actualité écologie

météo

Ne laissez pas vos appareils en veille

vacances de votre animateur

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Journal des Bonnes Nouvelles

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

SPAM etc...

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

AG Cyberacteurs

2023 l'année des droits

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

22 V'là les acteurs des transitions

Les amis des 150

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

2024 année délicate

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Chlordécone : légiférer sans tarder pour que la prescription ne protège plus les pollueurs

Mise en ligne du 04/05/2022 au 08/02/2023

Dans une tribune publiée par franceinfo, les signataires dénoncent "une injustice" alors que dans l'enquête sur le scandale du chlordécone, la justice se dirige vers un non-lieu. Au-delà de ce pesticide largement utilisé aux Antilles, ils appellent les élus et le président de la République à une réforme du régime de la prescription.

Bilan de la cyberaction :

1914 participants

Même s’ils reconnaissent un scandale sanitaire et environnemental, les juges d’instruction ont refusé de renvoyer les coupables devant un tribunal correctionnel. La faute, selon eux, à des règles de droit contraignantes, notamment en matière de prescription.
https://www.alternatives-economiques.fr/affaire-chlordecone-apres-non-lieu/00105859  

Le comité local du plan chlordécone passe en revue les risques liés à l'exposition de la population au pesticide
https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/le-comite-local-du-plan-chlordecone-passe-en-revue-les-risques-lies-a-l-exposition-de-la-population-au-pesticide-1359094.html  

Présentation de la cyberaction :

Contenu de La Tribune
Les juges d'instruction du pôle santé publique du tribunal judiciaire de Paris ont prononcé le 25 mars la fin des investigations dans l'enquête sur l'empoisonnement des Antilles au chlordécone. En 2006, plusieurs associations martiniquaises et guadeloupéenne avaient déposé plainte pour empoisonnement, mise en danger de la vie d'autrui et administration de substance nuisible. Ce dossier pourrait donc se clore sans mise en examen, par un non-lieu, les faits étant dans leur grande majorité prescrits. Dans une tribune publiée par franceinfo, mercredi 26 avril, les signataires d'une pétition en ligne dénoncent "une enquête complaisante avec les industriels et les grandes familles de la banane" et contestent la définition actuelle de la prescription. A l'approche des élections légilsatives, ils appellent à "légiférer sans tarder" pour fixer "le point de départ de la prescription au jour où la pollution a cessé".

Trop souvent, les pollueurs profitent du délai de prescription pour échapper à toute poursuite judiciaire. C’est ce qui pourrait arriver prochainement dans le scandale du chlordecone. Cette injustice doit cesser. Dans la perspective des élections législatives, la société civile se mobilise et soumet au débat et au travail coopératif une réforme du régime de la prescription pénale en matière de pollution.

Le 25 mars 2022, après plus de quinze ans de procédures, les juges d’instruction du pôle santé publique de Paris ont fait savoir qu’ils avaient achevé leur enquête. D’après eux, personne ne devrait être renvoyé devant le tribunal car les infractions seraient prescrites.

Comme cela est-il possible ?


Tout d’abord, il convient de rappeler ce qu’est le chlordecone. Puissant pesticide destiné à éradiquer le charançon de la banane, cet organochloré est connu, depuis 1968, pour être particulièrement dangereux et rémanent. En raison de sa structure chimique, il est difficile à éliminer, au point que l’on considère aujourd’hui que la pollution durera plusieurs … siècles !

Outre son efficacité biocide, le chlordécone est connu pour être bio-accumulatif, c’est-à-dire que les micro-doses qui s’accumulent dans le corps peuvent au fil du temps devenir toxiques pour la santé humaine. Ce pesticide est un perturbateur endocrinien et cancérigène. Il affecte aujourd’hui 92% de la population antillaise, sans distinction d’âge, de sexe ou de situation sociale.
Interdit aux Etats-Unis dès 1975 après la découverte des rejets de la seule usine de fabrication située à Hopewell (Virginie), il a fallu attendre 1990 pour qu’il le soit en France. Et encore, les industriels et propriétaires terriens avec la complicité de l’Etat se sont employés à "fabriquer de l’ignorance". En laissant croire que ce n’était pas si grave, ils ont même obtenu une dérogation permettant l’usage de ce poison jusqu’en 1993.

Ainsi, malgré la gravité de la pollution et la reconnaissance scientifique de son caractère cancérigène par l’OMS depuis 1979, il a fallu attendre 2004 pour que les pouvoirs publics commencent à mettre en place de timides mesures d’accompagnement, loin de répondre aux attentes des populations. On est loin de la politique volontariste du gouverneur de Virginie, qui prit des décisions courageuses dans le mois de la découverte de la pollution d’Hopewell.

"Une guérilla procédurale" et "une enquête complaisante"

En 2006, plusieurs associations environnementales et des citoyens éveillés saisissent la justice. Mais cette dernière préfère mener une guérilla procédurale pour refuser d’enquêter. Dix ans perdus parce que le Ministère public refuse de voir la réalité en face et conteste jusque devant la Cour de cassation la recevabilité de la plainte. Et à présent, après quelques années d’une enquête complaisante avec les industriels et les grandes familles de la banane, le parquet vient nous expliquer qu’il y a prescription.

On comprend l’émoi qu’une telle position, si elle était définitivement confirmée par la justice, susciterait localement. Mais, au-delà de la situation aux Antilles, le délai de prescription risque d’être utilisé pour défendre les intérêts d’autres industriels, y compris dans l’Hexagone. Il est donc urgent d’agir et une solution existe.

Pourquoi modifier le régime de la prescription en matière de pollution environnementale ? Tout simplement pour le mettre en adéquation avec la réalité. Pour certaines substances toxiques, le corps humain, lui, ne peut pas éliminer ces toxines ou après une longue période.

En matière de prescription, la loi peut modifier deux paramètres, soit la durée, soit le point de départ de la prescription. La solution proposée consiste à créer un mode particulier de calcul de la prescription, dès lors que l’infraction poursuivie résulte d’une pollution des sols, de l’air ou de l’eau. En l’état actuel du droit, le point de départ est fixé au jour de la pollution sans qu’il soit toujours possible de déterminer avec précision la date exacte de son commencement.
Nous pensons au contraire qu’il faut décaler le point de départ de la prescription au jour où la pollution a cessé. Cela aurait pour conséquence de motiver le pollueur à agir au plus vite et à ne pas laisser le mal se répandre.

Le poids des lobbys industriels a empêché, à ce jour, une telle évolution. Mais le scandale du chlordécone aux Antilles et plus généralement la prise de conscience de l’opinion publique française en matière de rejet toxique des pesticides impliquent de légiférer sans tarder. C’est pourquoi, les auteurs de cette tribune lancent un appel aux élus locaux, aux parlementaires et au président de la République pour qu’une réforme du régime de la prescription soit adoptée dès le début de la prochaine législature.

Au-delà c’est l’ensemble de la société qui doit se mettre en mouvement pour lutter contre les goliaths de l’industrie des pesticides.

https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/tribune-chlordecone-un-appel-a-legiferer-sans-tarder-pour-que-la-prescription-ne-protege-plus-les-pollueurs_5079946.html  

Scandale du chlordécone : aux Antilles, « le parcours du combattant » des malades
https://reporterre.net/Scandale-du-chlordecone-aux-Antilles-le-parcours-du-combattant-des-malades  

Chlordécone aux Antilles : fin des investigations, pas de mise en examen
https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/chlordecone-aux-antilles-fin-des-investigations-pas-de-mise-en-examen_5063689.html  

Chlordécone aux Antilles : deux plaintes d’associations jugées irrecevables
https://reporterre.net/Chlordecone-aux-Antilles-deux-plaintes-d-associations-jugees-irrecevables  

Chlordécone : le cancer de la prostate bientôt reconnu comme maladie professionnelle
https://www.linfodurable.fr/sante/chlordecone-le-cancer-de-la-prostate-bientot-reconnu-comme-maladie-professionnelle-29774  

Guadeloupe : vivre avec le chlordécone
https://www.franceculture.fr/emissions/grand-reportage/guadeloupe-vivre-avec-le-chlordecone#:~:text=Le%20chlord%C3%A9cone%20est%20responsable%20d,scandale%20sanitaire%20est%20peu%20connu  

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur,
Je soutiens les associations antillaises qui ont déposé plainte pour empoisonnement, mise en danger de la vie d'autrui et contestent la définition actuelle de la prescription. Comme elles, j'appelle à légiférer sans tarde pour fixer "le point de départ de la prescription au jour où la pollution a cessé".
Veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

17 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


SCANDALE D'ETAT.STOP.

sophie ROY-VAPILLON
Le 03/04/2023 à 12:10:53

Scandale du Chlordécone : une proposition de loi sur le pesticide votée par l'Assemblée de Martinique
https://www.lejdd.fr/politique/scandale-du-chlordecone-une-proposition-de-loi-sur-le-pesticide-votee-par-lassemblee-de-martinique-134006  

Alain UGUEN
Le 02/04/2023 à 08:33:56

Notre justice Française est nulle, refuse de prendre ses responsabilités, nie la vérité et ensuite veut garder ses prérogatives de "JUSTICE" ce qui est un véritable scandale pour les natifs de ses iles. Il faut assumer les fautes des gouvernements successifs, qui n'ont pas pris en compte les mises en garde ! Il faut que soit juger équitablement cette affaire, et ne pas se voiler la face - comme d'habitude dès que quelques points délicats sont découverts ! Honte à la soi-disant justice ! J'espère que cette affaire deviendra positive rapidement, et les habitants, soignés comme il se doit !

Berthine
Le 10/01/2023 à 08:22:23

- "Longue vie aux malfrats" chantent les magistrats.
- "Heureux soient les contamineurs", la République Bananière (pardonnez l'image) vous est reconnaissante !
Des esprits chagrins pourraient voir là collusion entre d'honnêtes citoyens investis par le peuple pour le représenter et d'autres citoyens investis de la fonction de juges supposés juger les méfaits des premiers… que nenni !
Comme toujours, maudits soient les complotistes à l'affût du premier non-lieu venu.

Jean-Louis Lemoigne
Le 10/01/2023 à 00:12:13

Un non lieu ! Mais de qui se moque t on ?

Jean-Michel Sampay
Le 09/01/2023 à 18:34:10

Ma nouvelle adresse : michel.gueritte@dial.oleane.com.  

Je viens de découvrir qu’une fratrie (7 frères et sœurs) sont victimes du chlordécone : ils sont tous handicapés mentaux à différents stades, mais sont "non encore reconnus", et donc non pris en charge par la Société.

L’un d’eux habite maintenant dans l’Aube, à Soulaines, donc à 4 000 mètres de la plus grande poubelle nucléaire du Monde. (c’est le hasard, mais ce n’est pas le meilleur choix).

je vais tout faire pour lancer un BUZZ sur ce fait que pour la chlordécone, la justice reconnaît un « scandale sanitaire » mais prononce un non-lieu !

A suivre

Michel GUERITTE - 06 71 06 81 17

Michel GUERITTE
Le 09/01/2023 à 14:32:55

Chlordécone aux Antilles: la justice reconnaît un "scandale sanitaire" mais prononce un non-lieu
https://www.goodplanet.info/2023/01/06/chlordecone-aux-antilles-la-justice-reconnait-un-scandale-sanitaire-mais-prononce-un-non-lieu/?idU=1  

Alain UGUEN
Le 08/01/2023 à 09:50:52

Le non-lieu serait une insulte, le prévoir l'est déjà, à une population entière d'un département national... et pas seulement, à la terre, à l'eau douce et à la mer aussi, puisque tout est pourri. Prescrits les gens qui meurent de cancer? Prescrites les femmes qui n'ayant pas de prostate ne sont pas remboursées des leurs? Prescrite la terre? L'eau? La mer? Prescrits les enfants à venir qui auront eux aussi cet héritage terrible, comme si celui de l'esclavage ne suffisait pas? Honte à la France et à sa "justice", si elle fait ça. Je suis française, mais ce non-lieu ne me représente pas. Solidarité avec les Antilles.

Odile Bouchet
Le 30/11/2022 à 12:29:31

Affaire du chlordécone aux Antilles : le non-lieu requis par le parquet de Paris passe mal
https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/affaire-du-chlordecone-aux-antilles-le-non-lieu-requis-par-le-parquet-de-paris-passe-mal_5503989.html  

Alain UGUEN
Le 30/11/2022 à 08:59:54

Chlordecone top au déni de justice
https://generationecologie.fr/2022/11/28/empoisonnement-au-chlordecone-stop-au-deni-de-justice/  

Alain UGUEN
Le 30/11/2022 à 08:58:29

Une molécule pour faire jaunir les bananes a été utilisée en Martinique. Une enquête vient d'être ouverte.
https://www.capital.fr/economie-politique/enquete-ouverte-au-sujet-dun-molecule-censee-faire-jaunir-les-bananes-en-martinique-1444641  

Alain UGUEN
Le 27/08/2022 à 09:26:40

Trop facile les prescriptions ! Les personnes atteintes par les dégâts du chloredéconne (faute voulue) sur les victimes sont-ils aussi prescrits !?!?!?

Marie CLAUX
Le 25/07/2022 à 16:05:53

Chlordécone : la justice reconnaît des "négligences fautives" de l'Etat
https://www.goodplanet.info/2022/06/28/chlordecone-la-justice-reconnait-des-negligences-fautives-de-letat/  

Alain UGUEN
Le 22/07/2022 à 09:50:21

La prescription, dans ce type d'affaire, est une honte, un déni de justice. On sait qu'il faut du temps pour reconnaître les effets des produits délétères, il faut même en France plus de temps qu'ailleurs, la prescription est donc inappropriée. Sa suppression pourrait même permettre une accélération de la "compréhension" des effets catastrophiques de certaines substances. Et il faut admettre que les "responsables" sont coupables, sinon ils sont "irresponsables" sur le plan juridique, inaptes à toute activité, en particulier économique et politique.

geronimo
Le 18/05/2022 à 21:57:08

Je peux vous assurer que tous les patrons et hommes politique la connaisse par coeur cette phrase :
" RESPONSABLE MAIS PAS COUPABLE " ( scandale du sang contaminé ) et celle là aussi "COUPABLE MAIS EXEMPTE DE CONDAMNATION " (Christine Lagarde.scandale affaire Tapie- Crédit lyonnais )
IDEM SCANDALE DU CHLORDECONE et COMME BIEN D'AUTRES.

Pauvre de nous.

PASCAL LEBEE
Le 16/05/2022 à 22:57:14

« On est oubliées » : les femmes antillaises, victimes invisibles du chlordécone
https://reporterre.net/On-est-oubliees-les-femmes-antillaises-victimes-invisibles-du-chlordecone?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_quotidienne  

Alain UGUEN
Le 12/05/2022 à 11:04:24

Insupportable ce mépris engendré par cette politique visant à protéger les responsables de pollutions qui mettent en cause la santé des citoyens.

Claude Fustier
Le 06/05/2022 à 09:47:38

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !