image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Non aux farines animales dans l'alimentation animale

Interdites fin 2000, suite à la crise de la vache folle, les farines animales pourraient faire leur retour dans l'alimentation animale avec le blanc-seing de la Commission européenne, favorable à un assouplissement des mesures en vigueur actuellement.

Bilan de la cyberaction :

8804 participants

Présentation de la cyberaction :

En France, pays historiquement à la pointe de l'interdiction au niveau européen, cette nouvelle tentative européenne de voir ces farines réinvestir le bol alimentaire des animaux d'élevage n'a pas déclenché un 'non' ferme et massif à l'inverse des fois précédentes. Le Conseil National de l'Alimentation (CNA) étudie ainsi actuellement une réintroduction dans l'hexagone des farines animales.

Conseil consultatif des ministères de l'agriculture, de la santé et de l'économie, le CNA doit rendre son avis définitif mi-septembre. Néanmoins, un document de travail disponible sur son site internet suggère d'ores et déjà une probable autorisation limitée, dans un premier temps, au secteur de l'aquaculture. Dans un second temps, et après une évaluation du ratio bénéfices/risques, les porcs et les volailles verraient également les farines animales revenir dans leur alimentation, à l'inverse des bovins pour lesquels une levée de l'interdiction n'est pas d'actualité apparemment.

Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, s'est prononcé le 13 juin, lors de l'émission Le Grand Jury sur RTL, contre la réintroduction des farines animales en France. «Tant que je serai ministre de l'Agriculture, les farines animales ne seront pas réintroduites en France.» «Aujourd'hui, je constate qu'on ne me donne pas de certitudes» sur ces farines, a-t-il ajouté.

Mais comme c'est la Commission Européenne qui pourrait prendre cette décision, nous vous invitons à interpeller Jose Manuel Barroso pour que la Commission Européenne évite de donner son blanc seing à cette réintroduction.

Si ce retour des farines animales se faisait, le cannibalisme serait toutefois interdit. Il ne serait donc pas possible de nourrir une espèce avec des protéines provenant d'elle; par exemple, nourrir un cochon avec des protéines de cochon serait interdit. D'autre part, les farines ne devraient être destinées qu'aux animaux omnivores.

Outre une situation sanitaire maîtrisée, aboutissant à l'absence de risques pour la santé humaine, l'aspect économique n'est pas le moindre pour un retour des farines animales. Entrant pour 2 à 3% dans la ration alimentaire des espèces concernées, la disparition des farines animales a été remplacée par des protéines végétales, essentiellement du soja provenant d'Amérique du Nord.

Autrement dit, les farines animales permettent aux filières de l'élevage et de la pêche de tirer un bénéfice de leurs déchets (abats, peaux, graisses …) au lieu d'un coût en les détruisant. Une valorisation loin d'être neutre lorsque l'on connaît les proportions non-valorisées par la filière alimentaire (48% du mouton, 46% du bœuf, 38% du porc et 32% des poulets n'étant pas valorisés ...). Il n'y a donc rien d'étonnant à lire, en octobre dernier, dans un rapport du Conseil Général de l'Alimentation, de l'Agriculture et des Espaces Ruraux (CGAAER), sur l'élevage des volailles, que l'accès aux farines animales serait un facteur important de consolidation de la filière.

Par ailleurs, pour le CNA, la réintroduction des farines animales pourrait être une réponse aux 'besoins croissants en protéines pour l'alimentation animale' avec même des 'avantages environnementaux probables', notamment pour l'aquaculture, où les farines de poissons sont toujours autorisées, poussant à la surexploitation de certaines espèces de poissons dites 'poissons fourrage'.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne,

Ayant appris que les farines animales pourraient faire leur retour dans l'alimentation animale avec le blanc-seing de la Commission européenne favorable à un assouplissement des mesures en vigueur actuellement, je tenais à vous faire connaïtre mon opposition à cette réintroduction.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président à ma vigilance citoyenne contre de telles pratiques.

 

22 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

je ne serai plus contre la réintroduction des farines animales (pour les piscicultures par ex, ça épargnerait les poissons fourrage) lorsque le processus d'origine sera repris: on chauffait suffisamment pour que le prion soit détruit. Abandonné pour cause "d'économies", ce détail de processus en a fait le poison que nous connaissons... c'est plus cher peut-être, mais plus sûr!

jeane 72
Le 15/11/2011 à 16:49:54

Au risque de vous déranger je suis pour la réintroduction des farines animales
Explication: il s'agit de réintroduire les sous produits d'abattoir ( + de 90% des farines)des animaux comestibles , et de les réintroduire dans l'alimentation de animaux non sensibles à la vache folle(porcs et volailles)
D'accord pour que ce soit controlé

bb42
Le 14/11/2011 à 19:03:53

Il ne faut pas lâcher prise!
Bon courage
Bernard FRAU
Délégué Général
Humanisme - Ecologie - République

Bernard FRAU
Le 17/09/2011 à 17:18:40

je suis farouchement opposée à cette réintroduction!
moi, elle ne me concerne pas, car je suis végétalienne, et farouchement contre les souffrances imposées aux animaux dans les élevages!

maintenant, vu certains commentaires ici, je suis tentée de dire: laissons donc les mangeurs de cadavres animaux se gaver de viande folle.........ils mourront plus vite!

VGBIO
Le 25/07/2011 à 14:12:50

COMMENT PEUT ON DONNER CES DECHETS ANIMAUX A DES RUMINANTS ?DEPUIS QUAND LES VACHES,MANGENT DE LA VIANDE ? Un peu de respect ! L HOMME AURA VRAIMENT TOUT BOUSILLER ,QUE LUI RESTE T'IL ENCORE A DETRUIRE ? SI LES VEGETAUX,LES ANIMAUX,POUVAIENT SE DEFENDRE ......Mina

mina
Le 26/06/2011 à 13:31:34

Pas question de signer cette pétition !

Je partage, tout à fait, les arguments de Mme Vonesch et de Savoyard, entre autres.
Pour la réduction du défrichage, entre autres de l'Amazonie pour cultiver du soya, pour l'économie, et, tout simplement le bon sens, il faut réutiliser ces farines, correctement traitées.
Raison de plus en constatant que le coût de leur élimination est supérieur à l'aide au tiers-monde.
Au pis aller, plutôt qu'en faire de la dioxine dans nos nombreux incinérateurs (là, aussi, nous sommes les rois comme pour le nucléaire) il faudrait les disperser en mer, car on vient de constater que la raréfaction du posson pourrait être dûe au manque de nourriture.

Périscope
Le 25/06/2011 à 14:33:32

Désolé de ne pas être du tout d'accord avec vous , mais je partage l'avis positif donné par le CNA selon les conditions données * (y compris le suivi des réglements sanitaires actuellement en vigueur) :

- d'abord parce que dans la nature ces animaux omnivores mangent de la viande (chiens, volailles , porcs et sangliers ..) et même cette viande avariée sans problème même non stérélisée !

- car la décision prise il y a 10 ans résulte d'une peur tout à fait irraisonnée née du déchaînement médiatique (rappelons nous les millions de morts annoncés pour la vache folle)

- ensuite car le coût actuel de la destruction de ces farines est un non sens ... supporté par les éleveurs et l'Etat

- car ce coût l'année 2000 a été plus élevé que l'aide de la FRANCE aux pays en développement ce qui me choque plus que tout et qu'aujoud'hui il reste élevé (mais je ne sais pas le chiffre exact)

* je n'oublie pas l'origine de la vache folle : les farines animales britanniques qui n'avaient pas été stérélisées à la température nécessaire et réglementairement obligatoire pour faire des économies .
C'est une délinquance d'industriels anglais sans scrupules + une défaillance de l'administration sanitaire anglaise qui sont à l'origine de ces drames !
Aucune utilisation des farines animales en France dans les 40 ou 50 ans avant n'avaient posé de problème !

le savoyard
Le 21/06/2011 à 15:59:16

Remplacer l'alimentation à base de protéines de soja (ou autres protéagineux) provenant des USA (donc avec OGM presque certain) par des farines animales c'est kif kif comme on dit à Alger ou Rabat.
Bien se souvenir de la conférence donnée par R.Steiner (en 1932 je crois) où il parlait déjà des conséquences de l'alimentation des ruminants par des farines animales-prémonotoire !!
Vive le bio sans Ogm.

Jclb74
Le 21/06/2011 à 09:31:56

Sans masochisme, sans extrêmisme, sans totalitarisme, sans eugénisme… La solution? c'est tout bêtement de manger BEAUCOUP MOINS de viande! C'est l'industrie agro-alimentaire qui dès les années 50 ("l'après-guerre") a "mis le paquet" sur la promotion de la consommation de viande. Il y a 50 ans, la plupart des gens ne consommaient de la viande au maximum qu'une fois par jour! Et nous ne souffrions pas de carences.
Quant au mode de vie végétaRien, il permet très largement de couvrir les besoins en protéines, vitamines, sels minéraux essentiels.
Le végétaLisme ne le permet pas.
A chacun de voir ce qui lui convient.
Quand on élèvera moins d'animaux juste pour les tuer et les manger, quand on arrêtera la course aux protéines animales, je pense que nos sociétés seront un peu plus "Humaines"…

Anibé
Le 21/06/2011 à 01:09:07

je suis par la farSS des choses s1plicit volontr

01010101
Le 20/06/2011 à 23:04:42

Signer cette pétition est un acte citoyen.Tout comme ne pas la signer d'ailleurs.
Les arguments de Mme Vonesch sont intéressants,même si,elle le reconnaît elle-même, la solution la plus équitable,la plus écologique et la plus respectueuse pour notre planète et pour tous ses habitants(et je ne parle pas que du genre humain!!!)est de devenir végétalien.Même le végétarisme n'est qu'une réponse transitoire à tous les maux qui frappe notre planète à cause de l'élevage.
Nous serons bientôt 7milliards d'êtres humains sur la planète,avec des espèces sauvages et des écosystèmes de plus en plus menacés,et nous continuons à gaspiller d'énormes ressources alimentaires et d'eau potable uniquement pour l'alimentation de pauvres bêtes qui laisseront au final,un goût bien amer dans la bouche des consommateurs(au propre comme au figuré)!!!
Il n'y a que des avantages au végétalisme car l'on mange beau,bon et respectueux(pour l'environnement,je n'avance même pas l'argument éthique en faveur du respect de la vie animale);et les seuls inconvénients sont ceux que la société de consommation formatée veut bien nous renvoyer(préjugés,méconnaissance totale de ce qui est bon pour la santé,offre adaptée insuffisante)!
Sans m'attarder sur l'éloge de ce "mode d'alimentation",qui règlerait bien des problèmes de farines animales,je choisis de signer en espérant que d'autres catastrophes sanitaires pourront être évitées à l'avenir,en attendant de vivre,un jour,dans un monde plus respirable.

alexia
Le 20/06/2011 à 18:34:21

Pour répondre à Anne, Mouarf et Véronique

Généralement, nous nous contentons de relayer des actions (cyber @ctions ou pétitions) élaborées par d'autres parce qu'on ne peut pas tout faire.
Sur ce sujet au vu des demandes nombreuses de nos abonnés et adhérents, nous avons décidé de faire quelque chose avant que la décision européenne soit prise plutôt qu'après pour permettre aux citoyens d'alerter sur leurs inquiétudes sur le sujet.
Nous ne prétendons pas que ce soit parfait mais la participation montre que cela correspond à une vraie demande.
Nous avons présenté même si c'est succint 2 points de vue celui du Ministre français de l'agriculture et celui du Conseil National de l'Alimentation (CNA).
Les euro-députés sont destinataires du message que vous adressez au Président de la Commission Européenne et que vous pouvez modifier à loisir puisque contrairement à la pétition c'est vous qui signez votre propre message.
Les commentaires sont pour nous le lieu où le débat peut s'instaurer.
Nous sommes ouverts à refaire d'autres actions sur le sujet de l'agriculture industrielle productivistes et de ses dérives qui sont à l'origine de catastrophes sanitaires (vache folle, virus H1N1, Eche, algues vertes, nitrates et pesticides dans l'eau...) avec tous les partenaires qui le souhaitent.
Cordialement

Alain Uguen

Alain Uguen
Le 20/06/2011 à 16:48:42

J'ai signé et mange peu de viande mais ne faudrait-il pas plutôt (ou aussi) manifester notre opposition à ce que ce type de décisions soit prise par des technocrates et non par des élus ?

Véronique Gallais
Le 20/06/2011 à 15:37:27

il serait peut-etre temps de repenser l'alimentation en général,les proteines animales ne sont pas absolument nécessaires...
avec toutes les "cochonneries" qu'avalent les animaux,antibiotiques et autres est ce que vous imaginez ce que vous mangez au final

gene974
Le 20/06/2011 à 14:43:53

Je suis d'accord avec vous Mme Vonesch mais j'ai néanmoins signé cette pétition qui me semble utile. Et ce pour une raison simple quoiqu'assez idéaliste je le conçois :
Tous vos arguments sont valables effectivement (et même très pragmatiques) mais ils font écho à une réalité qui, à mon sens, doit absolument changer vers un mieux qui exclue selon moi toute utilisation de farines animales, et aurait d'ailleurs tendance à modifier profondément la façon de penser l'alimentation et la gestion de l'agriculture (filières courtes, modification profonde des régimes alimentaires, ralentissement de la croissance démographique, ...).
Aussi, nous avons le choix d'être intransigeants (et pour ma part idéaliste aussi) vis-à-vis de certaines choses ou bien de choisir le moindre mal. J'ai choisi la première solution en conscience mais je comprends parfaitement votre point de vue, d'autant que vous êtes certainement bien mieux informée que moi sur le sujet.

Je vous remercie pour votre apport à un débat qui mérite d'être.

Sincères salutations.

Mouarf
Le 20/06/2011 à 12:41:31

Il faudrait inciter les gens à manger moins de viande on aurait ainsi moins de farines animales.
D'autre part faire des études pour savoir si les animaux marins peuvent ingérer ces farines sans danger: si c'est compatible on pourrait se débarrasser des farines en les répandant dans les mers afin de nourrir les pauvres poissons survivant à la surpêche.

René 03
Le 20/06/2011 à 12:23:45

Bonjour,

permettez-moi de vous dire que cette pétition est compréhensible mais contre-productive, c'est-à-dire contraire aux valeurs que nous défendons habituellement avec vos pétitions. Je vous suggère d'y mettre fin. Ou au moins de lancer le débat.

La réintroduction au niveau de l'alimentation animale, de farines et graisses animales sécurisées et provenant d'animaux bons pour la consommation humaine, va en effet dans le sens
- de la physiologie des animaux monogastriques, car porcs et volailles sont des omnivores
- de la sauvegarde des forêts tropicales, car cela économise des protéines végétales du genre soja
- de la lutte contre les OGM, chère aux militants, en raison d'une moindre utilisation de soja (en grande partie OGM)
- de la lutte contre le gaspillage qui est absolument fondamentale si on veut nourrir l'humanité, préserver les terres, etc.
- donc de la lutte contre la faim dans le monde
- du respect des animaux, car on n'élève pas des animaux pour détruire une part considérable de la carcasse
- de la santé des animaux d'élevage, puisque la suppression des farines animales avait induit des carences, de la morbidité, de la mortalité, donc de la souffrance animale
- les acides aminés de synthèse peuvent rattraper les carences, mais ils ont un coût, notamment en énergie
- de l'économie, car il est absurde de renoncer à un bon aliment qui permet de produire moins cher ; il y suffisamment de bonnes raisons de générer des surcoûts pour des raisons éthiques et écologiques, qu'il ne faut pas en générer pour de mauvaises raisons.

Quant à la sécurité sanitaire des aliments... il n'y a pas de solution simple et magique pour la garantir, et la mondialisation et l'élevage très intensif rajoutent beaucoup de risques. Reste en effet à gérer le risque de la réutilisation de tels coproduits, donc à imposer de bonnes pratiques. A mon sens la seule alternative est de devenir végétaliens.

Quant à la nécessaire réorientation, en profondeur, de l'élevage, dans le sens du bien-être des animaux et de l'écologie, en faisant "moins mais mieux", c'est un grand chantier où tout reste à faire. Rendre toutes les espèces d'élevage 100% végétariens ne peut pas faire partie de cet objectif, et ne peut encore moins être une priorité (cela peut tout au plus intéresser les céréaliers et la filière du soja).

Merci de tenir compte de mes remarques qui reflètent mon avis personnel et pas une position officielle de nos organisations - en effet, nous n'en avons pas encore eu de débat interne.
A première vue, des personnes qui ont une expertise dans le domaine semblent partager mon analyse.

Dr. Anne Vonesch
secrétaire régionale d'Alsace Nature
référente bien-être animal de France Nature Environnement


Anne Vonesch
Le 20/06/2011 à 12:11:50

Vous les acceptez de me faire souffrir les animaux.
Les animaux vont vous nourrir avec tous les poisons qu'on leur a injecté dans le corps, les antibiotiques et les mauvaises farines. Il vous importe peu que les bêtes souffrent, mais à la fin du circuit, c'est vous qui serez empoisonnés. Un peu plus de coeur, de conscience et de compassion, vous permettrait d'être en meilleure santé. Les végétaux donnés aux animaux, servirait ainsi à nourrir des humains sur la planète, qui n'ont pas suffisamment à manger. Faites souffrir les animaux, faites souffrir les humains, et vous en verrez les résultats…

respect du vivant
Le 20/06/2011 à 10:41:06

C'est exactement ainsi, en simplifiant les conditions d'autoclavage des déchets animaux que le fameux prion, insuffisamment détruit, s'est réveillé/activé dans l'intestion des ruminants pour migrer lentement mais sûrement dans leur cervelle !

Assouplissons à nouveau ces conditions de stérilisation ET... petits et grands mangeurs de viande, un jour, développeront cette horrible maladie mortelle.

Personne, à nouveau, comme Sanders à l'époque, ne sera ni responsable, ni surtout poursuivi...

Petit BOMBYX
Le 20/06/2011 à 10:33:52

C'est oncroyable que après le désastre précédent des soit-disant (ir)responsables veuillent à nouveau permettre les farines animales (mais sans doute pour eux ils achètent autrement).
Il est temps de faire bloc contre ce libéralisme devenu dément et dangereux!

L.B.

Bloch
Le 20/06/2011 à 10:22:37

La "VACHE FOLLE" ... BASTA !!!

Bruno Cappelle
Le 20/06/2011 à 10:21:51

d'autant plus à une époque où des débordements de développement bactériologique dangereux sont internationalement constatés, mais aussi alors que le fonctionnement des systèmes digestifs (animaux nourris et humains) et immunitaires continuent de surprendre dans leur fonctionnement complexe (avec interactions), qui plus est lorsque l'on bouleverse leurs fondements naturels (protéines animales transformées pour des animaux non carnivores ou au régime non observé avec ce type de nourriture).

Fais
Le 20/06/2011 à 09:34:37

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !