actualité écologie

météo

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

AG Cyberacteurs

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Les amis des 150

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

22 V'là les acteurs des transitions

Ne laissez pas vos appareils en veille

SPAM etc...

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

Journal des Bonnes Nouvelles

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Var : ouverture anticipée de la chasse du sanglier, du renard et du brocard

Mise en ligne du 09/04/2022 au 02/05/2022

Plusieurs projets d’arrêtés relatifs à la chasse et aux destructions administratives des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts dans le département du Var pour la saison 2022-2023 sont soumis à consultation du public par la préfecture du Var.

Bilan de la cyberaction :

2079 participants

Consultation terminée

Présentation de la cyberaction :

La préfecture a publié une note de présentation succincte, n’apportant aucun élément pour justifier l’ouverture anticipée de la chasse, et notamment celle du renard.
AVES France vous invite à vous opposer à ces projets d’arrêtés jusqu’au 26 avril 2022.

Monsieur le Préfet du Var,

Je souhaite m’opposer à votre projet d’arrêté relatif au tir d’été 2022 du sanglier, du brocard et du renard dans le département du var, et à apporter des réserves sur le projet d’arrêté relatif à l’ouverture et à la clôture de la chasse pour la campagne 2022-2023 dans le département du var.

SUR LA FORME :
La note de présentation publiée par vos services n’apporte aucun élément permettant aux contributeurs de comprendre les décisions prises par l’administration. Les contributeurs sont privés des informations qui auraient dû leur permettre de donner un avis éclairé.

La CDCFS a été consultée le 23 mars 2022, mais aucun compte-rendu n’a été mis à la disposition du public.

Tous les actes de destruction administrative sont justifiés par les dégâts de sangliers. Or, aucun chiffrage de ces dégâts n’est publié dans la note de présentation. Vous ne justifiez à aucun moment pourquoi le renard pourra être abattu de façon opportuniste lors des destructions de sangliers ou de brocards.
L’article 7 de la Charte de l’Environnement précise que : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »

Je me permets de vous rappeler qu’au moment de la publication de l’arrêté final, l’article L 123-19-1 du code de l’environnement stipule qu’« au plus tard à la date de la publication de la décision et pendant une durée minimale de trois mois, l’autorité administrative qui a pris la décision rend publics, par voie électronique, la synthèse des observations et propositions du public avec l’indication de celles dont il a été tenu compte, les observations et propositions déposées par voie électronique ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision. » Je vous remercie donc de bien prévoir la publication d’une synthèse des avis qui vous seront envoyés durant la phase de consultation du public.

SUR LE FOND :

Alors que le projet d’arrêté relatif aux tirs d’été 2022 (entre le 1er juin et la date d’ouverture de la chasse) précise que la chasse du sanglier, à l’affût ou à l’approche, sera limitée dans les parcelles agricoles en exploitation et à proximité immédiate, cultivées non récoltées, la chasse du brocard ne semble pas limitée à proximité des parcelles agricoles.

Le renard pourra être abattu dès le 1er juin, de façon opportuniste, lors des destructions de sangliers à proximité de parcelles agricoles cultivées non récoltées, mais également partout où le brocard sera chassé.
Si la chasse du sanglier est justifiée par votre administration par ses dégâts aux cultures, aucune raison n’est apportée pour justifier l’abattage opportuniste des renards.

Dans l’arrêté relatif à l’ouverture anticipée de la chasse au sanglier et au renard en battue pour la campagne 2022-2023 dans le département du Var, vous précisez que les battues seront autorisées à partir du 15 août 2022, et que « les battues doivent être conduites préférentiellement à proximité des zones cultivées non récoltées, dans un objectif de prévention des dégâts ». Ces battues doivent être autorisées exclusivement à proximité des zones cultivées non récoltées, et je vous demande de supprimer de ce projet d’arrêté l’opportunité de tirer des renards par opportunisme, lors des battues.

Le renard, comme les mustélidés et les rapaces, contribue à la régulation des populations de rongeurs. Si le petit gibier disparait, c’est essentiellement la faute des chasseurs et d’une urbanisation croissante. Il suffit de rappeler qu’un renard consomme de 6 000 à 10 000 rongeurs par an pour comprendre l’intérêt qu’il représente en tant qu’auxiliaire agricole. Par ailleurs, le renard ne sera jamais en surpopulation car c’est une espèce qui s’autorégule en fonction de la disponibilité en nourriture.

Enfin, l’arrêté relatif à l’ouverture et à la clôture de la chasse pour la campagne 2022-2023 dans le département du Var prévoit que « dans les établissements professionnels de chasse à caractère commercial, la chasse des perdrix grises, perdrix rouges et faisans de chasse issus d’élevage, est autorisée pendant toute la période d’ouverture générale ». L’introduction de « gibier d’élevage » dans le milieu naturel ne doit plus être autorisé. Ces animaux élevés pour être chassés présentent un risque de pollution génétique et pourraient transmettre des maladies aux animaux sauvages. Ces animaux sont inaptes à la vie sauvage et ne sont que de la chair à canon relâchée pour satisfaire le plaisir primaire de certains chasseurs. Si les effectifs de perdrix grises et rouges sont en déclin, il faut interdire leur chasse et laisser les effectifs se reconstituer, et non introduire des spécimens issus d’élevages pour que la chasse puisse perdurer.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet,

L'absence d'informations permettant de donner un avis éclairé (chiffrage de ces dégâts, avis du CDCFS, notion de chasse opportuniste ) est contraire à l'art 7 de la Charte de l’Environnement.
L'extermination du renard qui contribue à la régulation des populations de rongeurs et l’introduction de « gibier d’élevage » dans le milieu naturel ne doivent plus être autorisés.
Je m'oppose donc à votre projet d’arrêté relatif au tir d’été 2022 du sanglier, du brocard et du renard, et apporte des réserves sur le projet d’arrêté relatif à l’ouverture et à la clôture de la chasse pour la campagne 2022-2023 dans le Var.
Comptant sur une synthèse des avis,
Citoyennement vôtre.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

18 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


En fait, ces arrêtés font partie d'un vaste plan national. Pour preuve, je recopie ci-dessous quelques extraits du "billet doux" que Macron a envoyé aux chasseurs, le 6 avril dernier.
- Nous (le gouvernement) avons soutenu votre concertation avec l'ensemble des organisations agricoles qui a abouti à un accord historique pour réduire de 30% les dégâts de gibier tout en simplifiant de nombreuses procédures. Il faut maintenant que l'Etat s'engage pour vous accompagner dans la mise en oeuvre de ce vaste plan d'action qui s'inscrit sur plusieurs années. (Fin de citation)
Pour ce gouvernement et pour les chasseurs, réduire de 30% les dégâts de gibier signifie surtout tuer plus d'animaux et donc allonger les périodes de chasse, d'où des ouvertures anticipées, des chasses d'été, comme il est question ici ainsi que des projets d'arrêté rédigés à la va-vite (simplification des procédures) qui ne s'embarrassent pas de "détails" comme le chiffrage et la localisation des dégâts ou les effectifs des populations animales présentes sur les secteurs touchés.
Dans la missive de Macron aux chasseurs, il est écrit également que :
- L'Etat apportera son concours au financement des dégâts. (Fin de citation)
Ainsi tous les contribuables vont maintenant participer à l'indemnisation des agriculteurs en cas, par exemple, de dégâts causés par les sangliers dans les champs et prairies. Sangliers qui se sont multipliés pour diverses raisons (modifications climatiques, choix des cultures, absence de prédateurs naturels...) mais aussi à cause des actions des chasseurs, notamment l'agrainage et l'introduction d'individus sélectionnés.
Une dernière citation pour la route :
- dès cet automne, des financements viendront intégralement compenser la hausse des prix des matières premières agricoles liée à la crise ukrainienne, afin que vos fédérations puissent faire face. (Fin de citation)
Décryptage : Tous les contribuables vont payer pour compenser la hausse du prix du maïs d'agrainage !!!
L'intégralité de la lettre se trouve à la fin de l'article dont voici le lien https://www.oisehebdo.fr/2022/04/08/lettre-de-macron-aux-chasseurs-dans-loise-les-promesses-tombent-a-plat/  
Allez y jeter un coup d'oeil. Il est toujours utile de savoir ce qui nous attend et comment nous sommes déconsidéré(e)s par le pouvoir actuellement en place. Vous comprendrez à quel point il est essentiel que vous vous engagiez, ne serait-ce qu'en devenant simplement membres, auprès des associations et structures qui défendent l'environnement et les animaux. Plus nous serons nombreux, plus nous serons respecté(e)s et entendu(e)s ; moins il y aura de promesses électorales énamourées faites aux chasseurs ! Merci pour votre attention. Francine

Frawald
Le 16/04/2022 à 06:25:44

Marre des chasseurs ! Ils obtiennent de plus en plus de droits à tuer alors que la biodiversité, surtout la faune sauvage, est en grand péril. Tuer n'est pas un jeu, c'est la vie qu'il faut défendre.

joelle TAILLEFER
Le 15/04/2022 à 20:59:18

Si les sangliers sont trop nombreux, c'est parce que ces ahuris de chasseurs ont introduit des truies dans le milieu sauvage, pour niveler les quantités de "sangliers" à abattre chaque année. J'ai appris ça dans les années 80. Le vétérinaire du coin l'a confirmé récemment. On appelle ça les sanglochons ...
Les sangliers vrais adaptent leurs populations à la quantité de glands des chênes, quantité variable d'une année sur l'autre. Et ce n'est pas à chaque coup que les chênes fructifient : donc les niveaux de population de sangliers étaient tout à fait supportables.
Mais ... les chasseurs ont introduit des truies.
Les portées des truies sont plus nombreuses que celles de la laie, et le porc domestique, habitué à dépendre des humains et non plus de la glandaison des chênes, ne recule devant aucune audace et sort du milieu sauvage pour aller se nourrir dans les vignes, les maïs semence, les vergers et les jardins.
Et voilà que les chasseurs, après avoir profondément déséquilibré la donne, se présentent comme la solution. Ils sont l'erreur du système, eux, et non les animaux ds collines et des campagnes.

Écœurement de cette époque ....

Agnès Pastourel
Le 14/04/2022 à 19:02:18

Si certaines espèces sont susceptible d'occasionner des dégâts, il serait nettement préférable de privilégier le retour de leurs prédateurs naturels qui ont été éliminés par les chasseurs. Cela éviterait les nombreuses victimes des accidents de chasse et les tirs sur des chevaux ou autres animaux domestiques tels que régulièrement constaté.

Yves TOURNEUR
Le 14/04/2022 à 11:00:48

cela devient cauchemardesque : les chasseurs ont tous les droits et la vie sauvage aucun ! insensé, stupide, à une époque ou la diversité est en danger la chasse est donc favorisée ! une autre planète, viiiiiiiite

maripachats
Le 13/04/2022 à 20:25:43

Les sangliers des nuisibles?trop nombreux ?Que font ces épandages et tas de mais cachés dans les coins des champs ? Ceux qui se plaignent sont ceux qui les nourrissent pour ensuite nous faire croire à nous villageois que leur chasse est indispensable ! Que les préfectures nous expliquent ce qu'elles font pour maintenir la régulation naturelle de la faune .Et s'il fallait que quelques uns disparaissent (maladies accidents ) il y a des gardes chasse dont c'est le travail et qui devraient être bien encadrés . Assez de tous ces fusils du dimanche ....pour s'amuser à tirer il existe des clubs .

MICHELE CATHALA
Le 13/04/2022 à 14:34:39

Oui, Yamina, j'ai vu le clip : "Nous sommes les chasseurs" récemment. Cela m'a fait un choc car j'ai cru au départ qu'il s'agissait d'un hommage aux bénévoles des associations de défense de l'environnement comme la LPO, FNE, ou autres. La chute fut dure ! Au moins maintenant, nous savons comment les nervis de Willy utilisent les fonds qui leur sont alloués pour leurs actions en faveur de la nature. Mais revenons aux chasses d'été dans le Var : comme d'habitude, aucune justification n'est donnée. En gros, l'argumentaire des pro chasses estivales et des préfectoraux se résume à ceci : "Y sont trop nombreux et y font des dégâts".
Ben c'est pas avec des démarches et raisonnements scientifiques pareils qu'on ira sur Mars demain. ;-))

Frawald
Le 13/04/2022 à 13:19:12

des voix pour macron

pierre corbel
Le 13/04/2022 à 09:32:09

A M. le Préfet du Var

Je m'oppose à l'abattage des animaux suivants: sangliers, renards et brocards.
Ils finiront à l'équarrissage ou dans le congélateur tant qu'EDF veille.
Je ne comprends pas pourquoi vous n'envoyez pas d'agents désarmés pour prendre des photos, pour analyser les sols et constater les déprédations. Ils évalueraient RELLEMENT les dégâts dans les cultures. Ainsi vous auriez les preuves exactes des ravages imputés aux cochons sauvages.
On peut rappeler aux cultivateurs qu'ils ne devraient pas tant s'étaler sur le territoire: horreurs que ces champs sans fin de maïs et de tournesols, épouvante que cette gabegie d'eau tandis que les prairies sèchent sous le ventre des vaches. De l'eau à gogo pour des maïs exportés.
Les sangliers vous dérangent mais c'est parce qu'il ne reste plus de place pour divaguer sans se perdre dans des immensités de plantes assoiffées. Moins de cultures extensives, moins de pertes en eau et moins d'intrusions par les sangliers.
Heureusement des vétérinaires associatifs pratiquent des stérilisations. Des Braves qui ne sont aidés par personne du Ministère. Moins de parcelles, moins de spray Bayer.
Cynisme et décervelage sont les mamelles de ceux qui font des cartons "opportunistes" sur le renard et le brocard qui ne sont pas les premiers sur la liste varoise, mais dès qu'ils se pointent, PAN!
Quand les chasseurs trébucheront sur les tumuli innombrables des campagnols, ils sauront que le renard, gourmand de rongeurs, leur aurait éviter de tomber avec leur fusil et de perdre un bijou.
Respectueusement,
Aïchat Nussy

colette Nusbaum Vallet
Le 12/04/2022 à 14:33:47

Et la pub pour les chasseurs l'avez vous vu ?

Pour les sangliers je suis d'accord, ils sont trop nombreux et font d'énormes dégâts !

Yamina frecaut-martin
Le 12/04/2022 à 11:46:17

Laissez la nature se réguler elle même elle n'a pas besoin de nous! Si c'est pour détruire ces animaux par exemple le sanglier pourquoi les chasseurs les alimentent-il en répandant des grains de maïs, pourquoi y a t-il des croisements entre sanglier et cochon domestique ? Pourquoi le Préfet ne donne accès à aucun document qui justifie la mesure qu'il prend ? j'espère que cette disposition sera annulée.

Mimi
Le 12/04/2022 à 10:01:27

Au moment de voter je penserai a cela!

hubert monet
Le 11/04/2022 à 16:50:38

l'humain dans toute sa "grandeur" qui ne pense qu'a tuer, massacrer, detruire, polluer, a quand le retour d'une veritable Humanité qui respecte et protege faune et flore?

Evelyne
Le 11/04/2022 à 16:06:36

Vraiment ras le bol de cette folie de toujours détruire, détruire détruire, tuer, tuer, tuer. Le sadisme approuvé et soutenu

Nino-Anne DUPIEUX
Le 11/04/2022 à 14:01:44

Partout les chasseurs cherchent des prétextes pour assouvir leurs pulsions meurtrières toute l'année !
Comment peut-on faire d'un loisir, d'une distraction ou d'un sport le fait d'ôter la vie, de tuer des êtres innocents?
De plus la plupart des animaux se régulent d'eux mêmes sans besoin de notre intervention, aucun des animaux désigné n'est nuisible, à part ces assassins de chasseurs.
Les incendies de forêts, les pesticides et autres herbicides détruisent suffisamment comme ça sans en rajouter !

Lionel Bécus
Le 11/04/2022 à 11:31:09

Je ne comprends et c'est domage que vous melangiez tout .
Le sanglier est un animal nuisible qui fait beaucoup de degats
dans l'agriculture .... il y en a beaucoup trop et la chasse est une necessité indispensable <; le renard n'est pas un nuisible il participe a l'equilibre de la nature. et a sa regulation naturelle.

Bruno PALLUAT
Le 11/04/2022 à 11:10:01

Une décision doit être motivée.......Fût-elle préfectorale.

eugène ravenet
Le 11/04/2022 à 10:57:42

Envoi avec le texte non modifié car impossible à changer

Amicalement

Jacques Le Roux
Le 11/04/2022 à 10:50:30

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !