actualité écologie

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

AG Cyberacteurs

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Journal des Bonnes Nouvelles

Annoncez la couleur !

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 149 : La chasse sous terre au blaireau est inutile et cruelle, mettons-y un terme !

demander l'abrogation de la vénerie sous terre au blaireau, le plus grand des représentants de la famille des Mustélidés. Chasse dite traditionnelle, cette pratique donne lieu chaque année à de véritables massacres en règle de centaines d'individus de cette espèce à travers toute la France.

Bilan de la cyberaction :

2150 participants ont écrit à la Ministre de l'Environnement

Présentation de la cyberaction :

Autorisée toute l'année, alors que le blaireau n'est pas classé nuisible, elle se déroule dans des conditions insupportables pour l'animal. Le blaireau est la seule espèce chassable aujourd'hui en France à pouvoir ainsi être prélevée toute l'année par simple décision préfectorale, le préfet tirant sa compétence du Code de l'environnement.

Le déterrage, ou vénerie sous terre au blaireau, est une variante de la chasse à courre qui consiste à faire capturer par des chiens l'animal dans son terrier ou à l'en sortir en creusant avec des pelles ou autres outils de terrassement pour le saisir à l'aide de pinces quand il est acculé par les chiens. Dans notre pays, elle peut se pratiquer en période d'ouverture générale de la chasse et être prolongée sur une période complémentaire allant du 15 mai au 15 septembre sur autorisation préfectorale. Le blaireau est acculé dans son terrier par au moins trois chiens qui sont introduits par les déterreurs. Lorsque l'animal se trouve dans l'impossibilité de bouger, l'homme (on parle d'équipages) entre en action avec ses pelles, ses pioches... et ses pinces destinées à capturer l'animal par l'une de ses extrémités.

Les chasseurs et piégeurs justifient leurs pratiques en accusant le blaireau de commettre des dégâts aux cultures. Mais en vérité leurs actes sont la plupart du temps entièrement gratuits et perpétrés sur des animaux qui ne causent pas de gêne particulière, ni aucun problème de salubrité publique.

Considérant que les dommages aux cultures sont peu importants "Les dégâts que le blaireau peut faire dans les cultures ne sont gênants que très localement et ils portent principalement sur le maïs, le blé, l'avoine et la vigne" (Bulletin mensuel de l'Office National de la Chasse, n°104).
Considérant que les méthodes préventives sont efficaces pour limiter les dégâts : à titre d'exemple, la pose d'un fil électrique à 15 cm du sol a fait la preuve de son efficacité (Bulletin de l'ONC, ouvrage cité), une corde enduite de répulsif tendue à 15 cm du sol peut également jouer le même rôle.
Considérant enfin que les terriers susceptibles d'entraîner des affaissements de terrain ne sont gênants que s'ils sont creusés au bas de digues et qu'il suffit d'en faire fuir l'occupant en y introduisant des chiffons imbibés d'un répulsif et de reboucher. Un film vidéo, tourné récemment et que nous tacherons de mettre en ligne prochainement permet de se rendre compte de la barbarie de cette chasse et de l'extrême souffrance des animaux confrontés aux chiens, aux hommes et à leurs outils destructeurs.

Nous comptons sur vous pour faire entendre votre voix auprès de Madame la ministre en charge de l'environnement. Vous pouvez également montrer votre désappropbation au préfet du Doubs (en lui adressant copie de la lettre ci-dessous) qui a récemment laissé s'organiser des journées de démonstration pratique de cette chasse sur son territoire à l'initiative d'équipages venus spécialement des régions voisines pour se livrer à leur passe-temps morbide.


Merci de votre soutien.
Merci de faire suivre ce message à vos ami(e)s.

Christophe Morin, représentant la Commission de Protection des eaux, du
Patrimoine, de l'Environnement du Sous-sol et des Chiroptères (CPEPESC) et
Franche-Comté Nature Environnement (FCNE)
Alain Uguen Association Cyber @cteurs

Texte de la pétition :


Madame la Ministre de l'écologie et du développement durable,

Le déterrage, ou vénerie sous terre au blaireau, variante de la chasse à courre peut se pratiquer en, période d'ouverture générale de la chasse et être prolongée sur une période complémentaire allant du 15 mai au 15 septembre sur autorisation préfectorale.
Les chasseurs et piégeurs justifient leurs pratiques en accusant le blaireau de commettre des dégâts aux cultures. Mais en vérité leurs actes sont la plupart du temps entièrement gratuits et perpétrés sur des animaux qui ne causent pas de gêne particulière, ni aucun problème de salubrité publique.

Les 11 et 12 juin derniers, des équipages extra-régionaux invités par la fédération des chasseurs du Doubs se sont ainsi livrés à leur passe-temps favori détruisant gratuitement une vingtaine de blaireaux. Un article, dans le dernier numéro du chasseur comtois fait le bilan de ces macabres journées. On peut y lire que tous "les terriers ont été rebouchés soigneusement et les galeries reconstituées afin de permettre l'implantation ultérieure d'autres familles", sous entendu afin de permettre d'autres destructions l'année suivante !!

Aujourd'hui, rien ne justifie une telle destruction, rien n'autorise le maintien de cette période de chasse complémentaire (15 mai-15 septembre) qui confère au blaireau le statut d'espèce nuisible qu'il n'est pas puisqu'il n'est classé que "gibier", rien n'autorise également que des jeunes animaux nés dans l'année soient détruits dans ces conditions. Dans les cas où une "intervention" serait nécessaire, elle ne doit en aucun cas se faire par déterrage.

Considérant que les dommages aux cultures sont peu importants et que les méthodes préventives sont efficaces pour les limiter, nous vous demandons Madame la ministre de supprimer la période de chasse complémentaire, de déclarer illégale la vénerie sous terre au blaireau et d'en interdire la pratique dans notre pays.

Cette requête n'a rien d'excessif puisque le blaireau est aujourd'hui protégé en Grande-Bretagne, Italie, Irlande, Espagne Grèce et Danemark, tous pays de l'Union.

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l'expression de mes sentiments distingués.".

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !