Refuser d’être un tiers à l’agriculture

Grâce à ses nombreuses ressources naturelles, le pays de Brest aurait dû être à l’avant-garde des transitions écologique et économique. Or le document de révision du SCoT du pays de Brest utilise encore les vieux schémas et les vieilles idées non-adaptés à notre territoire.
Eau et Rivières a émis à un avis défavorable et remis un rapport …. L’association qui déplore, comme souvent, le caractère très confidentiel de la forme de consultation du publique dont la communication est minimaliste (Pas de présentation publique, pas d’article de presse, pas de reportage TV,…),
https://www.eau-et-rivieres.org/scot-pays-de-brest-refuser-dêtre-un-tiers-à-lagriculture-04072018

Nous tenons à remercier le groupe de Brest d’Eau et Rivières de cette expression publique.

Mais si au lieu de se plaindre le dernier jour de la consultation ouverte au public, nous nous donnions collectivement les moyens de pallier le caractère confidentiel d’un consultation en en faisant la publicité et en se donnant les moyens de proposer aux citoyens par une cyberaction de s’associer à une argumentation bien construite et d’interpeller les commissaires enquêteurs pour changer leur vision des choses.

N’est-ce pas aussi un vieux schéma de considérer que parce qu’on est une association agréée, cela suffit pour convaincre des commissaires enquêteurs sur le bien-fondé d’une argumentation et d’attendre le dernier jour pour se plaindre du caractère minimaliste d’une communication.

Nous sommes pour la défense de la biodiversité y compris au plan associatif mais ne faudrait-il pas, si nous voulons réellement toucher le grand public et en particulier les nouvelles générations et peser dans le rapport de forces en faveur d’une Transition Ecologique Solidaire, que nous nous donnions les moyens d’une communication commune utilisant les spécificités de chacun des acteurs que nous sommes.

Depuis bientôt 20 ans nous avons construit un outil à la disposition du tissu associatif pour mener des campagnes d’opinion complémentaires des actions que les uns et les autres mènent sur le terrain parce que nous croyons que nos souris ont du pouvoir.

Nous croyons aussi que notre porte-monnaie a du pouvoir et que selon la façon dont nous dépensons notre argent nous induisons une vision de l’économie et donc de la société. Au travers du projet Transacteurs nous voulons construire un rapport de forces par une économie circulaire basée sur le principe gagnant-gagnant regroupant sur un territoire des acteurs associatifs désireux de se donner les moyens d’une animation commune au service de chaque association, des acteurs économiques engagés dans la Transition en matière d’agriculture, d’alimentation, d’énergie, de préservation des ressources, d’activités touristiques etc…. et des consom’@cteurs que nous sommes tous.

Une cotisation de 10 euros (récupérables en éteignant sa box toutes les nuits de l’année) ouvrant le droit  pendant les 10 jours de la semaine européenne de Réduction des Déchets à 10% de remises chez tous les acteurs économiques engagés permettant de financer un emploi d’un animateur du territoire chargé de faire circuler toutes les infos des associations impliquées dans ce réseau, de mettre sur pied des éco-foires, des soirées cinémas ou des spectacles à thèmes, des soirées débat, des campagnes d’affichages régionales, l’organisation de cars pour des manifs régionales etc….

Sur la Cornouaille Biocoop Quimper revendique 9000 coopérateurs : si nous parvenons à convaincre déjà un sur deux cela fait de quoi financer un poste. pareil sur le pays de Brest, le pays de Morlaix ou le Centre Bretagne.

Autant de personnes mobilisables quand il y a un message à faire passer lors d’une enquête publique.

Et si pour la prochaine Semaine Européenne, nous nous donnions les moyens de faire connaitre tous les endroits où il est possible de trouver des produits bio sur chacun de nos pays.

Nous sommes prêts fournir un poste de travail et une partie de financement d’un poste à des partenaires qui voudraient s’impliquer dans ce projet à construire collectivement.

Vos contributions à ce débat sont les bienvenues.
Alain Uguen
Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *