actualité écologie

météo

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

22 V'là les acteurs des transitions

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Les amis des 150

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : ne pas laisser l'avenir de nos forêts aux seuls exploitants de bois

Mise en ligne du 03/05/2022 au 10/05/2022

Le Schéma régional de gestion sylvicole (SRGS) Bourgogne-Franche-Comté fixe les grandes orientations qui permettent de valoriser les fonctions des forêts privées, qu’elles soient économiques, sociales ou environnementales.

Bilan de la cyberaction :

1693 participants

Massif forestier du Mont Touleur :
200 hectares préservés !


Vendredi 6 mai, les propriétaires du bois de Rivière (partie sud du massif forestier du Mont Touleur), accompagnés des techniciens de la CFBL (la coopérative forestière mandatée par les propriétaires) ont organisé une réunion de concertation dans le cadre de la certification FSC de cette forêt. Nous y avons été associés, tout comme l'ensemble des parties-prenantes de la gestion du massif. Le futur plan simple de gestion (document qui détermine le mode de sylviculture pour les 15 années à venir) a été présenté. Une démarche rare au cours de laquelle nous avons eu le plaisir de découvrir les choix qui s'annoncent exemplaires des nouveaux propriétaires (très différents des intentions de départ annoncées dans le Journal de Saône et Loire du 5 octobre 2021 et qui prévoyaient au minimum une dizaine d'hectares de coupes rases).

Voici ce qui est prévu en détail concernant les 199 hectares de cette magnifique forêt de feuillus :

20 hectares considérés comme des « îlots de biodiversité » seront en libre évolution (pas d’intervention humaine) ;
177 hectares feront l’objet de prélèvements à hauteur de 15 %. En clair, il y aura chaque année une coupe de 15 % des arbres sur une surface d’environ 10 à 12 hectares. Ce ratio est celui couramment pratiqué dans la gestion des futaies irrégulières ;
1 hectare d’épicéas attaqués par les scolytes fera l’objet d’une inévitable coupe sanitaire. La parcelle sera replantée en douglas et cèdre ;
Environ 1 hectare de taillis de piètre qualité qui végète sera lui aussi coupé.

Au final, excepté deux hectares pour lesquels la coupe rase peut se justifier, c’est bien un mode de sylviculture en futaie irrégulière à couvert continu (méthode préconisée par notre association) qui a été choisi par les propriétaires. La forêt sera certifiée FSC, un engagement de gestion durable. Cette décision préserve le paysage et la biodiversité de cette composante essentielle du massif forestier du Mont Touleur.

L’association La Bresseille se réjouit de cette décision et tient à remercier les propriétaires pour leur écoute de nos demandes et préconisations, et plus généralement pour leur prise en compte de l’inquiétude des habitants de la région. Nous les considérons aujourd'hui comme des garants de confiance pour la protection du bois de Rivière.

L'écart important entre les intentions de départ et les décisions finales nous invitent à penser que notre mobilisation a joué un rôle essentiel. Nous remercions nos 120 adhérents, les 600 personnes qui se sont rassemblées sur le site le 6 novembre 2021, les 45 000 signataires de la pétition, ainsi que les nombreuses associations qui nous ont soutenus. Chacun et chacune a donné du poids et de la crédibilité à nos demandes.

Nous espérons que notre démarche de mobilisation par anticipation ouvre une nouvelle voie dans la lutte contre les coupes rases. N'attendons pas que l'irréparable soit commis, agissons au plus tôt dès qu'une vente de forêt est connue pour en informer les groupements forestiers citoyens (GFSFM et Le Chat sauvage), obtenir les informations nécessaires et mobiliser les habitants. Nous sommes prêts à partager notre expérience pour empêcher de futures coupes rases.

Notre association reste vigilante et mobilisée sur la zone du Sud Morvan pour s’opposer aux coupes rases et aux plantations en monoculture de résineux. Vous pouvez adhérer sur HelloAsso.

Association La Bresseille

Présentation de la cyberaction :

C'est un document important pour ne pas laisser l'avenir de nos forêts aux seuls exploitants de bois. La participation du public est ouverte jusqu'au 9 mai sur le site de la direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt. Votre contribution est essentielle ! Vous pouvez y répondre par courrier ou via le formulaire en ligne.

Un texte écrit avec vos avis et propositions vous sera demandé. Nous mettons à votre disposition le texte suivant, qui présente nos souhaits. Libre à vous de copier-coller l'intégralité de ce texte ou uniquement une partie. Vous pouvez aussi le personnaliser à votre convenance ou rédiger votre propre texte :

La forêt a de multiples fonctions : économique, environnementale et sociétale. Toutes sont essentielles. La production de bois, nécessaire à l’économie, ne doit pas se faire au détriment des autres fonctions. Je souhaite que soit favorisé un mode de sylviculture qui concilie économie, écologie et préservation des paysages. 

Pour une économie viable à long terme

Il est urgent de cesser l’industrialisation de la forêt et de pratiquer un mode de sylviculture plus soucieux des équilibres et garant d’une activité économique viable à long terme : la futaie irrégulière à couvert continu (méthode ProSilva). Cette approche passe par l’arrêt des coupes rases et des pratiques de plantations en monoculture de résineux. Les peuplements doivent être mixtes et le couvert des forêts de feuillus du Morvan doit rester continu. 

Pour préserver les écosystèmes et les ressources naturelles

La forêt est un écosystème à part entière et constitue un précieux réservoir de biodiversité. Il est indispensable de le protéger, en particulier pour faire face au changement climatique. Nous devons également préserver les sols, et ne pas les soumettre au passage d’engins lourds avec des conséquences irréversibles sur la fertilité des sols et sur l’eau. Les mesures de protections des zones Natura 2000, Znieff, les sites archéologiques et les sites historiques sont insuffisantes. Il faut aller beaucoup plus loin.

Pour défendre l’identité de notre territoire

La forêt structure l’esthétique des paysages et participe à son identité. Les coupes rases et les plantations en monoculture dévisagent nos territoires. Il faut cesser ce mode d’exploitation radical qui heurte en profondeur les habitants que nous sommes et fait également fuir les touristes.  
 
Merci d'avance pour nos forêts !

Pour donner votre avis
https://framaforms.org/schema-regional-de-gestion-sylvicole-participation-du-public-par-voie-electronique-1646045673  

SRGS : AVIS DE CONSULTATION PUBLIQUE PAR VOIE ÉLECTRONIQUE DU 4 AVRIL AU 9 MAI 2022
https://bourgognefranchecomte.cnpf.fr/actualite/voir/2020/srgs-avis-de-consultation-publique-par-voie-electronique-du-4-avril-au-9-mai-2022/n:666  

Projet de Schéma régional de gestion sylvicole de Bourgogne-Franche-Comté
https://bourgognefranchecomte.cnpf.fr/data/avis_participation_public_2.pdf  

Dossier Alerte forêt touleur
https://alerteforettouleur.fr/dossier_foret_touleur.pdf  

La lettre qui a été envoyée :


La forêt a de multiples fonctions : économique, environnementale et sociétale. Je souhaite que soit favorisé un mode de sylviculture qui concilie économie, écologie et préservation des paysages.
Une économie viable à long terme et l’identité du territoire passent par l’arrêt des coupes rases et des pratiques de plantations en monoculture de résineux
par la préservation des écosystèmes du passage d’engins lourds avec des conséquences irréversibles sur la fertilité des sols et sur l’eau.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

9 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Merci de laisser en paix et vivre nos forets et toute notre
faune animaux et flore sauvage

ann parkins
Le 11/05/2022 à 10:07:07

Je ne peux rajouter qu'une généralité : les forêts sont des biens communs = les retirer d'urgence des mains " privées" pour lesquelles elles ne sont que des produits "rentables" sans notion de bien communs (le bois et les chasses ... ) . C'est le rôle l'état d'entretenir et de gérer les biens communs ( routes , canaux, forêts ,faune sauvage , etc ...) que deviennent le service des eaux et forets et les gardes chasse ?

MICHELE CATHALA
Le 05/05/2022 à 12:38:05

Texte modifié ainsi pour l'envoi de l'avis sur framaform:
La forêt a de multiples fonctions : économique, environnementale et sociétale. Je souhaite que soit favorisé un mode de sylviculture qui concilie économie, écologie et préservation des paysages. De plus, une forêt est un organisme vivant complexe abritant de nombreuses formes de vie en équilibre les unes avec les autres, et qui ne saurait être seulement identifié à une collection d'arbres destinés à un usage humain.
Une économie viable à long terme et l’identité du territoire passent par
- l’arrêt des coupes rases et des pratiques de plantations en monoculture de résineux
- la préservation des écosystèmes du passage d’engins lourds ayant des conséquences difficilement réversibles sur la fertilité des sols et sur l’eau
- l'utilisation de référentiels de méthode d'utilisation de ces espaces qui soient adaptés à la préservation de la biodiversité (par ex. méthode ProSilva).
Merci de tenir compte des multiples appels à l'aide que nous adresse le monde du vivant.

Philippe LEBOURG
Le 05/05/2022 à 11:32:42

Déjà fait par le truchement de Canopée.
Voici ma participation basée sur le texte fourni par cette association :
"Je demande d’encadrer strictement les coupes rases. Le projet de SRGS prévoit déjà une taille maximale pour les coupes rases : c’est une bonne chose, mais il faudrait aller plus loin. Concrètement, je propose de limiter la taille des coupes rases à 4 hectares en règle générale, à 2 hectares dans les pentes de 10 à 30% et à 0,5 hectares dans les pentes supérieures à 30%. Je pense également qu’il serait bon de préciser la définition d'une coupe rase et de considérer que toute coupe laissant moins de 10% du couvert arboré soit considérée comme une coupe rase. Par ailleurs, la possibilité de décaler dans le temps les coupes prévues dans un Plan Simple de Gestion pourrait permettre de contourner la règle de la taille maximale pour les coupes rases, c’est pourquoi je demande que les coupes rases de la taille maximale autorisée ne puissent être inscrites dans le Plan Simple de Gestion que tous les 4 ans.
A mon sens, la biodiversité est insuffisamment prise en compte dans les Plans Simples de Gestion, malgré l’engagement pris par la France dans la feuille de route pour l’adaptation des forêts au changement climatique. Cet engagement prévoyait un volet biodiversité dans les Plans Simples de Gestion. Je demande donc l’intégration d’un volet biodiversité obligatoire dans tous les Plans Simples de Gestion : ce volet biodiversité préciserait les mesures de préservation des gros et très gros bois, du bois mort et des zones humides. Il serait également souhaitable d’introduire une obligation de produire une analyse des risques environnementaux pour les projets de desserte. Cette analyse des risques porterait sur la biodiversité, les sols, l’eau et les paysages.
Je demande de supprimer le critère de pourcentage maximal pour les zones laissées en libre-évolution. Cette position n’est pas réaliste (dans certaines forêts, plus de 10% de la surface est inexploitable), et elle imposerait à certains propriétaires des investissements lourds en création de desserte. Comme l’indiquent les PNR du Haut-Jura et du Morvan dans leurs avis sur le projet de SRGS, cette limite ne repose sur aucun fondement et le choix appartient au propriétaire. En outre, force est de reconnaître que la libre évolution favorise la biodiversité.
Afin d’éviter l’enrésinement et les plantations en monoculture ou quasi-monoculture, globalement moins riches en biodiversité et moins adaptées au changement climatique, je demande l’interdiction de la transformation par coupe rase de futaies ou de taillis sous futaie sains, naturels ou semi-naturels en plantations. Il faudrait également diversifier les plantations : dans toutes les plantations de plus de 2 hectares d’un seul tenant, je demande un mélange d’essences, avec un taux minimum d’essences de l’habitat naturel de la station. Je demande également d’interdire les clones et les organismes génétiquement modifiés dans toutes les plantations.
Je demande des mesures supplémentaires de protection des sols : il faudrait à mon sens fixer une largeur d’emprise maximale de 10 mètres pour les routes forestières et de 8 mètres pour les pistes terrassées. Il serait également important d’interdire les engins lourds dans et à proximité des sols tourbeux et des zones humides. Je propose d’interdire l’export des rémanents sur les sols acides. Il serait bon de privilégier le treuil dans les pentes de plus de 50%.
L'introduction d’essences exotiques peut présenter de graves risques écologiques, comme le rappelle la Société Botanique de France dans son livre blanc sur le sujet. C’est pourquoi je demande qu'il soit interdit d'introduire des essences exotiques en forêt tant que les conséquences de leur introduction n'aient pas été rigoureusement et scientifiquement analysées. Merci pour votre attention."

Frawald
Le 05/05/2022 à 06:05:15

J'ai vu, dans le bocage normand, ce que ces monstrueuses machines sont capables de faire : horreur cauchemardesque. Même les chemins creux étaient ravagés. Un scandale.

Très beau texte de Colette N.V. ci-dessus. Mais ça n'arrange pas ma colère.

Daniel DANIEL
Le 04/05/2022 à 23:11:44

Pas la peine de discourir ni de prononcer des condamnations envers d'autres Etats si c'est pour faire la même chose! Il serait bien temps de prendre en compte le fait que l'homme est hôte de la nature et qu'il est prié de ne pas trop endommager l'endroit où il vit.

geronimo
Le 04/05/2022 à 21:52:41

Arrêtez les abatages mercantiles.

Francis ZUAMABAR
Le 04/05/2022 à 11:49:40

Les Eaux et Forêts faisaient très bien le boulot, mais à force de restrictions budgetaires et de choix inadaptés: boisements en semis de résineux en culture intensive au lieu d'une forêt diversifiée....
Là encore, le fric est le but ultime!!!

Eugène-François Ravenet
Le 03/05/2022 à 17:50:35

Vous êtes-vous trouvés dans une forêt de sapins (Franche Comté) face à un engin plus haut qu'une habitation à loyer modéré dont les roues sur chenilles ou habillées de pneus aussi grands qu'un sapin président? Il ne vrombit pas mais étend sa grande paluche de mante religieuse dans des ornières d'un mètre de profondeur?
Vision cauchemardesque que cet engin loué par une boîte du Lyonnais. Les exploitants se prêtent les monstres qui arrachent le tronc, qui pèlent les écorces et débitent les fûts.
Les coupes rases sont à pleurer: terres victimes de pelade, forêts punies par une tonte, espaces sans végétation comme un crâne nu après la chimio.
Laissez les agents des Eaux et Forêts honnêtes et savants, pourvu qu'il en reste, s'occuper des arbres car ce sont eux les « vrais soignants, premiers de cordées » sous les frondaisons.
Aïchat Nussy

colette Nusbaum Vallet
Le 03/05/2022 à 17:38:33

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !