actualité écologie

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

météo

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Journal des Bonnes Nouvelles

Les amis des 150

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Liberté de la presse au Burundi

Mise en ligne du 13/01/2020 au 13/01/2021

Le 30 décembre, le parquet a requis 15 ans de prison contre Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi, Egide Harerimana, journalistes pour Iwacu, l’un des rares médias indépendants encore présents au Burundi.

Bilan de la cyberaction :

2613 participants

Burundi: libération de quatre journalistes emprisonnés depuis un an

Agence Belga , publié le 24 décembre 2020 à 20h46

(Belga) Quatre journalistes burundais emprisonnés depuis plus d'un an et condamnés pour des infractions liées à la sécurité de l'Etat ont été libérés après avoir bénéficié d'une grâce présidentielle, selon le décret consulté par l'AFP jeudi.

Ces quatre journalistes du groupe de presse privé burundais Iwacu - Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi - avaient été arrêtés avec leur chauffeur le 22 octobre 2019, dans la province de Bubanza. Ils y enquêtaient sur de présumés affrontements entre les forces de sécurité et un groupe armé venu de République démocratique du Congo (RDC). Remis en liberté, leur chauffeur Adolphe Masabarakiza a finalement été relaxé, mais les quatre journalistes ont été condamnés en janvier à deux ans et demi d'emprisonnement pour des infractions liées à la sûreté de l'Etat, une peine confirmée en appel en juin. "Aux termes du présent décret, bénéficient de la remise totale des peines privatives de liberté, les prisonniers Kamikazi Christine, Ndirubusa Agnès, Harerimana Egide et Mpozenzi Térence", indique le décret signé le 23 décembre par le président Evariste Ndayishimye. Le général Évariste Ndayishimiye a été élu le 20 mai à la tête de l'Etat, suscitant un léger et bref espoir d'ouverture au Burundi. Il a succédé à Pierre Nkurunziza - décédé le 9 juin -, dont la volonté acharnée de se faire élire en 2015 pour un troisième mandat controversé a plongé son pays dans une grave crise marquée par des exécutions sommaires, disparitions, détentions arbitraires, tortures et violences sexuelles visant les voix dissidentes. Iwacu est l'un des derniers médias indépendants au Burundi, qu'ont fui la plupart des défenseurs des droits humains et journalistes indépendants depuis 2015. Fondateur et patron de Iwacu, Antoine Kaburahe a fait part à l'AFP de son "grand soulagement". "Les quatre collègues, je le répète, n'étaient coupables de rien, ils faisaient leur métier. Je suis heureux, ils vont retrouver leur famille à la veille de Noël", a-t-il expliqué. Il a remercié ceux qui ont participé au "grand élan de soutien au Burundi et dans le monde" ajoutant: "Puisse cette libération ouvrir une nouvelle page pour les médias burundais". L'ambassadeur de l'Union européenne au Burundi, Claude Bochu a lui aussi fait part de son "soulagement" et salué un "excellent présage pour la nouvelle année !". Les relations du Burundi se réchauffent avec l'UE qui a pris des sanctions contre le pays depuis 2015. Le 22 octobre, 65 organisations internationales africaines et burundaises de défense des droits humains avaient dénoncé un emprisonnement sur des "accusations sans fondement". Le Burundi occupe la 159e place sur 180 du classement de la liberté de la presse établi par RSF, alors qu'il était considéré avant cette crise comme un des rares Etats de la région des Grands lacs à être doté d'une presse libre et indépendante. (Belga)
https://www.rtl.be/info/monde/international/burundi-liberation-de-quatre-journalistes-emprisonnes-depuis-un-an-1268072.aspx  

Présentation de la cyberaction :

Ce réquisitoire est l'un des plus sévères jamais prononcés contre des journalistes de la région ces dernières années ! Les juges doivent décider de leur sort dans les prochains jours, ils encourent une peine extrêmement lourde pouvant aller jusqu’à la perpétuité !

L’équipe de reporters a été arrêtée le 22 octobre 2019 après avoir tenté de couvrir une attaque surprise d’un groupe de rebelles burundaiset opposé au régime du président Pierre Nkurunziza. Les journalistes sont accusés de “complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat”. Pourtant, nous savons qu'aucun message etaucun appel entre eux et les rebelles n’ont été trouvés sur leurs téléphones portables passés au crible par les services de renseignements. Ces journalistes n’ont fait que leur travail en allant vérifier sur place des informations qui faisaient état d’affrontements armés.

RSF dispose de seulement quelques jours pour faire pression sur les autorités burundaises et obtenir leur acquittement. Aidez-nous à sauver les rares voix indépendantes du Burundi en signant de toute urgence cette pétition et en la partageant sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FreeIwacu .
https://rsf.org/fr/freeiwacu-liberez-les-voix-independantes-du-burundi  

Burundi : 15 ans de prison requis contre quatre journalistes pour «atteinte à la sécurité de l’État»
https://www.jeuneafrique.com/876018/societe/burundi-15-ans-de-prison-requis-contre-quatre-journalistes-pour-atteinte-a-la-securite-de-letat/  

Au Burundi, quatre journalistes d’un journal indépendant incarcérés depuis un mois
https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/22/au-burundi-quatre-journalistes-d-un-journal-independant-incarceres-depuis-un-mois_6020147_3212.html  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président (aux bons soins de son ambassadeur à Paris)

Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi, Egide Harerimana, journalistes pour Iwacu n’ont fait que leur travail.
Je demande donc leur acquittement au nom de la liberté de la presse dans une démocratie.
Dans cette attente, veuillez agréer l'expression de mes salutations distinguées

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

10 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


La Cour d’appel de Ntahangwa (Bujumbura) a confirmé, début juin, la condamnation de quatre journalistes d’Iwacu arrêtés en octobre 2019 alors qu’ils tentaient de faire un reportage, en province de Bubanza, sur une attaque de la rébellion Red-Tabara. Ils sont condamnés à deux ans et demi de prison et 500 euros d’amende. De nombreuses voix avaient demandé leur libération.
https://afrique.lalibre.be/51147/burundi-journalistes-diwacu-peines-confirmees-en-appel/  

« J’espère qu’après la prise de fonctions d’Evariste Ndayishimiye, l’espoir renaîtra au Burundi »
https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/06/08/j-espere-qu-apres-la-prise-de-fonction-d-evariste-ndayishimiye-l-espoir-renaitra-au-burundi_6042177_3212.html  

Alain UGUEN
Le 29/07/2020 à 15:03:56

Le verdict de culpabilité prononcé le 30 janvier 2020 à l’encontre de quatre journalistes burundais, à l’issue d’un procès entaché d'irrégularités, est un exemple clair de manipulation du système judiciaire dans le but d’étouffer la liberté d'expression, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.
https://www.hrw.org/fr/news/2020/02/04/burundi-des-journalistes-condamnes-lissue-dun-proces-entache-dirregularites  

Alain UGUEN
Le 10/02/2020 à 14:05:56

et en France aussi

Edmond Dobryk
Le 29/01/2020 à 18:50:31

Au Burundi, il n'y a pas que la presse à libérer...

Martine JOUCLAS
Le 27/01/2020 à 11:25:27

La liberté de la presse doit être inaliénable.

Roland CHARLOU
Le 17/01/2020 à 09:56:15

La liberté de la presse est un bien precieux .

NANOU
Le 16/01/2020 à 13:08:52

Liberté en Afrique, en Iran, au Pakistan et partout dans le monde !

Chomski Magnis
Le 16/01/2020 à 12:34:12

Burundi : quatre journalistes encourent la prison à vie pour "atteinte à la sûreté de l’Etat"
https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/societe-africaine/burundi-quatre-journalistes-encourent-la-prison-a-vie-pour-atteinte-a-la-surete-de-letat_3783103.html  

Alain UGUEN
Le 15/01/2020 à 10:57:00

LA LIBERTÉ DE LA PRESSE EST UN BIEN TROP Précieux pour le laisser entre les mains de tous les apprentis dictateurs qui se croient propriétaire de notre terre

michel armagnat
Le 13/01/2020 à 17:04:28

détenus ,journalistes politiques libérons le au Burundi en Algérie

odile martin belmihoub
Le 13/01/2020 à 16:01:17

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !