actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

SPAM etc...

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

météo

2023 l'année des droits

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

Ne laissez pas vos appareils en veille

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

2024 année délicate

Les amis des 150

22 V'là les acteurs des transitions

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : Stop au marketing pour la malbouffe

« Gaver les enfants à coup de marketing pour la malbouffe est totalement irresponsable. Les politiques doivent suivre l’OMS et légiférer », prévient foodwatch

[ 1 876 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 20 septembre 2023

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Présidente de l'AN | à votre député
En soutien à Foodwatch

Plus d'infos

obésitéEn France, un enfant sur six entre 6 et 17 ans est en surpoids ou obèse et le restera vraisemblablement à l’âge adulte. « Non, ce n’est pas la faute des parents. On a totalement perdu le contrôle », insiste foodwatch qui publie une nouvelle enquête. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) alerte depuis 2010 et demande aux gouvernements de légiférer. Nombre d’expert·e·s – Santé publique France, Inserm, Unicef, Haut conseil de la santé publique, Cour des comptes – abondent dans le sens de l’OMS : permettre aux fabricants de produits trop gras, trop sucrés, trop salés d’exposer les plus jeunes au marketing de la malbouffe aggrave leur risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète de type 2 et même de cancer. Adepte du name & shame, foodwatch épingle des marques, partenariats et pratiques insidieuses. En cette rentrée, les parlementaires planchent justement sur des mesures afin d’enrayer l’épidémie d’obésité. Pour la santé des enfants, il serait irresponsable de s’en remettre au bon vouloir des industriels. Il est temps d’encadrer ces pratiques marketing délétères, selon foodwatch.

Rapport Foodwach
https://www.foodwatch.org/fileadmin/-FR/Documents/Foodwatch_Publication_rapport_malbouffe_pub-enfants_23_09_12.pdf  


Sur le plan économique, le coût du laisser-faire est considérable. Le coût sociétal de la surcharge pondérale était estimé par le Trésor public en 2012 à plus de 20 milliards d’euros par an. Il a certainement enflé depuis lors.
L’urgence est à la régulation. Et la France est très en retard. De nombreux pays - Norvège, Chili, Mexique, Pérou, Espagne, Allemagne, Canada, etc. - ont déjà mis en place, ou sont sur le point de le faire, un encadrement strict de ces pratiques marketing ciblant les enfants.

Depuis le début de l’été 2023, des parlementaires de tous bords politiques planchent sur des mesures visant à lutter contre l’obésité et auditionneront foodwatch fin septembre : une opportunité politique en or à saisir pour enfin encadrer le marketing et la publicité ciblant les enfants. foodwatch et les milliers de consommateurs et consommatrices mobilisé·es sur la question ne vont rien lâcher. C’est une impérative question de santé publique.

En complément de la pétition Foodwatch ciblant les ministres nous vous proposons de cibler les députés

Sources :
Nouvelle enquête foodwatch (pdf) truffée d’exemples et de sources scientifiques : « Les enfants, cibles du marketing de la malbouffe : c’est l’heure de l’action politique », septembre 2023 

Pub de la malbouffe : 10 exemples illustrant la surexposition des plus jeunes au marketing et à la publicité des produits trop gras, trop sucrés, trop salés
Méthodologie de l’enquête foodwatch
https://www.foodwatch.org/fileadmin/-FR/Documents/Foodwatch_Publication_23_09_12_exemples_pub_marketing_malbouffe_enfants.pdf  

Bande dessinée (libre de droits) illustrant la surexposition des enfants à malbouffe, par Anaïs Slaney pour foodwatch 
https://www.foodwatch.org/fileadmin/-FR/Documents/BD-foodwatch_pub_marketing_malbouffe_enfants.pdf  

Visuels de la campagne libres de droit en téléchargement (via WeTransfer)
https://wetransfer.com/downloads/1794e7aa51fc9ea686af72d7eb9bc7e320230912094108/187d62  

Pétition « La malbouffe cible nos enfants, une loi doit les protéger »
https://www.foodwatch.org/fr/sinformer/nos-campagnes/alimentation-et-sante/malbouffe/la-malbouffe-cible-nos-enfants-une-loi-doit-les-proteger  

Groupe de travail des parlementaires sur l’obésité
https://www.lefigaro.fr/politique/assemblee-des-deputes-de-tous-bords-lancent-un-groupe-de-travail-transpartisan-pour-lutter-contre-l-obesite-20230524  

Obésité : quelles conséquences pour l'économie et comment les limiter ? Direction générale du Trésor, 6 septembre 2016, Trésor-Éco n° 179
https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2016/09/06/tresor-eco-n-179-obesite-quelles-consequences-pour-l-economie-et-comment-les-limiter  

Comprendre l’impact de la publicité alimentaire sur l’obésité infantile
https://www.humanium.org/fr/comprendre-limpact-de-la-publicite-alimentaire-sur-lobesite-infantile/  

Les enfants ont non seulement des besoins en matière de santé, mais aussi des droits (UNICEF, 2019). La publicité alimentaire doit être conceptualisée comme une question de droits de l’homme, plutôt que comme une simple préoccupation de santé publique (Professeur Garde, 2020). Une approche de ce type déplace l’attention des pratiques non éthiques vers les expériences de l’enfant (Professeur Garde, 2020). La CIDE fournit une liste d’actions recommandées pour soutenir le développement sain des enfants en utilisant une approche fondée sur les droits de l’enfant (UNICEF, 2019).

L’OMS a également élaboré une liste de 12 recommandations pour aider les pays à concevoir des politiques et des initiatives visant à protéger les enfants contre l’exploitation de la publicité alimentaire (OMS, 2010). Outre les politiques nationales, les communautés locales ont également leur rôle à jouer pour sensibiliser le public au problème de la publicité alimentaire, pour améliorer la communication entre parents et enfants sur les effets néfastes de la publicité et pour réduire l’exposition des enfants à des pratiques de marketing dangereuses (Harris, 2009). Des approches descendantes menées par les gouvernements aux approches ascendantes menées par les parents, il est urgent de s’attaquer au problème de la publicité alimentaire dans le monde, afin de protéger les droits des enfants.

De nouvelles lignes directrices de l’OMS pour protéger les enfants contre le marketing d’aliments nocifs pour la santé
https://www.who.int/europe/fr/news/item/14-03-2023-new-who-guidelines-aim-to-protect-children-from-unhealthy-food-marketing  

Précédentes actions

Interdire la pub pour la malbouffe ciblant les enfants.
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=4250  

Halte au marketing de la malbouffe
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=3745  

Une loi pour faire reculer la malbouffe : l’occasion de faire primer l’intérêt général.
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=2186  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à yael.braun-pivet@assemblee-nationale.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Stop pub pour la malbouffe
  • Message : Madame, Monsieur,
    En France, un enfant sur six entre 6 et 17 ans est en surpoids ou obèse et le restera vraisemblablement à l’âge adulte. Il est urgent de s’attaquer au problème de la publicité alimentaire dans le monde, afin de protéger les droits des enfants.
    Permettre aux fabricants de produits trop gras, trop sucrés, trop salés d’exposer les plus jeunes au marketing de la malbouffe aggrave leur risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète de type 2 et même de cancer. Il est temps d’encadrer ces pratiques marketing délétères.
    Dans cette attente veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

11 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

L' Obésité n'est pas sortie de nulle part... Arrêtons de gaver nos enfants de pubs dévastatrices et mensongères !

Rémi GACHENOT
31/10/2023 - 09:34:31

C'est un problème majeur de santé. Quand on constate l'augmentation de l'obésité, cela fait peur.

Jean Pierre LE GAC
31/10/2023 - 09:20:25

«?Pourquoi il faut mettre fin au matraquage publicitaire des industriels de la malbouffe sur nos enfants?»

C’est une mobilisation inédite pour un sujet pressant de santé publique. A l’initiative de foodwatch, une cinquantaine d’expert·es en santé publique, scientifiques, associations de consommateurs et d’usagers mais aussi représentantes de parents d’élèves ou défendant le climat et l’accès à une alimentation plus saine et durable s’allient pour exiger la fin du marketing et de la publicité qui ciblent les enfants pour les aliments trop gras, trop sucrés, trop salés.



Leur appel dans cette tribune collective à mettre fin au matraquage publicitaire des industriels de la malbouffe sur les enfants?est d’une actualité brûlante. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) va entrer en discussion au Sénat, tandis que des député·es ont lancé un groupe de travail transpartisan pour lutter contre l'obésité : autant d’opportunités à saisir pour encadrer ces pratiques.

Aujourd’hui en France, la situation n’est plus tenable?: 17 % des enfants et adolescents sont en surpoids ou en situation d’obésité et 50 à 70 % d’entre eux le resteront à l’âge adulte. Or, on le sait, surpoids et obésité augmentent les risques de maladies cardio-vasculaires, de diabète de type 2, de syndrome du foie gras et même les risques de cancer. Un enfant sur six est un futur malade, c’est presque écrit. Alors que faire????

Texte intégral de la tribune : «?Pourquoi il faut mettre fin au matraquage publicitaire des industriels de la malbouffe sur nos enfants?»


Le coût économique du laisser-faire est considérable. L’impact sociétal de la surcharge pondérale était estimé par le Trésor public en 2012 à plus de 20 milliards d’euros par an.?Il a certainement enflé depuis lors.??

Depuis 2010, l’OMS Europe appelle les gouvernements à légiférer pour limiter l’exposition des plus jeunes au marketing et à la publicité alimentaires. La Norvège (2023) et le Royaume-Uni (2018) ont adopté une réglementation qui répond à cette urgence de santé publique. L’Allemagne, l’Espagne et la Finlande travaillent également à une législation en ce sens. ??

La France est à la traîne. En cette rentrée 2023, le gouvernement et les parlementaires doivent se ressaisir et enfin clairement interdire le marketing et la publicité de la malbouffe qui ciblent les enfants. ??


Liste des signataires (par ordre alphabétique)?:

Amazouz, Hélène, Chercheuse en épidémiologie,?Inserm?
Autard Jean, Administrateur,?Association WWOOF France?
Basset Bernard, Médecin expert en santé publique et président,?Addictions France?
Blanc Jean-Louis, Secrétaire Général Adjoint, en charge des dossiers agroalimentaires,?ADEIC - Union Laïque et Citoyenne des Consommateurs (ULCC)
Baudier François, Président,?Fédération nationale d'éducation et de promotion de la santé?
Belkiri Jamy, Présidente du Pôle consommation,?Familles de France?
Berterreix Sandrine, Membre du comité de pilotage,?Alliance Santé Planétaire?
Boulongne Evelyne, Porte-Parole,?Mouvement Inter-Régional des AMAP?
Brohan Guylaine, Présidente,?Familles rurales?
Cicolella André,?Réseau Environnement Santé?
Claveirole Cécile, Responsable des questions agricoles et alimentaires,?France Nature Environnement (FNE)?
Clément Jean-Louis, Co-président en charge du plaidoyer,?Union des Groupements des Épiceries Sociales et Solidaires?(UGESS)?
Courbet Didier, Professeur des Universités et chercheur à l’IMSIC?(Aix-Marseille)?
Cousin Marie, Co-présidente,?Résistance à l’Agression publicitaire?
Delcroix Michel-Henri, Professeur Gynécologue-Obstétricien, Président,?Association Périnatalité, Prévention Recherche Information,?Maternité sans tabac?
Ensel Grégoire, Président,?Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE)?
Friant-Perrot Marine, Maître de conférences HDR. Laboratoire Droit et changement social,?Université de Nantes?
Fossard Renaud, Délégué général,?Communication et démocratie?
Gérard Raymond, Président,?France Assos Santé?
Gomez Conchita, Sage-femme, Présidente,?Association Nationale des Sages Femmes Tabacologues?
Hercberg Serge, Professeur Emérite de Nutrition Université Sorbonne Paris Nord,?Équipe de Recherche en Épidémiologie Nutritionnelle (EREN)?
Jacquemart Karine, Directrice générale,?foodwatch France?
Joly Anne-Sophie, Présidente,?Collectif National des Associations d’Obèse?(CNAO)?
Khalifa Christian, Président,?INDECOSA-CGT?
Kien Julien, Président,?Bioconsom’acteurs?
Koraich Aicha, Présidente,?Action contre la Faim?
Lagae Marc, Président,?Association Léo Lagrange pour la Défense des Consommateurs?
Lauverjat Nadine, Déléguée générale,?Générations futures?
Lechat Lucas, Co-président,?Résistance à l’Agression publicitaire?
Le Gallic Gilliane, Présidente,?Alofa Tuvalu?
Mairie Corinne, Diététicienne-Nutritionniste,?Association Santé Environnement France?
Mano Jean-Yves, Président,?Consommation Logement Cadre de vie (CLCV)?
Nizri Daniel, Président,?Ligue contre le Cancer?
Pacheff Tania, Nutritionniste spécialisée en santé environnementale,?Cantine sans Plastique France?
Payen de la Garanderie, Marie, Doctorante, EREN,?Université Sorbonne Paris Nord?
Peneau Sandrine, Professeure des Universités,?Université Sorbonne Paris Nord?
Peureux Florimond, Président,?Observatoire national des alimentations végétales (ONAV)
Pontroué Karine, Fondatrice,?Collectif je suis Infirmière Puéricultrice?
Quirion Philippe, Président,?Réseau Action Climat?(RAC)?
Rodrigues Manuel, Président,?Société française du Cancer?
Rousset David, Secrétaire général,?Association Force Ouvrière Consommateurs (AFOC)?
Roux Bastien, Directeur général,?Fédération Française des Diabétiques?
Sarroca Marion, Directrice adjointe,?Ligue nationale contre l’Obésité?
Stévenin Marie-Amandine, Présidente,?UFC-Que Choisir?
Taisne Anne-Françoise, Déléguée générale,?Comité Français pour la Solidarité Internationale?
Tavernier Boris, Délégué général,?VRAC France?
Tirot Antoine, Chargé de mission Économie / Consommation / Environnement,?Confédération Syndicale des Familles?
Touvier Mathilde, Directrice de l’Équipe de Recherche en Épidémiologie Nutritionnelle (EREN-CRESS),?Inserm / Inrae / Universités Sorbonne Paris Nord et Paris Cité / Cnam
Vernet Françoise, Présidente,?Terre & Humanisme?
Verzotti Nicolas, Paysan maraîcher et vice-président,?Réseau CIVAM?
Yvroud Hoyos Paola, Médecin validateur des événements de santé au sein de la cohorte?NUTRINET SANTÉ, INSERM - EREN

Contact Presse - foodwatch France

Ingrid Kragl, +33 (0) 6 01 23 12 46 - ingrid.kragl@foodwatch.fr.  

Alain UGUEN
30/10/2023 - 18:05:14

la mort et disparition progressive du commun des mortels est programmée, car hautement désirée depuis plusieurs décennies, par les riches qui ont très bien compris l'appauvrissement des ressources vitales de vie sut Terre.
donc, moins de consommateurs de nourritures, pétrole et autres nécessaires à vivre, c'est d'autant pour les autres, puisqu'il n'y a aucune autre alternative possible. (cela fait plus de 50 ans que l'on a appris à gaspiller à outrance, c'est pas demain la veille que vous allez mettre 1 frein dans vos habitudes pour arriver à ne faire que de la surconsommation. ce n'est qu'une pyramide des pouvoirs de décision d'octroi de vie sur les autres : les pays riches tuent à petits feu les pays dits "sous développé&s" et les dirigeants des pays riches tuent à petits feu les habitants de ces pays. donc, vive la mort, comme pour les moutons à l’abattoir !

georges chaize
30/10/2023 - 10:33:36

Pour en savoir plus, je vous conseille le livre de Rémi Thévenot : Alimentation industrielle : les raisons d'un désastre sanitaire, paru en 2022.

Daniel DANIEL
30/10/2023 - 09:34:33

« Il faut mettre fin au matraquage publicitaire des industriels de la malbouffe sur nos enfants »rnhttps://www.lemonde.fr/idees/article/2023/10/28/sante-il-faut-mettre-fin-au-matraquage-publicitaire-des-industriels-de-la-malbouffe-sur-nos-enfants_6196999_3232.htmlrnrnAujourd’hui,   en France, la situation n’est plus tenable : 17 % des enfants et adolescents sont en surpoids ou en situation d’obésité, et de 50 à 70 % d’entre eux le resteront à l’âge adulte. Or, on le sait, surpoids et obésité augmentent les risques de maladies cardio-vasculaires, de diabète de type 2, de syndrome du foie gras et même les risques de cancer. Un enfant sur six est un futur malade, c’est presque écrit.

Alain UGUEN
28/10/2023 - 17:21:26

Oui la pub est immonde, mais les adultes et leurs ancêtres ont lourdement chargé leurs enfants. Ce n'est pas une affiche minable et consommatrice d'électricité avec son slogan débile qui fait enfler les cuisses d'enfants qui biberonnent quotidiennement du coca et du burger-frites.

Colette Nusbaum Vallet
13/10/2023 - 09:47:11

Je suis ulcéré par la campagne de greenwashing que fait en ce moment Nutella !!!

Roland COMTE
04/10/2023 - 17:25:23

Et si nous nous penchions sur le codex alimentarius ?

Flip
20/09/2023 - 21:16:18

ajoutons à la liste des méfaits décrits

Permettre aux fabricants de produits contenant des produits inducteurs de perturbation métabolique, neurologique ou endocrinienne, qui aggravent les risque de maladies neuro-développementales, cardio-vasculaires, de diabète de type 2 et même de cancer.

le lien est établi entre TDAH et certains colorants ou édulcorants. De même que les études montrent que l'introduction dans l'alimentation d'un pays de produits dits "sans sucre" a une incidence sur l'obésité des populations de ce pays. Pas de démonstration ni de source dans ce commentaire mais recherchez par vous mêmes...

Dr B
20/09/2023 - 21:15:48

Interdisons (oui ! interdisons) toute propagande/pub liée à l'enfant de moins de seize ans. Pas de photo ni vidéo, ni voix ni mise en scène. Radio, télé, journaux, la rue, la toile, ciné... Partout.
Cavanna disait : «La publicité nous prend pour des c.ns, la publicité nous rend c.n.».

Louis Gérard
20/09/2023 - 12:50:15

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !