Sauvons la Roya : Balance ton Poids Lourd

Depuis 2017, les habitants de la Vallée de la Roya excédés du mépris manifesté à leur égard, ont décidé de ne plus supporter les graves atteintes à leur environnement, à leur santé, à leur cadre de vie et à leur sécurité, découlant du passage de camions lourds dans leurs villages les les 5 maires, toutes étiquettes politiques confondues, ont cosigné un arrêté municipal commun interdisant le transit dans leurs agglomérations, des poids lourds de plus de 19 tonnes de port en lourd .

Le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes a complété par un arrêté interdisant le transit hors agglomération. Du col de Tende à Fanghetto, la RD6204 leur est désormais interdite. Les transporteurs italiens bénéficient d’une alternative beaucoup plus pratique qui est l’autoroute Cuneo-Fossano-Savona-Ventimiglia et pour les transports lourds, la voie ferrée Cuneo-Breil-Ventimiglia. Or ces arrêtés ne sont pas respectés par les transporteurs qui profitent de la nuit pour passer en fraude et les forces de l’ordre n’interviennent que très peu.

Nous vous demandons donc d’intimer l’ordre aux forces publiques dépendant de l’Etat de faire respecter les arrêtés municipal et départemental, et notamment au checkpoint de la frontière à Fanghetto où tous ces camions passent impunément sans que les forces de l’ordre présentent 24h sur 24 ne réagissent.

Roya Expansion Nature et Sauvons la Roya.

Argumentaire

La vallée de la Roya est un bout du sud-est de la France de 450km2, composé de 5 communes, traversé par la RD6204 qui est aussi l’itinéraire européen E74. Cette route touristique relie deux agglomérations italiennes, raccordées au réseau autoroutier italien, distantes d’une centaine de km, celle de Cuneo au nord et celle de Vintimille au sud où la Roya se jette dans la Mer Méditerranée. Entre les deux se dresse, au nord de Tende, la fin de la chaîne alpine, obstacle imposant avec des sommets dépassant 2500m voire 3000m et un seul point bas, le Col de Tende à 1900m d’altitude. A la fin du XIXè siècle, quand la Haute-Roya était italienne, deux tunnels ont été construits, le tunnel routier de 3200m de long à 1370m d’altitude, accessible par une route en lacets et le tunnel ferroviaire de 8100m de long à 1000m d’altitude.

Le tunnel ferroviaire joue un rôle mineur car la voie ferrée rétablie dans la vallée de la Roya en 1979 après avoir été dévastée pendant la 2ème guerre mondiale est à nouveau en mauvais état faute d’entretien régulier suffisant et assure donc peu de trafic faute d’ambition et d’investissements. Des risques de fermeture sont régulièrement évoqués au titre de « mesures d’économie ».

La route a été construite par les ducs de Savoie, futurs rois d’Italie, à partir du 17è siècle pour des diligences et des charrettes à partir d’une ancienne piste caravanière apportant à dos de mulet le sel provençal en Piémont. Depuis elle n’a connu pendant longtemps que le minimum d’investissements et d’entretien. Puis depuis une trentaine d’années, sous l’emprise de lobbys économiques italiens privilégiant le transport par camion sur une route gratuite plutôt que sur des autoroutes payantes, des travaux ont été faits sur certains tronçons en Italie (tunnels des gorges d’Airole et aménagement du tronçon nord entre Cuneo et Limone) et en France (tunnels des gorges de Saorge et rectification de la route d’accès au tunnel du col de Tende)

Devant l’augmentation du gabarit des camions, le tunnel du Col de Tende, trop étroit a vu la circulation règlementée et un alternat par feux mis en place. Cela n’a pas beaucoup dissuadé le passage des camions. Ceux-ci-traversent ensuite les villages de Vievola, Tende, Saint-Dalmas, Fontan, Breil, Piène-Basse,, puis en Italie, Fanghetto, San Michele puis Trucco avant d’arriver à Bevera à la bretelle donnant accès à l’autoroute côtière. Dans les villages français, la route n’est pas adaptée à un trafic lourd, du fait de sa sinuosité, de son étroitesse, des nuisances (dont le bruit) et du danger pour les riverains. Des dispositifs ralentisseurs ont été implantés en agglomération (zones 30km/h et 50km/h) voire un alternat par feu à Fontan où seuls deux véhicules légers peuvent se croiser. Dans le reste de la route, coincée le plus souvent entre de hautes falaises et La Roya, on remarque régulièrement les croix fleuries marquant les sites d’accidents mortels qui se produisent trop fréquemment.

En 2017, au lieu dit Scarassoui, une catastrophe a été évitée de justesse quand des ouvriers chargés de nettoyer la berge de la Roya ont découvert une véritable caverne dans le remblai sous la RD 6204, qui aurait pu s’effondrer au passage d’un véhicule. De trop nombreux tronçons sont dans le même état de vétusté, non seulement de revêtement et de géométrie, mais aussi dans la structure profonde de la route qui n’a jamais été dimensionnée pour supporter du trafic lourd intense.

En 2017, devant l’énervement croissant des populations locales, les 5 maires de la vallée concernés, toutes étiquettes politiques confondues, ont pris un arrêté municipal commun interdisant le transit des camions de plus de 19T de port en lourd dans leurs agglomérations. Le conseil départemental, gestionnaire de la route, a confirmé hors agglomérations. Cet arrêté s’impose à tous les poids lourds sauf livraisons locales et son respect doit être assuré par les forces de gendarmerie. Il apparaît qu’il n’en est rien, celles-ci préférant pourchasser les immigrants illégaux et les habitants qui les aident plutôt que d’arrêter les poids lourds qu’ils voient passer au « cheikh-point » de la frontière à Fanghetto.

Les riverains peuvent constater le passage des camions sous leurs fenêtres au petit matin. Mais tout le monde peut les voir sur les caméras du Col de Tende qui sont en ligne sur internet.

Des transporteurs continuent à faire passer les plus de 30 tonnes dans la vallée. Il suffit pour le constater de se lever tôt (entre 4h30 et 6h) et de regarder ce qui circule sur la route :

Les infractions ne sont pas verbalisées. Les autorités et la gendarmerie sont au courant, mais interviennent au compte-goutte. Pourquoi les autorités ne font-elles rien?

De leur côté les entreprises de transports italiennes font pression pour obtenir des aménagements et tentent un passage en force. N’oublions pas que l’arrêté des maires fait toujours l’objet d’un recours au Tribunal Administratif.

Puisque les autorités ne veulent pas faire respecter la loi, nous voulons les y obliger et nous vous demandons donc de nous aider à faire respecter les décisions de nos conseils municipaux pour préserver notre environnement. :

a) de bien vouloir signer et diffuser la pétition ci-jointe #balanceTonPL

b) de répondre à notre appel à témoin : si vous avez la possibilité de filmer ou de photographier les plus de 19 tonnes traversant la vallée, merci de nous les faire parvenir à l’adresse suivante : sauvons.la.roya@gmail.com .

Voici une vidéo qui présente la problématique transports dans la vallée :

[FINALE] COP 21 – Lettre ouverte aux décideurs des politiques de transport des massifs alpins 

Comment surveiller les caméras du Col de Tende et enregistrer les images de passage de gros poids lourds :

Sur la page du site Sauvons-la-Roya, en haut à droite :

 

On peut visualiser les captures d’écran de la caméra du tunnel de Tende et parcourir les images.

Par exemple,camion Tende la nuit :

Si vous en voyez une suspecte, merci de la faire parvenir à sauvons.la.roya@gmail.org .

Diffusion presse :

En Italie : Article de la Stampa

http://www.lastampa.it/2018/02/22/edizioni/cuneo/ancora-furbetti-dei-tir-in-valle-roya-dove-sono-i-controlli-HxkHRWQh2GAvixwrfc7w6K/pagina.html

En France: Article dans  CNEWS Matin Cote d’Azur

https://www.facebook.com/CNEWSMatinCoteDAzur/photos/a.239335202911965.1073741830.148505735328246/960597964119015/?type=3

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *