actualité écologie

22 V'là les acteurs des transitions

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

météo

2024 année délicate

Les amis des 150

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

2023 l'année des droits

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Ne laissez pas vos appareils en veille

vacances de votre animateur

SPAM etc...

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Contre la loi d’accélération du nucléaire

Mise en ligne du 15/03/2023 au 18/05/2023

Depuis le lundi 13 mars commence l’examen du projet de loi du gouvernement sur l’accélération du nucléaire, qui vise à accélérer la construction de nouvelles installations nucléaires à proximité de sites nucléaires existants et à prolonger le fonctionnement des installations existantes.

Bilan de la cyberaction :

1112 participants

Energies : le Parlement adopte définitivement la loi de relance de la filière nucléaire
https://www.francetvinfo.fr/societe/nucleaire/energies-le-parlement-adopte-definitivement-la-loi-de-relance-de-la-filiere-nucleaire_5828030.html  

Présentation de la cyberaction :

Ce projet cherche à entériner une relance à marche forcée du nucléaire tout en dégradant la sûreté, le droit de l’environnement, la participation du public et en criminalisant encore plus les militant.e.s écologistes.

Faites savoir à vos parlementaires que vous vous opposez fermement à l’adoption de ce texte de loi dangereux pour la démocratie et l’écologie !

Pour cela vous pouvez :
Interpeller votre député·e sur les réseaux sociaux avec ce message à personnaliser :
@nomducompte, je vous écris pour manifester mon opposition catégorique au PJL d’accélération du #nucléaire, une énergie inadaptée face à l’urgence climatique. Je vous demande de voter contre ce texte dangereux pour l’écologie et la démocratie. #stoprelance

Interpeller votre député.e par mail avec ce message à personnaliser :
Madame la Députée/Monsieur le Député,

Un projet de loi visant à accélérer la construction de nouvelles installations nucléaires à proximité de sites nucléaires existants et à prolonger le fonctionnement des installations existantes est présenté lundi 13 mars 2023 à l’Assemblée Nationale.

Ce projet de loi, porté par le gouvernement, tente d’acter la relance du nucléaire à marche forcée, alors même que les conclusions du Débat Public sur la relance du nucléaire n’ont pas été remises par la Commission Nationale du Débat Public. Il s’agit, qui plus est, d’une loi inutile car les délais administratifs ne sont pas responsables des retards dans la filière.

Les gains de temps escomptés dans le projet de loi ne seraient que de quelques mois, et se feraient au détriment du droit de l’environnement, du droit à la participation du public et au prix d’une criminalisation des militant·es écologistes.

Dangereuse, chère, polluante, inadaptée face à l’urgence climatique, l’énergie nucléaire n’est pas une solution, mais une impasse totale qui empêche de nous projeter dans un avenir énergétique sobre, sûr et résilient.

Vous remerciant par avance de prendre en considération cette exigence citoyenne en votant contre ce projet de loi dangereux, je vous prie d’agréer, Madame la Députée/Monsieur le Député, l’expression de mes salutations respectueuses.

Merci pour votre participation à cette action !

L’équipe du Réseau "Sortir du nucléaire"

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur,

La relance du nucléaire a lieu à marche forcée, alors même que les conclusions du Débat Public sur la relance du nucléaire n’ont pas été remises par la CNDP.

Dangereuse, chère, polluante, inadaptée face à l’urgence climatique, l’énergie nucléaire est une impasse totale qui empêche de nous projeter dans un avenir énergétique sobre, sûr et résilient.

Dans l'attente d'un vote contre ce projet, je vous prie de croire en ma vigilance sur vos votes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

16 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Communiqué de presse commun Réseau "Sortir du nucléaire" et Greenpeace France - 15 mai 2023
Projet de loi d’accélération du nucléaire : fin de parcours législatif pour une loi hors-sol
Alors que le projet de loi d’accélération du nucléaire arrive demain à l’Assemblée nationale pour un ultime vote des député·es, le Réseau "Sortir du nucléaire" et Greenpeace France dénoncent le passage en force du gouvernement sur un projet de relance du nucléaire hors-sol face aux impératifs climatiques auxquels il prétend répondre.

Une loi de relance du fiasco nucléaire qui dit enfin son nom

"Ce texte n’est pas un texte de programmation énergétique", affirmait Agnès Pannier-Runacher au Sénat en janvier dernier [1]. Or, c’est pourtant ce qui sera voté demain à l’Assemblée nationale. Dans sa version finale, la loi élimine tous les garde-fous qui permettent actuellement de limiter la production d’électricité nucléaire. Elle supprime le plafond de production d’électricité nucléaire à 63,2 GW et l’objectif de réduction à 50% de la part de nucléaire dans le mix électrique total.

Elle prévoit également de retirer l’objectif de fermeture de 14 réacteurs nucléaires de la future Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE), et de fixer un objectif de construction d’EPR2 lors de la Loi de Programmation Énergie Climat (LPEC), sabotant au passage tout débat démocratique [2] et court-circuitant l’agenda législatif initialement prévu.

Le gouvernement met donc la charrue avant les bœufs et acte une relance à marche forcée sans avoir de scénario clair sur lequel baser la planification énergétique du pays, ni d’objectifs précis en termes de sobriété et d’efficacité énergétique. Un manquement majeur déploré par la CNDP dans ses conclusions au débat public sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires [3].
Une loi en déconnexion totale avec les impératifs écologiques et climatiques

Brandie au nom de l’urgence climatique, cette loi relève au contraire de la procrastination climatique. D’après le GIEC, il nous faut impérativement réduire de moitié nos émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici 2030 [4]. Une urgence à laquelle aucun nouveau réacteur ne peut répondre au vu des délais de fabrication de ceux-ci entre 15 et 20 ans. L’échéance de la mise en service d’un premier réacteur nucléaire en 2036, répétée tel un mantra par le gouvernement, est déjà hors-sujet quant aux enjeux climatiques, ne repose sur aucun fondement et ne cesse d’être contredite. Un rapport interne datant d’octobre 2021 table plutôt sur 2040 [5]. La décision de l’ASN datant du 27 avril dernier de proroger d’un an supplémentaire le délai d’instruction du dossier de demande de mise en service de l’EPR de Flamanville n’est qu’une illustration de plus de ce fiasco industriel [6]. La filière nucléaire a déjà du mal à maintenir son parc actuel à flot et ne parvient pas à endiguer le phénomène de corrosion sous contraintes voire à l'appréhender dans sa complexité.

En attendant, c’est autant d’argent qui n’est pas investi dans le développement des énergies renouvelables et les économies d’énergie et c’est autant de retard pris sur l’agenda climatique et la baisse concrète et rapide des émissions de gaz à effet de serre.

"Ce gouvernement ne se cache plus de vouloir éliminer tout caillou qui pourrait aller contre sa décision unilatérale de relance du nucléaire. Le texte de loi final laisse la porte ouverte à une fusion ultérieure de l’IRSN et de l’ASN et met en danger la sûreté nucléaire. Cette loi est une opération de diversion pour imposer le nucléaire comme un incontournable, alors que la lenteur de construction des réacteurs nucléaires est le premier élément d’une longue liste qui disqualifie complètement cette énergie comme solution face à l’urgence climatique. Regarder ailleurs pendant que la maison brûle, c’est exactement ce que ce gouvernement est en train de faire", déclare Pauline Boyer, chargée de campagne Transition énergétique à Greenpeace France.

"Alors que la France est déjà exposée à une sécheresse pire que celle de l’année dernière, la relance du nucléaire pose clairement la question des conflits d’usage de l’eau en cours et à venir. La filière nécessite 15,3 milliards de m3 d’eau douce par an pour refroidir ses réacteurs. Une partie s’évapore. Une grande majorité est rejetée dans les cours d’eau mais réchauffée et polluée, impactant ainsi la biodiversité. Le nucléaire n’est pas écologique et ne peut donc pas être considéré comme une énergie d’avenir", d’après Mathilde Damecour, chargée de campagne au Réseau "Sortir du nucléaire".



Notes :

[1]https://www.vie-publique.fr/discours/287890-agnes-pannier-runacher-17012023-energie-nucleaire  
[2]https://www.sortirdunucleaire.org/Debat-public-sur-le-nucleaire-le-Reseau-Sortir-du  
[3]https://www.debatpublic.fr/nouveaux-reacteurs-nucleaires-et-projet-penly/les-enseignements-du-debat-4131#scrollNav-1  
[4]https://www.greenpeace.org/belgium/fr/communique-de-presse/51955/le-nouveau-rapport-du-giec-est-sans-appel-nous-pouvons-et-nous-devons-reduire-nos-emissions-de-moitie-dici-2030/  
[5]https://www.contexte.com/article/energie/info-contexte-nucleaire-pas-encore-lances-les-futurs-epr-deja-en-retard-et-plus-chers_140631.html?utm_medium=journal&utm_source=lien&utm_campaign=partage  
[6]https://www.asn.fr/l-asn-reglemente/bulletin-officiel-de-l-asn/installations-nucleaires/decisions-individuelles/decision-n-codep-dcn-2023-025337-du-president-de-l-asn-du-27-avril-2023  

Alain UGUEN
Le 15/05/2023 à 15:25:56

Le nucléaire est dangereux, non-éthique, écocidaire et climaticide.
Toute importation d'énergie d'énergie dans un système augmente son niveau d'énergie. Le système biosphère contenant de l'eau, cette augmentation de niveau d'énergie se traduit par une augmentation de la rétention d'eau-ges dans la troposphère, par delà les cycles de l'eau, qui s'ajoute aux augmentations de GES produits par combustion, fermentation... qui occasionnent une augmentation de l'absorption radiative solaire et terrestre. Le flux solaire étant en facteur de cette somme d'augmentations d'éléments intervenant dans l'effet de serre, celui-ci agit comme une processus amplificateur. Le résultat de cette amplification est régulé par les cycles de l'eau, qui transforment l'énergie thermique en énergie mécanique, dans certaines limites... La permanence de nos importations et consommation d'énergie induit une augmentation permanente de l'eau-ges, et de GES, et donc une augmentation de l'effet de serre, que les cycles de l'eau infléchissent... Mais lorsque la flore meurt, l'évapotranspiration diminue, et le réchauffement global s'accélère.
Le nucléaire ne nous sauvera pas du réchauffement, il y contribue.
Il faut sortir du nucléaire et des énergies, sans recourir à la géothermie, et en albédo-compensant le solaire. Il faut donc aussi sortir de l'élevage carniste, plus climaticide que le transport mondial, et le remplacer par un élevage synergie....

Daniel LAMBEAUX
Le 26/04/2023 à 22:21:11

Je n'associe aux commentaires "Les MENSONGES de Jean-Marc JANCOVICI
Imposteur du CLIMAT et lobbyiste du NUCLÉAIRE"
les passages de sa BD didactique sont drôles de la part d'un "ingé pragmatique", mais consternant pour ceux qui comprennent l'urgence de stopper les impasses. La manipulation et le verbiage pseudo scientifique ou les chiffres parlent, compose son discourt. Je choisis mon indicateur, je mets en scène et diffuse largement aux médias
http://www.observatoire-du-nucleaire.org/IMG/pdf/les_mensonges_de_jancovici.pdf  

rodolphe bonnet
Le 24/04/2023 à 18:02:59

Le nucléaire victime du changement climatique
https://www.blast-info.fr/articles/2023/le-nucleaire-victime-du-changement-climatique-xaVlZZU0RoW28QpsfcG6kQ  

Alain UGUEN
Le 13/04/2023 à 10:25:10

Bâtir des EPR en bord de fleuve serait « irresponsable »
https://www.montelnews.com/fr/news/1477408/bâtir-des-epr-en-bord-de-fleuve-serait-«-irresponsable-»  

Alain UGUEN
Le 13/04/2023 à 10:24:20

L’Allemagne fait ses adieux définitifs au nucléaire
https://www.goodplanet.info/2023/04/11/lallemagne-fait-ses-adieux-definitifs-au-nucleaire/?idU=1  

Alain UGUEN
Le 13/04/2023 à 10:23:02

En plus des nombreux problèmes techniques liées à la fabrication et à la maintenance des centrales nucléaires, qui montrent l'inflation de leur coût et nos limites technologiques, quelle garantie d'approvisionnement en combustible avons nous ? Ne risquons-nous pas de remplacer notre dépendance aux énergies fossiles par une dépendance encore plus forte ?

La seule solution passe par Négawatt : sobriété, énergies renouvelables (le soleil est notre seule source d'énergie pérenne) et efficacité énergétique.

Jean-Luc DUFLOT
Le 27/03/2023 à 12:08:34

Bonjour à tous.
On oublie de dire qu'une centrale nucléaire est une centrale thermique: C'est à dire une centrale qui certes ne brûle pas de gaz ou de fioul, mais utilise la chaleur de la réaction nucléaire pour chauffer de l'eau à 700 degrés, sous haute pression. Cette vapeur actionne des turbines puis doit être relâchée dans la nature. Les vapeurs sont alors évacuées dans l'atmosphère, après passage dans les tours "échangeuses thermiques" toujours faussement appelées tours de refroidissement. En effet, la chaleur de la vapeur est transmise à l'eau pompée dans les rivières proches ou dans la nappe phréatique avant que l'une (la vapeur gaz à effet de serre) ne soit rejetée dans l'atmosphère, tandis que l'autre (l'eau de refroidissement réchauffée de quelques degrés) ne soit rejetée dans les rivières et donc les océans. Le climat nous remercie, les algues, les poissons et les pêcheurs aussi.
J'oubliais de rappeler que cette vapeur correspond à 40% de l'eau que la France consomme, que la construction du réacteur 3 de Flamanville permettrait d'obtenir un rendement de 37,8% contre 34,7% pour les réacteurs classiques 1 et 2.Un tel budget pour si peu de progrès! Et je ne parle pas du béton (plus de 500 000 mètres cubes) sans compter la digue de 950 mètres et la jetée de 300 mètres qui peut-être ne concerneront pas les autres sites.

JACQUES JOS
Le 26/03/2023 à 18:52:31

Heureusement que les lanceurs d’alerte, les gars de Greenpeace et autres funambules s’agitent le long de tours de refroidissement sinon personne ne ferait attention deux secondes pour prendre la température des centrales.
Le diabolique qui veut ses petits EPR est lancé: il en veut partout à n’importe quel prix pour pouvoir ensevelir les déchets avec sa petite pelle de plage et faire des bras d’honneur façon Moretti aux anti-uranium.
Des milliards à mettre dans les fissures et les conduites mal goupillées, cela ne décoiffe pas ses rouflaquettes.
Encore du béton, des pénuries d’eau et des fâcheries de réacteurs qu’il ne saura pas modérer.
Merci à Réseau pour le nucléaire et tous les autres.

Colette Nusbaum Vallet
Le 23/03/2023 à 11:36:30

La fusion nucléaire, c'est obsolète d'autant plus que les ressources en uranium sont très limitées; il faut plus de 10 ans pour construire de nouveaux réacteurs; trop long par rapport au réchauffement climatique; trop énergivore donc émetteur de GES (béton, fer, etc ...); trop dépendant du climat (exemple manque d'eau: arrêt réacteur, trop d'eau risque inondation et panne de refroidissement, ....

Christian Rozé
Le 22/03/2023 à 15:57:17

Une fois de plus on signe
pour demander l 'impossible :
un regime social democratique.

Lassants cette dictature
il faudrait en finir

jean
Le 18/03/2023 à 12:02:00

Le plus important c’est la sécurité et aucune installation n’est à l’abri, tôt ou tard, d’une défaillance entrainant une catastrophe environnementale et humaine ! Toute personne ayant privilégiée le nucléaire sera considérée comme responsable !

Francis Gaugain
Le 17/03/2023 à 19:05:48

AU FOU!

michèle POZZO
Le 17/03/2023 à 17:42:57

Nucléaire, puit sans fonds des impôts citoyens, braqueur des fonds publics sans aucun limite

Pierre MOREAU
Le 17/03/2023 à 14:24:11

Les MENSONGES de Jean-Marc JANCOVICI
Imposteur du CLIMAT et lobbyiste du NUCLEAIRE
http://www.observatoire-du-nucleaire.org/IMG/pdf/les_mensonges_de_jancovici.pdf  

Alain UGUEN
Le 16/03/2023 à 09:16:56

Démocratie, sûreté… Pourquoi la loi sur le nucléaire pose problème
https://reporterre.net/Democratie-surete-Pourquoi-la-loi-sur-le-nucleaire-pose-probleme  

Alain UGUEN
Le 16/03/2023 à 09:14:08

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !