ARRÊTÉ D’AUTORISATION À EXPLOITER LA PORCHERIE INDUSTRIELLE D’HEURINGHEM :

ARRÊTÉ D’AUTORISATION À EXPLOITER LA PORCHERIE INDUSTRIELLE D’HEURINGHEM :

VERS UN PASSAGE EN FORCE ?

L’impossible est-il possible ?

Alors que la population locale est contre ce projet

Alors que les municipalités locales sont contre cet élevage industriel

Alors qu’une grande majorité des consommateurs se prononcent contre les fermes-usines

Alors qu’à l’audience du Tribunal Administratif de Lille du 28 mars 2017, le Rapporteur Public demande au moins l’annulation partielle de l’arrêté d’autorisation à exploiter et une reprise du dossier de la pression azotée au niveau de l’Enquête Publique (voir l’extrait sur le site en cliquant) :

1 • L’EARL Bridault-Chevalier proclame la mise en service effective de son installation le 13 mars 2017 (soit quelques jours avant l’audience !) alors que l’ensemble des installations n’est pas achevé : la fosse à lisier n’est pas couverte, certains bâtiments ne sont pas clos, ce qui se construit ne correspond même pas aux plans du permis de construire, …

Nul doute que l’EARL Bridault-Chevalier a mis quelques animaux dans ses bâtiments à partir du 13 mars 2017 pour pouvoir :

– dire aux juges le 28 mars 2017 … que la porcherie est fonctionnelle ! Sic !

– demander au Préfet du Pas de Calais des autorisations provisoires en cas d’annulation par ce tribunal administratif de l’arrêté d’exploitation du 29 mars 2013 !

2 • Les services de la Préfecture d’Arras défendent à cette audience du 28 mars 2017 un projet de porcherie industrielle qui ne respecte pas l’arrêté du Préfet du 29 mars 2013. C’est une évidence en ce qui concerne la pression azotée au vu des nouvelles surfaces d’épandage et au vu de la quantité d’azote à épandre telles que prévues par le projet !!! C’est une difficulté qu’a développée le rapporteur public.

Nous sommes dans une zone réputée vulnérable aux nitrates et la France est régulièrement rappelée à l’ordre au niveau européen car elle ne respecte pas la directive nitrate. Qui va payer les lourdes amendes infligées à la France par l’Europe pour le non-respect de règles que notre pays a pourtant approuvées ?

Comment peut-on imaginer que des services de l’État censés protéger l’ensemble de la population puisse défendre un projet privé et son arrêté d’exploitation qui ne respectent pas nos propres réglementations ? Comme l’explicite le rapporteur public, il fallait refaire l’étude de la pression azotée avant de délivrer l’autorisation à exploiter ! Alors les grossières erreurs du projet auraient été mises en évidence … demandons-nous pourquoi cette étude n’a-t-elle pas été faite ?

Nous espérons que le jugement sera conforme aux demandes du Rapporteur Public, il en va de la protection de notre environnement et en l’occurrence ici de la protection de nos eaux de surface et de nos eaux de nappes !

Continuons notre Cyber@ction jusqu’au jugement, signons et faisons signer cet appel vers le Préfet :

Cliquez ici pour participer à la cyber@ction d’AIVES

le PDF de ce communiqué est visible à l’adresse : 

Partagez cet article !

2 réflexions au sujet de « ARRÊTÉ D’AUTORISATION À EXPLOITER LA PORCHERIE INDUSTRIELLE D’HEURINGHEM : »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *