L’ETRE ou le néant

 

Non Nicolas tu n’es pas seul nous sommes nombreux mais trop dispersés 

Nous sommes prêts à mobiliser notre souris, notre portefeuille et notre bulletin de vote si tu acceptes de prendre la tête d’une coalition citoyenne qui se mobilisera aux européennes et aux municipales pour une Europe de la Transition Résolument Écologiste.

Nous sommes prêts à nous mobiliser derrière toi dans une primaire ouverte à tous ceux qui souhaitent cette Europe de la Transition. Une liste aux 50 nuances de Vert correspondrait bien aux aspirations actuelles des français qui souhaitent que l’écologie fasse partie des priorités.

Nous sommes prêts à mobiliser notre porte monnaie en faveur d’une alternative économique à construire au modèle productiviste dont Les lobbies nous envoient dans le mur.

Tu dois prendre la tête d’un mouvement tricéphale

ÊTRE :un mouvement politique au sens premier du terme (gestion des affaires de la cité) pour une Europe de la Transition Ecologiste solidaire qui présente des listes aux européennes et aux municipales les deux échelons ou les écologistes ont montré leur capacité à peser quand ils savent se rassembler. Les années en 9 sont des années où les écolos font de bons scores aux européennes. Un appel de ta part à rassembler tous les écolos qui souhaitent une écologie forte dans une Europe solidaire peut mettre l’enjeu de la Transition au cœur du débat et permettre d’obliger Macron à faire le virage nécessaire pour faire entrer la France et l’Europe dans le 3 éme millénaire

  • Transacteurs le réseau économique des réseaux engagés dans la Transition
  • Un mouvement citoyen à construire financé par Transacteurs afin de mener des campagnes pour aider le Ministre de l’Ecologie (qui ne peut y arriver seul) à gagner les arbitrages jusqu’ici gagnés par les lobbies.

Une telle liste aux européennes et des listes aux municipales bâties par des primaires de l’écologie permettraient d’inscrire dans la durée un mouvement dégagé des contraintes politiciennes permettant de regrouper des citoyens non encartés comme des membres de partis engagés dans les autres niveaux politiques français : départementale régional présidentielle et législatives et sénatoriales

Une telle démarche pourrait créer la surprise et la même dynamique que celle d’En Marche en 2017 sortant le débat du seul enjeu populistes versus libéraux et permettre à l’écologie de peser réellement en EUROPE comme en France

Partagez cet article !

90 réflexions au sujet de « L’ETRE ou le néant »

    • oui je pense que c’est une bonne idée mais il faut qu’il y ait une équipe forte et solide et non pas un seul nom. il faudrait que Nicolas Hulot s’associe avec d’autres personnes comme José Bovet, Cyril Dion, Pablo Servigne, Corine Lepage, Marie-Monique Robin, Joël Labbé, et beaucoup d’autres qui se sont engagés ces dernières années et ont une expérience sur ces sujets. Mais aussi des personnes moins connues, représentatives des milieux agricoles bio, des entreprises, des associations, … qui ont aussi déjà engagé la transition.

      • il ne me semble pas opportun d’essayer de rassembler derrière quelqu’un de fragile et marqué par son passage dans l’empire Macron, pas plus que derrière certains noms cités par Maury, à part José Bové ou Marie Monique Robin, les autres sont des personnalités politiques girouettes marquées tantôt à gauche tantôt à droite, alors que les fourmilières du monde associatif environnemental et social peut faire beaucoup s’il se rassemble sans besoin de donneurs de leçons.

  1. mais oui, il est grand temps d’avancer plus vite.Le travail est gigantesque.De nouveaux scandales apparaissent tous les jours.Soyons solides et pragmatiques.
    Les disputes de clocher sont insupportables.Un mouvement, oui.Pas encore un parti de plus où chacun tire la couverture pour lui.Pas naïve pour autant.Mais saturée de guerres misérables et inutiles.

    • Oui mais le texte ci-dessus d’Alain appelle à “un mouvement politique qui présente des listes aux européennes et aux municipales..” Donc quelque chose qui va encore diviser la gauche écolo avec un parti de plus, donc des voix qui fuient d’un côté ou de l’autre mais rien qui rassemble.

  2. Le mouvement politique qui pourrait incarner toutes les facettes de l’écologie politique existe, il s’appelle l’Alliance Écologiste Indépendante, que Nicolas Hulot connaît forcément…

    • Oui mais pour d’autres ce serait plutôt La France Insoumise qui a proposé -on ne peut pas le nier- de nombreuses solutions écologiques pour l’énergie par exemple.. Et qui par ses projets de politique sociale et de politique extérieure basée sur des échanges plus justes pourraient permettre aux populations d’Afrique de retrouver un intérêt à s’investir sur leur sol d’origine plutôt que de venir illusoirement s’abriter des guerres et du réchauffement chez les européens qui les reçoivent si mal.

  3. Non et Non ! Il faut arrêter de voir en M. Nicolas Hulot un écologiste. C’est un industriel et une de ces nombreuses marionnettes qui n’ont d’existence que médiatiques. Son engagement n’est que de façade. La cause écologiste n’a nul besoin d’un leader de ce genre.

  4. Désolée , mais NON !
    autant j’ai apprécié les termes utilisés par Hulot pour annoncer sa démission , autant je suis encore aujourd’hui sidérée par le fait qu’il ait ACCEPTE de devenir ministre d’un candidat qui proclamait vouloir ” booster la croissance ” , ” préférer le risque à la rente ” etc…
    C’était en 2017 qu’il fallait créer cette convergence et barrer la route à Macron , ceux qui n’ont pas vu clair à ce moment là et qui sont tombés dans le panneau Le Pen portent une lourde responsabilité dans le désastre actuel , car ici , à Cyberacteurs , ce qui nous unit ( unissait ? )c’est la conscience de l’urgence absolue .
    Quant aux européennes , Alain , que crois tu ?
    Que dans le système actuel , on peut peser en face de la toute puissante COMMISSION ?
    Au plan local , nous pouvons faire beaucoup , au plan national très peu , au plan européen : RIEN !

    • Anne,
      Nicolas Hulot a essayé, il nous montre que dans ces conditions, c’est carrément impossible. C’est un avancée considérable, l’opinion publique (pas les convaincus bien sûr ) découvre cette chose là, révélée, qui n’aurait jamais pu être révélee sans l’expérimenter.
      Hulot a fait le cobaye et nous livre cash le résultat, sans filtre (presque !) c’est ça qui est fondateur pour la suite à envisager.
      Qui n’est pas discutable ?

  5. pour moi Nicolas Hulot ne représente pas l’écologie même s’il pense qu’il faut protéger la nature il est avant tout un opportuniste

  6. Pour l’instant, laisser Nicolas Hulot tranquille,
    respecter son voeu de silence temporaire, ensuite respecter ses choix.
    Ensuite avec ou sans lui que faire ? pousser les socio-écologistes à s’unir, un premier “grand pas”.
    Garder à l’esprit que le parlement européen n’a pas beaucoup de pouvoir.
    Municipales OK de toutes les façons.
    D’ici là tant de choses peuvent arriver , nous cherchons à survivre, le capitalisme financier aussi !!!
    Se renforcer pour booster notre citoyenneté, qui doit devenir écologiste et sociale puissance 10. (regardons le plan pauvreté de Macron pour rire jaune)
    Je développe et accompagne les processus locaux AMACCA dans ce sens pour que les citoyens s’emparent de leurs huit droits culturels, la citoyenneté dont notre siècle a besoin est là, sans quoi pas d’écologie, pas de démocratie, pas d’alternatives économique, pas de réforme du système de santé, de l’information, de la formation, pas de paix etc… Il faut arrêter d’être les larbins mi-instruits mi-passifs de nos dominants mi-sans scrupules, mi-antisociaux.
    Nos droits culturels sont nos droits à la civilisation que nous souhaitons, rien de plus légitime. (cf déclaration de Fribourg sur les droits culturels)
    Leur nerfs de la guerre est l’argent, le notre la citoyenneté, Nicolas Hulot c’est comporté en vrai homme politique, en vrai citoyen. En ce sens c’est de la très haute compétence !!! une compétence trop rare, pour être gâchée, mais aussi une personne à respecter. Si le soufflet retombe, la trace est là, et sera toujours là pour guider la prochaine et imminente levée. Merci Nicolas ! tu n’as plus voulu jouer à ce jeu, tu as révélé la béance culturelle, tu as révélé que l ‘intelligence collective était impossible au niveau de l’executif. Tout ceci est gravissime, mais c’est tous le pays qui souffre de ces mêmes carences dans trop d’endroits.
    Soyons courageux et solidaire !
    allez voir http://www.droitsculturels.org
    et pour l’empowerment culturel local (en réseau) http://www.amacca.org

    • A propos de l’argent, nerf de la guerre, et de son mode de création .

      je me sens vraiment étonné que “personne” n’est encore « remarqué » le bug mathématique inhérent à notre mode de création monétaire, lié à une dette :

      comment rendre plus que ce qui est mis en circulation ?

      Observons une cour de récré : personne n’a de bille, arrive Jean avec un gros sac, il prête ses 100 billes pour la journée à 10 enfants, en demandant à chaque joueur de lui en rendre plus une le soir , aie, il demande donc d’en rendre 110….
      A t-il favorisez la paix dans la cour ?
      alors , quand “jean” s’apelle banquesss et que la masse monétaire mondiale augmente de façon exponentielle depuis 100ans, toujours assortie d’une dette….
      je n’ai pour le moment rencontrer que mr Derudder ( Une monnaie au service du Bien commun publié aux éditions Yves Michel ( http://www.yvesmichel.org/product-page/livres-a-paraitre/monnaie-service-bien-commun/ )
      qui pointe, explique, démontre, ce bug mathématique et symbolique de l’argent dette
      et surtout propose une issue :
      L’argent est un bien commun, qu’il convient de créer EN ECHANGE d’un travail rendu au bien commun : éducation , santé, communication, énergies, eau , air, ….liste à bonifier.

      Nous avons cette chance à notre époque que la monnaie ne soit plus de l’or ou de l’argent, mais une virtualité dont l’ existence ne dépend que de règles du jeu humaines.
      Juste un choix, à effets papillons

  7. Et une association de plus ! Une ! La division d’une force écologique et politique entre les associations, les sous-partis bidons qui fleurissent à tous les coins de marchés, ça suffit .
    Il y a le programme de la transition écologique de LFi qui est cohérent et existe depuis longtemps. Lisez-le et regroupons-nous. Ce n’est pas JLM qui a des problèmes d’ego, son implication généreuse, constante depuis des années, nous représente tous.

    • Absolument, mais nous avons perdu la main sur nos droits culturels et c’est bien pour cela que JLM ou FI sont laminés en permanence.
      Nous sommes au début de la reconstruction d’espaces d’informations indépendants.
      Médiapart, Le media etc
      C’est bien mais il faut continuer, ça n’est pas assez. dans les université il faut réclamer de la pluralité d’enseignement (en particulier en économie) etc
      c’est sur tous les fronts culturels que nous devons nous organiser
      autrement. Fi devrait aller voir du côté de la déclaration de Fribourg, aucun mouvement ou parti politique ne se sert de ce référenciel à vocation mondiale (prolongement des droits de l’homme) pour déployer autrement la démocratie et les dignités humaines.
      des outils existent et sont en train de rouiller, c’est absurde !
      Créer des AMACCA comme ont été créée des AMAP, agir, c’est ça qui manque, les envies sont là mais les passage à l’acte créatif sont encore trop léger pour visibilité et poids dans la balance.
      Fi fait le maximum, en face le système réagit.

      • C’est ça, nous n’avons pas les média de masse.. Parce que ceux qui lisent l’info sur Médiapart, sur le Média sur Silence, Reporterre etc. sont déjà aux 3/4 convaincus. Ils lisent ou regardent des vidéos pour se donner des arguments de plus. Le pb est bien là. Comment toucher plus de personnes et les amener à descendre dans la rue a minima pour réclamer des actions et des engagements immédiats, et a maxima pour qu’eux aussi commencent à décroître, parce qu’ il ne faut pas oublier que de toutes façons ça passe par la décroissance.. individuelle d’abord puisque ça c’est dans nos possibilités immédiates.

  8. Hulot ou pas, le problème n’est pas là.
    il est dans cette augmentation de tous les ravages liés à nos demandes, habitudes, faux besoins, comme si nous étions aspirés dans cette spirale là sans moyen d’en sortir pris dans les taux d’intérêts, les dettes, et la ruine si cette course en avant devait se ralentir. Engrenage industriel mondial, tout cela désormais sous informatique et on sait bien que les serveurs sont voraces en électricité, et que tout ne fonctionne qu’à cette condition. Imaginez si tous les serveurs tombaient en panne.
    bref, on est devenu otage de tous ces systèmes, ce qui signifie que que les maux sont systémiques, comme une pathologie chronique. et comme dans toute “guerre” il y a des vrais profiteurs sans scrupules, des vraies crapules. Mais que les masses plus ou moins innocentes alimentent et favorisent dans leurs métiers, et travaux et achats. alors, voyez cela dépasse le choix des personnes. Cela concerne tout le monde.
    C’est pour cette raison, que nous voyons fleurir des armes et des conflits comme des champignons. Comme une sécrétion purulente des corps rejetés.

    • Je crains que ce diagnostic ne soit le plus important: on ne peut contourner le politique politicien que par la somme de comportements individuels adaptés, quelles que soient les manifestations collectives organisées. Nous occidentaux vivons très largement au-dessus de nos moyens. Combien sont prêts?

      • je sais, tout semble impossible. ou fermé. cependant, il doit bien y avoir une sortie, ne serait-ce que de réinvestir les lieux propices, sur terre. et de proche en proche les faire revivre.

        • Oui ça c’est une solution. Tout le monde ne peut pas, mais que ceux qui peuvent le fassent c’est très bien. Et ça appellera d’autres à le faire. Mais on peut décroître et ruiner ce système partout où l’on se trouve. C’est une question de volonté mais, pour trouver cette volonté il faut être convaincu de l’urgence et de l’intérêt à boycotter ce système qui ne repose que sur la misère du plus grand nombre.

  9. Depuis la Marche pour le climat, on nous fait croire qu’elle serait 1 initiative de N. Hulot, voire de Maxime Lelong . Elle avait été lancée de longue date par des ONG qui luttent en permanence pour le climat, pas seulement pour bénéficier de coups de pub. J’ai donc voté NON au sondage : N. Hulot, homme providentiel… çà se saurait depuis des années, voire depuis 2017.

  10. Sur le principe OUI, il faut rassembler toutes les bonnes volontés indépendamment des couleurs ! ras le bol de nos clivages, l’urgence implique de se rassembler.

    Sur la question de Hulot : en effet il semble qu’il avait et qu’il ait sans doute toujours une bonne opinion des français, donc il serait susceptible de rassembler, il me semble. Je ne suis pas d’accord avec les commentaires négatifs et pessimistes ci-dessus, on n’a plus le temps et il faut ESSAYER de faire. Et d’ailleurs si pas Hulot, qui pourrait rassembler ?

  11. Bonjour,
    Je trouve que c’est une une excellente idée de créer un mouvement qui rassemble dédié à la lutte contre le dérèglement climatique avec tous les points correspondants à cette lutte.
    Il ne s’agit pas de dire si Hulot était bien ou non, mais de répondre à cette demande qu’il a exprimé à plusieurs reprises : un mouvemrent des citoyens avec suffisamment d’ampleur pour être efficace.
    Il y a en effet beaucoup de scientifiques, de chercheurs et énormément d’associations d’environnement mais tout ce monde est comme vous le dites, dispersé, et il est grand de rassembler les forces.

  12. NON….
    Hulot c’est discrédité et disqualifié tout seul quand il a accepté son ministère… Il est vrai que venant de se faire bananer chez EELV. lors d’une élection interne pour représenter l’écologie politique, la dernière chance était la nomination du “prince”…
    C’était la deuxième erreur, fatale celle ci, qui doit (s’il est honnête) lui enlever définitivement la volonté de toute tentative de retour en politique… C’est devenu un looser… Il a été trop loin par orgueil, fausse naïveté, et surdimensionnement de l’ego…
    Adieu Mr Hulot… L’Écologie politique ne vous remercie pas…

  13. Faire pression sur les parlementaires, les harceler, dénoncer la collusion voire la corruption de certains d’entre eux qui ne votent qu’en faveur des lobbys auxquels ils sont inféodés. INTERNET nous permet de faire cela facilement : il faut que chacun construise une liste de distribution de tous les députés et sénateurs de son département et envoie systématiquement un message à toutes ces personnes pour leur signifier notre réprobation ; mais le mot est faible, je préfère “condamnation” voire même “dégoût” pour ces gens qui ne défendent que leur pré carré.
    Ce matin même, j’ai envoyé un message bien senti aux députés et sénateurs de mon département (Gironde) … eh bien ce message n’a pas été reçu par 4 sénateurs qui ont bloqué leur boîte mail !!! Ne rien voir et ne rien entendre, c’est l’assurance pour eux de dormir tranquilles et de pouvoir se regarder dans la glace sans avoir honte.

  14. Avec Nicolas Hulot l’avantage est qu’il très bien connu.

    Le constat de notre dispersion est indispensable, mais envisager un regroupement sous le seul critère écologiste est insuffisant. 
Il faut ratisser plus large, l’environnement, aussi important soit-il, n’est pas encore complètement fédérateur.

    La résistance à la dictature économique et financière, maintenant alliée au transhumanisme, doit passer par une très large plateforme * de rassemblement mettant en cause ses effets destructeurs au plan planétaire.

    * nationale, puis nationales puis mondiale

  15. Bonjour,
    Le problème est ardu.
    Si Nicolas Hulot, est partant, ce qui sera le cas que s’il est sur d’être suivi, et a la vue de l’essoufflement rapide du mouvement, ça m’étonnerait qu’il trouve son “armée” suffisante (et il aurait raison), mais malgré cela s’il est partant c’est un bon choix, au moins stratégiquement. Au vu de sa stature médiatique il fédérerait des gens qui sans lui n’adhéreraient pas à cette cause.
    De toutes manières c’est mieux que ne rien faire, ou continuer à se quereller pour savoir qui va (peut) y aller .
    Le problème est plutôt de l’ordre de ce que dit Eric un peu plus haut. La transformation qui est nécessaire est tellement radicale quelle fait peur aux gens et qu’ils se disent que c’est de l’utopie, qu’il y a trop à sacrifier.
    Les médias “main stream” ont fermé le sujet très rapidement, soit parce que ils pensent que ce n’est pas important (???), soit parce qu’ils ont tous été “nettoyés” par le gouvernement ou aux mains de la droite libérale, alors que c’est eux qui auraient (doivent) du alerter de l’urgence enflammer le mouvement. comme pour l’affaire Benalla, ils ont l’air tellement complice par leur silence.

    • Mais enfin les médias c’est eux ! Bolloré, Dassault.. regardez sur internet en saisissant : ‘à qui appartiennent les médias’ et autant pour la presse écrite. Elle est quasi entièrement détenue par les grandes familles… https://www.bastamag.net/Le-pouvoir-d-influence-delirant-des-dix-milliardaires-qui-possedent-la-presse
      Ils ne vont pas aller contre leurs intérêts. Leur seul intérêt c’est le pognon ! Ce sont des malades mentaux. Y a strictement rien à attendre d’eux. Il faut quand même avoir à l’esprit que pour ces quelques archi milliardaires de la haute finance et de l’aristocratie le problème c’est nous : on est trop nombreux ! Et ils en ont des solutions ils ne s’inquiètent pas. Ils savent très bien où en est la planète ils sont informés. Mais ils sont certains qu’ils s’en sortiront. Que leur caste s’en sortira. Et ils se foutent royalement de ce qu’il peut advenir au 4 ou 5 milliards des plus pauvres. On nous dit ‘oh la la la ! ..la théorie du conflit c’est pour les gens stupides, les crédules, les paranoïaques.. etc.. On ne peut pas dire que le capitalisme soit un conflit puisque il s’étale au vu et au su de tous.. mais du conflit y en a. (Bildeberg c’est déjà de l’ordre du conflit puisque aucun journaliste ne peut assister à ces réunion au sommet..qui organisent notre avenir..)

      • Bonjour,
        Les medias c’est aussi des journalistes, donc des femmes et des hommes responsables de leurs paroles, autant que des soldats sont responsables de leurs actes, si on donne l’ordre à un soldat de tuer l”enfant et de violer la femme, c’est dans son âme et conscience qu’il le fera, dans certaines situations il faut avoir le courage de désobéir, et dans d’autres de se battre.
        “Aux Armes Citoyens”

  16. Merci à Nicolas Hulot d’avoir dit clairement à tou.tes que les lobbies règnent en maître. Le peuple le retiendra mais il s’en doutait déjà. Merci aussi d’avoir rendu officiel ce chiffre de 30% d’oiseaux disparus ! Ça il le savait moins.
    Il retiendra aussi l’amitié que NH voue à Macron, voire même au 1er ministre… C’est déjà un peu moins brillant. J’ai des difficultés à avoir de l’empathie pour le banquier qui a réussi à se faire élire et je n’oublie pas qu’il défend le système libéral qui s’obstine à détruire la planète et à plonger dans la pauvreté une grande proportion des citoyen.nes. au seul avantage des oligarques et des milliardaires.
    Il n’y a pas à s’étonner beaucoup du pouvoir des lobbies sur le gouvernement dont les membres principaux sont tous plus ou moins actionnaires des firmes, des industries et de la finance. Ce sont des ‘amis’ d’intérêt commun..
    Malgré le courage qu’il lui a fallu, Nicolas Hulot n’est pas vraiment représentatif des écologistes. Et en passant, s’il y a beaucoup de nuances dans la couleur verte, il n’y a qu’une seule forme d’écologie. Les écolos qui seraient pour le nucléaire, par exemple, nuance très sombre, ne seraient pas des écolos. Les chasseurs ne sont pas non plus franchement écolos. Ceux qui souhaitent la voiture électrique et un max de technologies innovantes ‘vertes’ ne sont pas non plus très utiles à l’écologie et encore moins à la planète. Donc les nuances de vert il n’en faut pas trop.
    Et avons nous vraiment besoin de chefs ? Mais s’il en faut à tout prix et qu’ Alain Uguen se désigne et nous propose un programme, alors je veux bien réfléchir à la question .. 🙂
    Andrée B

  17. Si tant est que des députés européens écolos puissent influencer les choix… (A la marge oui, mais si peu)
    RASSEMBLER ? Oui. Mais pour quoi faire ?
    Autour de quels objectifs communs et précis ? Parce qu’entre Hulot, Lepage, Rivasi, Bové… Il existe bien des désaccords. Les deux premiers cités se sont d’ailleurs fourvoyés dans des gouvernements ouvertement acquis au libéralisme destructeur.
    RASSEMBLER ? Oui. Mais autour de qui ?
    Par les effets de la médiatisation, Hulot va rassembler plus large que quiconque les voix de tous ceux qui découvrent peu à peu l’urgence écologique. Mais il sera bien moins largement suivi par ceux qui sont les piliers avérés de nos idées et projets de société.
    ALORS ON FAIT QUOI ?
    Sans oublier que le discours de Mélanchon n’est pas pour déplaire (à moi non plus d’ailleurs) malgré son ego surdimensionné lui aussi.
    Et ben je ne sais pas encore.
    Ah si Bové ou Rivasi avaient la même aura médiatique que Hulot !

  18. Je frémis à la lecture de vos commentaires: l’écologie politique et son fonctionnement groupusculaire n’ont pas fin de nuire au vote écologiste souhaité par beaucoup.
    Pour moi il est évident qu’ Hulot est sincère et peut encore être bien utile.
    J’espère que pour les Européennes il soutiendra B. Hamon qui est le seul à être à la fois: – vraiment écologiste
    – sincèrement Européen
    -vraiment de gauche

      • À Andrée Battaglieri.
        De gauche ou de droite, ça ne veut plus dire grand chose, vu que tout le monde fait la même politique. Ce qui compte, c’est que les pays d’Europe continuent à emprunter aux banques privées et non à la banque européenne comme avant. Et là, si vous avez remarqué, on n’entend plus parler des agences de notation, parce qu’avec Macron on se tient à carreau. Mais mettez un Mélenchon ou un Hamon en tête aux élections, et vous allez très vite voir dégringoler notre cotation, et grimper nos taux d’emprunts. On ne peut pas négliger tout ça, même si on est à fond contre. Parce que dans le monde actuel, les banques, le pouvoir financier international, ont le pouvoir de couler un état. Que pensez-vous que vont faire ou penser vos compatriotes, qui comme vous votent, (ou ne votent pas ) ? Autant je suis d’accord avec ce que vous racontez vis à vis du tiers monde, autant je ne suis pas en accord avec votre attitude élitiste visant à ne s’accorder qu’avec le tout petit nombre de gens partageant notre point de vue. Pour rester dans le concret, que ce serait- il passé si au lieu d’Eva Joly on avait eu Hulot comme candidat? (et pourtant, eva Joly, c’est qqu’un que j’adore et pour qui j’ai beaucoup d’estime ). Avec lui, sincère ou pas, on s’en fout, on aurait eu plus de 10% de voix, et peut-être qu’on aurait un ou deux parcs d’éoliennes en mer? Là, on en est à 25 artisans pêcheurs durs de la feuille qui n’ont pas compris où était leur intérêt et qui font le siège des travaux préliminaires, parce que le bruit des forages fait fuir le poisson. Ils ont un réel manque à gagner, il faut les indemniser. Là, je plaide coupable, j’ai voté Macron. Pas pour éviter marine dont je savais qu’elle n’avait aucune chance, mais parce que je pensais que ce type, brillant, était capable de trouver des vertus économiques aux visées écologiques. Là, je me sens cocul, avec l’impression d’avoir pour la première fois de ma vie voté à droite… mais pas de m’être complètement trompé de cap . Et si on doit compter pour s’en sortir sur les auteurs de pas mal de commentaires, on n’est pas tirés d’affaire.
        Dominique LAURENCEAU

        • Je suis navrée que vous ayez voté pour un banquier en espérant un programme écologiste.. Et je comprends votre déception.
          Si Hulot s’était présenté aux élections à la place d’Éva Joly il aurait eu plus de chances d’être élu. J’aime beaucoup Éva Joly pour son intégrité mais je trouve qu’elle a manqué de discernement en se présentant. Ensuite Hulot aurait-il vraiment pu fermer Fessenheim qui, sauf erreur, est toujours en service.. Pourtant tout le monde est d’accord pour la fermer.. Qui donc s’oppose ? L’ASN ? C’est bien possible, Aréva sans doute aussi.
          Bref, je ne sais pas ce qu’aurait pu faire NH mais on voit bien que là, en tant que ministre, il n’a rien pu faire ! Si ce n’est ce communiqué de démission. Là tout le monde a entendu “-30% d’oiseaux”.. “Des lobbies présents et hors la loi du fait même de leur présence .. C’est bien. Ça motive apparemment.
          Et c’est bien vrai aussi que certains au PC et d’ailleurs défendent l’emploi dans le nucléaire, par exemple. Comme vos pêcheurs qui ne voient pas plus loin que leur intérêt immédiat.. Comme tous ces gens dans leur auto climatisée qui rejette une chaleur incroyable tout autour, le font en toute tranquillité et ne s’en soucient guère, tout en parlant des pbs écologiques de la planète. On n’en finirait pas. Je n’ai pas LA solution, la solution est individuelle et collective. Ça passe par les lois. Mais, par qui passent les lois ? Par nos gouvernants. Comment sont-ils élus ? Quel rôle ont les médias dans leur élection ? À qui sont les médias ? Nous tournons en rond… On en revient tjrs au même pb. : il faut rompre avec le système libéral capitaliste et la seule, ou en tout cas la plus rapide des actions que nous pouvons faire est celle que nous faisons nous-mêmes. Et autour de nous. Il n’y a que là que nous ayons prise. Nous pouvons aussi descendre dans la rue plus souvent et plus nombreux.. mais si nous sommes généralement pacifiques, eux non.

    • J’avais oublié de répondre !
      B Hamon est sincèrement européen !
      La France insoumise aussi !!! mais avec un manière différente de souhaiter sa transormation,
      et en l’état de la considérer comme inacceptable.
      La trouvons nous acceptable ? dans sa structuration anti-démocratique ? dans ses choix ? (rapport au pays du sud de l’hémisphère, émigration, économie, finance, rapport au pays du sud de l’Europe, agriculture, paradis fiscaux etc…)
      Jusqu’ou accepter ?
      depuis 2005. . . je croyais que nous avions compris.
      quoi espérer à part un forte secousse ! qui peut exercer une forte secousse ? il n’y a as dix mille solutions, pour l’instant je n’hésite pas car je n’en vois qu’une, et j’espère donc maintenant un ralliement net, sans bavures. S’il y a mouvement citoyen c’est pour ne pas leur laisser d’autres choix, pour l’honneur de la politique, pour leur honneur. . . mais l’honneur et la politique se rencontrent rarement, à suivre.

  19. Encore un appel au sauveur suprême, où les idées de fond sont absentes (sérieusement, qui peut signer un texte qui comprend une phrase aussi vide de sens que “Les années en 9 sont des années où les écolos font de bons scores aux européennes” ?) et qui semble uniquement répondre à une logique opportuniste.

    Par ailleurs, je ne vois pas grand-chose de commun entre une écologie véritable et les pseudos-écolos qui soutiennent la police contre les Zadistes, qui trient leur déchets mais partent en vacances à l’autre bout du monde en avion 5 fois dans l’année, qui ont vu les industriels-pyromanes brûler leur planète-maison mais qui refusent de le sanctionner au nom de traités internationaux de libre-échange …
    Oui, l’écologie est punitive, et oui, il est temps de sévir. Et pour ça, je n’ai aucune confiance ni en Hulot, ni en l’Union européenne.

    • Léonard,

      Le 18/09/18 à 20:46, Léonard a écrit :
      > Encore un appel au sauveur suprême, où les idées de fond sont absentes
      Des idées de fond il y en a à la pelle dans toutes nos actions ;o)
      > (sérieusement, qui peut signer un texte qui comprend une phrase aussi vide de sens que “Les années en 9 sont des années où les écolos font de bons scores aux européennes” ?)
      1979 4,39 Solange FERNEX adhérente de Cyberacteurs décédée
      1984 3,37 Didier ANGERS adhérent de Cyberacteurs
      1989 10,59 Antoine WAECHTER
      1994 2,95 Marie-Anne ISLER BEGUIN Présidente de Cyberacteurs + 2,01 GE (Brice LALONDE)
      1999 9,72 Daniel COHN BENDIT + 1,52 MEI (Antoine WAECHTER)
      2004 7,41 LV
      2009 16,28 EELV + 3,6 AEI au détriment du PS et du Modem
      2014 8,95 EELV + 1,12 AEI
      > et qui semble uniquement répondre à une logique opportuniste.
      Engagé en politique comme écologiste dès 1982, je revendique ce statut d’opportuniste et n’ait eu de cesse depuis l’origine que de rallier une majorité d’opportuniste car plus le temps passe et plus ça urge pour la planète.

      Je plaide pour regrouper tous ceux d’où qu’ils viennent qui pensent qu’il y a urgence et que nous ne pouvons plus nous permettre d’attendre des décennies l’arrivée d’un sauveur suprême.

      Et pendant que nous dissertons sur les mérites supposés de tel ou tel, les catastrophes climatiques s’intensifient amenant de plus en plus de réfugiés à vouloir rallier les pays riches où par contrecoup cela provoque la montée des populistes. L’écologie basée sur la Solidarité est la seule réponse sensée au problème des migrations massives.

      Ce n’est qu’un début continuons le …débat

      Alain Uguen

    • C’est vrai !! Moi aussi j’ai trébuché là dessus.. Et j’ai relu la phrase plusieurs fois. Je pense qu’Alain Uguen a voulu dire ceci :
      Nous sommes prêts à mobiliser notre porte monnaie en faveur d’une alternative au modèle productiviste dont les lobbies nous envoient dans le mur, alternative économique qu’il faudra construire.
      Alternative ‘économique’ bien sûr, mais on ne peut pas le mettre là..
      Il est préférable de mettre ‘alternative’ et ‘au modèle’ côte à côte. C’est la juxtaposition de ce ‘à construire’ et de ‘au modèle’ qui perturbe.. Il faut refaire la phrase autrement car on ne peut pas laisser ‘à construire au modèle..’ sinon ça craint complet ! c’est plus du tout alternatif. Mais on connaît Alain et on se doute que ce n’est pas ce qu’il a voulu dire.

      • Merci à Andrée de son explication
        Il fallait lire “”Nous sommes prêts à mobiliser notre porte monnaie en faveur d’une alternative économique (à construire) au modèle productiviste dont Les lobbies nous envoient dans le mur”
        Nous avons à construire une alternative au modèle économique productiviste qui nous envoie dans le mur. Cette idée m’est venue dans les années 80 au lendemain d’une manif contre une superporcherie d’Alexis Gourvennec. Je me suis dit que, peut-être le lendemain, les 2000 manifestants étaient dans une grande surface à acheter des côtes de porcs calibrées provenant d’une superporcherie. Il faut donc imaginer un autre système économique basée sur une production bio, locale, à taille humaine, accessible à tous où chacun des acteurs s’y retrouve. Je tourne autour de cette idée depuis 30 ans et Transacteurs est la dernière version pour laquelle je cherche des partenaires.
        A suivre
        Alain

  20. Oui il est grand temps d’agir quelque soit la couleur politique et religieuse , car nous sommes dans le même bateau et il coule . N. Hulot peut et doit se joindre aux autres élus ( Français , Européens etc . ) pour engager un mouvement unique et général de contestations citoyennes ,afin d’éviter la dispersion des forces et volontés actives .

  21. Pourquoi pas cet appel sous forme de pétition à Nicolas Hulot, histoire de lui dire qu’il a des troupes derrière lui. Toutefois, ce serait plus porteur d’élargir la transition écologique à tout ce qui provoque le dérèglement climatique et donc s’attaquer à la plupart des formes de pollution actuelle.

  22. Heu … se mettre sous la coupe de Nicolas Hulot dont la fondation était et est largement financée par les lobbies … vous voulez rire là !!! Donc il a bon dos à dénoncer les lobbies, lui qui les fréquente si bien (comme Yann Arthus Bertrand et tous les autres écolo-tartuffes)
    Sans oublier ses produits de douche ushuaia … un peu toxiques : https://www.challenges.fr/politique/shampoings-ushuaia-la-machine-a-cash-de-nicolas-hulot-dans-le-viseur-du-canard-enchaine_485239

  23. Par ailleurs, peut-être faudrait il définir le concept de l’écologie et de sa protection. Quid de l’action des grandes multinationales de la conservation de l’environnement (le WWF pour la plus connue en France) dont les actions de protection se font au détriment des peuples et des pratiques millénaires avec des visées spéculatives sur terre :
    . https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/09/24/dans-le-bassin-du-congo-les-pygmees-sacrifies-sur-l-autel-de-la-protection-de-la-nature_5190365_3212.html
    . https://exoportail.com/les-safaris-chasse-de-benjamin-de-rothschild-impliques-dans-des-abus-contre-les-pygmees/
    Et dans les océans : https://vimeo.com/230132853
    A cet égard, que pensez du début de la disparition de l’élevage en plein air en Europe au nom d’un nécessaire ré-ensauvegement de 20% dans chaque pays de l’UE (Agenda 21 etc …) ?
    .

    • Exact ! Les Bakas du Cameroun se font taper dessus par les gens du WWF qui les traitent de braconniers !! Faut le faire ! Ils sont là depuis la nuit des temps sans laisser de traces, ils vivent de la forêt qu’ils savent maintenir en vie, plantes et bêtes, dans leur propre intérêt de chasseurs cueilleurs et aussi parce qu’ils ont le respect inné de la forêt dont ils ne sont pour la plupart jamais sortis. J’ai écris à Isabelle Autissier très poliment mais sans réponse ! Deux fois dont une sur son site.
      C’est pour ça que les écolos ils faut les choisir comme il faut et avons-nous besoin d’un.e chef.fe ? Pour quel rôle ? Pour être en tête des manifs ? Pour légitimer nos demandes à l’aune de leur popularité ? On ne peut pas fédérer autrement qu’avec des syndicats et des têtes d’affiche ?

  24. Le 18/09/18 à 20:46, Léonard a écrit :
    > Encore un appel au sauveur suprême, où les idées de fond sont absentes
    Des idées de fond il y en a à la pelle dans toutes nos actions ;o)
    > (sérieusement, qui peut signer un texte qui comprend une phrase aussi vide de sens que “Les années en 9 sont des années où les écolos font de bons scores aux européennes” ?)
    1979 4,39 Solange FERNEX adhérente de Cyberacteurs décédée
    1984 3,37 Didier ANGERS adhérent de Cyberacteurs
    1989 10,59 Antoine WAECHTER
    1994 2,95 Marie-Anne ISLER BEGUIN Présidente de Cyberacteurs + 2,01 GE (Brice LALONDE)
    1999 9,72 Daniel COHN BENDIT + 1,52 MEI (Antoine WAECHTER)
    2004 7,41 LV
    2009 16,28 EELV + 3,6 AEI au détriment du PS et du Modem
    2014 8,95 EELV + 1,12 AEI
    > et qui semble uniquement répondre à une logique opportuniste.
    Engagé en politique comme écologiste dès 1982, je revendique ce statut d’opportuniste et n’ait eu de cesse depuis l’origine que de rallier une majorité d’opportunistes car plus le temps passe et plus ça urge pour la planète.

    Je plaide pour regrouper tous ceux d’où qu’ils viennent qui pensent qu’il y a urgence et que nous ne pouvons plus nous permettre d’attendre des décennies l’arrivée d’un sauveur suprême.

    Et pendant que nous dissertons sur les mérites supposés de tel ou tel, les catastrophes climatiques s’intensifient amenant de plus en plus de réfugiés à vouloir rallier les pays riches où par contrecoup cela provoque la montée des populistes. L’écologie basée sur la Solidarité est la seule réponse sensée au problème des migrations massives.

    Alain Uguen

    • Avons-nous besoin d’un.e chef.fe ? Pour quel rôle ? Pour être en tête des manifs ? Pour légitimer nos demandes à l’aune de leur popularité ? On ne peut pas fédérer autrement qu’avec des syndicats et des têtes d’affiche ?
      de toutes façons les médias ne relaient pas, même les grosses manifs ils les occultent vite fait. Il faudrait avoir accès aux médias.. Mais qui a accès aux médias ? Hulot ? Tant qu’ils voudront bien, il ne faudrait pas qu’il devienne trop écolo et qu’il se mette à parler de nucléaire ni de la pollution des avions et de tous nos échanges électroniques ? Le pb est bien plus complexe qu’on ne pense. Il faut arrêter la clim et pour ça faut des lois ! On n’est pas arrivés. Il faut changer nos politiques en Afrique si l’on souhaite que les africains puissent vivre chez eux. Et arrêter les ventes d’armes, à y être, mais par où nous laisseront-ils commencer ? C’est quoi le + urgent ? Le réchauffement climatique on est d’accord. Alors, ils en connaissent des solutions bidons genre ont supprime les diesels ont propulse les bagnoles électriques et le nucléaire qui va avec.. Il y en a des ‘écolos’ pour dire ça. Ils ne se privent pas et eux ils parlent dans le poste.
      Les gens ne sont pas tous au même niveau dans la prise de conscience.. parce qu’ils n’ont pas d’informations, leur seule source en général c’est la télé.. Il faut que ce soit une prise de conscience de la base, il faut militer encore plus que ce qu’on fait, mais de manière plus cohérente. Montrer que la décroissance est possible au niveau de chacun, donner l’exemple. Au local. Il y a déjà beaucoup de choses qui se font. Des réseaux qui s’étendent.
      Les chefs personne n’en veut plus, ils ne sont plus crédibles !! C’est clair. Ça mettra le temps que ça mettra mais ça ne marchera pas autrement.
      D’ailleurs il faut faire connaître la marche pour la planète que partira de Delhi le 02/10/2019 (150ème anniversaire de la naissance de Gandhi) pour Genève, en tant que siège de l’ONU.. ‘Si les organismes internationaux dominent les états l’idée est donc de s’adresser directement à eux’ puisque l’ONU affiche comme objectifs pour 2030 : “l’élimination de la pauvreté et de l’exclusion, son souci écologique et la lutte contre le changement climatique, la “faim zéro”, l’égalité entre les sexes, la construction de la paix par d’autres moyens de résoudre les conflits… etc.” Agenda signé en 2013 par 193 états*, dont certains vont être traversés et les citoyens seront mis au courant de ce que signent leurs états..Voir le n°470 de septembre de la revue Silence. Sur Internet on ne trouve pas grand chose d’intéressant là-dessus.
      * Programme des nations Unies pour le développement.
      Courage à tou.te.s
      Andrée Battaglieri

    • Oui , aujourd’hui l’écologie doit être punitive, elle doit faire payer le vrai prix des choses, ce qui veut dire que les choses rares doivent être utilisées à bon escient et pour le bien commun et non seulement pour ceux qui peuvent se les offrir.
      La politique des petits pas n’est plus d’actualité non plus. Le système doit être revu de font en comble et il ne peut y avoir de privilèges, une goutte de rouge suffit à colorer un seau de peinture blanche. Ecologie est synonyme de bien commun et ça a une énorme implication politique et sociale.
      “Aux Armes Citoyens”

      • le vrai prix des choses ? L’eau était gratuite tant qu’on l’utilisait pour boire, cuisiner et se laver et non pour fabriquer les nanotechnologies, les piscines privées, l’arrosage des immensités de cultures non adaptées aux sols et aux climats où elles poussent et j’en oublie des gaspillages d’eau.
        N’appelez pas ‘aux armes’ même si c’est une formule.. Parce que les armes c’est pas nous qui les avons !

        • Bonjour,
          Oui à une époque les humains étaient un million sur la Terre entière et la quantité d’eau qui y coulait était la même qu’aujourd’hui, mais nous sommes bientôt dix milliards, l’eau a pris une valeur que apparemment vous ne soupçonnez pas.
          Il semblerait que nous soyons les derniers à nous rendre compte que nous sommes en guerre, les victimes de la pollution et de ce système économique se comptent par millions dans le monde et en France (cancers, maladies diverses et variées dont on se refuse à voir les causes, guerres réelles Yemen, Sirie et j’en oublie, les malheureux morts en traversant la Méditerranée pour des raisons soient économiques soient climatiques, etc. etc.) Et il existe de vrais hommes responsables de cet état de fait conscients de ce qu’il font au nom de leur seul intérêt , et eux, savent qu’ils sont en guerre et entrain de la gagner.
          “Aux Armes Citoyens” ce n’est pas une formule, c’est une chanson.

          • L’eau a pris une valeur que je ne soupçonne pas ? L’eau a toujours eu beaucoup de valeur pour moi. Et je suis entièrement d’accord pour dénoncer le système qui la pollue à des fins lucratives, le système qui en a fait une marchandise alors qu’elle appartient au bien public, au bien commun à tous. Et quand bien même serions-nous dix millions à ne nous en servir que pour nos besoins de boissons de cuisine et d’hygiène, il en resterait pour arroser les jardins familiaux. Ce n’est pas de notre nombre qu’elle souffre l’eau c’est de l’usage qu’on en fait.

  25. Moi pour.

    A cyberacteurs ne s’expriment que des écolos.

    Qui autant qu’Hulot peut ramener des indécis vers l’écologie ? , ce sont les indécis qui font masse .

    • Les ‘indécis’ ? ceux qui ne sont pas franchement aussi écolos que ceux qui s’expriment sur Cyber@teurs, et bien demandons-leur à ceux qui font masse d’éteindre un peu leur Wifi de temps en temps par considération pour les Hyper-Électro-Sensibles par exemple ou bien d’aller un peu plus à pied, ou de décroître un peu, au moins sur les emballages, de se poser la question du nucléaire.. Alors là ! Ils ne savent pas, soi disant, sur le nucléaire, ils ne se sentent pas compétents.. Tchernobyl, Fukushima ça n’est pas suffisant. C’est Hulot qui va les rallier à son panache verdâtre ? Et qu’est-ce qu’on va faire avec ? Des voix pour voter aux municipales et aux européennes. Ça m’étonnerait qu’en dernière instance ils n’abdiquent pas devant le petit écran (de fumée) qui trône au salon.. comme à l’accoutumée et qu’ils finissent par voter pour celui qui crie moins fort et qu’a l’air plus gentil comme Hamon.. Excusez-moi, ce n’est pas contre vous mais je n’y crois plus beaucoup à la politique qui vient d’en haut. Parce qu’on en aura encore et tjrs des Hamons qui viendront se présenter en aval à côté de vos espoirs, et quand bien même aurions-nous un représentant un peu ‘vert’ au parlement européen.. ça n’empêchera pas la commission européenne de faire ce qu’elle veut !

  26. Nicolas Hulot a regagné de la crédibilité en démissionnant d’une manière aussi peu conventionnelle. Joli camouflet. Bien joué Monsieur Hulot !
    Lors de son intervention radiophonique, il a clairement exprimé le désir de quitter la scène politique et de se consacrer à l’associatif. Etant donné son expérience désastreuse en Macronie, il est peu probable qu’il revienne sur ce souhait. Tant mieux, car ce ne serait qu’un micro parti de plus. A force de fragmentation, l’arbre écologiste va finir en pellets dans la chaudière climatique.
    Avant penser à un énième mouvement politique, participons déjà aux initiatives de terrain : marchons pour la forêt avec les agents ONF ce mois-ci et le suivant, portons le coquelicot des 100… Il y a tant et tant à faire.

    • Le mouvement que je propose n’est pas un parti politique c’est un mouvement citoyen qui utilise les 3 outils pour transformer la société
      1 le bulletin de vote aux deux niveaux les plus pertinents pour les écolos grâce à la proportionnelle
      * les municipales pour changer la vie quotidienne des gens
      * les européennes car l’Europe décide de toutes les règles qui régissent les rapports économiques et la politique agricole commune.
      Les autres échelons sont laissés aux partis dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.
      2 le porte-monnaie : quand je fais mes courses au marché bio ce n’est pas le même modèle économique que dans une grande surface.
      3 la souris qui permet d’interpeller les décideurs économiques et politiques.
      A ces trois niveaux, je trouve que nous sommes trop dispersés et qu’il convient d’imaginer ensemble une structure qui concilie la biodiversité des organisations auxquelles nous sommes attachés et l’efficacité d’une appellation commune qui permette de toucher le grand public au lieu de prêcher des convaincus qui perdent de l’énergie à ergoter sur la “pureté supposée” de tel ou tel.
      Plutôt que de courir derrière des initiatives aussi sympathiques que le coquelicot qui rajoute encore une initiative à ce qui existe déjà je préfère essayer d’oeuvrer à ce qui pourrait ressembler à un remake de la défunte “alliance pour la planète” expurgée de tout porte-parolat pour essayer d’éviter les querelles d’égos ou de chapelles.

      A suivre
      Alain

      • Bonjour Alain !
        Accepte mes excuses car j’ai lu ton texte d’un œil seulement (à 5 heures du mat !) 😉
        Cependant, reconnais-le, ce texte est ardu, même en journée…Ou disons qu’ il est d’un niveau un peu trop élevé pour moi…
        Il ne s’agit pas en effet d’un énièrme micro parti, mais d’une liste qui rassemble, avec des primaires ouvertes à tous les gens de bonne volonté écologique, primaires et mouvement sous l’égide (non pas sous l’autorité ) de Nicolas Hulot. L’ai-je bien comprendu cette fois ?
        Auquel cas ma réponse est : why not ?
        Si les Mélenchon, Hamon, Jadot et tous ceux qui disent avoir une conscience écologique ont réellement pris la mesure de la catastrophe vers laquelle nous filons, peut-être accepteront-ils de travailler ensemble et de se soumettre à des primaires communes ? Allons Messieurs, il n’est plus l’heure d’égoter !
        En plus des enjeux écologiques et des échéances européennes et municipales, nous avons besoin d’une opposition nationale forte pour contrer un pouvoir présidentiel qui devient dictatorial et envahissant (cf. la fausse élection/véritable nomination au perchoir de l’Assemblée du champion de l’Elysée + le choix orienté du proc de Paris + les médias à la botte + l’affaire Benloulou…).
        Quand un Président se prend pour la Queen of England et vend des mugs à sa binette, en oubliant qu’il n’est qu’un locataire du palais et un serviteur de l’Etat en CDD, je m’inquiète, je m’inquiète ! Pas vous ?
        Alors oui : écologistes de tous les partis, unissez-vous !
        L’écologie, la démocratie, le social relèvent du même combat.
        Amitiés,
        Francine

        • Le 21/09/18 à 08:09, Francine Praud a écrit :
          > Accepte mes excuses car j’ai lu ton texte d’un œil seulement (à 5 heures du mat !) 😉
          Pas de problème : les critiques constructives font avancer le débat
          > Cependant, reconnais-le, ce texte est ardu, même en journée…Ou disons qu’ il est d’un niveau un peu trop élevé pour moi…
          mais non ;o)

          > Il ne s’agit pas en effet d’un énièrme micro parti, mais d’une liste qui rassemble, avec des primaires ouvertes à tous les gens de bonne volonté écologique, primaires et mouvement sous l’égide (non pas sous l’autorité ) de Nicolas Hulot. L’ai-je bien comprendu cette fois ?
          > Auquel cas ma réponse est : why not ?
          > Si les Mélenchon, Hamon, Jadot et tous ceux qui disent avoir une conscience écologique ont réellement pris la mesure de la catastrophe vers laquelle nous filons, peut-être accepteront-ils de travailler ensemble et de se soumettre à des primaires communes ? Allons Messieurs, il n’est plus l’heure d’égoter !
          Tu as très bien compris un tiers de ma proposition si ce n’est que ma proposition s’adresse aussi aux Borloo, Lepage, Cohn Bendit, Batho … tous ceux qui veulent mettre l’écologie au coeur de la politique quel qu’ait été leur parcours. Quand le bateau coule, il n’est plus temps de savoir d’où viennent les gens qui veulent bien écoper.

          Pour le reste ma proposition s’adresse aussi à tous les acteurs économiques engagés dans une forme ou une autre de transition écologique solidaire à qui il faut que nous réservions nos achats et à tous les acteurs associatifs pour relancer une nouvelle “alliance pour la planète” dont les campagnes se décident au consensus et qui exclut toute fonction de porte parolat individuel pour éviter là aussi les querelles d’égo et de clochers qui ont tué la première.

          Je suis conscient que cela fait beaucoup mais si on ne demande pas l’impossible, on n’y arrivera pas.

          Bises

          Alain

          • Bonjour,
            Boudiou!
            Oui Alain c’est quand même un peu complexe comme problématiques !!!
            Les primaires me questionnent, que garantissent t’elles , pas grand chose finalement.
            regardons les primaires socialistes de 2017, elle ont eu un effet plutôt délétère ! n’ont rien résolu quant aux engagements/alliance. Hamon a continué . . . tout seul. Le résultat nous le connaissons (les personnes politiques sont comme ça aujourd’hui, et pas sûr du tout que Mélenchon détienne le record – histoire de visible , d’invisible, et de médias)
            J’ai été appelé à Strasbourg (université d’été EELV) et pour la fondation pour l’écologie politique. J’ai vu des gens formidables.
            Ensuite je suis allé sur MArseille (idem mais France Insoumise) et idem j’ai vu des gens formidables !
            Mais ça n’était pas parseil, à Marseille j’ai vu une vrai machine politique pour gagner des points, une masse impressionnante d’énergie. Alors a quoi bon une finale Hulot/Mélenchon, parce que c’est bien cela qu’il faudrait envisager. Pour moi ça ne peut-être que mauvais pour l’écologie, avec les médias qui vont encore rajouter des interprétations abusives, des clivages au mauvais endroits etc…
            Vous voyez le tableau ? vous voyez mon doute ?
            Ne serait-il pas beaucoup plus noble d’ arriver à une fraternité sans cela. et de les y convier pourquoi pas brusquement.
            Oui il faut dégager ces personnes de leur propre égo, ne garder que le meilleur d’elles mêmes ! leur profondeurs ! leurs conjugaisons devraient être puissante.
            A noter aussi : La France insoumise travaille déjà avec Podemos en Espagne, Bloco de Izquierda au Portugal, idem au Danemark et je ne sais ou encore. Oui la France Insoumise n’attends pas, elle veut avancer et nous sommes tellement nombreux à attendre
            un basculement.
            Pour ces raisons Mélenchon ne pourrait probablement même pas aller participer à des primaires, c’est déjà trop tard. Je pense que la seule solution c’est à terme un ralliement (ni trop tôt, ni trop tard).
            Par contre nous pouvons avoir un grand débat, de la même “force” d’image que pour une primaire, un débat qui serait bien plus constructifs sans quête de pouvoir au bout, pour évaluer les parts communes et les parts distinctes, savoir si les incompatibilités sont nettes et importantes ou au contraire clairement identifiées et si mince que l’unification, la coalition deviendrait une évidence.
            Voilà mes zones de doutes, voilà mes zones d’espérances ! peut-être que c’est déjà en train de se passer ? Mais nous ne le savons pas ,( si quelqu’un a des infos ?). Cette histoire doit se dérouler comme une série à suspense, l’écologie doit rester visible jusqu’au scrutin, ça doit couvrir la dualité fabriquée Le Pen/ Macron.
            Il faut en tenir compte aussi !

            Bien à vous toutes et tous !!!

          • Cohn Bendit ! Allons donc ! Pour accélérer le naufrage ? Pour qu’on souffre moins longtemps. C’est sympa.
            Je ne comprends pas très bien ton projet Alain. De quelle utilité serait Delphine Batho qui dit à Reporterre :”« Je souhaite sortir l’écologie politique de sa marginalisation. Je pense qu’il faut maintenant choisir une ligne d’autonomie pour en faire une force politique centrale, hégémonique dans la vie politique française. » je ne trouve pas cela très convaincant ni très clair. Borloo, je ne savais pas qu’il était très écolo. Il y a en France des tas de gens beaucoup plus engagés en matière d’écologie, je pense à tous les militants et présidents d’associations comme la LPO, FNE, Les divers comités écologiques qui diffusent de l’info, paient des procès et se démènent comme tu le fais aussi, alors pourquoi nous faut-il des têtes d’affiches déjà passablement usées d’être vues et revues alors que d’autres personnes peu connues mais aux CV très fournis et aux actions de terrain vérifiables par tous, auraient vite fait de prouver leurs compétences et sauraient convaincre les foules bien plus sûrement que des cohn bendit ou autres bonimenteurs. Personne n’en veut plus de ça. C’est quand même clair. À la limite Hulot serait un peu plus suivi car pour beaucoup il s’est racheté mais il ne rassemblerait pas tant que ça. Tout le monde n’a pas oublié Ushaïa et les sponsors qui allaient avec. Aujourd’hui il faut des gens CRÉDIBLES. C’est pour ça que beaucoup ont baissé les bras -qui s’intéressaient à l’écologie, et qui ont peut-être voté pour les verts un temps-, et les autres, ceux qui savent vaguement que les pbs existent mais qui ne bougent pas pour autant et qui restent sur l’expectative, genre on verra bien, tous ceux-là sont intimement convaincus que tout se vaut à partir du moment où les ‘leaders’ ont visiblement des ambitions politiques. N’oublie pas les 60% d’abstention et hélas, sans jouer les Cassandre, la prochaine fois ce sera pire. C’est pas le bon chemin les têtes d’affiche tirées du chapeau selon moi.
            La FI à travers JLM avait élaboré un programme très sérieux, chiffré et réaliste (ceux qui l’ont lu le savent) en matière d’écologie, il a été empêché de partout et même par Hamont qui prétend mener un combat écologique ! Pourtant il aurait pu être aidé par ses pairs.. il était près du but ! Et ben non. Même JLM ne fera plus les scores qu’il a fait ! (surtout depuis qu’il prétend causer d’égal à égal dans les soirées avec le banquier au pouvoir). Il y a un désinvestissement par rapport aux grands mouvement politiques, qui n’est pas forcément négatif et qui peut ouvrir sur des investissements citoyens, des actions plus reliées au réel et au local. Et ça peut aller très vite quand même.

        • Bonjour,
          J’ai tendance à être de l’avis d’Olivier Lanoë. Surtout parce que Melenchon n’ira pas aux primaires, il n’y est pas allé lors des primaires PS, et ça à coupé l’électorat humaniste en deux et le PS a fini d’exploser le reste, il n’ira pas plus cette fois-ci. J’ai déjà voté pour Chirac une fois pour faire barrage au FN et ça m’a fait mal, ça me fera moins mal de voter Mélenchon ou les listes FI pour les Européennes (y’a Ruffin quand même…). Même si je ne pense pas que du bien de la manière de faire de Mélenchon, mais c’est pour la bonne cause, et moins mauvais que ce qu’on a là.
          Pour l’écologie et mes (nos) enfants.
          “Aux Armes Citoyens”.

          • Oui, si l’on vote, autant voter pour une liste qui a une chance de sortir un peu, mais je ne me suis pas encore informée sur ces élections européennes. C’est sûr que la FI a plus de chances que d’autres si l’on considère ces derniers scores. Mais elle fait peur au pouvoir donc les médias la relégueront sous un drapeau politique et expliqueront qu’à présent il faut de l’écologie en priorité et donc un partie ou mot ‘écologie’ figure..! Le message est quasi déjà passé.. puisqu’on n’a jamais tant vu de gens s’intéresser à l’écologie que depuis le démission de NH. On oubliera que la FI a un programme écolo qui n’a rien à envier aux autres mouvements écolos, on l’enterrera comme ils savent le faire et on élira un mouvement où il y aura ‘écologie’ dans le titre de préférence libéral, très soft, à peine verdâtres qui ne remettrons pas trop de choses en question qui ne feront pas d’écologie sociale surtout.. et voilà ! Comme d’hab ! Je suis désolée mais il semble que rien ne pourra se faire par les urnes tant que la télé aura la parole. Les gens ne me semblent pas assez conscients de cela et se laissent régulièrement avoir.

  27. Entièrement d’accord sur l’expression de cette initiative. Seule la personnalité de NH qui allie intégrité morale et expériences en tout domaine, force de caractère et humilité , rigueur et bienveillance, pédagogie et grande intelligence sur la compréhension des problèmes, est capable d’incarner cette responsabilité. Mon doute vient plus du comportement de certains dits “écolos” dont l’ego hypertrophié a réussi à discréditer tout le mouvement écologiste. Ceux dont je parle seront-ils capables de faire leur mea culpa et d’être les premiers à dire à NH, OK nous ne faisons qu’un seul corps et tu es la tête. L’image est explicite et chacun qui souffre ou a souffert dans son corps peut se rendre compte de l’importance de chaque partie dans son intégralité à condition qu’elle soit reliée au tout. Merci Alain de ce dévouement sans faille aux causes les plus justes.

    • Ok sur toute la ligne,
      Etre entier dans ses comportement individuel est une chose qui sonne positivement. Mais collectivement l’espace n’est plus le même.
      Le risque d’ostracisation, n’est pas loin, le communautarisme politique non plus, oui même en écologie cela peut exister !
      Nous ne sommes pas si différent que ça, et puis cette différence génère des conflits, pas des conflits constructifs, mais des conflits stériles qui font surtout perdre beaucoup de temps alors qu’il y a urgence. Tout ceci pour avoir utilisé un mot a la place d’un autre tellement plus porteur. Ce mot “diversité” transforme tout d’un coup le précédent en ressource humaine, en richesse politique.
      Notre problème est là, le culte de la concurrence préfère différence (il permet de sectoriser, de découper, de chiffrer, de mieux “exploiter”, de mieux communiquer vers des cibles définies, classées etc). Quant au culte de la solidarité, il préfère l’autre mot, diversité (il permet de respecter les dignité, de considérer l humain comme une richesse, non comme un objet catalogué, de faire commun- et non communautarisme ! il permet de voir toutes les parties sans dissimuler, il permet l’intelligence collective, il permet LA POLITIQUE et LA DEMOCRATIE.
      Voilà pourquoi je l’ai déjà dit sur ce blog il faut reprendre tout à la racine de notre citoyenneté pour la hisser à la hauteur des enjeux de ce siècle.
      Un référentiel ultra abouti (et récent, après 20 ans de travail): La déclaration de Fribourg sur les droits culturels
      Un outils pour les citoyens, pour créer des espace locaux d’indépendance, tout en travaillant en réseau, des espaces de germination et de liberté d’agir, de pouvoir d’agir.
      Vous connaissez les AMAP pour la nourriture de nos corps, les AMACCA sont pour la nourriture de nos esprits. Il faut les deux pour la force créative d’une autre civilisation.
      A quoi bon réinventer le fil à couper le beurre s’il existe déjà.
      Nous ne sommes pas démunis, d’autres choses sont en gestation, ça va venir. Créer c’est résister, la lutte est indispensable, oui la guerre nous est déclarée (depuis longtemps), mais créer a une force supérieure à la lutte, alors que c’est encore le point de fragilité.
      Si les communs (je veux dire l’économie des communs) apparaissent comme un boulevard de transformation, encore faut-il etre plus fort pour ne pas être pris en défaut de capacité collective. Vous avez vu et entendu Aurélien Barreau, nous devons tous prendre la parole, harceler les appareils.
      allez courage ! et puis allez voir du côté des AMACCA, un tour de France se prépare (avec probablement un crowdfunding sur zeste dans quelques semaines, s’il peuvent configurer comme nous le souhaitons) Créer une pluralité de contre pouvoirs qui s’additionneront, faire déborder la diversité, une diversité fondée sur des libertés instruites (cf décla Fribourg).
      Et par pitié, ne jugeons pas trop vite les uns et les autres, agissons ensemble – désolé pour la longueur de ce message !!!

    • Pour en savoir plus sur les AMACCA
      allez voir sur le site http://www.amacca.org puis dans le menu “outils” téléchargez “Dossier AMACCA 2018” (un vision globale vite lue en quelques pages, c’est sobre et assez clair je l’espère). Il suffit d’une personne sur un territoire pour mettre l’étincelle. Tout est prévu (dix ans de préparation !) même la formation de facilitateurs pour des grappes d’AMACCA.

      Nous avons surtout besoin quelque soit le berger d’être un peu plus que des moutons ! même le citoyen classique ne suffit plus, tant l’adversité est musclée, c’est une “turbo-citoyenneté” que nous devons chacun équiper de nouveaux outils qui nous manque (les différentes formes de gouvernance, l’intelligence collective, la confiance, le courage, la persévérance. .
      la formation politique permanente (comme tous les droits culturels d’aillleurs))
      Même dans les partis politiques, ces outils ne sont pas toujours considéré ou connus. Je viens d’écouter l’interviw d’Isabelle ATTARD sur cette excellente plateforme, thinkerview. Ex députée, elle est directe, je suis complètement d’accord avec elle, c’est a dire que finalement il faut reprendre tout à zéro ou presque, localement, qu’il ya peu a espérer au delà.
      Concernant l’Europe, un atelier lors des universités de FI à Marseille, y a été consacré (visible sur internet) c’est très clair, il ne faut pas croire au père Noël. Tenter de tout changer, les traités, le fonctionnement des différents organes. . .oui il faut tenter sinon aucun intérêts. Tout de même, c’est pas gagné !
      Alors appuyer sur la touche “init” au milieu du front de la citoyenneté me semble essentiel , un chemin ou nous avons tout a gagner de toute les façons. Le résultat n’est pas pour demain, raison de plus pour s’y mettre, un travail de fourmis à démultiplier. Pourquoi la politique c’est devenu “eux” ? non ! la politique c’est d’abord “nous” ! Pour réussir l’homme a besoin d’y croire (comme en sport)
      En plus les partis nous divisent au mauvais endroit si l’on considère les résultats de l’étude sociologique dite “des créatifs culturels” (créateurs de nouvelles cultures, nouvelles façons de vivre) les photos des divers groupes ne correspondent pas. Ca date un peu mais cela annonçait parfaitement les difficultés actuelles (en terme de compatibilité) et aussi la question de la piètre représentativité politique des réalités de terrain.
      Donc j’y reviens : la base c’est nous, mais le nous est faible car il ne songe pas assez à se jardiner lui-même ! il faut s’y mettre et c’est le sens du projet AMACCA. Avec de bon outils rien n’est insurmontable, et puis ça sent le roussis, ça devrais nous stimuler non ? !
      Le local, le local ! et dans ce sens, oui pour les municipales.
      Bien à vous tous.

  28. Olivier,

    Le problème c’est que je parle des européennes et des municipales donc des scrutins à la proportionnelle et tu me parles présidentielle scrutin uninominal.

    Dans un scrutin proportionnel, un seul tour suffit et les listes sont composées automatiquement.

    Le principe c’est de regrouper pour peser au niveau souhaité : ensuite la liste constituée à la proportionnelle se met d’accord sur ce qu’elle propose pour la durée du mandat. En dehors de ce contrat entre les participants et vis à vis des électeurs, et vis à vis des autres aspect du mouvement ( économique et associatif) chacun vit sa vie (qui dans son parti aux autres élections, qui dans son association, qui dans sa structure économique) .
    A suivre

    Alain

  29. Et comment changer la carte logiciel de ce putain de modèle économique ? Il y a quelques années ceux qui parlaient de décroissance étaient vues comme des fous et aujourd’hui c’est une réalité !
    On ne peut pas faire de l’écologie durablement sans s’attaquer au modèle économique de ce vaste monde et c’est une mission presque impossible !
    Alors oui je pense qu’il nous faudrait nous rassembler derrière quelqu’un même si la France insoumise a été le seul mouvement politique à avoir intégré l’écologie au centre de son programme aux dernières élections.
    Mais quid des autres pays ? Le travail est tellement énorme face à ces monstres

    • Pour changer commencer à changer de modèle économique, nous n’avons pas le choix. Nous sommes confrontés aux diverses multinationales aux ressources énormes, qui possèdent la plus part des médias qui peuvent influencer un maximum de personnes qui par la désinformation et l’ignorance vont se tourner vers le populisme et corrompre tous les ambitieux de la politique et ambitieux tout court. La seule solution est de nous rassembler, manifestement ce n’est pas facile, il y a trop de courants, trop d’idées, trop d’individualités. L’urgence de la situation doit nous obliger à nous rassembler autour d’idées simples, en laissant, pour l’instant, nos petites différences de côté. La seule arme que nous ayons, encore, c’est les urnes (à moins, qu’on soit suffisamment à vouloir se battre). Donc la seule solution c’est de se rassembler derrière un parti. Il nous faut adopter la même stratégie qu’ont utilisé les partis de droite pour, soi-disant, empêcher le FN de gouverner, sauf que nous c’est pour empêcher le libéralisme de tuer tout ce qui n’est pas rentable à leurs yeux et accaparer le reste.
      Donc union, union et on discutera après… Et plus j’y pense, le seul parti que je vois pouvoir tenir ce rôle c’est La France Insoumise. N Hulot , tout comptes faits, ne veut pas y aller et de toute façon il aime bien Manu.
      Alors “Aux Armes Citoyens”.

      • J’oublie de préciser que tous les partis de gauche (car c’est bien de ça qu’il s’agit, bien qu’on essaye de nous faire croire que ça ne marche plus comme cela, philosophiquement il n’y a pas de troisième voie) , le Front de gauche, B Hamon etc. etc. ont tous dit, à un moment ou un autre qu’ils étaient prêts à se rallier.

  30. Bonjour,
    Le travail est énorme, mais nous sommes des millions, des milliards, nous n’avons pas les milliards, certes, mais nous avons des savoirs à faire circuler, les tiroirs en sont pleins. Certains tuyaux sont volontairement bouchés (risque d’AVC majeur, accidents vasculaires culturels !). Nous avons aussi des technologies, en l’état, très puissantes.
    Nous avons aussi effectivement un troisième paradigme économique, totalement inexploré, balbutiant, qui corresponds parfaitement aux besoins politiques actuels (celui de rebattre les cartes) ce paradigme “au delà de l’états, au delà du marchés” c’est l’économie des communs. Nous n’en avons pas la culture ! il faut prendre le temps de l’apprivoiser, de continuer à expérimenter et surtout maintenant de changer d’échelle, pour etre plus visible. Le temps est venu de s’en emparer collectivement, et peu a peu devenir de plus en plus citoyen-commoner et de moins en moins citoyens-consommateur (sans compter que le consommateur à souvent pris le pouvoir sur le citoyen !!!)
    Oui c’est un travail de fourmis, oui c’est à nous de le faire, personne d’autre ne nous y invitera. Mais nous sommes beaucoup de fourmis !!! et cette économie là a seulement besoin de nous !
    Créons toute sortes de communautés économiques, imbriquées, reliées, par exemple par une éthique qui pourrait s’appuyer sur la déclaration de Fribourg sur les droits culturels afin de protéger la paix entre ces collectifs et au sein de ces collectifs tout en respectant la dignité des personnes.
    Tout n’est pas perdu mais il faut prendre une direction et avancer vite maintenant. Ne croyons pas que nous avons le choix, nous avons trop attendu pour cela. Outre passons les habitudes, réhabilitons notre capacité à créer aussi subversive soit-elle. Quand le système est malade, nous devons convoquer la subversion comme un soin, un redressement pour un monde bien trop tordu.
    Cordialement à tous.

  31. Bonjour d’Allemagne,
    Je crois que le gros problème actuel, c’est que dans tout ce tas de politicards, autant ici qu’en France, il n’y en a pas un qui a pigé que l’urgence écologique est une priorité à caser dans leurs programmes, en tout début. Et ils font tous comme la solution était de mettre des cautères sur une jambe de bois. Tant qu’ils n’auront pas établie ces priorités, je vois mal comment changer de cap, si ce n’est pas le bas, par nous et notre engagement. Désobéir, comme dit Julien Bayou 😉

    • Je comprends toutes les récriminations, les regrets, les colères contre nos gouvernants. mais pouvons-nous nous contenter de ce constat d’échec de l’absence de politiques environnementales en général et plus précisément celle capable d’endiguer au moins, de’enrayer au plus le mécanisme du réchauffement climatique ?
      Si nous ne voulons pas nous condamner à ruminer cet échec collectif, il faut alors engager nous-mêmes cette action collective en affrontant le suffrage universel non pas en rejoignant un parti politique actuel mais en constituant nous mêmes ce regroupement de citoyennes et de citoyens, toutes et tous d’accord pour porter un projet politique fort pour changer de modèle de société. Avant de rechercher une tête d’affiche, comme Nicolas Hulot, n’est-ce pas plutôt à nous d’organiser des états généraux de l’environnement dans le but de forger ce programme ?
      La seule issue possible pour sortir du réchauffement climatique, c’est nous toutes et tous qui la tracerons. Il faut compter sur ses propres forces, les mettre en mouvement, plutôt que de pester seul dans on coin.
      Cordialement vôtre.

  32. L’écologie c’est une culture, principalement scientifique, mais pas que, c’est aussi une sensibilité humaniste.
    alors oui c’est ça créons une force culturelle indépendante des partis, jusque là je suis complétement ok.
    mais il y a des préalables car nous sommes loin de vivre dans une démocratie culturelle et la pensée unique sait très bien quoi faire pour laisser exister les innovations tout en les marginalisant d’un oeil très vigilant afin de les cantonner dans la non-efficience politique !!! La meilleure façon de laisser les énergies transformatrices s’épuiser d’elles mêmes, sans conflit, sans éclat, sans visibilité.
    D’abord , créer des outils, des leviers, des protections, des propulseurs, toutes sortes de lieux, d’objets, d’organisations que “le système” a détricoté avec méthode. Nos droits culturels (au nombre de huit) ne peuvent se gagner par magie, c’est notre chantier prioritaire, que “les partis de gauche” aille voir de ce côté là précisément, s’il veulent se déployer en profondeur aussi, pour être indéracinable. FI va peut-être y arriver, c’est la mieux placée, même si elle n’y est pas encore.

  33. Si seulement les écologistes étaient capables de s’entendre… et de former un front solide, authentique, fiable, crédible…
    Nous en sommes encore loin.

    • Avec des ‘si’.. on en ferait des choses !
      Le problème c’est que tout le monde ou quasi se dit écologiste ! J’en connaît qui boivent du lait UHT de Inter et qui se disent écolo, d’autres qui pensent que le nucléaire est une énergie propre et se trouvent aussi tout à fait écologistes, d’autres qui me disent que je ne suis pas franchement écolo parce que je n’ai pas de toilettes sèches, etc. Et si il faut Macron se trouve écologiste par rapport à Trump..
      Il faudrait peut-être commencer par une définition de terme. Ou du moins cerner de manière précise les critères de l’écologie. Ou déterminer au moins une ou deux mesures écologiques urgentes. Viendraient donc en premier les mesures à prendre contre le réchauffement climatique.
      Alors par quoi commencer ?
      – Interdire la clim ?
      – Remplacer les diesels par des voitures électriques dont les batteries seraient rechargeables au nucléaire ?
      – Arrêter les processus miniers en cours et en projet ?
      – Tripler le prix du billet d’avion ?
      – Limiter l’envoi de messages électroniques ?
      – Cesser les monocultures céréalières dont l’arrosage est ruineux ?
      – Ne plus accorder de permis de bétonner les terres arables ?
      – Supprimer le fret camion et le remplacer par le rail ?
      Allez ! Il faut trouver des actions conséquentes contre le réchauffement climatique, les lister, demander que les français au moins se prononcent par référendum, par exemple, obtenir un référendum, sans être pour autant assuré.es du résultat.
      Alors commençons, chacun d’entre nous qui écrivons sur cette page, par poser une ou deux actions supplémentaires à ce que nous faisons d’habitude. Je vais pour ma part après des années d’hésitation pour cause de budget, choisir Énercoop comme distributeur d’électricité. Et marcher encore un peu plus souvent à pied. Là je suis sûre que la mesure sera appliquée rapidement. (Dès que mon chèque énergie prendra fin, bientôt), et dès demain pour la marche..
      Que faut-il faire d’autre ? Créer un mouvement pour appliquer les choix faits par référendum en les portant à l’Europe. Pourquoi pas ? On peut toujours. Ah oui il faut trouver un représentant. C’est le premier pas qui coûte on dit ! Et qui est le plus difficile. Comment calcule t-on le PPCM déjà ? (Le plus petit dénominateur commun) ?
      La FI ne peut rien faire, elle n’a pas le pouvoir, Hulot voudra t-il se charger d’organiser un mouvement citoyen d’envergure ? Ça va tirer de tous les côtés..genre ‘non c’est moi le premier’ Et pourtant ils disent tous qu’il y a urgence.
      Et c’est en prévision de ça que je maintiens qu’on ne peut pas compter sur eux !! Mais que sur nous ! Vous le constatez tous les jours non ? C’est nous qui ferons ce changement si l’on veut qu’il soit fait. Il vaudra mieux une petite goutte d’eau tous les jours par nous tous, qu’un grand saut plein dans 10 ans.. Continuons de signer les pétitions et de descendre dans la rue manifester pour la paix, pour le climat, pour George Ibrahim Abdallah et pour tout ce qu’on voudra mais agissons pour ne pas sombrer dans un désespoir inutile. D’ailleurs demain je vais distribuer des tracts anti Linky. À pieds (((°_°))) 😉

  34. Oui Andrée, tu as raison.
    Et signons la pétition de Fabrice Nicolino, faisons-la circuler et réunissons-nous pour attirer l’attention (et leur casser le pieds et leur signaler qu’on veut un changement de cap !). D’ailleurs je suis en train de me demander comment le faire ici en Allemagne.
    Organisez des manifs : cette semaine en Bavière, il y avait une manif de solidarité pour la forêt de Hambach qui doit être déboisée pour faire place à l’extraction du charbon (elle est déjà ratiboisée en grande partie et ce qui reste devrait être victime des tronçonneuses d’ici peu, les derniers occupants des cabanes dans les arberes ont été expulsés, tout ceci malgré la mort d’un jeune journaliste, c’est dégueulasse) aujourd’hui contre la surveillance vidéo, la peur, l’exclusion des migrants, vendredi on remet les signatures du référendum sur la biodiversité (+ de 100 000 !) et samedi on remet ça pour une agriculture basée sur des petites structures familiales, respectueuse du vivant, pour l’abandon d’un projet d’agrandissement de l’aéroport, pour l’arrêt du béton qui nous bouffe la nature, etc tandis que la mobilisation se forme pour aller manifester à Hambach également le 6.
    Bougeons-nous et n’oublions pas tout ce que nous pouvons faire en commençant par balayer devant notre porte.
    Ici, un grand merci à Fabrice Nicolino pour son engagement, ses bouquins formidables !
    Et le petit bouquin de Julien Bayou est à lire aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *