actualité écologie

météo

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les amis des 150

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

22 V'là les acteurs des transitions

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

SPAM etc...

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Atena Daemi emprisonnée pour ses idées

Mise en ligne du 30/04/2021 au 12/09/2022

Sous l’impulsion d’une répression croissante en Iran contre les défenseurs des droits de l’homme, une nouvelle génération de jeunes militants a émergé. Parmi eux, l’activiste Atena Daemi, prise pour cible par les autorités pour ses actions en faveur de la promotion des droits humains, particulièrement son implication dans les mouvements contre la peine de mort. Comme tant d’autres, Atena rêve de voir la peine de mort abolie dans son pays.

Bilan de la cyberaction :

2732 participants

Après cinq ans d’emprisonnement, Atena Daemi a été libérée le 24 janvier 2022. Cette victoire c’est aussi la vôtre. Rien qu’en Belgique, une dizaine de milliers de personnes se sont mobilisées pour exiger sa libération. Merci à toutes et à tous !

Présentation de la cyberaction :

A ce sujet, elle a rédigé des publications sur Facebook et Twitter qui critiquaient le bilan du pays en matière d’exécutions. Elle a distribué des tracts et elle a participé à une manifestation pacifique contre l’exécution d’une jeune femme. Malheureusement, en Iran, prôner ces valeurs demande un grand courage et n’est pas sans conséquence. Ces activités pacifiques ont été citées comme "preuves" d’activités criminelle, conduisant à une peine de sept ans de prison.

PERSÉCUTÉE ET EMPRISONNÉE POUR SES IDÉES

Prisonnière d’opinion depuis novembre 2016 suite à simulacre de procès, Atena est détenue dans des conditions épouvantables. Elle a été frappée, aspergée de gaz poivre et placée en isolement. Elle dénonce également des conditions sanitaires catastrophiques et une prison insalubre, allant à l’encontre des règles minima pour le traitement des détenus.

Pourtant, Atena Daemi continue à lutter pour les droits humains en Iran.
En juillet 2020, Atena Daemi a terminé sa première peine d’emprisonnement, mais en juin 2019, elle et Golrokh Ebrahimi Iraee ont été condamnées à trois ans et sept mois d’emprisonnement chacune pour leur militantisme pacifique liées au fait d’avoir chanté l’hymne révolutionnaire "Oh martyrs" dans le hall de visite de la prison d’Evin pour pour protester contre des exécutions et d’avoir écrit des lettres au autorités les conditions de détention.

Le 2 juillet 2020, elle est de nouveau condamnée à deux ans de prison et 74 coups de fouet pour "diffusion de propagande contre le système" et "perturbation de la vie carcérale", en raison notamment de la tenue d’un sit-in avec d’autres prisonniers à la prison Evin de Téhéran entre le 21 et le 24 décembre 2019 pour protester contre les meurtres de manifestants et de passants lors des manifestations de novembre 2019.

UNE INTENSE RÉPRESSION 

Le traitement cruel qui lui a été réservé n’est qu’un exemple de l’intense répression exercée en Iran contre les personnes qui font entendre leur voix pour plus de justice dans le pays. Des dizaines de personnes ont été emprisonnées, et de nombreuses autres font l’objet de mesures de surveillance, d’interrogatoires et de poursuites interminables visant à les réduire au silence.

« Au lieu de sanctionner ceux qui consacrent leurs vies à la cause des droits humains en Iran, les autorités devraient s’efforcer de garantir que les défenseurs de ces droits puissent agir dans un environnement sûr, sans craindre de répression  » insiste Philippe Luther, directeur des recherches et des actions de plaidoyer pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.
Atena Daemi n’a fait qu’exercer son droit à la liberté d’expression, de réunion et d’association. Elle doit être libérée immédiatement et sans condition. Signez en faveur de sa liberté.

La lettre qui a été envoyée :


Excellence,
Atena Daemi est emprisonnée uniquement pour son travail pacifique en faveur des droits humains.
J’exhorte les autorités iraniennes à la libérer immédiatement et sans condition, annuler ses condamnation, abandonner toutes les charges retenues contre elle et garantir une enquête rapide, indépendante, impartiale et approfondie sur les allégations de torture à son encontre.
Veuillez agréer, Excellence, l’expression de ma haute considération.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

6 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Il y a six ans, Atena Daemi était condamnée à une première peine de prison. Bien qu’elle ait purgé sa peine, cette militante iranienne est toujours en prison. Pourquoi ? Parce qu’Atena Daemi continue de lutter pour les droits humains depuis sa cellule.

En Iran, militer en faveur des droits humains et contre la peine de mort n’est pas sans risque. Les actions pacifiques menées par Atena ont été citées comme “preuves” d'activités criminelles lors de son premier procès. Avant qu’elle n’ait pu être libérée, Atena Daemi a de nouveau été condamnée pour avoir participé à un sit-in et pour avoir chanté un hymne révolutionnaire en prison, ce qui a été qualifié de “diffusion de propagande contre le système” et de “perturbation de la vie carcérale”.

Les simulacres de procès, les condamnations successives et les conditions cruelles et épouvantables de sa détention n’arrêtent pas cette courageuse prisonnière d’opinion. Atena Daemi doit être libérée immédiatement et sans condition. Pour la soutenir, signez afin d’exhorter les autorités iraniennes à la libérer.

Alain UGUEN
Le 26/05/2021 à 11:48:46

Les dictateurs ne comprennent pas, que plus ils répriment, plus ils enferment, plus ils font violence voire tuent, plus ils donnent de valeur à la Liberté.

Francis ZUAMABAR
Le 04/05/2021 à 11:43:57

Des pays qui n'ont aucun respect envers l'humain!

Christiane Huard
Le 01/05/2021 à 18:45:02

Terrible que ce genre de choses existent encore!

Alain Pic
Le 30/04/2021 à 19:22:44

Atena ... est-ce Athéna, la déese de la sagesse ? Je lui souhaite d'êrte cuirassée comme la déesse.

sylvère labis
Le 30/04/2021 à 11:26:36

en est-on encore à cette idée "oeil pour oeil, dent pour dent" ?

Marie France Audoire
Le 30/04/2021 à 10:24:42

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !