actualité écologie

OPÉRATION

Soutien permanent aux paysans de NDDL

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction N° 925: Palestiniennes en détention administratives

Khalida Jarrar, députée palestinienne, et Khitam Saafin, dirigeante d’une organisation de femmes, sont détenues sans inculpation ni jugement depuis 41 jours. Elles risquent toutes deux une détention illimitée sans inculpation ni jugement. Les ordres de mise en détention administrative émis à leur encontre peuvent être renouvelés indéfiniment et sans préavis.

[ 3 722 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 15 août 2017

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Ministre de la Défense et Ambassadeur d'Israel
En soutien à Amnesty International

Plus d'infos

Khalida KhitamLes dirigeantes palestiniennes de la société civile Khalida Jarrar et Khitam Saafin sont détenues sans inculpation ni jugement depuis le 2 juillet. Selon les avocats de l'association Addameer qui défendent les deux femmes, un chef militaire israélien a émis le 9 juillet un ordre de détention administrative d’une durée de de trois mois à l’encontre Khitam Saafin. La décision a été confirmée par un juge militaire le 12 juillet. Khalida Jarrar, députée, a quant à elle été placée le 12 juillet en détention administrative pour six mois, décision qu’un juge militaire a confirmée le 18 juillet. Bien que la durée maximale d’un ordre de détention administrative soit de six mois, ces ordres peuvent être renouvelés indéfiniment.

Ces deux femmes ont été arrêtées à leur domicile par des soldats israéliens au cours de raids menés avant l’aube le 2 juillet. Selon des témoins oculaires, à 3 h 30 ce jour-là, 40 à 50 soldats armés ont fait une descente au domicile de Khitam Saafin, à Beitunia (environs de Ramallah, Cisjordanie occupée), afin de l'arrêter. Le même jour, vers 4 heures du matin, l’armée israélienne a effectué un raid similaire pour appréhender Khalida Jarrar chez elle à Ramallah. Au cours du raid, les soldats ont également saisi le téléphone et la tablette de Khalida Jarrar, ainsi que le disque dur de son ordinateur.

Les deux femmes ont d'abord été emmenées au centre de détention militaire d'Ofer, près de Ramallah, puis transférées à la prison de Hasharon, en Israël, dans l'après-midi du 2 juillet. Le transfert des deux femmes à la prison de Hasharon est contraire au droit international humanitaire, en vertu duquel les personnes originaires des territoires occupés doivent être détenues dans ces territoires et non dans celui de la puissance occupante. Les autorités israéliennes accusent chacune des deux femmes d'appartenir à une organisation illégale, ce qu'elles nient toutes les deux.

Comme dans tous les cas de détention administrative, les « preuves » réunies contre Khalida Jarrar et Khitam Saafin sont secrètes, et ni elles ni leurs avocats ne sont autorisés à en prendre connaissance, ce qui va à l’encontre d’un des principes fondamentaux des normes relatives à l'équité des procès.

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Khitam Saafin, 54 ans, est la présidente de l’Union des comités de femmes palestiniennes, une organisation qui œuvre en faveur du développement économique et social des femmes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Elle milite ouvertement pour la libération économique, nationale et sociale des femmes palestiniennes depuis plusieurs dizaines d’années, tant au niveau local qu’international. Khitam Saafin est une éminente éducatrice et dirigeante de la société civile des territoires palestiniens occupés. D’après un membre de sa famille, le fils cadet de Khitam Saafin, âgé de 18 ans, a été convoqué à un entretien avec un agent des services israéliens de renseignement à la base militaire d'Ofer la dernière fois qu’il est rentré au domicile familial, en janvier, depuis Chypre, où il fait des études universitaires. Il a dû répondre à des questions portant sur ses opinions sociales et politiques, ses activités et celles de sa mère. Il semble que l’agent qui l'a interrogé soit le même que celui qui était présent lors de l'arrestation de Khitam Saafin, le 2 juillet.

Khalida Jarrar, 54 ans, est une députée palestinienne qui critique ouvertement l'occupation israélienne du territoire palestinien et la coopération entre l’Autorité palestinienne et l'armée israélienne en matière de sécurité. Elle est membre du conseil d'administration de l’association Addameer, une organisation de défense des droits humains, et du Haut comité national de coordination avec la Cour pénale internationale. Elle défend ardemment les droits des prisonniers palestiniens et de leurs familles. Depuis plusieurs décennies, Khalida Jarrar fait l’objet de harcèlement et d’actes d’intimidation de la part des autorités israéliennes. Elle est notamment sous le coup d’une interdiction de voyager depuis 1998. L'interdiction a été levée pendant quelques jours en 2010 pour lui permettre de se rendre en Jordanie, afin d’y passer des examens médicaux liés à une grave pathologie chronique dont elle continue à souffrir. Les autorités israéliennes ont indiqué à maintes reprises qu’elles la considéraient comme une menace pour la sécurité. Cependant, elles ne l’ont inculpée qu’en avril 2015. Khalida Jarrar a été arrêtée le 2 avril 2015 par des soldats israéliens à son domicile à Ramallah, en Cisjordanie occupée, et placée en détention administrative. Lors de l’audience consacrée à l’examen de sa détention administrative, le 15 avril 2015, le parquet militaire a retenu contre elle 12 chefs d’inculpation liés à son appartenance au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), un parti politique interdit, lui reprochant notamment d’avoir incité à l’enlèvement de soldats israéliens. Elle a nié catégoriquement cette accusation qui, selon ses avocats, était dénuée de fondement. À l’issue d'un procès inéquitable devant un tribunal militaire israélien, Khalida Jarrar a été déclarée coupable de quatre des chefs d’accusation, notamment d’incitation. Condamnée à de la prison ferme et à cinq ans d’emprisonnement avec sursis, elle a purgé 14 mois de sa peine et a été libérée en juin 2016.

La détention administrative de Palestiniens par Israël est une pratique répandue, et de très nombreux détenus et prisonniers palestiniens ont fait la grève de la faim pour dénoncer leurs conditions de détention et le fait qu’ils soient privés de liberté sans inculpation. La détention administrative – prétendument introduite à titre de mesure exceptionnelle pour incarcérer les personnes qui représentent un danger extrême et imminent du point de vue de la sécurité – permet aux autorités israéliennes de placer en détention des personnes soupçonnées d’infractions pénales sans passer par le système de justice pénale pour les arrêter, les inculper et les poursuivre en justice. Elle est aussi utilisée pour priver de liberté des personnes qui n’auraient jamais dû être arrêtées. Bien que la durée maximale d’un ordre de détention administrative soit de six mois, ces ordres peuvent être renouvelés indéfiniment. Amnesty International estime que certains des Palestiniens placés en détention administrative par Israël sont privés de liberté uniquement parce qu’ils ont exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression et d’association, et qu’ils sont par conséquent des prisonniers d’opinion.

En juin 2017, selon l'ONG israélienne HaMoked-Centre pour la défense de l’individu, on recensait 465 « détenus administratifs » incarcérés sans inculpation ni jugement par Israël.

Khitam Saafin libérée après trois mois d’emprisonnement sans inculpation ni jugement
http://www.france-palestine.org/Khitam-Saafin-liberee-apres-trois-mois-d-emprisonnement-sans-inculpation-ni  

Continuons à demander la libération de Khalida Jarrar et des autres détenus administratifs

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à minister@mod.gov.il | information@paris.mfa.gov.il
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Libérer sans délai Khalida
  • Message : Monsieur le Ministre
    Par la présente je vous invite à libérer sans délai Khalida Jarrar, ainsi que toutes les autres personnes en détention administrative, à moins qu’elles ne soient rapidement inculpées d’une infraction reconnue par le droit international et jugées de façon conforme aux normes internationales d’équité des procès ;

    Dans l'attente des mesures pour mettre fin à la pratique de la détention administrative, veuillez croire en ma mobilisation citoyenne.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

36 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Il est urgent que la France et l'UE fassent preuve de fermeté face à cet état voyou qu'est Israel et l'obligent à respecter le droit , surtout celui des Palestiniens.

Christiane Poinsignon
05/10/2017 - 12:11:14

Je suis profondément heureuse que ces deux femmes aient été libérées. Mais quel esprit sordide anime les dirigeants israëliens pour que la PAIX ne soit jamais à l'ordre du jour ?

DUNKSAY
05/10/2017 - 11:59:55

Khitam Saafin libérée après trois mois d’emprisonnement sans inculpation ni jugement
http://www.france-palestine.org/Khitam-Saafin-liberee-apres-trois-mois-d-emprisonnement-sans-inculpation-ni  

Alain UGUEN
05/10/2017 - 11:20:47

les israéliens sont un peuple génocidaire ils font aux Palestiniens aujourd'hui ce qu'ils ont subit il y a 70 ans pendant la guerre . on devrait refaire le procès de Nuremberg contre eux aujourd'hui pour qu'ils prennent conscience du drame qu'ils font vivre aux Palestiniens .

Bruno PALLUAT
26/09/2017 - 15:47:22

je suis outree que le gouvernement de la France, patrie de la declaration des droits de l'homme, soit aussi complaisant avec ce gouvernement israelien dont les pratiques sont celles d'un état voyou.

bourjas
31/08/2017 - 11:46:13

Entièrement d'accord avec CAROLE, SYLVERE, MIREILLE et LIONEL!
Israël est un état "artificiel" basé sur la religion, qui bafoue sans vergogne depuis des décennies toutes les résolutions de l'ONU...

marie-danielle
28/08/2017 - 08:19:28

je conteste les emprisonnements arbitraires et demande l'établissement d'une procédure légale.

Marchand Maryse
24/08/2017 - 18:55:32

Il serai grand temps d'arrêter l'oppression du peuple palestinien et que la justice soit respectée par Israël. Parlons en autour de nous abondamment.

Marie Noëlle SIEGWART
22/08/2017 - 23:01:05

je me demande quel pourrait bien être le plus grand moyen pour infliger à l'état d’Israël d'accepter de vivre à côté des palestiniens ?
est-ce que Trump est tout aussi serviable envers ce gouvernement qui ne peut tourner la page à ce que leurs parents ont subi pendant la dernière guerre ?
cela fait 20 ans que je milite pour la paix au Moyen-Orient pas je commence à me lasser car il n'y a rien qui change !

Liliane De Gussem
22/08/2017 - 20:03:55

cela ne finira jamais qu'Israel réagisse enfin qu'il est désespérant de toujours faire des actions envers les palestiniens contre les lois , cela devient déplorable d'ignorer les droits des palestiniens ! une honte pour le monde actuel !
laissez libre ses femmes ! cette haine devient intolérable

evelyne
21/08/2017 - 20:02:50

Quittons, l'UE, la mondialisation et jugeons tous les "escrocs" que nous avons élus, qui font le contraire de leur programme de campagne ,qui détruisent nos acquis et nos nations

l'ours
21/08/2017 - 18:57:13

Avec notre consentement, même pas un peu embarrassé, l'état d'Israël viole chaque jour d'avantage le droit international.
Il arrive souvent que l'ancienne victime devienne bourreau.
N'y a-t-il donc pas de 3ème voie ?

Mireille LAFFORT
21/08/2017 - 17:17:56

Qu'il n'y ait plus de détention administrative, libération immédiate de Khalida Jarrar et Khitam Saafin

Hemmer
21/08/2017 - 13:55:09

Israël: la justice suspend une loi controversée en faveur des colons
http://www.ladepeche.fr/article/2017/08/18/2630015-israel-justice-suspend-loi-controversee-faveur-colons.html  

Alain UGUEN
21/08/2017 - 11:31:49

Dès que la charte de k'ONU a été publiéecondamnantla colonisation et la guerrede conquête "crimescontre l'humanité au même titre que le génocide et la mise en esclavage de toute une population, lescolonialistesdu monde entier,surtout France, angketerre et USA se sont employés à défier l'ONU de toutes les façons possibles pour décrédibiliser cette instance supra nationale qui se proposait d'assurer le règlement pacifique desconflits inter-états. Utiliser israel dont le projet sioniste se trouvait condamné ipso facto était logique. On aboutit aujourd'hui à envisager le remplacement de l'ONU par l'OMC-WTO et les droits de la personne humaine par kes "droits" des multinationales anglosaxonnes de conquérir la planète...

Sylvère
21/08/2017 - 07:25:54

Je signe car je suis pour le rapprochement des peuples et non le séparatisme que voudrait Israel, parce que je suis pour la liberté et contre les occupations illégales de territoire, parce que un pays ne peut appartenir à une religion quelle qu'elle soit ...!!!

Lionel Bécus
20/08/2017 - 22:53:56

Je suis outr&e que le gouvernement de la France, patrie de la declaration des droits de l'homme, soit aussi complaisante avec ce gouvernement israelien dont les pratiques sont celles d'un etat voyou.

Christiane Poinsignon
20/08/2017 - 16:03:07

Eh bien moi, je signe contre l'état d’Israël qui viole le droit international depuis 68 ans sans que cela n'émeuve leurs alliés indéfectibles. je rappelle, Israël possède la bombe atomique, des avions bombardiers, des chars, les palestiniens quelques roquettes et leur courage mais on parle toujours de la sécurité d’Israël....Cherchez l'erreur!

Carole
20/08/2017 - 12:46:42

La détention administrative est une mesure arbitraire qui porte atteinte à des droits fondamentaux : liberté de pensée, d'association, liberté de défendre ses droits, de militer, de se déplacer, droit à la sécurité, droit à une vie de famille, droit à un procès équitable.

Thierry PLOUZENNEC
19/08/2017 - 15:57:55

Honte à l'état d'Israel je n'irai jamais dans ce pays tant que les droits des palestiniens ne seront pas respectés et leurs territoire réapproprié. Honte aux israéliens qui laissent faire leurs dirigeants agir en toute illégalité honte à la communauté internationale qui laisse faire.

Michèle Goossens
19/08/2017 - 10:32:58

C'est parce que je signe les pétitions contre tous les arbitraires que je signe cette pétition, et non contre l'état d'IsraËL. Je tiens à le préciser.
Bien à vous toutes et tous

yyy
19/08/2017 - 10:29:35

Encore une injustice d'un état qui devrait être sanctionné depuis des années. Demandons à M. Macron d'intervenir, enfin.

un anonyme
19/08/2017 - 08:36:57

depuis soixante ans Israël refuse de respecter la carte des droits de l'homme et le plus triste est que nos dirigeants s'en contrefichent.
il y a bien longtemps que ce pays aurait dû être dissous de la même façon qu'il a été créé. les terres leur ont été accordées suite à la guerre 39/45, mais ont été volées au peuple Palestinien et depuis les Israéliens n'ont de cesse que d'éliminer le peuple autochtone.
il faut que les pays civilisés intiment à Israël de rentrer dans les frontières accordées en 46 ou disparaitre.

Jean-Pierre Reillon
18/08/2017 - 18:30:01


Devant la violence et la bêtise des comportements ou des choix iniques dont font preuve tant et tant d'êtres-humains depuis la nuit des temps, qu'il s'agisse d'une personne ordinaire, chez elle ou dans la rue, d'un membre d'une puissance industrielle, ou gouvernementale, ou encore des sbires en treillis prêts à exécuter les ordres reçus sans aucun état d'âme, devant l'expression de cette autorité aveugle et destructrice qui tend à écraser tout ce qui la dérange, et notamment celles et ceux qui s'élèvent contre l'injustice, la barbarie, la toute puissance de l'argent, ou bien celle des dogmes, et celle, encore, de l'ego, afin que le terme "humain" dont nous sommes porteurs prenne tout son sens et toute sa valeur, je n'ai de cesse de me demander comment l'être doué de raison que nous sommes tous censés être peut manquer à ce point d'intelligence, de lucidité, d'empathie et de moralité ! … et je rêve parfois d'être un tilleul ...

Mathieu Roger
18/08/2017 - 15:42:44

L'Etat d'Israël viole les droits internationaux sans que cela n'offusque aucun de nos dirigeants, européens ou autres et reçoit même la bénédiction de notre président, c'est honteux!

Eliane Parizot
18/08/2017 - 14:57:10

Je vous souhaite de trouver le courage et les moyens de respecter le droit avant qu'il ne soit trop tard.

ABEL MONIN
18/08/2017 - 13:45:40

Difficile de vivre dans ces pays ......
Notre bon sol de France

Ortie32
18/08/2017 - 11:30:39

L état d Israël ne respecte aucune résolution du droit international; cet Etat qui pratique l apartheid à l égard du peuple palestinien doit être combattu.
Kadhila Jarrar, avocate et deputee est une combattante. L Afrique du sud vient de refuser de recevoir une délégation israélienne tant que cet état pratiquera l apartheid.
Soutien et Solidarité notamment avec le Boycott, Desinvestissents, Sanctions
Honte aux gouvernements européens qui ferment les yeux et reçoivent ce "cher Bibi" 1er ministre israélien.
Rappelons la responsabilité de la France et la Grande Bretagne dans la partition de la Palestine...
M.Macron ne parle pas de crimes contre l humanité lies à l apartheid...Comme c est bizarre!

Micheyle Marlier
17/08/2017 - 11:47:47

Khalida Jarrar a certes été libérée en juin 2016 mais réincarcérée le 2 juillet 2017

Alain UGUEN
17/08/2017 - 08:07:48

On ne peut qu'avoir de l'admiration pour ces femmes palestiniennes qui luttent inlassablement pour que les habitants puissent vivre librement et avoir les mêmes droits que les israéliens

un anonyme
16/08/2017 - 23:38:08

Libérez nos camarades !

sylvère labis
16/08/2017 - 22:30:44

Je comprends mal pourquoi demander la libération de Khalida Jarrar alors que vos infos informent qu'elle a été libérée en juin 2016, il y a plus d'un an ???? Pas clair !

Jonquille
16/08/2017 - 21:17:48

la détention administrative sans inculpation ni jugement donne du poids aux opinions qui considèrent le gouvernement actuel d'Israël comme une dictature fasciste méprisant la dignité humaine

Georges-Henri Clopeau
16/08/2017 - 20:43:01

pas de bâillon...

René HAMEL
16/08/2017 - 16:45:23

Israël bafoue les Droits de l'Homme et nargue le monde entier et nous laissons faire !!!

R. GILLET-CHAULET
16/08/2017 - 15:31:33

Des femmes, encore des femmes, toujours des femmes. Certes, il y a bcp d'hommes aussi, mais c'est tellement plus facile de s'attaquer aux femmes...

DENISE BARTHELEMY
16/08/2017 - 15:16:38

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !