actualité écologie

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

OPÉRATION

Les 10 jours verts Transacteurs

La Terre vue depuis l’espace

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

victoire pour Gabriel Dufils

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Ne laissez pas vos appareils en veille

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : En avant pour l'eau publique à Est Ensemble !

Mise en ligne du 26/06/2012 au 03/04/2013

Grâce à une décision de justice, obtenue par la Coordination EAU Île-de-France, il est à nouveau possible de créer une régie publique de l'eau à Est Ensemble, la plus importante communauté d'agglomération de la région parisienne. Une chance à saisir!

Bilan de la cyberaction :

4400 participants

Présentation de la cyberaction :

Le tribunal administratif de Montreuil a annulé la délibération par laquelle la Communauté d’agglomération Est Ensemble (CAEE) * a demandé son adhésion au Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF) qui confie la gestion de l'eau à VEOLIA.

C’est une première victoire pour le mouvement citoyen, sans précédent, qui s’est développé à Est Ensemble depuis 2010.

Cette annulation constitue une seconde chance pour remettre à plat la gestion de l’eau à Est Ensemble et mettre en oeuvre une gestion publique comme s’y était engagée la CAEE, il y a deux ans. Le changement politique en cours au niveau national – avec plusieurs ministres qui sont retournés à une régie publique de l’eau dans leur collectivité – doit se retrouver sur le terrain à Est Ensemble.

C’est une question de justice sociale : la population d’Est Ensemble « bénéficie » d’un des tarifs les plus chers de France. Nous payons l’eau de 40 à 58 % plus cher que nos voisins parisiens. Ce scandale doit cesser ! 

C’est une question de santé publique : nous voulons une eau de meilleure qualité, sans sels d’aluminium, par exemple, à titre de précaution.

C’est une question de démocratie : la population doit être entendue.

* La CAEE regroupe Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-sec, Romainville et Pantin.

L'enjeu est considérable: avec ses 400 000 habitants, Est Ensemble représente 10% des usagers du SEDIF et donc, la sortie d'Est Ensemble du SEDIF aura des conséquences sur l'équilibre économique du contrat SEDIF-VEOLIA qui est le plus gros contrat de DSP pour l'eau en Europe.

La nouvelle donne à Est Ensemble où l'agglo ne revote pas l'adhésion au SEDIF mais s'oriente vers un dispositif provisoire, le temps de réaliser des études complémentaires, est significative de l'avancée de l'idée "eau bien commun" depuis le Forum alternatif mondial de l'eau qui s'est tenu en début d'année à Marseille.

C'est la raison pour laquelle, dans la continuité des actions déjà menées (1)

Nous vous invitons à participer à cette cyber @ction
Jean Claude Oliva Coordination Eau IDF
Alain Uguen Association Cyber @cteurs


(1) Faisons cesser le scandale du tarif de l’eau en Ile-de-France !
http://www.cyberacteurs.org/archives/archive.php?id=339  

La lettre qui a été envoyée :


La communauté d'agglomération Est Ensemble doit saisir la seconde chance de mettre en oeuvre une gestion publique de l'eau qui lui est offerte par le jugement du tribunal administratif de Montreuil.

Dans ce sens, nous exigeons maintenant :

-un nouveau dispositif provisoire établi avec le SEDIF, sans adhésion de la CAEE au SEDIF, le temps de réaliser l’étude de faisabilité et la mise en place d’une régie publique ;

-l’organisation d’une consultation citoyenne dans chaque commune de l’agglomération avant toute décision ;

-que les associations et les usagers fassent partie du comité de pilotage du nouvel audit et disposent en temps réel de toutes les informations.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

13 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

"Ce n'est qu'une des conséquences des dogmes du libéralisme lequel est un rideau de fumée pour une dictature de fait de la finance qui se paye sur la bête en la soumettant.

Une frange de politiciens (souvent élus !) est de fait au service des rentiers, acceptant un Système économique intenable (en crise perpétuelle privant les populations de touts choix stratégique) et favorisant les escroqueries.Je confirme.
" Les communes rurales et Communautés dont elles dépendent se sont "engoufrées" dans une Délégation Technique et de gestion Opératrice à La Lyonnaise et récemment Véolia, alors que d'autres Municipalités et Communautés Urbaines échaudées par "un service non rendu" et des Abus FACTURES constatés, sont revenues à une GESTION EN REGIE AUTONOME.(Bretagne, Communauté U.BORDEAUX etc..) La dérèglementation des services dictée par le marché n'est pas inéluctable.. L'eau est un bien public indispensable à la vie..il en va de même pour l'énergie, pour lesquels l'Etat et Communes donc les Citoyens, ont fait de gros efforts d'investissements sur 30 ans, 50 ans, et ceci sur tout le territoire...Il est de notre devoir de nous informer et défendre encore l'essentiel.

Aline MEYRE
Le 09/10/2012 à 00:03:31

Véolia s'étend de plus en plus à tous les domaines.Très insidieusement... Il faut mettre à nouveau la distribution de l'eau sous le contrôle public. Plus de cotation en bourse de ce qui est la base de notre vie :L'EAU. Tout est bon pour gonfler la facture d'eau : Voilà deux ans, ici (et ailleurs sans doute), un contrôle GRATUIT de l'état des assainissements individuels a été effectué. BRAVO!!!! Maintenant, ce contrôle sera effectué tous les cinq ans pour 12 euros (par an? par mois???) J'ai écrit pour refuser ce contrôle (et ce paiement) qui aurait été fait dès cette année... donc 2ans seulement après le premier. ET non au contrôle payant. J'attends une réponse de Véolia.
CYBERACTEURS organiseriez-vous encore une pétition pour : L'EAU PUBLIQUE POUR TOUS.?
Joséphine Traineau-Hô Guenrouët 4456O
((J'ajoute : "ras le bol des signatures et commentaires anonymes : cela conforte nos dirigeants dans le sentiment que LA FRANCE d'EN BAS est LÂCHE))

Joséphine Traineau-Hô
Le 16/07/2012 à 15:52:30

a bagnolet l'eau froide est à 5€ alors je peux vous dire l'eau chaude est à 12€ c'est bien du champagne?

sissi
Le 01/07/2012 à 22:56:49

Le problème de fonds n'est pas le prix comme évoqué mais un effet prévu et choisi par des institutions soumises.

L'eau peut couter cher suivant les situations.
Ce qui dérange est l'absence de contrôle (pire son illusion institutionnelle) de ce bien public par les populations. Laisser au privé opaque et irresponsable la gestion d'un bien public est par essence une escroquerie.
Ce n'est qu'une des conséquences des dogmes du libéralisme lequel est un rideau de fumée pour une dictature de fait de la finance qui se paye sur la bête en la soumettant.

Une frange de politiciens (souvent élus !) est de fait au service des rentiers, acceptant un Système économique intenable (en crise perpétuelle privant les populations de touts choix stratégique) et favorisant les escroqueries. Cela fait des siècles que cette situation perdure malgré des révolutions et des discours de propagande félonne.

vers-de-terre
Le 30/06/2012 à 11:10:18

Dans Politis du 28 juin:

Le SEDIF à Sec

"Après un procès invalidant la décision de la communauté d'agglomération Est Ensemble (Est parisien, 400 000 habitants) de déléguer au privé, en l'occurence au Syndicat des eaux d'Île-de-France (Sedif), la gestion de l'eau La Coordination Eau Île-de-France a enregistré une seconde victoire. Le socialiste Bertrand Kern, président de l'agglo, a indiqué vouloir se donner le temps de la réflexion. Plus question donc d'une nouvelle délibération en faveur du Sedif. Le tribunal administratif de Montreuil avait sanctionné le 31 mai les conditions dans lesquelles s'était déroulé le vote du conseil d'agglomération du 30 novembre 2010, en s'appuyant sur des témoignages, dont celui publié sur un blog de Politis. Une convention provisoire est envisagée avec le Sedif jusqu'à fin 2013. La Coordination propose d'étudier la création d'une régie publique de l'eau.

JC Oliva
Le 29/06/2012 à 15:05:22

IL est vrai que j'ai constaté une forte augmentation de ma facture d'eau depuis quelques années, mais je n'avais pas pris la peine de me renseigner. Il y a en marre de ces sociétés qui profitent de la délégation de notre service public. Réagissons.
Fati

Fati
Le 28/06/2012 à 15:12:15

mon corps est composé à plus de 70% d'eau, privatiser l'eau c'est vendre nos corps!

julia
Le 27/06/2012 à 19:48:35

la gestion de biens communs par une société privée est une aberration, qu'il est temps de remettre en cause ... par des actions comme celle ci. Bravo

cecile
Le 27/06/2012 à 16:42:23

L'accès à l'"eau courante" potable a donné un permis de polluer illimité tant aux particuliers qu'aux entreprises... Et puisque l'eau est un bien de consommation courante,faut-il s'étonner des dérives dont l'eau fait l'objet...?

stoppeur
Le 27/06/2012 à 11:18:40

Pourquoi est-ce si cher avec VEOLIA?

Remarquons tout d'abord que c'est une phénomène général: la gestion déléguée est dans la plupart des cas plus chère que la gestion en régie car il faut bien réaliser des bénéfices et verser des dividendes aux actionnaires.

Le contrat SEDIF VEOLIA est un cas extrême. Il avait été épinglé par les études de l'UFC Que Choisir en 2008-2009 pour une surfacturation record: l'association de consommateurs considérait alors que 60% du prix ne trouvait pas de justification! C'est à mettre en relation avec les liens quasi fusionnels entre le SEDIF et VEOLIA: à l'époque, s'achevait le 2e contrat d'une durée de 39 ans, après un premier contrat de même durée!

Oliva
Le 27/06/2012 à 11:08:11

Dans Le Parisien le 27.06.2012

L’agglo ne réadhère pas au Syndicat des eaux

julien duffé

La nouvelle a ravi les partisans d’une gestion publique de l’eau pour laquelle les habitants des neuf villes d’Est Ensemble* payent l’eau « 40% à 58% plus cher que nos voisins parisiens ». Le conseil communautaire de l’agglomération, qui s’est tenu hier soir à Romainville, a décidé de ne pas délibérer sur la réadhésion au puissant Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) qui délègue sa gestion à l’opérateur privé Veolia Fin mai, le tribunal administratif de Montreuil avait annulé la délibération d’adhésion au Sedif votée le 30 novembre 2010 au palais des fêtes de Romainville, au terme d’une soirée très mouvementée. Motif : l’impossibilité pour plusieurs personnes, refoulées par des vigiles, d’assister au vote. Une entorse au « principe de publicité des débats », selon le juge.

Trois scénarios examinés

L’agglomération a finalement décidé de jouer l’apaisement. « Nous travaillons à une convention provisoire avec le fournisseur d’eau sur la base d’une jurisprudence du Conseil d’Etat, explique-t-on au cabinet du président (PS) de l’agglo, Bertrand Kern. Réadhérer aurait provoqué des débats interminables au sein du conseil. Sans compter que cela nous laisse du temps pour mener les études, dont les conclusions seront rendues en avril 2013. » Trois scénarios sont examinés : la création d’une régie publique en propre, la constitution d’une régie métropolitaine avec Eau de Paris ou la réadhésion au Sedif. L’agglomération a néanmoins fait appel de la décision du tribunal. « On fait appel sur le principe, car nous estimons que le président n’a pas abusé de ses pouvoirs de police, souligne le cabinet. Tout le public n’a pu rentrer à cause de la jauge de la salle et ceux qui sont restés dehors étaient très remontés et avaient la volonté de perturber les débats. » La coordination Eau Ile-de-France, l’association à l’origine du recours devant le tribunal administratif, n’est pas inquiète. « Nous sommes assez tranquilles, car cet appel va prendre au moins un an et d’ici là les études devraient être bouclées, souligne son président Jean-Claude Oliva. Nous demandons que la convention provisoire court au moins jusqu’à fin 2013, que les habitants soient consultés et que nous soyons associés aux études. » Bien décidée à ne pas laisser passer l’opportunité, l’association vient de lancer une pétition en ce sens soutenue par de nombreux partis locaux et associations : EELV, Fase, NPA, Parti de gauche, les Alternatifs, la Ligue des droits de l’homme…

* Bagnolet, Bobigny, Bondy, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Le Pré et Romainville.

Oliva
Le 27/06/2012 à 10:56:44

Cet exemple devrait montrer la voie partout où Véolia a fait main basse sur l'eau, y compris dans les communes de gauche ! si c'est possible à Paris, c'est sûrement possible ailleurs.

Michèle
Le 27/06/2012 à 08:56:53

Pouvez vous expliquer comment Véolia justifie ses tarifs tellement supérieurs à ceux de vos voisins ??? il doit bien y avoir des raisons !!

claire
Le 27/06/2012 à 08:04:54

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !