actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

victoire pour Gabriel Dufils

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

La Terre vue depuis l’espace

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

Les 10 jours verts Transacteurs

OPÉRATION

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Ne laissez pas vos appareils en veille

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Abrogation des expérimentations de la fracturation hydraulique

Mise en ligne du 21/09/2012 au 03/04/2013

François Hollande a déclaré "Dans l'état actuel de nos connaissances, personne ne peut affirmer que l'exploitation des gaz et huile de schiste par fracturation hydraulique, seule technique aujourd'hui connue, est exempte de risques lourds pour la santé et pour l'environnement" Nous l'appelons à respecter ses déclarations de l'interdiction de la fracturation hydraulique en abrogeant le décret qui l'autorise "aux fins de recherche scientifique" (article 2 de la loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011)

Bilan de la cyberaction :

6531 participants

Présentation de la cyberaction :

En effet, l'article 2 de la loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011 a instauré une Commission Nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitations des hydrocarbures liquides et gazeux avec, notamment, pour mission « d’évaluer les risques environnementaux liés aux techniques de fracturation hydraulique ou aux techniques alternatives » et d'émettre "un avis public sur les conditions de mise en œuvre des expérimentations, réalisées aux seules fins de recherche scientifique sous contrôle public, elle a été mise en place par le décret n° 2012-385 du 21 mars 2012 ; il convient donc de demander au Président de la République d'abroger ce décret.

La lettre qui a été envoyée :


OBJET : Abrogation du décret n° 2012-385 du 21 mars 2012 relatif à la Commission Nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux par la technique de la fracturation hydraulique.

Monsieur le Président de la République,

Nous tenons, tout d’abord, à vous remercier de votre demande en direction de Mme Delphine BATHO, Ministre de l'Ecologie, «de prononcer - sans attendre davantage - le rejet des sept demandes de permis déposées auprès de l'Etat, qui ont légitimement suscité l'inquiétude dans plusieurs régions de France » même si nous sommes conscients que cette décision se rattache – exception faite du permis « Beaumont-de-Lomagne» - à l’article 23 du décret 2006-648 du 2 juin 2006 puisque « le silence gardé pendant plus de deux ans par le ministre chargé des mines sur la demande vaut décision de rejet de cette demande et, le cas échéant, des demandes concurrentes ».

Cependant, débattant d’une manière plus générale sur le sujet des hydrocarbures non conventionnels, vous avez été clair en déclarant «que personne ne pouvait affirmer que l'exploitation des gaz et huile de schiste par fracturation hydraulique, seule technique aujourd'hui connue, est exempte de risques lourds pour la santé et pour l'environnement».

Aussi, par la présente, nous vous demandons, Monsieur le Président, d’abroger le décret n° 2012-385 du 21 mars 2012 relatif à la Commission Nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux ; laquelle a, notamment, pour mission « d’évaluer les risques environnementaux liés aux techniques de fracturation hydraulique ou aux techniques alternatives » et "d'émettre un avis public sur les conditions de mise en oeuvre des expérimentations".

En vous remerciant par avance de votre distinguée compréhension, nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, en l’assurance de notre très haute considération.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

13 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

On dit que l'expérience des uns ne sert jamais aux autres. Cela serait vrai une nouvelle fois, si pensant que nous sommes supérieurs aux Américains, Canadiens ... nous nous lancions à l'aveuglette dans l'expérience de la recherche des gaz de schiste. Nous risquons de détruire des régions aux potentiels touristiques indéniables .... et de perdre plus d'emplois que nous ne serions capables d'en créer !

Georges Cingal
Membre du Comité Economique et Social Européen

Georges Cingal
Le 03/10/2012 à 18:25:34

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A LA CONFERENCE ENVIRONNEMENTALE / Reste le sujet des hydrocarbures non conventionnels : le gaz de schiste, qui soulève bien des passions, bien des questions. J'entends les arguments économiques, ils existent et les considérations, souvent exagérées, sur l'ampleur des gisements. Mais soyons clairs, dans l'état actuel de nos connaissances, personne, je dis bien personne, ne peut affirmer que l'exploitation des gaz et huile de schiste par fracturation hydraulique, seule technique aujourd'hui connue, est exempte de risques lourds pour la santé et pour l'environnement. C'est pourquoi, j'ai demandé à Delphine BATHO, ministre de l'Ecologie, de prononcer - sans attendre davantage - le rejet des sept demandes de permis déposées auprès de l'Etat, et qui ont légitimement suscitées l'inquiétude dans plusieurs régions de France. S'agissant de l'exploration et de l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels, telle sera ma position durant le quinquennat.

Daniele
Le 03/10/2012 à 09:57:20

Je réagis au commentaire de Lionel :

« Si on s'interdit la recherche dans ce domaine on va faire quoi pour conserver notre petit mode de vie ? Que proposez-vous ? Importer plus de pétrole ou plus de gaz de Russie ou d'Algérie ? Que tous ceux qui signent cette pétition abandonnent leur voiture et leur chauffage pendant les prochaines années et je signerai aussi ».

Evidemment, si on veut tous conserver notre mode de vie (je parle de nous français bien portant avec un salaire décent, ce n’est évidemment pas le cas de tout le monde même en France !) il ne faut pas signer cette pétition. Mais réveillez-vous !! Si vous voulez conserver votre « petit mode de vie » actuel, c’est pas uniquement des gaz de schistes qu’il va falloir trouver, il faudra piller les réserves de la planète. Je suis pour ma part persuadée que nous allons devoir le modifier notre mode de vie. On ne veut pas parler de décroissance, mais on sera obligé d’y venir ou au moins à un nivellement des richesses sur la planète. Vous imaginez tous les chinois avoir le même niveau de vie que nous français riches et bien portants ?! Et pourtant on ne peut pas leur en vouloir de le vouloir. Alors évidemment tant que l’on changera de téléphone portable tous les ans, que l’on consommera tout et n’importe quoi juste pour avoir plus que son voisin et tout le confort imaginable, on risque fort d’avoir besoin bien plus que tous les gaz de schiste que l’on pourrait trouver.

Je me rend bien compte qu’ayant un bon niveau de vie (ingénieur, propriétaire), je suis privilégiée mais j’essaye tant bien que mal à mon niveau de consommer différemment et ceci en espérant avoir un peu d’impact sur l’environnement : manger peu de viande, manger local, de saison et/ou bio (mais au plus près, pas de kiwis de Nouvelle Zélande en été par exemple, aors que j’en ai dans mon jardin en hiver, et oui les kiwis poussent très bien en France !), acheter le plus possible des produits locaux (que ce soit alimentaire ou autre), acheter autant que possible peu de produits manufacturés en Asie, prendre des transports peu polluants (très peu l’avion), chauffer peu et mettre un pull plutôt que chauffer trop, … (et mon téléphone portable, je l’ai changé quand le précédent a rendu l’âme, il y a 4 ans !). Seul hic, sur la voiture, que je prend tous les jours pour aller au travail, cela me désole.

Je suis désespérée que le gouvernement ne mette pas plus de moyen pour les énergies renouvelables et la recherche sur d’autres moyens de produire de l’énergie autrement que par des moyens polluants et destructifs (nucléaire, gaz de schistes, …). Mais il y a également tellement d’autre chose à faire à côté et qui permettrait de consommer moins d’énergie : revoir les politiques de transport localement pour promouvoir beaucoup plus les transports en commun, revoir les conditions d’isolation dans tous les types de bâtiments pour moins chauffer, promouvoir et aider les consommations alimentaires locales, bio, …

On peut taper sur les gouvernements successifs qui ne feront jamais bien, mais c’est à nous particuliers de faire changer les choses en consommant différemment.

Et sur les panneaux photovoltaiques et solaires thermiques, Lionel, faites comme Patricia, renseignez-vous.

Personnellement, je préfère penser aux panneaux photovoltaiques que j’ai mis sur le toit de ma maison et me dire que je contribue à la part d’énergie renouvelable dans le réseau d’électricité plutôt qu’aux déchets nucléaires que j'émets malheureusement et que je vais laisser à mes enfants, petits-enfants etc.

Bon voilà, un petit coup de gueule pour dire que, si on veut garder notre « petit mode de vie », effectivement, ce n’est pas la peine de signer la pétition !

Moi je signe.

Caroline
Le 27/09/2012 à 17:21:38

même d'obscurs lobbystes viennent nous emmerder ici !!!! cassez-vous !!! on veut pas du gaz de schiste !!! point-barre ! un camion se pointe sur un lieu , on arrive et on crame ce dernier !!! CAPITO ????? NO PASARAN !!!!!

gielle13
Le 26/09/2012 à 19:50:11

Article écrit par Mr Jean-Louis Gaby sur son site http://nessy.canalblog.com/archives/2011/07/17/21621497.html  
Que je reproduis car il est simple et bien fait

"Tordons le cou à quelques rumeurs sur le photovoltaïque


Article lu sur le n° 50 de Sortir du nucléaire

Seules deux technologies des cellules photovoltaïques en couches minces utilisent des terres rares et des composés polluants. Elles occupent moins de 3 % du marché, leur rendement n'est pas franchement bon, de même que leur durée de vie, et si elles n'étaient pas bon marché elles ne seraient pas vendues. À la limite, elles pourraient être interdites de fabrication.

Il s'agit des cellules au tellurure de cadmium (métal lourd toxique), et des CIS/CICS à cause de la présence d'indium, de sélénium et de gallium, matières premières en ressources limitées, mais qui ne font pas partie des terres rares.

Plus de 96 % des modules photovoltaïques vendus sur le marché sont réalisés avec des cellules en monocristallin, poly-cristallin, silicium amorphe, microcristallin et micromorphes, donc sans polluant avéré.

La durée de vie des modules est de plus de 35 ans et le temps de retour énergétique varie entre deux et quatre ans selon la technologie et l'ensoleillement local : leur bilan énergétique est donc très favorable. Pour le recyclage, il n'y a effectivement pas encore d'usines (au moins en France) qui récupèrent les modules hors service mais, vu la durée de vie des modules, le marché est actuellement encore trop étroit.

En définitive les modules ne sont composés que de verre, de silicium, d'argent (pour les jonctions), de cuivre, d'aluminium et de matières plastiques : rien de franchement toxique ou de radioactif à recycler."

Pour les fluides calo-porteurs faite comme moi renseigner vous, poster si vous voulez..

Patricia
Le 26/09/2012 à 18:08:07

Avec toutes les techniques d'énergie libre fournies par la puissance électrique de la terre elle même et du système de l'univers; c'est une fois de plus une technique pour "engraisser" les entreprises, en exploitant la main d'oeuvre humaine en proposant des emplois précaires. consommons mieux et moins pour ne pas avoir à détruire et piller encore et encore la planète.. et produisons une énergie gratuite simple et éternelle: cf le film "Thrive" https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=QIU0BUyZ0-A   c'est possible j'en suis sure!! les destructions systématiques des progrès et découvertes réalisés, car nuisant au bon développement des entreprises et lobbying énergétiques n'est pas anodin...

Mathilde
Le 26/09/2012 à 17:13:30

@ stoppeur : complètement d'accord avec toi.

@ Michelle : je suis complètement en accord avec ta méfiance. Cependant, sache que le principe présenté est de permettre d'optimiser le stockage et la restitution d'énergie électrique pour les production d'électricité "renouvelable" intermittente tel que éolien ou solaire. Donc a priori ce sera pas le charbon ou le nucléaire qui produisent des bases plus ou moins constantes et donc n'ont pas ces problématiques de stockage. Concernant la centrale hybride présentée ci-dessous, encore une fois il n'y a pas de magie, le rendement élec => H2 est d'environ 75% en moyenne. Puis un rendement H2+CH4 => élec est d'environ 50% (le reste est récupéré en chaleur sur cette étape). Le rendement de stockage de l'électricité sous forme H2 est donc de 37.5%. Ce qui est mieux que 0% si l'électricité ne peut être consommée.

AU SUJET DE LA PETITION :

En quoi l'abrogation de ce décret serait une application de ce qu'a dit le Président ? Le Président n'exclut pas l'exploitation future des gaz de schiste quand les techniques seront à risques maîtrisés pour les exploiter. Le développement scientifique sur l'étude de ces gaz et le développement de techniques n'a jamais fait de mal à personne. C'est l'application de mauvaise technique qui est néfaste. Pour que les mauvaises techniques deviennent de bonnes techniques il faut leur laisser le temps de devenir mature. Notre gouvernement n'est pas stupide car il ne cède pas au lobbying prétendant que cette technique est sans risque. Je lui fais donc confiance pour à nouveau ne pas céder lorsque de nouvelles techniques pas complètement fiabilisées seront proposées à l'exploitation, et d'attendre que des techniques vraiment fiables soient développées. On parle beaucoup d'énergie renouvelable mais on oublie qu'aujourd'hui la majorité de la production est fossile. Il faut une transition énergétique vers le renouvelable mais il faut pouvoir avoir les moyens de cette transition. L'Allemagne l'a fait brutalement mais à quel prix ? En important de l'électricité d'origine nucléaire à la France ! Bien sûr on développe des emplois locaux pour des sources d'énergies locales. Mais l'exploitation des gaz de schiste en France n'est-elle pas une ressource locale ? Il faut arrêter ce greenwashing débile et néfaste à une réflexion objective et cette amalgame "pétrole=bouh caca" qui ne mène à rien de constructif. Si on s'interdit la recherche dans ce domaine on va faire quoi pour conserver notre petit mode de vie ? Que proposez-vous ? Importer plus de pétrole ou plus de gaz de Russie ou d'Algérie ? Que tous ceux qui signent cette pétition abandonnent leur voiture et leur chauffage pendant les prochaines années et je signerai aussi. Oui la combustion d'énergie fossile (entre autre) va entraîner probablement une fonte totale du Groenland d'ici 4 ans en été. Oui le nombre de cancer et d’allergie augmente. Mais parle-t-on des terres rares dans les panneaux PV ? Parle-t-on des fluides calo-porteurs hautement polluant dans les panneaux solaires thermiques ?

Un chercheur en énergies renouvelables.

PS : je remarque que les seuls commentaires postés ne sont pas en accord avec cette pétition (ou pas sur le sujet de cette pétition). Cela voudrait-il dire qu'elle est effectivement à côté de la plaque ?...

Lionel
Le 26/09/2012 à 14:18:37

Toujours à propos des informations interessantes de Feelbio sur cette centrale hybride (voir cidessous à 11h15) quand on clique sur le 2ièm lien (Paul Sabatier) ça affiche curieusement:ce nom n'existe pas dans "Wipédia" ! J'ai alors repris sur google:"Paul Sabatier" et Wikipedia affiche bien la description de ce chimiste (ouf!):Je le remets ici à tout hasard :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Sabatier  

un anonyme
Le 26/09/2012 à 12:32:17

Et l'hydrogène , il sort d'où?
Je m'explique : la quantité d'énergie qu'il faut dépenser pour fabriquer de l'hydrogène est elle réellement inférieure à la quantité d'énergie récupéréé par brulage du gaz final produit?
Les différentes étapes seraient
fabrication de l'hydrogène (électrolyse?)
fabrication du gaz
utilisation du gaz,
les 2 premières étapes demandent de l'énergie, la dernière en apporte, mais le bilan final est il positif? Cela n'a rien d'évident. On sait bien que d'après le principe d'entropie on perd de l'énergie à chaque transformation. C'est la question à se poser pour tout "moteur à hydrogène, de même qu'on doit se la poser au sujet des voitures électriques , soi disant non polluantes...mais comment a t on fabriqué l'électricité? avec de l'uranium? du charbon?

michelle
Le 26/09/2012 à 12:26:27

Cette première centrale hybride parait à première vue, interessante surtout pour stocker de l'énergie et donc la restituer au moment voulu, sauf que quand on lit le rapport complet produit par ENERTRAG lui même, on apprend qu'il faut, pour produire cette électricité stockable, un mélange d'hydrogène (30%)produit par l'electricité des éoliennes , mais aussi du Biogaz (70% minimum) ce qui fait peu d'hydrogène finalement !
"Gaz mixte composé de 70 % de biogaz au minimum et de 0-30 % d’hydrogène au maximum. Le rapport du mélange varie en fonction des besoins — une augmentation de la part du biogaz peut aller jusqu’à 100 %." Extrait du rapport : https://www.enertrag.com/download/prospekt/plaquette-centrale-hybrideAvril2012.pdf  

et ce biogaz... où le prennent-ils?

Cléa
Le 26/09/2012 à 12:19:25

Merci à Feelbio pour la très intéressante information + site donnée sur la centrale hybride. Pourquoi n'y pensons nous pas pour la France ??? Sommes nous moins compétents que les copains allemands ?
BonDieu, pour sortir du nucléaire il faut nous bouger et mettre des billes dans les filières renouvelables ! Quand allons nous le faire ?

Jonquille
Le 26/09/2012 à 12:17:58

Il est à craindre que-comme aux USA-l'exploitation des gaz de schiste ne soit la "bonne excuse" pour réduire la facture en pétrole + gaz naturel; ce qui pourrait amener les producteurs de "brendt" à baisser le coût du baril... Et puis,pour "couronner le tout",ça accompagnerait la sortie du nucléaire!! Et ça donnerait aussi un peu de temps pour finir la "mise au point" des réacteurs EPR,ITER...Enfin,ça créerait des emplois...(nucléaire + gaz de schiste)
On pourrait d'abord réfléchir à développer la filière "biomasse", qui conduirait à repenser intégralement la "filière bois" et utiliser les déchets de scierie en granulés dans les chaudières de co-génération,etc...
En métropole -au moins- il y a de très gros efforts à faire pour réduire la pollution atmosphèrique (particules) avant que les amendes de Bruxelles ne viennent nous "polluer la vie" pour manquement aux réglementations mises en place par Bruxelles... Mais on n'en est pas à un comble près...à Paris...

stoppeur
Le 26/09/2012 à 11:59:52

Point besoin de Gaz de Schistes, il suffit d'utiliser la Réaction de Sabatier, qui par catalyse du CO2 et de l'hydrogène permet d'obtenir du Gaz Naturel et de
l'Eau.
Je vous invite à visiter cette page internet :
- https://www.enertrag.com/fr/developpement-de-projet/la-centrale-hybride.html  
Cette centrale hybride est basé sur différents principes de mix énergétique renouvelable et utilisent la "Réaction de Sabatier" CO2 + 4H2 -> CH4 + 2H2O.(du non du chimiste Paul SABATIER, prix Nobel de Chimie en 1912, cf wikipédia :http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Sabatier),   afin de valoriser le CO2 issu de la Méthanisation (environ 50%)

C'est une première Mondiale et fonctionnelle.
De plus, cette filère CoHydrogène est novatrice et d'un haut niveau technologique, plutôt tendance énergie verte, elle transforme ce Gaz Naturel en Energie Renouvelable (Eh oui, faut pas se froisser Coco, mais c'est ainsi !)
Et Cerise sur le gâteau, en rapport à un sujet dont personne ne parle : la séquestration du CO2, puis son enfouissement sous pression (la décharge public est une tradition française) dans des zones dites sécurisées...Hummm !
Et alors, la Cerise ?
Du CO2 séquestré, 3 à 4 éoliennes de 50 métres, une pile à combustible et de l'eau (beaucoup moins que pour l'exploitation du Gaz de Schistes) et vous produisez de l'Hydrogène, puis du Méthane (CH4, Gaz Naturel)

Si l'ensemble ne représente pas un schéma de relance économique et technologique, territorial, social et environnemental, alors j'ai rien compris...
Mettons leur ça dans les dents, et nous verrons bien si les Gaz de Schistes font le poids ! Entre les risques et les coûts, il y a pas photo pour un industriel, le seul problème dans le fond, c'est leur Nihilisme, ou pire, leur ignorance...
FeelBio

FeelBio
Le 26/09/2012 à 11:15:26

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !