image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : « Massif de la Serre », préservons la biodiversité !

Plus de 7000 personnes avaient cosigné « L’appel de la forêt, agir pour la biodiversité » lancé le 18 juin 2010 par France Nature Environnement et ses associations locales fédérées (CPEPESC, Franche-Comté Nature Environnement, Jura Nature Environnement et Serre Vivante) pour défendre le massif de la Serre dans le Jura.

Bilan de la cyberaction :

6207 participants

Refus des dérogations pour la carrière de Moissey

Suite au refus d'accorder dérogation pour destruction d'espèces protégées et de leurs habitats naturels à la SARL Carrières de Moissey pour son projet de carrière dans le Massif de la Serre (AP du 24 octobre 2011), le préfet du jura autorise la reprise d'activité dans l'emprise de l'ancienne exploitation pour quelques années. C'est une décision raisonnable qui permet à tous de sortir la tête haute et d'organiser l'après carrière sur un territoire rural déjà durement frappé par le chômage. Pour les protecteurs de l'environnement c'est une vraie reconnaissance des enjeux biodiversité sur le massif et une réelle opportunité pour repenser le développement local en valorisant les richesses naturelles. Espérons que les élus locaux auront la sagesse de se mobiliser dans ce sens, laissant seul le carrier dans le déni de la réalité, affirmer qu'une autorisation resterait encore possible au terme des 5 ans ...
Merci à tous pour votre intérêt à ce dossier
Sincèrement votre
Pascal Blain Serre Vivante

Présentation de la cyberaction :

Bouygues s’entête à vouloir exploiter une carrière au cœur du site Natura 2000 !

Ce massif forestier, site Natura 2000 FR4301318, est aujourd’hui à nouveau menacé par un projet de carrière. Si la mobilisation avait portée ses fruits avec le rejet du dossier (pour la cinquième fois !) en août 2010, le groupe Bouygues s’obstine …
À la veille de quitter ses fonctions dans le Jura, Mme LE MOUEL a signé le 28 mars 2011 un arrêté préfectoral prescrivant une enquête publique du mardi 19 avril au vendredi 20 mai 2011 sur la demande d'autorisation présentée par la Société des carrières de Moissey pour l'exploitation d'une carrière de roches éruptives au cœur du massif de la Serre.

Les enjeux environnementaux, enjeux sur les habitats et les espèces protégées, sont déterminants comme en témoignent les avis réservés formulés par l’autorité environnementale dans le cadre de la procédure ICPE (Avis du 30 mars 2011, format PDF - 719.5 ko) comme dans le cadre de la demande défrichement (avis du 18 mars 2010) ou encore par la « Commission Faune » du Conseil National de Protection de la Nature (avis du 26 janvier 2010 ref. 10/005).
Ce projet impacterait 59 espèces animales ou végétales protégées, dont plusieurs d’intérêt communautaire. Leurs habitats sont pour la plupart protégés également.

Agissons pour la biodiversité
Aucune des conditions préalables à l’obtention d’une dérogation prévues par le code de l'environnement (article L411) n’est satisfaite : l'intérêt public majeur du projet n’est pas démontré, il existe des solutions d’approvisionnement du Jura en granulat ayant un impact moindre et il parait indiscutable que le projet porterait atteinte à l'état de conservation des espèces concernées.

C’est pourquoi élus locaux, responsables associatifs, Vttistes, randonneurs, mycologues, botanistes, ornithologues, amis de la Serre, riverains, sont à nouveau mobilisés pour préserver l’intégrité du massif.


CPEPESC, Franche-Comté Nature Environnement, Jura Nature Environnement et Serre Vivante

La lettre qui a été envoyée :


Madame la ministre, Messieurs les préfets, messieurs les membres de la commission d’enquête publique,

Parce que la loi sur les espèces protégées ne peut inconsidérément être contournée au profit de l’intérêt particulier de tel ou tel entrepreneur, je vous demande de rejeter le projet de carrières dans le site Natura 2000 « massif de la Serre » :

Ce projet n’est pas viable : des alternatives concurrentes efficaces, plus performantes sur le plan social et environnemental existent pour satisfaire les besoins locaux actuels,

Ce projet n’est pas équitable : la rentabilité pour le groupe Bouygues et de ses actionnaires ne peut s’envisager qu’en refusant le versement aux communes propriétaires du juste prix de la roche extraite,

Ce projet n’est pas vivable : son emprise sur les milieux exceptionnels du massif de la Serre, comme l’importance de son impact sur la santé des riverains, sont démesurées.

En espérant que vous saurez préserver le site du massif de la Serre pour les générations futures, recevez, Madame la ministre, Messieurs les préfets, l’expression de mes respectueuses salutations

 

11 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

l'heure d'été perturbe énormément mes enfants, A 22h00, ils refusent d'aller se coucher en disant il "fait encore jour" et le matin ils sont trop fatigués pour attaquer la journée. C'est épuisant pour tout le monde, plusieurs jours après l'heure d'été, je suis très fatiguée et j'ai des déficits mnésiques.

Hafsa
Le 20/09/2014 à 16:07:44


Virer les riches entrepreneurs et amener des lynx et des loups et des ours.

L'honnêteté m'oblige à dire que si nous sommes contre l'extension de la carrière d'Eurite, ce n'est pas du tout parce qu'elle est inopportune, mais surtout parce que mes potes et moi sommes envieux et même jaloux du chiffre d'affaires du carrier qui vit et roule comme un nabab.
Alors nous, les fonctionnaires, nous nous sommes concentrés sur la protection des crapauds pour faire capoter le projet des riches.
On est toujours dans la lutte des classes. Mais les riches continuent à être plus fort que nous.

Lorsque le Carrier sera débouté de son vouloir, nous pourrons ré-importer dans le Massif de la Serre des lynx, des loups, une paire d'ours, et pourquoi pas, un couple d'hippopotames puisqu'il y aura un beau trou d'eau. Plaisir peu coûteux pour nous.

On se fiche pas mal du gravier et de l'entretien des routes du fait que nous préconisons le retour au vélo (à la vérité, nous préconisons le vélo, mais n'en n'usons pas). Nous cyclistons le dimanche, mais avons des bagnoles assez puissantes (complexe oblige). Nous prêchons la décroissance, pour les autres naturellement...
Vive la Nature !

Batman

Batman
Le 19/05/2011 à 08:32:21

CARRIÈRE de MOISSEY: VERS L’EXTINCTION DU TRAFIC POIDS-LOURDS

1. Champ d’application.

Qui est ”propriétaire” du Massif hercynien de la Serre ? Qui protège son intégrité ? Quelles sont les exceptions ? A-t-on consulté le Sivom de la Serre (syndicat de communes) ? L’ONF (on est là sous régime forestier) ? Le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) ?

2. L’interrogation locale.

La demande de renouvellement d’autorisation d’exploitation de l’Eurite, sur les bois de Montmirey-le-château (territoire communal d’Offlanges), ne rencontre pas d’opposition au sein de la majorité de la population de Moissey.

Les personnes que j’ai consultées ne désapprouvent pas la poursuite de l’extraction de l’Eurite, conscientes qu’on ne ne va pas, par les temps qui courent, enterrer une activité industrielle de première nécessité quand tant d’autres cherchent à en créer.

Par contre, très nombreuses sont celles qui demandent que l’exportation du granulat ne passe plus par le village.

Ainsi, la déviation Ouest, la moins chère des deux hypothèses, redevient au centre des préoccupations, avec une piste [à la charge du carrier] rattachant l’exploitation à la déviation.

A la réunion plénière au caveau de Moissey [le jeudi 12 mai 2011 de 18 h 30 à 21 h] qui a réuni beaucoup de participants, une belle partie d’entre eux se sont relayés en grains de chapelet pour dénoncer une grave atteinte à la zone “Natura 2000”.
Ces gens sont des abonnés aux combats écologiques qui craignent énormément pour la vie des chauves-souris, des pics et des crapauds sonneurs.
On est là dans un jeu de rôle où les joueurs correspondent allègrement avec le Préfet et différentes Directions Départementales du Jura. Ces joueurs appartiennent essentiellement à une association de bénévoles, ni géologues, ni botanistes, ni juristes, mais assurément vigilants et ludiques.
En l’état de la conjoncture nationale et des exigences de l’aménagement du territoire, ces positions d’opposition sont vues comme immatures.

Conclusion: la question qui inquiète l’ensemble des ressortissants est celle des camions Pernot (moins de 1% du trafic) et surtout, celle du trafic international nord-sud (99%).

Il conviendrait donc d’associer, dès maintenant, le Conseil Général du Jura à cette enquête.

Zorro
Le 18/05/2011 à 20:45:14


Si vous n’avez pas déjà été prévenu, je vous donne l’information que la commission d’enquête a décidé d’organiser une réunion publique contradictoire d’information et d’échange.

Celle-ci se tiendra le jeudi 12 mai à 18 h 30, en la salle municipale « Le Caveau » à MOISSEY.

Elle sera annoncée par voie d’affichage dans les mairies du périmètre d’affichage ; en outre, contact a été pris avec les rédactions de DOLE de Les Dépêches – Le Progrès et de La Voix du Jura pour qu’elles relaient l’information.

En revanche, la commission n’a pas cru devoir :

- prolonger la durée de l’enquête (la date de la réunion publique a été choisie pour permettre au public de participer encore activement à l’enquête au bénéfice des informations qu’il aura reçues au cours de la réunion publique) ;

- faire compléter le dossier d’enquête.

A vous, cordialement.

José THOMAS

commissaire enquêteur
Le 10/05/2011 à 16:35:02

Certes, mais à quoi servent les zones natura 2000, sinon à mettre un joli nom pour le bafouer aussitôt pour les besoins irrépressible de l'être humain qui iront jusqu'à l'épuisement total de la planête, bien engagée d'ailleurs....
Cette zone devant être respectée, par conséquent l'extension me paraît incohérente.
Meilleures salutations.

Nathalie
Le 10/05/2011 à 15:47:11

Madame, Monsieur

"Vous m'avez fait part de votre inquiétude concernant le massif de la Serre dans le Jura.

La Société des Carrières de MOISSEY dans le Jura a sollicité en novembre 2010 l'autorisation d'exploiter (renouvellement et extension) au titre de la législation des installations classées une carrière de roches éruptives (eurite) et de modifier les installations de traitement de matériaux sur le territoire des communes de MOISSEY et OFFLANGES.

L'extension se situe au cœur d’un site Natura 2000. Cette demande porte sur 15 ans d'exploitation, sur un rythme de 300 000 t/an en moyenne avec un maximum de 350 000 t/an.
Le gisement exploitable est destin é à produire des granulats utilisés en technique routière. Ce matériau de qualité reconnue est recherché pour réaliser des couches de roulement d’infrastructures routières, dans le département du Jura (à hauteur d'environ 100 kt/an) et les départements voisins.

Cette demande fait l'objet :

- d'une procédure d'autorisation ICPE (articles L.512-1 à L.512-7-7 et R.512-2 à R.512-39 du code de l'environnement) avec une enquête publique en cours (du 19 avril au 16 mai) qui permet à tous les citoyens de s'exprimer; l'avis de l'autorité environnementale, joint au dossier d'enquête, est disponible sur le site internet de la Dreal Franche-Comté ( http://www.franche-comte.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/20110401162829074_cle0e154a.pdf   );

- d'une procédure de dérogation pour la destruction d'espèces protégées (notamment avifaune et chiroptères) et de leurs habitats (Livre IV du Code de l'environnement), dont l'examen par le CNPN est prévu en commission faune le 19 mai ;

- d'une procédure d'autorisation de défrichement sans enquête publique car de surface inférieure à 25ha (articles L.311-1 à L.312-2 et R.311-1 à R.312-6 du code forestier).

Les 3 procédures sont juridiquement indépendantes, mais le préfet du Jura, qui est l'autorité compétente dans les trois cas, veille bien entendu à leur cohérence et décidera d'accorder les autorisations ou de les refuser au titre de la protection de l'environnement."

Directeur de Cabinet Ecologie - Cab
Le 10/05/2011 à 15:46:19

À l'attention de frasimo et sans agressivité aucune (car je suis plutôt d'accord même si l'enjeu est loin d'être le même selon moi) : les fautes d'orthographe sont également une perte progressive de "culture", et la majuscule après le point reste une règle de la langue française !

Bon, passée cette taquinerie, on remarque une fois de plus que l'argument argent est l'un de ceux qui pèsent le plus dans la balance décisionnelle, ce qui est une exceptionnelle aberration. Il faut, je crois, considérer nos opinions propres comme tout à fait recevables et tenter d'agir en conséquence contre un système qui tend à généraliser celles-ci vers une course sans avenir au profit et à la consommation. Course pourtant entretenue de manière insupportable et coercitive par son fonctionnement même.
La désobéissance s'impose ...

Mouarf
Le 02/05/2011 à 08:15:21

MESSIEURS LES MAGOUILLEURS ARRETEZ LE MASSACRE!VOUS ETES AVEUGLES PAR VOTRE AMOUR IMMODERE DU FRIC ET VOUS N'AVEZ A COEUR QUE DE DETRUIRE TOUT CE QUI PEUT L'ETRE.APRES VOUS LE DELUGE!C'EST IMMONDE.

KATH38
Le 01/05/2011 à 08:26:12

Protéger la nature, c'est bien. Mais il faut aussi protéger la culture. Je veux dire : protéger les identités culturelles, et donc linguistiques, qui ne sont pas moins gravement menacées que les espèces végétales et animales et les biotopes. les deux combats sont plus étroitement liés qu'on ne penserait d'abord.

J'invite l'auteur du commentaire précédent à réfléchir à cela, et à effacer sa dernière phrase. S'il ne lui est pas possible de modifier un commentaire déjà publié, qu'il veille au moins à ne pas récidiver.

Moins grave qu'un mélange des langues proprement dit, la contamination par des usages graphiques étrangers est également à éviter dans la mesure du possible. En français, sauf erreur de ma part, l'usage est de placer une espace devant les points d'interrogation (ou d'exclamation, ou encore les deux-points ou les points-virgules). Cela pourrait sembler sans grande importance ; omrttre cette espace est pourtant une façon de plus de se laisser écraser par le rouleau compresseur de l'anglais d'Amérique.

frasimo
Le 01/05/2011 à 00:12:13

Bouygues,c'est le roi des coups-fourrés...Mais rien qu'en carrières et usines à granulats, c'est un groupe super champion.Et en BTP,c'est un des grands du monde,notamment en nucléai
re.A Mably,au Nord de Roanne,Bouygues voudrait construire un centre de décontamination de robots qui travaillent autour du coeur des réacteurs...Tout se fait en douceur,entre les élus du Grand Roanne et Bouygues.C'est sans compter avec les Verts...!

stoppeur
Le 29/04/2011 à 17:34:17

Et si on lançait un appel au boycott de Bouygue? Je commence à en avoir quant à mon GSM et vous?
Fuck dear Martin?

Yves FRUCHON
Le 29/04/2011 à 11:21:55

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !