actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Annoncez la couleur !

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

AG Cyberacteurs

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

météo

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Ne laissez pas vos appareils en veille

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

Les 10 jours verts Transacteurs

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

image vide cyberacteurs
image vide

cyberaction N° 1281 : Contre le Carnage au Carnet (44)

L’estuaire de la Loire est en danger ! La Confluence des Luttes de l’Ouest et le Collectif Stop Carnet font appel à votre soutien pour implanter la résistance contre ce Carnage au Carnet (44) !

[ Participer à la cyberaction ]

26 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Les zones humides font actuellement l'objet de protection. Comment cette destruction a t'elle pu s'envisager ? Une action en justice s'impose...

soazig GUENNOC
08/10/2020 - 22:21:44

Week-end de chantiers collectifs cabanes à la ZAD du Carnet les 10 et 11 Octobre !
https://stopcarnet.fr/2020/10/04/week-end-de-chantiers-collectifs-cabanes-a-la-zad-du-carnet-les-10-et-11-octobre/  

Alain UGUEN
06/10/2020 - 12:02:40

Week-end de chantiers collectifs cabanes à la ZAD du Carnet les 10 et 11 Octobre !
https://stopcarnet.fr/2020/10/04/week-end-de-chantiers-collectifs-cabanes-a-la-zad-du-carnet-les-10-et-11-octobre/  

Alain UGUEN
06/10/2020 - 08:08:32

Je n'ai plus de mots quant aux décisions arbitraires, prises en toute impunité, au mépris du vivant.
Je suis consternée.

Béatrice Saint Peron
05/10/2020 - 16:18:47

Week-end de chantiers collectifs cabanes à la ZAD du Carnet les 10 et 11 Octobre !
https://stopcarnet.fr/2020/10/04/week-end-de-chantiers-collectifs-cabanes-a-la-zad-du-carnet-les-10-et-11-octobre/  

Alain UGUEN
05/10/2020 - 08:05:46

il faut absolument conserver les zons humides

jean paul thomas
04/10/2020 - 16:52:49

RASSEMBLEMENT POUR LA DÉFENSE DES COMMUNS DE LA ZAD NDDL À L’OCCASION DU COPIL


Lundi 5 octobre 13h - Nantes - préfecture

Avec Expo sur l’enchevêtrement des usages dans le bocage, bar, casse-croûte et concert !

Malgré ce que nous avons déjà pu maintenir et développer de l’expérience de la zad depuis l’abandon, les institutions gouvernementales et collectivités locales cherchent toujours à la reformater et à la faire entrer dans des cases beaucoup trop étriquées pour ce qui se vit ici. Leurs modèles sont plus que jamais obsolètes dans un monde bouleversé par la vague virale, à l’heure où l’évidence de la crise environnementale et sociale doit amener à prioriser partout le commun et la défense du vivant. Si l’emprise foncière des projets paysans liés au mouvement s’est stabilisée sur près de 360 ha depuis l’abandon, les autres enjeux, autour des habitats, de la forêt ou de la propriété collective, sont toujours en tension.

Le nouveau Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI), entre autre, continue à nier administrativement le caractère collectif et hybride de ce qui s’est constitué de spécifique sur la zad. L’Association pour un Avenir Commun dans le Bocage (AACB) a déposé un recours contre ce PLUI fin août. En pratique les habitant.es et usager.es de la zad, continuent encore et toujours à mettre en oeuvre des formes de vies foncièrement adverses à un aménagement du territoire assujetti aux logiques marchandes et individualisantes.

Le 5 octobre, le département et la préfecture organisent un nouveau COPIL (Comité de pilotage du projet agricole et environnemental sur l’avenir de la zad.) Nous appelons à un rassemblement dans la rue au même moment pour :

- défendre les expériences d’habitats auto-construits et écologiques sur la zad ainsi que la reconstruction de lieux de vie et d’activités à l’emplacement des bâtis historiques détruits par le projet d’aéroport.

- soutenir un modèle de prise en charge pérenne de la forêt de Rohanne en tant que « commun » par ses usager.es et avec le collectif Abrakadabois.

- sauvegarder l’entremêlement des usages - agricoles, sociaux, artisanaux, culturels – et leur caractère collectif sur ce territoire.

- rappeler notre lien au fourmillement du vivant dans ce bocage et notre volonté de développer une paysannerie qui permette de s’émanciper du caractère toxique des pratiques agro-productivistes.

--
Zone A defendre - http://zad.nadir.org/  

Alain UGUEN
03/10/2020 - 16:49:06

ZAD NDDL- REACTION AU BROYAGE D'UNE PRAIRIE HUMIDE par l'amelaza et la FNSEA sur la zad ce matin

Quelques heures après une nuit de sortie en masse des salamandres sur les routes et chemins de la zad, l’Amelaza et la FNSEA sont venus ce samedi avec divers engins agricoles en convoi pour broyer une prairie humide près de la Noë Bernard. Celle-ci avait été identifiée conjointement par les naturalistes en lutte et le conseil départemental comme faisant partie d’une zone "à très haute valeur environnementale". Elle est bordée par 3 mares et un ruisseau. A moins de vouloir faire repousser davantage de jonc, ce broyage n’a absolument aucun sens agronomiquement en cette saison sur une parcelle de prairie humide qui ne peut être utilisée que pour du pâturage ou du foin. Renseignements pris et puisque le ridicule ne tue pas encore, il s’agit en fait d’une parcelle sur laquelle le président de l’Amelaza a un bail et qu’il a lui même laissé hors d’activité agricole, tout en continuant probablement à toucher la pac dessus. Rappelons qu’il s’agissait initialement pour l’Amelaza d’agir pour dénoncer la manière dont les zadistes laisseraient "partir des parcelles en friche"(1). Cette "action" se révèle donc être une pure mise en scène au sens le plus vain du terme, et une nouvelle démonstration de toute l’attention que la FNSEA porte à la biodiversité en pleine prise de conscience généralisée sur la crise écologique.

La FNSEA et l’Amelaza avaient annoncé initialement par voie de presse (1) vouloir aller faire un peu de broyage pour soutenir une jeune agricultrice qui aurait fait des demandes d’autorisation d’exploiter sur deux autres parcelles de la zad. Selon eux, ils auraient ainsi soutenu - pour une fois - une "installation", plutôt qu’un des aggrandissements d’exploitations déjà grassouillettes dont ils sont coutumiers. Sauf qu’il apparaît que les deux parcelles sur lesquelles portaient les demandes d’autorisation sont déjà liées à des projets paysans et naturalistes en construction. L’une est la parcelle où se situe le projet d’élevage d’escargot "la cagouille", l’autre est la parcelle sur laquelle se construit un projet de verger conservatoire regroupant des naturalistes, paysan.es et habitant.es de la zad. Sur la première parcelle, il apparaît que l’agricultrice aurait déjà renoncé à son autorisation d’exploiter. Quant à la seconde, il s’agit d’une zone suivie depuis des années par des naturalistes et où un plan de gestion qui concilie agriculture et préservation des espèces menacées est en cours d’élaboration entre le conseil départemental et l’association "Les Noues qui Poussent". Il se révèle donc qu’il s’agissait en réalité pour l’amelaza de tenter d’installer quelqu’une en force en en mettant dehors d’autres. Des habitant.es et paysan.nes de la zad les attendant sur place, l’Amelaza et la FNSEA on préféré prudemment se rabattre sur un "plan B" moins engageant pour eux et ont préféré ratiboiser ce matin une de leur prairie humide plus isolée.

En dehors du piètre broyage de ce matin, revenons maintenant sur l’argumentaire que déploie l’Amelaza avec le soutien affiché de la FNSEA pour accompagner leurs petites mises en scène.

En ce qui concerne le soin du bocage, le rapport au travail paysan et aux installations :

Rappelons tout d’abord que les exploitants de l’amelaza ont obtenu pendant des années des compensations foncières et financières pour les terres qu’ils louaient sur la zad et avaient décidé de laisser au projet d’aéroport. Cela ne les a pas empêché de chercher goûlument et opportunément à aggrandir leurs exploitations sur certaines parcelles après l’abandon. Ils se font passer depuis dans la presse pour des agriculteurs "historiques" alors qu’il conviendrait bien mieux de les qualifier d’agriculteurs déserteurs et in fine profiteurs, face aux vrais "historiques" qui se sont engagés aux côtés du mouvement anti-aéroport et ont tout risqué jusqu’au bout pour défendre leurs terres. Les aggrandissements de l’Amelaza post-abandon se sont fait aux dépends de la possible installation de jeunes agricuteurs, ceci alors qu’il pourrait y avoir un quart de moins de paysans dans ce pays dans les 5 ans à venir et une agriculture encore plus toxique si on n’inverse pas la tendance. De notre côté, après avoir lutté victorieusement pour préserver le bocage du béton, nous continuons à soutenir l’installation sur ces terres de paysans issus ou non du mouvement anti-aéroport. Nous défendons chemin faisant une vision de l’agriculture qui accorde un soin très particulier à notre relation au bocage. Cela n’est de toute évidence pas le cas de certains membres de l’amelaza qui, il y a quelques mois encore, ont arraché des haies et répandu du glyphosate sur leurs parcelles. De ce point de vue, à l’heure d’une crise écologique planétaire et face à de telles pratiques qu’on espérait d’un autre âge, les baux environnementaux ne sont pas des "concessions" - comme l’avance le porte-parole de l’Amelaza (1)- mais une avancée parmi d’autres pour la protection de la biodiversité sur le long terme dans cette zone humide. La qualité de l’eau tant demandée par les habitantes du département, le plus pollué de France, passe par la protection forte des zones humides et du bocage et non par le déversement d’intrants et de pesticides ou par la destruction des haies.

En ce qui concerne la chasse :

Les projets paysans ou environnementaux dans lesquels nous sommes engagés souffrent tout autant des dommages du fait de la trop forte prolifération de sangliers. Il n’y a pas de blocages à prori sur le fait d’intervenir intelligemment à ce niveau et des discussions sont en cours avec les sociétés de chasse. Cela ne signifie pas pour autant donner carte blanche à toute forme de chasse et ne pas se donner la possibilité de questionner les formes plus nuisibles de cette pratique sur des espèces qu’il convient de protéger. Il est sans doute également utile de rappeler qu’au-delà de la zad et de quelconques "friches", la prolifération des sangliers est imputable en grande partie à une certaine pratique de la chasse (apport de sanglier d’élevage, utilisation de souches prolifiques, agrainages et friches dans les réserves, refus de tuer les laies) ainsi qu’aux modifications des pratiques agricoles comme la maïsiculture qui offrent également au sanglier des espaces de nourriture et de refuge.

En ce qui concerne les friches :

Les membres de l’amelaza qui s’offusquent de voir certaines parcelles enfrichées sur la zad, semblent avoir plus de compassion pour les 4 hectares en friche de l’un de leurs membres à la Boissière, obtenues pour l’agrandissement de sa ferme dans le cadre du projet d’aéroport. Ce n’est qu’un exemple. Pour notre part, nous défendons un bocage cultivé mais aussi certains espaces précieux de balades et de protection naturaliste ainsi que des usages spécifiques des prairies humides et oligotrophes à haute valeur environnementale.

Pour notre part nous serons présents lundi dès 13h devant la préfecture, lors du prochain COPIL, pour :

- sauvegarder l’entremêlement des usages - agricoles, sociaux, artisanaux, culturels – et leur caractère collectif sur ce territoire.

- défendre les expériences d’habitats auto-construits et écologiques sur la zad ainsi que la reconstruction de lieux de vie et d’activités à l’emplacement des bâtis historiques détruits par le projet d’aéroport.

- soutenir un modèle de prise en charge pérenne de la forêt de Rohanne en tant que « commun » par ses usager.es et avec le collectif Abrakadabois

- rappeler notre lien au fourmillement du vivant dans ce bocage et notre volonté de développer une paysannerie qui permette de s’émanciper du caractère toxique des pratiques agro-productivistes.

(1) https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/notre-dame-des-landes-44130/notre-dame-des-landes-le-coup-de-gueule-des-agriculteurs-historiques-de-l-ex-zad-cd1bd0de-048a-11eb-a7ed-96a005cb5c0d   +

interview de Mickaël Mary porte-parole de l’Amelaza dans le journal local de la FNSEA, capture d’écran disponible sur zad.nadir.org et sur le facebook zad nddl info

Alain UGUEN
03/10/2020 - 16:48:22

Balade découverte du site menacé du Carnet et ramassage des déchets sur la rive de la Loire dimanche 20 Septembre
https://stopcarnet.fr/2020/09/13/balade-decouverte-du-site-menace-du-carnet-et-ramassage-des-dechets-sur-la-rive-de-la-loire-dimanche-20-septembre/  

Alain UGUEN
15/09/2020 - 16:19:35

Face à l’hypocrisie des bétonneurs, réapproprions-nous les territoires : Communiqué Stop Carnet lu devant la CCI à Nantes le 14 Septembre
https://stopcarnet.fr/2020/09/15/face-a-lhypocrisie-des-betonneurs-reapproprions-nous-les-territoires-communique-stop-carnet-lu-devant-la-cci-a-nantes-le-14-septembre/  

Alain UGUEN
15/09/2020 - 16:19:11

Stop à toute artificialisation des bords de la Loire. Arrêtons de toute urgence ce pouvoir dévastateur que nous nous octroyons sur la nature. Le danger est immense cette destruction est inutile. Nous ne sommes pas propriétaires de la terre, de la nature, arrêtons de la détruire.

Yves et Danièla Grellier
10/09/2020 - 18:19:58

ilfaut sauver cetrte nature

jean paul thomas
09/09/2020 - 16:41:42

Non aux intérêts personnels, Oui au respect de la Vie.
La Covid19 aurait dû vous faire prendre conscience de cet impératif !
Le macadam tue la Vie, les industries aussi.
Le pouvoir qu'on vous a donné ne justifie pas vos actes suicidaires !

Agnès Falgoux
09/09/2020 - 11:31:49

De Donges au Carnet, la Loire en danger : Appel à mobilisation urgente en Loire-Atlantique !

Le Village du peuple (VDP), le collectif Stop Carnet et la ZAD du Carnet lancent un APPEL NATIONAL COMMUN à rejoindre l’estuaire de la Loire !

Le Grand Port Maritime de Nantes St-Nazaire et la communauté d’agglomération locale cherchent à s’accaparer les espaces de vie pour étaler de nouvelles industries de part et d’autre de la Loire.

D’un côté un bocage de 57 ha et un lieu de vie collective dans une ancienne ferme sont menacés : défrichement en cours, expulsion prévue début octobre.

De l’autre, l’île du Carnet, haut lieu d’une lutte antinucléaire victorieuse des années 80-90, ré-ensauvagée depuis, aujourd’hui mosaïque de milieux secs et humides, qui risque d’être en partie remblayée et devant laquelle campent des dizaines de copaines depuis déjà une semaine.

Les enjeux politiques et économiques sont trop importants pour le nombre que nous sommes actuellement.
https://stopcarnet.fr/2020/09/06/de-donges-au-carnet-la-loire-en-danger-appel-a-mobilisation-urgente-en-loire-atlantique/  

Alain UGUEN
08/09/2020 - 14:53:46

Au Carnet, malgré la surveillance policière, la jeune zad prend ses marques
https://reporterre.net/Au-Carnet-malgre-la-surveillance-policiere-la-jeune-zad-prend-ses-marques  

Alain UGUEN
07/09/2020 - 07:50:49

Le Carnet, cette nouvelle ZAD qui remet la zizanie dans le pays nantais
https://www.lefigaro.fr/actualite-france/le-carnet-cette-nouvelle-zad-qui-remet-la-zizanie-dans-le-pays-nantais-20200906  

URGENT ! Forte présence policière autour du Carnet, évacuation possible de Zad du Carnet ces prochaines heures ou demain matin.

Forte présence policière autour du Carnet, évacuation possible de Zad du Carnet ces prochaines heures ou demain matin. La ZAD a besoin d'un soutien présentiel dès maintenant et à 5 heures demain matin. La gendarmerie menace de mettre des amendes à toutes les voitures présentes devant la Pehinière alors qu'elles ne gênent pas la circulation, laissant présager une intervention imminente.
Relai et soutien fortement apprécié ! L'expulsion de la ZAD signifierait la poursuite des travaux sur la zone naturelle du Carnet.

Alain UGUEN
07/09/2020 - 07:49:21

TÉMOIGNAGE. Elle raconte sa lutte contre le projet industriel du Carnet, à Saint-Viaud et Frossay
https://actu.fr/pays-de-la-loire/paimboeuf_44116/temoignage-elle-raconte-sa-lutte-contre-le-projet-industriel-du-carnet-a-saint-viaud-et-frossay_35380091.html  

Alain UGUEN
10/08/2020 - 10:40:09

Après le projet de centrale il y a des années, une autre idée tout aussi délétère...Ils insistent? Nous aussi. Ils ne passeront pas! Nous serons toujours là assis et dans la Joie, pour défendre la terre du Carnet.Tous au Carnet!

dominique Lassalle
01/08/2020 - 19:21:54

La grande "DESTRUCTION" poursuit son chemin avec des projets inutiles!!!!! Ces promoteurs irresponsables nous doivent des comptes.

cactus
01/08/2020 - 11:42:48

Décidément ils n'ont rien appris, rien oublié ! Le ravage de la nature continue pour eux. Luttons pied à pied !

Nino-Anne DUPIEUX
31/07/2020 - 16:36:42

Ce projet est vraiment emblématique de l'absence totale de conscience de l'importance vitale des zones naturelles et sauvages et spécialement des zones humides que les investisseurs industriels sont prets à massacrer au seul prétexte du profit immédiat.
Et cela avec la bénédiction de nos dirigeants, malgré tous leurs discours démagogiquement "verdis". Résistons !

Philippe DUPIEUX
31/07/2020 - 16:21:03

Un projet typique de destruction massive au nom du profit de quelques actionnaires. Si quelques naïfs se satisfont de voir Macron recevoir quelques membre de la Convention citoyenne pour le climat, dont il a rejeté tout ce qui pouvait entraver les sources de profits immédiats des industriels et des multinationales, les personnes et associations de défense de l'environnement, de la biodiversité et du climat n'ont pas été dupes. Mais ce sont toujours les mêmes qui se battent pour l'intérêt général et le droits de tous pour tous et une forte relève serait bienvenue.

Mireille
31/07/2020 - 14:33:27

Et après on est surpris par les inondations !

Jean-Michel Sampay
31/07/2020 - 13:46:46

Il y a des gens qui n'ont encore et toujours rien compris.

Charles Farinelle
31/07/2020 - 11:01:15

De la source à la confluence, l'association SOS Loire Vivante poursuit son périple de 350 kilomètres au fil du Cher
https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/cher/source-confluence-association-sos-loire-vivante-poursuit-son-periple-350-kilometres-au-fil-du-cher-1857460.html  

Alain UGUEN
28/07/2020 - 17:19:56

[ Participer à la cyberaction ]

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !