actualité écologie

météo

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

Ne laissez pas vos appareils en veille

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

22 V'là les acteurs des transitions

Les amis des 150

image vide cyberacteurs
image vide

  #BIODIVERSITE   #CENTRALE   #PHOTOVOLTAIQUE   #



Pétition : NON au projet de centrale photovoltaique au sol à Montagny (69)

Dérèglement climatique et protection de la Biodiversité sont deux priorités majeures qui doivent être traitées sans concurrence !
Nous nous opposons donc au projet de centrale photovoltaïque au sol sur le site des Grandes Bruyères à Montagny : Ce projet conduirait à détruire cet espace naturel sensible de richesse exceptionnelle (classé d’intérêt écologique en ZNIEFF) en artificialisant cette zone.

[ 2 027 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Pétition mise en ligne le 23 janvier 2022

Proposée par Association Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais
En partenariat avec l’Association de Défense de l’Environnement de Montagny (ADEM), l’Association intercommunale de Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais (SCL), France Nature Environnement (FNE 69), Ligue de Protection des Oiseaux (LPO 69).

Plus d'infos

Ce site n'est plus une carrière !Le projet de centrale photovoltaïque au sol sur le site des Grandes Bruyères à Montagny est tout d’abord destructeur d’espaces naturels : 6 hectares….
Grandes Bruyères, pourquoi ce nom ?… Petit retour sur l’histoire du lieu : pendant des siècles il est recouvert de bruyères et constitue un corridor écologique (que l’on nomme aujourd’hui trames Verte et Bleue du Broulon) entre les Landes de Montagny et la vallée du Garon.

Puis le site est exploité par des activités de carrière jusqu’au début des années 2010… Par ses arrêtés préfectoraux de 2011 et 2013, le préfet du Rhône impose la remise en état des lieux et décide que le site doit redevenir un espace naturel : la nature peut à nouveau reprendre ses droits ! Ce site est également intégré, à cette époque, dans la Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique « Zones humides et landes de Montagny » dont la richesse exceptionnelle tient à l’interrelation des milieux ! En septembre 2021, la Mission Régionale d’Autorité Environnementale (MRAE) Auvergne-Rhône-Alpes confirme que le site présente des enjeux importants pour la biodiversité, notamment pour l’avifaune.

Après avoir déjà échappé à l’installation d’un Tir Olympique en 1996, cet espace a été promis à l’installation du Golf de Montagny* en 2016… l’aménagement et l’artificialisation des espaces naturels sont pour la mairie de Montagny toujours à l’ordre du jour : elle veut, avec ce projet de centrale photovoltaïque au sol, aménager et rentabiliser les espaces naturels !
*Envisagé depuis sur d’autres terres naturelles et agricoles de la commune de Montagny

L’artificialisation du site conduirait à la destruction de la biodiversité de cet espace et de celle des milieux qui communiquent à travers ce corridor écologique !
Sur le bassin lyonnais, stopper l’étalement de l’artificialisation des terres naturelles est une urgence absolue… même s’il s’agit d’implanter une centrale photovoltaïque au sol !

Sur le plan national, l’Agence de la transition écologique (nouvelle dénomination de l’ADEME) a une position claire : priorité aux installations photovoltaïques en autoconsommation sur les toitures des bâtiments d’activités, dont les besoins en consommation en journée coïncident naturellement avec l’ensoleillement et la production solaire. Nous partageons cette position. Stopper l'artificialisation des terres est une urgence absolue !

La demande de permis de construire de la centrale photovoltaïque a été déposée par la Compagnie Nationale du Rhône le 04 mars 2021. Elle est en cours d’instruction par les services de l’Etat…

A ce jour il n'y a eu aucune concertation avec les habitants…

En prévision des futures rencontres avec les décideurs et services instructeurs, nous lançons donc une pétition d'opposition à ce projet.

NON au projet de centrale photovoltaïque au sol sur le site des Grandes Bruyères à Montagny (Rhône)!

Ne laissons pas détruire la biodiversité remarquable de cette zone naturelle classée d’intérêt écologique !

Réservons les installations de panneaux photovoltaïques aux surfaces déjà artificialisées !

Cette pétition est portée par l’Association de Défense de l’Environnement de Montagny (ADEM) et l’Association intercommunale de Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais (SCL) et soutenue par France Nature Environnement (FNE 69) et par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO 69).

Texte de la pétition

NON au projet de centrale photovoltaïque au sol sur le site des Grandes Bruyères à Montagny (Rhône)!

Ne laissons pas détruire la biodiversité remarquable de cette zone naturelle classée d’intérêt écologique !

Réservons les installations de panneaux photovoltaïques aux surfaces déjà artificialisées !

Le projet de centrale photovoltaïque au sol est porté par une filiale (CN’Air) de la Compagnie Nationale du Rhône. Elle a déposé une demande de permis de construire une installation qui s’étendrait sur une surface clôturée de 6 ha pour une puissance de 3,4 MWc 1.

Le site retenu des Grandes Bruyères est un espace naturel en 2011, le préfet du Rhône a décidé et suivi pendant 4 ans sa remise à l’état naturel, suite à l’arrêt des activités de carrière. Son périmètre a été intégré dans la ZNIEFF 2 « Zones humides et landes de Montagny ». En septembre 2021, la Mission Régionale d’Autorité Environnementale (MRAE) Auvergne-Rhône-Alpes confirme que le site présente des enjeux importants pour la biodiversité, notamment pour l’avifaune.

La CN’Air pratique la désinformation en affirmant que le site est « dégradé » et que les impacts sur la biodiversité seraient « modérés » sur la majeure partie du site. La MRAE contredit l’argumentation de la CN’air. Ce site n’est plus une carrière !

Certes ce projet se pare des vertus de la lutte contre le dérèglement climatique mais, la protection de la biodiversité est également une priorité majeure de la transition écologique : Ces deux priorités doivent être traitées sans concurrence ! Stopper l'artificialisation des terres est une urgence absolue !

Mobilisons-nous en exprimant par cette pétition notre opposition à ce projet destructeur de biodiversité et d’espaces naturels !


1 MégaWatt crête : puissance maximale fournie avec les meilleures conditions d’ensoleillement
2 Zone Naturelle d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique

 

Signer !

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.


 

25 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Une centrale photovoltaique au sol , c'est nulle part qu'elle doit être implantée ; un champ de panneaux? rien de moins naturel .Ne pourrait on envisager de petites centrales solaires dans les villes sur le lieu de consommation , par arrondissement, par village ..

MICHELE CATHALA
30/04/2022 - 17:46:12

Conformément à mon analyse sur la cause anthropique du réchauffement climatique, il faudrait cesser d'importer de l' énergie dans la biosphère, qu'elle soit fossile, nucléaire ou géothermique.
=> Il faudrait alors réapprendre à nous satisfaire des énergies issues de la biosphère, que sont l'éolien, l' hydraulique, la biomasse et, en cas de recours au solaire thermique ou photovoltaïque, il faudra qu'il soit albédo-compensé.

Cette exigence de principe fixe un plafond d'énergie disponible si bas qu'il fera l' Humilité pour commencer et la Solidarité par nécessité, face à la perte de facilités que l'on croyait acquises et perpétuelles, nous obligeant à des règles morales exemplaires, et au rationnement à des niveaux que les braves gens d'en bas ne connaissent que par les livres d d'histoire, et qui révèlera le vrai visage de ceux d'en haut.

Le gâteau énergie sera si faible et si convoité, que la moindre source d'énergie sera aussi précieuse et vitale que l'eau.

L' opulence actuelle alimente des diversions anthropocentrées aussi affligeantes qu'immatures et dérisoires face à ce qui arrive.

Les personnes qui s'expriment ici sont d'un niveau intellectuel respectable, et sans condescendance, très respectueusement, je les invite à la compassion pour les générations futures et le Vivant, plus que pour nous même, en prenant conscience de l' inertie et de la puissance des processus physiques telluriques auxquels doit faire face notre inertie culturelle, technique, socio-économique, nous permettant de réaliser la gravité des enjeux et l' urgence à nous préparer au pire pour donner une chance à la Vie, rien de moins que ça.

Lorsqu'on parle énergie à nos contemporains, réalisent-ils que la première ressource vitale est alimentaire ?
Lorsqu'on dresse le tableau des besoins biologiques quotidiens, ce ne sont que 800 Wh par jour que l'on peut effectivement restituer en travail sur les 2500 kCal/jour consommées (2.9 kWh/j), ce qui donne un rendement mirifique de 28%.
A partir de ces chiffres, je vous laisse imaginer le niveau de frugalité et le très fragile équilibre avec lequel nos ancêtres ont dû composer avant l'ère thermo-industrielle.

Alors, descendons de notre situation écologiquement intenable, et arrêtons de raisonner comme des enfants gâtés, la dure réalité va s'imposer à notre espèce, et plus nous tarderons, plus le retour à l'état sauvage sera certain, violent et sélectif.

Les ombrières solaires peuvent être placées en hauteur, pour laisser le sol respirer, à inclinaison et azimut réglables pour optimiser la récupération d'énergie aux moments où elle sera la plus nécessaire, en hiver, ce qui permet de comprendre qu'elle doivent être espacées, laissant le soleil atteindre le sol hors hiver, et ne perdons pas de vue que ces installations devront servir plusieurs générations, et être couplées à des dispositifs de stockage d'énergie vertueux, tels les STEP.

Je ne connais pas la zone, ses ressources naturelles primaires, et je pense qu' il appartient aux collectifs locaux de décider de la manière dont ils vont assurer leur sécurité énergétique, alimentaire, sanitaire localement, dans une perspective de frugalité, de déplacements comptés, à vélo, à pied, éventuellement avec attelages, leur rappelant encore une fois, que la sortie des énergies fossiles et nucléaires sera incontournable, si on veut limiter les effets dévastateurs de l'apocalypse qui se prépare et qui plongera notre espèce dans le dénuement technique, environnemental et dans l' isolement.

Daniel LAMBEAUX
23/03/2022 - 21:56:39

Nous vous remercions très chaleureusement pour votre engagement à nos côtés.
Pour ceux qui habitent dans le secteur, nous vous invitons à participer massivement au rassemblement informatif et d’action que nous organisons ce samedi 5 février à 15h sur le terre-plein de la salle des fêtes de Chassagny. Ce lieu va nous permettre de visualiser le site des Grandes Bruyères et plus généralement la zone remarquable de l’APPB (Arrêté Préfectoral de Protection du Biotope)… Un intervenant de la LPO présentera les enjeux et la richesse de la biodiversité du site.

Notre pétition attire l’attention sur ce projet de centrale photovoltaïque au sol qui avançait dans l’ombre : Un premier petit article est paru dans la presse locale… et un deuxième article approfondi est en préparation dans ce même journal.

Elle a provoqué également des rencontres et des échanges avec des élus locaux des communes voisines, ils ont été sensibles à nos arguments : Ce projet ne répond pas aux enjeux de la transition écologique car, s’il propose de contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique, c’est au détriment de la protection de la Biodiversité qui est également une priorité majeure !

Enfin, cette pétition porte nos voix avec une tonalité plus forte auprès des décideurs favorables à ce projet.

La CNR organise cette semaine, en mairie de Montagny, des permanences pour informer les habitants en recherche d’informations. Nous la rencontrerons à cette occasion pour lui faire part de notre opposition et de votre soutien !

Nous vous encourageons vivement à encore partager/relancer vos amis, familles, connaissances, réseaux pour faire progresser toujours plus le nombre de signataires de cette pétition.

Merci d’avance pour votre aide !!

JEAN-MARC DUSSARDIER
31/01/2022 - 23:01:26

Avec un peu de volonté, les élus et les entreprises du secteur pourraient s'emparer du sujet pour développer le solaire sur les toitures des zones d'activité! Oups, ce n'est pas le sujet!

Dunbar
28/01/2022 - 22:36:14

La CNR a de bonnes initiatives dans ce domaine sur le territoire, lac de la madone à Mornant. Mais sur ce projet, c'est à coté de la plaque. Dans l'incapacité de convaincre les entreprises locales d'installer des panneaux sur les toits de leur locaux, malgré les aides multiples, les initiatives citoyennes, force est de constater que outre la CNR, les élus locaux sont dans l'incapacité volontaire d'aller plus loin dans dans cette démarche. Les entreprises n'ayant pas non plus d'appétence sur le sujet, sauf peut être avec prise en charge totale et déduction fiscale à la hauteur!

dunbar
28/01/2022 - 20:52:49

Je pense que le photovoltaïque peut être une solution. Mais une solution à quoi? de l'électricité pour QUOI faire ? Nous ne pouvons plus accepter d'artificialiser les sols. D'où ces projets sortent-ils ? Quels sont leur légitimité.
Avons nous les moyens d'encore extraire des éléments polluants de la terre , peu recyclables, et dont nous ne maîtrisons rien de la fabrication.
Je réponds non et je soutiens fermement ces personnes défendant leur territoire et notre terre vivante.

Alain Luyten
28/01/2022 - 18:21:30

Les centrales photovoltaiques ont beaucoup de place sur touts les batiments agricoles , industriels et municipaux... non a la destruction des espaces naturels.

madeleine chatard
28/01/2022 - 09:37:40

Merci pour votre démarche d’opposition à ce bel exemple de pseudo écologie hypocrite !
En effet, les installations de production d’énergies « vertes » qui ne tiennent pas compte de la préservation de la biodiversité ne peuvent être considérées comme écologiques.
Elles ne sont que les manifestations d’un utilitarisme forcené et largement répandu qui veut rentabiliser, financièrement parlant, la moindre parcelle de terrain libre tout en déniant systématiquement à la nature le droit d’exister par et pour elle-même.

Frawald
26/01/2022 - 08:28:56

Le photovoltaïque est en effet une réponse à la production d'énergies renouvelables mais il ne faut pas pour autant qu'il détruise des terres agricoles. Il y a des milliers de m² a équiper sur des toitures (en particulier dans les zones commerciales et industrielles). Que l'on commence déjà par ça !

Roland COMTE
25/01/2022 - 12:57:22

Vous voulez détruire 6 hectares de terrains ?
1) Choisissez un beau coin, les Côteaux du Lyonnais, les environs de Montagny.
2) Elisez et confortez dans son fauteuil un maire qui vomit sur la flore et la faune et accessoirement ses administrés.
3) Faites des projets à la manque (chers, gigantesques destinés à des nantis, des communautaristes du tee et de la carabine de sport).
4) Fricotez avec une compagnie nationale rhônoise qui fait sa p'tite vaisselle dans son coin.
5) Vous empapaoutez les habitants, les libellules, les oiseaux et les fleurs protégées.
6) Vous argumentez, disant qu'il y avait une carrière, alors pourquoi pas un champ de panneaux photovoltaïques au sol.
7) Vous imitez les ceusses qui ont couvert un lac de panneaux photovoltaïques pour démontrer à tous qu'il y a aussi des illuminés autour de Montagny.
Aïchat Nussy

colette Nusbaum Vallet
25/01/2022 - 10:45:09

De nombreux parkings pourraient être couverts en grande partie par des capteurs solaires.
A l'avenir avec le développement de la voiture électrique il faudra bien aussi y installer des chargeurs électricité produite pourrait être consommée en partie ou en totalité sur place sans passer par des phases de transformation pour le renvoyer au réseau.

Yves Mollet
24/01/2022 - 23:13:32

Utilisons les zones qui ne nuisent pas à l'environnement dans sa globalité. Cherchons des sites comme les toits des stabulations et autres structures pour les implanter

Stéphoto
24/01/2022 - 18:50:51

Que l'on défigure les paysages avec des éoliennes ou des panneaux photovoltaïques, le résultat est le même! Les toits des bâtiments en général (industriels, agricoles, parkings de grandes surfaces... sont ou devraient être la priorité, il n'y aurait pas de grosses infra structures à construire pour acheminer le courant produit (moins de pertes...).
Quant aux vignes ombragées par des panneaux (comme le suggère Anne), pour moi qui ait exercer ce beau métier de vigneron, c'est un peu une usine à gaz! Je ne vois pas les vignes que je cultivais équipées de ces dispositifs, c'est pour le coup que le paysage en prendrait un sacré coup!
La vigne est une culture de soleil... C'est plus dans les pratiques culturales et les cépages qu'il faudrait agir.

Le bon sens doit être notre seule référence...

cactus
24/01/2022 - 17:56:13

Il y a bien assez de toits dans la région lyonnaise pour y produire de l'eau chaude (solaire thermique, très rentable) et de l'électricité (solaire photovoltaïque), sans aller artificialiser encore des zones naturelles dont le climat a besoin!!!

ELISABETH COULOUMA
24/01/2022 - 17:50:29

Sous prétexte de l'écologie ils font toujours les mêmes erreurs n'importe quoi, détruire les milieux naturels pour y créer des parcs de panneaux solaire en plus loin de la vie des gens . Alors qu'il y a les toits des maisons, des bâtiments des collectivités locales, de l'état, des bâtiments agricoles, etc ...... Mais c'est trot simple .....!

patoche
24/01/2022 - 16:56:05

Alain, je viens de voir ceci :
" Un repenti du ministère de l’écologie déclarait en 2020 : « au ministère, on est surtout des machines à déroger, c’est-à-dire qu’on imagine la capacité de dérogation plutôt que d’imposer la loi. Il s’agit d’avoir des bons argumentaires pour se défendre contre le recours des associations, les reproches de la commission européenne ».
source : Lundi matin
As tu la possibilité de vérifier ?

jean jordan
24/01/2022 - 16:42:08

Malheureusement nous connaissons des dizaines de situation semblables dans les Landes. Et il faut rarement compter sur le Tribunal administratif de Pau pour protéger les espaces naturels comme nous avons pu hélas le constater à nos dépens.

Georges CINGAL
24/01/2022 - 14:28:05

Les "champs photovoltaïques" sont une hérésie, il y a mieux à faire... Un champ est fait pour produire de la nourriture, à force de réduire les surfaces agricoles où produirons nous, sur les toits?...Ce sont les toits et les parking qu'il faut équiper, ce serait plus rationnel, mais la raison est-elle au pouvoir?...
Dans un premier temps la réduction des besoins peut se faire, en éteignant la nuit ce qui n'est pas utile, éclairage...et autres usages superflus.

Chacun aussi peut y contribuer.

L'avis du précédent "auteur" va dans mon sens.

On se sent moins seul .

eugène ravenet
24/01/2022 - 13:54:38

Il y a une solution qui pourrait satisfaire tout le monde : l'agrivoltaïque ! Un certain nombre de "centrales" agrivoltaïques sont actuellement soit déjà construites, soit en construction. La pétition n'envisage pas cette solution qui serait pourtant bénéfique...
Il est urgent de prendre en compte les bonnes idées créatives, pas seulement rejeter les mauvaises.
Précision (au cas où...) : l'agrivoltaïque, qui se développe sans qu'on en parle (!) est une solution qui allie la production d'énergie ET l'élevage, par exemple, ou une culture qui a besoin d'ombre à certains moments de la journée (vigne), etc. On voit aussi des panneaux installés en ombrières qui s'orientent selon la position du soleil, etc.
Beaucoup de bénéfices avec ces propositions réellement innovantes : il est temps de s'intéresser aux idées positives et ne pas rester cramponnés sur le rejet de technologies dépassées dans leur utilisation sans réflexion.

Anne
24/01/2022 - 13:14:07

Pourquoi installer des champs de panneaux solaires en pleine nature, loin des lieux de consommation, empiétant sur les terres agricoles ou les forêts ?
Ne serait-il pas plus rationnel de les installer dans les zones urbanisées et les zones industrielles ou commerciales, fortement consommatrices d'électricité, sans qu'il ne soit besoin de tirer des km de lignes pour les raccorder aux consommateurs ?

KLEFIZE
24/01/2022 - 11:58:14

Il serait bien plus intelligent de couvrir quelques tronçons d'autoroutes de panneaux, cela éviterai de réquisitionner des terres cultivables ou de nature dont nous avons tant besoin. On peut aussi couvrir les maison, les entreprises, les bâtiments agricoles et municipaux ou autres.
Assez de saccage de la nature !

Lucky THIPHAINE
24/01/2022 - 11:49:04

l'avis de la commission me semble très précise sur les ajouts de précision de cette future implantation !!
Je pense qu'un tel projet ne peut être validé que par les habitants concernés , seuls en mesure d'apprécier la validité et l'opportunité du projet .

serge Schwindenhammer
24/01/2022 - 11:20:34

Ce n''est pas en détruisant l'environnement qu'on le sauvera
Il y a suffisamment de toits d'immeubles non exploités avant de disposer des centrales au sol .

Lionel Bécus
24/01/2022 - 11:11:49

O-K ...
...la centrale photovoltaïque au sol , où peut-elle être implantée ... ??? ...

Marie-Jeanne BREMOND
24/01/2022 - 10:34:49

Avis délibéré de la mission régionale d’autorité environnementale concernant le projet de centrale photovoltaïque sur l’ancienne carrière des Grandes Bruyères, par la compagnie nationale du Rhône (CNR),
sur la commune de Montagny (69)
http://www.mrae.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2021apara98_parcpv_montagny_69_avis_definif.pdf  

Alain UGUEN
24/01/2022 - 10:33:10

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette pétition en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !