actualité écologie

météo

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

AG Cyberacteurs

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les amis des 150

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : sauver Pongo tapanuliensis

Mise en ligne du 10/08/2018 au 25/02/2021

En Indonésie, sur l’île de Sumatra, une nouvelle espèce d’orang-outan a été récemment découverte. Mais cette population de 800 individus est gravement menacée.

Bilan de la cyberaction :

2856 participants

Présentation de la cyberaction :

Au bord de l’extinction
https://www.sudouest.fr/2018/06/13/orang-outan-de-tapanuli-la-menace-d-extinction-est-reelle-mais-encore-evitable-5141062-10275.php  
Selon le journal Sud-Ouest, depuis 2017, cette population d’orangs-outans vivant à Sumatra est reconnue comme espèce à part entière. Des différences suffisamment importantes au niveau de son comportement (répertoire vocal), de sa morphologie (crâne, structure du pelage) et de sa génétique ont légitimé la création de la troisième espèce d’orang-outan vivante à ce jour.
Cette nouvelle espèce compte aujourd’hui seulement 800 individus... Ce groupe d’animaux ne se concentre pas dans un espace aussi restreint que le monument et s’étend sur 1200 km2. Leur habitat est divisé en trois blocs de forêts, dont la plupart sont dégradés par des activités humaines illégales, morcelés par des routes et d’autres projets en cours de développement.
Cette population est aussi sur le point de disparaître mais, contrairement aux visiteurs de la tour Eiffel, il n’y aura pas de nouveau groupe dans l’heure qui suit, ni demain, ni le jour d’après.
La disparition de ces animaux signifie que la septième espèce de grands singes, résultat de plusieurs millions d’années d’évolution, aura été rayée de la carte au nom du développement socio-économique et de prises de décision catastrophique par un autre Hominidae… nous-mêmes.

Les raisons de la disparition
Il faut souligner en premier lieu qu’une partie de l’habitat relictuel utilisé par cette espèce a été promise au développement agricole, ce qui signifie déforestation et braconnage lorsque les orangs-outans entrent en conflit avec les planteurs pour se nourrir au sein des plantations.
De plus, plusieurs projets de développement de routes dans ce même habitat sont à l’étude par le gouvernement de Sumatra, ce qui ne manquera pas d’accentuer la fragmentation du milieu, favorisant l’incursion humaine responsable d’une pression de chasse accrue et d’une dégradation supplémentaire de la forêt.
Enfin, la compagnie indonésienne « PT North Sumatra Hydro Energy », soutenue par des banques chinoises et internationales, a entrepris de construire un barrage hydro-électrique au milieu de Batang Toru, l’endroit même où vit cette espèce.
Ce barrage devrait inonder seulement 8 % de l’habitat actuel de Pongo tapanuliensis, mais il s’agit malheureusement de la zone à plus forte concentration d’animaux. Les scientifiques estiment que le barrage seul sera directement responsable de la perte de 10 à 20 % des 800 orangs-outans restants.
À cela, il convient d’ajouter la construction de toutes les infrastructures nécessaires à l’exploitation de la production hydroénergétique qui auront un impact fortement négatif sur les animaux survivants et sur toute la biodiversité locale.
Si ce barrage est construit, la connectivité entre les différents fragments actuellement occupés par cette espèce sera perdue et, avec elle, les espoirs de sauver la septième espèce de grands singes actuels.
Pire, ce projet se fait a l’encontre des pratiques internationales, viole les lois nationales, et ne va certainement pas améliorer les conditions socio-économiques des populations locales. Dans un sens, cela est bien pire que l’effondrement de la tour Eiffel, car ces 800 animaux forment une espèce unique qui, une fois disparue, sera perdue à jamais.

Inverser la tendance
Il existe toutefois des moyens de sauver Pongo tapanuliensis : stopper tout projet de développement qui serait responsable de la destruction des trois derniers refuges occupés par cette espèce ; leur faire bénéficier d’un statut de protection officiel et efficace& ; rétablir une connectivité entre les blocs d’habitat en replantant des arbres ; faire de l’orang-outang de Tapanuli un emblème global pour la conservation, comme cela a été le cas pour le panda.
Seulement, quasiment personne n’évoque cette situation ni l’urgence à sauver l’espèce : il y a eu en effet peu de couverture médiatique, à l’exception de la presse spécialisée, peu d’intérêt de la part des dirigeants actuels, aucune déclaration de la part des industriels concernés. Seuls quelques ONG et groupes locaux – Sumatran Orangutan Society, PanEco, Yayasan Ekosistem Lestari et quelques autres – essayent d’alerter le monde sur cette disparition orchestrée.

Seront-ils entendus ?
Ce manque d’intérêt pour cette extinction prévisible (mais évitable) s’explique-t-il du fait que ces évènements se passent loin de chez nous, sur une île tropicale que bon nombre de nos concitoyens ne connaissent pas ? Serait-ce parce que nous avons tous d’autres préoccupations que la perte d’un de nos derniers cousins ? Est-ce que nous nous sentons dépassés et impuissants pour influencer la course du développement humain ?
Depuis les années 1990, nous œuvrons à la conservation des orangs-outangs de Borneo et de Sumatra. Et nous savons que des changements sont possibles et que l’extinction annoncée n’est pas inéluctable. La première étape de cette lutte consiste à prendre conscience que chaque voix compte : chacun peut contribuer à faire la différence.
Les scientifiques, les spécialistes de la conservation d’espèces et les ONG locales qui se battent pour l’orang-outan de Tapanuli et la sauvegarde de son habitat naturel essayent de se faire entendre et de trouver des alternatives pour un développement durable qui serait plus respectueux des besoins des communautés locales, de l’environnement et des orangs-outangs de Tapanuli.
Soutenir leurs efforts en signant leurs pétitions, en écrivant aux responsables politiques et autres acteurs responsables de ce drame, en disséminant les nouvelles sur les réseaux sociaux peut contribuer à changer la donne. Nous ne voulons pas laisser disparaître cette espèce unique. Mais pour cela, toutes les bonnes volontés comptent.


Ecrivez à l'ambassade d'Indonésie à Paris. 47-49 Rue Cortambert 75016 Paris Tél. 01 45 03 07 60 Fax. 01 45 04 50 32
Rappel : Comme c'est vous qui faites partir le message,
vous pouvez, sous votre responsabilité, modifier le contenu proposé

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président,
Il existe des moyens de sauver Pongo tapanuliensis :
*stopper tout projet de développement qui serait responsable de la destruction des trois derniers refuges occupés par cette espèce
* leur faire bénéficier d’un statut de protection officiel et efficace
* rétablir une connectivité entre les blocs d’habitat en replantant des arbres
* faire de l’orang-outang de Tapanuli un emblème global pour la conservation, comme cela a été le cas pour le panda.
Dans cette attente, veuillez agréer mes salutations distinguées.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

12 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


“L'humanité disparaître, bon débarras !”
C'était un pamphlet d'Yves Paccalet, suivi de “Sortie de secours, mode d'emploi”, il y a une dizaine d'années.
Ce serait un bon débarras pour toutes les espèces vivantes. Nous sommes un prédateur, un parasite qui grignote, qui grignote. Toutes ces nouvelles attristent. Indifférence des populations, ou presque et soutien des pouvoirs aux entreprises délétères. Avec les discours hypocrites de circonstance.

JACQUELINE LOMBARD
Le 30/07/2019 à 22:50:06

Mais ça suffit ,..... quand donc vont ils devenir intelligents à défaut d'être humains.

Marjolaine
Le 15/04/2019 à 21:35:12

notre planète va devenir désertique, seul cette maudite espèce humaine survivra, c'est horrible

Leblond Jean-Michel
Le 15/04/2019 à 12:58:07

ce n'est plus possible ! c'est partout que l'on tolère ces monstruosités,la planète n'est plus qu'un truc à pognon,c'est à vomir

deanna martin
Le 15/04/2019 à 09:02:08

En Indonésie, un projet de barrage mené par une firme chinoise est accusé de menacer une espèce d'orang-outan récemment découverte et en danger critique d'extinction. Malgré le recours déposé en justice par des écologistes, un tribunal a donné le feu vert à sa construction.
https://www.geo.fr/environnement/un-projet-de-barrage-en-indonesie-menace-lorang-outan-le-plus-rare-au-monde-194811  

Alain Uguen
Le 11/04/2019 à 11:18:07

c est un pote a moi

dominique vannier
Le 06/11/2018 à 11:53:26

Et moi qu'est ce que je fais ? Je continue à consommer de l'huile de Palme sous toutes ses formes ? (aliments... cosmétiques...) Ou je fais la chasse à ce produit en lisant bien toutes les étiquettes informatives ?
Ce serait déjà un grand pas. Boycottons son utilisation = frein sur l culture du palmier destructeur de la forêt......

Annie Lambert
Le 31/08/2018 à 11:02:06

Pour la vie, construisez des projets en accord avec de qui est et doit rester. Merci

JULIE JANVIER
Le 14/08/2018 à 10:48:29

Il faut que ce petit cousin de notre espèce puisse continuer à vivre. Il peut nous apprendre beaucoup sur nos racines. En plus ça suffit qu'au nom du fric certains se croient autorisés à tuer tout ce qui est autour d'eux et à massacrer la biodiversité qui est l'avenir de notre planète.

Freddo
Le 13/08/2018 à 18:24:11

Au sujet de nos problèmes globaux on parle de la pollution, etc mais on ne s'attaque pas à la vraie raison qui est l'augmentation de la population mondiale et forcément des besoins. Oui il faut des réserves mais il faut aussi changer notre développement et ne pas faire de surenchère pour l'huile de palme, la pêche industrielle ....

Le Vérinois
Le 13/08/2018 à 17:42:46



la terre nous offre ses richesses et sa diversité,
respectons-là!

un anonyme
Le 13/08/2018 à 15:58:02

Quand allons-nous foutre la paix à ces braves animaux qui nous ressemblent tellement (en mieux....) car ils n'ont jamais épuisé leur milieu de vie et ils nous ont précédés, ce que nous nous acharnons à faire en dépit de toutes les alertes en cours.....



cactus
Le 13/08/2018 à 14:10:38

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !