Pour que vive le loup et que vive le pastoralisme !

Autorisation de destruction de loups

La consultation Projet d’arrêté fixant le nombre maximum de spécimens de loups (Canis lupus) dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2016-2017 est ouverte sur le site Internet du Ministère du Développement durable Du 31/05/2016 au 22/06/2016. Cliquez sur le lien ci-après pour y accéder

Pour vos commentaires, vous pouvez vous inspirer de ce communiqué de CAP LOUP

Auteur : CAP LOUP – Le Collectif des Associations pour le Protection du Loup en France
Créé le 23/05/2014

À l’attention : de Mme Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie

La France s’est lancée dans la chasse aux loups, espèce protégée, alors que 75% des Français trouvent inacceptable qu’on abatte cette espèce*. Nous interpellons Mme la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, afin qu’elle écoute la demande de la majorité des citoyens, et qu’elle mette fin à cette campagne de haine contre les loups et ceux qui les protègent.

Nous demandons à Mme Ségolène Royal :

– De mettre fin à la politique des tirs et de faire appliquer une véritable protection du loup.
Il faut réaffirmer clairement son statut d’espèce protégée. La destruction systématique de loups ne doit plus être envisagée comme un mode de gestion. Les tirs ne résolvent en rien les difficultés des éleveurs et torpillent la cohabitation entre le pastoralisme et le loup.

– De favoriser un élevage responsable et compatible avec la conservation de la biodiversité.
Aimer le loup n’est pas délaisser le berger ! Les aides financières liées au loup permettent leur embauche et la réfection des cabanes : le loup crée de l’emploi et fait revivre les alpages, ne l’oublions pas. L’État doit encore mieux accompagner les éleveurs volontaires pour développer des techniques pastorales alternatives aux tirs, en accord avec les enjeux écologiques et les attentes de la société.

– De ne plus indemniser les éleveurs qui ne gardent pas ou ne protègent pas suffisamment leurs troupeaux.
Les très grands troupeaux mal gardés entraînent une dégradation écologique de nos montagnes et concentrent l’essentiel des difficultés de cohabitation avec le loup. D’autre part, l’élevage ovin ne survit que grâce aux subventions publiques et reçoit chaque année plusieurs centaines de millions d’euros (hors aides spécifiques liées au loup). Les contribuables sont en droit de demander des comptes sur ce que l’on fait de leurs deniers.

– De faire cesser la haine qui sévit autour du loup et de ses protecteurs.
Des (ir)responsables politiques n’hésitent pas à mentir au sujet du loup pour s’attirer les faveurs d’un public sensible. Nous demandons à ce que cesse cette désinformation malhonnête, et nous sommes à la disposition des médias pour une information plus objective sur ce dossier.

Protéger les loups, c’est protéger le patrimoine naturel de tous les Français !

*sondage IFOP septembre 2013 pour l’ASPAS et One Voice

Téléchargez la brochure Loup : pour en finir avec les contre-vérités sur le pastoralisme et sur la chasse

Partagez cet article !

7 réflexions au sujet de « Pour que vive le loup et que vive le pastoralisme ! »

  1. là pour le coup la France se remarque par sa ringardise totale, sur ce problème en particulier , et sur l’écologie en général. Tuerie et destruction , bravo pour l’ évolution !
    Affligeant !

  2. Franchement, on dirait que c’est le gros problème de la France, le loup ! La ministre ne pense qu’à ça…. N’y a-t-il pas plus urgent ? On va bientôt dire que le chômage est de la faute des loups si ça continue ! Assez ! Laissez donc vivre ce pauvre animal, dont il ne reste que quelques individus dans ce pays et obligez les éleveurs à protéger leurs troupeaux ! Cessez d’émettre des directives européennes et de ne pas les suivre, appliquez ce qui vous est demandé par la Commission Européenne. Quid des mises en demeure reçues ? La France est toujours en infraction, c’est incroyable ! Et les “écologistes” que font-ils à part préparer les prochaines élections ?

  3. Il faut arrêter de diaboliser le loup. Ce serait un miracle d’en voir un dans la nature et pourtant quoi de plus beau qu’un loup qui marche en pleine liberté.
    Le loup a toujours été là, les bergers ont essayé de l’éradiquer ce qui n’a pas empêché les attaques de troupeaux par des chiens, bien plus dangereux car ils n’ont pas peur des hommes eux, le loup si.
    Il faut aider les bergers qui applique la politique du vivre ensemble avec le loup et arrêter d’aider ceux qui n’ont que le fusil comme solution. Les moutons ne sont plus faits pour vivre seuls dans les pâturages, ils doivent être gardés.
    Pour une fois appliquons la directive européenne et protégeons le loup.

  4. Ce que je trouve désolant dans cette campagne anti loup et appel au massacre de cet animal c’est que ce soit la Confédération Paysanne qui la première ait lancée cet appel , alors qu’à mon avis elle aurait du laisser cette initiative à la FNSEA, à qui elle rend là un fier service… Sans autre commentaire.

  5. 150 pauvres loups en France, où on les zigouille honteusement et1500 en Italie où ils sont tranquilles. Cherchons l’erreur.
    L ERREUR c’est cette pimbeche de segolene qui se prétend ecologiste.Lachons plutot les loups dans les usines à viande des millevaches ! Ou sur ce gouvernement de débiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *