image vide cyberacteurs
image vide

En actu ...

 

Fête de la nature : 5 jours pour découvrir ses super-pouvoirs

La Fête de la nature, ce sont 5 jours de manifestations gratuites au contact direct de la nature, pour permettre à tous les publics de la découvrir ou la re découvrir.


Une fête annuelle
La Fête de la Nature a été créée en 2007 sur l’initiative du Comité Français de l’Union Internationale de Conservation de la Nature et du magazine Terre Sauvage avec pour l’objectif de, tous ensemble, célébrer la nature chaque année.

La Fête de la Nature, l’événement nature de référence en France

Des milliers de manifestations sont ainsi organisées par les associations de conservation et d’éducation à la nature, les collectivités locales, les établissements scolaires, les entreprises, les particuliers… sur tout le territoire français, en métropole et en Outre-mer, dans les villes comme à la campagne, mais aussi en Suisse, au Portugal, aux Pays-Bas.

La Fête de la Nature se déroule chaque année au mois de mai, à une date proche (sauf exception) du 22 mai, date de la journée internationale de la biodiversité. Depuis 2009, la Fête de la nature est coordonnée en France par l’association éponyme, qui rassemble l’ensemble des organisateurs nationaux et partenaires de l’événement et œuvre pour accompagner les organisateurs de manifestation et porter la communication nationale de l’événement.

http://www.fetedelanature.com/  

 


Adieu Bruno

Bruno Barrillot, né le 9 avril 1940 à Lyon, vient de nous quitter ce samedi 25 mars vers 23 heures (heures françaises) à Tahiti, entouré par ses amis polynésiens, des suites d’un cancer.
Plein d’images se bousculent, d’échanges, de partages tout au long de ces quarante ans où nos chemins se sont croisés… Du groupe « Objections en monde rural » né en 1973 sur la Loire et le Rhône, que tu accompagnais alors comme aumônier du MRJC (Mouvement rural de la jeunesse chrétienne) ; à ce renvoi collectif de papiers militaires auquel tu as participé en 1978 pour marquer ton engagement concret aux côtés des objecteurs en proie à la répression et qui te valut d’être à ton tour condamné par la Justice. De ces études que tu as suivies à l’Université sur les questions de défense au milieu des années 1980, alors que la lutte en Europe contre les euromissiles nucléaires faisait rage… De ce mémoire que tu as alors soutenu, pointant les incohérences, les peurs de se positionner de l’Église catholique face à la menace nucléaire, et qui a contribué à ton retrait de cette institution…

Et bien sûr remontent des souvenirs de ce projet fou imaginé au printemps 1984 de créer à trois personnes le CDRPC, le Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits, à Lyon, devenu « Observatoire des armements » en 2008, dont tu as assumé durant une quinzaine d’années la direction… La critique des essais nucléaires était un axe central de notre action avec le contrôle des armes et l’ouverture d’un débat en France pour renforcer le contrôle démocratique des activités militaires. Une action s’appuyant sur la publication de dossiers au contenu précis émanant d’un travail de recherche irréfutable et la mobilisation ensuite des médias, des parlementaires, des associations citoyennes pour faire progresser le droit et la justice au service de la paix.

Ainsi tu as contribué à la mise en place en 1991 du collectif « Stop essais ! » — qui aujourd’hui poursuit son activité sous le nom de « Abolition des armes nucléaires—Maison de Vigilance — et de son bulletin mensuel où dès le premier numéro en février 1991 tu évoquais les conséquences sanitaires et environnementales des tirs sur Moruroa. En juillet 2016, c’est encore toi qui signais l’édito à propos des 50 ans de la première bombe atomique en Polynésie. Ton séjour en 1990 en Polynésie française pour vérifier les témoignages recueillis par des médecins pour le compte de Greenpeace n’a pu que renforcer tes convictions : il fallait élargir notre action aux conséquences de ces essais pour les populations polynésiennes et algériennes à qui on n’avait rien demandé.

Le « choc » provoqué par ta visite à Mangareva, d’où alors tu m’avais téléphoné, a désormais servi de fil rouge à ton engagement : « En raison de ce que j’avais vu […] j’avais besoin de comprendre. »

« C’est ce “choc” qui m’a incité à aller au-delà des simples témoignages et à continuer. » Depuis lors tu n’as eu de cesse de dénoncer, d’interpeller, de tisser un réseau, pour que Vérité et Justice soient rendues aux victimes des essais nucléaires.

Un long travail d’investigation qui est à l’origine de la loi du 5 janvier 2010, dite loi Morin en faveur des victimes des essais nucléaires.

Le « Nuclear Free Futur Award », ou prix de l’avenir sans nucléaire qui t’a été décerné en 2010, viendra honorer cet engagement sans faille que tu as poursuivi jusqu’à ces dernières semaines.

Ton départ provoque un immense vide, mais les nombreuses investigations que tu as menées, les ouvrages et nombreux articles que tu as rédigés, les documentaires auxquels tu as contribué, continueront d’être le socle indispensable sur lequel pourront s’appuyer tous ceux qui agissent pour faire reconnaître les conséquences sanitaires, environnementales des essais nucléaires et poursuivre cette immense tâche d’un avenir sans menace atomique suspendues au-dessus de nos têtes.

Tes amis de Métropole et de Polynésie te remercient de ton travail, effectué avec beaucoup de modestie et une grande ténacité, qui a réussi à faire émerger la réalité des essais atomiques français.

Pars en paix, Bruno.

 www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=701.  

 


Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Canada et l'UE ont lancé un ultimatum au gouvernement wallon qui refuse de ratifier le CETA. Nous vous proposons d'apporter notre soutien pour persister à refuser cet accord climaticide et anti-démocratique.

Signez cette cyberaction pour soutenir les wallons

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/refus-ceta-bravo-merci-gouvernement-1226.html  

 


AG Cyberacteurs

Retrouvez la vidéo de l'AG de Cyberacteurs 2016

http://www.cyberacteurs.org/video/video.php?id=166  

 


Soutien permanent aux paysans de NDDL

le 8 octobre : Manifestation contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes
https://www.acipa-ndl.fr/actualites/divers/item/686-8-octobre-2016-nddl-que-resonnent-les-chants-de-nos-batons  

Soutien permanent aux paysans de NDDL
La justice a ordonné lundi 25 janvier l’expulsion des onze familles et des quatre agriculteurs de la zone d’aménagement différé (ZAD) au plus tard dans deux mois, mais sans leur imposer d’astreinte financière, ce qui rend peu probable leur départ volontaire. Cela « place l’Etat devant ses responsabilités », à savoir celle d’enclencher ou non les expulsions à l’expiration du délai imparti, a estimé Erwan Le Moigne, avocat des habitants menacés d’expulsion.

Appel à la désobéissance civile
Marcel Thébault, un des agriculteurs expulsables, a averti que l’Etat, qui tentera sans doute de lancer prochainement les travaux, devra s’attendre à une forte opposition dans le bocage nantais. « Que le chantier soit lancé, c’est une chose, qu’il se fasse, c’en est une autre ! La résistance sera forte comme en 2012 », a-t-il prévenu. L’Etat avait à l’époque mené une opération d’expulsion, qui s’était heurtée à une forte hostilité, le contraignant à abandonner.

Sylvain Fresneau, un autre agriculteur expulsable, s’est dit déterminé à rester sur ses terres malgré la décision de la justice : « Ça ne change rien du tout. On va augmenter le nombre de squatteurs. Nos vaches seront des squatteuses demain. »

Le mouvement écologiste Ensemble ! a appelé dans un communiqué à « la désobéissance citoyenne » pour protester contre « une décision injuste et inique » et « faire obstacle aux expulsions et à tout début de travaux ».

Sur le site de la chaîne Public Sénat, l’écologiste José Bové était sur la même ligne, mettant en garde contre « un trouble beaucoup plus grave à l’ordre public » si l’expulsion des habitants devait avoir lieu. M. Bové prédit que « des milliers de personnes vont venir sur le terrain pour protéger les fermes et les habitations ». « Personne ne laissera expulser les paysans, et moi le premier », a-t-il assuré.

Et sans attendre, il y a toujours possibilité de se mobiliser en participant à la dernière cyberaction en ligne.

cyberaction N° 798: Notre Dame des Landes : Pour l'Abandon d'un projet surdimensionné
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/dame-landes-abandon-projet-surdime-1134.html  

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/soutien-exproprie-s-dame-landes-1077.html  

 


OPÉRATION "VIGILANCE ROUNDUP"

Nous croyons que votre souris a du pouvoir mais nous sommes aussi persuadés que notre porte monnaie a du pouvoir.

Parallèlement aux cyberactions mises en place sur le sujet dans le cadre de l'opération "Poison d'avril", nous avons donc décidé de répertorier les magasins pour faire connaître ceux qui vendent du round up et ceux qui n'en vendent.

Nous vous proposons :

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !