actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

STOP EPR Manifestation à Saint Lô Samedi 30 septembre 2017 - 14h 30 Place de la Mairie

Semaine des Semences Paysannes

Soutien permanent aux paysans de NDDL

OPÉRATION

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

  #élevageavicole   #agriculture   #finistère



Cyberaction N° 086L: Sauvons les Monts d'Arrée, source de vie!

L'élevage avicole "EARL du Menven" situé au lieu-dit Kerhom dans la commune du Tréhou a déposé un dossier pour augmenter considérablement sa production (de 64260 Animaux Equivalents (AE) à  208250 AE). Cela se traduirait par la construction de deux poulaillers de 2000 m². Une enquête publique a eu lieu. L'association "Quoi de Neuf à la Feuillée", commune voisine et concernée par le projet, et quelques dizaines d'habitants ont rencontré le commissaire enquêteur pour faire part de nombreuses doléances.

[ 4 110 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 07 mai 2017

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Préfet du Finistère
En soutien à collectif

Plus d'infos

marche contre le projet d'épandageLe préfet de la région Bretagne indique dans un courrier du 6 février 2017 que l'autorité environnementale n'a émis aucune observation se rapportant à ce dossier dans le délai imparti.
 
La question de la révision du plan d'épandage des déjections de poulet de la ferme, en cohérence avec l'augmentation de production, a été mise en avant par l'association et la délégation d'habitants. Le résumé non technique du dossier affirme que avant projet, la totalité des effluents bruts produits sur l'exploitation, à savoir les fumiers de volailles et de bovins, est épandue sur les terres agricoles épandables de l'exploitation. Après projet, le demandeur exportera le fumier produit dans les nouveaux poulaillers vers une station de compostage".
 
Dans le dossier, l'exploitant prévoit de "produire" 2,5 fois plus de fumier mais 85% de lisier en moins. En termes d'épandage il prévoit une augmentation de 15% de tonnes de fumier épandu (mais plus concentré, 35% d'augmentation en Kg azote)  et une diminution de 70% de tonnes de lisier épandu.
 
On note également que pour subvenir à ses besoins l'exploitation prévoit de plus que doubler sa consommation d'eau dans une source locale.
 
Une nouvelle fois, les habitants, vacanciers, amoureux des Monts d'Arrée, ont à défendre la terre, l'air et l'eau du "château d'eau" du Finistère.


CONTRE LE PROJET D’EXTENSION D’UN POULAILLER au Tréhou et de son plan d’épandage dans les Monts d’Arrée,
 L’EARL du MENVEN 29 a déposé le 13 mars 2017 une étude concernant l’extension d’un élevage avicole : passage de 64.260 à 208.250 volailles (en animaux équivalents) avec construction de deux nouveaux poulaillers et la mise à jour du plan d’épandage des fientes produites. Les communes de Le Tréhou, La Feuillée, Loqueffret, Sizun, Brennilis et Locmélar sont concernées par ce plan.
 Les citoyens dont les noms suivent, après avoir pris connaissance du dossier, se déclarent opposés à ce projet pour les raisons suivantes :
 Au niveau juridique


Rapport du bureau d’étude : Le dossier est incomplet et parfois peu lisible:


 Risques sanitaires et environnementaux

 A La Feuillée, risque de pollution des sols de parcelles contiguës aux périmètres de captages d’eau destinée à la consommation humaine. D’où un risque de pollution de l’eau potable.
Cette eau est aussi utilisée dans le cadre d’activités économiques :

 Risque de pollution bactériologique de l’eau des rivières issues Monts d’Arrée : château d’eau du Finistère, tête du bassin versant de l’Aulne.
 Pollution de l’air par les déjections épandues avec un impact sur le tourisme vert de randonnées pédestres, équestres et le cyclotourisme, avec un risque accru de mortalité des chevaux liés à présence d’antibiotiques dans les déjections.
 Risque de surmortalité des abeilles (nombreux ruchers).
 Risque pour les moules perlières vivant dans l’Ellez. Cette espèce a fait l’objet d’un programme de protection (LIFE+) porté par l’union européenne et soutenu par la Région Bretagne, le Conseil départemental, le Ministère de l’environnement. Cette protection est un enjeu majeur de la sauvegarde de la biodiversité. Il s’agit d’une espèce marqueur de la bonne santé de l’environnement.
 Modification du paysage lié à l’épandage : destruction des pâtures, labour des parcelles et cultures (va à l’encontre des préconisations inscrites dans la charte du PNRA).

 Projet qui nuit à l’économie locale
Atteinte au tourisme vert (destructions de chemin, nuisances olfactives…)

Atteinte aux entreprises dépendant de la bonne qualité de l’eau
canalisation reliant directement la zone des captages et une brasserie artisanale
Entreprise de fermentation végétale labellisée écocert
Maraîchage bio et herboristerie

Transfert d’activité d’une ferme située à Brennilis vers Le Tréhou

Problèmes prévisibles sur l’activité apicole
 Problèmes prévisibles sur la voirie
Il n’y a pas à la Feuillée de voirie adaptée à la taille des engins agricoles permettant le transport des déjections de volailles. De nombreuses parcelles ne sont accessibles que par des chemins. La remise en état de la voirie et des chemins sera à charge des communes.

 Manque de crédibilité de l’agriculteur
 Celui-ci a procédé à un arasement de talus de parcelles qu’il exploite et concernées par le plan.
La Feuillée étant en site inscrit de monts d’Arrée, une déclaration préalable d’arasement était obligatoire.
Or celle-ci n’a pas été déposée, et l’arasement s’est fait de manière illégale.
 Bien-être animal : Elevage industriel générant un stress animal
 Exportation des volailles : Volailles destinées à l’exportation vers des pays « émergents » (Moyen-Orient par ex), accentuant ainsi la misère des populations locales.
 En conclusion : les signataires demandent que le projet soit rejeté, que les parcelles des flancs des Monts d’Arrée soit exclues de tout plan d’épandage afin de préserver ce site à forte valeur patrimoniale et environnementale, véritable « château d’eau » du Finistère.

Suite à la réunion publique de La feuillée au sujet du projet d'épandage de l'exploitation avicole du Tréhou, un collectif <Préservons les Monts d'Arrée> s'est mis en place,
Ce collectif organise dimanche 14 Mai une marche avec pique nique, départ de La Feuillée (place des marronniers) à 10 heures
https://montsdarree.wordpress.com/2017/04/29/secheresse-en-bretagne/  
Réservez cette date, venez nombreux, parlez en autour de vous ......
le PDF est visible à l'adresse
http://www.cyberacteurs.org/pdf/cci06052017-0000_82.jpg  




l'article du Télégramme du 14 avril 2017
http://www.letelegramme.fr/finistere/le-trehou/extension-d-elevage-les-anti-en-mairie-14-04-2017-11475208.php  

l'article de Ouest-France du 14 avril 2017
http://www.ouest-france.fr/bretagne/le-trehou-29450/le-trehou-polemique-autour-d-un-projet-d-extension-avicole-4927188  

Conseil. Un « oui » à l'extension avicole
http://www.letelegramme.fr/finistere/le-trehou/conseil-un-oui-a-l-extension-avicole  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à ddtm@finistere.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Sauvons les Monts d'Arrée
  • Message : Monsieur le Préfet

    En réponse à la demande de L'élevage avicole "EARL du Menven" situé au lieu-dit Kerhom dans la commune du Tréhou je demande que le projet soit rejeté, que les parcelles des flancs des Monts d’Arrée soit exclues de tout plan d’épandage afin de préserver ce site à forte valeur patrimoniale et environnementale, véritable « château d’eau » du Finistère.

    Dans cette attente veuillez croire en ma mobilisation sur ce dossier.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

46 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

bonjour,
Où en est cette action ?
L'agriculteur a-t-il obtenu l'autorisation ?

may
22/08/2017 - 19:42:06

Ce genre d'installation s'implantent de partout et ne respecte rien. Animaux gavés de médicaments, mais également les problèmes de pollution après le ramassage des animaux, c'est fumier en quantité toutes les 6 semaines nettoyage à grandes eaux, et usage intensif de produits chimique pour désinfecter et tout ça fini dans nos nappes phréatiques ...
Création " target="_blank">http://www.websseo.be/">Création   site internet Belgique

Anonymus
14/07/2017 - 14:58:52

Encore une belle région de Bretagne qui risque d'étre souillée par le productivisme

monique
07/06/2017 - 18:48:46

@baba yaga
Il est rare que l'on élève des bœufs (vivants donc) dans des poulaillers !

Bibi
25/05/2017 - 23:25:19

trouver un compromis avec l'agriculteur ,un vœux pieu mais bien souvent irréalisable a ce stade , ou c'est un adepte du productivisme , ou il n'est pas ou plus maître de son destin
c'est comme ça c'est tout et c'est malheureux

un anonyme
17/05/2017 - 16:02:12

Ne serait pas possible de trouver un compromis avec l'agriculteur, lui proposer une gestion différente de son exploitation,une reconversion en bio ? Redévelopper une vente plus locale. Je sais que c'est utopique mais j'en ai marre d'être systématiquement à signer des pétitions pour des situations qui peuvent conduire à la fin d'une activité agricole, ou d'un homme qui a peut-être des difficultés simplement parce qu'on ne se parlent plus. J'ai lu les autres commentaires, je partage ces avis,si ses voisins lui garantissaient un revenu il ferait peut-être différemment... Je suis contre son projet mais désolée de ces situations, j'espère une autre voie...

un anonyme
17/05/2017 - 13:40:15

si je remplace le mot "viande" par "cadavre" ou animal mort, comme par exemple dire "manger un steak de boeuf mort", c'est plus concret et parlant et ainsi rendre le consommateur plus conscient de son acte

baba yaga
14/05/2017 - 00:03:31

S'il vous plait du respect pour l'environnement et pour les animaux !

CL
10/05/2017 - 22:02:13

Arrêtons de polluer nos territoires et notre planète !

Jean-Louis MARFAING
10/05/2017 - 18:36:28

Y'en a marre du fric fait en martyrisant des animaux, et en détruisant la nature

DOMINIQUE ORS
10/05/2017 - 18:19:42

la déréglementation de l'installation des fermes usines est une des dernières initiatives de valls 1er ministre co-signée par Ségolène,et ce pour favoriser l'installation de la ferme aux 1000 veaux ,le décret autorise ce genre d'établissement à s'installer sans étude d'impacte ni de voisinage.et une fois le permis accorder sa durée de validité n'est plus de deux ans mais illimitée,pas mal pour une pseudo écolo présidente de la cop 21

un anonyme
10/05/2017 - 14:49:01

arrêtons femme faire souffrir les animaux !

STOP LA VIANDE

Veronique Segalen
10/05/2017 - 14:18:47

L'artificialisation de l'Agriculture comme de l'Environnement se poursuit en une quête effrénée de profits et le programme de Macron l'esclavagiste va dans ce sens.
De grosses industries productives et les Peuples dans les Villes, devenant des obligés, des consommateurs serviles tout au service des "Marchés"...Financiers, des rentiers !
Alors d'expulser des millions de gens de leur Terres, via des guerres ou la misère organisée à dessein, les Peuples abandonnant leur Terres en s'exilant pour fuir l'enfer...
Par contre, si tu veux créer ou conserver un modèle de Ferme agroécologique, enfin une ferme normale, sans produits industriels pétrochimiques et sans "ogms" alors tu deviens un terroriste "vert".
Alors que le terroriste est celui qui veut s'imposer par la terreur, via crimes et exactions, quand le mépris de l'esprit et la spoliation économique n'y suffisent plus pour asseoir la domination.

Philippe BIAUX
10/05/2017 - 12:42:38

Apparemment beaucoup d'irrégularités sont soulignées dans le dossier déposé. Comme d'habitude, les études d'impact sont faites a minima (soupir).
Et pourquoi au moins trois entreprises (brasserie artisanale, entreprise de fermentation végétale, maraîchage bio et herboristerie) verraient-elles leurs activités menacées par le projet d'extension d'une seule "entreprise agricole", non respectueuse des lois et normes environnementales ?
C'est cela être "pragmatique" (ce mot si cher à Emmanuel Macron) ? C'est sacrifier la santé de la population , le bien-être animal , les activités porteuses d'avenir , la préservation de notre patrimoine naturel à tous pour l'enrichissement d'un seul ?!
Mieux vaut être "fou" dans ces conditions.

Frawald
10/05/2017 - 09:45:10

On marche vraiment pas dans le bon sens.

Sylvie BRANDT
10/05/2017 - 08:40:59

Arrêtons de pourrir la planète pour le profit de quelques uns

un anonyme
10/05/2017 - 07:50:32

Ce projet est en contradiction avec les résolutions des COP21 et 22. Cessons de polluer nos sols et nos nappes phréatiques avant que l'eau potable ne manque aux futures générations

MICHARD Pierre
09/05/2017 - 18:11:09

Pas étonnant que la grippe aviaire se développent, avec ces méga poulailler... après ont accusera les oiseaux migrateurs....
1 poule = un espace A4 pour vivre....
du super luxe !

Melo
09/05/2017 - 16:20:58

Beaucoup de pattes mais pas d'empathie.

un anonyme
09/05/2017 - 11:52:35

Et si les poulets n'étaient pas pour notre propre consommation mais pour "la Chine" qui en manque cruellement ? (nous se sont les crevettes d'Equateur...)Je ne peux m'empêcher à l'aéroport de notre dame des landes qui nous est d'aucune utilité ????

un anonyme
09/05/2017 - 10:23:22

Bon ce n'est pas parce que M. Macron est élu qu'il faut laisser place à l'hyperproductivisme associé à de l'ultralibéralisme avec simplification des procédures de protection de l'environnement

Benoit
09/05/2017 - 08:25:56

Toujours plus...Toujours plus, on s’arrête quand ?


Mambo 42

André RAOULT
08/05/2017 - 20:17:44

j'ai vécu 3 ans en location, à 100 M d'un élevage fermé de poulets en Deux-Sèvres. Je n'avais pas été prévenue, arrivée en Automne. Je vous laisse deviner l'horreur, le bruit et l'odeur en été quand ils aéraient.Il était nettoyé pas plus de 2 fois dans l'année.

CLAUDETTE FABRE-CHANTELOUBE
08/05/2017 - 19:36:01

Les super-poulaillers c'est comme les super-étables à vaches ou à chèvres. Il faut partout les combattre car elles ne produisent que de la souffrance animale et de la nourriture merdique. Elles détruisent nos paysages et polluent notre environnement. Elles ont tout faux à part l'enrichissement d'une poignée d'individus étrangers à l'humanisme social et écologique prôné par la France Insoumise, Attac, Ensemble.
A quand l'Insurrection contre les pouvoirs de la Finance ???

Lucky THIPHAINE
08/05/2017 - 19:30:02

Pour les mêmes raisons la filière du canard se trouve sinistrée, mais il s'agit sûrement d'une autre planète et il n'en ont pas entendu parler.

Michel Claisse
08/05/2017 - 19:06:05

demandez a macron puisque vous l'avez tant plébiscité
vous saviez que c'etait le candidat de l'europe donc des fermes usines installée sans autorisation

anckou
08/05/2017 - 18:34:39

Les nouveaux choix de consommation grâce à la prise de conscience aussi bien au niveau de œufs que de la viande vont à l'encontre de ce choix d'élevage

sylvie weiss
08/05/2017 - 18:27:59

Pauvres bêtes traitées comme de la marchandise. Et ce n' est pas avec le Macron nouveau que ça va s' arranger

sdn
08/05/2017 - 18:19:14

Sans doute pas encore assez d'algues vertes sur les cotes ! Mort à la FNSEA

phil1961
08/05/2017 - 17:32:01

Peut-être faudrait-il manifester dans les supermarchés etc. Si seulement il y avait un refus du publique pour les poulets (et oeufs) issus de poulaillers industriels, la demande s'effondrerait

Josephine Marchand
08/05/2017 - 17:24:19

Arrêtons la production agricole industrielle, nocive pour les animaux, la nature, les producteurs et les consommateurs.

Robert
08/05/2017 - 17:06:15

IL FAUT ARRÊTER TOUS CES ÉLEVAGES INTENSIFS.
ÇA VA MAL FINIR

Marie-Françoise MOINARD
08/05/2017 - 17:04:12

La Nature est non seulement notre unique Source de Vie et de bien être mais c'est aussi la vraie beauté sacrée

Kalic
08/05/2017 - 16:50:10

Le profit, le profit, il n'y a que ça qui compte ! Vivre et laisser vivre n'est-ce pas important ? Les centre-villes se dépeuplent de leurs petits commerces au profit de grandes surfaces inhumaines qui ne favorisent en rien la communication. Les gigantesques usines-étables-poulaillers nous poussent irrémédiablement vers le "meilleur des mondes". Réagissons ! Vite, ça urge !

Lwiz
08/05/2017 - 16:46:41

HALTE AU PRODUCTIVISME ET A L ELEVAGE INTENSIF COMBATTONS L ABSURDE PAR L INTELLIGENCE!
BRAVO POUR VOTRE LUTTE POUR LA PRESERVATION DE LA NATURE
BONNE CHANCE!

fraternel
08/05/2017 - 16:43:55

Non, pas ça, pas ce coin magnifique !!!
Nous sommes mal barrés avec le "petit" ... Va falloir se battre vivement.
Gégé78

Gégé78
08/05/2017 - 15:53:26

#RésistanceLégislatives #UnionPourLeVivant

vetholistic
08/05/2017 - 15:47:30

Quand comprendra-t-on que défigurer un pays, détruire la vie des animaux de rente en les élevant en usine, produire des crasses écoulées à vil prix dans la grande distribution sont une des pires idées du vingtième siècle ?

Marie-Luce
08/05/2017 - 15:23:05

au consommateur de réagir ! il faut boycotter les produits des grands élevages, c'est aussi une façon de réagir

NOËLLA Moisan-Bocher
08/05/2017 - 14:56:53



préservons les Monts d'Arrée
luttons contre ces mourroirs à poule!

un anonyme
08/05/2017 - 14:28:54

Où s'arrêtera ce type d'élevage ? Quand la terre et l'eau aux alentours serons complétement pourries ?

Jean Claude GUILLEMET
08/05/2017 - 14:19:48

il y en a marre de voir l'installation de méga élevage pour animaux alors que des petits exploitants sont doivent trimer pour vendre leurs produits !

Liliane De Gussem
08/05/2017 - 12:00:36

Ca rapporte combien là, vos Monts d'Arrée? Il faut un rapport chiffré, parceque si ça ne rapporte rien on peut les recouvrir de merdre non?

Christian Perez-Gil
08/05/2017 - 11:44:45

Une fois pour toute, il est indispensable de ne favoriser que les exploitations à taille humaine.
EN FINIR avec les élevages en batterie qui empoisonnent les citoyens et détruisent la nature

Alain Begon
08/05/2017 - 11:00:54

Ce qui terrifie c'est le nombre 208250 animaux ! C'est la population d'une grande ville française ! Les animaux s'entredévorent du fait de leur promiscuité.
J'ai le souvenir d'un poulailler dans l'Yonne même à l'extérieur et à plusieurs centaines de mètres les odeurs étaient pestilentielles. Les poulets vivent dans des centimètres de fientes. C'est un camp de concentration.
Comme pour l'étable des mille vaches ou plutôt l'usine. Il faudrait aller en sens inverse, il faudrait réduire considérablement la taille des exploitations et mieux les répartir sur le territoire entier. La concentration des élevages de porc est un désastre pour les cotes bretonnes. En ce début mai les algues envahissent déjà les plages. on imagine les mois juillet et Aout. Il faut relocaliser les productions et ce en tout !
Il faut préserver le château d'eau du Finistère.

GuyD
08/05/2017 - 10:56:01

Je suis surprise de constater que les Bretons continuent à faire de l'élevage intensif alors que plusieurs grandes surfaces, ayant constater la baisse de demande des oeufs et poulets d'élevages intensif, propose de + en + plein air.
Mais peut-être suis-je mal informée ?

un anonyme
08/05/2017 - 10:18:05

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !