actualité écologie

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

La Terre vue depuis l’espace

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les 10 jours verts Transacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

victoire pour Gabriel Dufils

Ne laissez pas vos appareils en veille

OPÉRATION

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Halte au brevetage de la filière alimentaire

*La multinationale Monsanto revendique de la viande comme invention*

Les semencières multinationales poursuivent obstinément une stratégie
visant à gagner la mainmise sur les ressources de base permettant la
production d'aliments.

Bilan de la cyberaction :

8756 participants

Présentation de la cyberaction :

Une étude récente
http://www.no-patents-on-seeds.org/index.php?option=com_content&task=view&id=94&Itemid=28   montre que ces entreprises s'intéressent de plus en plus non seulement à breveter les plantes modifiées génétiquement mais aussi les obtentions végétales produites à l'aide de procédés conventionnels. Les demandes de brevet dans ce secteur ont explosé pour doubler de 2007 à 2009. Les groupes Monsanto, Syngenta et Dupont sont à la tête des demandeurs. En outre, les multinationales étendent leurs revendications à toute la filière de la production alimentaire, depuis le fourrage en passant par les animaux de rente jusqu'aux produits alimentaires tels la viande.

Dans un cas de demande de brevet toujours en suspens Monsanto revendique même des droits de propriété sur du jambon et des steaks. En effet la demande de brevet d'invention WO2009097403 revendique des droits sur la viande en provenance de cochons nourris avec des plantes génétiquement modifiées par Monsanto. Un brevet analogue a été déposé par Monsanto pour des poissons produits en aquaculture durant le mois de mars 2010 (WO201027788).
Les autorités ont déjà donné leur aval à des brevets sur des aliments de grande portée comme le brevet européen (EP 1356033) accordé en 2009 à Monsanto. Ce brevet englobe toute la chaîne alimentaire depuis la semence en passant par les plantes modifiées génétiquement jusqu'aux produits alimentaires tels que viande ou huile.

François Meienberg de la Déclaration de Berne s'indigne : « Un mécanisme pervers a été lancé, les multinationales essaient de plus en plus d'obtenir la mainmise sur toute la filière de la production alimentaire. Les consommateurs, les paysans, les sélectionneurs et les producteurs d'aliments sont tous pris au même piège. Il s'agit là d'une tentative des plus immorales de détourner les objectifs de la législation sur les brevets. Les entreprises s'efforcent de maximiser leurs profits en déposant des brevets sur des aliments alors que dans le même temps un milliard de personnes souffre de la famine. »

L'expérience des Etats-Unis montre que les brevets sur les semences entraînent une concentration du marché et une hausse importante du prix des semences, ainsi qu'une réduction du choix de semences disponibles et une dépendance accrue des agriculteurs de l'agro-industrie. Les sélectionneurs n'ont plus librement accès au matériel pour de futurs croisements avec les conséquences négatives pour l'innovation que cela implique. Les premières oppositions commencent à se manifester : le Ministère de la Justice et les procureurs généraux dans divers Etats aux Etats-Unis mènent une enquête pour savoir si Monsanto a abusé de sa puissance économique pour évincer des concurrents du marché et augmenter le prix des semences. La coalition « Pas de brevets sur les semences » tire la sonnette d'alarme : La concentration des marchés risque encore d'augmenter si le haro n'est pas mis sur les violations de la législation sur les brevets. Plus de 200 associations dans le monde entier soutiennent la coalition. Ces organisations exigent que la politique et la pratique des offices de brevets changent de façon radicale. Elles demandent aux gouvernements de réviser leur législation nationale sur les brevets de façon à exclure le brevetage de semences, d'animaux et de parties de ces organismes.

Si demain les animaux engraissés par les OGM de Monsanto deviennent propriété de Monsanto, en sera-t-il de même pour les êtres humains qui consommeront de la viande Monsanto ?

Nous vous proposons de nous associer par cette cyber @ction à La coalition « Pas de brevets sur les semences »

Alain Uguen
Association Cyber @cteurs

Le brevet de Monsanto: pdf wo2009097403a1 1.89 Mb
http://www.no-patents-on-seeds.org/images/documents/wo2009097403a1.pdf  

Vers l'Alerte contre Monsantisation
http://www.no-patents-on-seeds.org/index.php?option=com_content&task=view&id=93&Itemid=56  


La lettre qui a été envoyée :


Monsieur

Un changement radical tant de la législation sur les brevets que de la pratique des offices de brevets est indispensable pour écarter les brevets sur les plantes et les animaux de rente. La législation ne devrait plus permettre la monopolisation et l’appropriation abusive de semences, de plantes et d’animaux de rente par les entreprises. Sinon ces brevets risquent de poser un risque majeur pour la sécurité
alimentaire mondiale et la souveraineté alimentaire régionale.

Si demain les animaux engraissés par les OGM de Monsanto deviennent propriété de Monsanto, en sera-t-il de même pour les êtres humains qui consommeront de la viande Monsanto ?

Croyez, Monsieur, en ma détermination contre la privatisation du vivant.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

21 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Bonjour.

En ce qui me concerne, et pour répondre à la préoccupation soulevée par ce sujet, je suis pour une interdiction de breveter le vivant et pour que tout progrès dans ce domaine bénéficie à l'humanité toute entière, comme devrait l'être tout progrès scientifique.

Je suis pour une indépendance complète des scientifiques face aux mondes politique et financier dont les erreurs et les excès ont pour résultat le monde d'aujourd'hui.

Une affirmation qui n'engage évidemment que moi :

L'avenir sera scientifique ou ne sera pas.

René Jourdren - Raëlien

René Jourdren
Le 19/10/2010 à 09:41:58

Les brevets sur le vivants sont une absurditée et sont la cause de ces dérives délirantes mais aussi des attaques contres les grainetiers "normaux" comme l'asso Kokopéli. D'autre part les bureaux de brevets ne font plus leurs travail, ils se contentent d'enregistrer toutes les demandes sans vérifications sérieuses afin de faire du fric.
C'est la notion même de brevet qui doit être revue.

JP Sap
Le 08/07/2010 à 14:53:43

Je n'ai pas coché une seule case mais 3, car alerter un seul me paraît trop faible. De plus nous avons une arme à la portée de tous : le boycot des produits Monsanto, et de le faire savoir très fort. Un appel au boycot. Je le fais déjà pour plusieurs produits dont le thon, sous toutes ses formes, principalement à cause des filets des thonniers.
Courage, la lutte sera longue ....

fabta
Le 16/06/2010 à 19:09:42

Reçu de Mr.Kléber Mesquido député PS de l'Hérault la même réponse à la virgule près que celle de Mme Faure député de la gironde.Si çà n'est pas original çà prouve qu'il y a concertation, donc réunion, donc que nos actions font travailler les méninges.En espèrant que çà fasse bouger les choses.

brigitte
Le 09/06/2010 à 15:11:01

Madame, Monsieur,

Vous m’avez interpellé sur la législation relative aux brevets sur les plantes et les animaux.

Je vous en remercie.

Les députés du Groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, auquel j'appartiens, partagent votre crainte d’ « /appropriation abusive/ » de la part d’entreprises peu soucieuses de l’intérêt général.

En février 2006, nous avions discuté de la prolongation du droit des obtentions végétales. Les termes du débat n’ont pas changé et les réserves que nous avions exprimées à l’époque s’appliquent également aux OGM animaux.

Nous avions alors dénoncé le véritable enchaînement des agriculteurs, mais aussi des citoyens, à l’industrie chimique et aux inventeurs en biotechnologie. C’est bien de rentabilité financière dont il est question avec ces brevets, sous couvert d’une perspective de recherche qui sert de mauvais alibi. Pour nous, concilier les intérêts des agriculteurs et ceux des obtenteurs reste l’un des objectifs à atteindre pour permettre la juste protection des créateurs de nouvelles espèces ou variétés et maintenir le financement de la recherche, sans pour autant porter atteinte aux droits des agriculteurs..

La question de la brevetabilité du vivant reste donc très problématique, surtout lorsqu’il s’agit de gènes non inventés par les firmes, qui captent ainsi l’héritage planétaire à leur seul profit. Avec le clonage animal, la question se révèle encore plus prégnante, puisqu’elle apporte le risque de monopolisation des gènes et d’un appauvrissement des ressources génétiques.

Cette question a particulièrement été mise en avant par un rapport de la FAO qui évoque le risque de perte importante du point de vue zoogénétique. Le 4 septembre 2007, la FAO exposait ainsi que “/la gestion avisée des ressources zoogénétiques n’a jamais été aussi cruciale/”. Et avait qualifié d’“alarmant” le taux de disparition des races d’animaux d’élevage. Elle avait ainsi exhorté la communauté internationale à adopter un plan d’action mondial pour freiner l’érosion de la diversité des animaux de ferme et protéger les disponibilités vivrières mondiales. Ces préconisations sont malheureusement restées lettre morte.

Pour notre part, nous considérons que ces débats sont révélateurs de pratiques agricoles de plus en plus orientées vers l'économie libérale et protectrice des intérêts des puissants : les firmes industrielles de l’agroalimentaire. Dès lors, comme vous le soulignez, la sécurité alimentaire est menacée, puisqu’elle est captive d’intérêts privés.

Soyez assuré de ma très grande vigilance sur la question.

Sincères salutations

Philippe TOURTELIER
Député d'Ille-et-Vilaine

Philippe TOURTELIER posté pa
Le 07/06/2010 à 09:40:04

Monsieur,

Vous m’avez interpellé sur la législation relative aux brevets sur les plantes et les animaux. Je vous en remercie.

Je partage votre crainte d’ « appropriation abusive » de la part d’entreprises peu soucieuses de l’intérêt général.

En février 2006, les Députés de mon groupe ont discuté de la prolongation du droit des obtentions végétales. Les termes du débat n’ont pas changé et les réserves que nous avions exprimées à l’époque s’appliquent également aux OGM animaux.

Nous avions alors dénoncé le véritable enchaînement des agriculteurs, mais aussi des citoyens, à l’industrie chimique et aux inventeurs en biotechnologie. C’est bien de rentabilité financière dont il est question avec ces brevets, sous couvert d’une perspective de recherche qui sert de mauvais alibi. Pour nous, concilier les intérêts des agriculteurs et ceux des obtenteurs reste l’un des objectifs à atteindre pour permettre la juste protection des créateurs de nouvelles espèces ou variétés et maintenir le financement de la recherche, sans pour autant porter atteinte aux droits des agriculteurs.

La question de la brevetabilité du vivant reste donc très problématique, surtout lorsqu’il s’agit de gènes non inventés par les firmes, qui captent ainsi l’héritage planétaire à leur seul profit. Avec le clonage animal, la question se révèle encore plus prégnante, puisqu’elle apporte le risque de monopolisation des gènes et d’un appauvrissement des ressources génétiques.

Cette question a particulièrement été mise en avant par un rapport de la FAO qui évoque le risque de perte importante du point de vue zoogénétique. Le 4 septembre 2007, la FAO exposait ainsi que “la gestion avisée des ressources zoogénétiques n’a jamais été aussi cruciale”. Et avait qualifié d’“alarmant” le taux de disparition des races d’animaux d’élevage. Elle avait ainsi exhorté la communauté internationale à adopter un plan d’action mondial pour freiner l’érosion de la diversité des animaux de ferme et protéger les disponibilités vivrières mondiales. Ces préconisations sont malheureusement restées lettre morte.

Pour ma part, je considère que ces débats sont révélateurs de pratiques agricoles de plus en plus orientées vers l'économie libérale et protectrice des intérêts des puissants : les firmes industrielles de l’agroalimentaire. Dès lors, comme vous le soulignez, la sécurité alimentaire est menacée, puisqu’elle est captive d’intérêts privés.

Soyez assuré de la très grande vigilance des Députés socialistes sur cette question.

Bien cordialement,

Armand JUNG
Député du Bas-Rhin

Armand JUNG par AU
Le 04/06/2010 à 15:25:40

Voici la réponse de Mme Faure, députée de la Gironde
Dites moi, après lecture, si vous avez appris quelque chose ou si cela relève du charabia....

Madame,

Vous avez attiré mon attention sur la législation relative aux brevets sur les plantes et les animaux. Je vous en remercie.

Tout comme vous, les députés du Groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, auquel j'appartiens, partagent votre crainte touchant au risque de « monopolisation » et d'« appropriation abusive » de la part d'entreprises peu soucieuses de l'intérêt général.

En février 2006, nous avions discuté de la prolongation du droit des obtentions végétales. Les termes du débat n'ont pas changé et les réserves que nous avions exprimées à l'époque s'appliquent également aux OGM animaux.

À cette occasion, les députés socialistes avaient dénoncé l'assujettissement des agriculteurs, mais aussi des citoyens, à l'industrie chimique et aux inventeurs en biotechnologie. C'est bien de rentabilité financière qu'il est question avec ces brevets, sous couvert d'une perspective de recherche en guise d'alibi. Pour nous, concilier les intérêts des agriculteurs et ceux des obtenteurs reste l'un des objectifs à atteindre pour permettre la juste protection des créateurs de nouvelles espèces ou variétés et maintenir le financement de la recherche, sans pour autant léser les agriculteurs.

La question de la brevetabilité du vivant reste donc très délicate, surtout lorsqu'il s'agit de gènes non inventés par les firmes qui captent ainsi le patrimoine planétaire à leur seul profit. Avec le clonage animal, le problème devient encore plus aigu puisqu'il concrétise le risque de monopolisation des gènes et d'appauvrissement des ressources génétiques.

Un rapport de l'Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) de septembre 2007 évoque ce risque de perte importante du point de vue zoogénétique et insiste sur l'impérieuse nécessité d'une « gestion avisée des ressources zoogénétiques » face au taux alarmant de disparition des races d'animaux d'élevage. La FAO avait ainsi exhorté la communauté internationale à adopter un plan d'action mondial pour freiner l'érosion de la diversité des animaux de ferme et protéger les disponibilités vivrières mondiales. Ces préconisations sont malheureusement restées lettre morte.

Pour ma part, je considère que ces débats sont révélateurs de pratiques agricoles de plus en plus orientées vers l'économie libérale et protectrice des intérêts des puissantes firmes industrielles de l'agroalimentaire. Comme vous le soulignez, la sécurité alimentaire est menacée dès lors qu'elle est captive d'intérêts privés. C'est pourquoi, avec mes collègues du Groupe SRC, je reste très vigilante sur ces questions.

Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes salutations distinguées.

Martine FAURE,
députée de la Gironde

Cléa
Le 02/06/2010 à 22:28:20

A quoi servent les professionnels de la politique, ne sommes nous pas nous mêmes plus pertinents sans compromissions, plus justes et plus "sur terre" pour juger ces multinationales du profit maximal pour élites avides de pouvoir ! Soyons fous, pourquoi pas un monde d'autogestion en dehors du monde marchand ou seul le travail social existerait et où l'on se prendrait en charge nous mêmes ?

PEREIRA
Le 28/05/2010 à 19:29:50

N'est-il pas troublant de constater que l'espèce humaine produit des êtres dont le désir de domination est sans limites.
Après les conquérants de tous poils, par la massue, la hâche, le fusil et le bombardier, bref, la force brutale, voici venu le temps de la domination par l'argent et la technologie.
Enfin la possession de tout le vivant sur terre.....!!! Il ne s'agit plus pour eux de savoir si Dieu existe, ils se veulent Dieu.
A nous de leur faire comprendre que nous ne sommes pas prèts à les laisser faire.

Patriarche 1925
Le 11/05/2010 à 18:25:58

monsanto : monde de voleurs esclavagistes!Elle est pour quand la fondation de la cour mondiale contre l'usurpation ???

sbirro's
Le 10/05/2010 à 21:55:42

Il existe des brevets sur le vivant. Cette réalité m'est insupportable, de même que les inscriptions d'espèces végétales autorisées sur un certain "codex alimentarius", les semences hybrides, les OGM sont des insultes à la vie . Les inventeurs de ces brevets sont indubitablement des criminels, des assasins, des génocideurs. Nous avons besoin de vivre dans la dignité dans le monde, et non être les victimes d'inconscients assoiffés de pognon et de pouvoir.
Conscience, respect, amour de la VIE. je veux seulement croire que ceux qui sèment ces semences d'enfer en récolteront les fruits. Mais je déplore que nous en soyons aussi les victimes.

Jean-Noël Bertrand
Le 08/05/2010 à 19:42:21

je suis entièrement d'accord avec le message précédent ce ne sont pas les députés de nos régions les plus ardents défenseurs contre cette loi

otschapovski pennel
Le 08/05/2010 à 10:12:38

ce n'est pas qu'une main mise sur animaux et paysans c'est une main mise sur le destin de l humanité
une arme politique redoutable extremiste

Patrice S
Le 07/05/2010 à 14:58:33

Que penser d'un monde où des hommes sont capables de contraindre l'humanité à manger des produits néfastes à la santé ?
L'homme n'a-t-il donc rien appris ?
Résistons pacifiquement à cette pression où l'Avoir est le moteur de toutes les forces obscures,éphémères et ilusoires.
UNIS ET SOLIDAIRES NOTRE PAROLE VAUT UN SOLEIL !

VARJAC Victor
Le 07/05/2010 à 09:01:44

je sais que tout le monde a le droit de s'exprimer, mais il est dommage que des commantaires comme celui de martin puissent ètre publié, cela discrédite complétement ce genre d'action.

René
Le 06/05/2010 à 21:03:58

Chers amis,

Ces cyber@ctions sont TRÈS importantes, parce que :

Le COMBAT non-violent et légitime contre le risque de dispersion des OGM (y compris dans le Bio) et contre le brevetage global du vivant (démoniaque, au regard de L'AMOUR), est L'un des PLUS IMPORTANTS combats...

Pourquoi ?

Parce que hormis les dégâts financiers et culturels que causent les OGM aux agriculteurs (qui se suicident en masse), ils agissent insidieusement mieux que tous virus ou bactéries fabriquées in-vitro et mieux que toutes autres stratégies militaires, comme une arme invisible, efficace et redoutable, ayant pour but de bloquer l'évolution de conscience de la population mondiale et en faire une armée de moutons esclaves et obéissants, évoluant dans une APPARANTE DÈMOCRATIE, un peu comparable symboliquement à l’image donnée dans le film Matrix…

Hélas cette information (révélée spirituellement) est peu connue du public, même chez les anti-OGM.

Il faudrait pourtant que les gens connaissent les faits réels : les arguments (médicaux, productivites, financiers) pro-OGM ne sont que des tissus de mensonges destinés à gagner la majorité de l’opinion publique.

Sinon Pourquoi de nombreux paysans indiens se sont-ils suicidés après avoir cultivé le coton OGM… qui les a conduit au désastre économique et agricole ?

L’enjeu est énorme… Et se chiffre pour les multinationales en centaines de milliards de $ …
Qui renoncerait à un tel gâteau ? Ceux qui tirent les ficelles du monde, restent discrètement dans l’ombre, pilotant ces entreprises à distance…

Nous avons encore pour certains, notre capacité de réfléchir et notre libre-arbitre pour refuser et dire NON aux OGM, non à "l'adversaire", qui veut conserver son pouvoir sur la terre coûte que coûte...

Comment cela est-il possible ? Comment les OGM pourraient me transformer en mouton esclave et obéissant… ?

L'être humain ET son Esprit, sont comme un ordinateur connecté à un puissant appareil émetteur et récepteur radio, diffusant et recevant des messages, des pensées, des sensations, avec son antenne éléctro-magnétique (axe vertébral).

Nos GÈNES (ADN) sont comme des composants électroniques constituant cet appareil radio et cet ordinateur...

Si nos gènes sont modifiés par des substances étrangères contenant des OGM industriels (ADN recombinant) destinés à cette modification, alors cela modifie le réglage de "notre radio" et sa capacité à se connecter....

À la longue nous deviendrions insensibles, incapable de ressentir des sentiments. Et c’est cet objectif militaire qui est délibérément recherché ! !!

À vous de choisir : continuer à faire l’autruche, ou bien vous battre avec les armes non-violentes de l’Amour et de l’information pour la conscientisation des masses…

La masse critique de conscientisation étant semble-t-il déjà atteinte, ET la Nature se rebellant contre ce virus anarchique qu’est l’homme industriel, le projet des multinationales a déjà potentiellement échoué. Il reste cependant à leur porter le coup de grâce ! Afin de préserver le reste de l’humanité, par humanisme.

Voyez tout est possible ! Grâce à nous tous, et grâce à l’outil Internet, l’hiver 2009-2010 nous avons empêché le meurtre de millions de personnes par injection vaxxx anti-H1N1 ; Notre pouvoir de faire changer les choses est immenses. CAR SANS LE CONSENTEMENT DE LA MASSE, LES HOMMES POLITIQUES NE PEUVENT RIEN FAIRE. Leur pouvoir tombera à l’eau.

Le seul moyen de rester en bonne santé est de monter en vibration et en niveau de conscience, par un travail sur soit, et la conscientisation de la filiation divine (la relation à L’AMOUR de chaque être vivant).

Elevons notre niveau de conscience…
Montons en vibration…

Pour Le Droit à La Terre,
Pour le Bien-Être de Tous, Hommes Animaux, Nature.
Pour une nourriture bio, saine, non-manipulée


PS : voici une Source intéressante : http://le-vrai-danger-des-ogm.blogspot.com/  

Martin
Le 06/05/2010 à 20:42:03

Bonjour,
je crois malheureusement que nos élus n'auront que bien peu de poids face à ce géant...Sans parler de notre pseudo ministre de l'environnement et encore moins de son président( l'écologie ça suffit...).
Par contre, ces demandes de brevet ne sont pas médiatisées...si les médias de masse en parlait, nos "réal-politiques" auraient peut-etre une réaction.
Faut-il lancer une pétition pour un relai dans le JT de 20 heures???

billyolive
Le 06/05/2010 à 19:45:11

Le commentaire de Spero me paraît très judicieux. Comme lui je me conforme à votre conseil de ne cocher que le nom du représentant de ma circonscription mais en me demandant pourquoi il serait moins pertinent d'alerter aussi les autres…
(J'ai re-posté ce commentaire car une fausse manœuvre l'avait fait partir de façon anonyme).

Virgil Brill
Le 06/05/2010 à 14:39:11

Le commentaire de Spero me paraît très judicieux ? Comme lui je me conforme à votre conseil de ne cocher que le nom du représentant de ma circonscription mais en me demandant pourquoi il serait moins pertinent d'alerter aussi les autres…

un anonyme
Le 06/05/2010 à 14:35:53

MERCI POUR VOTRE ACTION

gueguen
Le 06/05/2010 à 13:46:23

Bonjour,

Pourquoi n'est-il pas pertinent d'adresser les pétitions à un maximum de politiques ? J'aurais tendance à vouloir les alerter tous, leur dire que ceci ou cela ne nous convient pas, à nous citoyens (et électeurs !). Je suivrai vos conseils, mais les plus ardents défenseurs des OGM (pour ne parler que de cela) ne sont pas forcément dans ma circonscription. Je regrette donc de ne pas pouvoir leur faire connaître mon point de vue citoyen sur certaines questions qui nous concernent tous. Cordialement

Spero
Le 06/05/2010 à 13:31:10

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !