actualité écologie

Rando Plogoff dimanche 25 aout

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

La Terre vue depuis l’espace

OPÉRATION

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

victoire pour Gabriel Dufils

Les 10 jours verts Transacteurs

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Non au projet de culture marine à Moelan/Mer

Mise en ligne du 08/08/2014 au 23/10/2014

Dans le port de Doëlan, sur les deux rives, environ 400 personnes ont répondu à l'appel à manifester contre le projet d'exploitation d'algues lancé par le groupement d'associations hostiles à ce projet industriel nommé Algolesko et Bamejyot.

Bilan de la cyberaction :

1684 participants

Moëlan-sur-mer (29) : La culture d'algues autorisée par le Préfet
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/2014/10/22/moelan-sur-mer-29-la-culture-d-algues-autorisee-par-le-prefet-576580.html  

Présentation de la cyberaction :

« On n'est pas contre la culture d'algues, mais sur la manière dont ce projet s'est développé, c'est-à-dire sans concertation et sans enquête. Et nous sommes contre ses impacts économiques et environnementaux ». Pour Evelyne Dumont, qui assure le relais entre les six associations à l'origine de la manifestation, leurs revendications sont claires. Porté par les sociétés Algolesko et Bamejyot, dont l'ostréiculteur riécois Jo Thaëron est à l'origine, ce projet industriel prévoit d'implanter une concession de 300 ha, à environ 800 mètres de la côte entre Trenez et Merrien à Moëlan, dont 37,5 ha sont consacrés aux coquillages et 262,5 ha à la culture d'algues.

Le maire de Moëlan contre le projet

Le maire de Moëlan, Marcel le Pennec, absent de la manifestation, soutient les associations. « Je suis contre. Ce projet n'est ni raisonnable, ni raisonné. Il faut manifester, c'est le seul moyen pour se faire entendre ».

Ce projet industriel est très inquiétant à plusieurs titres :
- Monoculture intensive => des dangers pour la biodiversité & risques d'utilisation de produits phytosanitaires.
 - «Flou» du dossier de demande de concessions qui n’a pas de Cahier des charges:
Pas d’étude d’impact préalable: risques non évalués pour l'environnement  à proximité des parcelles prévues devant Trenez («Pavillon bleu») et les estuaires des rias … avec absence de prise en compte des tempêtes.
- Débarquement problématique des algues au port de Doëlan déjà très fréquenté, avec acheminement par tracteurs de fort tonnage via un réseau routier non adapté (un port ne peut accueillir de nouvelles activités sans résoudre ces aspects).
- Solutions peu sérieuses retenues pour le séchage des algues à terre.
- Avenir économique incertain du projet avec des incohérences sur les débouchés et les coûts de production.

- Promesses d'emplois à la fois incertaines et confuses en nombre et en nature.

- Projet en contradiction avec les recommandations gouvernementales : cf. Rapport d’expertise CGAAR de Juillet 2012 qui préconise notamment une algoculture sur des surfaces de taille modeste avec une phase d’expérimentation.

- Mépris des usagers de la mer et de leur sécurité: pêcheurs, plaisanciers, plongeurs, baigneurs.
- Ignorance d’aspects juridiques essentiels du droit de la mer avec tous les usagers concernés.

Ce constat critique large est le résultat d’un travail de groupe réunissant des représentants de 9 associations locales ou départementale ou régionales «d’environnement & d’usagers de la mer», dont:
Amis des Chemins de Ronde – Bretagne Vivante-Quimperlé – Doëlan Clohars Environnement –
Eau et Rivières de Bretagne – Pêcheurs Plaisanciers de Merrien – Pêcheurs Plaisanciers et Usagers du Belon – Rivières et Bocage Belon Brigneau Merrien.

Le projet a reçu un accueil favorable de la commission de la culture marine le 18 juin dernier. La prochaine étape étant l'autorisation du préfet du Finistère, qui a jusqu'au 18 août pour le faire.

Nous vous proposons donc d'interpeller le Préfet pour lui demander de donner un avis défavorable.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet du Finistère

La commission de la culture marine le 18 juin dernier a donné son accord au projet de culture marine "Algolesko et Bamejyot".

Cette décision a été prise en catimini sans consultation de la population ni même du Conservatoire du Littoral.

Je me joins aux associations opposées au projet pour vous inviter à donner un avis défavorable à ce projet.

Dans cette attente, je vous prie d'agréer mes salutations distinguées.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

15 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

je suis scendaliser par se projet ont ne poura plus se beigner cela va fair perdre des centaine d' emplois pour en crée qu'un et tout sa pour quoi pour qu'une persone gagne des millions il faut absolument se mobilisés car ils commence demain le 10/09/2015 a couler les millier de blocs de béton au font de l'ocean sur 300 hectares

un anonyme
Le 09/09/2015 à 21:24:45

Bonjour,

Je suis naturaliste et biologiste de formation, et votre mécontentement me sidère. Quand je pense que j'ai failli adhérer à Eau et Rivières de Bretagne et à Bretagne Vivante...

Comme vous, je déplore le manque de concertation et d'étude d'impact. Mais quand même !

- "utilisation de produits phytos" : c'est du délire de parler de ça ! Toutes les études réalisées in situ en BZH ont montré qu'il n'y en avait pas besoin. Les algues concernées sont très peu soumises aux épiphytes et n'allez pas dire qu'il manque de fertilisants dans les eaux bretonnes !! Y a assez de rejets de nitrates et phosphates comme ça donc il serait aberrant, inutile et coûteux d'amender la mer !
- "effets sur la biodiversité des monocultures" : OK avec vous, mais bon quelle activité humaine n'a pas d'impact sur l'Environnement ? Combien d'entre vous (N.B. les pétitionnaires) avez construit une maison ? Qui dit construction dit bétonnage d'une prairie non ? Et si on somme toutes les maisons ça fait quelques hectares de bétonnés. Quelle différence avec les fonds marins ?? Faut balayer devant chez soi avant de venir râler...
- "cahier des charges et prise en compte des tempêtes" : OK avec vous mais des solutions pour limiter les effets des tempêtes peuvent être trouvées. Peut-être que les 5 premières années il va y avoir des problèmes dus aux tempêtes. Mais que sont ces 5 années sur une échelle de temps longue ? Rien, va y avoir des problèmes au début, OK, mais après des solutions peuvent être trouvées. De toutes façon, si tempête il y a, il serait au bénéfice des cultivateurs de réparer les dégâts (image auprès de la population et récupération du matos).
-Avenir économique incertain, peu de recul sur les emplois etc...mais laissez leur encore une fois le temps de s'implanter ! En Bretagne, l'algoculture peut devenir un eldorado, les asiatiques meurent d'envie et de jalousie devant la qualité de nos eaux et le potentiel de croissance des algues en Bretagne. Alors, le marché existe forcément, il y a une forte demande. Actuellement, ils sont arrivés au max de leur production sur leur territoire et comme la population augmente, ils doivent produire plus. Que font-ils ? Ils tentent d'acheter des îles dans le Pacifique pour produire leurs algues. Et vous le savez bien, les conditions sociales et environnementales ne sont pas les mêmes qu'ici. Eux utilisent par exemple des produits phytos ! Alors, de toutes façons il faut les produire ces algues. Autant le faire par chez nous puisque ça crée de l'emploi et cela est fait dans des meilleures conditions. L'algoculture a des conséquences environnementales, OK. Mais ces impacts,qu'ils soient faits en Asie ou en BZH, ça change quoi au niveau planétaire ? D'autant plus que les impacts seront moindres ici !
-"mépris de usagers de la mer" : c'est ce qu'on appelle des conflits d'usage, classique sur le littoral. Seulement la mer est un espace de liberté. On a donc droit d'être un plaisancier ou un véliplanchiste et de circuler sur la mer. Mais on a aussi ce que l'on appelle la liberté d'entreprendre ! La France n'est pas encore Communiste ! Quant à la sécurité, la solidarité entre marins c'est pas du pipeau, les aquaculteurs travaillent en mer et peuvent porter secours au cas où. Là encore on est d'accord on manque de concertation.
- impact paysager des bouées : c'est hyper subjectif ! Moi je trouve qu'en Bretagne, où il y a une multitude de petits mouillages de 300 bouées dans de magnifiques petites criques, l'impact paysager est important. Mais étrangement, comme cela est habituel à nos yeux, on ne s'en offusque pas...voire même on trouve ça beau ! En Irlande, j'ai été chez des gens qui habitaient en face d'une énorme concession de moules avec des milliers de bouées. Étrangement, les touristes, même Français ne s'en offusquaient pas, en étaient curieux et trouvaient ça presque beau (leur ressenti :emploi local, belle image des produits de la mer et des pêcheurs locaux, vie traditionnelle au bord de la mer etc..).
- Problème d'accès aux routes etc... : d'accord avec vous, même si des aménagements futurs peuvent être faits.

Je suis désolé, je ne peux pas signer car je ne veux pas que mon nom soit visible dans les recherches google pour raison pro.

Bien cordialement et bonne continuation.

Danica
Le 14/10/2014 à 21:51:51

@ Evelyne DUMONT : pardon pour mon ton qui vous a été désagréable.
Il est vrai que je supporte de moins en moins ce carcan social que l'on nous infuse depuis l'école où il est gravé que nous sommes trop bêtes pour avoir un lien direct avec les décisions politiques, et que donc, seule une démocratie représentative avec des élites, sensées nous représenter, désignées par suffrage universel, peut diriger un pays, sans consulter le peuple, ce qui est pour le moins paradoxal.

Bon courage pour votre combat !

Lionel OUTRIGGER
Le 10/09/2014 à 23:35:57

Assez de cette folie du gigantisme à l'échelle industrielle qui à déjà fait tant de dégâts dans l'agriculture et l'élevage. Ne détériorons
pas la mer avec pareils procédés.

Robert GERVAIS
Le 24/08/2014 à 12:26:44

Selon Ouest-France du 18/08 Il semblerait, d'après un courrier de la préfecture daté du 1er août et adressé au collectif d'associations d'opposants, que les porteurs du projet aient revu quelques points. Notamment la distance qui sépare les concessions du littoral. Les parcs seraient plus éloignés de la côte qu'initialement.

Selon ce courrier, la société Bamejyot ne retiendrait qu'une seule parcelle en mer, de 37,50 ha, pour ses cultures diverses d'algues et conchyliculture. Dans ce même courrier, le préfet précise être favorable à la création d'un comité local d'information.

Eau et rivières de Bretagne ainsi que Bretagne vivante, viennent en urgence, d'envoyer une réponse au préfet. Il devrait le recevoir aujourd'hui. « Nous apprécions à leur juste valeur la diminution des surfaces considérées, la réduction de la durée de la concession, l'interdiction des intrants dans la conduite des exploitations, le suivi technique et scientifique des installations et des productions. Pour autant, ces évolutions ne répondent que très partiellement à nos inquiétudes. Elles ne semblent pas concerner le projet présenté par la société Algolesko qui est de loin le plus important en superficie. » Les deux associations se disent prêtes à participer à la commission multipartenariale proposée par le préfet mais lui demandent quand même de reporter sa décision, le temps de « réétudier l'économie générale du dossier. »
http://www.ouest-france.fr/projet-algolesko-reponse-prefectorale-attendue-cette-semaine-2767916  

Alain Uguen
Le 21/08/2014 à 15:39:35

Lundi 18 août à 11H55

@ Lionel Outrigger (mèl du 15 août à 16H06)

Bonjour,

Pourquoi vous « énervez-vous » ainsi ? Et quel rapport avec les « Nabila » ?

Il y confusion … de nos deux côtés d’ailleurs, et il vaut mieux en parler.

D’abord je fais partie du groupe qui rassemble les associations que vous citez … et qui est en train de s’agrandir.

Ensuite, ma question du « qui est à l’origine » était peut-être maladroite.
Mais j’étais sous l’influence de l’avocat qui va s’occuper des probables recours et venait de nous déconseiller certaines démarches publiques de membres des associations concernées (dont les pétitions) … car elles pourraient devenir défavorables par la suite (les règles de droit comptent évidemment dans cette affaire).
Et du coup j’ai oublié que c’était tout simplement Alain Uguen, que je respecte évidemment, qui avait eu, de façon indépendante, la bonne idée de lancer la pétition … à une erreur près dans le TITRE, qui a été ensuite corrigée : projet à MOELAN-SUR-MER et non Doëlan au sens strict (le dossier est connu officiellement avec « Moëlan »).

Pour la suite du commentaire, nous sommes d’accord sur les dangers du projet.

Quant à « l’ombre » et au « complot », il faut chercher du bon côté, et peut-être aussi faire attention au choix des mots, même si nous sommes très en colère à juste titre à cause de ce projet inacceptable.

Cordialement.

Evelyne Dumont

Evelyne Dumont
Le 18/08/2014 à 12:03:35

Ce projet de culture d'algues me paraît surdimensionné par rapport au site. Ses inconvénients multiples risquent d'être plus nombreux que les avantages attendus pour la population locale.

Thierry PLOUZENNEC
Le 17/08/2014 à 10:40:25

@ E Dumont : pourquoi un "auteur précis" ? Il faudrait absolument un chef, un auteur, un coupable ?
Le vulgum pecus ne serait pas capable de se concerter pour remarquer des exactions et les dénoncer ? Heureusement que les réseaux sociaux sont là pour prouver le contraire. Il n'y a pas que des "Nabila" qui s'y expriment.

Les associations qui ont repéré le loup et qui tirent, à juste titre, la sonnette d'alarme, sont :
– les Amis des Chemins de Ronde
– Bretagne Vivante section Quimperlé
– Doëlan-Clohars Environnement
– Eau et Rivières de Bretagne
– Pêcheurs Plaisanciers de Merrien
– Pêcheurs Plaisanciers et Usagers du Belon
– Rivières et Bocage Belon Brigneau Merrien.

Une culture intensive d'algues va certainement exiger des fertilisants (la prolifération des algues nitrophiles des genres ulva, enteromorpha et cladophora qui polluent les côtes du fait de l'utilisation abusive d'engrais fait assez de dégâts comme ça) et probablement même des pesticides pour éliminer les parasites.

Il serait temps que ce projet sorte de l’ombre où il est comploté pour être débattu au grand jour.

Lionel OUTRIGGER
Le 15/08/2014 à 16:06:12

Il y a
-Culture respectueuse de la biodiversité et -Culture industrielle (pour quoi faire ?) comme le montre bien le blog de RBBBM !

Michel
Le 11/08/2014 à 16:13:30

étrange cette façon de faire sans étude d'impact ou cet individu a t-il eu les autorisations pour disposer ainsi du domaine public ?
cela sent la vase comme dirait duchemol !!!!

dautreville
Le 11/08/2014 à 13:03:36

Pour ce qui est de la qualité de l'environnement, on peut voir a trenez en partant de la plage avec de simples palmes et un tuba, des hippocampes et des syngnathes. Je n'ai pas cru mon fils lorsqu'il m'a dit cela la première fois mais j'ai pu le constater moi même.

Que restera t'il de cette qualité d'eau et de cette bio-diversité si un tel projet voit le jour?

EricV
Le 11/08/2014 à 11:38:49

Je connais bien cette région pour y avoir passé plus de 15 ans.
Les routes sont effectivement minuscules, (et charmantes) on voit mal comment elles supporteraient sans dommage un passage intensif de camions.
Quant à les adapter pour ce projet, cela reviendrait à saccager un environnement d'une beauté unique.
Il serait temps aussi de ne pas voir dans un lieu que son potentiel de rendement, mais de respecter son identité, sa qualité d’environnement (déjà très menacé par les multiples exploitations de porcs et de poulets et les non moins multiples nuisances qui en découlent.)
On ne peut dissocier Doëlan et Moëlan au niveau écologique : tout communique par la mer. Le simple fait que le maire de Moëlan s'oppose à la manière dont ce projet est amené devrait y mettre un terme, et obliger les "porteurs de projet" comme on dit, à le définir avec précision et avec le respect des autres.
Il est triste de voir que, pour monter une minuscule entreprise (par exemple de ravitaillement à domicile), on vous demande des business plans à n'en plus finir, alors qu'un projet qui aura de sérieuses conséquences sur l’environnement aussi bien humain qu'écologique peut être lancé quasi "à l'arrache", simplement parce que certains ont envie de s'en mettre plein les poches et de s'asseoir sur le bien commun (les algues, le paysage, la qualité de l'air etc etc.
Merci à Cyberacteurs d'avoir soulevé cette action.

Françoise
Le 11/08/2014 à 10:58:27

Dimanche 10 août – 22H15
Re-bonsoir,

J’ajoute que la présente pétition est intéressante mais je ne connais pas son auteur précis (comme je l’ai demandé à l’équipe de Cyberacteurs par mèl du 9 août à 7H00).
C’est dommage.
Quelques erreurs y figurent …
Une chose est sûre : de nombreux habitants des 5 communes concernées (membres ou pas d’associatons) et particulièrement à Moëlan sont très en colère à cause de la procédure utilisée pour développer un projet aussi vaste aux nombreuses implications.
Malgré les dénégations des responsables officiels la concertation n’a pas eu lieu au départ. Elle ne devient qu’un petit peu effective après deux manifestations publiques (les 19 juillet et 3 août).
A suivre.

E. Dumont

E. Dumont
Le 10/08/2014 à 22:17:45

Dimanche 10-08-14
Bonsoir,

Un des problèmes est justement l’absence de cahier des charges !

Lors de l’enquête publique dans les 5 communes concernées (enquête sans commissaire-enquêteur car sous l’autorité directe de la DDTM - Dir Départementale des Territoires et de la mer (http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-DDTM-directions,12618.html),   la population a eu accès à un dossier que vous pouvez consulter en ligne sur le blog de l’une des 6 associations opposées à ce projet industriel de cultures d’algues et coquillages :

voir l’article du 6 mai 2014 de l’Association « Rivières et Bocage Belon Brigneau Merrien » :
http://www.rbbbm29.blogspot.fr/  
et le document directement :
http://fr.calameo.com/read/001050376e65b9ba38b83  

D’autres blogs informent depuis plusieurs mois sur ce dossier inquiétant par les impacts non sérieusement étudiés à ce jour alors que des instances officielles le soutiennent et que des subventions sont prévues voire déjà versées. Consulter notamment :

http://bretagnevivante-quimperle.over-blog.com/article-projet-de-cultures-d-algues-marines-sur-la-cote-moelanaise-124291923.html  

http://association.dce29360.over-blog.com/article-correspondances-concernant-le-projet-d-algoculture-124320998.html  

http://www.lebloged-environnementdoelan.info/  

Cordialement.
E. Dumont (membre « relais » du groupe de travail d’associations sur le projet de cultures marines à Moëlan-sur-Mer)

E. Dumont
Le 10/08/2014 à 21:56:54

Pour pouvoir se prononcer il faudrait mettre en ligne le cahier des charges tel qu'il a été déposé afin de se faire une opinion à partir des faits et non pas uniquement sur votre analyse.
JP

Potto
Le 09/08/2014 à 16:59:15

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !