Soutenir une chèvrerie sinistrée

Bonjour, un incendie a détruit un hangar dans une ferme bio de Haute Garonne:

On a découvert, depuis cet article, un second départ de feu, qui heureusement n’a pas pris, au-dessus des chèvres, et qui semble donc confirmer les fortes présomptions d’origine criminelle. Une enquête est en cours, mais quel que soit son résultat, il faut aider Germana, qui est très mal, on s’en doute, et qui a besoin, en plus du soutien moral, de soutien matériel et financier pour sortir du puits. Les voisins ont aidé spontanément pour la nourriture immédiate des chèvres, mais au-delà de cela, tout le matériel agricole, des réserves de nourriture pour les chèvres et pour elle-même et les archives personnelles sont perdus.

La mairie de Puymaurin a décidé de faire un appel à solidarité au plus de monde possible, les contributions sont à envoyer à l’ordre de

Solidarités en Pays de Save

Mairie

31280 Puymaurin

avec au dos la mention: Incendie des Poutounets

Voyez cette vidéo, qui vient d’un projet de film et que la cinéaste a fait en urgence pour alerter:

Partagez cet article !

2 réflexions au sujet de « Soutenir une chèvrerie sinistrée »

  1. Soutenir une personne extraordinaire qui fait des fromages excellents de façon éthique comme jamais ! Les petites ruisseaux font les grandes rivières.

  2. Nouvelles des Poutounets depuis l’incendie
    … loin d’avoir compris pourquoi, ni comment cette dévastatrice injustice incendiaire s’est abattue sur la jeune ferme naissante des Poutounets… j’ai quand même compris, avec cœur et esprit, que si ce malheur pouvait avoir une quelconque utilité, c’était bien pour recevoir votre élan de solidarité, de soutien, d’encouragements, d’amitié… ce qui représente pour moi une immense démonstration d’Amour dans toute sa force et universalité…
    … et ce, bien au-delà de ma personne, car vous avez été nombreux à réagir sans même me connaître, ce qui rend ce mouvement humain encore plus puissant… Vos dons précieux de temps de vie, vos fortes pensées positives, votre mobilisation solidaire, vos différents dons matériels, vos actions bénévoles, vos mots de soutien…
    A vous toutes, à vous tous
    Les proches, les moins proches, les inconnus… sachez que ce n’est QUE grâce à vos multiples gestes et actions que je suis encore debout.

    J’aime énormément ce que je fais ici.
    Partager ce lieu en faisant apprécier à sa juste valeur le mode de production que j’y pratique, -et les produits qui en découlent-, donne du sens et de la cohérence à l’existence de la ferme. Voilà pourquoi je continue encore aujourd’hui. Parce que vous êtes là, en face, parce que ce lieu reste un lieu de lumière malgré les cendres, parce que les animaux ont bien passé le cap de grand stress et de déséquilibre passager d’une harmonie bien trouvée qui reviendra en force…
    Maintenant, à mon tour de rebondir, et pour cela je me fais aider.
    Je suis toujours en arrêt de travail et suis suivie médicalement sur différents plans.
    L’assistante sociale de la MSA suit mon dossier en vue d’obtenir des aides.
    J’ai également sollicité l’ADAD31 (Association d’Aide aux Agriculteurs en Difficulté), et, conseillée par les juristes de l’asso, je consulte un avocat pour tenter de défendre au mieux mes droits auprès des assurances et de faire avancer l’enquête.
    L’incendie a été classé « criminel » par la gendarmerie, et l’enquête est toujours en cours.
    Depuis, pour la sécurité du troupeau, et pour rassurer l’éleveuse, j’ai fait appel à l’association Pastorale Pyrénéenne qui a permis, grâce au travail engagé de Rémi, l’intégration dans le troupeau d’un chien de protection Patou nommé Joseph.
    Aujourd’hui, 10 semaines après l’incendie, tout est dans l’état, et je n’ai pas encore l’autorisation de démolir.
    Côté assurance, à ce jour, j’ai reçu une seule et unique avance de cinq mille euros. Je suis en négociations permanentes avec les différents experts pour les remboursements du tracteur, du contenu du bâtiment et pour le bâtiment lui-même.
    A priori, même si c’est long, la démolition et reconstruction seront couvertes. par contre, pour tout le reste qui était du matériel d’occasion, j’estime pouvoir récupérer au maximum 20 à 30% de la valeur du contenu… sans compter la perte inestimable de tout ce qui a brulé et qu’on n’achète pas avec ded l’argent…
    Dans cette attente, et bien que la période des foins ait démarré, je n’ai pas encore racheté de matériel.
    Il est difficile de fonctionner sans abri, et dans ce printemps humide les tâches simples et quotidiennes sont devenues des corvées…
    L’argent de la solidarité a servi –et continue de servir-, à payer l’aide à la ferme à travers le SRA31 (Service de Remplacement Agricole). Ce qui est vraiment beaucoup, car une personne payée au SMIC coûte le double à la trésorerie de la ferme.
    Le travail de Chloé Malleret et de tous ceux qui y participent au quotidien comme ils peuvent, contribue essentiellement à assurer le fonctionnement de l’activité aux Poutounets en ces moments turbulents…

    … J’espère que ces mots arriveront à tous ceux qui se sentent concernés, et je compte sur vous pour les diffuser aux intéressés comme vous pourrez…
    Dans l’espoir de pouvoir fêter un jour avec vous la renaissance attendue,
    je vous remercie du fond du cœur.
    Germana – 4 juin 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *