actualité écologie

OPÉRATION

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

La Terre vue depuis l’espace

AG Cyberacteurs

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

victoire pour Gabriel Dufils

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

image vide cyberacteurs
image vide

  #Roussette   #chauve-souris



Cyberaction : Sauvons la roussette de l'Ile Maurice

Cette espèce clef des écosystèmes, endémique, unanimement reconnue comme menacée depuis des années, est abattue sans relâche par un gouvernement sourd à la mise en garde scientifique et aveugle à tout sauf ses intérêts propres. La moitié de la population de ce bouc-émissaire massacrée, la production agricole chute de 70 %, mais qu’à cela ne tienne, point de retenue, on persévère.

[ 3 336 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 28 mars 2019

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Ambassadeur de l'Ile Maurice

Plus d'infos

chauve-souris, Ile MauriceToutes les études scientifiques actuelles sans exception qualifient l’espèce de fortement menacée et l’UICN l’a classée comme tel de manière continue depuis les années 1980 ! Mais la liste ne s’arrête pas là… Le gouvernement de l’île Maurice, en la personne de Kevin Ruhomaun, est co-auteur de la dernière évaluation UICN qui a conclut que l’espèce est plus en danger que jamais ! Par ailleurs, le Ministre Mahen Kumar Seeruttun en personne a mentionné dans une interview la nécessité d’un programme de conservation.

Environnement: ce qu’il faut savoir sur la chauve-souris de Maurice
https://www.lexpress.mu/node/347458  

Abattage de chauves-souris: la presse française accuse Maurice de tuer ses dernières roussettes
https://www.lexpress.mu/node/347194  

Les défenseurs de l’environnement, les spécialistes internationaux de l’écologie tropicale et de la chauve-souris ne cessent de rappeler les bienfaits de ce grand mammifère volant en faveur de la biodiversité. Notre Pteropus niger endémique, c’est-à-dire la seule espèce de chauve-souris frugivore qui nous reste (deux autres ont disparu), joue un rôle unique dans la dispersion des graines d’arbres, y compris les plus grosses, sur des aires particulièrement étendues, en raison de ses nombreux déplacements sur de longues distances. « La roussette, nous précise Vincent Florens, est capable de disséminer les graines d’un arbre indigène sur deux (53% pour être exact) assurant ainsi la régénération et donc le maintien de nos forêts, et de leur biodiversité unique. L’abattage porte donc atteinte non seulement à une espèce de chauve-souris en danger d’extinction, mais aussi à une multitude d’espèces ainsi qu’aux services écosystémiques qu’apportent nos forêts, par exemple dans la protection des réserves en eau. »
Selon le site Ecosystem Restoration Alliance Indian Ocean (ERA IO), 500 espèces d’arbres reposent sur la pollinisation par les chauves-souris Pteropus. Elles contribuent grandement à la reforestation. Avec leurs cousines insectivores, elles présentent une autre vertu, d’ores et déjà exploitée en Égypte et en Thaïlande, et connue sous le nom de guano. Ces déjections accumulées dans les caves où elles dorment, constituent en effet un fertilisant naturel de premier choix, aux propriétés détoxifiantes et insecticides.
Vers un durcissement des positions
Les scientifiques prennent aussi en compte et au sérieux le désarroi des producteurs de fruits, qui voient leurs récoltes diminuer d’année en année. Ils ont d’ailleurs proposé des solutions non létales, dont l’efficacité pour prévenir la prédation, a été prouvée. Mais à l’évidence, le gouvernement et les producteurs préfèrent les armes pétaradantes et le langage de la gâchette. Pourtant, suite à ces campagnes d’abattage, la production fruitière a continué de baisser ! Certains ont cru qu’une réduction de moitié de la population de chauves-souris entraînerait une augmentation proportionnée de la récolte… Le contraire est arrivé. Comme l’indique le site Business mega du 3 novembre 2017, la récolte de letchis a baissé de 70%. Le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI) l’estimait alors à 500 tonnes contre les 5 000 tonnes des années précédentes… L’abattage massif de chauves-souris n’a pas d’impact sur la production fruitière, dont la chute relève donc d’autres facteurs.
Alors que notre pays fait partie des 25 points chauds de biodiversité au monde et qu’il est de ce fait un haut lieu d’études et de découvertes scientifiques, notre gouvernement persiste et signe dans sa démarche suicidaire. Plus de 30 000 chauves-souris ont été abattues en 2015 et comme le rappelle Science, la moitié de la population a été décimée suite aux deux campagnes.
L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a envoyé ses experts en mission auprès du gouvernement, sans infléchir ses décisions. Cette année, le statut de notre chauve-souris endémique a été rétrogradé sur la liste de rouge de cet organisme international de recensement de la biodiversité, s’aggravant « d’espèce vulnérable » à « espèce en danger ». Encore quelques campagnes d’abattage et la Pteroptus niger pourrait être reconnue en « danger critique d’extinction », comme c’est déjà le cas pour la chauve-souris rodriguaise, qui ne compte plus que 1 200 individus.
Les articles publiés, les pétitions, les preuves apportées par les experts et même leur déplacement pour rencontrer les membres du gouvernement ont été ignorés, prouvant intrinsèquement que l’abattage recouvre d’autres visées que la préservation de l’environnement : plaire aux producteurs, aux chasseurs et à une partie de l’opinion. Face à ce déni, et après en avoir appelé à la raison, les défenseurs de l’environnement sont nombreux à estimer qu’il faut passer à des actions plus mordantes et significatives. Guillaume Chapron l’insinuait dans un article sur les abattages d’animaux sauvages.
Vincent Florens et Christian Vincenot le réaffirment ici, en rappelant par exemple l’idée qu’une injonction en cour pourrait bloquer la décision du gouvernement. Autre point extrêmement sensible : l’information et la sensibilisation des publics concernés (producteurs de fruits, conseillers du ministère de l’Agriculture, etc.) sur l’inefficacité de l’abattage et sur les solutions alternatives sont d’une urgente nécessité. Les abattages ont polarisé le débat et le public demeure mal ou peu informé sur les chauves-souris. Dans des sociétés où les choix de consommation relèvent de plus en plus de la responsabilité citoyenne, il serait judicieux par exemple de cesser de consommer des fruits ayant causé la mort d’un animal précieux, tout comme on évite de consommer de l’huile de palme, responsable de la déforestation massive, ou des vêtements fabriqués par des enfants…

https://www.lemauricien.com/article/chauve-souris-et-si-la-communaute-scientifique-cessait-detre-gentille/  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à paris@amb-maurice.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Il faut sauver la roussette de Maurice
  • Message : Monsieur l'ambassadeur,
    Toutes les études scientifiques actuelles sans exception qualifient l’espèce de fortement menacée et l’UICN l’a classée comme tel de manière continue depuis les années 1980 !
    Sachez que je ne consommerai plus de litchis tant que vous persisterez dans ce massacre.
    Vous remerciant d'en informer votre gouvernement, veuillez recevoir mes saluations citoyennes.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

13 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Depuis 20 ans que je signe des pétitions tous les jours, je finis par avoir l'impression que la planète est dominée par une race de prédateurs qui constituent un puits sans fond, des ogres insatiables qui n'ont de cesse de détruire des peuples ou de les asservir ainsi que les animaux, les végétaux et les minéraux. Ils dévastent tout, pillent tout et tuent tout. Au nom de quel droit ? Au nom de leur soif inextinguible de pouvoir. Mais en quoi servent-ils la vie ? Quand cultivons-nous l'amour, la compassion, la beauté, la bonté et la joie ?

Muriel FOSSARD
15/10/2019 - 16:03:36

Quand les "citoyens automobilistes" ne sont pas capables de comprendre que le gaz naturel,le gpl,l'éthanol
polluent bien moins que le gas-oil + l'essence + qu'ils sont moins
chers...que peut-on attendre de la
"civilisation" de la bagnole...?La
bêtise n'a pas de frontière...

stoppeur
05/04/2019 - 18:34:23

Les roussettes de la Nouvelle Calédonie aussi ont besoin d'être sauvées et protégées. il faut arrêter le braconnage 11 mois sur 12, et permettre à ces sympathiques frugivores de se refaire. Les femelles ne font qu'un petit par an. La repopulation est donc longue et laborieuse... Partout où il y a des roussettes, il faut les protéger et les aider.

Gérard PERGET
03/04/2019 - 15:34:57

Qd il n'y aura + d'animaux sur terre que deviendra l'Homme!

Christiane Huard
30/03/2019 - 20:15:58

Bonjour moi je des fruitiers dans ma cour à maurice et j'utilise un appareil repousser chauve souris çà ma coûté que 10 euros au lieu de le tuer il faut proposer cette technique les gens sont pas au courant marque d'information et pub .

Mootoosamy
30/03/2019 - 08:37:48

la bêtise des hommes dépasse l'imagination, tuer les amusent , les conséquences ils s'en foutent se posent même pas la question, leurs pulsions destructrices les empêchent de réfléchir

Béatrice
29/03/2019 - 21:25:03

On se demande parfois, qui devrait être abattu!!!!
(Réflexion pas très consensuelle!.... et pourtant....)

cactus
29/03/2019 - 17:44:22



pour le respect de l'ïle Maurice, sa biodiversité, et la vie de LA ROUSSETTE

Mondo
29/03/2019 - 15:08:10

stop

PATRICIA
29/03/2019 - 13:50:08

Au niveau local, nous n'achetons pas la production des éleveurs les plus radicaux qui refusent les mesures de protection et exigent l'élimination de tous les loups.
Pas d'loups, pas d'sous !
Alors, ce sera pareil pour l'île Maurice.
Pas d'chauve-souris, pas d'litchis !
Pas question de financer des massacres qui sont à l'opposé de nos convictions et engagements.

Frawald
29/03/2019 - 12:14:37

Arrêtez toute cette sauvagerie si vous avez un tant soit peu de civilité et d'intelligence

Abalacalotte
29/03/2019 - 11:28:56

Lassez vivre ces animaux en paix !!! Pourquoi ce massacre inutile ? NON , qu' elles vivent !

fan
29/03/2019 - 10:13:51

PITIé pour les roussettes! Laissez les VIVRE!
Arrêtons de massacrer la biodiversité

sdn
28/03/2019 - 18:34:23

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !