actualité écologie

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

AG Cyberacteurs

Annoncez la couleur !

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Ne laissez pas vos appareils en veille

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

météo

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Les 10 jours verts Transacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

  #Amazonie   #complice



Cyberaction : Amazonie : La France ne peut pas être complice

Dans une tribune publiée par franceinfo, une vingtaine d’ONG, dont Greenpeace et Notre affaire à tous, dénoncent l’immobilisme de la France face aux incendies qui ravagent l’Amazonie, un an après les déclarations d’Emmanuel Macron sur le sujet.

[ 2 014 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 04 septembre 2020

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Président de la République | à votre député
En soutien à all4trees Amis de la Terre France Canopée Cœur de Forêt Conserv- Action Darwin Climax Coalitions Envol Vert Extinction Rebelllion Fern Geres Green Cross France et Territoires Greenpeace Igapo Project Impulso Verde Mighty Earth MiniBigForest Natexplorers Naturevolution Notre Affaire à Tous On Est Prêt PikPik Environnement Planète Amazone Sherpa Tchendukua – Ici et Ailleurs


Elle prendra fin le : 04 décembre 2020

Plus d'infos

Amazonie compliceAlors que les feux continuent de battre des records en Amazonie, il n'y a ni indignation, ni action. Sous l'impulsion du président brésilien Jair Bolsonaro, la déforestation continue de progresser à un rythme alarmant.

L'INPE (Institut national de recherche spatiale brésilien) indique que 9 212 km2 de forêts, soit une superficie légèrement plus grande que la Corse, ont été abattus entre août 2019 et juillet 2020, soit 34,5% de plus qu'en 2018-2019. L'Amazonie et les précieux écosystèmes d'Amérique du Sud disparaissent en grande partie pour laisser place aux pâturages pour l'élevage de bœufs et aux cultures de soja. Et la France, qui a pourtant des solutions en main, ne fait rien.

Malgré sa responsabilité avérée, la France reste inactive. A peine un an après les grandes déclarations, aucune amélioration n'est en vue. Le monde est-il devenu insensible, saturé d'entendre parler de forêts qui brûlent ? Les belles promesses ont encore laissé place à l'inaction. Pourtant, comme l'a reconnu le président lors de son allocution l'année dernière, la France a une part importante de responsabilité dans la disparition des forêts d'Amérique du sud, notamment à travers nos importations de soja en provenance d'Amazonie et du Cerrado, qui alimentent nos élevages industriels de volailles, de porcs ou encore de vaches laitières.
Mais contrairement à ce qu'Emmanuel Macron propose, notre responsabilité n'est pas de planter des arbres, mais bien de mettre fin aux causes profondes de la déforestation.

Des propositions qui restent lettre morte

La France va-t-elle enfin s'attaquer réellement à sa déforestation importée ? En effet, la France aurait pu faire valoir sa légitimité à travers la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI), dont elle s'est dotée en 2018, premier outil de ce genre au niveau européen. Mais cette stratégie reste malheureusement non-contraignante et son application se fait encore attendre pour avoir un réel impact sur la déforestation engendrée par la France. Des propositions techniques ont été élaborées et validées pour mettre fin aux importations de soja à risque, mais faute d'un portage politique et interministériel fort, elles restent pour l'instant lettre morte à quelques mois de l'échéance que la France s'est-elle même fixée dans le cadre de la déclaration d'Amsterdam.

Enfin, le gouvernement français ne devrait pas se contenter d'exprimer un simple désaccord sur l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et les pays du Mercosur. Il devrait plutôt s'assurer que ce traité, qui représente une sérieuse menace pour les forêts sud-américaines, soit enterré. S'il était adopté, en plus de porter le coup de grâce aux élevages français et européens, cet accord doperait les exportations sud-américaines de bœuf, moteur principal de la déforestation en Amérique du Sud.

Les entreprises françaises dans l'irrespect de leur devoir de vigilance

Certaines entreprises françaises ont également une responsabilité sur la déforestation de l'Amazonie. Les rapports d'ONG s'accumulent et pointent le double jeu des distributeurs français Carrefour et Casino qui commercialisent dans leurs magasins brésiliens de la viande issue de la déforestation ou encore des géants bancaires français (BNP, Société générale, Crédit agricole...) qui vantent leurs efforts pour une finance verte mais injectent des milliards pour soutenir les responsables de la déforestation.

Depuis 2017, ces grandes entreprises sont soumises à la loi sur le devoir de vigilance. Il leur incombe de mettre en œuvre des mesures de prévention des atteintes graves aux droits humains et à l'environnement qui résultent de leurs activités et de celles de leurs filiales, fournisseurs et sous-traitants. Pourtant, un rapport de 2018 du Carbon Disclosure Project rapporte que 70% des 1 500 entreprises à risques interrogées sur leur engagements "zéro déforestation" pour 2020 n'avaient pas évalué les impacts de leurs chaînes d'approvisionnement, étape préalable à la mise en place de plans d'actions efficaces pour lutter contre la déforestation.

Les entreprises doivent mettre en place des systèmes transparents et robustes de traçabilité jusqu'à la source et engager une profonde transformation de leurs chaînes d'approvisionnement.

L'Amazonie deviendra une savane si rien n'est fait
Des experts - de plus en plus nombreux - alertent les politiques sur le risque de "savanisation" irréversible de l'Amazonie dès lors que l'on dépasserait le seuil de 20% à 25% de déboisement de cette immense forêt pluviale. Nous sommes déjà à 20% pour le Brésil. Si aucune action radicale n'est entreprise maintenant, l'Amazonie enclenchera un cycle de désertification et atteindra un point de non-retour, soit la destruction irréversible d'un écosystème essentiel à la survie de l'humanité.

La destruction de cet immense réservoir de biodiversité est un écocide qui reste impuni et un drame humain silencieux pour les peuples autochtones, qui sont en première ligne pour défendre leurs territoires et dont les assassinats se multiplient en Amazonie.

Jair Bolsonaro et son gouvernement ne cachent pas que leur ambition pour l'Amazonie n'est pas de la protéger mais de l'exploiter. Le président brésilien a encore récemment, dans un mensonge éhonté, nié la réalité même des incendies tandis que son ministre de l'Environnement, Ricardo Salles, expliquait dans une vidéo publiée en mai qu'il comptait "profiter de l'opportunité du fait que la presse soit focalisée sur le coronavirus" pour assouplir les règles de protection de l'Amazonie.

La France, responsable elle aussi, ne peut pas se permettre d'être plus longtemps complice du saccage de la plus grande forêt tropicale du monde. Nous demandons des actions immédiates.

Nous vous proposons de prolonger cette interpellation par une cyber action alertant aussi les députés.

Accord UE-Mercosur. Des ministres européens « très sceptiques » sur la ratification
https://www.ouest-france.fr/europe/ue/accord-ue-mercosur-des-ministres-europeens-tres-sceptiques-sur-la-ratification-6955771  

Chiffre du jour. Amazonie : moins d’amendes pour crimes contre l’environnement, plus de déforestation
https://www.courrierinternational.com/article/chiffre-du-jour-amazonie-moins-damendes-pour-crimes-contre-lenvironnement-plus-de  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à petitions@elysee.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : La France ne peut pas être complice
  • Message : Monsieur le Président
    Jair Bolsonaro ne cache pas que son ambition pour l'Amazonie n'est pas de la protéger mais de l'exploiter.
    La France, responsable elle aussi, ne peut pas se permettre d'être plus longtemps complice du saccage de la plus grande forêt tropicale du monde. Nous demandons des actions immédiates à commencer par le refus des accords UE-Mercosur et de la déforestation importée.

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

16 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

L'Amazonie est de toute évidence un bien commun à l'humanité

Roland CHARLOU
14/09/2020 - 19:21:02

L'Amazonie doit être déclarée "bien de l’humanité" et ne plus dépendre de pays qui risqueront toujours d'avoir des chefs d'états débiles comme c'est le cas au Brésil en ce moment !

Lionel Bécus
13/09/2020 - 21:35:20

Macron et ses valets n'en feront rien !

Rémy GILLET-CHAULET
10/09/2020 - 16:40:15

Dans les années 80 au lycée, notre prof d'histoire-géo nous décrivait l'Amazonie comme "un formidable territoire à exploiter". Rien n'a changé dans la mentalité dominante depuis l'époque de Tapie et des affairistes affairés... Sauf qu'il y a 68% d'animaux vertébrés en moins sur cette Terre...
Il y a aussi cette petite musique de fond, de plus en plus présente, de plus en plus entêtante, comme dans le Boléro de Ravel. Ce sont toutes les voix, les nôtres y compris, de celles et ceux qui en ont marre des destructeurs.
A l'époque, je n'avais pas osé le crier :
Aux chiottes le prof et tous les chantres de l'exploitation ! ;-)

Frawald
10/09/2020 - 13:25:32

nous sommes tous complices quand nous consommons une viande produite au bresil

brigitte bory
10/09/2020 - 12:06:20

La France n'a pas signé la CONVENTION 169 DE L'OIT concernant les peuples autochtones et leur droit à préserver leur environnement, leur espace de vie et de culture, or dans la dévastation de l'Amazonie, ce sont tous ces peuples autochtones qui sont menacés et seront contraints de se déplacer ou de périr.

Lise Bouzidi Vega
09/09/2020 - 11:55:00

Oui, la France est complice de la déforestation en Amazonie, comme en Indonésie, partout où pour nos conforts personnels destructeurs de la planète, nous la consommons de toutes parts sans la moindre considération pour les ravages sur la faune, la flore ni les populations locales indigènes !

La France est complice car elle sait si bien se planquer derrière de beaux discours mais pas d'actes courageux pour notre planète !

Jonquille
08/09/2020 - 15:26:40

Il faut aider l'Amazonie et ses peuples, il y a un urgent besoin. Surtout ne rien ajouter à son calvaire!

Nicole Ghislain
07/09/2020 - 20:01:23

Complice?... nous le sommes déjà, plus ou moins!!! Nos gouvernant actuels n'ont pas la fibre "écolo" et le règne du business lucratif reste la priorité!
La conscience que nous n'avons que la "Terre" comme lieu de vie (même compliquée!) n'est pas ressentie par tous et les délires technologiques, affamés de ressources épuisables, comme les terres dites rares vont toujours bon train!

cactus
07/09/2020 - 16:27:13

Plutôt qu'investir sur Mars ou la 5 G, sauver à TOUT PRIX le trésor miraculé d'Amazonie

Pierre MOREAU
07/09/2020 - 12:53:13

Bravo pour la longévité !

Pierre MOREAU
07/09/2020 - 12:51:33

l'Amazonie devrait appartenir à l'humanité et non pas à des pays idiots qui massacrent tous et qui pleureront après

comme ça été fait dans les années 80 pour l'Antarctique il faut que l'ONU soutenu par un maximum de pays décident de considérer l'Amazonie comme une zone à protéger intégralement
Bruno

brunoaydat
07/09/2020 - 12:14:22

Un petit insert dans le message :
"Il ne cache pas non plus son désir de chasser les Indiens de leur habitat traditionnel, à savoir la forêt en question.
[La France, responsable elle aussi, ne peut pas se permettre d'être plus longtemps complice du saccage de la plus grande forêt tropicale du monde], ainsi que de ce qui risque d'être considéré comme un crime contre l'humanité ET contre le l'environnement."
Le monde commence à être dirigé par des individus au-delà de ce qu'on peut imaginer, les Peuples vont-ils ouvrir les yeux ? (Le choix entre l'autoritarisme et le fascisme est-il acceptable ?)

Anne
07/09/2020 - 11:56:23

L'Amazonie étant le principal "poumon de la terre", nous sommes tous concernés par la destruction de ses forêts.Là, ce n'est pas un problème d’ingérence politique, mais de lutte pour la survie de nous enfants, des êtres vivants actuellement sur terre.
La vie n'a pas besoin de nous, et nous disparaîtrons (nous, les Humains) probablement un jour, comme toutes les formes de vie existant en ce moment. D'autres "êtres vivants" apparaîtront ensuite, car la vie continuera sous d'autres aspects...
Mais si nous voulons que l'humanité et les êtres vivants (animaux, plantes) aient encore un peu de "durée" sur notre planète, il faut faire stopper ce genre d'actes "criminels", ayant pour but uniquement de bénéfices à cours terme.
G. Draussin

Georgette DRAUSSIN
07/09/2020 - 10:10:55

Bien sûr que Macron se sait mal placé pour critiquer les feux en Amazonie !

La France, l'une des principaux clients de soja OGM de Bolsonaro !
Il faudrait d'abord balayer devant notre porte, en faisant comprendre à la population, qu'elle n'a pas "besoin" de consommer autant de viande issue de l'élevage intensif !!!
Donc, moins commander ces saletés, utiles à ces élevages honteux.....

France Vilain
07/09/2020 - 10:06:31

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !