actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Rando Plogoff dimanche 25 aout

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Les 10 jours verts Transacteurs

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

victoire pour Gabriel Dufils

OPÉRATION

La Terre vue depuis l’espace

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : URGENT : destruction de loups, exprimez-vous !

Dans le cadre d’un projet d’arrêté fixant les conditions et limites dans lesquelles des dérogations aux interdictions de destruction peuvent être accordées par les préfets concernant le loup, une consultation publique est organisée jusqu’au 11 avril 2011. Il y a donc urgence à réagir !

Bilan de la cyberaction :

3491 participants

Présentation de la cyberaction :

Quelques explications pour ceux qui aimeraient mieux comprendre...

Article 2.

Ce nombre doit tenir compte aussi du nombre d’animaux retrouvés morts de façon accidentelle comme suite à une collision avec une voiture.

Voir aussi commentaire en fin de ce texte sur la fixation du nombre d’animaux à abattre



Article 7

Au plan de la délimitation géographique, je ne comprends pas que l’on retienne les zones de nouvelle colonisation que sont le Cantal et les Pyrénées Orientales, extrêmement fragiles puisqu'il n'y a pas de reproduction constatée (

La phrase « Les unités d’action [UA] correspondent, dans les départements suivants, aux zones où la prédation du loup est probable » est ambiguë. Il faut que la prédation soit certaine, selon des analyses génétiques, car la confusion est tout à fait possible avec des chiens errants.

Le maintien des tirs d’effarouchement, avant de passer aux tirs de prélèvement, me semble indispensable ; je dénonce à cet égard dans cet arrêté les nombreuses formulations imprécises, telles celle de l’article 8 « La mise en œuvre d’un effarouchement … est possible ». Je ne souhaite pas savoir ce qui est « possible », mais ce qui sera réellement fait en faveur de l’animal afin de ne pas laisser s’exprimer la colère brutale des victimes momentanées du loup.

Article 10 le terme « tirs non létaux » pour des actes d’effarouchement est ambiguë, car un tir qui ne ferait que blesser l’animal serait acceptable. Un tir d’effarouchement ne doit en aucun cas toucher l’animal sans quoi il s’agirait d’un acte de braconnage.



Article 13 [et suivants]

Il prévoit des autorisations de tirs de défense en cascade du fait de la proximité de troupeaux me semble très dangereux, et peut conduire à une situation incontrôlable. De plus, en s’organisant bien, un groupe de personnes peut selon ce texte se relayer et tirer sans sommation sur les loups pendant trois semaines.



L’article 16 ne limite pas la durée du tir de défense. Le tir de défense dans les unités d’action doit être limité aux jours qui suivent la prédation par un loup.



Plusieurs articles font référence à la protection des troupeaux « dans la mesure du possible ». La protection des troupeaux doit être la norme en plaine où il est plus facile de s’organiser. En montagne, la présence de chien de protection est aussi indispensable pour limiter les pertes. Ces chiens, éduqués pour cela, en nombre suffisant par rapport à la taille du troupeau, ont largement fait la preuve de leur efficacité pour diminuer les prédations, voire selon les cas, les supprimer.Le chapitre 3 [et en particulier les articles 23 à 26] constitue une possibilité de sortir totalement du cadre de tir contrôlé, et n’est pas acceptable.

Sous la pression de ses administrés, le préfet a toute latitude pour évaluer la situation, et déclencher les tirs d’exécution [« prélèvement" ], de façon librement reconductible. En effet, de nombreuses formulations comme « … des situations où… est établie » émaillent le texte, et libèrent le haut fonctionnaire de toute entrave.

Rappelons qu’un tir de prélèvement « réussi » n'éduquera en rien les loups survivants et ne leur fera pas craindre davantage de s'attaquer aux moutons. S'il atteint le membre d'une meute, il ne fera pas diminuer la pression sur les troupeaux de la ZPP et ne réduira en rien l’obligation de surveiller le bétail jour et nuit.



Des expressions tout au long de cet arrêté comme « dans la mesure où les troupeaux demeurent dans les conditions où ils sont exposés à la prédation du loup » relèvent d’une vision fausse. En effet, au sens absolu, tant qu’il y aura des troupeaux sur les aires d’habitation des loups, les troupeaux sont potentiellement en danger. Il n’est pas possible de supprimer le « risque loup » pour les troupeaux, il faut au contraire les protéger.


En outre, le nombre maximum de loups qui peuvent être légalement détruits n'est pas mentionné. Or, ce nouvel arrêté fait craindre que le chiffre de 6 à 8 généralement admis soit vite dépassé. Aussi il faudrait encadrer ce chiffre par une règle de calcul, par exemple : « 5% de l’EMR [Effectif minimum retenu par l’ONCFS], pour autant que le nombre estimé [par l’ONCFS] de loups en France ne tombe pas en dessous de 150, sinon 2% ».


Article 28

L’article 28 ouvre la porte ni plus, ni moins à un plan de chasse pour le loup.

Si nous parvenons à cette extrémité, l’exécution doit être confiée à un tireur d’élite qui saura épargner toute souffrance à l’animal, et non à un quelconque chasseur, même s’il porte le titre de « lieutenant de louveterie ». La formation par l’ONCFS ne garantit pas la qualité du tireur. De trop nombreux animaux sont blessés par les chasseurs leur causant une mort dans de très grandes souffrances. Aussi, les qualités des chasseurs doivent absolument être vérifiées, le mieux pour nous étant de faire appel à des tireurs d’élite.


Nous savons bien qu’en France, le système des dérogations peut perdurer et devenir la règle, ce qui signifierait, dans les faits, la fin du statut d’espèce protégée pour le loup.

La lettre qui a été envoyée :


Madame le Ministre, Monsieur le Ministre,

Je me permets de réagir à l’arrêté soumis le 23 mars 2011, qui va dans une unique direction : exécuter le loup avec un minimum d’entraves légales. Non que je sois pour une acceptation de sa présence sans aucune condition, mais il me semble que mes impôts étaient jusqu’à maintenant justement employés à permettre une cohabitation supportable, à défaut d’être simple.

En effet, ce texte ne respecte plus la notion de graduation qui prévalait au Plan national Loup 2008- 2012 : il donne le sentiment d’un « chèque en blanc » donné au préfet, pour lequel il n’existe plus de rempart de protection du loup. Dans des conditions prévues par le nouveau texte, on peut désormais sauter l’étape d’effarouchement (car un patou est présent, selon l’article 10), on peut éviter de procéder aux tirs de défense (article 23) puis enchaîner sur le « tir de prélèvement », aboutissement ultime de cet enchevêtrement d’articles.

La philosophie de ce texte est pernicieuse. La protection des troupeaux doit être obligatoire, près des exploitations comme en montagne. Elle seule permettra de protéger les troupeaux. Le texte fait référence à une protection « dans la mesure où elle est possible » ne donnant pas une direction claire aux éleveurs et donnant toute possibilité d’interprétation sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas.
Nous rappelons qu’en vertu du code rural, tout éleveur doit protection à ses animaux.

Le texte est émaillé aussi de périphrases autorisant les tirs de prélèvement « dans la mesure où les troupeaux demeurent dans les conditions où ils sont exposés à la prédation du loup ». Ces expressions relèvent d’une vision fausse. En effet, au sens absolu, tant qu’il y aura des troupeaux sur les aires d’habitation des loups, les troupeaux sont potentiellement en danger. Il n’est pas possible de supprimer e « risque loup » pour les troupeaux, il faut au contraire les protéger. Ce texte nait clairement de la volonté d’éleveurs qui n’acceptent pas le risque d’animaux sauvages pour leurs troupeaux et n’estiment pas important de les protéger.

Il est aussi prévu que tout chasseur après une formation par l’ONCFS puisse tirer les loups. On voit se dessiner le développement d’un plan de chasse pour le loup qui est censé être un animal protégé.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir revenir au plan initial, et d’ignorer cet arrêté, afin de donner sa chance au retour du loup dans notre pays.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

27 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

... les loups!
mais venez donc passer une nuit avec les éleveurs de moutons et découvrez leurs joies au petit matin de voir des brebis égorgées ou survivantes et traumatisées...
Les loups sont une utopies des bobos citadins : qu'ils viennent vivre avec ceux qui les côtoient au quotidien pour comprendre le sujet

philippe
Le 11/04/2011 à 13:46:33

juste une réponse à Pierre, message Papyboum du 9/04 à 20h33:
ne souhaitez pas que la connerie tue, cela pourrait se retourner à l'envoyeur. On est toujours le con de quelqu'un, et personne n'est à l'abri de dire des conneries, même les plus intelligents. (Rien à voir avec le sujet actuel)

marcelle Maillet
Le 11/04/2011 à 12:47:29

Trop facile de signer des conventions et ensuite déroger pour détourner ce qui avait été convenu....Le loup en minorité est un danger pour qui...pour les troupeaux ? Et voir des pauvres bêtes transportées dans des conditions inhumaines mourir étouffées ou de stress avant d'arrivée dans les abattoirs...ça ne dérange personne ???? Lors de mes longues ballades dans le Vercors, jamais je n'ai rencontré la bête sanguinaire !!! Mais qu'on les laisses vivre en paix !!!

joanna
Le 10/04/2011 à 23:47:40

De nombreuses personnes s'expriment et ne connaissent rien au problème du loup dans le vercors par exemple savez vous qu'un Berger est actuellement poursuivi en correctionnelle parce que son chien PATOU (pour protéger son troupeau) a mordu des randonneurs. loup, patou, randonneur qui faut-il éliminer?qui va entrenir les alpages les écologistes ? combien coûte la protection du loup et ses dégradations?
qui paye les avocats des association de protection de la nature?

allez discuter avec les bergers du Vercors
le loup n'est plus une espéce en voie de disparition je suis pour une régulation des loups

Jean claude
Le 10/04/2011 à 22:05:51

S'il vous plaît s'il vous plaît Epargner les loups ! S'il vous plaît ne pas les tuer. Ils méritent pour vivre et sont protégés ! Merci !

Patricia Sheridan
Le 10/04/2011 à 21:34:24

Tous les jours des espèces animales disparaissent par la faute de l'homme jusqu'à ce qu'un jour ce soit son tour. Le loup est un animal mythique que l'on doit protéger à tous prix car il régule naturellement et fait moins de dégats que les chiens errants ou les hommes eux-mèmes. Pour quelques poignées d'éleveurs qui sont indemnisés grassement par la communauté Européenne lorsque des animaux sont retrouvés morts sans que le loup ne soit incriminé, pour des chasseurs qui représentent juste quelques voix, vous voulez autoriser des assassinats de loups, c'est scandaleux, Les défenseurs des animaux NE VOUS LAISSERONT PAS FAIRE.

monathorr
Le 10/04/2011 à 20:42:15

Il est certain que si nous pouvons comprendre que la présence du loup, sur d’infime petite zones de notre territoire national, puisse causer quelques dommages aux éleveurs ovins, plus rarement en ce qui concerne les bovins, et bien que ceux-ci soient largement dédommagés avec l’argent de nos impôts, nous ne saurions admettre la décision du ministère de l’agriculture et de l’environnement de déroger aux droits européen de la convention de Berne protégeant le loup en autorisant des dérogations de tirs incontrôlables en incluant des clause inacceptables dans le plan loup 2008-2012, comme il est précisé à l’article III.2.b.19 et III.2.3.a. 46.

« du fait même que cette disposition est destinée à prévenir les dommages importants, il n’est pas nécessaire que ce dommage important se soit déjà produit ; il suffit qu’il soit susceptible de se produire » (III. 2. b. 19)

Le libellé de l’article 16 qui évoque les «populations des espèces concernées», confirme cette interprétation. Cette approche doit bien évidemment être adaptée aux espèces en question :

la mise à mort d’individus d’une espèce de grand carnivore ayant une aire de répartition étendue devra être évaluée au niveau de la population (le cas échéant transfrontalière) » (III.2.3.a. 46). ..

Ces deux clauses sont une violation du Droit Européen ainsi qu’une violation des articles 4 et 22 de la Convention de Berne que la France a ratifié et qui est entré en vigueur, en France, le 1 Août 1990.

* Article 22 (Convention de Berne)
...
Les Etats transmettent un rapport biennal détaillé sur les dérogations accordées et indiquent au Comité permanent les espèces bénéficiant d’une protection totale sur son territoire mais qui ne figurent pas aux annexes II et III. Ces dérogations ne doivent toutefois intervenir qu’en l’absence d’autres solutions, et ne pas nuire à la survie de l’espèce menacée. »

* Article 4 (Convention de Berne)
...
= Les Parties contractantes s'engagent à coordonner autant que de besoin leurs efforts pour protéger les habitats naturels visés au présent article lorsqu'ils sont situés dans des régions qui s'étendent de part et d'autre de frontières. »

En tant que citoyen, respectueux du droit, nous attendons du gouvernement Français qu’il respecte le droit européen sur notre territoire afin qu’il garantisse un équilibre écologique et un avenir environnementale riche en biodiversité.

C’est pourquoi, je demande au ministère de l’environnement et de l’agriculture de bien vouloir supprimé toutes les clauses risquant de mettre en péril une population animale « en phase de croissance mais encore fragile » comme ceci est clairement exprimé dans le bilan établit, par le gouvernement lui-même, pour l’année 2009-2010 concernant le loup.

Nous ne saurions admettre que ces clauses soient légitimées sur notre territoire.
Si notre voix n’est pas entendue, nous nous verrions dans l’obligation d’en référés au ministère de l’environnement de l’Union Européenne si la France et votre ministère ne retire pas immédiatement ces clauses dans le plan loup 2008-2012, risquant de mettre en péril une population encore fragile.

Stéphane
Le 10/04/2011 à 19:26:32

bonjour,
je voulais juste dire que je suis bien d'accord avec la plupart des commentaires : le problème ne vient pas du loup mais de l'homme qui a du dégoût et une peur bleue de ce qui est différent (on le voit ici avec les animaux mais on peut élargir avec les hommes mais ce n'est peut être pas le sujet). Il préfère tout exterminer plutôt que de savourer toutes ces belles choses offertes par la nature.
Savourons ce que nous offre la nature au lieu de tout vouloir contrôler au risque de tout perdre.
J'ai beaucoup aimé le conte sur l'homme et le loup!

Ps: ça me fait penser à "la jeune fille et les loups". Un film très interessant.

florent
Le 10/04/2011 à 16:43:22

Le loup a déjà été éradiqué de notre territoire par les seigneurs d'une certaine époque car il n'acceptaient pas que le loup prélève un élément de leur troupeau……
Le loup ne s'est jamais attaqué à l'homme, la peur du loup a été "fabriquée" sur mesure afin d'amplifier sa destruction.
Le loup chasse pour se nourrir (d'une façon remarquable pour isoler l'animal le plus faible…) L'animal pourchassé est tué et mangé par la meute !
Prétendre qu'un loup, ou une meute, a fait un massacre en tuant plusieurs moutons est faux.
Le loup, la meute mange le produit de leur chasse et les vautours nettoient le squelette d'une façon remarquable et NATURELLE ! on les appelle les nettoyeurs du ciel, ce n'est pas sans raisons.
On a ordonné voici quelque temps d'amener à l'équarrissage les cadavres d'animaux morts, dans quel but ? Le résultat a été lamentable, les vautours n'ayant plus rien à manger se sont déplacés… Nous avons vu voici 2ans, je peux témoigner, des vols de vautours, 8 à 10 chaque fois, dans les Monts du Forez au niveau de la ville d'Ambert – 63 -, là aussi il y a des moutons.
De nombreux reportages montrent le loup dans sont milieu naturel, certains montrent une coexistence avec la population, les enfants allant gambader dans les bois avec la présence des loups.
Si plusieurs moutons ont été retrouvé morts ce n'est pas le loup mais les chiens errants (De ce côté rien n'est fait correctement, les élevages en tout genres abondent, tout comme les espèces exotiques importées qui n'est rien d'autre qu'un immonde trafic !

Je reprendrais la conclusion de plusieurs signataires : L'homme est l'être le plus con que la planète porte ! Partout ou il est passé il a détruit l'équilibre naturel qui s'était mis en place, malgré toutes les expériences négatives dénoncées il continu de tout bousiller sur son passage.
L'être supérieur, Oui en connerie ! Et là encore, comme l'exprimait si bien G Brassens, le temps ne fait rien a l'affaire…

Mambo 42
Le 10/04/2011 à 10:45:20

Bonjour,
Si ma mémoire est bonne, le chien descend du loup. "Plus je fréquente les hommes, plus j'aime mon chien" ce n'est pas de moi mais j'y adhère totalement.
En effet, dommage que la connerie ne soit pas mortelle !!!
Pierre

papyboum
Le 09/04/2011 à 20:33:47

Bonjour,

Dans le cadre de cette consultation,
notre courrier au Ministre de l’Ecologie a été publié à cette adresse
http://www.cyberacteurs.org/forum/viewtopic.php?f=22&t=10716&p=13680#p13680  

Merci de votre lecture
Oïkos Kaï Bios
http://oikoskaibios.monsite-orange.fr/  




oïkos Kaï Bios
Le 09/04/2011 à 16:29:00

A lire les commentaires de certains - Victis et Aljocarol pour les citer - je constate malheureusement une fois de plus que la connerie de l'espèce humaine a encore de beaux jours devant elle. Si seulement elle pouvait devenir un jour une maladie mortelle ...

tsaparang
Le 09/04/2011 à 15:31:33

Il ne faut pas oublier que les loups ne sont pas des animaux nuisibles. Au même titre que les vautours, ils participent de l'équilibre de la nature : leurs proies seront les éléments les plus faibles (les vautours, eux nettoient les charrognes).

la peur du loup nous fut "imprimée" à l'époque médiévale par une certaine méconnaissance et un mode de vie différent de celui d'aujourd'hui.

Si on laissait faire, bon nombre demanderait également l'extermination des chiens parce que quand on randonne (par ex.) on peut avoir à faire à des chiens en liberté..... qui défendent leur territoir à leur façon....

Je n'ai pas peur des chiens. Je n'ai pas peur du loup! j'espère que vous non plus... La méconnaissance et le besoin de profit de l'homme est souvent la clé d'une explication cohérente....

Cath
Le 09/04/2011 à 12:34:38

Je ne peux m'empècher de répondre à Aljocarol (un peu plus bas) qui se prétend écologiste convaincu et raisonnable (?)...
La première qualité d'un écologiste est la tolérance et l'acceptation du partage avec la faune et la flore; or votre commentaire est loin d'en faire la preuve, bien au contraire!
A ma connaissance, il n'y a pas beaucoup de promeneurs qui se soient retrouvés face à un loup ou à un ours; ces animaux, dans leur sagesse, évitent soigneusement de rencontrer des "promeneurs" aussi peu amènes que vous! Vous ne risquez donc rien, et, en tout cas, mille fois moins que dans votre véhicule...
Par ailleurs, votre allusion à une pratique religieuse, également pratiquée par d'autres religions, a des relents xénophobes sans rapport avec l'objet de cette pétition.
Alors, de grâce, abstenez vous désormais de vous référer à l'écologie a laquelle vous n'avez rien compris!

Kelimp
Le 09/04/2011 à 12:03:26

J'ai appris à mes enfants qu'ils avaient plus à craindre de l'Homme que des animaux. Et je le maintiens ! Combien d'hommes attaqués par les loups et autres animaux accusés de sauvagerie ? Combien d'enfants et de femmes (et d'animaux !) attaqués par des hommes ?
Trouvez l'erreur !
Qui faut-il éradiquer ?

michele77500
Le 09/04/2011 à 11:04:52

Avant que l'Homme n'impose ses règles sur la planète , il y résidait une certaine harmonie . Aujourd'hui on voudrait atteindre le risque "zéro" . Sommes nous à ce point si exeptionnels que nous soyons les seuls à "mériter" de vivre ! L'Homme n'est rien sans la nature . La mort fait partie des règles du jeu , c'est comme ça . Il faut donc accepter que chaque espèce prélève ce dont elle a besoin . La nature nous donne plus que l'on lui rend ...

Sandro
Le 09/04/2011 à 10:09:25

Les loups n'ont pas été réintroduits, il s'agit de migrations naturelles.
L'efficacité des aides-bergers et des chiens de bergers est avérée.
Le loup a largement tendance à éviter l'Homme.
Il fait partie d'un équilibre biologique fragile, comme toutes les espèces et il a bien évidemment son "utilité" au sein de la nature (comme dit précédemment).

Je crois qu'il faut aussi savoir penser de manière moins anthropocentrique. Si vous voulez "sécuriser" la Nature, on effectue un spectaculaire retour en arrière où la notion de respect est absente.
En revanche, le parallèle avec les abattoirs est judicieux. Il me semble que la dynamique d'équilibre naturel passe aussi et surtout par là.


Bonne journée

Léo
Le 09/04/2011 à 09:43:38

Dans les fondements de notre culture il n'y a aucun respect du règne animal et des autres régnes de la nature.
Qui est est le plus grand prédateur de la Planète Terre?

Josèphe
Le 09/04/2011 à 09:42:34

je confirme, nous ne sommes pas en train de parler d'une réintroduction d'une espèce, les loups sont revenus naturellement dans les années 90 en provenance d'italie. Quant à parler d'une nouvelle situation pour le randonneur se promenant dans la montagne, nous en sommes très loin, je suis sur une zone à loups dans les alpes et je peux vous témoigner que c'est une espèce extrèmement craintive, qui a peur de l'homme et dont la connaissance et les indices de présence reposent en grande partie sur l'exploitation des traces, fèces etc.. Il ne faut pas véhiculer des idées totalement fausses sur l'éventuelle dangerosité de l'animal. Voir un loup c'est exceptionnel même pour les gens qui font leur suivi régulier sur l'année.

nicolas MORON
Le 09/04/2011 à 09:36:29

Les loups se sont réintroduits tout seuls

Alain Uguen
Le 09/04/2011 à 08:39:52

Je suis contre la prolifération du loup.
Simple randonneur dans nos montagnes, je ne comprends pas pourquoi on réimplante une espèce qui avait depuis longtemps disparu de notre pays. Se trouver face à une meute de loups ou un ours n'est pas une situation d'avenir pour le promeneur. Pourquoi tant de précautions pour un prédateur alors que les chasseurs massacrent des milliers d'animaux et que ceux qui mangent tous les jours de la viande ferment les yeux sur le massacre de nos animaux domestiques dans les abattoirs et je ne parle pas du hallal admis en France contrairement aux lois de notre pays et de l'Europe... J'espère que vous publierez mon texte plutôt a contrario de ceux que l'on peut voir sur votre site que j'aprécie par ailleurs, étant un écologiste convaincu mais raisonnable.

Aljocarol
Le 09/04/2011 à 08:17:09

N'oublions pas que le loup régule les populations d'ongulés, permet aux troupeaux de rester dans un état sanitaire satisfaisant, et protège les peuplements forestiers. Il représente ainsi une belle économie budgétaire.

JFD63
Le 09/04/2011 à 00:41:11

C'est bizarre que ce sont toujours les bergers français qui ont un problème avec les loups, alors que les bergers espagnols et italiens ont appris à cohabiter avec ce canidé, pourquoi ? ne serait-ce tout simplement pas à cause du nombre de bêtes que constituent leurs troupeaux (par centaines en Espagne et en Italie, et par milliers en France ?)

Afin de méditer le bien fondé de la présence du loup, je mets un lien, sous forme de conte, que chacun pourra lire ou écouter :

http://www.contefleur.fr/dossiercontes/hommeloup.htm  

Touchatout
Le 08/04/2011 à 23:46:57

Le loup n'a pas été réintroduit en France. Il est revenu et c'est heureux. Tant qu'on y est, pourquoi ne pas tuer tous les tigres, les crocodiles, etc.
Vive la biodiversité et vive le loup!

Koukoulina
Le 08/04/2011 à 23:26:54

Mon grand-père m'expliquait quel grand bonheur on avait ressenti dans les campagnes quand on a été sur qu'il n'y avait plus de loups. Aujourd'hui, il serait bien étonné de voir que des fous les réintroduisent. Cela s'explique peut-être parce que ce sont des gens des villes et qu'ils ne comprennent rien à la vie rurale bien que c'est elle qui les nourisse. Tous ceux qui veulent défendre les loups devraient payer les dégâts qu'ils commettent. C'est normal, la folie a un coût.

Victis
Le 08/04/2011 à 23:17:08

Ce ne sont pas les loups qu'il faudrait supprimer, mais les chasseurs qui tuent le gibier, notamment les marcassins, qui permettraient au loup de se nourrir sans risque, comme il le font avec les moutons peu défensifs. Il faudrait aussi payer un peu mieux les bergers, ou créer des aide-bergers, genre contrats aidés, qui dissuaderaient les loups et leur permettraient de vivre en apprenant qu'il est dangereux de s'attaquer aux moutons : les loups sont des animaux intelligents.

auscaler
Le 08/04/2011 à 22:38:08

Je pense que cet arrêté, tel que je peux le lire, ne peut aboutir qu'à un seul résultat: une nouvelle éradication du loup en France. Je ne peux donc que supposer que c'est le but que se fixent les Autorités, suivant en cela une vieille tradition.

Balaen
Le 08/04/2011 à 22:14:53

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !