actualité écologie

météo

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Ne laissez pas vos appareils en veille

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

22 V'là les acteurs des transitions

Les amis des 150

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

AG Cyberacteurs

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : consultation publique concernant les tirs de renards de jour comme de nuit

Mise en ligne du 01/05/2022 au 07/05/2022

Plusieurs projets d’arrêtés cynégétiques sont soumis à consultation du public sur le site internet de la préfecture de la Seine-et-Marne.

Bilan de la cyberaction :

1582 participants

Consultation terminée

Présentation de la cyberaction :

Parmi ces projets d’arrêtés, il y en a un spécifique qui prévoit des destructions d’espèces dites envahissantes et classées dans le 1er groupe des ESOD (chien viverin, raton laveur, ragondin), mais cet arrêté prévoit aussi des destructions d’un nombre illimité de renards, de jour comme de nuit, entre le 1er août 2022 et le 30 avril 2023.

La préfecture a publié une note de présentation qui n’apporte aucun élément pour justifier ces destructions.

AVES France vous invite à vous opposer à ce projet d’arrêté jusqu’au 5 mai 2022.

Monsieur le Préfet de la Seine-et-Marne,

Je tiens à donner un AVIS DÉFAVORABLE à votre Projet d’arrêté n° 2022/DDT/SEPR/112 portant fixation de la procédure en matière de régulation des populations de renards, ragondins, ratons laveurs et chiens viverrins.

Votre administration a produit une note n’apportant aucun élément pour justifier votre projet d’arrêté.

Sur le site de la préfecture, votre projet d’arrêté est publié sous le titre « Classement des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (groupe 3) et modalités de la destruction à tir du 1er juillet 2022 au 30 juin 2023 ». Votre projet d’arrêté concerne d’une part les ESOD du groupe 1, et d’autre part le renard qui est dans le groupe 2. Ce titre est trompeur et peut induire les contributeurs en erreur.

Votre projet d’arrêté fixe la procédure en matière de régulation des populations de renards, ragondins, ratons laveurs et chiens viverrins. Or, si le ragondin, les ratons laveurs et les chiens viverrins sont considérés comme des espèces invasives, ce n’est absolument pas le cas du renard. Inclure le renard dans un tel arrêté est scandaleux et injustifié.

Comme vous le dites dans votre note, le renard est classé espèce susceptible d’occasionner des dégâts par arrêté ministériel du 3 juillet 2019 et peut à ce titre, toute l’année, être piégé en tout lieu et déterré avec ou sans chien. Les destructions administratives par les lieutenants de louveterie doivent être nécessaires pour être autorisées et cette nécessité doit être démontrée, comme l’ont confirmé plusieurs jurisprudences récentes.

Votre « note » ne présente aucun élément chiffré relatif à l’espèce renard : ni les effectifs de renards, ni les dommages causés (nature, localisation et coûts). Sans ces éléments, rien ne justifie cet arrêté cadre, dont le but est d’octroyer des autorisations de tirs aux lieutenants de louveterie sur l’ensemble du département entre le 1er août 2022 et le 30 avril 2023.

Dans les « CONSIDERANT » de votre projet d’arrêté, vous semblez vouloir justifier la destruction d’un nombre illimité de renards pour préserver la petite faune, mais aussi dans « l’intérêt de maintenir une activité relative à la chasse du petit gibier dans le département ». Les tribunaux administratifs ont déjà suspendu des arrêtés similaires, reconnaissant que le renard n’est pas responsable de la disparition de la petite faune, et qu’il ne peut pas être détruit pour préserver le gibier tué par les chasseurs.

Il n’est pas admissible de tuer des renards pour préserver le petit gibier. Même si la chasse du petit gibier est encadrée par l’Arrêté préfectoral n° 2022/DDT/SEPR/108, elle n’est pas interdite sur l’ensemble du territoire.
Il n’est mentionné nulle part la mise en place de mesures préventives, notamment pour limiter les dégâts aux élevages avicoles. Il appartient aux éleveurs de protéger leurs élevages.

L’article 7 de la Charte de l’Environnement précise que : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. » Or, vous ne mettez à la disposition du public aucun document lui permettant de comprendre les motivations de votre projet d’arrêté.

Dans les « Vu » de votre projet d’arrêté, on peut lire : « VU l’avis de la Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage réunie le 12 avril 2022« . Or, aucun compte-rendu de la CDCFS n’est mis à la disposition du public. Aussi, vous demandez au public de se prononcer sur un arrêté sans qu’il puisse prendre connaissance des débats qu’il a pu provoquer au sein de cette commission.
Les « CONSIDERANT » de votre projet d’arrêté sont à charge contre le renard, alors que vous ne fournissez aucun élément pour justifier d’éventuels dégâts, et aucune méthode préventive ne semble avoir été déployée pour les éviter.

Dans l’article 1, vous indiquez que les arrêtés « pourront être pris dans le but de réguler les populations de renards, sur tout ou partie du département de la Seine-et-Marne », puis dans l’article 2, vous introduisez des limitations géographiques tellement vastes que les destructions des renards pourront probablement avoir lieu sur tout le territoire.

L’article 2 est erroné, puisque vous écrivez « Pour les secteurs mentionnés ci-dessous » alors que vous semblez évoquer les secteurs mentionnés « ci-dessus ».
Vous indiquez que pour plusieurs secteurs, l’IKA du renard devra être supérieur à 0,25 pour que les destructions soient autorisées. Or, aucun chiffre sur les populations de renards de votre département ne sont mis à la disposition du public. Votre administration a-t-elle obtenu ces chiffres de la part de la fédération de chasse ou a-t-elle réalisé une étude scientifique avec une méthodologie sérieuse pour réaliser ces comptages ? Comptez-vous diffuser cette étude ?

Alors que vous introduisez des limites à la durée des arrêtés, qui pourront déjà atteindre jusqu’à 45 semaines, vous prévoyez déjà de déroger à ces règles en écrivant « En cas de survenance de circonstances exceptionnelles, des arrêtés justifiant des interventions supplémentaires, pourront être pris. »
Cet arrêté cadre est entaché d’illégalité sur la forme comme sur le fond et doit-être retiré.

Le Renard, comme les mustélidés et les rapaces, contribue à la régulation des populations de rongeurs. Si le petit gibier disparait, c’est essentiellement la faute des chasseurs et d’une urbanisation croissante. Il suffit de rappeler qu’un renard consomme de 6 000 à 10 000 rongeurs par an pour comprendre l’intérêt qu’il représente en tant qu’auxiliaire agricole. Par ailleurs, le renard ne sera jamais en surpopulation car c’est une espèce qui s’autorégule en fonction de la disponibilité en nourriture.
Les tirs de nuit sont susceptibles de générer des erreurs et de la confusion entre espèces, sans compter le dérangement des riverains et de la faune non visée.
Plusieurs tribunaux administratifs ont régulièrement déclaré illégaux des tirs de nuit qui avaient été autorisés par les préfets.

Ce projet d’arrêté ne repose sur aucun fondement écologique, ces animaux étant tués par des lieutenants de louveteries pour une chasse de loisir.

Les tirs de nuit sont également une source importante de stress pour les riverains.
Je me permets de vous rappeler qu’au moment de la publication de l’arrêté final, l’article L 123-19-1 du code de l’environnement stipule qu’ « au plus tard à la date de la publication de la décision et pendant une durée minimale de trois mois, l’autorité administrative qui a pris la décision rend publics, par voie électronique, la synthèse des observations et propositions du public avec l’indication de celles dont il a été tenu compte, les observations et propositions déposées par voie électronique ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision. » Je vous remercie donc de bien prévoir la publication d’une synthèse des avis qui vous ont été envoyés.

Vous pouvez soit participer à la cyber action

soit utiliser le formulaire
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdnJYLHqYg8pFZMNr69bTkrxyVwHsJ0ivcC7KU3aUIFbyxw4Q/viewform  


La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur,
Je tiens à donner un AVIS DÉFAVORABLE à votre Projet d’arrêté n° 2022/DDT/SEPR/112 qui ne repose sur aucun fondement écologique.
Le renard, comme les mustélidés et les rapaces, contribue à la régulation des populations de rongeurs. C’est une espèce qui s’autorégule en fonction de la disponibilité en nourriture.
Les tirs de nuit régulièrement déclaré illégaux sont susceptibles de générer des erreurs et de la confusion entre espèces, sans compter le dérangement des riverains et de la faune non visée.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

13 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


De nuit, qui fera la différence entre les tirs de Dédé le braconnier et les détonations de Willy le chasseur officiel, mandaté, financé et chouchouté ?
Saluons tout de même le courage et la ténacité de ces porteurs de fusil nocturnes, légaux ou illégaux, car ce doit être dur de chasser la nuit quand on n'est pas une lumière.

Frawald
Le 06/05/2022 à 19:16:57

L'acharnement à détruire la faune avec une totale méconnaissance des données scientifiques sur la biodiversité et le cycle de la vie montre la cruauté et la stupidité crasse des chasseurs.

josiane vasseur
Le 05/05/2022 à 13:13:11

Cet insensé acharnement à détruire notre faune, sans tenir compte des études scientifiques les plus récentes, relève en réalité d'une tendance psychopathique évidente.

MARTIN
Le 05/05/2022 à 10:26:24

l'homme est vraiment le plus grand prédateur de la planète, il a le pouvoir de tout détruire, les animaux se régulent eux mêmes, prenons exemple...

annie chazottes
Le 03/05/2022 à 17:31:42

Monsieur le Préfet de la Seine et Marne,

Je donne un avis défavorable à votre projet d’arrêté N° 2022/DDT/SEPR/112 qui annonce le carnage chez les renards, les rapaces et les mal aimés que sont les blaireaux et les martres.
Il n’est nul besoin de tirs diurnes ou nocturnes pour «réguler» car les animaux gèrent leur descendance comme des as: un renard affamé n’engendre pas de petits à la différence des humains qui prolifèrent tout en se gavant de burgers et de frites.
Les populations se régulent, et quand cadavres il y a, ils sont digérés expressément par les rapaces et les charognards.
Au risque de vous effarer, M. le Préfet, je vous incite à préparer des body-bags car dans la forêt profonde, en pleine nuit, les tirs maladroits peuvent faucher un tirailleur. On ne connaît pas non plus la réaction des riverains dérangés par les pétarades pendant une rétrospective «François Truffaut» sur Arte.
Respects,
Aïhat Nussy

colette Nusbaum Vallet
Le 03/05/2022 à 10:00:14

Et les chasseurs affirment dans les journaux avec leur publicités ou à la télévision être des défenseurs de la nature et des protecteurs. Et en plus ils souhaitent intervenir dans les écoles (il y a quelques mois) pour effectuer de l’enseignement tout cela pour se donner une bonne image. Il n'y a pas si longtemps j'ai discuté avec un garde de chasse et la discussion est resté courtoise mais avec des points de vue différents. Alors qu'il est garde de chasse, il m'informe dans la conversation qu'il lui est demandé voir imposé par sa hiérarchie d'informer les personnes qui se promènent avec des chiens non tenu en laisse sur des sites réglementés que de les verbalisés. Tout cela pour la bonne image de la fédération.

Stéphoto
Le 03/05/2022 à 09:56:17

la mort pour le plaisir de la donner, la mort par négligence ,par insouciance, par culture passéiste ,camphrée , qui sent les produits antimites de nos grand mères, la mort parce que des ringards ont encore le pouvoir de la donner , parce qu'on leur donne ENCORE ce pouvoir! ALORS ARRETONS!!!!

botan
Le 03/05/2022 à 00:11:11

Il y en a mare de ces chasseurs qui cherchent par tous les moyens à assouvir leur instincts sanguinaires toute l'année et sous des prétextes fallacieux !
Il serait grand temps de mettre les Préfets en formation à l'environnement et la nature !

Lionel Bécus
Le 02/05/2022 à 12:40:36

Stoppons la chasse aux renards si ignobles et barbares MERCI !!!!!

ann parkins
Le 02/05/2022 à 12:25:51

stoppons la barbarie de la chasse aux renards si barbares MEZRCI !!!!!!!

brandeau
Le 02/05/2022 à 12:24:15

Consultation publique / NON AU TIRE DES RENARDS LA NUIT

Michel CROQUET
Le 02/05/2022 à 10:20:18

Si Maître Renard prend une majuscule l’animal n’en prend pas. D’accord, dans l’histoire ce n’est pas de la typographie qu’il risque le plus d’être victime.

Bibi
Le 02/05/2022 à 09:53:25

Sans compter les promeneurs nocturnes, ados etc

samson daniele
Le 02/05/2022 à 09:48:21

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !