actualité écologie

22 V'là les acteurs des transitions

AG Cyberacteurs

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

SPAM etc...

Journal des Bonnes Nouvelles

2024 année délicate

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

météo

Les amis des 150

2023 l'année des droits

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

image vide cyberacteurs
image vide

  #Biomasse   #Guyane



Cyberaction : Stop à l'essor de l'industrie biomasse en Guyane

Un amendement glissé par les députés français dans le projet de révision de la directive sur les énergies renouvelables (RED III) et un projet de décret entendent accélérer l’installation de nouvelles centrales biomasse en Guyane et permettre l’essor des agrocarburants notamment pour l’usage du secteur spatial… au détriment de la préservation de la forêt amazonienne.

[ 1 611 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 03 février 2023

Proposée par Cyberacteurs
En partenariat avec Maïouri Nature Guyane

Elle sera envoyée à Agnes Pannier Runacher, Présidente de la Commission Européenne, président de la commission REGI du PE | à votre député | à vos euro députés

Plus d'infos

biomasse GuyaneCet amendement dans la directive européenne permettrait à des industriels locaux de contourner les critères européens en matière d’énergies renouvelables qui tendent à restreindre drastiquement l’exploitation du bois issu de la forêt pour la production d’énergie. De plus, il s’agira d’un appel d’air sans précédent pour encourager le remplacement de milliers d’hectares de forêts très riches en biodiversité par des plantations intensives d’arbres à vocation énergétique en percevant des aides d’état, alors même que par ailleurs l’UE vient de décider de plafonner les carburants issus de la biomasse car la combustion du bois favorise la déforestation, détruit les habitats naturels et nuit aux forêtsqui servent de puits de carbone dans la lutte contre le changement climatique.

Comment est-il alors concevable d’autoriser la création d’une dérogation pour détruire le seul territoire d’Europe hébergeant une forêt tropicale humide, d'une biodiversité encore non inventoriée ? Est-ce qu'envoyer dans l'espace des fusées repeintes en vert grâce aux agrocarburants est notre priorité ou allons-nous enfin concentrer nos efforts sur la préservation des conditions d’habitabilité de notre planète ?

Cette dérogation pour la Guyane doit encore être validée en 2023 au cours du trilogue du 7 février durant lequel les représentants du Parlement, du Conseil et de la Commission européenne trancheront. Le ministère de la Transition écologique a d’ores et déjà pris les devants et mis en consultation le 15 décembre 2022 un projet de décret visant à déroger aux critères de durabilité et de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour la biomasse en Guyane.

Nous défendons la forêt de Guyane et nous nous opposons à ces dérogations à rebours des ambitions européennes en matière d’énergies renouvelables, de protection du climat, de la biodiversité et du respect des territoires des peuples de Guyane !

Nous appelons le gouvernement français à abandonner son amendement écocidaire.
https://sites.google.com/site/maiourinature/actualites-2011  

Dossier de Maïouri Nature Guyane
https://drive.google.com/file/d/19o5FGsMTu2nBIU3Qfnb6y8XYtmIm3HF4/view  

version ANGLAISE du dossier de 19 pages en lien
https://drive.google.com/file/d/1a5r91WaF7YNRRZ9MfQtcTxazSuXhmmRn/view  

Guyane. Polémique autour d’un projet de décret dérogatoire sur la biomasse
https://www.ouest-france.fr/region-guyane/guyane-polemique-autour-d-un-projet-de-decret-derogatoire-sur-la-biomasse-1b383e5b-2f1b-4023-b9f9-40c0c64b019c  

Zad en Guyane : « Nous ressentons la déforestation dans notre chair »
https://reporterre.net/Zad-en-Guyane-Nous-ressentons-la-deforestation-dans-notre-chair  

Amazonie en danger : Un tiers de la forêt amazonienne « dégradée » par l’activité humaine et la sécheresse
https://www.goodplanet.info/2023/01/27/un-tiers-de-la-foret-amazonienne-degradee-par-lactivite-humaine-et-la-secheresse/  

La destruction de l’Amazonie se poursuit à un rythme jamais vu dans l’histoire
https://reporterre.net/La-destruction-de-l-Amazonie-se-poursuit-a-un-rythme-jamais-vu-dans-l-histoire  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à secretariat.megraud@climat-energie.gouv.fr | ursula.von-der-leyen@ec.europa.eu | younous.omarjee@europarl.europa.eu
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Biomasse Guyane
  • Message : Madame, Monsieur,
    Opposé à l’installation de nouvelles centrales biomasse en Guyane et à l’essor des agrocarburants, je vous demande de rejeter la dérogation dans la directive européenne sur les énergies renouvelables et le décret en France autorisant l’utilisation de bois issu de la déforestation de la forêt tropicale française et la transformation des terres en plantations de bois ou de monoculture à vocation énergétique... L’UE sape ainsi à la fois ses propres objectifs climatiques, sa politique de lutte contre la déforestation importée et la protection de la biodiversité de la seule forêt tropicale amazonienne de l'UE.
    Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre profond respect.

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.
  • Votre euro-député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

61 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Projet de centrale électrique en Guyane : des peuples autochtones déposent plainte auprès de l'ONU
https://la1ere.francetvinfo.fr/projet-de-centrale-electrique-en-guyane-des-peuples-autochtones-deposent-plainte-aupres-de-l-onu-1472508.html  

"Les producteurs de soja forcent les populations à quitter leur village" : des représentants des peuples autochtones du Brésil alertent sur la déforestation
https://tinyurl.com/4t6uxttv  

Les peuples autochtones, gardiens inégalés des forêts tropicales
https://www.mediapart.fr/journal/ecologie/090324/les-peuples-autochtones-gardiens-inegales-des-forets-tropicales  

Défendre les droits des peuples autochtones et le climat
https://information.tv5monde.com/international/video/defendre-les-droits-des-peuples-autochtones-et-le-climat-2713807  

Alain UGUEN
22/03/2024 - 17:26:59

En fait, la Guyane deviendra un copier-coller du Brésil voisin...Ce n'est pas très glorieux!!!!

Eugène-François
04/03/2024 - 20:28:50

Stop à l'essor de l'industrie biomasse en Guyane. La suite.

Ce 27 février 2024, Maiouri Nature Guyane et Guyane Nature Environnement ont déposé un recours gracieux adressé au Premier Ministre pour réclamer l'abrogation du décret créant un régime dérogatoire pour la biomasse en Guyane.
Ce recours conteste la légalité du décret pour violation du principe de non régression qui implique une amélioration constante de la réglementation en termes de protection environnementale et du principe de durabilité.

Nous contestons également sa conventionnalité au regard des normes européennes en matière d'énergie renouvelables (RED II et III) et du règlement européen visant à lutter contre la déforestation (RDUE),

mais aussi pour violation des droits des peuples autochtones de Guyane.

De manière générale, la biomasse ne peut être durable que si elle s'inscrit dans une utilisation par priorité ; l'utilisation à des fins énergie n'étant pas prioritaire.

Philippe Boré
Pdt & fondateur
Maiouri Nature Guyane

Pour en savoir plus :
https://sites.google.com/site/maiourinature/actualites-2011  

https://sites.google.com/site/maiourinature/fusee-bio  

Frawald
28/02/2024 - 20:59:35

Un dernier communiqué de Planète Amazone, en soutien à Maiouri Nature Guyane :
https://planeteamazone.org/actualites/planete-amazone-co-signe-une-tribune-dans-le-monde-contre-la-destruction-des-forets-en-amazonie/  

Frawald
24/02/2024 - 13:54:51

les agrocarburants ne profitent jamais aux travailleurs qui les produisent ...les locaux ont besoin des terres agricoles pour se nourrir, et les forêts sont un trésor écologique qui protège la planète, dont nous avons besoin.
protégeons ces forêts qui ne cessent d'être rognées pour des profits énormes pour quelques uns et paupérisation des locaux.

béatrice jung luijken
07/02/2024 - 19:59:07

BIOMASSE : PUBLICATION DU DÉCRET DÉROGATOIRE QUI MENACE LA FORÊT DE GUYANE !
https://drive.google.com/file/d/123uU1lvP7kdTUOokP2YexKN63-lHjo0F/view?pli=1  

Le décret du 28 décembre 2023 a été publié malgré les fortes oppositions exprimées contre le développement industriel de la biomasse et des agrocarburants en Guyane au détriment de la préservation de la forêt
amazonienne et des conditions de vie de ses habitant-es.

Ce décret permet aux industriels locaux, notamment Voltalia, de contourner les critères généraux européens en matière d’énergies renouvelables qui exclut l’utilisation du bois issus de forêts tropicales et à forte biodiversité de la production d’énergie dite verte.
Grâce à ce décret, la Guyane se retrouve dans une situation aberrante. Alors qu’elle comprend la plus grande forêt tropicale européenne, elle se retrouve exclue des dispositions en matière de régénération de la forêt, de protection de la nature, de préservation de la qualité des sols et de la biodiversité et de maintien ou d'amélioration de la capacité de production à long terme de la forêt.

Il s’agit d’un appel d’air sans précédent pour encourager le remplacement de milliers d’hectares de forêts très riches en biodiversité et présentant un important stock de carbone, par des plantations intensives d’arbres ou de plantes à vocation énergétique (canne-fibre, arbustes...) en percevant des aides d’état, alors même que la combustion du bois favorise la déforestation, détruit les habitats naturels et nuit aux forêts qui sont nos meilleurs alliées dans la lutte contre le changement climatique.

La centrale de Montsinéry exploitée par la compagnie Idex est un bon exemple des dérives à craindre, car la société annonce d’ores et déjà qu’elle aura recours à la plantation de canne pour alimenter ses fourneaux. Une accaparation du foncier agricole au détriment de l’autonomie alimentaire, fondamentale à la santé et au bien-être des guyanais.

De plus, ce décret pourrait accélérer un projet de déforestation massive dénoncée par Maiouri Nature Guyane depuis 2019. Le projet MIA (Maillet Innovation Agroforestière), injustement qualifié d’agroforesterie, entend pratiquer la monoculture intensive d’une espèce exotique (Teck de Malaisie) et des productions de bois-énergie à la place de plusieurs milliers d’hectares de forêts anciennes, en vue d’alimenter deux futures centrales destinées au Centre spatial de Guyane, pour verdir les prochains lancements d'Ariane 6.
Encore un projet qui viendrait détruire des espèces nouvelles, animales ou végétales, avant même d’avoir permis à la Science de les inventorier, sans répondre pour autant aux besoins essentiels de sa population.
Après s’être largement mobilisée durant les négociations européennes, l’association Maiouri Nature Guyane entend mener une nouvelle bataille, judiciaire cette fois contre ce décret qui autorise en violation de nombreux engagements français, l’utilisation sur le long terme d’une énergie non durable et contraire aux objectifs de réduction d’émission de gaz à effet de serre.
Une honte au regard de l’urgence climatique qui frappe déjà durement le territoire de Guyane, en particulier Awala Yalimapo dont les habitant-es, premiers réfugiés climatiques, doivent fuir les côtes.
Nous défendons la forêt de Guyane et nous nous opposons à ces dérogations à rebours des ambitions européennes en matière d’énergies renouvelables, de protection du climat, de la biodiversité et du respect des territoires des peuples de Guyane !

Maiouri Nature
10/01/2024 - 16:56:51

Vraiment quel manque d'imagination et surtout de réflexion ! Vous choisissez la peste ou le choléra ?!?!?!

Marie CLAUX
21/10/2023 - 17:01:57

Je suis lasse de toutes ces atteintes à la vie... sortons du capitalisme !

soazig GUENNOC
20/10/2023 - 21:00:18

Maiouri Nature Guyane s’associe aux 205 organisations de défense de l'Environnement et du Climat présents sur six continents qui alertent d’une même voix le 19 octobre 2023 sur l’illusion verte de l’énergie produite à partir de bois-énergie forestier.
https://drive.google.com/file/d/19E0ftMml7AomBbQJYdA7zCF8dJqMppYT/view  

Alain UGUEN
19/10/2023 - 14:28:21

faire le choix urgent de la vie !

axelle saury
14/08/2023 - 15:36:04

Au Brésil, un sommet régional pour sauver l’Amazonie
https://www.goodplanet.info/2023/08/08/au-bresil-un-sommet-regional-pour-sauver-lamazonie/?  

Alain UGUEN
09/08/2023 - 09:06:34

En Australie, l’État de Victoria a annoncé que l’exploitation forestière des forêts indigènes s’arrêtera à la fin de l’année. Personne ne s’y attendait et c’est une énorme victoire pour les habitants qui se battent depuis des décennies pour protéger ce lieu.

Chris Schuringa, de la Victorian Forest Alliance, s’est félicitée : « Il s’agit d’une victoire monumentale pour les forêts, la faune et la flore, le climat et les personnes qui ont passé d’innombrables heures à étudier les espèces menacées, à préparer des preuves pour les procès, à faire du lobbying et à mener des campagnes. Certains se battent pour cela depuis plus de trente ans. »
https://www.theguardian.com/australia-news/2023/may/23/end-of-native-logging-in-victoria-a-monumental-win-for-forests-say-conservationists  

Alain UGUEN
12/06/2023 - 08:20:42

Nous devons mettre la pression pour qu'ils trouvent des énergies alternatives et propres.

Michel Decollogne
08/06/2023 - 17:46:06

A partager pour alerter un maximum de monde !!!

Laurence PROPERZI
08/06/2023 - 00:09:59

Encore des méfaits à venir de la France coloniale !!!

Marie CLAUX
07/06/2023 - 16:13:32

protègeons la Guyane

Castello Amanda
07/06/2023 - 09:21:11

le choix de la destruction n'est plus un choix , c'est un réflexe !!!

axelle saury
05/06/2023 - 11:14:19

je demande que l'industrie biomasse ne soit pas développée en Guyane .
Elisabeth Bégard

Elisabeth Bégard
05/06/2023 - 11:13:46

Alerte greenwashing ! les pyromanes de l'Amazonie guyanaise profitent de l'image du leader Raoni

Dimanche 4 juin 2023

Grâce à l'entremise de l’homme d’affaires et fondateur de l'entreprise de biomasse Voltalia, Robert Dardanne, Emmanuel Macron va rencontrer le chef Raoni ce dimanche 4 juin, prétendant partager son combat pour la protection de l'Amazonie.
Maiouri Nature Guyane y voit une lugubre mise en scène du lobby de la biomasse industrielle, visant à camoufler la politique de destruction de la forêt amazonienne en Guyane française.

Avec la venue du chef Raoni, l'Elysée se glorifie une fois de plus de vouloir "œuvrer à la conservation des espaces naturels, et notamment des forêts tropicales dans ce qu’elles constituent des réserves vitales de carbone et des trésors de biodiversité",
Pourtant, Maiouri Nature dénonce la politique menée par la France en Guyane et notamment la promotion de la déforestation de la forêt amazonienne française, pour alimenter une industrie biomasse non durable. Un modèle de production d’électricité qui, a l’utilisation de biomasse forestière, ajoute la combustion de bois de défriche agricole et de plantations à vocation énergétique menaçant des milliers d'hectares d'espaces forestiers.

En effet, grâce aux efforts déployés par le gouvernement francais, la France a obtenu la prolongation d'une dérogation aux normes européennes, permettant qu'en Guyane, les industriels puissent remplacer la forêt tropicale, notre meilleur atout contre le réchauffement climatique, par des plantations d'herbacées à vocation énergétique, le tout en percevant des aides d'état.

Dans ce contexte, ce greenwashing sur le dos du chef Raoni est proprement inacceptable, quand on connait les ravages causés par la politique de Bolsonaro vis à vis des peuples autochtones, victimes directes du développement de la biomasse et des agrocarburants.

En France, le gouvernement veut autoriser les producteurs de biomasse à s'accaparer 15% de terres agricoles pour produire de quoi fournir leurs centrales, soit des milliers d’hectares de forêt amazonienne. A titre de comparaison, en France hexagonale, c'est 3% de la surface agricole qui est consacrée aux agrocarburants de première génération, causant la disparition de cultures vivrières et l'augmentation des prix des denrées alimentaires.

C'est pourquoi nous demandons l'arrêt immédiat du developpement industriel de la biomasse non durable, écocide et climaticide, qui profite d'un passe droit pour contourner les normes européennes aux conséquences dramatiques pour la forêt mais aussi pour la survie de l'humanité.

Nous prétendons vouloir protéger la forêt tropicale ailleurs, faisons-le déjà en France, en Guyane.

Nous n'avons ni le luxe de pauses, ni le luxe de dérogations dans la règlementation environnementale européenne !


Pour en savoir plus sur la problématique de la Biomasse en Guyane française :
https://sites.google.com/site/maiourinature/fusee-bio  

https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/02/07/il-est-impensable-que-la-france-s-engage-dans-le-developpement-du-bois-energie-en-amazonie_6160791_3232.html  

https://www.lemonde.fr/planete/article/2023/06/02/normes-environnementales-on-n-a-pas-le-luxe-de-pauses-juge-le-vice-president-de-la-commission-europeenne_6175933_3244.html  


Maiouri Nature Guyane
05/06/2023 - 08:14:50

Le Parlement européen vote la fin des importations issues de la déforestation
https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/crise-climatique/le-parlement-europeen-vote-la-fin-des-importations-issues-de-la-deforestation_5780480.html  

Chocolat, café, bois ou encore caoutchouc... Les importateurs qui souhaitent vendre ces produits dans l'Union européenne devront désormais s'assurer qu'ils ne sont pas issus de la déforestation, selon un texte adopté mercredi 19 avril par le Parlement européen.

Ce règlement, voté à une très large majorité, a pour objectif de freiner la disparition de forêts à l'autre bout du monde et, ce faisant, de lutter contre le changement climatique et de préserver la biodiversité. Avec ce nouveau texte, l'importation dans l'UE de cacao, de café, d'huile de palme, de soja, de bois, de caoutchouc, de charbon de bois ou de viande bovine sera interdite si ces produits sont issus de terres déboisées après décembre 2020. Les entreprises devront aussi s'assurer qu'ils ont été produits dans le respect des droits humains et des droits des populations autochtones.

L'UE, deuxième destructeur de forêts tropicales

A l'origine de 16% de la déforestation mondiale par le biais de ses importations (majoritairement de soja et huile de palme, chiffres de 2017), l'UE est le deuxième destructeur de forêts tropicales derrière la Chine, selon le WWF. C'est la "première loi au monde qui va mettre fin à la déforestation importée" s'est félicité l'eurodéputé Pascal Canfin (Renew, libéraux).

Greenpeace a nuancé la portée du texte en y voyant "qu'un premier pas". Pour l'ONG ce règlement présente des "failles", par exemple en excluant des écosystèmes tels que la savane et en omettant de viser les banques européennes qui financent des projets destructeurs de forêts.

Alain UGUEN
24/04/2023 - 07:55:34

Si c'était la première fois qu'on ne respectait pas les amérindiens de Guyane !!!

claudine hébrard
03/04/2023 - 19:04:15

Biomasse en Guyane :
l’Europe remet la protection de l’Amazonie française à plus tard

Les négociations sur la biomasse du trilogue du projet de directive RED III ont abouti jeudi 30 mars, à un texte de compromis. Maiouri Nature Guyane est rassurée de voir que les dérogations spécifiques à la Guyane et notamment aux activités spatiales que voulaient ajouter la France n’ont pas été maintenues, mais alerte néanmoins sur l’incertitude juridique qu’implique le maintien du régime dérogatoire pour les régions ultrapériphériques (RUP) et les dangers réels pour la forêt amazonienne de Guyane, fortement convoitée.

En somme, grâce à notre mobilisation citoyenne c’est l’ensemble des modifications proposées par l’amendement 33 défendu par le gouvernement macroniste et ses députés européens, qui a été rejeté durant les négociations.

En effet, le paragraphe spécifique à la Guyane a disparu du projet de directive que notre association a pu consulter suite aux négociations. Celui-ci prévoyait la possibilité de faire entrer dans les quotas de production d’énergies renouvelables l’ensemble des bioliquides, biocarburants et combustibles produits à partir de biomasse ligneuse primaire issue de l’aménagement du territoire. Aucun garde-fou sérieux n’encadrait la “durabilité” de l’utilisation de cette biomasse, qui pouvait notamment provenir de la déforestation de forêts primaires ou à forte biodiversité. Cette suppression est un soulagement.

De même, la mention des activités spatiales a également été rayée du texte final.

Pour autant, Maiouri Nature pointe toutefois du doigt un flou juridique persistant quant aux normes qui s’appliqueront sur le territoire guyanais, en raison du maintien de la possibilité pour chaque territoire RUP de déroger individuellement aux exigences environnementales de la directive. Un droit à la carte, encadré par quelques notions aux contours incertains.

Les territoires doivent en effet démontrer que l’utilisation de la dérogation est justifiée pour garantir l'accès à une énergie sûre et sécurisée ainsi qu’une mise en œuvre progressive et harmonieuse des critères de la directive RED III.

Pas sûr que cela soit de nature à encadrer la réalisation du projet de deux centrales biomasse destinées à couvrir les besoins énergétiques du Centre Spatial Guyanais. Nos craintes portent notamment sur le projet MIA de la société Maillet Forestal, qui repose sur une demande de bail agricole de 10.700 ha et propose d’alimenter les centrales en biomasse, grâce à la plantation de bois énergie ce qui suppose la déforestation d’au moins 2.000 hectares de forêt proche de Kourou.

D’autres centrales prévoient de s’alimenter grâce à une production de canne, comme l’installation de Montsinéry, dont nous ignorons toujours le plan d’approvisionnement.

Alors que l’Europe aurait pu envoyer un signal fort en mettant fin à ce dispositif, son maintien porte un coup sévère à la protection du climat, de la biodiversité et de la forêt de Guyane. Au lieu d’encadrer plus fortement la combustion du bois qui nuit aux forêts, puits de carbone dans la lutte contre le changement climatique, elle valide un statu quo qui pourrait mener à une utilisation sur le long terme, au moins jusqu’à 2047, d’une biomasse et d’agrocarburants issus de la déforestation de l’Amazonie française comme le prévoit le projet de décret du gouvernement.

Alors que la Guyane produit d’ores et déjà plus de 50% d'électricité à partir d’énergies renouvelables, soit plus que les ambitions françaises fixées par l’Europe (40% à l’horizon 2030), l’association Maiouri Nature Guyane estime qu’il n’existe aucune justification valable à cette dérogation et que les gisements de biomasse existants doivent être exploités dans les règles de l’art.

Maiouri Nature Guyane poursuivra donc ses actions dans les mois à venir, pour demander au gouvernement et aux élus locaux des garde-fous crédibles et ira si besoin devant les tribunaux pour contester le décret de transposition à venir.
Plus d’informations
https://sites.google.com/site/maiourinature/fusee-bio  

Maiouri Nature Guyane
03/04/2023 - 07:56:34

Guyane : feu vert pour la construction d’une centrale thermique
https://reporterre.net/Guyane-feu-vert-pour-la-construction-d-une-centrale-thermique  

Alain UGUEN
30/03/2023 - 12:11:10

Je reste sans voix!
Christian Petty

Christian Petty
12/03/2023 - 18:29:30

La foret repousse aussi vite que le décollage d'une Ariane 5!! Ou non?

Thomas Murach
11/03/2023 - 13:34:16

On sauve la planète et en même temps ...C'est Macron ...

Jean-Michel Sampay
11/03/2023 - 12:39:59

Halte au saccage de la planète !

Henri Masson
11/03/2023 - 05:18:16

Qulles sont les etudes de faites à ce sujet et sont elles parvenues aux experts et associations locaux pour lecture et au moins pour avis.
On pourrait imaginer une vraie DÉMOCRATIE

Christine Leducq
11/03/2023 - 03:18:52

Macron comme Bolsonaro soutien le capiralisme et les milliardaires

CHANTAL HACALA
10/03/2023 - 21:28:47

Entre voyous on se comprend !

bernadette SANTIANO
10/03/2023 - 19:03:39

Double langage d'un côté le président s'inquiète de la protection des forêts en Afrique et par ailleurs autorise la coupe de forêts en Guyane pour, comble d'ironie, installer des panneaux solaires ou des cultures dédiées à la fabrication de carburants.. il a tout faux. Les arbres sont des atouts précieux pour ralentir les changements climatiques à long terme : tout le monde le sait :!!

Anita VILLERS
10/03/2023 - 18:17:42

Inutile de donner des leçons au Congo ou ailleurs quand on n'est pas capable de les appliquer sur le territoire français.

Françoise MEYER
10/03/2023 - 15:42:27

Guyane : Macron, comme Bolsonaro, veut déforester l’Amazonie pour l’industrie biomasse
https://up-magazine.info/planete/biodiversite/113144-macron-comme-bolsonaro-veut-deforester-lamazonie-en-guyane/  

Alain UGUEN
10/03/2023 - 10:17:13

One Forest Summit :
la France n'a pas de leçon à donner sur la manière
de protéger les forêts tropicales

Alors que s'ouvre un nouvelle rencontre internationale co-organisée par la France sur la préservation des forêts tropicales du bassin du Congo, les associations de protection de la nature de Guyane française, co-signataires de ce communiqué, rappellent qu'elles se battent au quotidien pour faire face à des projets destructeurs soutenus par le gouvernement qui menacent l'unique territoire d'Amazonie Française.

VOIR LA SUITE SUR CE LIEN :
https://drive.google.com/file/d/1nqyIJCl4HDDwqMRhufbcqhK0rVm-QCVz/view?usp=sharing  

Frawald
02/03/2023 - 07:30:55

Ce projet met en péril non seulement la vie de milliers d’espèces animales et végétales, dont certaines endémiques, mais aussi les droits des peuples autochtones de Guyane dont les terres sont menacées par la déforestation, les plantations à vocation énergétique et des projets de barrages hydroélectriques déguisés sous des atours écologiques..
La forêt amazonienne de Guyane est un trésor inestimable de biodiversité. Le gouvernement français, qui se pose en chantre de la défense des forêts et du climat, doit faire acte de cohérence et renoncer à cette dérogation pour réorienter les aides publiques consacrées au bois-énergie vers une économie des énergies moins destructrice des forêts !
Communiqué de l'ONG Planète Amazone, le 13 février 2023

Frawald
24/02/2023 - 07:02:12

Merci Lula...

caroline gindre
19/02/2023 - 04:44:51

C'est facile de critiquer les politiques des autres pays qui détruisent la forêt amazonienne quand la France s'apprête à faire pareil... même si ce n'est pas pour cultiver su soja transgénique!

caroline gindre
19/02/2023 - 04:43:10

Brésil : La déforestation en Amazonie en baisse lors du premier mois de Lula
https://www.goodplanet.info/2023/02/10/bresil-la-deforestation-en-amazonie-en-baisse-lors-du-premier-mois-de-lula/?idU=1  

Alain UGUEN
17/02/2023 - 14:57:51

STOP à la destruction tout azimut de la forêt primaire de Guyanne !

Alain Kernevez
15/02/2023 - 21:50:23

Une partie des député(e)s LFI-NUPES de la Commission Développement durable et Aménagement du Territoire ont demandé aux instances européennes de retirer la dérogation concernant la biomasse en Guyane :
https://lafranceinsoumise.fr/2023/02/03/les-instances-europeennes-doivent-retirer-la-derogation-concernant-la-biomasse-primaire-en-guyane/  

Frawald
15/02/2023 - 13:51:20

Bois-énergie : la filière française s’inquiète des restrictions
https://www.greenunivers.com/2023/02/bois-energie-la-filiere-francaise-sinquiete-des-restrictions-313215/  

Alain UGUEN
15/02/2023 - 10:27:36

Ben voyons! l'espace c'est l'avenir???!!!
irons coloniser Mars?... Pas d'atmosphère, gravité plus faible que sur Terre, sa masse étant sensiblement plus faible que celle de la Terre, voyage balistique très long, ressources nécessaires à un tel projet, colossales....
Même si certains en rêvent, ça sera dans tous les cas pour une population très limitée.
Grandiose, certes, mais est-ce bien utile pour la survie du monde vivant, toutes espèces confondues?

Eugène-François Ravenet
14/02/2023 - 18:37:39

La honte !
Arrêtez de détruire !!

Hélène Bureau
14/02/2023 - 17:24:00

Guyane : L’autorisation environnementale d’une centrale thermique validée en appel
https://www.20minutes.fr/planete/4022460-20230207-guyane-autorisation-environnementale-centrale-thermique-validee-appel  

Alain UGUEN
14/02/2023 - 16:20:00

cessons le pillage protégeons les peuples et la biodiversité et la durée de vie sur terre !

Dominique Morin
12/02/2023 - 21:50:08

Et dire que l'on veut donner des leçons, commençons par protéger le territoire français et après nous pourrons nous occuper des autres. La Guyane n'a pas besoin de participer à destruction de l’Amazonie.

Stéphoto
12/02/2023 - 13:18:59

arrêtons le pillage!

Agnès Delmarle
10/02/2023 - 18:29:28

La France reste spécialiste des plus mauvaises décisions
qu'il s'agisse des néonicotinoïdes du développement d'un nouveau parc nucléaire au lieu de développer les énergies renouvelables et l'isolation des bâtiments, des méga bassines
des réductions de la pollution de l'air etc.. de quoi décourager les militants les plus tenaces !!

Anita VILLERS
10/02/2023 - 16:20:32

Inadmissible que la France s'engage dans un projet qui porte atteinte à la forêt amazonienne. Il faut impérativement protéger par tous les moyens ce poumon du monde.Stop à l'installation de centrales à biomasse en Guyane !

Yves et Danièla Grellier
10/02/2023 - 13:34:23

le maintien de la forêt amazonienne est indispensable pour l'équilibre de la planète

Michèle Léonard
10/02/2023 - 12:05:24

« Il est impensable que la France s’engage dans le développement du bois-énergie en Amazonie »
https://www.cyberacteurs.org/blog/?p=9779  

Alain UGUEN
07/02/2023 - 14:08:55

Merci Alain d'avoir ajouté Monsieur OMARJEE aux destinataires de la cyberaction. A-t-il saisi la portée réelle de son action, cet homme-là ?
S'il croit aider la population locale, il se trompe.
Certes l'approvisionnement en électricité n'est pas assez sécurisé pour 20% des Guyanais, mais la production n'est pas le principal problème, qui se situe davantage au niveau du transport d'énergie et des réseaux. On ne résoudra pas un problème d'infrastructures en obtenant une dérogation pour brûler tous les arbres de la forêt primaire de Guyane dans des centrales biomasse !

Erratum : Dans mon premier commentaire du 05/02, j'ai tapé "suprématisme" au lieu de "suprémacisme".
Il s'agit bien là de suprémacisme ou d'hégémonisme.
On pourra peut-être parler de "suprématisme" quand les parcelles forestières rasées apparaîtront, vues du ciel, comme des carrés noirs ou rouges sur le fond vert de la forêt...

Frawald
06/02/2023 - 09:09:31

Un tiers de la forêt amazonienne « dégradée » par l’activité humaine et la sécheresse
https://www.goodplanet.info/2023/01/27/un-tiers-de-la-foret-amazonienne-degradee-par-lactivite-humaine-et-la-secheresse/  

Alain UGUEN
06/02/2023 - 09:09:05

La destruction de l’Amazonie se poursuit à un rythme jamais vu dans l’histoire
https://reporterre.net/La-destruction-de-l-Amazonie-se-poursuit-a-un-rythme-jamais-vu-dans-l-histoire  

Alain UGUEN
06/02/2023 - 09:03:38

Un dernier ajout. Autre conséquence néfaste de la dérogation accordée à la France pour ses territoires "RUP" (régions ultra-périphériques) : Imaginez la réaction de la Pologne à laquelle on interdit d'exploiter la forêt primaire de Bialowieza : "Pourquoi la France et pas nous ?"
Voilà qui va donner des arguments aux mafias du bois et remettre du gasoil dans le réservoir de abatteuses. Bravo la France, bravo le Parlement européen !

Frawald
05/02/2023 - 11:10:59

Nous devrions ajouter LFI à la liste des destinataires de la cyberaction.
En effet, le projet d’amendement est porté par une alliance contre nature (dans tous les sens de la locution) Renaissance – LFI, au travers du député européen Insoumis, Younous Omarjee.

Comme le souligne l’association Maïouri Nature dans la vidéo et dans le dossier dont les liens sont joints au texte de la cyberaction, grâce à cette dérogation :
- En Guyane, la biomasse ayant pour origine la déforestation de forêts primaires à haute valeur de biodiversité peut ainsi être comptabilisée sur les obligations françaises de production d’énergies renouvelables, malgré l’interdiction dans le reste de l’Europe en raison de l’incompatibilité entre déforestation, lutte contre le réchauffement climatique et protection de la biodiversité.
- La biomasse ligneuse primaire peut ainsi bénéficier de financements publics favorisant et sécurisant le développement de cette filière, malgré que ce soutien risque de créer artificiellement un avantage à raser la forêt amazonienne pour planter des espèces dédiées à la production de bois énergie, au détriment d’une politique de gestion des déchets agricoles et déchets de bois construction.
Conclusion : L’aubaine d’un tel amendement est surtout d’ordre financier. Il avantage la logique d’investissement dans l’exploitation de biomasse ligneuse primaire. En effet, les investisseurs pourraient être tentés d’engranger de gros profits en captant des aides publiques pour exploiter d’immenses quantités de bois.
Lorsque cette activité sera lancée à grande échelle, il sera difficile de la stopper puisqu'elle sera "légale" et par conséquent, bénéficiera de la protection des forces de l'ordre.

La dérogation doit encore être examinée par le Conseil de l’Union européenne.
Il n’a pas été tenu compte, en revanche, de l’avis du Grand Conseil Coutumier et des associations autochtones, qui représentent pourtant les populations les plus impactées par le projet !

En portant cet amendement, LFI risque de voir son nom associé à la destruction de la forêt amazonienne, donc à de futurs scandales écologiques de grande ampleur et, ce qui est un comble pour un parti qui s’honore de lutter contre le racisme et le colonialisme, risque d’être accusé de mépris et de suprématisme à l’égard des populations autochtones de Guyane. En outre, ce projet fissure la Nupes, les Verts ayant voté contre l'amendement au Parlement européen.
Ce n’est pas parce que la Guyane est une « région ultra-périphérique » qu’on peut y faire n’importe quoi !
Merci pour votre attention. Francine

Frawald
05/02/2023 - 09:20:21

Guyane

Non seulement les prêtres ont évangélisé, brimé et dénaturé les Amérindiens guyanais, mais l’UE est en train de piller, par le biais d’industriels sans vergogne et la légèreté de vos choix, la forêt tropicale. On veut donc arracher, brûler des arbres chenus pour planter des essences à pousse rapide pour alimenter des centrales à biomasse qui vont rapporter beaucoup d’argent et remplir le ventre de fusées onéreuses qui amusent les astro-délirants. En autorisant ces implantations de centrales, vous accentuez le réchauffement climatique, vous précipitez la disparition des animaux et vous rendez orphelins les autochtones de leur Mère Terre.
Aïchat Nussy

Colette Nusbaum Vallet
04/02/2023 - 19:50:15

EUROPE = U.E. ?
Une petite remarque au passage, mais loin d'être anodine :
Dans le texte la Guyane est dite "le seul territoire d’Europe [...]".
ATTENTION, bien sûr, la Guyane n'est pas un territoire d'Europe mais un territoire... de l'Union Européenne -UE-.
(Ce qui fait d'ailleurs écho aux DIZAINES de pays qui sont territoires d'Europe, mais pas territoires de l'UE (ex. : Norvège, Ukraine, Suisse, Royaume Uni, etc.).)
Les deux entités, Europe et UE étant confondues dans la pensée imposée dont on nous abreuve... pour nous confondre politiquement nous-mêmes !!!
AINSI, QUI POURRAIT DIRE : "OUI À L'EUROPE, NON À L'UE" ?!
Je reste à disposition. Rodolphe 06 01 76 52 27

RODOLPHE ANDRÉ-BLAIS
03/02/2023 - 22:57:31

> Opposé à l’installation de nouvelles centrales biomasse en Guyane et à l’essor des agrocarburants,
Ça me semble bien générique alors que la suite est plus pertinente. Oui Alain, on peut changer le contenu ;-).

Bibi
03/02/2023 - 12:49:46

cette idéologie de l'écologie (car du militantisme on est passé a l'idéologie)prise en main par l'oligarchie et la caste dirigeante, tout comme le bio ,mot qui ne veut plus rien dire, nuit a la planète est a l'humanité. j'ai voté écolo pendant des décennies mais depuis mamère je n'ai plus voté pour ce parti d'opportunistes.

dudu
03/02/2023 - 10:18:20

Encore une fois, merci Alain et Cyberacteurs pour cette action.
Quand j'ai eu connaissance de ce projet, hier, cela m'a fait un choc.
Ainsi après avoir amplement, et fort justement, critiqué les décisions et actions de l'écocide Bolsonaro ; la France ne fait pas autre chose en Guyane que ce qu'il a fait au Brésil. A vomir !
Les gros QI et super ingénieurs de la base de Kourou ne peuvent-ils envisager d'autres moyens pour alimenter leurs locaux et appareils que de brûler tous les arbres de la forêt, comme le ferait le dernier des préhistos dans sa grotte ?!
De plus en plus, j'ai l'impression de participer, malgré moi, malgré nous, à une gigantesque MARCHE DE LA MORT*. On nous pousse dans un voyage sans retour et on nous emmène nous perdre quelque part dans un désert sans vie. C'est démentiel, horrible, absurde.
*PS : Nos soeurs et frères arméniens, dont le peuple a connu tant d'horreurs de 1915 à 1916, comprendront qu'il ne s'agit pas là de minimiser leurs souffrances, ni de leur manquer de respect.

Frawald
03/02/2023 - 09:44:21

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !