actualité écologie

météo

2024 année délicate

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Les amis des 150

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

SPAM etc...

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

22 V'là les acteurs des transitions

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

2023 l'année des droits

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Refusons les accords UE-Chili et UE-Kenya

Mise en ligne du 28/02/2024 au 29/02/2024

Va-t-on importer toujours plus de produits agricoles de milliers de kilomètres d'ici ? Oui, si les accords UE-Chili et UE-Kenya, soutenus par Emmanuel Macron, sont ratifiés ce 29 février, en pleine mobilisation agricole, par les députés européens. 

Bilan de la cyberaction :

1557 participants

Libre-échange : le Parlement européen approuve les accords commerciaux avec le Kenya et le Chili
Avec leur vote du 29 février, les eurodéputés ouvrent la voie à l’exemption de nombreux droits de douane entre l’Union européenne et ses deux partenaires.
https://www.touteleurope.eu/economie-et-social/libre-echange-le-parlement-europeen-approuve-les-accords-commerciaux-avec-le-kenya-et-le-chili/  

Réunis à Strasbourg pour leur session plénière, les députés européens ont approuvé jeudi 29 février deux nouveaux accords de libre-échange : l’accord de partenariat économique UE-Kenya et l’accord-cadre avancé UE-Chili.

Soutenu par 366 voix (86 contre et 56 abstentions), le premier supprime les droits de douane et les quotas pour les produits kényans entrant sur le marché européen. Le Kenya doit quant à lui ouvrir son marché à 82,6 % des importations de l’UE d’ici 15 ans.

Présentation de la cyberaction :

Nous sommes en plein salon de l’agriculture et pleine mobilisation du monde agricole et pourtant personne n’en parle : après avoir ratifié l’accord de libéralisation du commerce UE-Nouvelle-Zélande en décembre 2023, les Parlementaires européens vont voter ce jeudi 29 février sur deux nouveaux accords avec le Chili et le Kenya. 
Pleinement soutenus par Emmanuel Macron, ces deux accords vont contribuer à augmenter l’importation de produits agricoles : viandes bovine, porcine, ovine et volailles, pommes, kiwis, haricots, fleurs et tant d’autres vont faire des milliers de kilomètres alors qu’ils sont également produits sur le sol européen.
En 2024, est-il acceptable de ratifier des accords de libre-échange qui conduisent à importer des produits de l'autre bout de la planète ? NON.
 
Ne laissons pas ces accords être ratifiés en catimini, interpellons nos députés européens !
 
Passez à l'action ! Aidez-nous :
 
en écrivant aux députés européens
Après la ratification de l’accord de libéralisation du commerce UE-Nouvelle-Zélande fin 2023, permettez-moi de vous solliciter au sujet de deux nouveaux accords, avec le Chili d'un côté et le Kenya de l'autre, tous deux négociés et finalisés dans une grande opacité, sur lesquels vous allez prochainement vous prononcer.

Ces deux accords, qui s’inscrivent dans un modèle de libéralisation du commerce (et de l’investissement) totalement obsolète, prolongent des logiques néocoloniales d’appropriation des ressources naturelles au détriment des populations locales et de la protection de l’environnement.

Cette version « modernisée » de l'accord UE-Chili est toujours aussi déséquilibrée que le précédent accord : l’électrification et le verdissement de l’économie européenne ne peuvent-elles se réaliser qu'au prix d’une dégradation de la situation socio-environnementale des pays du Sud tels que le Chili ?

Cet accord UE-Chili comporte des dispositions favorables à l’Union européenne qui vont limiter d’autant les capacités du Chili à valoriser ses matières premières sur son territoire : taxer les exportations minières, soutenir les entreprises locales, différencier les prix en fonction de la destination, réglementer l’accès aux investisseurs étrangers seront considérées comme des obstacles au commerce et pourraient être prétexte à des sanctions.

L'accord UE-Chili ne prévoit aucune disposition qui impose aux produits agricoles chiliens d’être alignés sur la législation qui encadre la production de produits européens. Les produits agricoles chiliens contenant des pesticides devront se limiter à respecter les limites maximales de résidus définies au niveau international, limites qui peuvent être supérieures à celles en vigueur dans l’UE.

Quant à l’accord UE-Kenya, il va principalement profiter aux investisseurs européens déjà présents dans les secteurs agricoles kenyans tournés vers l’exportation (fleurs, etc), enfermant encore davantage la région dans son rôle de fournisseur de matières premières à faible valeur ajoutée.

Plus grave, cet accord va saper les efforts d’intégration régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est : la stratégie de l’UE consistant à isoler certains pays africains dans l’espoir que d’autres pays de la région, mis ainsi sous pression, se joignent à de tels accords ne peut produire aucun résultat positif, si ce n’est renforcer une relation commerciale inégalitaire et insoutenable.

Pour justifier la signature et la ratification de nouveaux accords de libre-échange, Emmanuel Macron et son gouvernement affirment vouloir « obtenir une réciprocité des normes dans les importations ». Les accords UE-Chili et UE-Kenya n'assurent aucune réciprocité des normes et, pourtant, la France et l'exécutif soutiennent ces nouveaux accords qui vont mettre en compétition sur des marchés mondiaux des secteurs économiques aux réalités économiques, sociales, écologiques fort diverses. Il n'en sortira que l' aggravation, des deux côtés, d'une concurrence déloyale et exacerbée.

Par ce message, je me joins donc aux dizaines d'organisations de la société civile, dont le collectif Stop MERCOSUR en France (https://www.collectifstoptafta.org/),   pour vous appeler à voter CONTRE ces deux accords. Je vous invite à prendre connaissance de deux déclarations :
• Plus de 100 organisations appellent les eurodéputés à voter NON à l’accord UE-Chili - https://www.collectifstoptafta.org/IMG/pdf/version_fr_finale.pdf  

• Lettre ouverte aux députés européens pour qu’ils votent contre l’accord UE-Kénya, endossée par 40 organisations - https://www.collectifstoptafta.org/IMG/pdf/v_fr_lettre_ue-ke_nya.pdf  

Vouloir insérer toujours plus d’activités, d’entreprises et d’emplois dans la mondialisation et la concurrence internationale se fait nécessairement au détriment de l’ambition climatique et écologique, de la protection des emplois et des conditions de travail, du maintien d’une agriculture paysanne de qualité et soutenable, ainsi que des promesses de relocalisation faites pendant la pandémie. A l'heure du réchauffement climatique et des obligations de relocalisation écologique, ces accords sont anachroniques. Il n'est pas possible de prétendre être à la pointe de l'ambition climatique et ratifier des accords qui vont aggraver la crise climatique et conduire à importer des biens déjà produits sur le sol européen depuis l'autre bout de la planète.

Ce n’est pourtant pas une fatalité. Il est urgent d’emprunter une voie alternative vers la relocalisation écologique, sociale et solidaire. Par ce vote, vous avez l'occasion d'affirmer qu'il faut une révision bien plus approfondie de la politique commerciale européenne. Je vous invite à vous en saisir.

Je vous prie d'agréer, Madame/Monsieur l'Eurodéputé l'expression de mes salutations distinguées.

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur,
Ces deux accords, qui s’inscrivent dans un modèle de libéralisation du commerce (et de l’investissement) totalement obsolète, prolongent des logiques néocoloniales d’appropriation des ressources naturelles au détriment des populations locales et de la protection de l’environnement.

Par ce vote, vous avez l'occasion d'affirmer qu'il faut une révision bien plus approfondie de la politique commerciale européenne. Je vous invite à vous en saisir.
Croyez en ma vigilance sur vos votes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

10 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Heureusement que le 29 février ne revient que tous les quatre ans ! Humour !
Disons qu'au niveau de la mesquinerie, voire du mensonge éhonté, notre résident de la République à atteint le sommet de l'Everest...
Reste encore le Mercosur, et disons-le tout net, pour les actionnaires qu'il représente, la seule chose qui compte ce sont les dividendes ! Suffit d'entendre leur discours qui se veut accuser les "écologistes" ou les "gauchos" de ne pas accepter l'inacceptable...
Nous n'avons pas finit de signer des pétitions ou cyberactions.
Bonne journée à vous !

Philippe BIAUX
Le 04/03/2024 à 09:38:57

A l'heure où le Gouvernement est censé protégé nos agriculteurs ces accords commerciaux sont totalement aberrants. Pas question d'acheter des fruits et légumes qui viennent de l'autre bout de la planète alors qu'on en produit sur le sol français.

Patricia ATTARD
Le 02/03/2024 à 19:15:15

i nous faut arrête ce super capitaliste financier, les échange internationaux ce faisait avant, sans déséquilibré les vrais économie locales, avec, en prime, les pays qui pouvaient ainsi récupérer un impôt en fonction avec leurs besoin les droits de douane sont un régulateur sur lequel les démocratie peuvent agirent.

Roland HERPIN-GIRET
Le 01/03/2024 à 05:01:00

Bien que vivant entre la France et le Chili, je suis contre tous les traités de libre échange qui se font au détriment des plus faibles que ce soit en terme de pays comme des producteurs. Globalement, ce sont les agroindustries chimiques tant des pays occidentaux que ceux du Sud qui bénéficient à fond de ces traités.
Pour info, il n'y a pas d'OGM produits pour être consommés au Chili. Donc pas de soucis de ce coté là. par contre le Chili est un des pays où il y a énormément de production de semences (très peu de maladies à cause des barrieres naturelles du pays) qui sont ensuite exportées dans le monde. Ces semences sont conventionnelles, donc chimiques, bio et... OGM!
PS: Comme je dois bien voyager pour raisons familiales, je reste "bénéficiaire" en bilan carbone car j'ai deja planté et continue de planter plusieurs hectares de forets, production bio, tt en réduisant ma mobilité et consommation... même si l'ideal serait de ne rien emettre et beacoup captiurer de carbone!

Christian PRAT
Le 01/03/2024 à 03:39:05

Traité de libre-échange entre l’Europe et le Chili : 3 questions pour comprendre le nouvel accord
https://www.ouest-france.fr/europe/ue/trois-questions-pour-comprendre-le-nouvel-accord-de-libre-echange-entre-lue-et-le-chili-c3eb0cee-d710-11ee-96ef-9660257def44  

Alain UGUEN
Le 29/02/2024 à 16:54:50

Bien entendu, il faut éviter ces importations quand cela est possible (produit cultivé en France).
Mais sinon, à minima interdire l'entrée des produits qui ne respectent pas les normes imposées à nos agriculteurs, cela en supprimerait de facto, une grande quantité, ou surenchérirait les autres!
Stop au boeuf aux hormones et au soja transgénique!!!

Fabrice Oppenlander
Le 28/02/2024 à 19:21:02

Un accord avec le Kénya serait bénéfique pour ce pays mal développé s'il prévoyait des transferts de technologie, des formations de cadres de santé et d'éducation...

Christian MASSON
Le 28/02/2024 à 17:59:46

@eugène ravenet
Certes, non seulement il y a là "un reste de colonialisme", mais par surcroît semble-t-il une volonté de réduire également les producteurs d'ici à un niveau de vie équivalent à celui des pays en question, soit pour résumer, une forme de servage ? Quelques neurones connectent-ils encore dans le cerveau des "décideurs", ou devons-nous définitivement renoncer à leur faire prendre conscience de leurs responsabilités ?

Anne
Le 28/02/2024 à 14:19:18

Après toutes les déclarations en faveur de l'agriculture française, secteur d'utilité publique, actrice de notre souveraineté alimentaire, fierté de la ruralité ; ce gouvernementeur continue de mettre nos agriculteurs en concurrence avec des produits venus du bout du monde.
Pas joli, joli.
Néanmoins, à ce propos, je n'ai qu'une choses à dire aux FNSEA et JA :
"A trop vouloir jouer les larrons en foire sur le dos de l'écologie, on se retrouve soi-même leurré et bien marri."

Frawald
Le 28/02/2024 à 14:17:50

Le libre échange tout azimut est une hérésie, dans le monde tel qu'il est devenu ou plutôt tel que l'on l'avons conduit par nos excentricités....
Nous devons, qu'on le veuille ou non, nous résoudre à la sobriété dans tous les domaines.
Celui de l'alimentation est capital! Les produits exotiques tropicaux qui nous viennent de très loin privent les pays d'origine de produire leur propre nourriture.
De plus nous exportons nos produits bas de gamme vers ces mêmes pays!!!
Il y a là comme un reste de colonialisme?...
Allons vers une alimentation de saison et rendons à nos paysans la capacité de nous nourrir sainement avec un revenu convenable. C'EST D'ACTUALITE.

eugène ravenet
Le 28/02/2024 à 10:40:50

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !