actualité écologie

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

météo

Les amis des 150

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

  #nucléaire



Cyberaction : panel citoyen pour l’arrêt du nucléaire

L'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) cherche actuellement à constituer un « panel citoyen » de riverains des centrales nucléaires pour « affiner sa stratégie post-accident ». Dans le même temps elle consulte le public « sur les conditions de la poursuite de fonctionnement des réacteurs de 900 MWe au-delà de 40 ans ».
La seule stratégie acceptable est d’empêcher l’accident. Et les seules conditions qui garantissent qu’il n’arrivera pas est l’arrêt définitif de tous les réacteurs en activité, l’interdiction de mise en service de l’EPR de Flamanville et l’interdiction de construction de nouveaux réacteurs.
L’ASN doit faire ce travail de salubrité publique en commençant par décider l’arrêt définitif des réacteurs qui ont atteint 40 ans ou qui ne vont pas tarder à les atteindre : Bugey, Tricastin, Dampierre, Gravelines, Saint Laurent des Eaux, Blayais, Chinon, Cruas, etc.
L'acier des cuves de ces réacteurs est devenu fragile après 40 ans de service sous irradiation, à pression et température élevées. Les fissures s’y sont multipliées. Les marges de sécurité prévues à l’origine ne sont plus suffisantes et une rupture brusque de cuve devient de plus en plus probable. Or aucune parade n’existe pour faire face à une situation où la cuve d’un réacteur aurait cédé.
Notre panel citoyen est là pour rappeler à l’ASN que son rôle n’est pas de nous préparer à une future catastrophe mais de faire le nécessaire pour qu’elle n’arrive pas.

[ 2 330 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 23 décembre 2020

Proposée par Cyberacteurs
En partenariat avec Rhône-Alpes Sans Nucléaire (RASN), Amis de la Terre du Poitou, Collectif d’Alarme Nucléaire de l’Orléanais, Collectif Halte Aux Nucléaires Gard, ACTE (Association Chalonnaise pour une Transition Ecologique

Elle sera envoyée à Agence de Sureté Nucléaire

Plus d'infos

tricastin nucléaireFrance-Bleue Drôme Ardèche a publié le 30 novembre 2020 un article qui indique que «l'Autorité de Sûreté Nucléaire cherche des riverains de la centrale nucléaire du Tricastin dans la Drôme pour affiner sa stratégie post-accident. Un panel citoyen est en train de se constituer pour échanger sur les actions à mettre en place, une première.»

Cette démarche n’est pas limitée au voisinage de la centrale nucléaire du Tricastin puisque l’article indique aussi que «des panels citoyens sont en train d'être constitués autour de quatre centrales nucléaires françaises : Paluel-Penly en Normandie, Golfech en Occitanie, Chinon en Touraine, et Tricastin dans le sud-Drôme.»

L’article n’indique pas pourquoi et comment ont été choisies les régions dans lesquelles l’ASN conduit cette démarche mais il précise qu’elle a pour objectif
«De se projeter dans une situation où il y a eu un accident nucléaire» :
«Élu local, commerçant, agriculteur, pharmacien, simple riverain...une vingtaine de personnes constitueront le panel citoyen autour du Tricastin. Il est préférable de ne pas avoir d'opinion arrêtée sur le nucléaire : "la question n'est pas de savoir si on est pour ou contre le nucléaire. L'objectif, c'est de se projeter dans une situation où il y a eu un accident nucléaire et il faut permettre à la vie sur le territoire de redémarrer tout en protégeant les populations."»
https://www.francebleu.fr/infos/societe/tricastin-pourriez-vous-vous-priver-de-votre-potager-en-cas-d-accident-nucleaire-1606502795  


L’ASN a-t-elle pour rôle de nous faire accepter les méfaits de l’industrie nucléaire ?
Que penserait-on de la gendarmerie si elle constituait des panels de piétons pour leur demander de quelles fonctions vitales ils seraient prêts à se passer en cas d’accident de la route provoqué par un tiers et dont ils seraient les victimes ?

La démarche de l’ASN est profondément choquante, extrêmement cynique et complètement inacceptable

Cette démarche d’une « autorité indépendante » chargée de veiller à la sûreté de l’industrie nucléaire française est profondément choquante.
Elle l’est d’autant plus que l’ASN vient de prendre coup sur coup deux décisions qui aggravent les risques d’accident et la contamination radioactive chronique de l’environnement proche des centrales nucléaires concernées.
Il s’agit de l’autorisation de mise en service de l’ICEDA en Bugey et de l’autorisation de mise en service partielle de l’EPR de Flamanville, en dépit des nombreux mensonges et falsifications de documents, concernant des pièces ou procédures essentielles pour la sûreté, qui ont accompagné la mise en œuvre de ces équipements.

La démarche engagée est en outre extrêmement cynique de la part d’une autorité qui s’apprête à autoriser la prolongation de 10 ans de réacteurs ayant atteint quarante années de fonctionnement, durée maximale pour laquelle ils ont été conçus, présentant de nombreuses anomalies et pièces défectueuses, situés en outre sur des sites à risques conséquents « d’agressions externes » (séismes, inondations, chutes d’avions, terrorisme ou sabotage, nuages toxiques, etc.).

Elle est complètement inacceptable car l’ASN connait parfaitement la situation de ces installations, notamment la fragilité des cuves des réacteurs, étudiée en long, en large et en travers par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaires (IRSN) sans pouvoir conclure qu’une rupture brutale est impossible. L’ASN connaît aussi parfaitement l’insécurité des piscines de désactivation des « combustibles usés » qu’elle a mise en évidence dans son avis sur le dossier d’options de sûreté présenté par EDF pour le projet de piscine d’entreposage centralisé de combustibles usés.

Ce que devrait faire l’ASN et qu’elle ne fait pas
Si l’ASN était vraiment une autorité indépendante, elle s’occuperait de ses « oignons radioactifs » au lieu de s’occuper de nous demander si nous sommes prêts à nous passer des oignons de nos jardins pour permettre à l’industrie nucléaire de poursuivre ses méfaits.

Elle exigerait par exemple qu’EDF :
- stoppe toutes les centrales nucléaires dont les piscines de désactivation ne sont pas sécurisées,
- stoppe toutes les centrales nucléaires dont les groupes électrogènes « d’ultime secours » ne sont pas conformes aux exigences prévues dans les cahiers des charges et en état normal de fonctionnement,
- mette à l’arrêt définitif tous les réacteurs nucléaires qui ont dépassé quarante ans d’âge, du fait des risques accrus d’accident liés au vieillissement de ces installations (notamment les cuves des réacteurs) et à leur non-conformité aux normes de sûreté actuelles (notamment pour les piscines de désactivation de « combustibles usés »).

Nous ne voulons pas devenir des victimes de l’industrie nucléaire.

Sujet du mél adressé à Monsieur le Président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire et à Mesdames et Messieurs les directeurs régionaux de l’ASN : Panel citoyen pour l’arrêt du nucléaire et pour éviter d’avoir à en gérer les situations pos-accidentelles

Texte du mél version longue proposée
Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les directeurs régionaux de l’ASN,

Un accident grave de réacteur nucléaire est possible partout dans le monde y compris en France, selon Pierre-Franck Chevet votre ancien Président.
Les conséquences sont terribles pour les populations et pour l’avenir des régions qui en ont été victimes comme on l’a constaté à Tchernobyl et à Fukushima.
En France elles seraient dramatiques comme l’a chiffré l’IRSN et comme l’a montré une étude récente réalisée par l’Institut Biosphère de Genève.

Un accident de réacteur nucléaire est inacceptable et je refuse de faire partie des cobayes sélectionnés par l’ASN pour savoir si je suis prêt à me passer d’une bonne santé et de ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue (le jardinage étant un de ces éléments).

La seule manière absolument sûre d’éviter un accident grave de réacteur c’est de le mettre à l’arrêt définitif.
Vous devez faire ce travail de salubrité publique en exigeant d’EDF qu’elle arrête tous ceux qui ont atteint 40 ans ou qui ne vont pas tarder à les atteindre : Bugey, Tricastin, Dampierre, Gravelines, Saint Laurent des Eaux, Blayais, Chinon, Cruas, etc. Cette décision est pleinement justifiée :
- aucune parade n’existe pour faire face à une rupture brusque de cuve de réacteur ou de composant du circuit primaire,
- les piscines de désactivation des « combustibles usés » ne non pas sécurisées,
- la tenue aux séismes des installations n’est pas démontrée.
Il est également tout à fait justifié d’exiger d’EDF la mise à l’arrêt de tous les réacteurs dont les piscines de désactivation ne sont pas sécurisées, dont les groupes électrogènes « d’ultime secours » ne sont pas conformes aux exigences prévues dans les cahiers des charges et en état normal de fonctionnement.

Madame, Monsieur, le « panel citoyen pour l’arrêt du nucléaire » attend avec vigilance vos décisions.

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à info@asn.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Panel citoyen pour l’arrêt du nucléaire
  • Message : Madame, Monsieur,
    Un accident de réacteur nucléaire est inacceptable et je refuse de faire partie des cobayes sélectionnés par l’ASN pour savoir si je suis prêt à me passer d’une bonne santé et de ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue (le jardinage étant un de ces éléments).
    La seule manière absolument sûre d’éviter un accident grave de réacteur c’est de le mettre à l’arrêt définitif en commençant par tous les réacteurs qui ont atteint 40 ans.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

31 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Je ne signerai pas ce texte.
Il ne convient pas de réclamer l'arrêt du nucléaire tant qu'on n'a pas autre chose à proposer.
Economies d'énergie ? Des mesurettes!
Du charbon ? Pouah !
Il n'y a pas d'activité sans risque.

Odile Carrier
21/04/2021 - 11:40:57

Ainsi donc les sinistres Français aux manettes officialisent la possible catastrophe nucléaire Française... bravo...

gilles bas
27/02/2021 - 16:45:42

La France officialise la prolongation des plus vieux réacteurs nucléaires de 40 à 50 ans
https://www.leprogres.fr/environnement/2021/02/25/la-france-officialise-la-prolongation-des-plus-vieux-reacteurs-nucleaires-de-40-a-50-ans  

Alain UGUEN
25/02/2021 - 10:23:36

On oublie de parler de la production du combustible nucléaire, 7000T d uranium brut produisent 1000T de combustible, je ne sais pas ce que deviennent les 6000T restant ! Alors le nucléaire 0carbone mon œil ! 20h00 il faut se réveiller la poubelle nucléaire débordé et le pire est à la fois venir.

Luc Burton
04/02/2021 - 16:11:50

L’ASN autorise à nouveau EDF à ne pas respecter les règles de sûreté !

Après l’autorisation de mise en service partielle de l’EPR de Flamanville (à la cuve fissurée, aux soudures défectueuses, aux procédures de sécurité défaillantes, etc.), l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) récidive sur le même site en autorisant EDF à déroger aux règles d’exploitation du réacteur N°2. En clair, l’ASN autorise à nouveau EDF à ne pas respecter les règles de sûreté.

Et pourquoi donc ? Et bien tout simplement parce qu’EDF ne veut pas remplacer des générateurs de vapeur qui comportent des « fissures traversantes ». Ce qui veut dire qu'ils laissent passer de l’eau radioactive du circuit primaire vers le circuit secondaire, celui dont la vapeur entraîne les turbines. Et EDF a convaincu l’ASN de l’autoriser à ne pas respecter les règles, au prétexte qu’en bricolant un peu la composition de l’eau du circuit primaire et qu'en augmentant progressivement la puissance du réacteur au démarrage, les fuites finiraient bien par se boucher avec les saletés qui passent du circuit primaire vers le circuit secondaire.

Mais au fait, ce réacteur ne vient-il pas d’être révisé ? Le réacteur dont il est question était arrêté depuis le 10 janvier 2019 pour une révision générale. Si les générateurs de vapeur sont défectueux ils auraient donc dû être remplacés pendant la révision. Mais malheureusement ça aurait coûté beaucoup d’argent, qu’EDF n’a pas envie de dépenser à ça. Et surtout, faire ces travaux aurait conduit à dépasser la limite légale de deux ans d’arrêt au bout de laquelle une enquête publique est obligatoire, en préalable à l’autorisation de redémarrage du réacteur. Sans parler des aléas techniques toujours possibles comme celui qui s’était produit sur un des réacteurs de la centrale de Paluel dont la chute d’un générateur de vapeur avait failli tourner à la catastrophe. L’ASN a donc autorisé en urgence le redémarrage du réacteur avec des générateurs de vapeur défectueux !

C’est grave docteur ? C’est carrément inacceptable de la part d’EDF et de l’ASN, qui se comportent, pour l’une, comme un mécano peu scrupuleux qui bricolerait à la hâte une voiture délabrée pour lui faire passer le contrôle technique, et pour l’autre, comme un contrôleur véreux prêt à fermer les yeux sur toutes les anomalies.
Mais là il ne s’agit pas de vieilles guimbardes mais de réacteurs nucléaires. Si les fissures s’agrandissent, au lieu de se boucher, ce sera la catastrophe !

Que faut-il en conclure ? Si l’ASN était vraiment une autorité indépendante qui fait appliquer les règles elle exigerait qu’EDF arrête immédiatement ce réacteur non conforme. Mais l’ASN n’est pas indépendante. Elle dépend de l’Etat français, dont le chef Macron « a besoin du nucléaire ». Elle masque donc par des décisions alambiquées l’incurie d’EDF et ses violations manifestes des règles de sûreté dont elle devient complice. Et comme elle ne peut garantir qu’un accident grave n’arrivera pas elle a trouvé une nouvelle activité, constituer des « panels citoyens » prêts à accepter l’accident et à s’associer à la définition de règles de vie en milieu contaminé par la radioactivité.

Il est grand temps d’arrêter cette machine infernale avant qu’elle détruise tout !


François VALLET
29/01/2021 - 10:04:16

Problèmes rédhibitoires du nucléaire :

L'épée de Damoclès de catastrophes nucléaire de plus grande ampleur,
Le stockage de déchets dont la sécurité est IMPRÉVISIBLE sur le très long terme ,

Les dizaines de milliards d'investissement (recherche, infrastructures etc )et de maintenance, passés et à venir, engloutis régulièrement et qui manquent cruellement pour construire les solutions d'avenir,

STOP !
Errare humanum, perseverare diabolicum !

Y-a-il dans l'avion un pilote qui voit plus loin que le bout de son nez ?

Laurence DELASNERIE
02/01/2021 - 12:45:35

Le nucléaire est une création d' hommes qui ont décidé pour les autres hommes qui ne sauvera pas la planète mais la fait mourir un peu chaque jour.

emel
29/12/2020 - 16:07:30

@ Axel Perrais
"Personnellement, je commence à en avoir marre des écologistes dogmatiques et autres boomers de chez Greenpeace qui s'acharnent à détériorer notre patrimoine énergétique ainsi que notre avenir climatique, tout ça pour satisfaire leurs lubies antinucléaires obsolètes depuis la fin de la guerre froide il y a déjà plus de 30 ans. L'écologie, face à l'urgence qui se rapproche de plus en plus vide, se doit d'être pragmatique."

Votre humeur reflète votre dogmatisme : "Détériorer notre patrimoine énergétique". En quoi les écologistes ont-ils jamais détérioré le patrimoine énergétique ? Le pays le plus nucléarisé du monde (en proportion) est-il gêné par les écolos ? C'est pur fantasme. Votre humeur est basée sur un fantasme; pathologique. La réalité nous dit que le nucléaire est prédominant dans la fabrication d'électricité en France, champion du Monde ! (relativement encore en % d'élec). Donc ces écolos n'ont aucun effets réels - si on pourrait aller à 100% ou plus ? Et les manifs écolos sont sauvagement réprimées, au point que pour exciter ces illuminés les CRS leur jettent des pierres pour les faire réagir (authentique) et justifier des les massacrer. Ou de les traiter comme des terroristes pour pouvoir les anéantir en les mettant en prison ou en surveillance permanente (Cf opposants CIGÉO). Bref, QUI EST DOGMATIQUE et anti-démocratique pour interdire toute contestation ou débat ? Les écolos bien-sûr. Qui met les informations du nucléaire en secret-défense ? Donc prive la population SOUVERAINE de décider SA VIE, SES ÉNERGIES ?
Encore les écolos qui interdisent à la population de savoir ce qu'est dans la réalité du nucléaire - les salauds !
Et enfin, cerise sur ce plat amer, le nucléaire a son agence mondiale, ses règles pour interdire toute publication OMS (donc de santé mondiale) qui pourrait lui nuire ... Le nucléaire ne peut nuire par décret - génial non ?
Ces écolos sont assurément les plus dogmatiques et les plus totalitaires qui soient. CQFD.

En annexe : l'argument de l'urgence climatique. Il faut une dose de saloperie pour justifier le nucléaire comme faible source de CO2. Le nucléaire civil est d'abord une source de profit (pour les investisseurs pas pour l'état - bcp de travaux d'aménagement des fleuves et routes ... pour ménager nos chères centrales) et un moyen pour les militaires d'avoir à peu de frais la bombe. La production de Pu étant un sous-produit "naturel" du cycle U des PWR/BWR, techniques plutonigènes ad-hoc. La faible production de CO2 est venue APRÈS comme argument opportuniste. La gestion de déchets elle venant aussi après, ne semble pas vous déranger. Ces poisons mortels ingérables inconfinables (*) pour des dizaines de milliers d'années ne vous empêchent pas de dormir. Dans 10 000 ans un gramme de Pu fabriqué aujourd’hui pourra encore abréger la vie de milliers de gens ne vous pose pas de question. On a des tonnes de Pu (indétectables par 99,999% des gens - un bête truc gris) aujourd’hui dont on ne sait que faire et qui sont autant d'armes de destruction massive à la merci des fous et des salauds pour des millénaires ... Pas de soucis ... Bref le nucléaire est indispensable pour la paix et la santé de l'humanité, c'est évident n'est-il pas ?


(*) AREVA notre super champion disparu par faillite frauduleuse et incompétence (ex.: EPR Finlandais) incapable de gérer les déchets (aux États-Unis) qui bêtement s'enflamment dans leurs confinement plein de fuite ...
Des champions spécialistes ...

Le nucléaire est une saloperie.
et les nucléaristes ...
... des irresponsables pour l'humanité présente et pour longtemps.

jacques
29/12/2020 - 12:17:27

A noter que les personnes qui prétendent que le nucléaire est "écologique" travaillent en général pour l'industrie nucléaire, par exemple chez Framatome... Dois-je développer ?
Si tous les travailleurs engagés dans l'industrie nucléaire faisaient, comme les "écologistes dogmatiques et autres boomers de chez Greenpeace", l'effort de diminuer leur consommation énergétique, on s'en sortirait peut-être. Si par ailleurs ils militaient pour la production et consommation locale, on s'en sortirait certainement. A noter qu'une très large part de la production d'énergie nucléaire s'évapore dans les tuyaux (plus de 35% d'après un cadre de ladite énergie nucléaire) et qu'en conséquence si on fait l'effort de décentraliser la production on pourra faire de très larges économies là aussi.
A bon entendeur, M. Axel Perrais...

Anne
28/12/2020 - 23:55:02

Que l'on arrête enfin ce délire industriel, d'autres moyens des production d'électricité font leurs preuves (exemple au Portugal, 2.2 cts d'€uro le kWh en PV), rien ne fait mieux, mais ce n'est pas fini, la technologie du PV est loin d'être mature, ainsi que celle de l'éolien qui part en mer, en flottant (donc loin) et est en train d'apprendre à se passer de ses défauts de jeunesse ("terres rares" etc...).
A lire :m <https://www.batiactu.com/edito/energies-renouvelables-devraient-devenir-premiere-source-60617.php>.  

Roland CHARLOU
28/12/2020 - 22:36:58

Bientôt, l'électricité sera la seule énergie autorisée. Alors expliquez donc comment en produire assez sans changer complètement de vie? Car force est de constater qu'il faut beaucoup d'énergie pour produire les panneaux photovoltaïques ainsi que les batteries des voitures électriques,et tout ça sans parler de leur recyclage. L'écologie ? Certainement oui mais en restant lucide et sans intégrisme , le but étant en premier lieu la réduction du réchauffement.
Bonne année 2021 à tous.

pascal ourie
28/12/2020 - 18:20:24

@Axel Perrais

Comme si le problème de la dévastation planétaire, climat et tout le reste pouvait se réduire dans une solution simple comme le nucléaire.
C'est du délire si l'on regarde l'étendue des dégâts versus les causes.
Le décompte des morts du nucléaire n'existe pas. Il n'y a pas de statistiques possibles dans un monde dominé par des pro-nucléaire et pro-guerre et pro-misère.
Le croire est une attitude de gamin, de lobotomisé, de croyant du Spectacle. Il faut être singulièrement naïf pour croire les contes que l'on nous raconte.
D'autant plus que grâce à une certaine liberté advenue sur l'Internet, on peut accéder à certaines informations auparavant inaccessibles qui permettent de voir de temps en temps le caché - tous les documents sérieux sur le nucléaire civil sont secret-défense - aucun problème. Le nucléaire rend des régions inhabitables. Comme d'ailleurs la chimie dévastatrice ou une agriculture pour salauds.
Cela n'est pas CONTRE le progrès, la science ou la technique comme le font croire les salauds, c'est contre les usages mortifères. Comme si tout devait servir à exterminer son prochain sans précaution ni responsabilité. La domination des salauds qui se croient tout permis car protégés par les forces de l'ordre et un système judiciaire aux ordres est la réalité du monde actuel (facile à observer dans le scénario covid ).
La seule réalité visible est la dévastation planétaire par les capitaux des ultra-riches de par leur domination irresponsable.
Le nucléaire est une des composantes des catastrophes de cette domination.

La solution ne peut se trouver que dans un régime démocratique, laisser les gens décider de leur vie.
S'ils veulent crever comme on peut le croire dans leur votes (en choisissant leur bourreaux) qu'ils crèvent.
S'ils veulent crever du nucléaire comme ils sont contraints de le penser par manque total de compréhension et connaissance de la chose, qu'ils crèvent !
Mais si par hasard, ils prenaient un minimum de temps pour se renseigner, ils seraient contre (*). On ne peut pas accepter de laisser le hasard de l'humeur de quelques personnes et de l'imperfection d'un process ingérable décider de la vie d'une population sauf en cas de folie ou de débilité profonde.

(*) Quand des citoyens ont à opiner sur une technique dangereuse, ils proposent toutes sortes de précautions avant une mise en place opérationnelle (cas de chaque conférence citoyenne). ET JAMAIS, JAMAIS aucune de ces précautions n'a été prise - il suffit pour vérifier cela de se renseigner...
Ceci pour dire que nous sommes réellement en dictature et envoûté dans un Spectacle pour lobotomisés.
Le problème du nucléaire en fait pleinement partie.

jacques
28/12/2020 - 17:16:44

le nucléaire comme source décarbonée est pire que le mal des GES. les retards et surcoûts des projets en cours prouvent qu'on ne maîtrise pas cette cette technologie. il est urgent d'arrêter. d'autant que le kWh produit par des éoliennes en mer est beaucoup moins cher.

DOMINIQUE BOUTS
28/12/2020 - 14:14:10

Depuis le discours du Président Macron au Creusot, le 8 décembre 2020, les choses sont claires : « Sans nucléaire civil, pas de nucléaire militaire, sans nucléaire militaire, pas de nucléaire civil ».
Le mensonge fondamental, énoncé par le Président Eisenhower lors de son discours « Atoms for peace » du 8 décembre 1953 devant l’assemblée générale des Nations Unies, est enfin mis en évidence : il n’y a pas d’atome pacifique, ni de « nucléaire civil ».
Le Président Macron, qui dit avoir besoin du nucléaire, c’est-à-dire de la bombe atomique et de ce qui permet de la transporter et de la propulser, est prêt à toutes les folies et à tous les mensonges pour maintenir en vie cette industrie de destructions massives.
Et il a besoin des différents bras armés de l’état nucléariste pour continuer à fabriquer des mensonges et à les faire accepter par la population. L’ASN est un de ces « bras armés » et c’est bien de le faire savoir. C’est aussi faire œuvre de salubrité publique de dénoncer les différents mensonges nucléaristes qui ont accompagné le premier, celui de l’atome pacifique.

Le deuxième mensonge est celui de la production nucléaire d’électricité, « too cheap to meter », c’est-à-dire trop peu chère pour être comptée. Plusieurs études récentes menées au niveau international ont montré que c’était une fable et que la production d’électricité nucléaire n’avait aucune rentabilité dans une économie de marché(1). Elle détruit de la valeur économique, quelles que soient les technologies utilisées. Elle ne peut exister qu’avec des subventions publiques massives.

Le troisième mensonge est celui de la production nucléaire d’électricité, propre, sûre et sans danger. Plusieurs catastrophes majeures, provoquées par l’industrie nucléaire militaro-civile, ont rendu inhabitables de larges régions et ont contaminé une grande partie de la planète. Une étude indépendante de l’industrie nucléaire a montré l’ampleur des dégâts qui se chiffraient en 1989 à une soixantaine de millions de morts prématurées et à une centaine de millions de cancers radio-induits, sans parler des autres maladies(2). Depuis le bilan s’est alourdi avec la catastrophe de Fukushima.

Le quatrième mensonge est celui de l’indépendance énergétique qu’apporterait le nucléaire aux pays qui l’utilisent. La France par exemple est complètement dépendante de pays étrangers pour son approvisionnement en uranium, importé en totalité depuis de nombreuses années. Et la contribution de l’énergie nucléaire à son approvisionnement en énergie finale ne dépasse pas 20%.

Le cinquième mensonge est celui du nucléaire qui serait « bon pour le climat ». Plusieurs études récentes menées au niveau international montrent là encore que c’est une fable. La dernière étude, publiée dans la revue scientifique Nature, montre clairement que les pays nucléaristes n’arrivent pas à réduire suffisamment leurs émissions de gaz à effet de serre, ou les augmentent, par rapport aux pays qui ne soutiennent pas cette énergie(3). L’exemple de la France est d’ailleurs frappant. Son empreinte carbone a augmenté de près de 20%, entre 1995 et 2005, alors que la part du nucléaire dans la production brute d’électricité augmentait dans le même temps de près de 3% et que celle des énergies renouvelables baissait de plus de 35%. En revanche, l’empreinte carbone de la France a diminué de près de 6% entre 2005 et 2015 alors que la part du nucléaire dans la production d’électricité diminuait de 4% et que la part des renouvelables augmentait de 54%.

Références :
(1) https://www.diw.de/documents/publikationen/73/diw_01.c.670578.de/dwr-19-30.pdf  
(2) https://www.actu-environnement.com/ae/news/lacune-radioprotection-mondial-radioactivite-cipr-ceri-15540.php4  
(3) https://www.nature.com/articles/s41560-020-00696-3.epdf?sharing_token=tOnjimExYpNQxeqHONEtuNRgN0jAjWel9jnR3ZoTv0MiJricmfZDGIlEn7nNFImA44EW0UFbE1xAcylF27pS7ouwEXUrq1UWSoTeXUKnTl6YarUWxNfCP4tt8Mr2kwSgCVwRNAZ9H9833pMkQlRTpXDgfgXVmvtxy-67ugB0o-o%3D  

François VALLET
28/12/2020 - 12:31:04

Le principe de precaution est appliqué dans bien des cas mais en ce qui concerne le nucléaire non ! Les centrales nucléaires sont dangereuses par leur vétusté, ce qu' elles émettent, les cibles qu'elles peuvent représenter et les risques naturels qui frappent n importe où. Et il faudrait attendre béatement qu'arrive le pire muni de sa pilule d'iode... Salubrité publique, merci

elisa gidde
28/12/2020 - 12:19:38

quand arrêtera-t-on cet acharnement pour une énergie aussi dangereuse pour l'humanité et dont on ne sait toujours pas quoi faire des déchets, hypothéquant ainsi l'avenir de nos enfants, petits-enfants et générations suivantes?

Agnès Delmarle
28/12/2020 - 11:46:47

Les énergies renouvelables devraient devenir la première source d'électricité en 2025
https://www.batiactu.com/edito/energies-renouvelables-devraient-devenir-premiere-source-60617.php  

Alain UGUEN
28/12/2020 - 11:20:09

Initiative franchement à côté de la plaque.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais l'enjeu majeur de ce siècle, c'est le changement climatique. Des centaines de millions d'écologistes s'époumonnent pour faire comprendre la gravité de la situation et que de véritables changements s'opèrent.

La France est actuellement en retard sur ses objectifs de réduction des émissions de CO2, et vous voulez en plus supprimer l'un des seuls secteurs où on a de l'avance sur ce point, à l'avance notre réseau électrique très peu carboné ?

On a des réacteurs dont la construction a déjà été payée, dont on peut raisonnablement prolonger la durée de vie (le fonctionnement de réacteurs du même design a été prolongé jusqu'à 60 ans, validé par la NRC), et vous voulez jeter cette électricité decarbonée essentiellement gratuite à la poubelle ? Pour la remplacer par quoi ?

Les énergies renouvelables ont déjà toutes les mesures de facilitation possible et imaginables : Priorité sur le réseau, garantie des prix d'achat quel que soit le prix de marché à l'instant de production, subventions, émissions de garanties d'origine... Clairement, si ces moyens de production verts ne croissent pas suffisamment vite pour satisfaire la demande, ce n'est pas de la faute du nucléaire.

Si on sort du nucléaire à ce stade, ce n'est pas par de l'éolien ou du solaire que ça sera remplacé (les Allemands ont dépensé des centaines de milliards dans ces technologies pendant une dizaine d'années et ont toujours un réseau dix fois plus carboné que le nôtre). Ça sera soit du gaz, soit du charbon, deux moyens qui tuent plus de gens par unité d'électricité produite :
https://ourworldindata.org/safest-sources-of-energy  

Oui oui, ça prend en compte tous les morts dûs à Tchernobyl et à Fukushima. Less microparticules et autres aérosols émis causent plus de morts par cancer du poumons (300 fois plus pour le charbon et 40 fois plus pour le gaz) que les accidents nucléaires ne causent par irradiation.

Donc si vous vouliez réellement limiter le nombre de morts en France et ailleurs, alors il va falloir étendre la durée d'exploitation de nos centrales nucléaires existantes, le temps que les constructeurs de renouvelable se sortent les doigts et soient capables d'assurer la relève en termes de production d'électricité bas-carbone, sans même parler de decarbonner nos autres secteurs fortement émetteurs (les transports, le chauffage, l'agriculture, pour ne citer qu'eux).

Personnellement, je commence à en avoir marre des écologistes dogmatiques et autres boomers de chez Greenpeace qui s'acharnent à détériorer notre patrimoine énergétique ainsi que notre avenir climatique, tout ça pour satisfaire leurs lubies antinucléaires obsolètes depuis la fin de la guerre froide il y a déjà plus de 30 ans. L'écologie, face à l'urgence qui se rapproche de plus en plus vide, se doit d'être pragmatique.

Axel Perrais
25/12/2020 - 17:07:46

La sortie du nucléaire ne se fera pas avec un marché de l'énergie ouvert aux 4 vents. Elle se fera dans le cadre d'une 6ème république, avec une planification écologique et une participation citoyenne. La planification servira à réintroduire la gestion du temps long, pour cela une «Assemblée de l’intervention populaire et du long terme" devrait être créée en lieu et place du Sénat et du CESE.

Kargul
25/12/2020 - 08:55:05

La question de l'Energie est trop engageante pour ne pas l'associer aux débats sur la Démocratie....
Nous devons construire les moyens d'un débat collectif sur ces deux sujets AVEC tous les citoyennes et citoyens et non entre spécialistes autoproclamés !

Alain Kernevez
25/12/2020 - 08:50:52

N oublions pas la quantité de déchets nucléaires radioactifs pour des siècles générés par cette indusrie soi disant "décarbonée".
Ils sont en Champagne à Soulaines 10 en amont de Paris et un projet de poubelle "géologique" cigéo tente de s'implanter à Bure 55.
La soi disant indépendance énergétique de la France se paie cher, et .....si la guerre du Niger était liée à l'uranium ?
Bonnes fetes

Jacques Leray
25/12/2020 - 07:57:28

Le risque zéro n'existe pas. La sécurité secteur Nucléaire montre des signes de faiblesse bien trop nombreux.

La France mérite un autre avenir que celui de poubelle nucléaire de l'Europe.

Francis
24/12/2020 - 22:25:18

Les energies fossiles nous entrainent dans un basculement climatique irreversible a l'echelle humaine. Le nucleaire accumule des dechets hautement radioactifs de facon egalement irreversible a l'echelle humaine.
Tout cela alors que le soleil, les autres energies qui en decoulent (vent,hydraulique, biomasse), fournissent une energie en gros 10000 fois superieure a la consommation mondiale, auxquelles il faut ajouter les courants marins.
Arretons d'urgence cette folie suicidaire!!!

Francois Louchet
24/12/2020 - 17:56:12

Les consultations dites citoyennes (comment sont sélectionnés les participants ?) ont une fâcheuse tendance à remplacer nos députés. Singulière conception de la démocratie à la sauce macron !
Cela lui permet de s' asseoir sur leurs conclusions sans aucune conséquence pour sa dictature !

Jean Paul MAIS
24/12/2020 - 17:51:09

ÇA PROMET

marie-hélène boissin-manson
24/12/2020 - 15:24:16

Je suis tout à fait d'accord pour stopper progressivement l'activité des réacteurs nucléaires et surtout pour ne plus en construire. Il se trouve que je fais partie de commissions "ouverture à la société" et qu'il est important aussi de veiller à ce que la sûreté soit assurée jusqu'aux fermetures des réacteurs ce qui prendra encore quelques années !

Anita VILLERS
24/12/2020 - 14:37:26

Stop à cette destruction effrénée :
Énergie propre vs déchets ingérables...
Sans compter la defiguration du pays-sage !

Julie
24/12/2020 - 13:52:07

les retards accumulés sur les projets en cours (des années) et les dérives de coûts (des milliards) démontrent très clairement qu'on ne maîtrise pas ces technologies. j'ai été ingénieur automaticien pendant 43 ans, entre autres comme expert pour le ministère de l'industrie et chef automaticien d'une usine d'armement de 2000 personnes: je n'aurais jamais passé commande à un tel fournisseur !!!

DOMINIQUE BOUTS
24/12/2020 - 13:17:06

La pandemie n'est rien par rapport aux conséquences d'une catastrophe nucleaire Nos politiciens et gouvernants devraient SERIEUSEMENT y REFLECHIR

Alain Begon
24/12/2020 - 13:01:57

bien sur que je vais signer cette pétition pour l'arrêt du nucléaire, mais parallèlement a ça j'ai aussi installé du photovoltaïque, un panneau bouilleur, je milite contre les lampadaires, je fait attention a ma consommation domestique, j'ai banni depuis longtemps les chauffages électriques, etc. et si tout le monde ne fait pas un peu ça, c'est comme dit bruno, de nouvelles centrales a charbon. mais il n'y a pas que ça comme solution: combien de centrales tournent pour les lampadaires et les enseignes lumineuses ? l'éolien n'est pas QUE les grosses éoliennes. on pourrait en avoir chacun une ,y compris sur les immeubles, on pourrait avoir des panneaux qui suivent le soleil comme au portugal, un panneau bouilleur sur le toit avec un ballon de stockage, le vent et l'eau sont deux vecteurs d'énergie qui peuvent être utilisés sans jamais s'épuiser. Barrages marrées motrices, mini centrales individuelles (combien de riverains d'un seul cours d'eau pourraient en profiter ?) etc.etc.

denis duron
24/12/2020 - 09:40:49

L'exemple de FESSENHEIM ne m'incite vraiment pas à signer cette cyber action : remplacer une centrale quasi sans CO2 par des centrales à charbon n'est pas du tout dans la ligne de la réduction des GES.
L'Allemagne pollue bien plus aujourd'hui et l'objectif de la COP21 s'éloigne de + en +.
On finira bien par tous mourir de chaud !!!

Bruno Cappelle
24/12/2020 - 09:14:12

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !