image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 341 Chine - Coca-Cola : Droits édulcorés

Leader mondial de la distribution de boissons, la Coca-Cola Company se veut une entreprise responsable et respectueuse des droits de l'Homme. Pourtant, une série d’enquêtes révèle que la firme nord-américaine fait fabriquer et distribuer ses boissons dans des conditions déplorables en ayant recours de façon massive et permanente aux travailleurs intérimaires afin de masquer sa responsabilité...

Bilan de la cyberaction :

5651 participants

5651 participants ont écrit à Ed Potter Director of Global Labor relations The Coca-Cola Company

Votre mobilisation a contraint la Coca- Cola Company à répondre.
Rappelons les faits : les enquêtes menées par des étudiants chinois dans plusieurs usines d’embouteillage de la marque montrent qu’une large majorité des ouvriers sont employés en intérim, c’est-à-dire via des agences extérieures et avec un statut précaire, en toute illégalité. De fait, ces employés sont moins bien payés, moins protégés et moins bien traités que les autres, alors même qu’ils travaillent plus. Un moyen pour l’entreprise de se dédouaner de toute responsabilité envers ces travailleurs... qui ne sont pas officiellement les siens !

Mais Coca-Cola ne voit pas le problème.
« Nous croyons que Coca-Cola et ses embouteilleurs gèrent leur activité en totale conformité avec la législation locale du travail » affirme même la multinationale nord-américaine. Selon elle, le recours par ses embouteilleurs chinois au travail intérimaire se ferait dans la plus stricte légalité, comme en témoigneraient son système de vérification et les audits indépendants qu’elle aurait fait réaliser auprès de ces unités de production. Une argumentation que nous connaissons bien à Peuples Solidaires et qui relève davantage de l’exercice de communication que de la prise en compte réelle des problèmes. D’ailleurs, les résultats de ces audits ne nous ont pas été transmis et la compagnie n’annonce, pour le moment, aucune mesure corrective.

Afin de répondre à Coca-Cola, Peuples Solidaires a adressé une lettre ouverte à la multinationale (1). Nos partenaires chinois continuent quant à eux à utiliser la brèche ouverte par vos messages de protestation pour faire pression sur la multinationale.
(1)Le message de réponse de Coca-Cola et lettre ouverte de Peuples Solidaires sont en ligne sur
http://www.peuples-solidaires.org/333-suivi/  

Présentation de la cyberaction :

Comme des millions de Chinois d’origine rurale, les parents de Yang Zhengjun ont travaillé à l’usine. Aujourd’hui étudiant à l’université de Pékin, Yang est devenu porte-parole du Concerned Coca-Cola Student Group (CCSG), un groupe d’étudiants constitué en 2008 pour enquêter sur les conditions de travail chez les embouteilleurs de Coca-Cola. Un moyen de « faire quelque chose d’utile pour la société et d’apporter peut-être quelques améliorations », explique Yang(1).
Et en matière d’améliorations, la marge de progression est grande pour les usines d’embouteillage de la multinationale.

Celles-ci font en effet appel, de manière systématique, à une main-d’oeuvre intérimaire qui effectue « les tâches les plus dures, les plus pénibles, et les temps de travail les plus longs (jusqu’à 330 heures par mois) »(3) tout en percevant les salaires les plus bas. Pourtant, la loi chinoise limite théoriquement le recours au travail intérimaire à des postes « temporaires, auxiliaires ou de remplacement » et interdit de traiter différemment les ouvriers temporaires et les employés permanents(2).
Des enquêtes difficiles
Depuis août 2008, le groupe d’étudiants a réalisé trois enquêtes dans sept villes différentes. Afin de collecter les informations en toute discrétion, les étudiants ont proposé leurs services à des agences d’intérim qui les ont placés dans différentes usines. Ils ont ainsi occupé toutes sortes de postes : remplissage, inspection, transport, etc. sans recevoir aucune formation ni consigne de sécurité.
En travaillant et en interrogeant leurs collègues, ils ont découvert que la majorité des ouvriers de ces usines est intérimaire. Pourtant, les tâches qu’ils accomplissent n’ont rien de subsidiaire ou de temporaire : certains sont là depuis dix ans ! En revanche, ils sont non seulement moins bien payés que les employés permanents, mais leurs salaires sont inférieurs aux minimums légaux, alors même qu’ils sont contraints de travailler davantage que la limite autorisée par la loi.
Suite à la publication du premier rapport d’enquête en décembre 2008, des améliorations partielles ont été annoncées par certaines usines. En août 2009, voulant vérifier ces déclarations, quatre étudiants se sont à nouveau fait embaucher par une agence d’intérim pour travailler dans l’une de ces usines. Deux d’entre eux ont été victimes d’un incident qui en dit long : alors qu’ils réclamaient le versement d’un salaire non-perçu, ils ont été menacés et l’un d’eux a été violemment frappé par des responsables de l’agence. Cela n’a toutefois pas découragé le CCSG qui, lors d’une troisième enquête en août 2009, n’a constaté aucune amélioration majeure.
Coca-Cola nie toute responsabilité
« Les conditions de travail que nous avons observées dans les usines d’embouteillage sont typiques des usines chinoises. Mais pour une entreprise avec une telle image de marque et qui engrange des profits si importants, nous attendions de Coca-Cola qu’elle accorde davantage d’attention à sa responsabilité sociale », résument les étudiants.

De son côté, Coca-Cola continue pourtant à nier toute responsabilité envers les travailleurs intérimaires et affirme même que son recours au travail intérimaire est “légal et raisonnable”(4).
Un argumentaire difficile à admettre, d’autant plus qu’ailleurs dans le monde, la compagnie est également mise en cause sur ce sujet : en 2007, l’Alliance mondiale des travailleurs de Coca-Cola(5) a dénoncé le recours abusif à l’emploi précaire par les entreprises d’embouteillage de Coca-Cola et demandé l’instauration de relations de travail permanentes et décentes dans tous les pays(6).
“Notre Société s’est toujours efforcée d’exercer ses activités de manière responsable et conforme à l’éthique” peut-on lire sur le site Internet de la Coca-Cola Company. Il est néanmoins temps pour la firme de mettre fin au travail précaire dans ses usines d’embouteillage et d’assumer son entière responsabilité sociale vis-à-vis de ceux qui produisent ses boissons. C’est pourquoi nos partenaires chinois de la SACOM en appellent aujourd’hui à la solidarité de tous pour faire pression sur l’entreprise.

(1) China Labor News Translation, « Chinese Students Go Undercover to Investigate Coca-Cola », 16 septembre 2009, p.3
(2) Cf. Articles n° 63 et n° 66 de la loi chinoise sur le contrat de travail.
(3) Coke Concerned Student Group, décembre 2008, « Coca-Cola : the world’s most valuable brand in the world is evading its legal and social responsibilities » http://sacom.hk/wp-content/uploads/2009/09/report_eng_dec2008.doc  
(4) Communiqué de presse de la SACOM, 21 décembre 2009
(5) Coordonnée par l’UITA (Union Internationale des Travailleurs de l’Alimentation).
(6)Cf. http://www.iuf.org/drupal/files/Alliance_Charterofdemands_final_f.pdf  

Texte de la pétition :


Dear Mr Potter,

I have been informed by Peuples Solidaires of the results of investigations led at some of Coca-Cola
bottling plants in China, and showing that a large proportion of workers are dispatch workers whose
labour rights are not respected.

I am extremely preoccupied with the workers’ situation at those plants, and urge you to:
1. Disclose the percentage of the use of dispatch labour in your bottling plants;
2. Convert the dispatch workers into regular workers and ensure that no dispatch worker will be
unlawfully dismissed;
3. Provide labour rights training for all workers in your production facilities.

Sincerely yours,

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !