actualité écologie

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

OPÉRATION

Soutien permanent aux paysans de NDDL

image vide cyberacteurs
image vide

  #stocamine



Cyberaction N° 950: (Stoca)mine de rien

Il y a belle lurette que l’appareil d’Etat, ses suppôts et les lobbies qui l’assaillent en permanence ont l’intention d’enfouir pour l’éternité les déchets ultimes stockés au fond de la mine Joseph Else de Wittelsheim (Haut-Rhin). Sans une forte mobilisation, ce projet funeste risque d’aboutir sous peu. Le collectif Déstocamine vient d’adresser une lettre d’alerte à tous les députés pour qu’ils se saisissent d’urgence de ce dossier.

[ 3 721 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 06 novembre 2017

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Ministre de la Transition Ecologique Solidaire, Président de l'Assemblée Nationale | à votre député | à vos sénateurs | à vos euro députés
En soutien à Collectif Déstocamine


Elle prendra fin le : 06 février 2018

Plus d'infos

stocamine(Stoca)mine de rien…
C’est un condensé d’hypocrisie et de cynisme, ce n° 20 de « La lettre d’information sur les travaux de déstockage » qui vient de paraître. Lisez-le. Vous verrez que les MDPA, c’est à dire l’Etat, y déploient une attention touchante pour la santé des mineurs exposés à des émanations accidentelles de mercure gazeux. Et, de manière tout aussi suspecte, l’éditorialiste de « La lettre » s’impose un respect admirable pour les recours contentieux qui contestent l’arrêté préfectoral d’autorisation d’enfouissement définitif promulgué le 23 mars dernier.
http://lalterpresse.info/wp-content/uploads/2017/11/StocaMine_Lettre-info_20_Octobre-2017Bis.pdf  

Vous y découvrirez aussi, que, (Stoca)mine de rien, les MDPA s’activent pour que « les opérations de repli [du chantier de déstockage partiel soient] engagées » dès la mi-novembre. Pressés et visionnaires, à peine perturbés par des pannes de machines qu’ils font réparer frénétiquement, les managers entrevoient déjà « la fin des travaux de fermeture » qu’ils désignent aussi, dans un soupir de soulagement anticipé, par « l’achèvement des travaux de confinement« . C’est à dire, en clair, la fin du coulage de bouchons de béton aux entrées de galeries.
Sous l’impulsion de cadres aussi énergiques, les MDPA peuvent espérer déposer au fond, d’ici quelques jours, plusieurs m3 de béton de confinement et, du même coup, réussir à convaincre la justice que le décret préfectoral aura connu un début d’application rendant juridiquement sans objet les recours qui ont été déposés devant le tribunal administratif de Strasbourg ces dernières semaines !…
Un tel scénario ne serait pas plus énorme, après tout, que ceux qui ont été conçus au sein de l’appareil d’Etat depuis des années. Le dernier en date : des « Conseils » avec un grand « C« , fabriqués sur mesure, ont délivré des « conseils » avec un petit « c » au préfet qui en a conclu, tout seul, comme un grand, qu’il pouvait autoriser le stockage pour une durée illimitée. Il ne se contente pas de l’autoriser, il cherche aussi à l’imposer de manière irréversible en faisant couler immédiatement du béton de confinement à l’entrée de toutes les galeries.
Ces bouchons bétonnés seraient un obstacle définitivement infranchissable pour les esprits rebelles et trop curieux, espèrent les autorités : des écolos piégés par un barrage anti-pollution, ce ne serait pas un joli coup, ça ?! Peu importe que ce béton ne puisse pas empêcher la contamination de la plus grande nappe phréatique d’Europe. Peu importe que le préfet ait pris sa décision contre l’avis de toute la classe politique régionale.
Soit dit en passant, c’est du jamais vu : aucune contestation écologique passée ou présente (GCO, NDDL, etc) n’a fait localement l’unanimité.
Une lettre ouverte aux députés
Au niveau national, c’est autre chose. Questionné, N. Hulot a fait savoir qu’il approuvait le décret préfectoral d’enfouissement définitif, rappelant ainsi à certains de ses supporters déçus qu’en temps ordinaire, un ministre d’Etat, ça cède aux puissants (qui l’attendent pour l’enfouissement CIGEO), ou ça démissionne. Et si beaucoup des candidats alsaciens à la députation ont répondu
http://lalterpresse.info/3066-2/  
favorablement à l’idée de créer une enquête parlementaire sur Stocamine,
http://lalterpresse.info/enquete-parlementaire-dossier-stocamine/   l’enthousiasme n’est plus aussi net pour ceux qui – y compris les Alsaciens – ont accédé aux bancs de l’Assemblée nationale.
Il y a à cela des raisons diverses, politiques et pratiques, qu’il serait trop long d’exposer ici… Prenons simplement l’exemple du seul élu LREM du Haut-Rhin, le député B. Fuchs. Il s’active beaucoup, descend même au fond de la mine Joseph Else, mais, dans ses interventions publiques et dans une question qu’il a posée au ministre de la Transition écologique et solidaire, il « oublie » qu’il a cosigné une résolution tendant à la création d’une commission d’enquête sur Stocamine. A-t-il déjà approché de trop près l’appareil d’Etat ?…
Le collectif Déstocamine a décidé d’écrire en urgence aux députés pour les alerter sur ce qui est en train de se tramer. Le message, intégralement reproduit ci-dessous, leur est parvenu fin octobre.
Vous connaissez un-e député-e animé-e de plein de bonnes intentions écologiques et politiques ? Contactez-la (le) d’urgence pour lui rappeler qu’il reçu, comme l’ensemble de ses collègues, ce message haut-rhinois et qu’une enquête passionnante reste à faire dans un dossier aux multiples ramifications. Dites-lui aussi que le collectif, et d’autres, sont prêts à lui donner des billes.
http://lalterpresse.info/dossiers-sordi-stocamine-sortons-verite-fond-trou/  
Le 2 novembre 2017

« Nappe phréatique en danger »
 
Mesdames et Messieurs les députés,
L’arrêté préfectoral du 23 mars 2017 autorise l’entreprise Stocamine à stocker pour une durée illimitée plus de 40 000 tonnes de produits dangereux sur le territoire de la commune de Wittelsheim dans le Haut-Rhin.
Il y a urgence.
Cette décision est sur le point d’être exécutée contre l’avis unanime de l’ensemble des collectivités alsaciennes et des associations qui contestent l’arrêté devant le tribunal administratif.
L’opération d’enfouissement entre dans sa phase ultime.
L’entreprise chargée du déstockage partiel termine son chantier et quittera la mine dans peu de temps.
La pose de bouchons en béton que les pouvoirs publics cherchent à effectuer très rapidement, empêcherait définitivement l’accès aux déchets stockés, supprimant toute possibilité de déstockage ; la manœuvre viderait aussi de leur sens toutes les procédures et démarches démocratiques qui sont en cours pour lever le voile sur des aspects troubles de ce dossier.
Et, surtout, faut-il le rappeler ? : l’enfouissement de plus de 40 000 tonnes de déchets chimiques menacerait irrémédiablement la plus grande nappe phréatique d’Europe.
Un moratoire s’impose afin de laisser à la justice le temps de statuer.
Il se trouve qu’un de vos collègues, le député LR de la circonscription concernée (R. Schellenberger), a fait enregistrer à la Présidence de l’Assemblée nationale le 4 octobre 2017, sous le n°257, une proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête parlementaire relative au dossier Stocamine cosignée par 23 députés (voir ici).
C’est sur ce point, qu’en urgence, nous faisons appel à vous, Mesdames et Messieurs les députés, parce que nous craignons qu’une fois de plus dans cette affaire, les acteurs d’une démarche démocratique soient bernés.
Nous craignons, par exemple, que la demande d’enquête parlementaire s’enlise comme s’est enlisée celle qu’a déposée, il y a plus de 12 ans, le 1er mars 2005, sur le même sujet, le député haut-rhinois F. Hillmeyer (voir ici). Aujourd’hui encore, nous nous demandons si cette commission de 2005 a vu le jour ! Nous ne connaissons pas la liste de ses membres et ne savons pas si elle a produit un rapport.
De même, nous craignons aussi que diverses arguties et entourloupes, comme celles qui ont jalonné ce dossier depuis une vingtaine d’années, empêchent la proposition de résolution n° 257 d’aboutir. Car les pressions sont si vives que le ministre de la Transition écologique et solidaire lui-même s’est senti obligé récemment de valider la décision d’enfouissement définitif prise en mars dernier par le Préfet du Haut-Rhin.
Nous comptons donc sur vous, Mesdames et Messieurs les députés, sur votre vigilance et sur votre détermination, pour que cette commission d’enquête voie le jour ; nous comptons sur la qualité de vos investigations pour qu’elle éclaire nos concitoyens. Comment se peut-il que la demande de déstockage complet des déchets, appuyée par l’ensemble de la population et de ses élus, soit systématiquement refusée depuis tant d’années ? Quels sont donc ces puissants intérêts qui poussent à ce funeste refus ?
La réponse à cette question concerne tout le monde.
C’est pourquoi nous la posons à tous les parlementaires en faisant parvenir une copie du présent courriel à tous les sénateurs.
C’est pourquoi nous la poserons aux parlementaires européens, en sollicitant leur appui et leur concours à nos investigations : le risque de pollution de la plus grande nappe phréatique d’Europe les concerne, à l’évidence.
C’est pourquoi, dans l’attente de vos réponses, nous vous prions de croire, Mesdames et Messieurs les députés, que pour notre part nous ne lâcherons rien, en prenant des initiatives, en cherchant à comprendre et en informant tous azimuts.
Pour le collectif Déstocamine,
Etienne Chamik et Yann Flory, porte-paroles
collectif.destocamine@gmail.com.  
 www.destocamine.fr.  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à francois.derugy@assemblee-nationale.fr | michele.Pappalardo@ecologique-solidaire.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Pour une commission d'enquête parlementaire
  • Message : Monsieur le Ministre,
    Mesdames et Messieurs les parlementaires,
    L’arrêté préfectoral du 23 mars 2017 autorise l’entreprise Stocamine à stocker pour une durée illimitée plus de 40 000 tonnes de produits dangereux sur le territoire de la commune de Wittelsheim dans le Haut-Rhin.
    Il y a urgence.
    Cette décision est sur le point d’être exécutée contre l’avis unanime de l’ensemble des collectivités alsaciennes et des associations qui contestent l’arrêté devant le tribunal administratif.
    l’enfouissement de plus de 40 000 tonnes de déchets chimiques menacerait irrémédiablement la plus grande nappe phréatique d’Europe. Nous nous joignons donc au collectif Déstocamine pour réclamer l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire nationale et européenne.
    Dans l’attente de vos réponses, veuillez croire en ma mobilisation citoyenne.

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.
  • Votre sénateur.
  • Votre euro-député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

29 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Les déchets de classe 0 français (déchets ultimes) arsenic, cyanures, mercure, sont accueillis en Allemagne. Les déchets de classe 1 peuvent être accueillis dans des décharges de surface en France. dès le départ ce projet a été bâti sur des mensonges. Toute la procédure de fermeture de ce stockage souterrain est une vaste mascarade !

JMD
11/11/2017 - 23:25:40

Stocamine : les dangereuses opérations de déstockage se terminent à Wittelsheim
http://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/stocamine-dangereuses-operations-destockage-se-terminent-wittelsheim-1362215.html  

Aain Uguen
10/11/2017 - 10:49:03

Pour situer la chose, Wittelsheim se trouve près de Mulhouse et la mine Joseph Else est une ancienne mine de potasse.
Alors là, je ne comprends plus ?!
La potasse ou hydroxyde de potassium, c'est bien CORROSIF, non ? Comment peut-on vouloir stocker des déchets dangereux dans une mine de potasse ? Et en plus une mine où il y a eu des effondrements ? Et en plus une mine située dans une zone à étangs près de la plus grande nappe phréatique d'Europe ?
Bref, "ça va pas la tête" ?!!!
Frawald-qui-en-a-marre-de-voir-des-fous-aux manettes :-[

Frawald
09/11/2017 - 11:20:28

Indignation, mettons tous ces décideurs dans le trou de Stocamine ou de Bure!

Joël Brisson
08/11/2017 - 20:23:14

Mais que faire de ces déchets?

BRIDET
08/11/2017 - 18:49:49

Si le stockage des déchets nucléaires(européens) n'est pas rigoureusement pris en mains par les
instances européennes,on peut s'attendre à voir
tout et n'importe quoi se mettre en place sur le
continent,notamment dans des pays où sont impl
antées de vieilles centrales et où on en constr uit des neuves pour rentabiliser leur destructu ration,tout en continuant à produire de l'électri
cité en quantité et permettre de "développer"ces
pays...En Chine,il n'y a plus de construction de
nouveaux réacteurs programmée de puis 2 ans...!!
La France s'honorerait d'orienter sa politique
de production d'énergie électrique hors de la
"sphère nucléaire"...!!Il y aura déjà bien as
sez à faire avec les déchets issus de la déconst ruction des réacteurs de 30 ans d'âge et plus...!

stoppeur
08/11/2017 - 18:31:44

Notre Terre! Telle une poubelle à ciel ouvert!

un anonyme
08/11/2017 - 14:36:46

S'occuper des déchets, est primordial. C'est s'occuper de l'avenir, c'est s'occuper de soi-même. Laisser derrière soi quelque chose de viable, quelque chose de beau...Alors, c'est vrai, je signe car cette pétition me semble juste.

Françoise Richard
08/11/2017 - 06:16:39

A priori les déchets de Stocamine n'ont rien à voir avec des déchets nucléaires. Informez-vous !

Claudio
08/11/2017 - 00:10:39

Bien sûr, le danger pour la nappe phréatique mérite d'interdire absolument l'enfouissement prévu.
Par ailleurs, je me demande s'il existe des solutions satisfaisantes pour éliminer les déchets nucléaires. A part les envoyer dans le soleil ? c'est une idée que nous avait exposée un ancien ami astronome. Bien que ce soit une solution onéreuse, je n'en vois pas d'autre, et je me demande pourquoi personne ne l'évoque.
L'arrêt des centrales nucléaires stoppera l'amoncellement de ces déchets, mais c'est pour l'avenir.

Yvette Rouxel
07/11/2017 - 20:00:40

nos enfants nous mépriserons

eric raoult
07/11/2017 - 19:59:43

Bonsoir,

Retirer tous ces poisons pour protéger les nappes
c'est nécessaire, mais ou et comment se débarrasser de cette mort programmée?????

Salutations.

Georges Doussiet
07/11/2017 - 19:33:19

l'enfouissement est un mode archaïque de traitement de déchets qui permet aux riches industriels de l'ordure de faire d'énormes bénéfices à moindres frais sur le dos des citoyens et qui empêche l'émergence de modes de traitement qui, faisant du tri un préalable essentiel, pourraient contribuer à sauver notre environnement tout en boostant notre économie. Messieurs les politiques, les décideurs, les responsables administratifs, ne vous laissez plus enfumer par ces soi-disant spécialistes qui profitent de votre manque de connaissances dans le domaine du traitement des déchets pour vous "enfumer" en vous présentant sur des plateaux dorés des solutions qui ne sont efficaces que pour leurs portefeuilles! Phildeloppidum des Gardiens de la Gardiole.

phildeloppidum
07/11/2017 - 19:32:29

Les différents acteurs du monde du Nucléaire ne réfléchissent qu'à court terme, jamais rien n'a été planifié ... On fait toujours au plus rentable, pour le gain de l'argent !
Le nucléaire, nous vous avions dit non dès le début !

Philou
07/11/2017 - 19:14:25

Toutes ces saloperies dont on ne sait pas quoi faire!!!

Christiane Huard
07/11/2017 - 18:08:58

nous aurions tout à gagner les plus vieilles centrales nuclèaires er à réflécchir davantage sur les énergies renouvelables

jean marc topenot
07/11/2017 - 17:24:39

L' Arrêt des Centrales Nucléaires serait la solution logique et intelligente, n'est-ce pas !

Louis Schiltz
07/11/2017 - 15:59:08

Merci pour cette action super importante et juste

un anonyme
07/11/2017 - 14:50:00

TOUT FAIT PEUR : l'obscurantisme et la crainte (soumission) de la majorité des politiques à s'engager, à alerter et s'opposer sur des actions aussi inconséquentes et irréversibles pour l'avenir.
Il s'agit de déchets (nucléaires) très hautement toxiques (40 000 tonnes) qui ne doivent être abandonnés, emmurés, sans savoir leur devenir.
Les répugnantes et diverses magouilles (financières...), les transactions opérées " limitant les possibilités de recours en recherche de responsabilité " sont immondes !
Que fait la Justice ? A-t-elle une éthique ? A quand une " enquête parlementaire " honnête sur le considérable sujet de WITTELSHEIM/STOCAMINE. Merci.

un anonyme
07/11/2017 - 14:40:37

Ni ici ni ailleurs, l'enfouissement ne peut être une solution ! Sinon, l'oubli et les solutions faciles l'emporteront !

Loïc MINERY
07/11/2017 - 14:24:47

Oui, le problème est à la base le nucléaire. C'est lui qu'il faut arrêter et développer en masse le renouvelable.... Volonté politique claire qui manque cruellement en France.... N. Hulot en panne ? Quant aux panneaux voltaïques posés trop à plat, peut-on en savoir plus sur le sujet ??? Qui peut préciser ??

Jonquille
07/11/2017 - 13:31:24

L'EAU EST UN BIEN COMMUN
S'IL Y A RISQUE ( même minim) DE POLLUTION
DE LA NAPPE PHRÉATIQUE JE DIS HAUT
ET FORT "STOP"

Louis Perolinii
07/11/2017 - 11:34:54

que l'on dépose les déchets dans la commune où la famille Macron a une propriété

monette
07/11/2017 - 11:17:35



vite, que le débat s'effectue au gouvernement et à l'assemblée, que les médias s'en saisissent pour informer et susciter une opinion publique!

merci pour vos actions de veille citoyenne et d'alerte nationale

mondo
07/11/2017 - 10:56:13

prendre le risque de polluer la nappe phréatique est criminel
que nous cache ce fameux bloc 15??????????
l'eau c'est la vie..

steiner
07/11/2017 - 10:23:39

merci pour vos actions que je suis régulièrement.

fabienne couton
07/11/2017 - 09:27:55

quelle que soit la solution qu'ils adopteront ,ça ne sera jamais satisfaisant .il faut prendre le problème en amont et lutter contre le nucléaire .
et faire en sorte que le photovoltaïque produise or on ne voit que des panneaux posés trop a plat pour qu'ils soient rentables .un jour on nous dira qu'on arrête ça parce que pas rentable.

un anonyme
07/11/2017 - 08:57:30

Je ne comprends pas comment cette entreprise a encore une telle activité quand elle a été radiée depuis 3 ans (17-04 -2014 )!!!

Maryse Bouche
07/11/2017 - 07:53:09

Les Outre-Mer sont concernés?

un anonyme
06/11/2017 - 15:32:30

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !