Projets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs (Alauda arvensis) au moyen de matoles dans les départements des Landes et du Lot-et-Garonne pour la campagne 2021-2022

alouette des champs

pour y accéder, cliquez ici -> http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projets-d-arretes-relatifs-a-la-capture-de-l-a2494.html?id_rubrique=2

Je tiens à m’opposer à vos deux  projets d’arrêtés définissant la capture de l’alouette des champs (Alauda arvensis) au moyen de matoles (pièges-trappes) dans les départements des Landes et du Lot-et-Garonne pour la campagne 2021-2022.

Je suis particulièrement scandalisé par le fait que le ministère, dont le rôle est de protéger la biodiversité, puisse proposer de nouveaux projets d’arrêtés prévoyant la destruction d’espèces en déclin, alors qu’une précédente consultation a eu lieu en juin 2021 et que le Conseil d’Etat et la Cour de Justice Européenne ont récemment déclaré cette pratique illégale.

Le 6 août dernier, suite à des recours de la LPO, le Conseil d’Etat avait pourtant confirmé l’illégalité de ces pratiques dites « traditionnelles » de piégeage d’oiseaux sauvages autorisées par différents gouvernements français successifs par dérogation à la Directive Oiseaux  de l’Union Européenne. Cette décision découlait logiquement d’un premier arrêt historique du Conseil d’Etat qui avait confirmé le 28 juin 2021, après consultation de la Cour de Justice de l’Union Européenne, l’illégalité de la chasse à la glu dans 5 départements de la région PACA. Les mêmes causes produisant les mêmes effets : les arrêtés ayant autorisé le piégeage des alouettes dans le Sud-Ouest, et celui des vanneaux huppés, pluviers dorés, grives et merles dans les Ardennes étaient donc à leur tour annulés.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive “oiseaux”, prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le ministre de la transition écologique autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.

Or, nous savons que ces modes de chasse ne sont pas sélectifs et que de nombreux oiseaux dont la chasse n’est pas autorisée seront les victimes collatérales de ces traditions arriérées.

A l’heure où la biodiversité s’effondre dans nos campagnes, il est incompréhensible qu’on autorise ces modes de chasse arriérés alors que la majorité des Français y sont opposés. Même l’appel de 62 parlementaires contre ces pratiques d’un autre temps est resté sans effet. A croire que le ministère chargé de protéger la biodiversité est soumis à une poignée de chasseurs.

Reconduire ainsi cet arrêté constitue une provocation envers la justice européenne qui fait encourir de lourdes sanctions financières à la France, pour le bénéfice de quelques uns. A quelques mois des élections Présidentielles, le Président Macron montre à quel point il méprise les défenseurs du vivant au profit des chasseurs, qui rappelons-le, ne représentent pas la ruralité.

Be Sociable, Share!

24 réflexions au sujet de « Projets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs (Alauda arvensis) au moyen de matoles dans les départements des Landes et du Lot-et-Garonne pour la campagne 2021-2022 »

  1. Je ne signerai pas parce que je n’ai pas assez de renseignements sur la quantité existante de l’espèce que les opposants à cette pratique veulent protéger et aussi sur la quantité prélevée chaque année sur ce type d’oiseaux. C’est important pour savoir si l’espèce est réellement menacée ou pas.
    En l’absence de données objectives, c’est une querelle de clans : chasseurs contre non chasseurs, qui sont souvent des citadins qui ne sauraient pas reconnaître ces oiseaux et la place qu’ils occupent dans la chaine alimentaire. Ces mêmes citadins suppriment à tout va des arbres en ville sans se soucier de la survie de certaines espèces d’oiseaux ou encouragent par sentimentalité la prolifération d’espèces invasives (pigeons, perruches…).
    Par ailleurs je trouve excessif que la Cour Européenne de Justice vienne régler en France la vie de tous les jours. La régulation de la chasse en fait partie.
    Que les magistrats du Conseil d’Etat emboîtent le pas alors que la plupart d’entre eux ne connaissent rien concrètement au sujet me parait un excès de zèle juridique.
    Il est temps que la France recouvre sa souveraineté juridique.

    • En France, l’Alouette des champs est en déclin constant (perte de population nicheuse de 33% entre 1989 et 2015 – de population hivernante : 46% entre 1996 et 2017). En Europe, le déclin était de 56% entre 1980 et 2015. D’autres données chiffrées actualisées seront transmises à l’issue des enquêtes et comptages ODF (Oiseaux de France) en cours, qui se termineront en 2024. Cependant, on observe déjà que la tendance au déclin se poursuit.
      En conséquence, je demande aux chasseurs de faire un effort en faveur de la préservation de l’espèce et de suspendre les pratiques de chasse aux Alouettes des champs (par matoles, comme il est question dans ces projets d’arrêté ; mais aussi par pantes ou par tirs). De plus, l’emploi de matoles n’étant pas sélectif, d’autres passereaux — certains appartenant à des espèces protégées officiellement — peuvent être capturés, se blesser ou mourir de stress. Ce sont autant de victimes collatérales d’une chasse qui n’a plus lieu d’être !
      Chacun, en cette période désastreuse pour la biodiversité, doit s’efforcer d’agir en citoyen responsable et soucieux du BIEN DE TOUS. Je demande aux préfets des départements concernés de ne pas donner suite à ces projets d’arrêté. Merci pour votre attention.

  2. Cette chasse est criminelle et lâche, comme d’ailleurs toutes les chasses ! Quand est-ce que l’homme qui se croit supérieur, ne s’autorisera pas à tuer ces pauvres bêtes qui ne demandent qu’à vivre en paix ?

  3. Merci de rendre ma petite phrase “virale” :
    Je prends l’engagement de ne jamais voter pour un candidat prompt à des largesses électoralistes vis à vis des chasseurs”

  4. Il est devenu inutile de massacrer ces oiseaux même pour se nourrir. Il y a déjà tant d’animaux tués pour cela, c’est juste pour le plaisir de certaines personnes que de faire disparaître ces espèces, et que feront ils quand il n’y en aura plus, ils s’en prendront à d’autres espèces pour les exterminer à leur tour.

  5. Non aux piegeages d’oiseux sous toute ses formes, ce n’est pas une chasse sélective, on a aucun moyen de les compter..
    Préservons la biodiversité, c’est l’avenir de nos campagnes qui est en jeu.

  6. avis très défavorable
    La faune disparait. Il est temps de revoir les traditions et de faire le tri dans ce qu’on doit garder. Tout ce qui est ancien n’est pas forcément bon de nos jours.

  7. Avis défavorable. Les quotas autorisés dépassent les populations d’oiseaux qui sont déjà menacées par les activités humaines, le réchauffement climatique., le tourisme . Préservons la biodiversité au lieu de la détruire.

  8. Comment peut-on continuer, au nom des traditions, à détruire la faune sauvage déjà menacée par l’épandage de pesticides.
    Ne serait-il pas plus sage ( et utile) de consacrer du temps à préserver la biodiversité plutôt que de la détruire !!!!

  9. Mauvaises nouvelles pour les personnes opposées à ces arrêtés qui ont participé aux consultations publiques en prenant soin d’argumenter et de décrire la situation dramatique des espèces concernées (contrairement à de nombreux chasseurs qui se contentent d’indiquer “favorable à ce projet d’arrêté”) :
    – Pantes et matoles sont à nouveau autorisées dans plusieurs départements :
    Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques.
    – Plus de 100 000 Alouettes des champs pourront être capturées pendant la saison 2021/22.
    Des associations, dont la LPO, vont tenter de faire annuler les arrêtés en saisissant au plus vite le Conseil d’Etat.
    Source : Des chasses traditionnelles d’oiseaux à nouveau autorisées dans plusieurs départements, la LPO va saisir le Conseil d’État (francetvinfo.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *