actualité écologie

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

AG Cyberacteurs

Les amis des 150

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

météo

Ne laissez pas vos appareils en veille

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Que RTE fasse son travail permettant à l’ASN de faire le sien !

Mise en ligne du 26/02/2021 au 06/03/2021

Réseau de Transport d’Electricité (RTE) consulte le public sur des scénarios énergétiques de long terme, très techniques et complexes, qui n’engagent à rien et ne sont pas de la compétence du public.
Pendant ce temps l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) prend des décisions allant à l’encontre de la sûreté nucléaire, valide les demandes d’EDF et accepte ses conditions pour permettre au nucléaire civil de perdurer.
Mais le public n’est jamais consulté officiellement sur la question fondamentale et de sa compétence : voulez-vous l’arrêt de la production d’électricité nucléaire ?
Remettons chacun dans son rôle et exigeons de RTE l'étude de scénarios d'arrêt en urgence des réacteurs nucléaires si la sûreté le requiert.

Bilan de la cyberaction :

2278 participants

Consultation terminée

La cyberaction a recueilli 2 278 signatures en 5 jours et l’envoi d’autant de messages à l’adresse mél dédiée par RTE à sa consultation du public.

Parmi les 3 932 réponses reçues par RTE, c’est non seulement la contribution la plus importante en nombre (près de 58% du total) mais aussi la plus importante en nombre de « contributions personnelles collectives » (plus de 60% de cette catégorie).
Les autres contributions classées dans cette catégorie par RTE sont :
- l’appel des «professionnels de l’énergie convaincus de la pertinence d’un mix énergétique renouvelable en France» (1 100 signatures),
- un texte de personnes qui veulent relancer la filière nucléaire (250 signatures),
- un texte de polytechniciens qui «affirment qu’une part très élevée d’électricité d’origine renouvelable est non seulement possible mais souhaitable à l’horizon 2050» (142 signatures),
- une contribution critique sur la possibilité de poursuivre le nucléaire au regard de la disponibilité à long terme de l’uranium nécessaire (4 signatures).

Parmi les autres catégories de réponses reçues par RTE il y a 49 «contributions d’organisations» (organismes publics, entreprises, syndicats professionnels, syndicats de salariés du secteur de l’énergie, associations de professionnels de l’énergie, associations « écologistes » ou « environnementalistes », lobbys divers et variés, etc.).
Il y a également 109 «contributions personnelles individuelles» dont une majorité de pro-nucléaires en partie issues d’une même «source d’inspiration».

La réponse à la demande formulée par les 2 278 signatures de la cyberaction ne devrait pas être difficile à formuler par RTE qui prétend être capable d’établir des scénarios crédibles à l’horizon 2050. La réponse à cette demande permettrait de vérifier que RTE est en mesure dès à présent de remplir son rôle et d’éclairer un débat démocratique sur le nucléaire. Il n’est en effet pas acceptable, dans une démocratie, de s’accommoder de pseudo-consultations, portées à la connaissance d’un public restreint et destinées à entériner des choix fondamentaux excluant de fait les citoyennes et citoyens.
En lisant le bilan de la consultation, on pourrait penser que RTE a pris en compte le message en prévoyant la description de «nouvelles configurations, sortant du cadrage initial de l’étude», à savoir :
- d’un côté, une sortie très rapide du nucléaire (ce qui correspond au sens de la cyberaction signée par 2 278 personnes et par des demandes individuelles ou de certaines organisations opposées au nucléaire) ;
- de l’autre côté, un moratoire sur les EnR et une part très élevée du nucléaire (ce qui correspond à la demande d’organisations faisant partie du lobby de l’atome, à la demande de personnes ayant visiblement des intérêts directs dans cette industrie et à des « contributions personnelles collectives » signées par 250 personnes, soit un maximum de 400 contributions au total).
Cependant RTE indique : « Au titre de l’engagement pris dans le cadre de la concertation, RTE étudiera ces configurations alternatives et décrira les enjeux qu’elles soulèvent notamment en ce qui concerne le respect de la trajectoire climatique de la France. Les analyses techniques menées à l’issue de la consultation montrent que ces configurations alternatives présentent, à des degrés divers, une ou plusieurs incompatibilités en particulier par rapport à l’objectif de réduction des émissions à l’horizon 2030 ».
Et c’est ainsi que RTE se retranche notamment derrière le «respect de la trajectoire climatique» pour discréditer la demande formulée dans la cyberaction et pour ne tenir aucun compte de l’urgence à mettre un terme à la folie nucléariste.
Il ne vient même pas à l’idée des scénaristes de RTE et de l’AIE qu’un nouvel « accident » nucléaire peut se produire à tout instant et peut remettre radicalement en cause toute idée de «futurs énergétiques». Il ne vient pas non plus à l’idée des scénaristes que la faillite annoncée d’EDF peut se produire beaucoup plus tôt que prévu en mettant tout le monde d’accord sur la nécessité d’arrêter les frais d’un nucléaire hors de prix.
Le temps n’est-il pas venu de prendre acte que la nucléaire réchauffe le climat, que sa poursuite est inacceptable au regard des menaces qu’il constitue, et qui vont bien au-delà du risque climatique, qu’il n’y a finalement aucune raison objective d’étudier des scénarios énergétiques de long terme avec cette énergie ?

Un des signataires de la cyberaction opposé au nucléaire militaro-civil

Présentation de la cyberaction :

La société Réseau de Transport d’Electricité (RTE), filiale à 50% d’EDF elle-même propriété de l’Etat français à près de 84%, a pour rôle de veiller à l'équilibre permanent entre la production et la consommation d'électricité, à l’échelle nationale mais aussi à l’échelle européenne en se coordonnant avec les autres opérateurs des réseaux interconnectés.

RTE et l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), qui dépend de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), organisent une consultation publique. Celle-ci concerne la poursuite d’une étude, engagée à la demande du gouvernement français, sur les « Conditions et prérequis en matière de faisabilité technique pour un système électrique avec une forte proportion d’énergies renouvelables à l’horizon 2050 ».
https://www.rte-france.com/analyses-tendances-et-prospectives/etude-pour-un-systeme-electrique-forte-part-denergies-renouvelables-en-france-lhorizon-2050  

Dans le même temps, le gouvernement a demandé à EDF de se mettre en ordre de marche pour construire 6 nouveaux réacteurs nucléaires EPR,… en attendant mieux et la mise en service de l’EPR de Flamanville bourré de graves malfaçons, notamment sur le couvercle de cuve fabriqué par Framatome au Creusot.
Le 8 décembre 2020 au Creusot, justement, le Président de la République Française a annoncé sa décision de construire un nouveau porte-avions à propulsion nucléaire et de confier la construction de ses réacteurs à… EDF-Framatome.

Pendant que RTE et l’AIE consultent le public pour la suite de l’étude de scénarios énergétiques de long terme, le Président annonce des décisions imminentes pour continuer cette folie nucléariste destructrice.
Et l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), après avoir elle-aussi consulté le public sur un ensemble de considérations très techniques, vient de décider des prescriptions générales permettant à EDF de prolonger de 10 ans l’exploitation de 32 réacteurs ayant atteint ou allant atteindre l’âge canonique.
https://www.asn.fr/Reglementer/Bulletin-officiel-de-l-ASN/Installations-nucleaires/Decisions-individuelles/Decision-n-2021-DC-0706-de-l-ASN-du-23-fevrier-2021  

La partie n’est cependant pas jouée car, pour chaque réacteur concerné, le dossier de sûreté d’EDF devra être soumis à enquête publique et ensuite à l’ASN, qui accordera ou pas son autorisation de prolongation.
En attendant, l’ASN continue d’accorder à EDF des autorisations de déroger aux règles de sûreté pour plusieurs réacteurs affectés de graves défauts.

Décisions inacceptables d’un côté et consultations publiques de l’autre sont les deux facettes d’une même arnaque démocratique. RTE et l’ASN, à la demande du gouvernement dont ils dépendent, inversent doublement les rôles.
En ne prenant pas les mesures qu’elles devraient prendre, chacune dans son domaine de compétence,
En demandant au public de se prononcer sur des questions techniques annexes qui ne sont pas a priori de sa compétence, elles donnent l’illusion que la population a son mot à dire sur son avenir alors qu’elle subit les décisions déjà prises sans tenir compte des risques.

Et des risques il y en a !

Le risque que fait peser sur nos têtes le nucléaire militaire n'est plus à documenter Les armes atomiques sont désormais interdites par un traité international (TIAN) que le gouvernement français refuse de signer.
Quant à la production nucléaire d’électricité, selon Pierre-Franck Chevet, ancien Président de l’ASN, « un accident grave de réacteur nucléaire est possible partout dans le monde y compris en France ». Les conséquences sont terribles pour les populations et pour l’avenir des régions qui en ont été victimes comme on l’a constaté à Tchernobyl et à Fukushima. En France elles seraient dramatiques comme l’a chiffré l’IRSN et comme l’a montré une étude récente réalisée par l’Institut Biosphère de Genève.
http://www.stop-bugey.org/wp-content/uploads/2019/06/u_dossier-de-presse_zIB_Lyon03.pdf  

La seule manière absolument sûre d’éviter un accident grave ou accident majeur de réacteur c’est de le mettre à l’arrêt définitif.

L’ASN, par la voix de son nouveau président, a parfaitement identifié les problèmes.
https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/confinement-le-gendarme-du-nucleaire-alerte-sur-un-enjeu-fort-de-surete-et-de  
Mais elle ne prend pas les décisions nécessaires, notamment la mise à l’arrêt immédiat des réacteurs qui ne sont pas conformes aux règles de sûreté, par crainte d’un manque d’approvisionnement en électricité. Or cette question n’est pas de la compétence de l’ASN. Son rôle est de prendre les mesures qui s’imposent pour garantir notre sécurité face au risque nucléaire.

Or cette sécurité n’est pas garantie et différents sondages sur le nucléaire, militaire et civil, montrent que la majorité des citoyens n’en veulent plus.
Pour répondre à l'inquiétude des citoyens et pour rassurer l’ASN sur ses possibilités d’agir, sans se préoccuper de sécurité d’approvisionnement en électricité, RTE doit étudier le ou les scenarios permettant un arrêt immédiat de la totalité des réacteurs nucléaires français, si la sûreté le nécessite, et garantissant la sécurité d'approvisionnement électrique. En toute logique ces scénarios devraient d’ailleurs être disponibles car il n’est pas pensable que la sécurité d’approvisionnement électrique du pays repose sur 56 réacteurs nucléaires vieillissants et qui peuvent être affectés de failles de sécurité étendues à l’ensemble du parc.

La disponibilité de ce ou ces scénarios permettrait d’organiser une consultation officielle du public sur la question fondamentale pour laquelle il est seul compétent : voulez-vous l’arrêt de la production d’électricité nucléaire ?

Exigeons de RTE (Réseau Transport Electricité) l'étude de scénario d'arrêt en urgence des réacteurs nucléaires si la sûreté le requiert.


L'avantage de la cyber action c'est que comme celui qui signe fait partir le message, il peut en modifier la teneur : cette version peut donc, si tu le souhaites, remplacer celle plus courte proposée.

Monsieur le Président,

Comme de très nombreuses personnes, je m’inquiète des risques et menaces, pour le présent et pour l’avenir, que constituent les installations de production d’électricité nucléaire et toute l’industrie nucléaire. Je crains que les mesures permettant de garantir notre sécurité collective ne soient pas prises du fait de risques de rupture d’approvisionnement en électricité.

De votre côté, pour poursuivre l’étude de scénarios énergétiques de long terme que vous avez engagée avec l’AIE, vous demandez au public de se prononcer sur 22 questions très techniques qui ne sont pas a priori de sa compétence.

Vous inversez les rôles et c’est à vous, en tant que service public, de répondre aux questions du public.
Je vous demande donc d’indiquer précisément et publiquement, ce que vous avez prévu pour permettre un arrêt immédiat de la totalité des réacteurs nucléaires français, pour des raisons de sûreté, tout en assurant la sécurité de l’approvisionnement en électricité.

Dans l’attente de votre réponse à cette question, veuillez croire, Monsieur le Président, en ma vigilance sur vos prochaines décisions et publications.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président,

En demandant au public de se prononcer sur des questions techniques qui ne sont pas a priori de sa compétence vous inversez les rôles.
Votre rôle c’est d’indiquer dès à présent ce que vous avez prévu pour permettre un arrêt immédiat de la totalité des réacteurs nucléaires français, pour des raisons de sûreté, tout en assurant la sécurité de l’approvisionnement en électricité.
Dans cette attente, veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

16 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


La cyberaction a recueilli 2 278 signatures en 5 jours et l’envoi d’autant de messages à l’adresse mél dédiée par RTE à sa consultation du public.

Parmi les 3 932 réponses reçues par RTE, c’est non seulement la contribution la plus importante en nombre (près de 58% du total) mais aussi la plus importante en nombre de « contributions personnelles collectives » (plus de 60% de cette catégorie).
Les autres contributions classées dans cette catégorie par RTE sont :
- l’appel des «professionnels de l’énergie convaincus de la pertinence d’un mix énergétique renouvelable en France» (1 100 signatures),
- un texte de personnes qui veulent relancer la filière nucléaire (250 signatures),
- un texte de polytechniciens qui «affirment qu’une part très élevée d’électricité d’origine renouvelable est non seulement possible mais souhaitable à l’horizon 2050» (142 signatures),
- une contribution critique sur la possibilité de poursuivre le nucléaire au regard de la disponibilité à long terme de l’uranium nécessaire (4 signatures).

Parmi les autres catégories de réponses reçues par RTE il y a 49 «contributions d’organisations» (organismes publics, entreprises, syndicats professionnels, syndicats de salariés du secteur de l’énergie, associations de professionnels de l’énergie, associations « écologistes » ou « environnementalistes », lobbys divers et variés, etc.).
Il y a également 109 «contributions personnelles individuelles» dont une majorité de pro-nucléaires en partie issues d’une même «source d’inspiration».

La réponse à la demande formulée par les 2 278 signatures de la cyberaction ne devrait pas être difficile à formuler par RTE qui prétend être capable d’établir des scénarios crédibles à l’horizon 2050. La réponse à cette demande permettrait de vérifier que RTE est en mesure dès à présent de remplir son rôle et d’éclairer un débat démocratique sur le nucléaire. Il n’est en effet pas acceptable, dans une démocratie, de s’accommoder de pseudo-consultations, portées à la connaissance d’un public restreint et destinées à entériner des choix fondamentaux excluant de fait les citoyennes et citoyens.
En lisant le bilan de la consultation, on pourrait penser que RTE a pris en compte le message en prévoyant la description de «nouvelles configurations, sortant du cadrage initial de l’étude», à savoir :
- d’un côté, une sortie très rapide du nucléaire (ce qui correspond au sens de la cyberaction signée par 2 278 personnes et par des demandes individuelles ou de certaines organisations opposées au nucléaire) ;
- de l’autre côté, un moratoire sur les EnR et une part très élevée du nucléaire (ce qui correspond à la demande d’organisations faisant partie du lobby de l’atome, à la demande de personnes ayant visiblement des intérêts directs dans cette industrie et à des « contributions personnelles collectives » signées par 250 personnes, soit un maximum de 400 contributions au total).
Cependant RTE indique : « Au titre de l’engagement pris dans le cadre de la concertation, RTE étudiera ces configurations alternatives et décrira les enjeux qu’elles soulèvent notamment en ce qui concerne le respect de la trajectoire climatique de la France. Les analyses techniques menées à l’issue de la consultation montrent que ces configurations alternatives présentent, à des degrés divers, une ou plusieurs incompatibilités en particulier par rapport à l’objectif de réduction des émissions à l’horizon 2030 ».
Et c’est ainsi que RTE se retranche notamment derrière le «respect de la trajectoire climatique» pour discréditer la demande formulée dans la cyberaction et pour ne tenir aucun compte de l’urgence à mettre un terme à la folie nucléariste.
Il ne vient même pas à l’idée des scénaristes de RTE et de l’AIE qu’un nouvel « accident » nucléaire peut se produire à tout instant et peut remettre radicalement en cause toute idée de «futurs énergétiques». Il ne vient pas non plus à l’idée des scénaristes que la faillite annoncée d’EDF peut se produire beaucoup plus tôt que prévu en mettant tout le monde d’accord sur la nécessité d’arrêter les frais d’un nucléaire hors de prix.
Le temps n’est-il pas venu de prendre acte que la nucléaire réchauffe le climat, que sa poursuite est inacceptable au regard des menaces qu’il constitue, et qui vont bien au-delà du risque climatique, qu’il n’y a finalement aucune raison objective d’étudier des scénarios énergétiques de long terme avec cette énergie ?

Un des signataires de la cyberaction opposé au nucléaire militaro-civil

François VALLET
Le 15/06/2021 à 16:59:47

Et si les shadocks arrêtaient de pomper....

Jérôme ROGUEZ
Le 07/03/2021 à 20:47:50

Geenpeace a repeint un avion en vert. La sncf repeint ses tgv en vert. si l'on prend en compte toutes les émissions de GES de toutes les activités humaines nécessaires pour faire rouler un train ou voler un avion depuis les études marketing en amont du bureau d'études jusqu'à la mise à la ferraille et le recyclage, en passant par l'exploitation, la maintenance et tous les services qui vont avec (y compris les émissions du trajet domicile-travail des 200000 employés sncf) la différence entre l'avion et le train devient suffisamment faible pour se demander s'il est justifié de relancer un programme TGV ELECTRO-NUCLEAIRE tous azimuts comme le souhaite le DG de sncf de manière très opportuniste. cela ne peut aller sans un programme de développement d'électricité propre en amont ce qui est loin d'être le cas. il vaudrait mieux repeindre les centrales nucléaires en vert, puisqu'elles produisent une énergie "décarbonée" paraît-il ... çà frapperait plus les esprits. tout le monde se focalise sur les GES et refuse de voir que les déchets nucléaires sont pires ... OUVRONS LES YEUX !

DOMINIQUE BOUTS
Le 06/03/2021 à 16:56:50

la commission citoyenne sur le climat n'a pas dit un mot de la production d'énergie en général, d'électricité en particulier, et tout particulièrement nucléaire. ils se sont fait manipuler et la loi qui s'en suit est hors sujet.

DOMINIQUE BOUTS
Le 06/03/2021 à 16:49:50

Le nucléaire tue c'est bien connu ! Donc arrêt immédiat ! Et pour éviter de cautionner son développement, exigeons aussi le retour à l'heure solaire naturelle toute l'année . Pour cela le 28 mars reculons d'une heure et restons y ! L'heure en France GMT+1l'hiver correspond à l'heure d'été de tous les autres pays au monde sauf l'Espagne et le Benelux et GMT+2 en période dite d'été (7 mois de l'année, c'est ridicule...). Ce système français a été remis en vigueur en 1976 sous la présidence Giscard d'Estaing souvenez-vous c'était aussi l'objectif du Nucléaire à grande vitesse....Donc tout a été mis en oeuvre pour l'atteindre.Et l'heure d'été y contribue depuis 45 ans! En effet, les surconsommations d'énergies sont constatées chaque année à la fois au moment des changements d'heure (aux inter saisons ), par l'éclairage, le chauffage et aux heures les plus chaudes ventilation et climatisation...A cela s'ajoutent les pics d'ozone, les augmentations des accidents du travail et de circulation sans oublier les répercussions néfastes sur la santé (rythmes biologiques, fatigue accumulée, sommeil etc...). N'hésitez pas à signer et laisser un commentaire sur notre cybercation 1049 "ne cherchons plus midi à quatorze heures " et interpeler les Elus pour en terminer avec ce sujet qui nous empoisonne aussi. L'association "la Méridienne " réclame ce retour à l'heure méridienne toute l'année depuis 1993! Rejoignez nous, nous avons besoin de soutien et surtout d'actions dans ce sens !

MARIE-PAULE PERRICHON
Le 05/03/2021 à 21:48:07

j'avais 12 ans quand j'ai entendu parler des premières centrales. j'ai pensé que les hommes étaient fous : tremblements de terre, guerres, attentats ... quelle fragilité pour le pays qui les abrite...

françoise ecuyer
Le 05/03/2021 à 18:45:11

Bonjour

A l'occasion des 10 ans du début de l'accident de Fukushima,des actions du 10 au 14 Mars sont organisées pour l'arrêt du nucléaire civil et militaire partout en France
rendez vous sur
https://www.sortirdunucleaire.org/APPEL-A-MOBILISATION-Fukushima-plus-jamais-ca  

Merci à vous

Françoise
Le 04/03/2021 à 06:42:13

D'accord avec cette action et avec l'analyse des rôles de RTE et de l'ASN. Les citoyens doivent décider des orientations générales de politique.
Et pour éclairer leurs choix, ils doivent pouvoir disposer d'une information complète. Dans ce cas précis, COMMENT ON PEUT FAIRE pour sortir du nucléaire ???
Quelques éléments de réponse, à commenter et à compléter
http://commente.free.fr/transition/bifurquons.pdf  

JPCoste
Le 04/03/2021 à 05:45:27

Bas les masques !!

Christian CHAVALARIAS
Le 03/03/2021 à 18:08:50

Le nucléaire est une science qui génére des déchets avant et après la production d électricité ils sont in gérable tant ds leurs volumes que par leurs dangerosités sanitaires. Et n imaginons un scénario genre tchernobyl sur le sol Français. Bonne réflexion

Luc Burton
Le 03/03/2021 à 10:43:50

Arrêtez le nucléaire ! c'est dangereux, nous ne sommes pas à l'abri d'un accident nucléaire.
Les lobbys jouent avec notre santé, beaucoup d'argent dans la poche de quelques uns, c'est de notre santé qu'il s'agit. EDF/ENEDIS joue avec le feu.Notre pays sera inhabitable s'il y a un accident nucléaire.

Muriel VAREILLAS
Le 02/03/2021 à 15:21:57

Tous les arguments que les pro nucléaires présentent pour la poursuite de leur programme peuvent être balayés. Seuls des raisons occultes expliquent le blocage vers la sortie .G PROST

Georges PROST
Le 02/03/2021 à 13:02:18

A Orléans, encadrés, et tous en bord de LOire, par pas moins de 6 réacteurs de 40ans plus deux à la réforme et deux EPR en projet à Belleville sur Loire nous avons créé un Collectif d'Alarme Nucléaire pour informer la population de la situation alarmante que nous vivons jours et nuits, situation que les "élus" cachent derrière un silence coupable.
Nous avons fait un livret sur la centrale de St Laurent des eaux, une pétition pour exiger d'être PREVENTIVEMENT informés de ce qu'il faut-faudra faire en cas d'explosion d'un ou de plusieurs réacteurs. Cette pétition a pour but non pas d'amener les "élus" à réagir , ils sont les otages du lobby nucléaire, mais d'amener la population à comprendre que le nucléaire n'est ni l'énergie la plus propre, ni la plus sûre pour notre avenir.
Contact si vous voulez participer au collectif ou acquérir le livret "ST Laurent: Stop à l'acharnement nucléaire" (2euros): alarmenucleaireorleans@orange.fr.  

Némésis
Le 02/03/2021 à 12:30:13

Cette pétition repose sur l'espoir d'intégrité de l' RTE, et plus généralement des institutions, l' ASN ayant perdu la sienne en se soumettant aux ordres d' EDF, le scandale de l' EPR ayant levé la voile. Hors la raison fondamentale qui nécessite la sortie du nucléaire, n'est pas évoquée. La corruption mine nos institutions, mais aussi le monde scientifique, le premier sur la sellette entre compétence et profit. Je n'ai pu interpeler le GIEC pour des raisons de disponibilité, mais je me permets de rappeler que " la preuve de la cause anthropique " du réchauffement climatique, ne doit pas occulter la cause anthropique thermodynamique originelle, qui est ( à mon sens ) l' importation d'énergie dans la biosphère, qui provoque une Légère Augmentation Anthropique, notée LAA, de son niveau d'énergie, donc de sa température, donc par thermohygrométrie, de l'eau-ges restant dissoute dans la troposphère par-delà les cycles de l'eau, s'ajoutant aux LAA de GES restant présents dans l'atmosphère par-delà leurs cycles respectifs de recombinaison.
Il faut distinguer cette LAA de l'eau-ges, de l'augmentation qui en résulte après effet de serre, même si le réservoir est le même.
Je rappelle que cette LAA de niveau d'énergie n'est pas à comparer aux flux terrestres, mais à leur différence, qui plus elle est faible, plus le système biosphère est dans un état métastable invariant.
Je rappelle que le nucléaire rejette plus ce chaleur au kWh livré aux utilisateurs finaux, que les énergies fossiles. La sortie des énergies fossiles ne doit pas être compensée par une augmentation du nucléaire, mais par une sortie synchronisée du nucléaire, et ce dans un délais aussi court que possible, imposé par le compromis Risques exponentiels - Délais.
Cette analyse de la cause anthropique du réchauffement permet de comprendre qu'il ne faut pas recourir à la géothermie, qu'il faut albédo-compenser le solaire, réapprendre à nous satisfaire des seules énergies renouvelables issues de la biosphère, que sont l' hydraulique, l'éolien et la biomasse. La frugalité énergétique est un devoir de Conscience.
La réduction des émissions de GES est aussi un devoir, particulièrement par la sortir de l'élevage à des fins alimentaires, à cause du méthane, dont le PRG de 120 à to, 104 à 10 ans, nous précipite dans le mur climatique en Dragster. La réserve mondial en méthane est de 350 Gt, et notre excès d'émissions de GES est de l' ordre de 15 Gt équivalents CO2/an...
L' heure n'est plus aux chamailleries mais à la révolution écologique.

Daniel LAMBEAUX
Le 02/03/2021 à 11:49:36

De toutes les actions que nous faisons, celle d'arrêter le nucléaire est prioritaire, car un accident nucléaire rendra notre pays inhabitable et empoisonnera largement les pays voisins sous le vent. Les survivants vivront les affres de l'agonie de leurs enfants ou celle de migration et d'exil sans accueil.

ELISABETH COULOUMA
Le 02/03/2021 à 11:47:15

"Décisions inacceptables d’un côté et consultations publiques de l’autre sont les deux facettes d’une même arnaque démocratique."
Entièrement d'accord avec vous... nous en faisons régulièrement les frais!
Que chacun soit à sa vraie place et prenne, en même temps que ses décisions, ses responsabilités!

Catherine Fumé
Le 02/03/2021 à 10:31:20

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !