actualité écologie

Ne laissez pas vos appareils en veille

Les amis des 150

22 V'là les acteurs des transitions

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

météo

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

AG Cyberacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Journal des Bonnes Nouvelles

SPAM etc...

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Sortir de l’élevage intensif pour échapper aux pandémies

Mise en ligne du 18/01/2021 au 27/05/2022

Les conditions d’élevage et la déforestation liée à la consommation de viande sont responsables de la grande majorité des maladies émergentes qui circulent entre les humains et les animaux, rappellent les scientifiques auteurs de cette lettre ouverte au président de la République. Ils et elles appellent à un plan de sortie de l’élevage intensif pour prévenir les prochaines épidémies.

Bilan de la cyberaction :

2544 participants

Présentation de la cyberaction :

Monsieur le Président,
Alors que la France était confinée pour se protéger de l’épidémie de Covid-19, vous vous adressiez aux Françaises et aux Français le 13 avril 2020 en rappelant notre « vulnérabilité » en ces termes :
Sachons, dans ce moment, sortir des sentiers battus, des idéologies, nous réinventer — et moi le premier. Il y a dans cette crise une chance : nous ressouder et prouver notre humanité, bâtir un autre projet dans la concorde. Un projet français, une raison de vivre ensemble profonde. »
Un leitmotiv repris par votre mouvement, La République en marche, lors du Campus des territoires l’été dernier.
Votre réponse depuis lors est loin de s’inscrire dans cet état d’esprit. Elle est restée focalisée sur le traitement des conséquences de la crise que nous traversons (approvisionnement en masques, relance économique…) avec une recherche scientifique d’urgence, sans réel soutien à une recherche à même de contribuer aux défis écologiques, climatiques, sanitaires et sociaux. Une politique qui vise à gérer le court terme, illustrée par votre allocution 28 octobre 2020 : « Notre stratégie a été définie dès cet été, c’était de vivre avec le virus. »
Dans le même temps, la réflexion autour des causes a été écartée. Elle est pourtant essentielle. Les zoonoses sont une des principales sources de maladies émergentes : 75 % des nouveaux agents pathogènes proviennent des animaux ou des produits animaux. Les conditions d’élevage et la déforestation, elle-même fortement liée à la production de viande, en sont aujourd’hui deux causes parfaitement identifiées.
Ce plan de sortie de l’élevage intensif impliquerait la réduction de la consommation des produits carnés.
Prévenir une prochaine épidémie implique inévitablement de repenser l’action publique en élaborant un plan de sortie de l’élevage intensif. Une telle initiative viserait à suspendre immédiatement la construction ou l’extension des élevages intensifs et industriels qui confinent les animaux dans des bâtiments fermés, dans des cages, les forçant à vivre dans des conditions de promiscuité extrêmes. Ce plan de sortie de l’élevage intensif impliquerait la réduction de la consommation des produits carnés : le développement d’une végétalisation d’ampleur de l’alimentation en restauration collective publique ou privée à travers l’augmentation progressive de la part de protéines végétales dans les repas est indispensable. Réduire la production amènerait l’autonomie protéique — notamment la fin des importations de soja — que la France ne peut atteindre aujourd’hui au vu du nombre très élevé d’animaux qu’elle élève et abat. Ces demandes sont soutenues par la Convention citoyenne pour le climat.
Ce plan de sortie devra associer l’ensemble des acteurs concernés en veillant notamment à accompagner les personnes qui dépendent de l’élevage intensif vers des productions alternatives, vers une reconversion dans le domaine de leur choix et en redirigeant les aides pour enfin soutenir des systèmes moins intensifs.
Enfin, la réduction du risque de pandémie ne s’arrête pas à nos frontières. La France doit être à la pointe de la défense des animaux et de la protection de l’environnement dans les instances internationales. Vous en avez le pouvoir, et la responsabilité.
Le temps est venu de « bâtir un autre projet dans la concorde », pour les humains et les animaux. N’attendons pas la prochaine crise pour agir !
Serge Morand, Écologue de la santé (CNRS)
Gilles Escarguel, Maître de conférences en paléontologie et macro-écologie (Lyon I)
Franck Courchamp, Directeur de recherche (CNRS)
Frédéric Keck, Directeur de recherche (CNRS)
Hervé Dréau, Médecin de santé publique
Nicolas Treich, Économiste
Simon Jolivet, Juriste
Cédric Sueur, Maître de conférences en éthologie et éthique animale
Florence Burgat, Philosophe, Directeur de recherche
Michel Bourban, Chercheur en éthique et philosophie politique
Marie Pelé, Chargée de recherche en éthologie
Émilie Dardenne, Maîtresse de conférences, études animales
Matthieu Romagny, Enseignant-chercheur
Margot Pâris, Assistante de recherche en biologie de l’évolution

L214 entre en campagne contre les pandémies
https://www.l214.com/agir/sur-les-causes/  

Nous vous proposons, si ce n'est pas fait

1 de signer l'appel des amis des 150 pour défendre les propositions de le Convention citoyenne pour le Climat dans le cadre d'une primaire verte ouverte
https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/lesamisdes-4309.html  

et en particulier
GARANTIR UN SYSTÈME PERMETTANT UNE ALIMENTATION SAINE, DURABLE, MOINS ANIMALE ET PLUS VÉGÉTALE, RESPECTUEUSE DE LA PRODUCTION ET DU CLIMAT, PEU ÉMETTRICE DE GAZ À EFFET DE SERRE ET ACCESSIBLE À TOUS,
https://propositions.conventioncitoyennepourleclimat.fr/se-nourrir-2/  

2 d'interpeller vos députés qui seront bientôt en campagne pour leur réélection.

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur
Les zoonoses sont une des principales sources de maladies émergentes : 75 % des nouveaux agents pathogènes proviennent des animaux ou des produits animaux. Les conditions d’élevage et la déforestation, elle-même fortement liée à la production de viande, en sont aujourd’hui deux causes parfaitement identifiées.
La France doit être à la pointe de la défense des animaux et de la protection de l’environnement dans les instances internationales. Vous en avez le pouvoir, et la responsabilité.
Le temps est venu de « bâtir un autre projet dans la concorde », pour les humains et les animaux. N’attendons pas la prochaine crise pour agir !

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

13 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Marie-Monique Robin : "La Fabrique des pandémies", Une crise écologique planétaire !
https://www.youtube.com/watch?v=FAzt-ZdVemM  

Alain UGUEN
Le 09/04/2021 à 08:20:53

Ce n'est pas faute d'avoir dénoncé, informé, sensibilisé... Il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut entendre.
Même les politiques dirigent sans avoir les compétences requises, persuadés que le pouvoir économique suffit à leur légitimité.
Ces pandémies obéissent aux Lois de la Nature.
Elles sont donc leçon de la Nature et résolutives d'excès comportementaux, tirés de Traditions inconscientes obsolètes.
Au final, ces zoonoses sont, hélas pour les innocents, un bienfait.
La porte de sortie naturelle des égocentrés de la jouissance, de la mégalomanie et de la violence, étant la mort NATURELLE.
Le tri se fait de lui même.
Il restera les philosophes écologistes par Amour de la Nature, les empathiques, les altruistes.

Daniel LAMBEAUX
Le 10/03/2021 à 18:25:35

marie.Monique Robin est une indispensable lanceuse d'alerte !

Annie MILLOT
Le 08/02/2021 à 10:34:30

très bien...
Bravos

André VILLENEUVE
Le 08/02/2021 à 10:21:07

Marie-Monique Robin dans ce podcast explique le rapport qu'il y a entre la destruction de la biodiversité et le développement de maladies
https://www.notre-essenciel.org/blog/c-est-pas-du-vent-podcast-avec-marie-monique-robin-sur-rfi  

Alain UGUEN
Le 06/02/2021 à 17:38:40

De tous les élevages concentrationnaires, c'est celui des porcs et en particulier des truies qui me semble le plus horrible. C'est de la torture continue, c'est monstrueux, ignoble, atroce. Je n'ai pas de mots pour dire à quel point cela me déprime et me fait honte au nom de l'espèce humaine à laquelle j'appartiens.

Daniel DANIEL
Le 28/01/2021 à 22:20:06

Déjà par simple respect de la vie sous toutes ses formes.

frederic danse
Le 25/01/2021 à 17:23:59

La 3° cause des pandémies, le réchauffement climatique, est aussi en lien avec les modes de production et de consommation, notamment de la viande

Flip
Le 19/01/2021 à 18:40:44

il est urgent de mettre fin à cette politique agricole productiviste et exportatrice du vivant. Or, en France on multiplie ces élevages industriels cruels et polluants contraires aux accords sur le climat.

jacqueline jacqueline PELERINS
Le 19/01/2021 à 14:39:42

D'après Reporterre ce sont les élevages d'animaux à fourrure(visons et viverrins(racoon dogs)qui sont responsables de la pandémie,surtout présents en Chine. L'OMS a signé un protocole pour déléguer l'enquête sur le virus aux chercheurs locaux Chinois !Il leur faudra bien du courage pour accuser ces élevages !

Mireille Arnaud
Le 18/01/2021 à 14:49:26

L'industrialisation de l'élevage accompagne la croissance démographique de la population humaine :
Elle a triplé depuis 1950 : 2,5 milliards -> 7,5 milliards.
A l'évidence ce rythme n'est pas soutenable, nous ne pouvons pas continuer à prélever sans limites les ressources nécessaires au détriment de toutes les autres espèces et de l'équilibre global de la vie sur Terre.
Il est temps de réfléchir à ce paramètre majeur à mon avis.

Gilles Le Louedec
Le 18/01/2021 à 11:44:36

n'oublions pas la déforestation liée aux besoins en huile de palme que l'on retrouve dans les biscuits, les biscottes, les pâtes à tartiner etc etc

ANNE TEURTROY
Le 18/01/2021 à 10:40:31

l'élevage intensif et industriel s'avère responsable de tant de maux (déforestation, mal-bouffe, ruine des paysans, destruction des éco-systèmes, souffrance animale etc...) qu'il est devenu absolument injustifiable.

Agnès Delmarle
Le 18/01/2021 à 10:17:00

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !