actualité écologie

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

SPAM etc...

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

22 V'là les acteurs des transitions

Les amis des 150

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

météo

Ne laissez pas vos appareils en veille

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

Cette pétition est maintenant terminée

Bilan de la pétition : soutien à Gilles Reynaud

Mise en ligne du 17/03/2021 au 09/10/2022

En 2018, Gilles est auditionné sous-serment à l’Assemblée Nationale par la Commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires. Le mois d’après, la sanction disciplinaire tombe : il est mis à pied par Orano.

Bilan de la pétition :

2533 participants

Présentation de la pétition :

Nous apportons tout notre soutien à Gilles Reynaud, salarié d’Orano et président de l’association Ma Zone Contrôlée, qui défend les conditions de travail des sous-traitant-es du nucléaire. En 2018, Gilles est auditionné sous-serment à l’Assemblée Nationale par la Commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires. Le mois d’après, la sanction disciplinaire tombe : il est mis à pied par Orano.

Qui sait que 80% des activités de maintenance dans le nucléaire sont réalisées des sous-traitant-es ? Que pourtant, les conditions de travail sont très déséquilibrées entre les employés statutaires et ceux de la sous-traitance ? En Meuse/Haute-Marne, nous avons eu l’occasion de comprendre les dessous du travail dans l’industrie nucléaire grâce à Gilles qui est venu nous en parler à plusieurs reprises : à Joinville et à Bar-le-Duc durant le Cycle de conférences Grand-Est en janvier 2019, à Nancy lors de Vent de Bure en septembre 2019. Durant le confinement du printemps dernier, nous l’avions invité à témoigner lors d’un Live sur la situation des travailleurs du nucléaire en pleine crise sanitaire. Plus récemment, il était présent à la Semaine Antinucléaire organisée à Bure en octobre 2020.

Son audition à l’Assemblée Nationale a probablement servi de prétexte. Gilles se rend toujours disponible pour aborder la pénibilité des conditions de travail des sous-traitantes et sous-traitants. Dès qu’il le peut, il fait sauter le verrou et en parle avec sincérité et engagement, ce qui n’est pas du goût d’Orano qui s’en tient à des communications lisses, maîtrisées. C’est bien cette démarche qui est au cœur de cette sanction disciplinaire.

Gilles a contesté cette décision d’Orano devant le Conseil de Prud’hommes de Nanterre. Un rassemblement aura lieu ce mercredi 17/03 à 12h, suivi d’une conférence de presse à 12h30 et de l’audience à 13h30.

N’hésitez pas à être présents pour celles et ceux qui le peuvent ou à lui transmettre vos témoignages de soutien et de sympathie.

Ci-dessous plus d’infos à retrouver dans ce communiqué commun des organisations syndicales, associatives et politiques apportant leur soutien à Gilles :
http://www.sudenergie.org/site/2021/03/communique-commun-de-soutien-a-gilles-reynaud/  

Les organisations syndicales, associatives et politiques signataires de ce communiqué tiennent à apporter leur soutien à Gilles REYNAUD

Le chaos de la filière nucléaire, ou le combat organisé contre la transparence par les patrons du secteur.

Le 17 Mai 2018 Gilles Reynaud est auditionné à l’assemblée Nationale par la commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires. L’article 6 de l’ordonnance du 17 novembre 1958 relatif au fonctionnement des assemblées parlementaires impose aux personnes auditionnées de déposer sous serment. Elles doivent jurer de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité.

Cette audition est publique, très largement diffusée au grand public. On trouve le compte-rendu en ligne sur le site de l’assemblée nationale.

Dans la foulée, en Juin 2018, Gilles REYNAUD est convoqué en entretien préalable pour sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement, au cours duquel il lui est reproché ses engagements associatifs, politiques (Gilles a été candidat suppléant Insoumis aux législatives de 2017) et syndicaux qu’ils jugent « déloyaux ». ORANO a sanctionné Gilles d’une mise à pied, et c’est cette décision qui est aujourd’hui contestée devant le Conseil des Prud’homme de Nanterre.

Pour punir Gilles de s’être exprimé à l’assemblée Nationale, les patrons d’ORANO (AREVA) remontent alors illégalement le fil du temps pour reprocher à Gilles son « manque de loyauté ». Voici quelques exemples mis en avant par la direction :

Le blog associatif « Ma Zone Contrôlée » a publié une photo du générateur de vapeur (pièce de 465 Tonnes et 22 mètres de long) tombé sur la dalle de protection du réacteur n°2 de la centrale de PALUEL.
Il est reproché à Gilles de soutenir un salarié licencié par suite d’une inaptitude médicale créée par un cancer (développé suite à des expositions à radiations, cette affaire judiciaire est toujours en cours depuis quelques années et n’est toujours pas tranchée définitivement).
Il lui est reproché d’avoir rendu public un rapport sur la fusion des sociétés allant alors former ORANO Démantèlement & Services, nouvelle filiale d’Orano (ORANO D&S). Ce dernier faisait le lien entre conditions de travail et sûreté nucléaire.
Ils vont jusqu’à reprocher à Gilles REYNAUD d’utiliser le terme de « nucléaire low-cost » parce qu’en plus, les salariés doivent s’estimer heureux de leur sort.
Le terme « abuser de la liberté d’expression » est même lâché, mettant en évidence la volonté du lobby de porter atteinte à la transparence.
Cette affaire, bien au-delà du cas particulier de Gilles REYNAUD, fait preuve que pour ORANO, transparence est synonyme de « déloyauté ». La sanction de Gilles REYNAUD est un message à tous les salariés du secteur, engagés ou lanceurs d’alerte, qui seraient tentés de rompre le silence et le secret cultivé entre les murs de l’industrie du nucléaire.

La loi n’a pas prévu d’interdire les intimidations et les sanctions lorsqu’il s’agit de salariés auditionnés par une commission d’enquête. Les signataires de ce communiqué le regrettent et vous donnent les rendez-vous suivants :

Le mercredi 17 mars, devant le conseil des prud’hommes de NANTERRE, 6 place Pablo NERUDA

. À 12h rendez-vous militant,

. À 12h30 conférence de presse et réponses aux questions,

. À 13h30 audience au Conseil des Prud’hommes

https://cedra52.jimdofree.com/2021/03/15/soutien-%C3%A0-gilles-reynaud-mercredi-17-03-conseil-des-prud-hommes-de-nanterre/  

Texte de la pétition :


Nous apportons tout notre soutien à Gilles Reynaud, salarié d’Orano et président de l’association Ma Zone Contrôlée, qui défend les conditions de travail des sous-traitantes et sous-traitants du nucléaire.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

21 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


A bas le nucléaire, honte à ceux qui l'ont mis en place, honte à ceux qui en profitent, honte à ceux qui le tiennent à bout de bras, envers et contre tout : mines d'uranium, transports, déchets, pollution dans les fleuves et mers, bombe atomique, dépenses sans compter, sécurité, sûreté, santé, statuts des travailleurs de l'ombre ... et soutien à Gilles !

Philippe Gardelle
Le 23/03/2021 à 21:00:15

Comment ORANO a su ?
Gilles était volontaire et cela s'est su...?
Ou il y a eu des fuites de la Commission vers ORANO,
Des lumières...
J'ai manqué qq chose?

Roger LUCE
Le 22/03/2021 à 17:11:58

Merci infiniment à Gilles REYNAUD .

Mais qu'ont fait les députés après les auditions ?
dont celle de Gilles ?

Roger LUCE
Le 22/03/2021 à 17:04:48

Non seulement Gilles défend les travailleurs sous-traitants du nucléaire mais il nous défend tous car ce recours de plus en plus massif à la sous-traitance nous met tous en danger. En effet, pour emporter un appel d'offres, il faut être "compétitif" et cette course au moins disant financier a un coût : la sécurité de la filière nucléaire. Alors que de très nombreuses centrales sont vieillissantes, en rabattre sur la qualité de la maintenance est un risque sérieux que la filière nous fait courir à tous. Le meilleur moyen de soutenir Gilles est de diffuser ces informations trop peu connues. Beaucoup de Français ne savent même pas que le nucléaire fait appel à la sous-traitance.

Hélène Lacheret
Le 22/03/2021 à 14:35:13

Compte-rendu de la mobilisation devant le tribunal de Nanterre
http://www.ma-zone-controlee.com/compte-rendu-de-la-mobilisation-a-nanterre/  

La vidéo des prises de parole https://www.youtube.com/watch?v=zov99mbg15k&t=304s  

Conclusion des prudhommes le 16 juin 2021

Le nucléaire low cost en procès aux prud’hommes Natacha Devanda · Mis en ligne le 17 mars 2021

Source : Charlie Hebdo (17/3/2021) https://charliehebdo.fr/2021/03/societe/le-nucleaire-low-cost-en-proces-aux-prudhommes/  

A-t-on le droit de d’alerter sur les conditions de travail des forçats du nucléaire quand on y travaille soi-même ? « Oui », revendique Gilles Reynaud, technicien du nucléaire et président de l’association Ma zone contrôlée. « Non », estime Orano qui a mis à pied ce salarié. Le procès qui se tient mercredi 17 mars sera aussi l’occasion de mettre en débat les risques de la sous-traitance dans le nucléaire.

Industrie mortifère qui s’est imposée sans concertation démocratique ni débat public, le nucléaire aime le silence et la discrétion. Pas sûr qu’il goûte au procès qui se déroule, mercredi 17 mars, au conseil de prud’hommes de Nanterre. Gilles Reynaud, un travailleur du nucléaire, y conteste cinq jours de mise à pied. Une sanction intervenue après que ce salarié d’Orano Démantèlement et Services (une filiale d’Orano, ex-Areva) a été entendu, le 17 mai 2018, par la commission d’enquête parlementaire pour l’amélioration de la sûreté et la sécurité des installations nucléaires. Une commission dont la rapporteuse était Barbara Pompili, désormais ministre de la Transition écologique. Pourquoi lui? ? « Parce que je suis président de l’association Ma Zone Contrôlée (MZC) et que je tiens un blog sur les conditions de travail et les risques qu’encourent les travailleurs du nucléaire. Avec un collègue d’une autre société sous-traitante, on a parlé des nombreux problèmes de ces travailleurs, du dumping social que se font ces boîtes, bref du nucléaire low cost dont peu de personnes sont au courant. » Orano communique, les sous-traitants triment

Développée dans les années 1990, la sous-traitance dans le nucléaire est depuis devenue majoritaire. « Ça a été un choix stratégique de la maison mère. Orano est le fabriquant, l’exploitant et le communiquant du nucléaire. Mais tout le travail de maintenance sur site, ce sont les entreprises sous-traitantes qui l’assurent. » À LIRE AUSSI : Nucléaire : avec la méthode Orano, tout est beau

Quelque 2600 entreprises privées apportent leurs services à EDF, Orano ou le CEA. Et près de 160 000 salariés triment pour assurer notamment la maintenance des réacteurs nucléaires. Avec des conventions collectives plus fantasques les unes que les autres. « Selon que l’on travaille pour des filiales de Vinci, Bouygues ou Onet, on peut dépendre d’une convention collective du BTP, de bureau d’étude ou du nettoyage », note Gilles Reynaud. Avec les droits – et le salaire – qui s’y rattachent. « Notre boulot, ce n’est pas d’essuyer de la poussière. C’est d’être au contact de la radioactivité, de l’amiante, de produits chimiques dangereux, de manier des outils vibrants qui, à la longue, entraînent des troubles musculosquelettiques », liste celui qui est tout autant militant syndical (Sud énergie) que politique (La France Insoumise).

Surtout, il dénonce la mise en concurrence qui tire les conditions sociales vers le bas, encourageant le moins-disant social. Une situation plus que critique au regard du secteur hypersensible que sont la sûreté et la sécurité des centrales nucléaires. « Les relations entre le donneur d’ordre qu’est Orano et ses sous-traitants sont perverses. Ces sociétés veulent toutes décrocher les contrats. Or, ne pas avoir d’accidents du travail ou d’arrêts maladies fait partie des évaluations positives pour se voir attribuer des marchés », explique Gilles Reynaud qui raconte aussi le parcours du combattant quand des salariés atteints de cancers tentent de les faire reconnaître comme maladies professionnelles.

Après plus de deux heures d’audition sous serment, Gilles Reynaud reprend son travail dans le nucléaire comme il le fait depuis 33 ans. « Très vite, ma direction m’a reproché ce que j’avais dit ce jour-là. Pas par écrit bien sûr, en off. On m’a dit : « Gilles, tu es en train de bousiller notre business. » »

Pourtant, la très longue lettre d’Orano DS actant la sanction disciplinaire (et que Charlie Hebdo a pu consulter) ne fait pas explicitement mention du témoignage devant la commission d’enquête parlementaire. Par contre, il est reproché à Gilles Reynaud un tas de propos critiques à l’encontre d’Orano. Dans le tas, reconnaissons que tous ne sont pas très heureux ni très nuancés. Ce qui permet à l’employeur de s’indigner du « comportement dénigrant, péjoratif et contraire à l’obligation de loyauté » de Gilles Reynaud sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook et sur son blog Ma Zone Contrôlée. Un comportement général qui, selon l’énergéticien, aurait causé de « graves nuisances » à l’entreprise. Lanceur d’alerte versus Yellow ambassadeurs? ?

Mais le hic pour Orano, c’est que la plupart des écrits incriminés sur les réseaux sociaux ou sur le blog MZC datent de 2017. Ils sont par conséquents déjà prescrits lorsque tombe la mise à pied disciplinaire. « Orano n’est pas stupide. L’entreprise sait qu’elle ne peut pas punir un salarié qui est entendu dans le cadre d’une commission d’enquête parlementaire, mais l’audition de mon client a bien été la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Il n’y a qu’à noter la concordance de temps entre la date d’audition mi-mai et la sanction mi-juin pour comprendre que Gilles Reynaud est puni parce qu’il est un lanceur d’alerte », estime Me Cyril Cambon, l’avocat du salarié. Son client, il est vrai, est l’un des rares à oser prendre la parole dans un univers professionnel où l’on n’est guère bavard. Encore que depuis quelques temps, les « Yellow ambassadeurs s’agitent sur l’intranet de la société », raconte Gilles Reynaud. Ces Yellow ambassadeurs, majoritairement des managers, traquent tous propos critiques sur le nucléaire et portent partout sur le Net la bonne parole d’Orano. À LIRE AUSSI : Après Fukushima, on poursuit le mythe du nucléaire sécurisé ?

Des Yellow, autrement dit des « jaunes ». Une couleur qui parle dans le monde du travail, puisqu’elle est assimilée à la doxa patronale. La voix de son maître en quelque sorte. Tout le contraire de Gilles Reynaud qui entend être un salarié libre d’exprimer ses opinions syndicales et politiques à l’extérieur de l’entreprise. En cela, le procès, qui se tient mercredi 17 mars devant le conseil des prud’hommes de Nanterre, est plus qu’une simple affaire de droit social entre un salarié et son employeur. Il est aussi celui de la liberté d’expression sur un sujet plus que sensible et qui concerne tout le monde : les risques d’accidents nucléaires en France. ?

Alain UGUEN
Le 22/03/2021 à 08:43:17

Je me joins à la communauté pour soutenir Gilles. Tenez bon :) !


Slt Martine !

Romain Raspail
Le 21/03/2021 à 17:28:34

Merci à Gilles Reynaud pour son courage.

Martine Dufour
Le 19/03/2021 à 10:13:40

L'omerta Française sur le nucléaire ne se résume pas seulement à une non-information des citoyens mais carrément à une désinformation en leur faisant croire que ce serait une énergie propre, décarbonée, assurant notre indépendance et que nous maîtrisons de manière infaillible, bien sûr tout ceci est faux. Incidents, accidents, pollution et malfaçons jalonnent notre histoire des centrales nucléaires.
Merci à Gilles Reynaud d'avoir le courage d'être un lanceur d'alerte en donnant quelques vérités de l'intérieur, face à un si puissant lobby.

Alain
Le 18/03/2021 à 19:32:03

Je demande que les sous traitants doivent bénéficier de leurs droits

Annick Jacquelin
Le 18/03/2021 à 09:20:37

L'industrie nucléaire s'avère être une activité très "opaque"! ayant adhéré cette année à l'assos CRIIAD, j'évalue mieux l'énergie "non nucléaire" qu'il faut déployer pour avoir des éléments crédibles de ce qui se passe dans les usines où cette activité se déploie....
Mon soutien, au moins moral à Mr Gilles Reynaud est acquis, sans détour.

cactus épineux
Le 18/03/2021 à 08:45:07

L'omerta Française sur le nucléaire ne se résume pas seulement à une non-information des citoyens mais carrément à une désinformation en leur faisant croire que ce serait une énergie propre, décarbonée, assurant notre indépendance et que nous maîtrisons de manière infaillible, bien sûr tout ceci est faux. Incidents, accidents, pollution et malfaçons jalonnent notre histoire des centrales nucléaires.
Merci à Gilles Reynaud d'avoir le courage d'être un lanceur d'alerte en donnant quelques vérités de l'intérieur, face à un si puissant lobby.

Alain
Le 18/03/2021 à 00:11:31

J'ai connu ces sites nucléaire comme technicien de maintenance pour une sté fournissant des instruments de mesure. Une fois désigné l'endroit de mon intervention, je me retrouvais seul avec mon dosimètre...
White lives matter too !
Même vigilance et Gilles, nous sommes avec toi.

François MARTIGNY
Le 17/03/2021 à 21:18:07

C'est bien le moins que les citoyens et contribuables, éventuelles victimes de "problèmes" nucléaires soient au courant de ce qui se passe vraiment! Merci pour toutes ces informations!

geronimo
Le 17/03/2021 à 19:55:43

Je suis en faveur du nucléaire civil pour le moment (difficulté à le remplacer rapidement sans provoquer d'autres dégâts) mais d'un nucléaire civil sûr.
Dans cette perspective, il est impensable de sanctionner les lanceurs d'alerte qui pointent des failles dans la sécurité de nos centrales.
La coîncidence entre l'audition devant les députés et la mesure disciplinaire qui a suivi est troublante.
Si les conditions de travail des employés du sous-traitant portent atteinte à la sécurité de la centrale, c'était son devoir de le dire et de le dire à nos députés. Sinon, prêter serment n'a plus aucun sens. Dans ce cadre, sa parole doit être protégée.

buriti
Le 17/03/2021 à 19:07:10

Tant que les femmes ou hommes auront le courage de s'opposer ,de tenir face à des systémes beaucoup plus fort qu'eux 5monsanto ,Mediator ,avortement )les gens auront un motif pour essayer d'être intégres et progressistes
Bravo et merci

jacques PACCARD
Le 17/03/2021 à 16:51:17

Quand on sait que même le grand Marcel Boiteux, père du nucléaire civil français reconnaît qu'EdF prend des risques (va trop loin) avec tant de sous-traitance, empoisonner Gilles Raynaud est une attitude de [je me censure pour rester poli mais vous me comprenez].
L'extermination des gêneurs est un sport de régime totalitaire,
indigne dans un PAYS que le monarque prétend dire de Droit.

martin
Le 17/03/2021 à 15:50:10

Le manque de loyauté c'est refuser d'accepter de cacher les mensonges des nucléocrates.
Lesquels ayant un pouvoir 'total' dans ce monde des affaires les plus sordides (la cupidité étant la règle dominante) se croient tout permis.
Il suffit de se renseigner un peu pour voir émerger l'iceberg de saloperies qu'est le nucléaire. Une somme de tromperies délictueuses.
On comprend que le lobby fasse TOUT pour se protéger.
On a vu un Directeur de centrale se faire interdire de témoigner .. c'est dire si ce monde est crapuleux.
Nous sommes dans le monde des affaires avec une dimension supplémentaire, ces affaires là doivent être cachées au public, elles sont dangereuses pour la santé et mafieuses.
Le lobby a besoin des crétins qui répètent comme des mécaniques que le nucléaire ne tue pas, et reste le meilleure con-promis ...
Bref l'odieux le dispute à l'obscène.

martin
Le 17/03/2021 à 15:44:25

Antinucléaire de toujours, je me tiens informée depuis des décennies les incidents et délabrements des installations françaises existantes. Et je m'y intéresse d'autant plus vivement qu'un nombre important d'établissements nucléaires ont été implantés dans le sillon rhodanien, une ligne de faille avec tous les risques qui peuvent en découler, situation qu'avait dénoncée Haroun Tazieff. Avec les vents dominants dont le mistral qui s'engouffre avec violence dans la vallée du Rhône, la pollution nucléaire toucherait l'une des régions les plus peuplée de France. Alors bravo au(x) lanceur(s) d'alerte. Il faut décorer Gilles Reynaud et nons le sanctionner.

Mireille
Le 17/03/2021 à 15:07:22

Entièrement d'accord, masoudan... Pour l'exemple ! Grrrr...

Martine Rouch
Le 17/03/2021 à 12:49:59

Soutien aux salarié-e-s honnêtes et lanceurs d'alerte ! Croyons à la justice immanente ! Courage à Gilles Raynaud !

MARIE-PAULE PERRICHON
Le 17/03/2021 à 12:21:02

" Le premier qui dit la vérité
Il doit être exécuté", comme dans la chanson de Guy Béart

masoudan
Le 17/03/2021 à 11:47:50

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !