actualité écologie

OPÉRATION

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

victoire pour Gabriel Dufils

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

La Terre vue depuis l’espace

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Les 10 jours verts Transacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Non aux «fermes-usines» comme la maternité porcine industrielle de Trébrivan

Mise en ligne du 26/10/2013 au 31/10/2013

Non aux «fermes-usines» !
Une 3ième enquête publique pour la maternité
porcine industrielle de Trébrivan...

Bilan de la cyberaction :

1364 participants

Communiqué de Presse 07/10/2014
Association de défense de l'environnement : " Sous le vent, les pieds sur terre"
22340-Trébrivan / 02 96 36 63 63 /

C'est sous un tonnerre d'applaudissements que la présidente de l'association ''Sous le vent, les pieds sur terre'' annonçait la nouvelle lors du Giga Fest-Deiz militant du 5 octobre dernier. Dans son délibéré du 26/09/14 la CAA de Nantes confirme l'annulation de l'arrêté préfectoral autorisant l'exploitation de la maternité porcine industrielle de Trébrivan. En effet, les porteurs de projet avaient fait appel de la décision du Tribunal Administratif de Rennes de juillet 2012 : ils sont déboutés et condamnés à verser la somme de 2.000 €.

Ainsi ce nouvel arrêt donne raison aux opposants qui ''bataillent'' depuis 2008. Une seconde fois, la justice pointe du doigt le ''laxisme oridinaire'' de l'Etat français en Bretagne en matière de protection de l'environnement. Actuellement, une autorisation préfectorale provisoire permet à l'usine de continuer sa production au grand étonnement des riverains ; le nouveau préfet tiendra-t-il compte de ses deux condamnations avant de signer une nouvelle ''régularisation'' ? Les services de l'Etat ne peuvent plus ignorer indéfiniment l'ampleur des conséquences environnementales de la concentration animale en Bretagne.

Pour rappel, cette ''Usine-des-1.000 truies'' à Trévivan produit 23.000 porcelets par an et 5.000 m3 de lisier qui se deversent dans le Château d'eau de la Bretagne sur les bassins de l'Hyères, de l'Aulne et du Blavet. Cette victoire à la Cour Administrative d'Appel de Nantes souligne l'importance du rôle des associations pour faire respecter et appliquer le droit de l'environnement pour le respect de la vie.

*****************************************

pour information, un résumé de la notification de l'arrêt de la Courr Administrative d'Appel de Nantes rendu le 26 septembre 2014 dans l'affaire maternité porcine de la SCEA de Ker Anna. le PDF est visible à l'adresse :
http://www.cyberacteurs.org/pdf/Communique-de-presse-06-10-14.odt  

Présentation de la cyberaction :

Malgré l’annulation le 13/07/2012 par le tribunal administratif de Rennes de l’autorisation d’exploiter ( 760 truies productives et 883 reproducteurs présents en moyenne, 400 ha de terres d’épandage, 22958 porcelets), l’usine poursuit son activité.

Un nouveau dossier vient d’être soumis à enquête publique du 30/09/2013 au 30/10/2013 :
bien pire que le précédent :

840 truies productives + 15% en moyenne soit 966 reproducteurs
23165 avoués mais comme indiqué au dossier : 29 x 840 = 24360 porcelets sevrés, livrés sans canines, sans queue et sans testicules à 60 km (il faut savoir que les bâtiments sont dimensionnés pour environ 1000 truies et 23000 à 25000 porcelets ; on arrive aux chiffres de la première enquête publique car c’est le modèle économiquement rentable pour Glon Sanders qui est le gestionnaire de fait de ce système)

480 ha de plan d’épandage mais seuls 24% sont correctement épandables (le reste ne l’est qu’en période de déficit hydrique avec risque avéré de ruissellement et donc d’érosion >>> pollution des eaux de surface >>> impossibilité d’établir un plan cultural intégrant un épandage de lisier car que sera la météo de mars / avril 2014 ?)
Abandon des mesures prises pour maîtriser les rejets d’ammoniac (NH3) dans l’atmosphère et preuves que leur pseudo-laveur d’air n’est qu’un bricolage (apportée par leur profession (IFIP) >>>6 000 kg de NH3 qui peuvent être facilement réduits à 450
Des chiffres faux (toujours minimisés), des contradictions majeures, un dossier de plus de 600 pages que personne ne lira ?

Le Centre Bretagne qui est un des châteaux d’eau de notre région est déjà bien malade (trop de nitrates dans les eaux de surface, eutrophisation des retenues d’eaux douces). Il est passé de ZES en zone sensible parce que des élevages hors sol se fermaient.
Cependant, il n’y a pas d’amélioration : algues bleues (cyanobactéries dans tous les plans d’eaux) ; algues vertes dans tous les estuaires dont la Rade de Brest ; impact des phytosanitaires et résidus d’antibiotiques sur la faune marine (affaiblie >> défaut de reproduction, interdiction de pèche pour infections,…)

Le transfert de la pollution par l’agriculture hors sol du nord des Côtes d’Armor vers le Centre Bretagne n’est pas une solution viable. Que la totalité du coût de la dépollution soit à la charge des pollueurs et non du contribuable, c’est la seule façon de faire comprendre que les sols bretons ne sont pas des éponges à lisiers hors sol.

La solution coule de source :
par respect pour l'environnement, nous vous remercions de ne pas donner un avis favorable à ce dossier.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Commissaire Enquêteur,

Malgré l’annulation de l’autorisation d’exploiter, l’usine poursuit son activité. Le nouveau dossier soumis à enquête publique est bien pire que le précédent. Le transfert de la pollution par l’agriculture hors sol du nord des Côtes d’Armor vers le Centre Bretagne n’est pas une solution viable.

La solution coule de source :
par respect pour l'environnement, nous vous remercions de ne pas donner un avis favorable à ce dossier.

Dans cette attente, nous vous prions d'agréer nos salutations distinguées.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

8 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Bonjour,
je découvre ce projet en écoutant France Inter, même pas surprise, les Cotes d'Armor, où je réside, sont engluées dans les années 1970 avec les moyens du 21ème siecle et des comportements de seigneurs du moyen age. La population (les gens de la ville, ou les nouveaux à la campagne, n'y connaissent rien) est prise en otage. Nous sommes pourtant "le consommateur final" celui qui achète, décide , choisit ce qu'il souhaite manger. Quand vont ils enfin se rendre compte qu'ils sont des employés (déguisés) exploités par des entreprises mondiales.

patricia
Le 23/02/2015 à 09:46:48

J'ai quelques difficultés à faire le lien entre :
- le sujet et les commentaires ci-dessous.

Peut-être un problème ?
Merci, de bien vouloir vérifier.

un anonyme
Le 05/03/2014 à 18:34:18

A l'heure où le gouvernement recule sur l'écotaxe, les horreurs continuent leur bout de chemin administratif.
Ce système industro-agro-culturo est à bout de souffle, va dans le mur et met nos santés et celles des générations futures en danger.
Nous avons d'autres branches à faire pousser que celles qui sont mortifères, d'autres procédés doivent être reconnus et encouragés; les boulots dans l'agro sont durs, mal payés, peu valorisants, évidemment encore loin des 300 € que touchent les travailleurs des abattoirs allemands; voilà où la mondialisation nous conduit ainsi que les PAC et autres subventions à l'export.
Non, nous n'avons pas vocation à nourrir le monde, lequel nous supplie de le laisser produire en toute autonomie alimentaire et respect de ses droits.

beluga
Le 30/10/2013 à 12:53:53

Pas mal de trolls dans les commentaires. Les agents de la FNSEA veillent...
Notons, au-delà de l'aspect écologique et sanitaire, que cette usine à porcs va encore contribuer à aggraver la surproduction qui elle-même fera baisser le cours de la viande. Que feront les représentants du lobby agro-alimentaire ? La même chose que d'habitude : pleurer auprès des pouvoirs publics pour avoir des aides supplémentaires et demander des facilités pour de nouvelles implantations pour grossir encore les volumes de production supposés compenser les pertes subies par la baisse des cours. Ce qui aura exactement l'effet inverse. Et ceci sans parler de la concurrence étrangère montante qui leur taille des croupières sur leur propre terrain. Ce système est à l'agonie mais il n'a pas fini de nous pourrir la vie avant de mourir vraiment.

Zlotzky
Le 29/10/2013 à 23:31:57

Je suis d'accord avec G22 sans activité économique que laisserons nous à nos enfant? A partir du moment où toute les précautions sont prises pour respecter l'environnement et c'est ce qui apparaît être le cas lorsque l'on consulte le dossier.

Ne vous faites pas dicter votre opinion en ne vous fiant qu'à une seule source d'information! La pensée unique ça ne devrait plus exister dans notre pays... halte aux extrémistes

Fanch22
Le 29/10/2013 à 21:06:44

Je pensais que cette pétition concernait le bien-être animal.
La défense de l'environnement est certes importante, mais un tel mépris pour les animaux qui nous nourrissent me révulse. Je ne signerai pas cette pétition!

Nicole
Le 29/10/2013 à 20:36:30

Et le bien-être des animaux, qu´en faites-vous ? Le mieux pour que ces monstruosités disparaissent, c´est de passer au végétarisme.

Martine
Le 29/10/2013 à 18:30:24

Bonjour,

Je suis surpris de voir autant de haine contre ce projet. J'habite à proximité de cet élevage et je peux vous affirmer que depuis sa mise en fonctionnement cet élevage n'entraine pas de nuisance sur le voisinage. Les odeurs sont maitrisés et les épandages d'effluents sont réalisés durant les périodes réglementaires et sur des parcelles apte à l'épandage.

Travaillant moi même dans l'agro-alimentaire quand je vois ce qui se passe vis à vis de nos outils industriels bretons je ne comprends pas qu'il y ait encore des gens qui scient la branche sur laquelle nous sommes assis!

Laissez les gens qui entreprennent entreprendre! C'est trop facile d'être toujours contre!



G22
Le 29/10/2013 à 18:27:04

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !