police, ont été par le passé, l’expression d’une grande kermesse festive.
    Pourquoi cette débauche de forces de l’ordre digne d’une ville en insurrection ? Pourquoi ces barrières fortement gardées bloquant toutes les rues adjacentes sur le parcours des manifestants ? Pourquoi cet itinéraire décentré et passant curieusement devant le siège de Vinci, l’Hôtel de ville et le Commissariat de Police, comme si l’on cherchait une provocation ? Pourquoi les pompiers ne sont pas intervenus sur le premier feu qui menaçait les manifestants alors que les voies d’accès étaient dégagées ? Pourquoi le lieu de la première échaufourrée ressemblait étrangement à une souricière ?
    On aurait voulu discréditer un mouvement d’expression citoyenne qu’on ne s’y serait pas pris autrement. Quand le pouvoir n’est pas capable de prévenir ces débordements ou pire de laisser faire, quand l’information est à ce point partiale et donne l’impression de servir le pouvoir, la démocratie commence à être en danger.
    Daniel Déprez

    • réflexion pertinente et hautement constructive pour la démocratie qui si l’on n’y prend garde, s’étiole et risque de favoriser tout ce qu’il y a de pire pour une société
      que le mouvement de cyberactions prenne le relais et le fasse savoir sur les médias qui ont parlé
      que nous agissions contre les médias responsables du plus grand danger

  11. Courage pour les occupants de la ZAD, bientôt, ils auront gagné, c’est eux les héros de tout cela, nous les encourageons.
    J’ai 59 ans et je vis cela en pensée avec eux en Lorraine.

  12. Bonjour,
    Samedi, un parcours officiel nous a été distribué dans le car.
    Après, nous n’avons pas eu l’information claire du changement de parcours
    alors arrivé à l’endroit prévu, nous sommes restés avec les milliers de personnes autour des tracteurs
    et autour de la grande avenue bloquée par les CRS et par leurs engins. Nous avons commencé à attendre et à regarder ce qui se passait.
    En discutant avec de nombreuses personnes, j’ai appris qu’il y avait un parcours de 5 kilomètres en plus.
    La manifestation était très étirée. J’ai voulu suivre puis j’ai fait demi-tour.
    Je me suis dit “pourquoi suivre un parcours qui nous envoie dans un endroit désertique, loin du centre ville” ?
    L’objectif était bien de nous faire entendre ?
    Début de mépris des autorités ???
    A l’endroit des 50 otages, j’ai été témoin des violences des deux parties.
    Et cet hélicoptère au dessus de nous tout l’après-midi : assourdissant par moment !!! Pour nous filmer, parait-il.
    Ambiance créée surréaliste.
    Je n’avais jamais vu un si gros dispositif pour une manifestation.
    A un moment, nous sommes rentrés dans le centre-ville pour acheter une pâtisserie. Les rues étaient très calmes et loin des préoccupations de la manifestation.
    Vers 16h00, au moment de vouloir quitter le lieu pour rejoindre le car, les CRS ont eu des comportements surprenants et dangereux en nous bloquant les deux ruelles (j’étais avec ma fille de 15 ans). Ce qui a créé une grande “cour” comme une souricière. Et tout le monde a commencé à paniquer et courir dans tous les sens car ils avaient bloqué tous les côtés !? Nous avons été empêchés d’échapper aux gaz lacrymogènes et nous nous sommes repliés dans un magasin (tenu par des jeunes filles très compréhensives). Alors qu’à ce moment-là, il n’y avait aucun casseur dans le coin !!!
    En ressortant du magasin, environ 10 minutes après, deux CRS d’un groupe se sont décalés et nous ont laissé passer et heureusement car des casseurs (je crois en avoir vu trois) arrivaient et commençaient à jeter trois ou quatre pavés sur des vitrines en face (c’était le Havas Voyages). Nous étions environ à 30 mètres à ce moment-là.
    .
    En conclusion : journée très pédagogique pour ma fille et moi aussi..
    Elle a vu une manifestation très calme, très festive.
    Elle a bien vu les violences et comment ont évolués les tensions.
    Ce lieu est devenu un lieu de spectacle et de jeu du chat et de la souris entre les CRS et les casseurs.
    C’est un rapport de force mis en place pour faire peur à son adversaire.
    C’est bien sûr pour montrer ses muscles avant les véritables bagarres qui pourront avoir lieu bientôt sur le site de Notre Dame des Landes.
    Ma fille a appris ce qu’était un montage vidéo et que ce que nous ont montré les médias ne montraient pas du tout la réalité.
    Eh oui, si c’est TF1 (par exemple) qui en parle : à qui appartient ce groupe et quels sont les intérêts d’un tel média certainement pas indépendant ?
    Ils ont seulement montré des casseurs violents sans expliquer l’origine de ces violences en faisant croire que tout Nantes “était en feu”.

    J’ai écouté France Inter, France Culture, travail minimum de leurs parts : informations incomplètes et inexactes. La seule chose qui les a intéressée, c’est le rapport de force entre le PS gouvernemental et EELV, afin de mieux discréditer le mouvement.
    Et pendant ce temps, personne ne parle du fond du sujet.
    Du bruit et du bla-bla pour mieux nous endormir.
    C’est bien Vinci et les décideurs (qui sont loin de nos préoccupations environnementales) qui ont été visés et interpellés samedi 22 février.

    Je suis prêt à nouveau à y retourner pour faire entendre notre voix et surtout pas pour casser.
    Ah oui, j’en ai marre d’entendre CRS-SS. Je ne l’ai entendu qu’une fois mais c’est une fois de trop. C’est petit et ça ne sert à rien. Car les CRS, ils font leur boulot et ils obéissent aux ordres (et aux contre-ordres). Ils n’ont pas tous une mentalité nauséabonde, loin s’en faut.

    Mais l’attitude de nombre de nos décideurs (de tous poils) et acteurs économiques des multinationales est réellement violente et écrase la véritable notion de démocratie. Seuls l’argent et le pouvoir les motivent et c’est ça qui est grave.
    Toutefois, pensons y, s’ils n’ont plus la police et l’armée avec eux (comme cela vient de se dérouler en Ukraine), ils deviennent tout petits.

    Toujours motivé, bon courage à vous.
    Pascal

  13. La manifestation était particulièrement humaine et festive avec des gens de tous âges allant des plus jeunes aux plus âgés, des handicapés également faisaient partie du cortège. Le choc ? Voir ces installations répressives de guerre comme ces canons à eau, visions futuristes agressives avec ces bataillons de CRS … J’ai croisé une femme charmante qui était venue de loin pour manifester et qui m’a dit avec un grand sourire : “Ai-je l’air dangereuse ?”. Nous étions tous choqués par ce déploiement de force alors la question qui se pose est d’importance : est-il encore possible de descendre dans la rue pour s’opposer aux abus de cette société de surconsommation qui détruit tout sur son passage ? Il semble que cette liberté soit en danger aujourd’hui. C’est grave.
    Pour nous certainement mais pour nos enfants ?
    Quel monde allons nous leur laisser ?
    Honte à cette génération aveuglée par le pouvoir stérile de l’argent qui continue à laminer les trésors de notre planète.

  14. Je suis venue à la manif en train, je n’ai pas vu la ZAD mais beaucoup, beaucoup de zones humides entre Nantes et Angers. Moins d’espaces naturels = plus d’inondations.
    Que Mr Ayrault prenne un hélico. pour un survol utile cette fois.

  15. Bonjour, nous, nous étions venus du Sud Comminges (le sud montagnard de la haute garonne). Très heureux d’avoir été présents. Désolés d’avoir vu avant la manifestation des groupes de policiers déguisés en manifestants dont on voyait bien qu’ils n’étaient pas là pour dénoncer le projet d’aéroport et soutenir le désir d’un bocage vivant !
    Merci aux webmasters de cyberacteurs de montrer leurs têtes.
    Peut-on avoir des nouvelles des 5 passés en jugement ?
    A bientôt,

  16. Une mobilisation agricole sans précédent

    L’ADECA réunie tient à remercier les agriculteurs et les CUMA venus en tracteur, et évidemment, les marcheurs venus eux aussi en masse pour refuser ce projet de déplacement d’aéroport.

    520 tracteurs, c’est un niveau que nous n’avons jamais connu dans aucune action ; Ils ont répondu à l’appel du collectif COPAIN et au nôtre.

    Cet immense refus du gaspillage des terres n’a pas été relayé par la presse qui a donné la priorité aux violences; pas un chiffre, pas une évocation, pas une photo. Et pourtant, cette mobilisation agricole est un immense camouflet pour le premier ministre. Camouflet aussi l’ampleur de la mobilisation populaire, chacun sait qu’il faut multiplier les chiffres de la préfecture par trois pour approcher la réalité.

    Vu l’ampleur annoncée de la mobilisation, vu la catastrophe écologique que constituerait ce projet et l’impossibilité de mettre en œuvre, les compensations, ce projet est en train de mourir.
    La seule issue pour les porteurs du projet est de discréditer le mouvement par la violence, en particulier auprès des Nantais. Comme par hasard, la violence a été au rendez vous et n’a été maîtrisée que tard après de nombreux dégâts,

    Nous avons eu peur pour les militants et pour notre matériel. Nous comprenons donc, et partageons le désarroi des Nantais devant les dégâts. La violence ne fait pas partie de nos modes d’action.
    Mais cette journée ressemble trop à un plan bien préparé: samedi violences, dimanche attaques contre les opposants et les écologistes, lundi, mardi : communication sur les dégâts et on pourra ainsi continuer à essayer d’imposer ce projet.

    Nous avons le sentiment d’avoir été pris en otage par d’un côté cent ou deux cent casseurs qui ont fait ce que le pouvoir attendait, et de l’autre par la police dont l’inefficacité était surprenante. Ainsi, ont étés tuées, l’ampleur et la visibilité de cette manifestation.

    Contacts :
    Sylvain Fresneau : 06 11 60 90 50
    Marcel Thébault ; 02 40 57 28 98

    • Je suis très loin maintenant, et ne me souviens pas avoir vu de telles choses durant les 20 ans que j’ai vécu à Nantes. Comme pour Quimper, les médias ne filmaient que les scènes violentes.
      Y a-t’ il moyen de faire passer dans les journaux papier et en ligne, les images que l’on ne voit que sur les sites “amis” ?
      Noël Mamère a fait une déclaration très intéressante ( vu sur internet ) réclamant publiquement des éclaircissements sur le pourquoi du comment une bande casseurs a pu faire tant de casse..
      Enquête parlementaire… et plus encore si c’est possible. Il ne faut pas que le sujet se tasse et que les français restent sur le ressenti “anti-opposants” que leur ont laissé les événements et les médias.
      Les pro-aéroports politiques et industriels, pourris jusqu’à l’os ne doivent pas s’en sortir !

  17. Communiqué de presse du COPAIN 44 – mardi 25 février 2014

    Mobilisation sans précédent le samedi 22 février

    Les paysannes et paysans des Copains du 44 et de tous le grand Ouest saluent la mobilisation sans précédent, à Nantes samedi, pour exiger
    massivement l’abandon immédiat du projet de transfert d’aéroport. Mobilisation réussie grâce à l’organisation forte et unitaire de l’ensemble des
    composantes de la lutte.

    Samedi les tracteurs vigilants posaient le rapport de force dans le calme et la détermination. Il n’y a pas eu de violence due aux paysans, donc la majorité des médias a ignoré la présence pourtant historique de 520 tracteurs dans Nantes.

    L’entrée, le stationnement et la sortie de la ville sans incident, grâce à une organisation millimétrée, quoi qu’en dise le préfet, souhaitaient garantir la
    sécurité des paysannes et paysans souvent venus en famille.

    Toute manifestation en milieu urbain entraîne généralement son lot de dégradations et d’exactions plus ou moins contrôlées, sans déchaîner les
    fureurs partisanes.

    Nous déplorons que samedi, le ministère de l’intérieur, le préfet, avec l’accord de pouvoirs politiques, aient sciemment joué avec la sécurité de 50 000
    citoyens venus manifester joyeusement en famille, en laissant se développer les affrontements, entraînant des dégâts inadmissibles et révoltants, pour servir la communication des pro-aéroport acculés, prêts à tout pour sauver leur projet d’un autre temps.
    Le Copain 44
    Contacts du COPAIN44 :
    Vincent Delabouglise : 06.87.52.34.26
    Dominique Guitton : 06.30.47.01.56
    Jean-François Guitton : 06.98.90.46.04

  18. Je suis un cyber@cteur, mais je ne me suis pas fait identifier comme tel sur place, mais j’y étais, et j’ai décidé d’en témoigner au travers d’un article sur mon blog dans le quel je me suis beaucoup investi, alors si vous voulez un témoignage de l’intérieur, n’hésitez pas à venir me lire :
    http://danieljaglinedjexreveur.over-blog.com/2014/02/22-f%C3%A9vrier-2014-%C3%A0-nantes-j-ai-crois%C3%A9-des-hommes-en-noir-j-allais-revendiquer-pour-la-terre-ils-venaient-en-d%C3%A9coudre-par-la-viole

  19. Ouf !!! ça fait du bien de lire des choses sensées et qui relatent ce qui s’est passé samedi. J’y étais avec 2 amis et avec le groupement de Cholet qui a un groupe de discussion où j’avais noté, le soir même :
    Coucou à tous … au retour de la manif à Nantes
    La presse ne va parler que des casseurs et pourtant, nous étions plusieurs milliers à défiler tranquillement, il y avait 520 tracteurs dont certains venus de loin et une poignée de casseurs, tout à fait faciles à attraper si l’ordre avait été donné !!! Alors qu’un jeune cagoulé voulait casser une vitrine pendant le parcours, il a suffi qu’une poignée de manifestants l’engueulent pour qu’il se sauve en courant !!! Quand le local de Vinci a été incendié, il y avait des CRS à 50 mètres de chaque côté et pas un n’a bougé !!!
    Dommage… mais c’était bien instrumentalisé pour que ça dégénère…
    Nadine

  20. Moi aussi j’étais à Nantes ce fameux samedi, j’ai été choquée tout d’abord du nombre énorme de CRS massés pour bloquer les rues du centre de Nantes: protection du fric et des commerces contre nous qui n’étions que des manifestants pacifiques venus exprimer une idée claire : l’aéroport de NDDL est inutile et dangereux pour la vie. Ce décor posé résume tout: en quoi devions nous passer pour de dangereux casseurs? C’est extrèmement agressif et méprisant de traiter les gens ainsi.
    Je ne suis pas de Nantes, j’ai suivi une partie de la manifestation et me suis retrouvée sur une place avec en face de moi des tracteurs puis un cordon de CRS dense qui lançait grenades assourdissantes, flash ball et lacrymos sur les manifestants . C’était inquiétant, j’ai continué ma route vers l’ouest où j’ai rejoint le lieu où avait lieu les discours. Qui a pris l’initiative de détourner la manif vers cette souricière? J’y ai vu effectivement des gens cagoulés qui lançaient des projectiles vers les CRS, qui étaient ils : provocateurs ou manifestants?
    L’image que j’en garde reste celle d’une manifestation dense, convaincue et pacifique agressée par le nombre de CRS déployé et manipulée par des provocateurs pour parvenir à la discréditer auprès d’un nombre important de citoyens mal informés par les médias à la solde du fric et du béton.
    C’est triste et cela laisse présager beaucoup de violences si les bulldozers approchent de NDDL

  21. Je suis pour une cyber action dans ce sens. pour remettre les choses à leurs place.
    Les casseurs d’un côté les manifestants de l’autre!
    Merci pour l’énergie que vous mettez en lançant toutes ces cyberactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *