actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

L'A45, ce n'est pas fini ! TOUTES et TOUS à la Talaudière le samedi 22 septembre

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

OPÉRATION

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction N° 992: Areva Malvesi : le fond de l’air effraie

Les associations COL.E.R.E à Narbonne (COLlectif pour l’Environnement des Riverains Elisyiques à Narbonne) et RUBRESUS, ainsi que plusieurs riverains de l’usine AREVA/ORANO de Narbonne, ont conjointement déposé ce 8 mars 2018 un recours en annulation de l’arrêté préfectoral autorisant l’exploitation de l’installation TDN au sein de l’usine, auprès du tribunal administratif de Montpellier en mandatant le cabinet Atmos Avocats à Paris, spécialisé en droit de l’environnement.

[ 3 641 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 24 mars 2018

Proposée par Cyberacteurs
En soutien à Rubresus et COL.E.R.E à Narbonne

Plus d'infos

Rubresus et COL.E.R.E à Narbonne déposent un recours contre l’arrêté préfectoral autorisant l’exploitation du TDN
Ces deux associations ont alerté les administrés et les décideurs dès l’enquête publique de septembre 2016 sur les risques environnementaux et sanitaires potentiels du projet TDN, qui implique le traitement dans un four à combustion alimenté par du charbon des effluents stockés dans les bassins d’évaporation de l’usine, contenant des métaux et des radionucléides (350 000 m 3 ).
Depuis, RUBRESUS a multiplié les rapports scientifiques mettant en évidence l’importance des émissions atmosphériques résultant de ce procédé (qu’elle estime équivalentes à celles d’un incinérateur), doublées d’émissions de radionucléides. L’association a également fait part de ses craintes quant à la fragilité et les incertitudes du procédé retenu, unique au monde, alors qu’il n’a pas été directement testé avec les effluents concernés.
La connaissance des dossiers et du territoire par les deux associations ont permis d’élaborer un recours argumenté et aussi de mobiliser des premiers financements pour cette procédure juridique.
Dans leur recours, les associations dénoncent point par point les irrégularités et lacunes qui, selon elles, affectent cette autorisation. Elles déplorent notamment le manque de précaution du préfet sur un projet expérimental dont elles considèrent que les effets demeurent incertains sur la santé et l’environnement de la population narbonnaise.
La solidarité et les actions des associations et collectifs du Narbonnais ont permis la prise de conscience et la mobilisation de la population locale. Nous invitons les Narbonnais, les Narbonnaises ainsi que toutes personnes qui se sentent concernées à continuer de se mobiliser et de soutenir l’action portée par les deux associations en faveur de la protection de la santé et de l’environnement.

Areva Malvesi : le fond de l’air effraie
https://tvlanguedoc.com/areva-malvesi-un-prefet-qui-dit-oui-a-thor/  


A moins de trois kilomètres de la ville de Narbonne qui compte plus de 52 000 habitants, l’inquiétude grandit pour de nombreux habitants dans la périphérie de cette sous préfecture de l’Aude, au sujet d’un projet controversé répondant au nom de Thor qui verra le jour dans l’usine chimique de Malvesi appartenant au géant nucléaire Areva.

C’est quoi le projet THOR ?

Le projet Thor est l’abréviation de « THermal Organic Reduction ». L’usine d’Areva traite le minerai d’uranium qui donne le combustible des centrales nucléaires. Un procédé qui produit des déchets qu’Areva aimerait retraiter par un procédé nommé « Thor ».
Dans le cadre de son activité de transformation d’’uranium, le site industriel de Malvési rejette dans ses bassins, des effluents liquides nitratés et radioactifs. Avec plus de 50 années d’exploitation, le site comptabilise aujourd’hui environ 350 000 m3 d’effluents liquides, soit l’équivalent de 140 piscines olympiques. L’objectif de l’entreprise est de vider les bassins, mais voila, le principe retenu par Areva inquiète.
L’idée serait de bruler ces déchets. Si le projet consiste à traiter par la chaleur à haute température les effluents liquides nitratés générés par la transformation de l’uranium, ce procédé thermique expérimental qui risque d’être utilisé émettra des rejets de gaz et de fumée dans l’atmosphère avec la question des éléments radioactifs qui vont se rajouter à la pollution chimique. Et à une telle température, beaucoup d’éléments chimiques et radioactifs risquent d’être volatilisé dans l’atmosphère.
Inquiétude des habitants : D’où l’inquiétude des habitants qui ont réclamé des études complémentaires sur les risques engendrés par ce nouveau procédé. Beaucoup de craintes et de questions sans réponse pour les riverains et les habitants de Narbonne sur ce procédé expérimental qui refusent de servir de rats de laboratoire au profit d’Aréva. Si l’objectif de cette entreprise est officiellement de vider les bassins, la crainte est de voir Areva de continuer à les remplir par de nouveaux effluents produits pour raffiner 10 à 15000 tonnes d’uranium par an, avec une autorisation préfectorale qui limite à 21 000 tonnes la production annuelle. « Non seulement le procédé retenu peut inquiéter, mais on peut avoir des doutes sur l’intention réelle d’Areva de vider les bassins « nous explique Hervé Loquais du Collectif Non au nucléaire dans l’Aude.

Un préfet qui dit oui à Thor

Sur la base d’un avis favorable par un commissaire enquêteur et deux expertises complémentaires, le Préfet de l’Aude, monsieur Alain Thirion a autorisé le projet Thor de l’usine de traitement des déchets nitratés de l’usine Areva-Malvesi . Salué par le premier vice président de la région Occitanie, Didier Codorniou, (sans toutefois avoir apporté son soutien ce projet), ce futur projet controversé provoque une forte inquiétude et une vive contestation par de nombreux habitants de la province du Narbonnais.
« Déplorant cette décision qui engage le bassin de vie pour quarante ans et qui sera lourde de conséquences sur le plan sanitaire environnemental et économique », une association locale – Transparence des canaux de la narbonnaise (TCNA) – appelle dans un communiqué à « la résistance citoyenne ». Une vaste banderole a été déployée sur les remparts de la cité de Carcassonne : « Le nucléaire tue l’avenir » en guise de protestation.

Un coup de massue sur la tête des opposants

Suite à des expertise favorables au projet expérimental de traitement des nitrates grâce au projet THOR et à la décision du Préfet de l’Aude d’autoriser finalement ce projet, les associations ont reçu un sérieux coup sur la tête, car de nombreuses contre expertises indépendantes réalisées par ces associations n’ont pas été pris en compte dans l’étude de ce dossier.
Indignés, les riverains du projet avec en tête les associations comme Rubresus et COLERE ont décidé de faire appels aux bon sens des politiques locaux et nationaux concernant la santé des habitants, la salubrité publique et le risque sanitaire des environs.

Riposte des associations

Dans des temps de tromperie généralisée et de supercherie universelle, le simple fait de dire la vérité (en faveur d’une prophylaxie pour les être vivants et la nature environnante) est il devenu un acte révolutionnaire ? Les associations narbonnaise Rubresus et Col.e.r.e (Collectif pour l’environnement des riverains Elisyques * à Narbonne) ripostent juridiquement et réclament l’annulation de l’arrêté préfectoral relatif à l’autorisation d’exploitation du procédé TDN THOR à Malvezi. Ces association ont déposé le 8 mars 2018, auprès du tribunal administratif de Montpellier, un recours contre l’arrêté préfectoral autorisant l’exploitation du TDN au sein de l’usine Malvesi réclamant son annulation.

Des élus locaux frappés de mutisme

Les élus locaux sont frappés de mutisme depuis l’autorisation du Préfet et ne pipent pas mot à ce sujet. Le maire de Narbonne, Didier Mouly reste désormais silencieux depuis l’autorisation de la Préfecture. Alors qu’il s’était clairement exprimé contre TDN, et à l’image de nombreux élus préférant rester eux aussi discrets, un mutisme frappant et pesant semble toucher le premier officier d’état civil de la Narbonnaise qui semble garder le (petit) doigt sur la couture de son pantalon. La raison est simple !

Le poids d’Areva pèse lourd dans l’économie locale !

Subventionnant entre autre le club de Rugby, finançant entre autre le festival Charles Trénet, la pression d’Areva reste forte. A savoir que 220 salariés travaillent chez Areva Malvesi et habitent dans les communes du grand Narbonne, sans parler de la centaine d’emplois indirectes via des entreprises sous-traitantes. Bref toute une économie locale qui dépend directement d’Areva et qui semble peser sur les décisions sanitaires et sociales de cette région du Languedoc-Roussillon.
Silence assourdissant des politiciens locaux
Les deux associations déplorent le silence assourdissant des politiques à ce sujet et de voir que les élus se sont dégonflés suite à la décision du préfet. Oui mais voila ! D’autres raisons sont probablement aussi importantes que l’économie locale :
Le poids du lobby nucléaire en France !
Quand on connait l’importance stratégique de cette industrie pour l’état français, il est facile de comprendre le mutisme de certains. Faut il rappeler que le président Emmanuel Macron a encore vendu 6 EPR en Inde en ce mois de Mars 2018 ? Sans parler de l’armement atomique, la France étant l’un de ses plus ardents défenseurs à l’ONU. Ceci expliquant cela !
Désormais vous comprendrez que pour chaque lambda audois, parler avec un élu local à propos de Malvési risque (peut être) d’être une pure perte de temps car forcément aux ordres des dirigeants de ce pays. Pour ce dossier avec un impact direct sur la santé des habitants, vaut il mieux désormais faire appel à la justice de notre pays comme le font désormais ces associations ? Oui, certainement, et cela toujours avec respect de la l’égalité et de la liberté d’expression. Oui mais voila, cette même justice risque t-elle de devenir aveugle et sourde sur un tel dossier ? Cette justice est elle encore neutre au point de ne pas subir l’influence des décisions étatiques nucléarisées de nos dirigeants ? Autant de questions sur lesquelles je vous laisse juge.
« Le discours politique est destiné à donner aux mensonges l’accent de la vérité, à rendre le meurtre respectable et à donner l’apparence de la solidarité à un simple courant d’air » George Orwell

Principe de précaution inexistant

Dans ce recours, ces deux associations dénoncent point par point les lacunes et irrégularités qui, selon elles, affectent cette autorisation. Elles déplorent notamment le manque de principe de précaution du préfet sur un projet expérimental dont elles considèrent que les effets demeurent incertains sur la santé et l’environnement de la population narbonnaise.
Alors que l’on sait qu’un simple incinérateur de déchets ménagers provoquent de nombreux cancers et d’irritations des voies respiratoires, qui voudrait nous faire croire en 2018 qu’une usine brulant des matières issus de l’industrie nucléaire est sans risque pour les habitants ? Une relation statistique positive est mise en évidence par l’IVS, l’institut de veille sanitaire entre l’exposition passée aux panaches d’incinérateurs et l’incidence au cours de plusieurs années. Un incinérateur de déchets ménagers à Lunel-Viel dans l’Hérault a défrayé la chronique, il y a quelques années de cela et devant le nombre d’opposants et de plaintes conjointes, cet incinérateur a du stopper toute activité ! Pourquoi le principe de précaution ne s’applique t-il pas en région audoise pour un tel projet?

Samedi 24 Mars : Réunion publique d’information
Une réunion publique a donc lieu ce samedi 24 Mars 2018 à Narbonne au Palais du Travail pour une reprise de contact vers la population, dans le but de continuer à informer et donner des éléments à celles et ceux qui ne connaissent pas l’usine Malvesi au nord de la ville et ce futur projet expérimental Thor qui ne fait pas l’unanimité chez les habitants.
A savoir que le combat des association reste avant tout un combat contre l’insécurité des moyens mis en oeuvre pour le traitement de ces déchets qui, sous le couvert d’expertises (sous obédiences nucléaires) mandatés par la préfecture (donc l’état) se cachent encore une fois derrière des rapports incomplets, mais tellement favorables à l’industrie nucléaire que de ce fait, devient forcément risible tellement le poison est gros ( euh pardon … je voulais dire le poisson) Il faut dire que nul n’aimerait être un poisson dans les cours d’eau des canaux près de Malvesi.
Quoi qu’il en soit, si le coup porté sur la tête des association contre le projet THOR reste dur à assumer et la pilule (d’iode) difficile à avaler, les riverains et associations de défense contre ce nouveau projet ont décider de se battre jusqu’au bout et restent bien remontés contre ce projet sans aucun principe de précaution qui à ce jour reste inexistant pour la population locale, avec l’arrivée de ce projet expérimental qui risque d’aggraver sans aucun doute, le nombre de cancers et sans aucun doute une certaine méfiance des touristes dans cette région. Surement que des retombées négatives en termes économiques touristiques, œnologiques et agricoles risquent de poindre si le projet voit le jour !
Une autre raison majeure sans doute pour laquelle ces politiques locaux se dégonflent : les acteurs économiques du tourisme et de la viticulture n’aiment pas trop qu’on parle de la pollution de la Narbonnaise. Mais chut … Parait-il qu’il ne faut pas trop en parler !
Qu’est ce que l’usine Areva Malvesi ?
Piqure de rappel : L’usine Areva Malvési est une usine de raffinage et de conversion du yellowcake (un concentré de minerai d’uranium) sous la forme de tétrafluorure d’uranium (UF4) située à Narbonne dans la zone industrielle de Malvezy. Elle a été exploitée par la Comurhex pendant 39 ans, avant d’être intégrée dans le groupe Areva en 2014.
A savoir que Areva est devenue Orano cette année 2018, après avoir perdu sa branche de construction de réacteur (Framatome), branche qui ne parvient toujours pas à lancer de réacteur EPR en dépit des milliards qui lui sont injectés ces dernières années par l’état français.

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à ddtm@aude.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Non à THOR
  • Message : Monsieur le Préfet,

    Je soutiens les associations qui vous alertent sur les risques environnementaux et sanitaires potentiels du projet TDN dont je demande l'abandon

    Veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

33 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

C'est quoi un TDN ?

je ne signe pas sans comprendre !

la moitié des pétitions sont imprécises sur le fond et une bonne partie de trucs de gauchistes qui sont d'avance contre tout sans examiner les contenus...

Rodolphe DUMOUCH
09/07/2018 - 11:18:25

Comment les autorités peuvent autoriser des projets irresponsables et dangereux comme cela sans penser avant l'argenttttt que cela rapporte à la santé de la population.
N'y a t-il pas des zones très éloignées des villes, villages et des cours d'eau ???
Comment peut-on faire cela à proximité des habitations ???
Où sont les plus hauts responsables ???

lolo67
03/05/2018 - 09:52:05

Merci au nom de tous les membres et de toutes les personnes mobilisées par milliers depuis des mois et que votre coup de projecteur réconforte et renforce dans leur opposition.

J'espère avoir le plaisir de vous rencontrer prochainement autour des actions contre TDN (Traitement des nitrates, du nom donné par AREVA à ce procédé de traitement de déchets radioactifs et nitratés).
Amicalement
André BORIES
Président association RUBRESUS

Président association RUBRESUS
25/04/2018 - 14:39:02

Pas envie que mes enfants subissent la pollution d'areva. Stop aux conflits d'intérêts de l'état!

Léo Perrier-Doron
10/04/2018 - 13:36:53

Très importante reconnaissance par la Commission européenne de la dangerosité pour la santé des nanoparticules émettrices alpha (cancers, malformations congénitales, autisme, trisomie 21, schizophrénie...) https://depleteduranium.org/2018/01/09/first-european-commission-acknowledgement-on-depleted-uranium-dangerosity-for-human-health-premiere-reconnaissance-par-la-commission-europeenne-sur-la-dangerosite-de-luranium-appauvri-pour-la-sant/  
càd le problème que pose cet incinérateur !

Florent Pirot
06/04/2018 - 22:39:03

Les associations COL.E.R.E à Narbonne (COLlectif pour l'Environnement des Riverains Elisyques à Narbonne) et RUBRESUS, ainsi qu'une quinzaine de riverains de l’usine AREVA de Narbonne, ont mandaté Me Jaulin-Bartolini pour déposer le 30 mars 2018 auprès du tribunal administratif de Montpellier un recours en annulation du permis de construire de l'installation TDN/THOR délivré par la Ville de Narbonne.

A l'examen du permis de construire déposé par Areva, il semblerait que certaines lois et réglementations d'urbanisme aient été bafouées, notamment la loi littoral, le Plan de Prévention des risques inondations (PPRI), la protection des monuments historiques (Oppidum de Montlaurès) etc... Ces mêmes lois qui s'appliquent aux riverains du site, ainsi qu'à l'ensemble des Narbonnais et populations des communes littorales (Gruissan, Fleury...) ne seraient pas applicables à ORANO ex Areva ?

Par ailleurs, les processus thermochimiques de l'installation TDN représentent des risques supplémentaires liés au procédé de combustion à 850°C générant de grandes quantités d'hydrogène (gaz explosif), au rejet dans l'atmosphère des substances polluantes (composés chimiques et radionucléides) et à la production de déchets solides radioactifs. L 'atteinte à la sécurité et à la salubrité publique vis à vis de la population est donc un autre aspect relevé et souligne la contradiction entre le permis de construire accordé en 2016 avant l'enquête publique et la position d'opposition au projet TDN exprimée par M. le Maire de Narbonne devant le CODERST en octobre 2017.

L'implantation du projet TDN/THOR prévue au nord ouest du site de Malvési à proximité immédiate de la route de Moussan et de l'Oppidum de Montlaurès, comprend des constructions d'une surface totale de plancher de 3220 m2, dont un très grand bâtiment de 27 m de haut (immeuble de 10 étages), abritant le four à combustion de charbon et installations annexes du traitement des déchets radioactifs nitratés. Une cheminée de 32,40 m de hauteur et 1 m de diamètre rejettera les fumées de TDN qui formeront un important et permanent nuage de vapeurs à raison de 40 000 m3/heure. Ces installations auront des impacts visuels et sanitaires dommageables pour les riverains, mais aussi pour l'ensemble de la population, car le panache de fumée se dégageant de l'imposante cheminée sera visible depuis l'autoroute, en parallèle de la cathédrale, rappelant que Narbonne, ville d'art et d'histoire est aussi ville nucléaire. Au delà du risque sanitaire, c'est donc toute l'économie locale du tourisme et du vin qui est mise en danger.

Ce deuxième recours déposé par les 2 associations COL.E.R.E à Narbonne et RUBRESUS vient compléter le premier recours déposé le 08 mars 2018 par le cabinet d'avocats parisien Atmos (anciennement Corinne Lepage) contre l'Arrêté Préfectoral d'autorisation d'exploiter, et constitue un dossier complet et consistant contre le projet TDN/THOR d'Areva. Le droit est la seule démarche capable d'empêcher la réalisation de ce projet mortifère comme la population l'attend.

Dans l'élan de solidarité qui se manifeste depuis la connaissance du projet TDN, et avec le soutien des familles Papillons, nous invitons la population Narbonnaise et tous les citoyens qui se sentent concernés à continuer de soutenir l'action portée par les 2 associations COL.E.R.E à Narbonne et RUBRESUS. Une manifestation silencieuse contre le projet TDN/THOR organisée par les familles Papillons est prévue tous les premiers samedi du mois de 12 H à 12H 05 devant la mairie de Narbonne, prochain RDV samedi 07 avril.

colere.a.narbonne@sfr.fr.  
rubresus@yahoo.fr.   ,  www.rubresus.org,.   facebook/rubresus


association rubresus
06/04/2018 - 12:53:09

Si Narbonne devient la poubelle du nucléaire, que vont devenir le tourisme et la viticulture dans la région ?
Quand arrêtera-t-on ces projets de morts ? Pourquoi cette marche en avant dans le nucléaire ? Que font les élus ?

Michèle 34
29/03/2018 - 19:18:10

Que ce projet fou soit stoppé et reconsidéré sous un angle sanitaire, écologique et bienveillant pour tous.

KARINE DAMOUR
28/03/2018 - 16:30:06

Ils vont nous achever...Il me tarde que mes enfants partent faire leur études ailleurs et ne reviennent surtout pas...Dommage, l'Aude est magnifique, je me régale tout les jours de ses beaux paysages. Quant a moi je pense déménager dès cela sera possible, et en attendant j'arrêterai de consommer local.

Mon rêve est que ce projet soit stoppé!

Cécile
28/03/2018 - 08:38:53

décidément le nucléaire sous toutes ces formes est un poison dont on ne parviendra à se débarrasser qu'en interdisant son utilisation globalement quelque soit les soit disant ressources qu'il représente

michel armagnat
27/03/2018 - 19:00:00

Inhumain, aberrant et scandaleux de faire courir autant de risques sanitaires à la population et à cette belle région narbonnaise.

Annie
27/03/2018 - 15:54:46

D'accord mais Proposer Solutions? de remplacement au vus des Réalités Existentes. Pour les Générations Futures §L'Idée de Centrales Electriques ALIMENTEES PAR L'Elimination définitive des déchets radioactifs !

René Jean RUMEAU
27/03/2018 - 12:41:39

Ce projet THOR est un projet qui va à l'encontre de tout ce que nous devons faire pour sauver la planète et par là l'humanité. Consommations extravagantes d'énergie et d'eau à l'heure de la transition énergétique et de la baisse catastrophique des nappes phréatiques en particulier dans le Sud . Dispersion dans l'air entre autres produits toxiques de Perturbateurs Endocriniens à l'heure où des communes sont incitées à prôner : Zéro PE dans ma commune ! Les perturbateurs endocriniens sont à l'origines de nombreuses maladies graves, d'anomalies génétiques en particulier chez l'embryon et les enfants.
Monsieur le Préfet portera une lourde responsabilité si ce projet fou venait à aboutir.

renani11
26/03/2018 - 13:36:44

Moi, qui passais mes vacances en narbonnaise, si ce projet abouti, je vais aller ailleurs et faire bien attention de ne consommer aucun produit alimentaire venant des alentours. Ou peut-être, je boycotterai toute la région Occitanie pour ces élus sans courage.
Pour maintenir 220 emplois à Malvesi et pour que l'industrie nucléaire puisse prospérer, combien de morts et combien d'emplois et de régions détruits durablement ?
La justice doit-elle toujours donner raison au plus puissant au détriment de la vie-même du plus grand nombre ? la justice au service du fric, contre la vie au sens large.

Mag
26/03/2018 - 09:53:24

AINSI NOUS VIVONS , PARMI D'AUTRE CRIMES = DEUX SORTES CRIMES !


1er LE PRETEXTE RELIGIEUX = AINSI , NOUS SOMMES PARMI DES ASSASSINS QUI NE CRAIGNENT PLUS DE PASSER A L'ACTE= Il se vérifie que c'est au nom de dieu que l"'on" tue le plus !

Le temps ou la société LAÏQUE parvenait , tant bien que mal à contenir les penchants assassins de certains , de certaines de nos concitoyens , serait si malmené ?

Des groupes , relancent ce penchant assassin ? Au près de gens qui n'attendaient que ce signal pour assouvir leurs " penchants assassins" : Au nom de dieu : Et encouragent le meurtre = Que feront -elles , ils de ces assassins , s'ils ou elles parvenaient au pouvoir …. ? Nous voilà donc dans le monde du crime organisé …...au nom de dieu !

Ces assassin ne craignent pas , armés = eux à se servir de leurs armes contre y compris des femmes âgées …..Pour prouver la mentalité la plus crade , assassine , lâche …...Sans doute à l'image de ce que certains , certaines de notre société sont allées faire chez eux , en notre nom à toutes et à tous !

2ème : LE BESOIN DE FRIC (certains , certaines n'en auront jamais assez !

Ainsi , le pouvoir politique est de plus en plus confié à celles et ceux qui disposent du plus de fric ! Alors qu'ils , elles subissent de moins en moins de contrôles « démocratiques » = La France d'en bas de + en + éloignée des zones de prises de positions politiques , du contrôle économique et social != ....LES Portés (es) aux pouvoirs , maintenant : Y compris par trop de gens de la France d'en bas ! Qui votent encore pour = çà ! Et nous inflige , à toutes et à tous …..Ce régime des nantis(es) qui , de + en + oublient ce qu'est la République du Liberté , Égalité , Fraternité = Pour un régime de + en + friqué ! = TOTALITAIRE ! Appliqué à tous et à toutes = PAS MERCI LES FRANCE D'EN BAS QUI VOTENT POUR + çà et nous soumettent à ce pouvoir basé sur le pouvoir du fric d'une minorité , contre la majorité = 55 % et contre les 6 % qui s'abstiennent = Au total , les celles et ceux qui jouent encore le jeu de ce qu'ils , elles nomment encore la République … ne représentent plus 40 % de l'électorat inscrit = TOUS PARTIS CONFONDUS

Nous assistons à ce que ce régime pourrit = Conduise à une espérance de vie , de + en + réduite pour la France d'en bas = Elles et eux connaissent des sommets d'espérance de vie !

Il serait temps que la France d'en bas comprenne qu'elle représente une majorité électorale = A ELLE SEULE ! = Bien observer : Tous les pays ou des majorités de gauche ont étés portées au pouvoir = LES DROITES POLITIQUES N'ACCEPTENT PAS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ?

Seule la France insoumise semble l'avoir compris .......Et y travaille .......! En cas de prise de pouvoir majoritaire , il faudra rester mobilisés(es)

AUSSEUR Robert , de Saint Août 36

un anonyme
26/03/2018 - 01:13:49

Nous les humains saurons nous nous adapter comme les espèces endémiques à vivre avec leur milieu ? mais nous aurons en plus une atmosphère plaine de toxiques.

albin mosele
25/03/2018 - 20:58:49

"Dans des temps de tromperie généralisée et de supercherie universelle, le simple fait de dire la vérité (en faveur d’une prophylaxie pour les être vivants et la nature environnante) est il devenu un acte révolutionnaire ?"


Oui, çà l'est devenu, lorsque la tromperie est devenue systématique et que l'on doit sans cesse se battre jusqu'à épuisement pour défendre ses droits et tenter d'empêcher que l'air devienne irrespirable, çà devient terrifiant

tunga
25/03/2018 - 14:43:40

Le nucléaire civil n'a été choisi que pour cautionner à long terme la mise en œuvre de l"appareil militaro-industriel, ce fut un choix totalitaire.

Nous demandons à sortir de cet état de dépendance

Jarry
25/03/2018 - 12:00:19


.....décision prise à "Thor" et à travers !

un anonyme
25/03/2018 - 11:37:41

C'est quoi TDN ?

silvatica
24/03/2018 - 22:32:21

Après la guerre 39-45 il fallait reconstruire et personne ne s'est posé des questions sur les conditions de travail (comme par exemple dans les mines)
Plus de 70 ans après, avec les risques que l'on connait bien mieux, au nom de quel intérêt supérieur peut-on mettre la vie de la population en danger?
Agissons pour une vie plus saine avant tout

Le Vérinois
24/03/2018 - 21:17:12

Même mensonges et pressions financières pour le nucléaire que pour le green business. Laude est pourrie par tous les bouts au nom de rentes à court terme.

Monic
24/03/2018 - 19:33:13

Et si l'on mettais nos déchets dans les cratères des volcans actifs. Il n'y aurait plus besoin de combustible pour le retraitement par un four naturel.

Michel D.
24/03/2018 - 19:29:26

A Thor ou à raison !

ecologiquementvotre
24/03/2018 - 19:07:38

Pour l'application du principe de précaution contre ce projet expérimental THOR qui devrait affecter lourdement l'environnement, la santé et la sécurité des populations narbonnaises singulièrement!

Pascal Tourbillon
24/03/2018 - 16:03:07

Pourquoi l'incinération ? L'évaporation ne suffirait-elle pas ? La première ajoute les boues de traitements des fumées au simple concentrat que rejette la deuxième et en consommant beaucoup moins d'énergie.
Mais dans tous les cas, l'eau qui s'échappe de ces procédés est-elle radioactive ou non ? Si oui, ce n'est pas un procédé physique simple qu'il faut utiliser mais il faut le combiner à une séparation de l'eau lourde ou tritiée de l'eau non contaminée... Bon courage pour le bilan économique !

Michel
24/03/2018 - 15:28:44

Non non et non au nucléaire et à ses déchets mortifères !!!!

un anonyme
24/03/2018 - 12:39:21

les nucléocrates
une bande d'irresponsables sans permis et sans assurances

andre vinel
24/03/2018 - 12:21:18

Nos responsables seraient-ils là pour nous enfumer?!?

Christian Perez-Gil
24/03/2018 - 11:43:08

J'adhère à 100% au commentaire précédent d'Eric.L.
Tant que le crime nucléaire ne sera pas reconnu ,
tant que la majorité relayera le discours comme quoi le nucléaire est uniquement un problème de production d'énergie et s'usera à chercher des substituts pour "concurrencer" le nucléaire,
alors le crime de l'atome pourra continuer à se perpétrer en toute impunité, dans l'aveuglement général.

Chris
24/03/2018 - 11:33:39

On veut bien vivre de l' industrie, mais on ne veut pas en mourir ...

alexandre
24/03/2018 - 10:43:34

L'une des clés de l'acceptabilité du nucléaire est la dilution de la pollution qu'il engendre, de la mine jusqu'à l'enfouissement éternel! De cette façon, les conséquences sur la santé ont toutes les chances de ne pas apparaître statistiquement.

Eric L
24/03/2018 - 10:10:21

Actif aujourd'hui , radioactif demain ! Prédisait t'on il y a 50 ans , nous y sommes comme prévu . Dommage que la majorité continue de croire nos dirigeants sur parole , malgré l'évidence de leur soumission aux puissances financières mondialisées depuis ! Il faut savoir ce que l'on veux , vivre pour travailler ou travailler pour vivre , en respectant l'environnement dont nous sommes issus. L'échappatoire d'une éventuelle planète de rechange pour une minorité n'est qu'une fuite en avant de plus . L'intelligence est peut être le tombeau de l'humanité comme le suggère Stephen Hawkings disparu récemment !!!

sergueil44
24/03/2018 - 09:31:31

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !